Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Nouvelles d'Eurasie

8 Septembre 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Chine, #Sous-continent indien, #Russie, #Amérique latine, #Economie, #Extrême-Orient

Alors que l'empire maritime unilatéral US perd toujours plus la main, même s'il réussit encore parfois quelques "coups", la multipolarité eurasienne continue son inexorable ascension, bien que celle-ci ne soit pas exempte d'accrocs. Le Grand jeu dans toute sa splendeur...

Réconciliation dans l'Himalaya

Si le Bhoutan et son fameux BNB (Bonheur national brut) est connu pour sa douceur de vivre à l'écart du développement frénétique de la planète, les derniers mois avaient cependant été marqués par de très fortes tensions dans la zone.

Enclavé entre les géants chinois et indien, le petit royaume himalayen s'est en effet retrouvé au beau milieu d'une querelle qui a fait les gros titres, parfois exagérés, y compris chez Zero Hedge ou RT (de l'importance de ne pas suivre aveuglément les médias, même les meilleurs...)

Retour sur l'affaire :

New Delhi a dénoncé vendredi comme une atteinte à sa "sécurité" la construction d'une route militaire chinoise sur un plateau montagneux stratégique au centre de tensions entre l'Inde, la Chine et le Bhoutan depuis plusieurs jours.

New Delhi "a signifié au gouvernement chinois qu'une telle construction représenterait un changement significatif du statut quo avec de sérieuses implications pour la sécurité de l'Inde", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Située sur le flanc ouest du Bhoutan et à l'est de l'État indien du Sikkim, la vallée tibétaine de Chumbi fait la jonction entre les territoires indien, chinois et bhoutanais. Si cette vallée est reconnue comme appartenant à la Chine, le plateau montagneux de Doklam dans sa partie sud-est fait cependant l'objet d'un contentieux entre Thimphou et Pékin.

Le Bhoutan soutient que la question de la souveraineté sur cette zone doit encore être réglée. La Chine, cependant, assure que le Doklam - qu'elle appelle Donglang - fait partie de son territoire et qu'elle a tout droit d'y effectuer des travaux.

"Le 16 juin, une équipe de construction de l'APL (armée populaire de libération, nom de l'armée chinoise, ndlr) a pénétré dans la zone de Doklam et essayé de construire une route", indique New Delhi, qui agit comme le parrain du Bhoutan sur la scène internationale.

La vallée de Chumbi est d'autant plus sensible pour l'Inde qu'elle n'est située qu'à quelques dizaines de kilomètres du corridor de Siliguri, une étroite bande de terre surnommée "cou de poulet" qui est la seule jonction territoriale pour New Delhi entre les plaines du nord et ses États du nord-est.

Le Bhoutan et la Chine n'entretiennent pas de relations diplomatiques officielles et dialoguent généralement via New Delhi. Mercredi, Thimphou a enjoint la Chine d'interrompre ce chantier, dénonçant une "violation d'accord".

Pékin a levé la voix cette semaine sur ce dossier. Il a dénoncé mardi une "incursion" de militaires indiens sur son territoire pour essayer de stopper le chantier de la route.

En coordination avec les autorités bhoutanaises, "du personnel indien, présent dans la zone générale (du col) de Doka La, a approché les équipes du chantier pour les enjoindre" à cesser les travaux, a déclaré vendredi New Delhi.

Ce corridor de Siliguri, coincé entre le Népal et le Bangladesh, et faisant la jonction avec les territoires isolés du nord-est, est effectivement un point hautement stratégique pour New Delhi. Pour l'anecdote, non loin se trouvent les célèbres champs de thé de Darjeeling ainsi que le Kanchenjunga, troisième sommet du monde.

A l'incursion indienne ont logiquement succédé les menaces chinoises, puis un statu quo de quelques semaines dans les brumes himalayennes, Pékin et surtout Delhi tentant de trouver une solution afin de réduire les tensions tout en ménageant la face de chacun.

Il est vrai que la position indienne est assez inconfortable et en partie responsable de la crise. L'Inde a tendance à se considérer, en exagérant parfois son rôle, comme la tutrice du Bhoutan et s'est trouvée embringuée dans la querelle territoriale sino-bhoutanaise. Or cette dispute est susceptible d'ouvrir la boîte de Pandore et de remettre en cause la convention anglo-chinoise de 1890 qui a peu ou prou délimité les frontières entre les deux géants asiatiques.

De plus, cela créé un précédent : l'Inde intervient ici en tant que troisième acteur (à la requête  réelle ou supposée du Bhoutan). Pourtant, c'est exactement ce que New Delhi refuse concernant le Cachemire alors que le Pakistan réclame à cors et à cris l'internationalisation du dossier depuis des décennies.

Ainsi, malgré les poussées de fièvre nationaliste en Inde, le gouvernement Modi a vite compris que la poursuite de la crise n'était pas dans l'intérêt du pays et a retiré ses troupes. Chose intéressante, la spectaculaire réconciliation fin août a eu lieu dans l'optique du sommet des BRICS à Xiamen du 3 au 5 septembre.

La conclusion de l'affaire est double. Premièrement, l'on a souvent tendance à voir le Grand jeu comme un affrontement de grands blocs, mais il ne faut jamais oublier que les antagonismes et particularismes locaux peuvent avoir une réelle incidence. La meilleure illustration vient du "mouchoir de poche" du Doklam, petit plateau inconnu au fin fond de nulle part mais qui, on vient de le voir, aurait pu avoir de très sérieuses conséquences à l'échelle du continent-monde.

Quant aux structures multipolaires - les BRICS en l'occurrence - elles font une nouvelle fois la preuve qu'elles sont bien autre chose qu'une coquille vide. Aucune surprise pour le fidèle lecteur, nous l'annoncions avant le début de la crise du Doklam :

Poutine est à Astana pour un importantissime sommet de l'Organisation de Coopération de Shanghai qui verra l'entrée officielle de l'Inde et du Pakistan dans la confrérie eurasiatique, décidée il y a deux ans et ayant pris un peu de retard. 

Le parallèle est frappant. Tandis que les institutions de l'empire américain sont en train de se fissurer (Union européenne # Brexit ; OTAN # Turquie) ou d'exploser (CCG # Qatar), la multipolarité eurasienne continue d'intégrer et de grandir. Tss tss Mackinder...

Certes, l'entrée du couple infernal indo-pakistanais importera son lot de frictions - dispute du Cachemire, méfiance de l'Inde vis-à-vis de la Chine et de ses routes de la Soie (rappelons que Modi a refusé de participer au sommet organisé le mois dernier par Pékin) - et la presse russe ne cache d'ailleurs pas certaines craintes. Mais cette plateforme unique de consensus à l'échelle du continent-monde qu'est l'OCS finira par créer, sous la pression du binôme russo-chinois, le dialogue nécessaire entre les frères ennemis.

Vladimirovitch ne disait pas autre chose dans un article écrit juste avant le sommet :

« Les activités de notre groupe sont fondées sur les principes d'égalité, de respect et de consensus. Au sein des BRICS, rien n'est jamais imposé à personne. Quand les approches de ses membres diffèrent, nous travaillons patiemment et calmement afin de les faire coïncider. Cette atmosphère ouverte et basée sur la confiance est le gage de notre réussite. »

BRICS pas à brac

Ce sommet de Xiamen justement, qu'en est-il ressorti ? Une foultitude de choses et ce n'est sans doute pas un hasard si la MSN occidentale commence à s'y intéresser un peu plus sérieusement que par le passé...

