Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Commedia dell'arte

20 Avril 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Russie, #Pétrole, #Moyen-Orient, #Ukraine

Si les temps que nous vivons sont exaltants et dangereux, ils comprennent aussi leur lot d'invraisemblables pitreries et de retournements saugrenus.

A tout seigneur (saigneur ?) tout honneur, Trump semble véritablement avoir appris l'art de la pirouette chez le sultan. Plutôt que d'enquêter sur de supposées relations avec le Kremlin, il faudrait vérifier si le Donald n'a pas fait un petit séjour du côté d'Ankara avant son élection... Quel tournis, mes aïeux ! Dans la continuité de ses déjà nombreuses trahisons de promesses électorales, le blond occupant de la Maison blanche nous a sorti deux as, pour le meilleur et pour le pire d'ailleurs.

Rappelez-vous, il s'était lâché pendant des mois contre l'Iran diabolique et le "désastreux" accord sur le nucléaire ("le plus mauvais jamais signé"). Et hop, je retourne ma veste. Dans une note au Congrès, la nouvelle administration a précisé que Téhéran respectait les clauses de l'accord et qu'un nouvel allègement des sanctions avait été décidé. C'est Bibi qui doit l'avoir mauvaise...

Moins encourageant, un ponte Républicain (Ryan pour ne pas le nommer) a déclaré que le TTIP, l'accord de libre-échange trans-atlantique, était "bon pour l'ordre mondial". On imagine l'intense pression de la libéralo-démente Frau Milka et de la clique otanienne. Certes, Donaldinho n'a encore rien dit mais l'histoire récente de ses volte-faces ne plaide pas en sa faveur.

L'administration Trump semble être complètement à la rue, se berçant d'illusions puériles sur un fantasmé refroidissement sino-russe en Syrie - y croient-ils seulement ? Pire, la fameuse flotte aéronavale se dirigeant à toute vapeur vers la Corée du Nord n'est en réalité jamais partie :

L'"armada" américaine promise il y a dix jours en réponse à la menace de Pyongyang n'a pas commencé à naviguer vers la péninsule coréenne, elle est même partie dans la direction opposée, a reconnu mardi 19 avril un responsable américain de la Défense.

Selon ce responsable, les bateaux se trouvent toujours au large de la côte nord-ouest de l'Australie. Le groupe aéronaval comprend le porte-avions Carl Vinson, de la classe des porte-avions Nimitz, son escadron aérien, deux destroyers lanceurs de missiles et un croiseur lanceur de missiles. Une photo de la marine américaine prise ce week-end montre le porte-avions au large de l'île de Java.

Le 8 avril, un porte-parole du commandement américain dans le Pacifique avait pourtant annoncé que le porte-avions et sa flotte faisaient route vers la péninsule coréenne, par "mesure de précaution". Donald Trump avait ensuite déclaré le 12 avril sur la chaîne Fox Business : "Nous sommes en train d'envoyer une armada. Très puissante".

Plusieurs médias avaient alors affirmé qu'il faisait route vers la Corée du Nord depuis Singapour, alors qu'en fait il avançait dans la direction opposée. La flotte américaine a de fait participé ces derniers jours à des exercices militaires avec la marine australienne, selon le responsable américain.

Avec le Donald, la croisière s'amuse et fait bien rire les observateurs. Grillé, le Pentagone se croit maintenant obligé d'envoyer, vraiment cette fois, la flotte mouiller en mer du Japon. Fake news, fausse armada, palinodies, bombardements factices, poudre aux yeux, grotesque opérations de com'... les Etats-Unis seraient-ils en train de devenir un fake country ?

Ce n'est certes pas la CIA qui contredira la chose, elle qui crie régulièrement au piratage russo-chinois avec des trémolos dans la voix. Quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage, c'est bien connu. En réalité, les récentes révélations sur la NSA montrent que les agences US ont allègrement piraté des sites russes et iraniens, notamment le site de la présidence à Téhéran ou celui du ministère russe de l'Energie atomique. Comment dit-on l'hôpital qui se fout de la charité en Langley ?

Une qui, par contre, ne sourit point est Exxon, désespérée de faire lever les sanctions contre la Russie ou, du moins, de bénéficier d'une exemption. Nous avions déjà vu que les sanctions lui avaient coûté 1 milliards de $ en 2015. Aujourd'hui, elle risque de perdre au profit de l'italienne ENI tous ses droits d'exploration en mer Noire si elle ne commence pas des forages avant la fin de l'année.

L'ironie de l'histoire est que son ancien PDG est maintenant secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et qu'il s'est lancé dans de curieuses diatribes anti-russes depuis quelques semaines. Trahison vis-à-vis du lobby pétrolier américain ou, au contraire, volonté de donner des gages à l'Etat profond pour mieux adoucir les sanctions par la suite et aider Exxon ? Comédie et théâtre d'ombres, encore une fois...

