Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Nadia, Cristina, Hezbollah

25 Février 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Ukraine, #Amérique latine, #Moyen-Orient, #Gaz, #Russie

L'Ukraine post-Maïdan est, sans surprise, devenue un insondable merdier. Conflit ouvert ou couvert entre néo-nazis et oligarques pro-occidentaux, anciens alliés d'hier, pression continuelle des premiers sur les seconds qui passent d'ailleurs leur temps à se bouffer entre eux, situation économique catastrophique, guerre et avenir en berne.

Cerise sur le gâteau, le maître du Kremlin a introduit une délicieuse pomme de discorde en la personne de Savchenko, pasionaria qui n'hésite pas à mettre les pieds dans le plat avec une régularité désespérante pour la junte. Nadia vient encore de faire des siennes. Deux semaines après avoir vertement accusé le gouvernement de l'assassinat de Givi, elle est arrivée hier à... Donetsk ! Oui, vous lisez bien, dans la capitale des séparatistes pro-russes. Elle y est allée discuter le bout de gras à propos d'un éventuel échange de prisonniers.

C'en est trop pour le panier de crabes kiévien qui l'accuse de vouloir fomenter un coup d'Etat en appelant les troupes ukrainiennes à "renverser le gouvernement". Info, intox ? Toujours est-il que l'inénarrable SBU, le service secret ukrainien, a ouvert une enquête. Cette affaire ne pouvait pas plus mal tomber pour la junte, alors que le blocage du charbon du Donbass par les nationalistes continue et entraîne une hystérisation du débat politique (la dernière passe d'armes en date a mis dans l'arène la blonde à tresses Timochenko et le Premier ministre).

A 13 000 km de là, en Argentine, un autre petit soldat du système impérial est bien en peine. Pris dans les Panama Papers puis un scandale de corruption familiale, Macri est en chute libre dans les sondages. Résultat : une autre pasionaria, la Kirchner, Cristina pour les intimes, le devance largement en popularité dans l'optique de l'élection présidentielle de 2019.

Si on en est encore loin, l'affaire est d'importance. L'on se rappelle que c'est le putsch constitutionnel contre Dilma au Brésil et l'élection de Macri en Argentine qui avaient permis à l'empire de détacher partiellement l'Amérique latine du monde multipolaire et, apparemment, de mettre à mal la dynamique des BRICS - même si l'Argentine n'en faisait pas partie, elle faisait souvent figure de membre associé.

En réalité, cette dynamique n'a jamais cessé, comme le montre un article étonnant d'objectivité du Monde (comme quoi, tout arrive...) Mais un retour de Cristina à la Casa Rosada apporterait à coup sûr un regain d'activité et accélérerait le processus de multipolarité.

Si Israël participe d'ailleurs à cette tendance de fond - comme en témoignent les négociations pour s'arrimer à l'Union Eurasienne -, le souci immédiat de Tel Aviv est plus prosaïque : le Hezbollah. Selon des rapports apparus dans la presse israélienne, le mouvement chiite libanais a atteint de tel degré de sophistication, y compris dans sa composante navale, qu'il peut frapper Israël où et quand il veut, notamment la marine de l'Etat hébreux, les cargos qui le ravitaillent (90% des importations du pays) et, last but not least, les plateformes offshore.

Mmmm... ça ne vous rappelle rien ? Nous en parlions l'année dernière :

En 2010 a été découvert Léviathan, un très gros gisement offshore au large des côtes israéliennes, mais que le Liban et Chypre disputent aussi à l'Etat hébreu. Même si une compagnie, Delek Energy, associée à une société texane, la mal nommée Noble Energy, ont commencé à prospecter, le développement du champ gazier est peu ou prou bloqué. La faute à d'énormes investissements difficiles dans un contexte de baisse des cours, aussi et surtout à une bataille politico-judiciaire intra-israélienne. En 2012, le géant Gazprom avait déjà proposé d'entrer dans le tour de table mais ses avances avaient été, à l'époque, rejetées sous pression américaine. Ce n'est peut-être plus le cas désormais...

