Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Coréegraphie

9 Mai 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Extrême-Orient, #Chine, #Etats-Unis

Mauvaise nouvelle pour l'empire... En Corée du Sud, Moon Jae-in vient d'être confortablement élu président après la destitution de la conservatrice et pro-US Park Geun-hye. Or, le nouvel occupant de la Maison bleue est moins favorable aux vues américaines que son prédécesseur :

Après presque 10 ans de règne conservateur, la victoire de Moon Jae-in pourrait signifier un changement considérable de politique vis-à-vis de Pyongyang, mais aussi de l'allié et protecteur américain. En effet, il prône le dialogue avec la Corée du Nord afin de désamorcer les tensions et de l'inciter à revenir à la table des négociations. Il veut aussi plus de distance entre Séoul et Washington. Le candidat conservateur Hong Joon-pyo l’avait notamment qualifié de « gauchiste pro-Pyongyang » durant la campagne.

Habitués à vivre avec la menace nord-coréenne, la question des programmes balistique et nucléaire de Pyongyang ne détermine pas le vote sud-coréen.

Pour aller un peu plus loin :

Classé plutôt à gauche, Moon Jae-in est né en pleine Guerre de Corée sur l'île de Geoje, dans le sud du pays, d'une famille pauvre de réfugiés, qui ont fui le Nord. Sa mère, raconte-t-il dans son autobiographie, vendait des œufs dans la ville portuaire de Busan avec son bébé, lui, accroché dans le dos.

Candidat, il a promis de réduire le pouvoir économique détenu par les conglomérats familiaux sud-coréens, les "chaebols", dont les relations troubles avec le pouvoir politique ont à nouveau été exposées par le scandale Park.

Mais ses détracteurs l'accusent de manquer de poigne à l'égard de Pyongyang, en pleine période de tensions relatives aux ambitions nucléaires du régime nord-coréen. L'avocat préconise en effet le dialogue et la réconciliation avec le Nord pour calmer la situation et ramener Pyongyang à la table des négociations. En décembre, il avait affirmé qu'une fois élu, il irait en Corée du Nord, avant de se rendre aux États-Unis, puissance protectrice du Sud.

Interrogé sur cet étonnant positionnement, il avait expliqué qu'il voulait dire que sa priorité était de faire retomber la tension avec son voisin. Il s'est en outre montré plus hostile au déploiement en Corée du Sud du bouclier américain antimissiles Thaad, qui provoque la colère de la Chine.

Dans un récent livre, le nouveau chef d'État écrivait que Séoul devait apprendre à dire "non" à Washington, plaidant pour des relations "plus justes et plus équilibrées" avec l’administration américaine.

C'est évidemment la question du THAAD qui cristallise toutes les interrogations. La société sud-coréenne y est majoritairement opposée (34% pour, 51% contre) et Séoul, même sous l'ancienne direction, refusait vaille que vaille de débourser le moindre won pour l'installation du système anti-missile.

Inquiets devant l'éventualité d'une victoire de Moon et d'un refus subséquent du THAAD, les Américains se sont dépêchés de débarquer l'équipement fin avril pour mettre le nouveau président devant le fait accompli, ce qui n'a trompé personne. De plus, Trump a dû ravaler sa fierté et accepter la prise en charge totale du coût de la batterie (1 milliard de $).

Pourtant, nous ne sommes peut-être pas au bout de nos surprises :

L’équipe de campagne de Moon Jae-in, le candidat du parti démocratique libéral favori de la présidentielle, a immédiatement dénoncé cette installation imprévue, regrettant qu’elle ne prenne pas en compte l’avis du peuple. Selon Moon, le prochain président élu devrait être autorisé à prendre la décision finale sur le déploiement du THAAD après les élections du 9 mai.