L'un des accents a été mis sur la lutte contre le terrorisme et, pour la première fois, des groupes djihadistes pakistanais (Lashkar e-Taiba et Jaish e-Mohammed) ont été nommés, pour le plus grand plaisir de New Delhi. Pékin s'est même cru obligé ensuite de rassurer le Pakistan sur ses intentions.

Plusieurs contrats ou memorandums de coopération ont été signés et d'importantes rencontres bilatérales ont eu lieu (Poutine-Xi, Xi-Modi, Temer-Modi, Modi-Poutine...) A ce propos, notons l'intéressant tango du président brésilien, Temer l'Usurpateur comme certain l'appellent, peu ou prou mis en place par un coup d'Etat juridico-institutionnel américain il y a un an. Le système impérial doit rire jaune en voyant son "protégé" s'émanciper dangereusement, inviter à la Chine à investir dans les privatisations et proposer de créer une plateforme de renseignement purement BRICS contre le terrorisme ainsi qu'une agence de notation.

On en avait déjà vu les prémices quand, en juin, Brasilia et Moscou ont annoncé une plus ample coopération spatiale et que Temer s'était dit intéressé par l'installation du système russe Glonass, concurrent du GPS américain, au Brésil. Comme son voisin Macri en Argentine, Temer doit faire face au principe de réalité : l'avenir est au monde multipolaire et il serait suicidaire de s'en séparer.

D'ailleurs, celui-ici attire de plus en plus et le président mexicain Peña Nieto a participé comme invité au sommet. Bientôt le BRICSM ? Ca semble en tout cas être le souhait de Pékin : élargir la multipolarité et y associer un nombre grandissant de pays. Le projet BRICS Plus, introduit en mars dernier par le ministre chinois des Affaires étrangères, propose d'étendre le partenariat avec le Mexique, l'Egypte ou encore la Thaïlande.

Mais la bombe du sommet de Xiamen a une nouvelle fois été économique et financière, avec un mot d'ordre en filigrane : dé-do-lla-ri-sa-tion. Dans l'article cité plus haut, Vladimirovitch avait d'ailleurs annoncé la couleur, quoique de manière diplomatique. Dans une déclaration commune des cinq, on peut lire cette phrase qui n'a pas dû passer inaperçue à Washington :

« Nous nous sommes mis d'accord pour favoriser le développement des marchés des obligations en devises nationales des pays des BRICS, ainsi que pour créer un fonds d’obligations en devises nationales des BRICS. »

Autre idée évoquée, mais encore à l'état de projet : la création d’une crypto-monnaie BRICS, évidemment vue comme une alternative au dollar. Mais surtout, la triade pétrole-or-yuan se met en place, court-circuitant bientôt le pétrodollar. Russie-Chine d'abord (ça a déjà commencé), puis les BRICS, leurs partenaires, les Etats alliés (Iran) voire même d'anciens vassaux de l'empire ensuite retournés (Qatar). Le tsunami risque d'être inarrêtable et fatal au système impérial américain. On comprend que Bzrezinski ait préféré partir avant...

Dans cet horizon fait de nuages noirs, une éclaircie tout de même pour Washington, offerte sur un plateau d'argent par l'allumé de Pyongyang.

Rien ne sert de Corée, il faut partir à point

Nous étions restés sur l'élection de Moon Jae-in en Corée du sud et la mauvaise nouvelle que cela représentait pour le Deep State néo-con :

Moon a envoyé les Américains valser sur la lune en suspendant le déploiement du THAAD. Concrètement, les deux batteries déjà débarquées resteront jusqu'à plus ample informé, mais celles qui étaient en attente d'installation attendront encore longtemps...

On imagine aisément le soulagement à Pékin, dont le nouveau président sud-coréen est assez proche, et à Moscou ; l'empire US vient de connaître un méchant revers dans sa tentative de contenir la partie orientale de l'Eurasie.

Car c'est de haute stratégie qu'il s'agit ici : Washington utilise habilement un conflit ancien et réel (crise coréenne : 1er niveau) pour placer ses pions sur l'échiquier (Grand jeu : 2nd niveau). Les batteries THAAD sur le territoire sud-coréen surveillent officiellement la Corée du nord et officieusement la Chine.

Nous avertissions cependant :

Dans ce contexte, l'élection de Moon risque de rebattre les cartes, dans des proportions qu'il est difficile de prévoir. Il est notoirement amical avec Pékin et, on l'a vu plus haut, très critique vis-à-vis de l'installation du bouclier US. Rééquilibrage des alliances, soumission à la pression américaine, ni-ni visant à plaire à tout le monde... tout est possible. Sans compter les coups d'éclat de Kim III qui ne manqueront pas d'advenir.

C'est advenu ! L'indécrottable Nord-coréen a procédé à ses essais nucléaires et provocations diverses, forçant la Corée du sud à finalement accepter le THAAD sur son territoire malgré les houleuses protestations : « une décision difficile mais inévitable » selon Séoul.

Kim III ou l'idiot utile de l'empire...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Theoltd 12/09/2017 15:27

Heureux de vous retrouver en forme et merci de ce billet!
Personnellement et en me gardant de toutes certitudes, je trouve le comportement des dirigeants N. Coréens plus que suspect. Ont ils besoin a ce point de provoquer par des missiles judicieusement envoyés et méthodiquement médiatisés? N'auraient ils pas plutôt intérêt a faire profil bas?
Leur dirigeant n'a t il pas fait ses etudes en Suisse? la famille n'est elle pas installée pour partie aux Etats Unis?
La Coree du Nord est très utile pour les US. Elle montre par exemple qu'il n'y a pas que dans les pays producteurs de pétrole que l'on trouve des dictatures qui méchant le monde.
Elle permet aussi, comme dit dans ce billet, aux US d'installer leur Thaad.
gageons que la Chine ou la Russie, sont des enjeux bien plus stratégiques....
Alors... idiot utile, sans aucun doute, et peut être bien davantage....

Euclide 12/09/2017 12:41

De toute façon la Corée n'est-elle pas appelée le "pays du matin calme " ?
j'ai bon là ?

LeMagasin 12/09/2017 18:50

Je pense qu'il fait un peu plus frais au nord..

LeMagasin 12/09/2017 00:36

Attention, je crois que nous faisons fausse route...
Déjà, considérons le conflit coréen comme non résolu depuis la première guerre froide. Qui le perdait jusqu'au dernier développement militaire? Clairement la CDN. Plus maintenant, renforçant ainsi le statu quo au lieu d'une défaite possible profitant à?
De plus, Vu la proximité des dates entre le prétendu essai sous terrain et le sommet à la ville "qui domine l'orient" (ajoutons à cela beaucoup de bruit sur l'avenir du Kamchatka dans l'industrie petrolière et gazière), ne pourrait-on pas se permettre de penser qu'il s'agissait de poser les bases d'une négociation censé redéfinir les alignements respectifs dans la région?
N'oublions pas, il n'y a aucune preuve concrète que Kim ait effectivement cette puissance de frappe...
A mon humble avis, il y a là construction d'une illusion flagrante..sun tzu nous en voudrait de ne pas la reconnaître... Kim un acteur? Kimpossible..
Il y a un establishment militaire derrière dont les liens avec Beijing sont connus de tous...