Beaucoup de choses ont en effet changé depuis :

  • la relation américano-israélienne est à son plus bas historique (accord sur le nucléaire iranien, soutien de Washington aux Frères musulmans égyptiens et même putsch néo-nazi du Maïdan très mal vu à Tel Aviv)

  • l'inexorable montée en puissance russe au Moyen-Orient via l'intervention en Syrie et ses conséquences (alliance de facto avec le Hezbollah, rupture avec la Turquie)

Tout à leur Grand jeu, les stratèges US voient avec inquiétude les Russes s'implanter dans cette zone incontournable qu'est en train de devenir la Méditerranée orientale. Bases syriennes, accord naval avec Chypre, et maintenant Gazprom... c'est plus que Washington ne pourrait en supporter ! Les Américains font tout pour qu'Israël rompt toute discussion avec le géant russe et vende son gaz à la Turquie, elle-même très dépendante du gaz russe. Joe Biden, qui apparaît toujours là où les intérêts CIA/néo-cons sont en jeu, a effectué une visite en Israël début mars pour rabibocher Tel Aviv et Ankara (et tenter de marginaliser Moscou). Apparemment, sans résultat...

Depuis la visite de Joe l'Indien, la haute-cour israélienne a rendu son jugement, bloquant le développement de Léviathan, mais ceci n'est peut-être que la partie émergée de l'iceberg. L'establishment militaire israélien préfère maintenir une coopération militaire avec Moscou et ne pas déplaire à Poutine que de rétablir les liens avec le sultan fou. Surtout que l'intervention syrienne a placé dans les mains de Vladimirovitch des atouts supplémentaires, notamment grâce au Hezbollah.

Fin février, nous écrivions :

On en était là quand l'intervention russe a sérieusement rebattu les cartes, Tel Aviv et Beyrouth-Sud se mettant sur leur 31 pour courtiser Poutine.

L'alliance entre Moscou et le Hezbollah est logique, presque naturelle. Mêmes alliés (Assad, Téhéran), même farouche opposition à l'islamisme sunnite. La tolérance absolue du Hezbollah envers les chrétiens d'Orient (voir ces étonnantes photos des combattants chiites au garde-à-vous devant Jésus dans des villages chrétiens syriens libérés) joue également en sa faveur, la Russie se considérant comme la protectrice du christianisme moyen-oriental. Alarmé, Netanyahou s'est alors précipité à Moscou faire des ronds de jambe à Poutine. On avait connu Bibi la Terreur moins placide...

Ce voyage n'a pas empêché le Hezbollah de mettre la main sur des armements russes. Qu'ils aient été livrés par les Syriens qui les avaient eux-mêmes reçus (plus probable) ou livrés directement par Moscou selon les dires de hauts responsables du mouvement chiite, cela importe somme tout assez peu.

L'état-major de Tsahal est plus que remué, notamment par le fait que le mouvement libanais est vraisemblablement en possession de missiles de croisière supersoniques Yakhont. Les récentes déclarations de Nasrallah - "les stock de gaz ammoniac d'Haïfa sont notre bombe nucléaire" - ont également provoqué la panique en Israël où l'on considère sérieusement transférer les usines chimiques dans le sud du pays, à un coût exorbitant.

Tiens, tiens, justement en face du gisement qui nous intéresse... Et Poutine de jouer sur du velours, utilisant la menace de ses alliés pour faire monter les enchères. Selon un bon connaisseur du sujet, en échange d'une participation de Gazprom, le maître du Kremlin aurait assuré les Israéliens qu'il n'y aurait "aucune provocation de la part du Hezbollah ou du Hamas." Message à double sens ?

La balle est dans le camp des Israéliens. De cette décision dépendra en partie la future carte stratégique du Moyen-Orient. En attendant, le tsar du gaz peut danser...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zap Pow 27/02/2017 23:24

Serait pas un peu daté, cet article ? On y lit que les relations entre USA et Israël sont froides, alors que depuis l'élection de Trump c'est carrément le grand amour, que Joe Biden, qui n'est plus grand chose, a visité la pays en mars (on est en février, ça doit donc être mars de l'an dernier)…

Observatus geopoliticus 28/02/2017 15:14

Et oui, cher Louis-Marie, c'est pas bien compliqué à suivre mais ça le reste quand même pour certains, apparemment...
Bien à vous

Louis-Marie 28/02/2017 00:47

Bonjour Zap Pow,

Si je peux éclairer votre lanterne... Dans cet article daté du 25 février 2017, l'auteur fait référence à un article de mai 2016, qui lui même cite un article de février 2016. C'est pourtant pas bien compliqué à suivre... à condition de prêter un peu d'attention à la mise en forme des paragraphes et aux liens URL.