Il est maintenant président et les prochains jours seront scrutés avec avidité, tant à Washington qu'à Pékin, Pyongyang ou Moscou. Car c'est de haute géostratégie qu'il s'agit ici, sur la case orientale de l'échiquier eurasien :

Nous sommes évidemment en plein Grand jeu, qui voit la tentative de containment du Heartland eurasien par la puissance maritime américaine (...) Il s'agit avant tout pour le Heartland de briser l'encerclement US et de s'ouvrir des routes vers le Rimland et vers l'océan, exactement comme la Russie le fait sur la partie ouest de l'échiquier avec ses pipelines et ses alliances de revers (...)

La guerre froide entre les deux Corées ou entre Pékin et Taïwan sont évidemment du pain béni pour Washington, prétexte au maintien des bases américaines dans la région (...)

Pour les Etats-Unis, le sud du Rimland semble définitivement perdu (entrée de l'Inde et du Pakistan dans l'OCS, fiasco afghan), le Moyen-Orient tangue sérieusement (Syrie, Iran, Irak maintenant, voire Yémen). Restent les deux extrémités occidentale (Europe) et orientale (mers de Chine) de l'échiquier où l'empire maritime s'arc-boute afin de ne pas lâcher. La bataille pour l'Europe (noyautage des institutions européennes, putsch ukrainien, manigances balkaniques vs pipelines russes, routes de la Soie chinoises, soutien moscovite à l'anti-système) est en cours. A des milliers de kilomètres de là, en Orient, un conflit jumeau s'annonce dont nous assistons actuellement aux prémices...

Comme nous l'écrivions en février 2016 :

Washington utilise habilement un conflit ancien et réel (crise coréenne : 1er niveau) pour placer ses pions sur l'échiquier (Grand jeu : 2nd niveau). Des batteries THAAD sur le territoire sud-coréen, surveillant officiellement la Corée du nord et officieusement la Chine, seraient évidemment un coup porté à la dissuasion nucléaire chinoise. Il n'est guère étonnant dans ces conditions que Pékin proteste sérieusement et convoque l'ambassadeur de Corée du sud.

Dans ce contexte, l'élection de Moon risque de rebattre les cartes, dans des proportions qu'il est difficile de prévoir. Il est notoirement amical avec Pékin et, on l'a vu plus haut, très critique vis-à-vis de l'installation du bouclier US. Rééquilibrage des alliances, soumission à la pression américaine, ni-ni visant à plaire à tout le monde... tout est possible. Sans compter les coups d'éclat de Kim III qui ne manqueront pas d'advenir.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chris 15/05/2017 11:43

http://www.entelekheia.fr/trump-change-de-vitesse-nouvelle-strategie-syrie-aujourdhui-entre-mains-de-tillerson-lavrov/
Un article traitant de la politique US-russe en Syrie, mais la dernière phrase a retenu mon attention :
"Pendant ce temps, à Oslo, des représentants des USA se sont discrètement réunis avec leurs homologues nord-coréens pour parler de désescalade :
http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2017/05/10/dont-scoff-at-trump-kim-meeting-it-may-happen/
Article du 10 mai 2017.

Respublica 14/05/2017 13:27

Il ne faut pas négliger l'intérêt chinois à ce "conflit" coréen.
Oui les US ont tout intérêt à le faire perdurer (et c'est très bien démontré ici) mais la Chine n'a aussi aucuns intérêts à une réunification qui ne ferait que créer une nouvelle grande puissance dans la région.
Le Sud est déjà très bien armé dans la course économique, le Nord a un besoin de mise à niveau qui peut tout à fait être assumer et la discipline militaire du Nord ne fera qu'accentuer la crédibilité de ce nouvel Etat.
Les Coréens sont favorables à ce projet, reste que cela me paraît impossible avec les autorités du Nord actuelles...ce sera très intéressant de voir s'ils sont capables de se remettre à discuter avec un président moins belliqueux au Sud!
Les intérêts US et chinois, bien que pour des raisons différentes, se rejoignent grandement sur cette thématique...au détriment des Coréens.