Charles Michael 11/09/2017 15:43

Sur la Corée deux articles de William Polk
Le premier nous raconte en détail l'histoire de la péninsule depuis 1904; pour les non-anglophones Wikipedia vous dit à peu près la même chose

http://turcopolier.typepad.com/sic_semper_tyrannis/2017/08/mayday-korea-by-william-r-polk.html#more

http://turcopolier.typepad.com/sic_semper_tyrannis/2017/09/mayday-korea-by-william-r-polk-part-2.html#more

Le deuxième article assez passionnant vous explique vu de l'intérieur la crise des missiles cubains de 62 et le ''chicken game'' Kennedy-Kroutchev et fait un parralléle avec Trump-Kim. Très bon profilages psychologiques.

je rejoint assez complétement le point de vue idiot utile de Kim qui avec ses grosses provocs de cancre a surement endommagé le jeu subtil des deux Adultes qui s'apprétaient à honorer le nouveau Premier Sud Coréen .
Patapouf,les deux excités échangent menaces et insultent. Pourtant ils partagent, sinon le même coiffeur, le même gout pour l'originalité capillaire.

mais dans ce billet de l'Inestimable Leader de la Géo-Stratégie, le vrai fondamental ce sont ces trois magnifiques Camenbert.

Un petit merdier européen est-il en train de bourgeonner dans les couloirs Bruxelleux avec l' Europe de la Défense sous Kommandatur Allemande ?

Pour Berlin, prendre le leadership de l’Otan, ça en vaut la peine
par German Foreign Policy

samedi 9 septembre 2017, par Comité Valmy
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8984.

Bravo à Grognard lecteur de Jacques Sapir (souverainiste traité de rouge-brun, ça m'est arrivé aussi)

Eric Basillais 11/09/2017 14:43

Birmanie

D'après les informations recueillies, il s'agit d'un cas classique d'impérialisme déguisé. Mais là tous les acteurs sont présents. Chine, Inde, Russie, USA, Israël, Arabes Saudiens, Iran, Turquie, Frères Musulmans, Al Qaida...pour un peu on oublierait les Birmans !

https://ericbasillais.wordpress.com/2017/09/11/geopolis-11092017/
http://www.frexit-limousin.fr/archives/2017/09/09/35658947.html

LBP 11/09/2017 12:34

Bonjour OG,

Un sujet me turlupine à propos de la Corée du Nord. Il semble acquit que ces deniers aient bénéficié d'un soutien technique de première importance de la part des Ukrainiens dans leurs récents progrès en matière balistique. Un très bon résumé ci-dessous, mais d'autres sources en font état:


https://www.iiss.org/en/iiss%20voices/blogsections/iiss-voices-2017-adeb/august-2b48/north-korea-icbm-success-3abb


Il ne fait aucun doute qu'il ne s'agit pas de pièces qui ont simplement été prises sur une étagère et envoyées par coli postal à Kim.


Les US et/ou les russes ont-ils réellement pu ne pas voir ce qui se tramait? J'y crois pas trop. Est-ce une réponse des russes à la déstabilisation de l'Ukraine? Un coup de main des US à leur "idiot utile"? A qui profite le crime... Dans tous les cas les deux extrémités de l'échiquier ont l'air de se rejoindre.


Votre avis? Bien à vous


PS hors sujet: Que se passe-t-il à l'est de l'Euphrate? Aucune réaction à ma connaissance des russes et des syriens à la descente des FDS vers DZ?

daniel 11/09/2017 17:59

Merci pour votre hors sujet : SAA et SDF sont une trajectoire de collision. Les SDF multiplient les déclarations assez martiales anti Daesh à DZ uniquement... mais pour Raqqa, il a existé un "centre" d'informations mixte anti-collision Russe, Sdf, Saa qui a bien marché, sauf que les chiens fous US ont abattu un avion syrien... Beaucoup de questions sans réponses au sujet de DZ... Les Sdf sont manifestement hors zone.

Respublica 11/09/2017 11:58

En même temps le Kim a bien comprit: peu importe vos soutiens, l'ogre US sait faire tomber les pays dirigés par des "dictateurs" qui ne suivent pas les ordres. Face à cela, l'arme nucléaire serait le gage qu'il n'arriverait rien au régime...l'avenir nous dira si ce choix est le bon (j'en doute) mais c'est le choix clairement énoncé, même si cela s'effectuer au détriment de toute cohérence économique ou au détriment du niveau de vie de ses habitants.

Madudu 11/09/2017 18:43

Et il faut rappeler que ces "sanctions" sont possibles grâce au système déloyal mis en place par les US, qui veut que la monnaie d'échange internationale soit la monnaie nationale du plus fort.

Ce système donne aux US un pouvoir qu'ils ne sont pas légitime à exercer, ne l'oublions pas.

Madudu 11/09/2017 18:39

Franchement il faut sortir de l'inversion accusatoire états-unienne, ce ne sont pas les victimes des sanctions économiques qui sont responsables de ces sanctions ...

Ce sont les US qui décident des sanctions, ce sont eux qui sont responsables des difficultés qui découlent de leurs choix.

Autrement vous donnez raison à la brute en invoquant que sa victime n'avait qu'à se laisser baisée ainsi qu'il l'exigeait.

daniel 11/09/2017 07:43

de OG: "Les armées européennes, pourtant pas ridicules...": erreur, les armées européennes SONT ridicules. La puissance brute, hors force nucléaire pour la France, est extrêmement faible. Les forces US peuvent être qualifiée de "Cou de taureaux, Tête de moineaux". L'US Navy accumule les abordages en haute mer. Les avions de combat européens (anciens) ont des vices de construction abrégeant leur emploi. L'armée de terre britannique n'est pas encore remise de ses efforts Irak-Afganistan, imposés par Cameron. La marine britannique n'a jamais été aussi faible. La Syrie a été la némésis du commandement des forces US. Et surtout, le système d'acquisition des armes aux USA est dispendieux au-delà du possible. Les F35 ne sont pas opérationnels, s'il le sont jamais. Les exemples abondent... Rien d'irrémédiable, mais ça prendra du temps.

Grognard 10/09/2017 20:58

En guise de pièce jointe:
https://www.youtube.com/watch?v=Lm-zXHig9Qo
Quels résultats pour les BRICS ? / Les chroniques de Jacques Sapir / Sputnik
Ou l'on évoque des sujets centraux par rapport au contenu de ce blog.

Catalina 10/09/2017 18:15

un article qui parle de la république populaire de la Corée du nord, Robert Charvin, intervenant, https://www.les-crises.fr/comment-peut-on-etre-coreen-du-nord-ou-russe-conference-de-robert-charvin-a-la-sorbonne/

ChristineG 15/09/2017 10:14

Je tire profit de votre lien (merci) pour en tirer une citation de l'auteur : "La détestation de la Corée du Nord a aussi une logique qu’explique la géopolitique : la nécessité pour les Etats-Unis de maintenir des troupes dans des positions avancées en Asie de l’Est, à proximité de la Russie et de la Chine, au prix de compromissions avec les dirigeants sud-coréens en matière de droits de l’homme."

Ce qui conforte mon opinion, à savoir que la Corée du Nord joue le même rôle, en géopolitique, que celui du Front National, en politique intérieure : le rôle d'épouvantail.

simplet 10/09/2017 16:20

Au sujet du Japon en quête de samouraïs et de héros ( voir le tapis rouge aux médaillés judo de Budapest, particulièrement Hifuli Abe et Hashimoto, deux nouvelles petites merveilles), il est intéressant de constater le début d'un rapprochement avec la Russie sous prétexte de construction d'infrastructure reliant les Territoires du Nord ( Hokkaïdo), Sakhaline et le continent. Rallonge de la route de la soie?
Nouveau religieux: Abe Putine. Bon, ok, je sors!