« Nous en parlions l'année dernière » http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/05/le-cha-cha-cha-gazier-de-poutine.html

« Fin février, nous écrivions » http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/02/quand-le-hezbollah-profite-de-l-intervention-russe.html

Cordialement,

Yom 27/02/2017 16:45

Question aux spécialistes : le Hezbollah se définit-il lui-même comme un mouvement « djihadiste » chiite ?

Le primier paragraphe de l’article qui lui est consacré sur notre Wikipédia francophone indique qu’il est « parfois » qualifié de tel en s’appuyant sur la citation d’un seul article (qui ne provient pas d’une source liée au Hezbollah lui-même).

jef 01/03/2017 12:31

@ Cher Alaric, j'ai rapidement remis la main sur ces deux article mais beaucoup d'autres ont paru à l'époque de l'assassinat d'Alberto Nisman :
https://www.rt.com/op-edge/226263-argentina-attack-prosecutor-death-amia/:
http://lesakerfrancophone.fr/pretexte-au-changement-de-regime-en-argentine

Vous n'avez certes pas parlé de l'Iran mais il était inévitable de le faire: les mouvements terroristes ont toujours derrière eux un État. Et la question est de savoir si le Hezbollah n'est au yeux de l'Iran qu'un mouvement terroriste ou djihadiste à sa solde Je ne pense plus qu'il puisse l'être et de, façon générale, je ne pense pas que l'Iran puisse être considéré aujourd'hui comme un Etat soutenant terrorisme et dijihadisme. Il faudrait regarder de près les rapports en le Corps des Gardiens de la Révolution et le Hezbollah libanais.
.

Alaric 01/03/2017 03:00

@jef

je ne comprends pas bien où vous voulez en venir jef ; je n'ai pas parlé de l'Iran mais du Hezbollah

Cela dit e Hezbollah n'est pas seulement soutenu par l'Iran , il y est lié de manière intime. Pour des coups de cette importance il est certain que des haut responsables iraniens (sans doute chez les Pasdaran ) étaient au moins au courant .

Je n'ai jamais rien lu sur une theorie false flag a propos de ces attentats en argentine et je vois mal les néo cons aller démonter l'ambassade israelienne , avez vous des infos là dessus ?

Quand aux dénégations iraniennes , on peut y accorder autant de foi qu'aux saoudiennes à propos du 11 septembre

cordialement

jef 28/02/2017 23:09

Le Hezbollah ne peut plus être défini comme un mouvement terroriste ou djihadiste ni par ses buts ni par ses moyens actuels. Il s'impose comme acteur régional ayant des objectifs politiques (plutôt que strictement religieux) et, je crois, une vision et un poids géostratégiques. Ses moyens sont ceux d'armée formée à la guérilla (urbaine et rurale), à la guerre asymétrique mais dotée de plus en plus d'armements conventionnels (hors aviation et marine proprement dites) leur permettant d'intervenir dans les airs et sur les côtes .
@ Alaric. A noter que l'Iran a toujours nié être en quoi que ce soit lié à ces attentats en Argentine, actions du Hezbollah ou opérations sous faux drapeaux. Ils eurent des conséquences très politiques et internationales très importantes et (même géopolitiques) jusqu'à l'époque présente. S'ils furent des crimes, ils se révélèrent être des fautes.

Alaric 27/02/2017 17:27

durant les années 80-90 , le Hezbollah revendiquait ses attentats sous le doux nom d'"organisation du jihad islamique " . C'est notamment sous ce prête nom qu'ils ont revendiqué les attentats de beyrouth de 1983 (un vrai carton : 241 soldats américains tués, 41 français ) .

Leur branche militaire se nomme le conseil du jihad

Dans le monde musulman il est de toute façon courant de se revendiquer du jihad pour apparaître plus légitime et attirer recrues et financement (le jihad défensif étant en principe obligatoire ) : en syrak, tous les acteurs se rejettent l'apostasie
et assurent mener une guerre sainte contre l'autre camp .

Ce n'est pas un phénomène nouveau : lors de la guerre iran-irak, à la fois Saddam et Khomeini appelaient au jihad contre respectivement l'iran et l'irak . Le FLN algérien considérait qu'il menait un jihad contre l'occupant français .