Observatus geopoliticus 14/05/2017 22:44

@ Respublica
Pas vraiment... Quand on pèse le pour et le contre, une Corée sans bases US serait infiniment préférable pour Pékin. De plus, l'intégration du Nord par le Sud serait un boulet pour Séoul, comme on l'a vu avec la DDR.

Eszwal 12/05/2017 13:51

Je ne sais pas si cela à ça déjà été évoqué, que pensez vous du fait que kim ait été retourné les de ses études en Suisse ? Car tout cette mascarade semble un peu grossière. Et surtout bien a propos pour l'empire ! L'ennemi nord coréen est si pratique...

Eric83 12/05/2017 12:23

Un petit article - mais sur le fond de potentielle grande portée - concernant le grand voisin Chinois.
"Implantation en Chine de la première usine à l’étranger de Boeing pour ses 737".

Allo, les stratèges US, il y a quelqu'un ?
https://www.insolentiae.com/implantation-en-chine-de-la-premiere-usine-a-letranger-de-boeing-pour-ses-737/

Hamilcar Barca 12/05/2017 21:44

@Eric83
Bonsoir Eric
N'allez surtout pas croire que je vous en veux :-)

Airbus ayant déjà son usine en Chine, Boeing ne pouvait pas lui laisser le champ libre. A noter que l'un et l'autre y produisent, ou vont y produire, des "success stories", l'A330 (la "bête de somme") et l'A320 pour Airbus, et donc le 737 (un des appareils commerciaux les plus vendus dans l'histoire de l'aviation civile) pour Boeing.
Paris a bien valu une messe, et la conquête de l'énorme marché chinois a légitimé des concessions au dragon sur des modèles maintenant bien amortis
Bien cordialement

michel 11/05/2017 12:26

Bonjour,
Quel tableau! Le laboratoire coréen fonctionne à plein tube! La Corée du sud, encore des sudistes:), est parmi, si ce n'est la première, les nations la plus affidée aux sirènes new age..
Quant au nord, Trump a sûrement discouru sans vergogne avec Lavrov. Mais avec courtoisie.
Le petit frère du grand timonier est un allié fidèle au grand processus, et lent, de la nouvelle conscience collective.
Merci Observatus pour vos positions impartiales.
ps: Après la paix des braves, la Syrie va vite devenir incontrôlable

baduy 10/05/2017 17:51

Cher OG au vu de votre photo 4 une importante nouvelle est tombée: La Corée du Nord dispose bel et bien de la bombe atomique.
Voila c'était mon analyse géostratégique du jour.

Madudu 12/05/2017 17:03

L'athéisme ne fait pas nécessairement la promotion au grand jour de tous les vices. Cet amalgame est un vieux malentendu qui remonte peut-être à la mauvaise lecture du premier athéisme occidental, l'épicurisme, par les lecteurs chrétiens.

La modalité de l'athéisme épicurien chez Lucrèce, principale source de la doctrine épicurienne, est assez différente de celle de l'athéisme contemporain.

Généralement pour ce dernier Dieu (au singulier) n'existe pas et c'est pour cette raison qu'il est nécessaire de ne pas avoir recours à lui dans l'explication des phénomènes que l'on observe et dans la conception des règles de vie que l'on se donne.

Je dis "généralement" car dans le domaine des sciences le non-recours à l'existence d'un acteur supra-naturel n'est pas motivé pas sa non-existence, il est justifié par un problème méthodologique insurmontable : Dieu est une hypothèse irréfutable, et c'est pour cette raison qu'elle n'est pas soluble (en tant qu'hypothèse) dans la pensée scientifique.

C'est à cette dernière posture que s'apparente plutôt celle de Lucrèce, bien plus en tous cas qu'à celle de l'athéisme contemporain. Car pour Lucrèce les dieux (au pluriel) étant des êtres immortels et parfaits, ils n'ont absolument rien à faire de ce que les hommes peuvent bien faire ou dire, cela ne les regarde tout simplement pas plus que ce que font les sangliers ou les sauterelles.