Observatus geopoliticus 10/09/2017 19:23

@ Simplet
Oui, j'aborderai ce monumentale projet dans un prochain billet sur le Nord-est asiatique (oui je sais, ça fait longtemps que je l'ai promis ^^)
Bien à vous

la grive 10/09/2017 15:30

Merci pour ce billet, cher OG.

Est-ce que la chute soudaine des tensions entre Inde et Chine au sujet du Doklam, aussi soudaine qu'un soufflé sorti du four, ne tient pas aussi du fait que la menace était plus apparente que réelle ? Je pense au poulet. Concrètement, dans le cas d'une hypothétique coupure du corridor, je vois mal les indiens rester à se lamenter d'autant de perfidie chinoise alors qu'il leur suffirait de couper droit à travers le Bangladesh pour renouer avec les états du nord est.

Observatus geopoliticus 10/09/2017 19:22

@ La grive
De toute façon, il n'y avait que les tabloïds (et aussi quelques sites sérieux, hélas) pour évoquer une possible guerre entre les deux géants. Jamais la Chine n'aurait osé envahir l'Inde et encore moins couper la tête du poulet.
Mais vous savez comment sont les grandes puissances, particulièrement émergentes : tout ce qui constitue une lointaine et hypothétique menace (la route chinoise sur le Doklam) est immédiatement pris comme une menace immédiate et mérite une riposte publique.
Bien à vous

Interrogateur 10/09/2017 14:59

Bonjour à OG, bonjour à tous.

Une question me turlupine : un Japon qui retrouverait une armée non bridée serait-il vraiment à l'avantage des américains ?
En effet, on peut imaginer que la présence de bases US sur l'archipel aurait davantage de mal à se justifier.
Bien à vous.

Interrogateur 11/09/2017 11:55

Oups ! Quel etourdi, j'ai oublié le lien.

http://tripleaincorporated.blogspot.fr/2014/05/coree-du-nord-22-avril-2004-etrange-jeu.html?m=1

Et merci de votre précédente réponse.

Interrogateur 11/09/2017 11:52

Je profite de votre réponse pour vous joindre un billet trouvé par hasard et traitant d'une coopération (passée ?) syro-coréenne dans le domaine du nucléaire militaire.
N'étant pas anglophone, je n'ai pu recouper efficacement les informations.
Cela pourrait expliquer comment une nation avec des moyens financiers et scientifiques limités est parvenu à obtenir l'arme nucléaire et ses vecteurs de lancement : elles sont trois (Corée, Iran, Syrie).
Cela vous paraît-il crédibles ?
Bien à vous.

Observatus geopoliticus 10/09/2017 19:05

@ Interrogateur
Dans l'absolu, oui. Mais quand on connaît la force de l'entrisme et du lobbying US... Les armées européennes, pourtant pas ridicules, n'empêchent point les Etats-Unis d'avoir des dizaines de bases sur le Vieux continent.
Bien à vous, cher Interrogateur

Euclide 10/09/2017 09:43

Je suis d'accord avec le commentaire de Grognard sur le Japon.
Le concept d'armée d'autodéfense va bientôt imploser. Ce n'est pas seulement les gesticulations de Kim III qui l'irrite mais surtout la Chine. Son point faible est la catastrophe de Fukushima. Elle est estimé pour le moment a 100 Milliard de $à la charge de l'Etat japonais. C'est toujours des ressources manquantes.

Pour conclure, les pays à suivre sur ce blog sont l'Afghanistan, la Corée du nord ainsi que la Chine et en " guest star" les States; Quelle va etre la réaction des States face à ces pays. Je vous le demande ?

Observatus geopoliticus 10/09/2017 19:01

@ Euclide
"Ce n'est pas seulement les gesticulations de Kim III qui l'irritent mais surtout la Chine."
>>> Précisément. Mais sans l'idiot utile de Pyongyang, les vassaux asiatiques de l'empire (Japon et Corée du sud pour ne pas le nommer) ne trouveraient pas de prétexte pour réarmer et installer le bouclier US avec la Chine en ligne de mire.
Kim III, c'est du pain béni pour le Deep State américain ; s'il n'existait pas, il aurait fallu l'inventer. Cet anti-Midas a même réussi l'exploit de transformer une élection très défavorable à l'empire (Moon) en atout pour Washington ("si même Moon accepte le THAAD"...)

Grognard 10/09/2017 05:35

Si nous faisions un peu d'analyse transactionnelle pour changer?
Dans cette discipline de la sociologie il y a ce que l'on appelle les positions de vie au nombre de quatre:
- je suis ok, tu es ok
- je suis ok tu n'es pas ok
- je ne suis pas ok, tu es ok
- je ne suis pas ok, tu n'es pas ok.
C'est cette dernière qui prévaut.
Il n'y a pas toujours des bons et des méchants.
Il peut y avoir que des méchants.
Situation assez courante qui ne serait contestée que par les naïfs.

La dynastie des Kim est une dynastie de fripouilles qui combine les comportements de dictateurs et de maitres chanteurs.
Habituellement le chantage consistait à aboyer bien fort pour obtenir des rallonges de la Chine
Pour le moment la seule chose qu'il a obtenu c'est que le gouvernement sud coréen accepte de nouvelles rampes THAD au grand dam de la Chine et de la Russie.
Alors oui dans la catégorie idiot utile le bonhomme a ses 4 étoiles au guide de la diplomatie.

Il est manifeste que Trump n'est pas équipé d'une prise de terre.
Pour cette raison ses neurones jouent parfois au yoyo.
Je crois également qu'il lui en reste suffisamment pour ne pas balancer une bombinette si proche des frontières russes et chinoises.
Les retombées radio actives ne s'arrêtent qu'aux frontières de la France.
Tout le monde connait cette loi de la physique élémentaire.
Puisque j'évoque notre cher pays à la place de Jupiter voilà ce que j'aurai dit à Kim: cochonou si tu continues à faire le zouave tu vas finir en rillettes.
Au lieu de le traiter comme l'ennemi public numéro un il eu mieux valu lui faire perdre la face.
Encore une fois le plus fin dans l'affaire c'est Vladimirovitch quand il déclare qu'il ne considère pas la Corée du nord comme une puissance nucléaire.
Une façon élégante de dire que la Corée est un tigre de papier.

Alors oui d'accord avec OG lorsqu'il écrit:
" Kim et le système impérial US sont de facto des alliés" ....... "qui s'ignorent..." hum ça pourrait bien ne pas durer.
Les US vont vite comprendre si ce n'est déjà fait que Kim est le parfait couteau suisse pour leur permettre d'avancer leurs pions.
Il est aussi et c'est le comble lorsque l'on connait les antagonismes entre Japon et Corée, un allié objectif de shinzo abe qui ne rêve que de se débarrasser de l'article de sa Constitution qui dispose:
Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l'ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l'usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux.

Pour atteindre le but fixé au paragraphe précédent, il ne sera jamais maintenu de forces terrestres, navales et aériennes, ou autre potentiel de guerre. Le droit de belligérance de l'État ne sera pas reconnu. »
Le gvt US se frotterait certainement les mains que la situation ouvre la porte à un Japon plus militariste.
D'autant que le traité de San Francisco du 8 septembre 1951 qui fixait les effectifs et le rôle de la force d'auto défense n'est pas vraiment respecté.
Benêt Kim?
Je ne sais pas.
Pyromane sans aucun doute

Observatus geopoliticus 10/09/2017 18:51

@ Grognard
Excellent texte, cher Grognard, plein de délicieux clins d'oeil, j'en ris encore.