Pour répondre plus directement à votre question voici Nasrallah appelant au jihad défensif en syrie :
http://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-lebanon-ashura-idUSKCN12C1II

Alaric 27/02/2017 14:22

Puisque l'article parle à la fois de l'argentine et du Hezbollah , je me permet de rapeler que ce mouvement y a commis deux attentats suicide meurtriers dans les années 90 (1992 et 1994 ) :

https://en.wikipedia.org/wiki/1992_attack_on_Israeli_embassy_in_Buenos_Aires
https://en.wikipedia.org/wiki/AMIA_bombing


et qu'il en a également commis en France (rue de rennes en 1986 par ex) .

Je sais que le Hezbollah est un acteur incontournable de la guerre contre l'EI et les autres jihadistes syriens mais sa montée en puissance ne me rassure pas .

Observatus geopoliticus 27/02/2017 17:32

Certes, mais c'est qu'on peut nommer des "erreurs de jeunesse" que le Hezbollah regrette maintenant. Cette organisation ressemble beaucoup plus à une guérilla qu'à un mouvement terroriste. Idéologie politique, implantation locale, alliance avec des groupes d'autres confessions (les chrétiens syriens peuvent dire merci au Hezb). Rien à voir donc avec le terrorisme transnational fanatique des groupes djihadistes sunnites...

eka frank 26/02/2017 18:36

Bibi n'a qu'a bien se tenir,,,,,,

Chris 27/02/2017 16:25

La puissance de l'OTAN et ses activités terroristes ne me rassurent pas plus !...

Pendule de Newton 26/02/2017 17:29

Cher O.G, vous vous êtes surpassé 02 billets le même jour c'est rare et à noter. En Syrie, les avancées très rapide de l'armée régulière sur la plupart des grands axes géographiques permettent de mieux réduire en poids fémélique la place des amis barbus. En position de force, le champ de bataille permet de fortifier l'Etat Syien dans le marchandage de soukh à venir.
Bien à vous

Ady85 26/02/2017 12:41

La Russie peut-elle mettre fin à cette mascarade Ukrainienne en infligeant un coup de grâce ?

Kevin 27/02/2017 08:52

J'imagine qu'aux prochaine éléctions, Porochenko va se faire laminer bien comme il faut...

UltimaRR 26/02/2017 00:23

Puisque vous parlez du degré de sophistication tactique atteint par le Hezbollah, il convient également de relever celui atteint dans le domaine de la communication, dont le savoir-faire n'a plus rien à envier à celui des hommes en noir :

(Attention, images de combats 18+, mais nulle exécution ou mise en scène sordide) :

https://www.youtube.com/watch?v=h5pg8WXlt_s

Inutile de dire que je partage cette vidéo non pas à des fins de propagande, mais à titre de document, pour que nous puissions analyser et comprendre cet autre champ de bataille que constitue les images et leur emploi.

(Si vous trouvez que cette vidéo n'a pas sa place ici, cher Observatus, puissiez-vous m'en excuser. N'hésitez pas alors à me censurer. Néanmoins, elle me semble faire écho à celle de votre précédent article)

Bien à vous

Hamilcar Barca 28/02/2017 10:23

@UltimaRR

Cher UltimaRR

J'ai l'esprit de l'escalier, mais que voulez-vous, c'est l'âge! :-)

Je viens de réaliser en lisant votre réponse ce que signifiait votre pseudo: pas étonnant que vous soyez un amateur d'artillerie!
UltimaRR = ultima ratio regum
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ultima_ratio_regum

J'ai vu cette devise il y a très longtemps (1973), sur un canon français parmi des dizaines d'autres appartenant à une pléiade de nationalités, à la citadelle du Roi Christophe, au Cap Haïtien.

Bien cordialement

Observatus geopoliticus 27/02/2017 21:01

Cette impressionnante vidéo m'avait échappé, merci Ultima. Effectivement, le savoir-faire tant militaire que technique (montage vidéo à la George Lucas) sont indéniables.
Attention toutefois, le Hezbollah irakien n'a aucun lien avec son confrère libanais, même s'ils partagent les mêmes affinités (chiites, pro-iraniens) et sont, de fait, des groupes amis.

UltimaRR 27/02/2017 20:44

@OG

Il faut effectivement se connecter via une adresse mail pour "confirmer" votre âge. Vous vous néanmoins la visionner directement via AMN : https://www.almasdarnews.com/article/video-18-isis-attack-iraqi-militia-spectacularly-fails-resulting-high-casualties/


@Hamilcar Barca

Cher Hamilcar, merci pour vos éclairantes précisions en la matière ainsi que vos liens passionnant à lire/visionner !