Ainsi pour Lucrèce il n'est pas besoin d'avoir recours aux dieux dans l'explication du monde parce qu'ils n'y prennent pas vraiment part. Avoir recours aux dieux est finalement, un peu comme en science, quelque chose comme avoir recours à des hypothèses superflues.

Cette posture vis-à-vis des acteurs supra-naturels permet, subtilement, de mettre les dieux dans le même plan qu'une chose qui n'existe tout simplement pas, une chose qui n'a pas d’interaction avec notre monde changeant et hasardeux.

Par la même occasion il n'existe plus d'autorité supra-humaine à laquelle il faudrait obéir en l'échange de sa mansuétude, et c'est là que le chrétien moyen révèle le fond de sa psychologie :

Pour Lucrèce il en résulte que l'homme est un animal comme les autres, et qu'une fois les besoins objectifs de son corps et de sa société comblés il n'y a plus qu'à profiter de ce simple contentement que la nature procure aux animaux en pareils cas. Ne pas se contenter de ça est une pathologie à laquelle la philosophie doit remédier.

Et c'est de là que vient le malentendu. Le chrétien va reprocher à l'épicurien ce dont lui-même voudrait se rendre coupable (au contraire de l'épicurien), il va reprocher à l'épicurien de se laisser aller à la débauche et à la luxure car c'est ce que ferait le chrétien s'il ne se sentait pas menacé par le châtiment que son dieu promet aux impies.

Il s'agit donc d'un cas typique d'inversion accusatoire, les désirs cachés du chrétien étant transposés sur le pauvre épicurien qui n'a rien demandé à personne ^^

Tout ça pour dire que l'athéisme n'a rien à voir avec la frivolité et la propension aux vices. Le confucianisme par exemple en témoigne.

Ce serait plutôt le contraire, et je pense que l'évolution de nos sociétés occidentales en témoigne : l'absence de châtiment divin se traduisant par un relâchement général des mœurs et par la développement d'un individualisme complètement nihiliste.

Pourtant la plupart des occidentaux croient encore dans l'existence d'un truc supra-naturel (ils sont en majorité déistes et non athées), c'est au châtiment des impies qu'ils ne croient plus.

(Oui, je suis épicurien !)

Kevin 12/05/2017 09:11

@Yom: oui, j'avais lu à peu près la même chose, avec aussi le Vietnam (communiste), la Suède et les Pays-bas dans le groupe de tête. Les classements varient considérablement si on considère les gens se déclarant athées, se déclarant agnostiques, ou n'étant officiellement membres d'aucune religion, etc.

Yom 12/05/2017 08:55

D’après une statistique que je me souviens avoir lu, mais que je serais aujourd’hui bien incapable de sourcer, les pays avec la plus grande proportion de leur population à se déclarer athée seraient :

1. La Chine
2. Le Japon
3. La République Tchèque
4. La France

Kevin 12/05/2017 08:34

Haha, mais heureusement, le torse de BHL est le plus souvent caché par des tartes à la creme... ;)

Observatus geopoliticus 12/05/2017 02:00

@ Kevin
Bon, ça n'a rien de géopolitique mais continuons sur le thème par simple curiosité culturelle. C'est la même chose en Chine et plus généralement en Asie : le bas est très libre, le haut est caché. Les jambes oui, le buste non. Laisser sa chemise ouverte, y compris pour un homme, peut être extrêmement choquant. Avantage : ils ne subiront jamais BHL !
La religion en Chine, vaste sujet... Y en-a-t'il seulement eu ? Le confucianisme et le taoïsme ne peuvent pas réellement être considérés comme des religions, le bouddhisme n'a pas jamais vraiment mordu. Certains, dont votre serviteur, considèrent la Chine comme le seul pays a-religieux de l'histoire. A creuser...