Kevin 10/09/2017 12:35

hahah, merci Grognard pour cette analyse pour le moins originale :-)

jef 09/09/2017 23:53

"'En gros, ça sert à rien que je me casse le cul à faire des billets sur la Corée et démontrer son importance dans le Grand jeu puisque de toute façon, ce n'est pas cru..."

Ah Non! Non! Désolé,cher OG, mais vous êtes indispensable! Je ne dis pas cela pour vous cirer les bottes mais simplement parce que la vie m'a appris à me me méfier de mon premier avis et que je me suis toujours trouvé mieux d'écouter celui d'un homme averti. Or, c'est ce que vous êtes sur des sujets qui me passionnent . Et quand je dis que cela me passionne..!. Je n'ai rien d'un neutre et c'est avec une joie infinie que je suis la victoire syrienne.

Le mérite de votre blog tient aussi à la très haute qualité de vos commentateurs.Ne vous froissez pas si tous ne suivent pas d"emblée.

Sur un autre fil, je me suis mêlé à un échange passionnant entre de deux de vos pointures, Alaric et Madudu. Et, je le dis franchement; j' ai pris le temps de la réflexion avant de le faire.
Donc interdiction, cher OG, de nous laisser tomber.
Très amicalement, jef.

Observatus geopoliticus 10/09/2017 18:49

@ Jef
Pas d'inquiétude, cher Jef. Et oui, tout à fait d'accord sur la qualité des échanges de plusieurs pointures ("piliers de pub" dirait notre Grognard national).
C'est juste que quelques commentateurs m'ont un peu sauté dessus dès mon retour, m'interpellant, confondant sans doute leurs messages sur les sites de la MSN et l'espace de discussion privilégié qu'est ce blog. Y'a des coups de pied au c.. qui se perdent.
Bien à vous

Léa 09/09/2017 21:59

Bonjour à tous.
Pour les non-anglophones qui souhaiteraient le lire, l'article de Pepe Escobar référencé ci-dessus (après "triade pétrole-or-yuan") par OG, en français.
http://www.entelekheia.fr/la-bombe-des-brics/

Nesho 09/09/2017 21:53

Bonsoir OG ,
Je suis votre blog depuis longtemps et j'ai toujours été d'en phase avec votre optimisme pour le succès d'un monde multipolaire . D'ailleurs j'avais tort d'être pessimiste pour la dernière offensive de Damas pour Deir Ezzor , Daech est belle et bien lessivé .
Et je trouve rageant que les US profite de la Corée du Nord pour implanter le THAAD dans la péninsule.
Et maintenant l'Inde qui est incapable d'avoir des relations sereines avec tous ses voisins par crainte de la Chine . J'espère que les US n'arriveront pas à les retourner eux aussi .
Les pro Monde multipolaire ont encore beaucoup de travail devant eux .

Observatus geopoliticus 10/09/2017 18:44

@ Nesho
L'Eurasie étant le continent-monde ayant vu passer presque toutes les principales civilisations de l'histoire, il subsiste et subsistera toujours des écueils, c'est inévitable. L'opposition Inde-Chine est historique et il sera sans doute impossible de gommer toutes les aspérités.
Tel n'est d'ailleurs pas le but des organisations multipolaires comme l'OCS et les BRICS, dont la souplesse permet de réunir et de faire dialoguer les géants eurasiatiques, bientôt de faire coïncider partiellement leurs intérêts.
Bien à vous

Petite lili 09/09/2017 20:58

C. de Gaulle:
"Des marionnettes, tout ce que veulent les américains ce sont des marionnettes"
Les nazis en Ukraine, les mafieux criminels de guerre au Kosovo, des djihadistes etc... peu importe!;

Marsik 09/09/2017 19:53

je voulais dire "j'y crois pas" (a la 9e ligne). Pardon!

Marsik 09/09/2017 19:51

@OG

Bonsoir

"ça sert à rien que je me casse le cul à faire des billets sur la Corée et démontrer son importance dans le Grand jeu puisque de toute façon, ce n'est pas cru..." Que nenni! Nous apprenons bcp de vous. Nous apprécions vos analyses, croyez-moi, et le plus souvent, ça s’avère évident et même vrai.Et d'ailleurs, chaque fois qu'un evenement y relatif survient, vous nous le rappelez dans vos billets en vous citant vous-même. C'est tout a votre honneur. Chapeau !! Mais n’empêche que nous analysons aussi les actualités (et surtout la géopolitique) a notre manière en nous appuyant sur d'autres bases et d'autres sources et il est de notre devoir d'exprimer nos opinions. On peut se tromper, cela peut arriver et ça arrive même aux analystes les plus pointus. C'est ce que j'ai fait en disant "j'y crois". Je me suis peut-être trompé. Une chose reste vraie: j'apprends bcp a partir des commentaires des autres lecteurs ici. Et justement la beauté de votre site, c'est que nous avons ce privilège (actuellement en perdition ailleurs dans les "merdias") de confronter nos opinions en toute aisance. Allez courage!

Bien a vous

ERIC BASILLAIS 09/09/2017 17:02

Bonjour,

j'interviens pour la première fois sur votre blog que je suis régulièrement. Je commence moi-même, très modestement, un billet hebdomadaire de Géopolitique, mais pas forcément sur la question du Grand Jeu.

Sur la question du Bouthan, je pense que la Chine a voulu tester l'Inde en sachant pertinemment que les enjeux du BRICS pèserait sur l'Inde. La construction d'infrastructures (ici une route) semble être sa marque de fabrique, sa manière de délimiter "son territoire". L'effet de surprise a été total en Inde, manifestement impréparée sur ce dossier.

Observatus geopoliticus 09/09/2017 18:41

@ Eric
Bienvenue et n'hésitez pas à l'occasion à donner le lien vers votre site.
Sur le Bhoutan, oui et non. Ce n'est qu'en 2000 que le petit royaume himalayen (sur la pression de l'Inde ?) s'est mis à revendiquer les quelques kilomètres de territoire au coeur des débats aujourd'hui. Les Chinois avaient déjà construit une partie de la route et lui faire faire un détour aurait été trop compliqué.
Si Pékin affirme de plus en plus fermement son autorité dans les mers de Chine (méridionale et orientale), dans le cas présent, c'est plutôt du côté de New Delhi qu'il faut chercher la provocation.
Bien à vous

Jimoni 09/09/2017 13:39

Je crois que, loin d'être idiot, Kim joue avant tout son propre jeu. Par ses actions, il veut prendre son indépendance sur la Chine dont la Corée du Nord dépend dangereusement au niveau économique. Après oui, il joue le jeu de l'empire, mais il s'en fout.

Observatus geopoliticus 09/09/2017 18:52

@ Jimoni
Ben non, ce n'est pas en réservant d'énormes ressources au complexe militaro-nucléaire et en laissant la population clamser de faim que Kim III s'émancipera économiquement, au contraire... La Corée du nord est un mendiant international incapable d'être auto-suffisante justement, dépendant toujours plus de l'aide internationale et des exportations vers la Chine (principale raison des 3,9% de croissance).

@ Marsik
"jouer le jeu de l'empire? Quel empire? US? J'y crois pas."
>>> En gros, ça sert à rien que je me casse le cul à faire des billets sur la Corée et démontrer son importance dans le Grand jeu puisque de toute façon, ce n'est pas cru...