La cadence de tir et la mobilité des M40 montées sur des jeep ou pick-up semblent en faire des armes tout à fait adaptées à la menace que représente les voitures suicide de l'État islamique, souvent renforcées par des blindages artisanaux.

On peut également souligner l'importance tactique que revêtent les drones civils sur le champ de bataille pour des groupes ne possédant pas de moyens d'observation aérospatiale, sans même parler de leur capacité à embarquer des explosifs. Leur potentiel en zone urbaine doit s'avérer extrêmement intéressant.

Bien à vous

Observatus geopoliticus 27/02/2017 17:35

@ Ultima
Pas de souci avec les liens vidéos. Malheureusement, celui-ci n'est pas accessible aux non-inscrits.
@ Hamilcar
Merci pour ces précisions techniques, cher suffète.

Hamilcar Barca 26/02/2017 11:39

@UltimaRR

Cher UltimaRR
Parmi les centaines de vidéos générées par le conflit en Syrak - et que j'ai cessé en principe de visionner depuis un bail - celle-ci est particulièrement instructive par ses aspects techniques.

Tout d'abord, la qualité cinématographique, qui montre que dans le domaine du reportage haut de gamme, le Hezbollah et ses techniciens n'ont rien à envier aux MSM.

Ensuite, d'un point de vue militaire, on voit en action une arme oubliée, reléguée au second plan par les missiles dans son rôle anti-tank, missiles dont l'action est de surcroît beaucoup plus attractive pour les vidéastes de tout poil.
La vidéo indique que les pièces d'artillerie montées sur les pick-up sont des canons sans recul M40 106mm, au départ mis au point et fabriqués par les USA, mais ici très certainement construits en Iran.

http://www.globalsecurity.org/military/systems/ground/m40rclr.htm

Outre sa capacité à fournir à l'infanterie un appui d'artillerie rapproché, et à haute cadence de tir (jusqu'à 12 tirs/mn), le M40 peut aussi tirer des obus à fléchettes, munition anti-personnel redoutable.

http://www.militaryfactory.com/smallarms/detail.asp?smallarms_id=975

On peut se demander si le carnage filmé en fin de bande n'est pas le résultat du tir de ce type de munition.
L'US Marine Corp en avait fait un large usage au Vietnam, souvent tirées par le M50 "Ontos" ("La Chose"), un blindé léger qui emportait 6 M40. Très utilisé pendant la bataille de Hué

https://www.youtube.com/watch?v=OUpl4vf5juA

Le tir des Ontos avait aussi un effet psychologique, et les Marines affirmaient que l'arrivée de ces engins sur le champ de bataille suffisait souvent à faire décrocher Viêt-Cong et NVA.

Bien cordialement

UltimaRR 26/02/2017 00:38

Peut-être aurais-je dû préciser le contexte. Des unités du Hezbollah présent en Irak font face à un assaut de l'État islamique à l'ouest de la base militaire de Tall Afar. Après avoir annihilé plusieurs attaques à la voiture piégée, elles finissent par encercler et anéantir les djihadistes.

jef 25/02/2017 21:11

The Saker a souligné maintes fois à quel point l'engagement militaire de la Russie était limité (en terme de troupes). A juste titre. Mais les gains pour la Fédération sont absolument fabuleux. On s'épuiserait presque à les énumérer! Votre article est plus bel hommage qu'on puisse rendre à la diplomatie russe: patience, constance, longanimité et sens des décisions. L'Ukraine . Le Proche-Orient. Les Brics. Tout donne raison à la diplomatie russe .

Observatus geopoliticus 27/02/2017 17:36

@ Jef
Effectivement, la plus grande force de la diplostratégie russe est d'être cohérente, adjectif dont la signification a été oubliée depuis longtemps à l'Ouest...

Charles Michael 25/02/2017 19:34

Cher Très Grand Observatusn,
et c'est moi que vous trouviez optimiste ?
Oui l'énergie, les sources et transports de gaz et pétrole sont les objectifs et les armes stratégiques.

petite coquille sur la date de Joe Le Déplumé, Mars bientot, mais pas encore.

Chris 25/02/2017 15:30

A propos de la (fausse) blonde aux (vraies) tresses, RT rapporte que le président américain Donald Trump a rencontré Loulia Timochenko, la dirigeante de l'opposition ukrainienne :
https://francais.rt.com/opinions/33724-quand-donald-trump-gagne-president-ukrainien-position-delicate