Kevin 11/05/2017 20:32

Je vous fais part de mon experience personnelle, qui peut être tout à fait différente des votres: les coréens sont certes "conservateurs" voire un peu prudes, et pourtant, les coréenes s'habillent de facon sexy pour sortir. Dans ce pays ou la chirurgie esthétique est extrêmement répandue, la jeunesse et la beauté sont des atouts à mettre en avant, et exhiber un corps parfait est plus de la frime que de la luxure. Aussi amusant aussi: si la jupe ultra courte est socialement accepté, le débardeur qui dévoile les épaules et le decolleté l'est beaucoup moins... Je connais moins bien la Chine, mais du peu que j'en ai vu, les chinoises m'ont semblé beaucoup plus liberées que leurs voisines coréenes. J'ai tendance à voir le résultat de 50 années d'athéisme d'état qui a nettement fait reculer la morale religieuse, mais je peux me tromper...

Observatus geopoliticus 11/05/2017 01:38

@ Hamilcar
Mmm... pas aussi simple, cher suffète.
Il y a sans doute aussi un indéniable élément culturel : l'extrême-Orient est le paradis de la mini-jupe, mode importée depuis assez longtemps déjà du Japon.
Une Chinoise, même prude, trouve tout à fait naturel de porter une jupe très très au-dessus du genou et n'y voit aucune contradiction. Je me souviens encore de l'esclandre d'une fille du ciel en mini-jupe et à califourchon sur son scooter électrique lorsque mon regard s'est, par inadvertance, posé sur son entre-cuisse :
- qu'est-ce que vous osez regarder ?
- si vous ne voulez pas qu'on vous regarde, pourquoi portez-vous une jupe aussi courte dans cette position ?
Mon argument n'a visiblement pas porté, l'incompréhension se lisant sur son visage. Là, nous touchons aux mystères de la pensée chinoise...
Symbolisé de manière magnifique par cette invention - le collant poilu : http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/chine-et-maintenant-le-collant-a-poils-pour-repousser-les-pervers-20-06-2013-2914321.php
Une terrienne rationnelle rallongerait quelque peu la longueur de sa jupe. Une Chinoise, elle, garde sa mini-jupe et enfile un collant rebutant. Quel intérêt, serait-on tenté de dire...

Hamilcar Barca 11/05/2017 00:22

@Baduy
Excellenment observé, mon cher Baduy!
:-D
En parallèle, et pour alimenter la chronique à partir de la photo #1: je m'étais toujours demandé comment ces régimes (RPC, Corée du Nord) officiellement plutôt prudes, faisaient systématiquement défiler des bataillons de jeunes personnes court-vêtues. J'ai eu une réponse en direct de contacts dans l'Empire du Milieu. Vu le type de pas de parade adopté, des robes plus longues virevolteraient, ce qui ne serait ni martial ni très décent.
La preuve (défilé de la Victoire, Pékin)
https://www.youtube.com/watch?v=t4EGIqn3sAk
Bien cordialement

Observatus geopoliticus 10/05/2017 20:58

@ Baduy
Ha ha ha, excellente analyse, cher ami, tout est dit.

Kevin 10/05/2017 19:52

hahaha, bien vu.
Par contre, s'il n'y avait pas le pin's Kim Il Sung, j'aurais juré que cette jeune demoiselle était chinoise...

Chris 10/05/2017 17:23

Sauf accident (selon les révélations de Wikileaks pointant l'usage d'avancées technologiques non seulement pour espionner à travers votre TV/e-phone, etc... mais aussi de provoquer des accidents aériens et routiers mortels indétectables), le processus de désengagement US se met en place :
http://www.lapresse.ca/international/asie-oceanie/201705/10/01-5096465-le-nouveau-chef-de-lespionnage-sud-coreen-a-organise-deux-sommets-avec-le-nord.php
"Le nouveau patron de l'espionnage sud-coréen a à son actif d'avoir contribué à l'organisation de deux sommets entre les deux Corées dans les années 2000 et d'avoir participé à un projet de construction de réacteur nucléaire en Corée du Nord."