Jimoni 09/09/2017 17:59

@OG
D'une certaine façon, si. Le commerce extérieur de la Corée du Nord dépend quasi exclusivement de la Chine, notamment sur des ressources primordiales comme les hydrocarbures. À tout moment, la Chine peut faire sauter la Corée du Nord. Bien sûr, elle n'en a aujourd'hui pas forcément intérêt, mais qui sait un jour ? D'autant plus que les relations entre la Chine et la Corée du sud s'améliorent. Face à cela, Kim renforce son arsenal nucléaire. Pourquoi ? Car c'est ultradissuasif, c'est presque de la folie après de tenter de renverser la Corée du Nord qui pourrait utiliser sa force nucléaire (ou non, mais le risque à prendre est trop grand). À côté, dans tous les cas, Kim a entrepris une politique économique qui porte ses fruits (la croissance nord-coréenne attendrait 3,9 pourcent du PIB).

@Marsik
Du coup, bien sûr, je suis persuadé qu'ils font cela pour se prémunir d'une invasion. Mais une invasion de qui ? Des Etats-Unis ? Surement, mais avec l'accord de la Chine qui ne laisserait jamais une intervention unilatérale arrivée.

La Corée du Nord prend juste son indépendance.

Marsik 09/09/2017 17:31

@Jimoni
im jouer le jeu de l'empire? Quel empire? US? J'y crois pas. Et pourquoi pas celui de la Chine? On connait les accointances de Pékin et Pyongyang.Je suis d'accord avec Vlad lorsqu'il semble dire que la Corée du Nord joue sa survie et que Kim a en mémoire ce qui est arrivé a Saddam et a Kadhafi. "Ils (les nord-coréens) mangeront de l'herbe et mais renonceront pas..." Surement que Vlad connait bcp de choses sur ce dossier et en disant cela, il sait de quoi il parle, je pense.

Observatus geopoliticus 09/09/2017 16:10

@ Jimoni
Moui enfin... Ce n'est pas dans la fuite en avant nucléaire que la Corée du nord accédera à l'indépendance économique. Au contraire même...

Canut 09/09/2017 11:06

C'est vrai qu'avant c'était quasi le black out total sur le BRICS dans les médias mainstream et maintenant on l'entend être évoqué timidement du bout des lèvres par les fameux "experts"qui se relaient depuis des dizaines d'années à la télévision et ailleurs.
Ils le font sans trop s'attarder dessus bien sûr, ni même donner une explication claire de ce que c'est pour le spectateur lambda parce que faut pas trop rêver non plus.

GEBE 09/09/2017 10:38

dé-do-lla-ri-sa-tion : Un pays de plus dans le Club.

http://www.boursorama.com/actualites/venezuela-maduro-veut-vendre-du-petrole-en-devises-autres-que-le-dollar-aaf4f041986deec15a32663efa32d2c5
et
http://www.zerohedge.com/news/2017-09-08/venezuela-about-ditch-dollar-major-blow-us-heres-why-it-matters

wawa 09/09/2017 18:05

@observatus.

il pourrait demander aux US d'être payé en rouble.
qui sait, dans 20 ans, ma boutade pourrait être devenue réalité

Observatus geopoliticus 09/09/2017 16:24

@ GEBE
Oui, c'est dans les tuyaux depuis longtemps, reste à savoir si Caracas passera aux actes. C'est loin d 'être gagné étant donné que le Venezuela vend la majorité de son pétrole aux... Etats-Unis !

Stereden 09/09/2017 10:23

Traiter Kim Jong Un de paranoïaque, de débile et de gros bébé fou n'est pas très cohérent. Cet homme est tout ce qu'on veut sauf un imbécile ou un fou.
Si Saddam Hussein avait "réellement" disposé d'armes de destruction massive il serait toujours vivant, toujours à la tête de son pays et les américains viendraient lui cirer les godasses.
Aujourd'hui les américains sont face à un pays qui est en mesure de porter des coups d'une force insupportable pour eux, ils vont donc agir comme toujours : fort avec les faibles, faible avec les forts.
On peut gloser à l'infini sur le rôle d'idiot utile que joue Kim Jung Un et qui permet aux américains de placer prés de la Russie et de la Chine tout un arsenal de bombinettes mais tout cela n'est rien en comparaison du fait fait que les américains sont ridiculisés et surtout totalement bloqués par un petit pays.
La région ressemble à une cour de récré du collège : la terreur de l'établissement vient de se prendre une rouste et il fait le fier et le beau pour ne pas perdre la face.

Observatus geopoliticus 09/09/2017 18:37

@ Dubitatif
"La naiveté ici serait en l'occurrence de croire qu'il y a un gentil, un pas gentil du tout. Y a pas de gentil"
>>> Heu... vous êtes mignon, petit gars, mais faudrait veiller à pas trop me prendre pour un con, sinon c'est la sortie de piste assurée.
Depuis mon retour, vous êtes deux ou trois habitués des Chroniques à venir me troller. Qu'est-ce qui se passe ? Vous n'avez pas eu votre dose en août, c'est un mois entier de fiel qui ressort ?
Si ça ne vous plaît pas ici, allez troller ailleurs. Personne n'est indispensable, même pas vous...

Dubitatif 09/09/2017 17:57

@ Observatus geopoliticus

Bonjour cher hôte
En vous lisant j'ai cru à une description des Etats Unis. Mais à bien regarder, j'ai du déchanter il s'agit bel et bien de la Corée du Nord. C'est fou comme ils se ressemblent.

La naiveté ici serait en l'occurrence de croire qu'il y a un gentil, un pas gentil du tout.

Y a pas de gentil juste des dirigeants (coté KJU en tout cas, parceque coté Usa on peut se poser la question de qui dirige ce pays), donc je disais d'un coté l'un acte pour sauver sa peau celui de son pays et l'autre se comporte en tortionnaire et cela dure depuis la scission de ce pays et même au delà n'ayons pas peur.

Pour le reste nous sommes de grands garçons, le mensonge est le quotidien des États, des hommes politiques, s'en offusquer serait faire preuve de naiveté non? Bien à vous.

Dubitatif 09/09/2017 17:17

@Madudu

Endogène. Oui à considérer le Pakistan et l'Arabie saoudite comme faisant partie du Myanmar, alors sans aucun doute.

C'est l'éternel problème des déracinés qui sous la protection des grands de ce monde s'installent chez le voisin sans permission, sans même essayer de se fondre dans la masse mais tous munis d'excellentes mauvaises raisons de le faire (suivez mon regard).

C'est l'histoire d'un mec qui se nourrit à la bêtise de son mentor religieux étranger et qui débarque dans un pays qu'il décrète appartenir à son ethnie sous prétexte qu'une ''flopée de faiseurs de cadavre'' lui ont chanté la chanson. Et qui crée l'ARSA avec l'appui financier, militaire de l'Arabie Saoudite, du Pakistan et je vous le donne en mille notre ''marchand de cadavre international'', j'ai nommé les États Unis, (le seul État voyou de ce monde avec Israël).

Jusqu'en 2016 personne n'en avait cure des Rohingyas. Un conflit endogène comme il y en a eu de tout temps en Birmanie avec sa centaine d'ethnies minoritaires remuantes. Une habitude qu'ils ont fini par résoudre, à coup de force certes mais aussi du bon sens du vaincu.

Et puis miraculeusement, 2016 l'ARSA pointe le bout de son nez avec armes et sponsorts. Ils sont tous présents, tous, de la Turquie à l'Iran en passant par l'Azerbaidjan, la Tchétchénie, l'Indonésie, copains et ennemies réunis sous la même bannière. Mais personne n'en veut chez eux de ces ''sans patrie'' surtout pas l'Indonésie si proche. Faux Q oui.

Pourquoi 2016? L'empire est juste mal, très mal, la route de la soie est promise à un bel avenir avec un débouché (et les infrastructures qui vont bien avec) sur la mer au Myanmar. Intolérable tout simplement.

In fine, ceux qui en feront les frais, ce sont les Rohingyas. D'une, ils ne sont pas chez eux. De deux, La Chine est directement concernée, ce qui évitera à certains voisins bien intentionnés de faire le kakou. Et ce ne sont pas les gesticulation américaines qui y feront grand chose.

Iran sponsorise l'ARSA?, c'est comme la Russie qui se fraie avec le Qatar, La France avec Al Nostra et le Quatar, décevant à en vomir mais bon c'est la vie.

Observatus geopoliticus 09/09/2017 16:08

@ Stereden et Dubitatif
Vous êtes bien naïfs... Le dossier nucléaire nord-coréen dure depuis des dizaines d'années, bien avant les récentes provocations américaines. Cela fait trente ans que l'on assiste aux revirements, mensonges et retournements de veste des Kim. Ils quémandent l'ouverture de négociations, dites-vous ? LOL. A chaque fois que des négociations s'ouvrent, ils roulent dans la farine leurs interlocuteurs, y compris les Russes et les Chinois qui font pourtant montre de tolérance envers Pyongyang. Plus personne ne peut les supporter et tout le monde condamne leur fuite en avant, y compris au sein du camp multipolaire.

Concernant les Rohingyas de Birmanie, d'accord avec Madudu, la situation est plus complexe que cela. On en a une bonne idée quand on sait que les Rohingyas sont supportés à la fois par les Saoudiens, les Iraniens et Kadyrov, qui sont pourtant en désaccord sur tout par ailleurs ! Difficile d'y voir un élément du Grand jeu entre le système impérial US et l'Eurasie multipolaire...

Madudu 09/09/2017 15:38

Déjà, ma source à propos de la position iranienne sur la question c'est le média d'état iranien PressTV en français.

Il y est question de la situation humanitaire des rohingyas tous les jours, à chaque journal. C'est LE sujet, traité avant tous les autres, en long en large et en travers. Une vrai obsession ^^

PressTv parle de 230 000 déplacés, je n'ai pas vérifié le chiffre.

Il n'y est pas question d'accueillir les rohingyas, mais plutôt de défendre leurs intérêts sur la scène international, d'en être en quelques sortes le porte-parole - autoproclamé ^^

Il y est question de manière systématique de "persécution des musulmans", de "discrimination des musulmans", de "violences contre les musulmans", etc. Ces rengaines, dans le journal d'aujourd'hui, sont aussi employées à propos des musulmans du Royaume-Uni.

Il y a donc une prétention iranienne à s'ériger comme le porte-parole de tous musulmans mécontents, du monde entier, sans distinction.

Le reste je ne l'affirme pas, c'est une hypothèse : peut-être que l'Iran veut concurrencer politiquement l'AS, le Qatar, etc, sur le terrain idéologique en proposant son modèle de république islamique comme alternative à la fois au chaos terroriste, à la démocratie dite libérale et aux régimes laïcs autoritaires.

Pour ce faire l'Iran doit étendre son influence au-delà du monde chiite, elle doit donner des gages aux populations sunnites opprimées à la fois parce qu'il s'agit des premières candidates à l'islamisme sauce saoudienne, et parce qu'elle peut donner à penser par l'exemple qu'elle porte la cause de tous les musulmans et pas seulement des chiites.

L'hypothèse est donc que l'Iran prétend à guider le monde musulman dans son ensemble, en se proposant comme exemple et comme alternative. Et ce dans l'objectif à la fois de s'affirmer en tant que puissance, mais aussi de remplacer les idéologies qui servent à déstabiliser le monde musulman par la sienne, qui est nationaliste (et pas internationaliste), autoritaire (assure l'ordre en périodes difficiles) et égalitaire (pour calmer les mécontents pauvres et faire concurrence au modèle capitaliste anglo-saxon).

En tous cas cette frénésie dans la défense de ces sunnites et dans la condamnation du gouvernement birman est étonnante.

(pour sauter une ligne je reviens deux fois à la ligne, tout simplement ^^)

Chris 09/09/2017 14:53

@Madulu Vous voulez dire que l'Iran -en accueillant les sunnites Rohingyas- entend tailler des croupières dans l'alliance US-Arabie Saoudite, tout en flattant ses nouveaux copains turcs et qataris ?
Accessoirement : comment arrivez-vous à créer des interlignes dans vos commentaires ?

Madudu 09/09/2017 13:16

Les violences en Birmanie ne sont peut-être pas si simples à interpréter.

Je n'était pas loin de penser comme vous avant de constater le soutien sans restriction de l'Iran aux rohingyas. L'Iran est au premier chef concerné par les manoeuvres états-uniennes et par les projets chinois d'intégration économique régionale.

Alors, que se cache-t-il derrière tout ça ? Je ne sais pas, mais c'est peut-être pas si simple.

N'est-il pas envisageable que les événements en Birmanie aient une dimension endogène, que ce n'est que secondairement, par opportunisme, que les amerloques et autres viennent y ajouter un peu plus de désordre, pendant que l'Iran essaye de récupérer le mécontentement des musulmans là-bas à la fois pour se draper de l'habit du défenseur de tous les musulmans sans distinction (les rohingyas sont sunnites) et par là se donner une légitimité sur le territoire sociologique du terrorisme sunnite ?

Je ne sais pas !

Mais ce pourrait être une prochaine étape dans la stratégie d'influence iranienne que de s'adresser aux sunnites, de leur donner des gages et par là d'acquérir une certaine légitimité en tant qu'exemple à suivre.

Ce serait une voie possible d'universalisation du modèle à la fois républicain et islamiste adopté par l'Iran, pour qu'il puisse faire des émules au delà du monde chiite, et vienne ainsi s'opposer aux idéologies qui organisent le désordre dans le monde sunnite.

Dubitatif 09/09/2017 12:47

@Stereden

Bonjour

Je partage votre opinion. On oublie, ou on refuse peut être, de signaler que tous les actes de KJU, qui font l'objet de bashing international, ne sont que la réaction aux manœuvres préalables d'intimidation US.

A exercice de largage de bombes nucléaires à la porte de la Corée Du Nord une réponse insoupçonnée, inimaginable pour l'empire (à l'image de la Russie avant les tirs de missiles depuis la Caspienne par de ''petits vaisseaux'') de KJU. Sa Bombe H.

Sait on seulement que la Corée du Nord quémande et je dis bien QUÉMANDE des négociations pour sortir de l'impasse. Refuser par les Usa. Alors Utile certes, Idiot non, contraint et forcé pour sauver sa couenne (de son pays) qui peut l'en blâmer.

Alors voilà, il y a la chansonnette que tout le monde entend et fredonne volontiers à ne plus en pouvoir et puis il y a la Réalité. Toujours les mêmes ''fouteurs de merde'' à la manœuvre.

Autre exemple le Myanmar, la RUMaynmar feu la Birmanie. Séoud et les USA y fomentent (étonnant non?) une rébellion ethnicoreligieuse, financent les terroristes musulmans et c'est le Myanmar qui se retrouve au banc de l'Humanité pour avoir oser se défendre. Affligeant.

Et pour quelle belle stratégie hypergéniale ricaine? Mettre le WaouaiiII dans la zône, en d'autre terme installer l'insécurité à la frontière chinoise, espérant ainsi perturber la route de la soie. Cool.

Notre hôte n'en dit mot, pourtant nous sommes au centre du Grand Jeu. Dommage, j'aurai aimé avoir son ressenti. Pour KJU c'est fait mais pour notre Nobel de la paix birman, Aung San Suu Kyi, élevée au même rang de paria de l'humanité que KJU, qu'en est il? Une prochaine fois surement.