Observatus geopoliticus 10/05/2017 21:04

@ Chris
Oulah, ne vendons pas la peau de l'aigle avant de l'avoir plumé... Tant que le régime des Kim existera, les Américains auront le prétexte tout trouvé de garder leurs bases dans la zone. Que la nouvelle direction sud-coréenne fasse des ouvertures au nord ne signifie pas qu'elle souhaite rompre la dépendance sécuritaire de Séoul vis-à-vis de l'empire.

serge 10/05/2017 16:10

De mon point de vue, le côté Est du continent (donc la Corée toute entière) craint beaucoup plus que le côté Ouest (Europe). Les 2 Corées ne sont que des confettis sans aucun intérêt pour les US que de servir de poste avancé sans implication de territoire US. Ces 2 Corées n'en sont qu'au cessez-le-feu (facile de reprendre) et une des parties est, disons, fort instable et ne demande qu'une pichenette pour basculer. La Chine et la Russie sont directement aux portes donc nettement plus aptes à dégainer, il n'y a pas d'OTAN pour "déléguer" la gestion de premier niveau, le Japon n'est pas un pote des coréens ni des chinois (une vieille survivance de l'entre 2 guerres et WW2) et ils ont déjà été nucléarisés 2 fois (une pendant WW2 et une avec les réacteurs civils qui fuient) donc pas grave une couche de plus. Bref, un petit terrain de jeu pour bombinettes (type wargaming), pas de ressources minières intéressantes, une zone maritime fort nécessaire aux russes et chinois assez facile à rendre bien pourrie de déchets pas sympas. Et donc la possibilité de voir assez vite qui a la plus grosse sans trop obérer la vie du reste du monde.

Observatus geopoliticus 10/05/2017 21:22

@ Serge
Heu, vous parlez juste de la première zone économique et commerciale de la planète... On parle quand même des première et troisième économies mondiales (Chine et Japon), avec la Corée du Sud pas loin ; de six des huit plus grands ports de la planète ; de deux des cinq principales bourses (Tokyo et Shanghai) etc.
Une conflagration en Asie orientale fait plonger l'économie mondiale.

Astatruk 10/05/2017 13:21

Bonjour,


"Ha qu'elles sont joliiiiies, les filles de leuuuuur pays... tati tatatata titaaaaa tata...."

Restons serieux :-)

Sur le saker: http://lesakerfrancophone.fr/cinq-raisons-pour-lesquelles-les-zones-securisees-dastana-sont-bonnes-pour-la-russie-et-la-syrie

Je me pose la question de ce que fait Le Donald; cet homme Kim-Trump...

Je lis par ailleurs qu'ils vient, him-self, de dézinguer le chef du FBI alors que celui-ci lui aurait apporté son élection sur un plateau. Que fait il ? Il devance le deep-state qui lui a ôté Flyn et Bannon et d'autres ? Il apprécie le jeu de quille ? Hi hi....

Peut être que le Trumper en version Donald 2.0 est une version très améliorée de la 1.0, cette dernière bien trop franche pour être efficace. Le 2.0 serait du genre: "Quoi ?! Vous ne voulez pas de repli stratégique derrière un mur alors que nous sommes ruinés et impotant ? Ok, alors la tactique sera de pousser les avantages de tous nos "opposants" en montrant aux yeux du monde ce que je peux être c** et vous plus que moi..."

J'arrive même à penser que le récent basculement de la France dans la besace de l'otano-européo-atlantisme (qui sombre) est une avancée allant dans ce sens; Il n'a même pas été nécessaire d'user d'un moindre "maïdan" parisien pour pousser les gens à accepter la servitude volontaire; si le vote n'était pas électronique, le choix n'en était pas moins télé-commandé; hop, dans la boite :-)

Donc, The Donald jong 1.0 Versus Trump kim 2.0 en mode aïkido (TM Vladimir P.) Pour forcer le repli des états unis en laissant par bêtise, inadvertance, précipitation, emportement (biffer les mentions inutiles) les "ennemis" de la nation indispensable se positionner et se donner la main.