Petite lili 09/09/2017 10:00

Bonjour Euclide,

Pol pot ne prétendait pas à une race supérieure, il s'agissait au contraire de nettoyer le peuple Cambodgien de tous ses intellectuels et d'uniformiser la société en la nivelant par le bas afin d'obtenir une soumission totale au Kampuchéa.
Son but est d'effacer l'individu, et dés son arrivé au pouvoir, la monnaie, la famille, la religion et la propriété privée sont abolies.
Cet effacement doit faire place au collectivisme absolu ect........

Observatus geopoliticus 09/09/2017 16:27

@ Petite lili
Tout à fait. A noter en passant que les Khmers rouges furent indirectement supportés en leur temps par les Américains : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2015/07/l-ours-et-le-dragon.html

Euclide 09/09/2017 09:11

@jef post de 04.22
Je n'ai jamais dit que Kim III était un con . J'ai écrit qu'il était " paranoiaque". Ce qui est différent.
Dans la longue liste des chefs d'Etat on trouve :
Hitler( paranoia antisemite et partisan d'une race supérieure comme Pol pot au Cambodge)
Staline
Mohamed Kadhafi
l'avant dernier président de la République française, aussi. Notez que F Mitterrand était un pervers. etc........

Madudu 09/09/2017 10:57

Vous avez quand même laisser entendre qu'il s'agit d'un déficient mental contre lequel il est facile de jouer.

Je suis d'accord avec les autres commentateurs, Kim joue un jeu cohérent et c'est même le seul qu'il peut jouer.

Et puis il ne joue pas seul, il coopère avec les diplomaties russe et chinoise. Ces dernières jouent le jeu du "on est d'accord que c'est pas bien, mais il faut négocier", pour contrer l'unilatéralisme états-unien, pour s'imposer comme médiateurs dans une affaire dont ils sont en fait parties prenantes.

Poutine a même dit a plusieurs reprises qu'il ne fallait pas compter sur la Corée du Nord pour céder, qu'elle ne renoncera jamais et qu'il faut trouver une solution compte tenu de cet état de chose.

La Corée du Sud comme le Japon son techniquement sous occupation militaire états-unienne, leurs marges de manoeuvres sont limitées. Ce qui transparaît néanmoins c'est que ces deux pays contribuent à donner du poids aux capacités de ripostes nord-coréennes, ce qui joue en faveur de la Corée du Nord et non des états-unis.

Et le moment venu si les états-unis tentent de faire exploser la zone on peut s'attendre à ce qu'ils ne soient pas suivis par leurs "alliés" occupés, qui ont beaucoup trop à perdre pour ce qu'ils ont à y gagner.

Euclide 09/09/2017 03:54

Chic une billet de géopolitique mondiale d'Observatus et j'adore
Le paranoiaque de Pyongyang est du pain béni pour un stratège militaire car il possède une mentalité prévisible. Notez qu'à l'autre extrémité de l'Eurasie ( en Meditérranée) il a son pendant c'est le vizir d'Ankara. Tous les 2 des psychotiques.
Les chefs d'Etat majors devraient embaucher des Dr en Psychiatrie pour analyser leurs réactions.
A l'inverse, l'islamisme fanatique qui meme une guerre de basse intensité sur notre continent est beaucoup plus difficile a appréhender.

Légèrement HS : à lire d'autres sources d'informations . Les armées US se rapprochent dangereusement du modèle de l'armée du bas Empire romain avec ses conscrits Afro-américain, Latinos, féminin et bientôt transgenre.
La dé-dollarisation et ceci sont les 2 symptômes de la décadence.

la grive 10/09/2017 15:12

Kevin, une remarque sur la trajectoire des derniers missiles nord-coréens. Parler de survol de pays voisin et, implicitement dans nos médias, d'atteinte à une souveraineté et de sentiment de menace imminente, équivaut à s'offenser du passage de la station spatiale à l'aplomb de son territoire. Le missile de fin août a suivi une trajectoire anormalement raide, sans doute pour écarter toute revendication objective du japon. La démonstration tenant de la durée de vol de l'engin.

Il faut reconnaître que le sujet n'est pas traité de manière honnête dans nos médias qui font abstraction du contexte essentiel. Aucun mot sur l'origine du conflit, de la dévastation totale du pays et des crimes de guerre du principal belligérant il y a 65 ans. La dimension offensive des exercices militaire américains annuels qui scénarisent, entre autre, des frappes nucléaires et la décapitation du gouvernement du pays sont pourtant une motivation essentielle des agissement de ce dernier.

Kevin 09/09/2017 09:39

Bien sûr que ca embarasse les chinois, en donnant un pretexte en or aux US pour installer les THAAD et les pointer vers la Chine ni vu ni connu, mais le problème de Kim est la Corée du nord, pas la Chine...

Kevin 09/09/2017 09:38

Bonjour à tous,
Effectivement, le developpement de missiles ballistiques nucléaires est l'assurance-vie des Kim. Par contre, on peut se demander pourquoi Kim Jung Un ressent le besoin de provoquer ses voisins quotidiennement. En fait, en regardant la carte d'Asie du nord-est, on se rend compte que pour tester leurs missilles ballistiques, les nord-coréens sont forcés de les faire survoler un pays voisin, puisque ils n'ont pas d'océan à proximité: parmi le choix des voisins, il y a les russes, les chinois, les sud-coréens ou les japonais... Le choix du Japon est donc logique.

Ignorant 09/09/2017 07:18

L'arme nucléaire sert de dissuasion. Aller demander à Khadafi et Saddam son importance!! La France, avec le général De Gaulle, avait exactement fait comme le gouvernement nord-coréen. Est-ce pour autant qu'on qualifiait son dirigeant de paranoia? Chaque jugement se fonde sur un paradigme propre à la culture de chacun. Le respect et surtout la sagesse voudrait qu'on impose pas ces visions à son prochain car aucun humain n'a le pouvoir de détenir la vérité ultime!
Par ailleurs, il ne faut pas confondre Islam et terrorisme-wahhabisme! L'ennemi de l'islam est l'ennemi de tout être humain censé.

jef 09/09/2017 04:23

On aurait grand tort de prendre le Kim III pour un benêt.

jef 08/09/2017 23:35

A OG

"Kim III ou l'idiot utile de l'empire..."
Conclusion obligée quand on sait que "Washington utilise habilement un conflit ancien et réel (crise coréenne : 1er niveau) pour placer ses pions sur l'échiquier (Grand jeu : 2nd niveau)".

Mais, cher OG, du point de vue limité (et sans doute quelque peu paranoïaque) qui est le sien, la République Nord Coréenne a-t-elle absolument tort de répondre ainsi aux menaces de l'Empire? Chine et Russie l'ont certes condamnée et sanctionnée. Mais, ils sont aussi contraints de la défendre et de dénoncer l'aventurisme US. De nouveau, la vision nord-coréenne est sans bien courte mais est-elle absurde?
Au plaisir de vous lire à ce propos. Bien à vous.

Observatus geopoliticus 09/09/2017 16:21

@ Jef
A court terme et au petit niveau qui est le sien, Kim joue effectivement son jeu de la fuite en avant de manière cohérente, même si c'est au prix d'énormes souffrances de la population.
Mais vous l'aurez compris, c'est le second niveau qui m'intéresse. Et à ce niveau, Kim et le système impérial US sont de facto des alliés qui s'ignorent...
Bien à vous, cher Jef