Effectivement, l'évolution politique de la Corée du sud et son positionnement geo-stratégique à venir nous donnera quelques pistes pour mieux cerner ce que fait The Trumper, ou ce qu'il ne fait pas, à l'insu de son plein gré... ou pas.

Bien à vous.

Astatruk 10/05/2017 21:37

Vi vi cher OG, Lavrov orborait un sourire fort sympathique et communicatif, c'est plaisant :-)

Astatruk 10/05/2017 21:29

Yep Madudu, Kevin,

Sur RT, une opinion intéressante sur le limogeage du chef du FBI:
https://francais.rt.com/opinions/38223-abus-pouvoir-naivete-pourquoi-limogeage-patron-fbi-trump-choque-washington

Entre autre cette évidence (citation en dessous) qui me laisse penser que Trump ne peut pas être si naïf. Certes un peu lourd de la main sur l'usage (abusif ?) des leviers du pouvoir:

"(...)Il faut donc quelqu'un dont la probité soit au-dessus de tout soupçon, quelqu'un d'absolument indiscutable. (...)"

Ben, je voudrai cornaquer de vieux éléphants corrompus jusqu'à l'os, je commencerai par leur oter quelques "larbins" un peu trop dociles... Pour le coup, le nouveau chef du FBI devant être adoubé par l'ensemble du pouvoir, j'appellerai ça le "grand roque" du mois de mai, le 10 précisément, jour ou il reçoit Lavrov le terrible, j'adore cette idée...

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Roque_(échecs)

" Le roque est un déplacement SPECIAL du roi (TRUMP) et d'une des tours au jeu d'échecs. Le roque permet, en un seul coup, de mettre le roi (TRUMP) à l'abri tout en CENTRALISANT une tour, (le FBI), ce qui permet par la même occasion de mobiliser rapidement cette dernière. Il s'agit du seul coup LÉGAL permettant de déplacer deux pièces, SANS RESPECTER LE DÉPLACEMENT CLASSIQUE DU ROI (TRUMP) et de la TOUR (FBI) de surcroît."

Bon, c'est peut être qu'un rêve de mes sens abusés, mais c'est mieux que les habituels cauchemards :-)

Observatus geopoliticus 10/05/2017 21:25

Toujours ce clair-obscur trumpien...
La visite de Lavrov aujourd'hui était particulièrement intéressante et il a dit des choses qui n'ont échappé à personne. Il a en tout cas l'air très satisfait de sa visite.

Kevin 10/05/2017 19:56

...et le fait qu'il supporte maintenant officiellement les kurdes de Syrie, les arme et les protège même contre les turcs conforte cette hypothèse. Les kurdes sont d'ailleurs en ce moment même en train de laminer Daesh autour de Rakka, et ca fait bien plaisir :-)

Kevin 10/05/2017 19:44

Bonjour,

Tout à fait d'accord avec vous 2: soit Trump est un idiot, soit c'est le champion du monde de trollage. Et on ne devient pas milliardaire et président des USA en étant un idiot. Ma théorie: les quelques tomahawk rikiki sur l'aéroport, c'était pour dire: "voilà, Bachar a fait une bêtise, je l'ai puni, on n'en parle plus", sinon les neo cons et les merdias ne l'auraient pas lâché. Alors qu'après ce mini bombardement, on a vu leur réaction quasi orgasmique...

Madudu 10/05/2017 14:58

J'avais formulé une hypothèse comparable il y a peu, je crois qu'en effet on tient le bon bout.

Il y a quelque chose du sabotage dans la posture pseudo-néocon de Donald II.

Par exemple en Corée, est-ce que tout ce tapage fait à coup de porte-avion et de THAAD n'a pas joué en faveur de la position de Moon Jae-in pendant la campagne ? N'était-ce pas le pire moment -une campagne présidentielle en pleine crise de légitimité de l'oligarchie locale, soumise à la diplomatie US- pour jouer les cow-boys face à la Corée du Nord ?

Pendule de Nwton 09/05/2017 23:53

Cher O.G.,
La photo 2 (ahahahha du grand art et bien monté) lui va comme un charme. Il aurait adorer avoir le passeport de ce pays et serait devenu un dirigeant comme il les aime. Great, Amazing, Giant and so one sont ces mots favoris.......
Bien à vous

Observatus geopoliticus 10/05/2017 21:27

@ Pendule
Hélas, le montage n'est pas de moi, mon cher. Il est sûr que le Donald s'amuserait comme un petit fou au pays des Kim. "Qu'importe la famine, le golf est gratuit !"

Pendule de Nwton 09/05/2017 23:49

Cher O.G,
Le mois de Mai commence sur les chapeaux de roues avec d'autres petites surprises comme photos 1 et 4 qui encadrent votre billet.
Les enjeux, en plus de la question de son voisin, portait sur une véritable remise en cause du système économique et du modèle de société que la population souhaitait.
Après 10 ans de gestion par les conservateurs, comme vous savez (corruption, mélange entreprises-familles-politiques, tandis que les indicateurs de chômage, de la place des jeunes et du laisser pour compte du 3ème âge), la société dans son ensemble a poussé pour des opportunités d'alternatives (coïncidences avec les électeurs des USA).
Les candidats ont été passé à la moulinette avec 05 débats (très chauds) et une focalisation sur les enjeux nationaux (la plupart du temps l'épouvantail nord-coréen est un argument pour une gestion opaque et déconnectée des vrais problèmes du pays).
Le candidat vainqueur (ancien des forces spéciales, militant pro-paix et réunification, depuis toujours ouvert au rapprochement par le dialogue) a fait mouche à chaque fois en ressortant le fait que la position dure des anciens gouvernants envers leur voisin avait poussé ceux-ci à plus se militariser.
Le temps nous le dira et sa réplique sur apprendre à dire non aux américains de temps en temps donnera quelques barres de rire face au Donald.
Les attentes locales sont telles qu'il n'a de choix de passer par plus de dialogue car la guerre est vendeur uniquement si elle n'est pas fait sur votre sol.
Bien à vous

Kevin 09/05/2017 23:14

Bonsoir,
Au delà de l'aspect stratégique, l'annulation des THAAD serait une humiliation pour Washington et pourrait faire jurisprudence... En tout cas, quel contraste entre le nouveaux présidents francais et coréen!
PS: la 2ème image de l'article est aussi dégoutante que les 1ère et 4ème sont ravissantes ;-)

Observatus geopoliticus 09/05/2017 23:30

@ Kevin
Comment cela ?! Vous n'êtes donc pas séduit par Donald Kim...

Zuglub 09/05/2017 23:14

Pour un communiste comme moi, voir une porte de sortie de l'ultime avatar du stalinisme - l'ennemi suprême - et du dernier conflit de Guerre Froide est une joie sans borne.
Enfin un XXIe siècle qui va pouvoir se définir selon ses propres référentiels, enfin une Histoire qui évolue, enfin un espoir pour le vrai communisme de ressurgir, modernisé, libéré du fantôme de l'URSS. Autant la fin de l'hégémonie américaine me satisfait car elle est la fin de l'entre-deux-siècles postmoderne, autant la fin des soviets pour une vraie gauche moderne et renaissante me réjouit.
En matière politique, pour la première fois depuis au moins Tito, l'innovation est à l'ordre du jour ; la terreur du XXe siècle.

Observatus geopoliticus 09/05/2017 23:29

@ Zuglub
Essayons de ne pas verser dans la politique et encore moins dans l'idéologie, mon cher, pliz, merci.
Quant au "vrai" communisme, qu'est-ce donc ? (Cette question rhétorique n'appelle pas de réponse)