La Russie, elle, regarde tout cela d'un oeil goguenard. Ce que nous prédisions il y a deux ans se réalise : les sanctions lui ont permis de diversifier son économie et ses sources de revenu. Ainsi, les hydrocarbures qui représentaient 50% des recettes de l'Etat sont tombés à 36%. Certes, la baisse des cours du pétrole et du gaz ont eu une influence mais pas seulement.

Et puisque l'on parle d'or noir, depuis quelques mois, la grande sitcom s'appelle Citgo. Cette compagnie pétrolière possédant oléoducs et raffineries aux Etats-Unis pourrait tomber dans l'escarcelle de... Rosneft ! Pour résumer l'imbroglio, Citgo est détenue par Petroleos de Venezuela qui devait rembourser un emprunt à Rosneft. Vu la situation au pays de Maduro, c'est pour le moins compromis et le géant russe a maintenant le droit légal de mettre la main sur la filiale américaine.

Inutile de dire que les sénateurs US sont paniqués, Rubio en tête : " Nous sommes extrêmement inquiets du contrôle de Citgo par Rosneft qui pourrait représenter une grave menace pour la sécurité énergétique américaine et rendre vulnérables des infrastructures critiques de notre pays."

Le grand cirque ne serait point complet sans ces fameux valets du système impérial que sont Porochenko et les inénarrables rebelles "modérés". A Londres, le premier a affirmé sans rire que l'héroïque armée ukrainienne avait sauvé l'Europe d'une invasion de tanks russes. Question à un kopeck : y a-t-il encore quelqu'un dans la salle pour prendre au sérieux Poroclown ?

En Syrie, une nouvelle formation rebelle est apparue... sur le net. Elle déclare, tenez-vous bien, vouloir reprendre Hassaké, Raqqa, Deir ez-Zoor et Qamishli. C'est-à-dire mener la guerre à la fois contre les Kurdes, Daech et l'armée syrienne, rien que ça. Aux dernières nouvelles, les "rebelles" sont une vingtaine et représentent un énième aboiement du sultan pour sauver la face.

Commedia dell'arte

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

alaamiah clean 13/07/2017 17:29

Im obliged for the blog article.Much thanks again. Much obliged.

khgfcufiyugi 22/04/2017 18:46

Bonjour,
J'ai découvert votre blog il y a peu et je suis avec un grand intérêt vos analyses et les informations que vous fournissez dont personne ne parle.
Par contre, je ne trouve aucune analyse du véto Russe contre une enquête de l'ONU sur la dernière attaque à l'arme chimique en Syrie qui accablerait Assad.
Dois-je en conclure que, malgré vos analyses impressionnantes, vous manquez d'objectivité et que votre blog est à prendre avec une "certaine" (pour ne pas dire importante) mesure?

Observatus geopoliticus 22/04/2017 23:24

@ kh...
Mais si, on en a parlé, soit dans un billet soit dans les commentaires...
Veto russe à une résolution accusant Assad avant même le début de l'enquête ! L'objectif de la triade anglo-franco-US était visiblement de donner le mauvais rôle aux Russes en présentant une résolution clairement inacceptable.
Par contre, je n'ai pas parlé de la proposition irano-russe de mener une enquête internationale et exhaustive, proposition refusée par la même triade. J'aurais dû l'évoquer : je deviens anti-russe, ma parole...

Euclide 21/04/2017 19:57

Vous avez raison PhilG, se sont bien les égyptiens qui achètent les hélicoptères russes qui étaient destinés aux 2 bateaux du type Mistral.

PhilG 21/04/2017 16:05

Bonjour,
Je crains que vous n'ayez fait une erreur au sujet des Mistrals, ce sont les égyptiens qui vont acheter quelque chose aux russes et non l'inverse.
Sinon, vos articles sont toujours aussi passionnants.

Observatus geopoliticus 21/04/2017 17:22

@ PhilG
Pan sur le bec ! Ca m'apprendra à lire trop vite...

Theoltd 21/04/2017 15:20

Bonjour!
N'ayant rien compris a cette histoire d'Armada et de guerre contre la Corée, j'en suis venu a la conclusion qu'il s'agissait d'une manœuvre de diversion, visant a faire oublier les tirs de Missiles américains, et peut être le fiasco que cela a représenté. Histoire en fait de faire retomber la pression en Syrie. Mais je suis preneur d'une meilleure explication OG!

Observatus geopoliticus 21/04/2017 17:26

@ Theoldt
Tout un faisceau de possibilités, pas exclusives d'ailleurs :
- remonter dans l'opinion publique
- faire retomber la pression en Syrie
- faire pression sur Kim (car ce dernier n'était peut-être pas au courant de l'absence de la flotte US)
etc.

Kevin 21/04/2017 10:34

hahaha, merci Observatus geopoliticus pour cette bonne tranche de rigolade! Ces situations grotesques me donneraient presque envie de pleurer, mais votre ton délicieusement sarcastique me permet d'en rire! :-)

Jori 20/04/2017 22:17

Merci beaucoup, vraiment, pour tous ces articles que je suis depuis un peu plus de deux ans maintenant.
J'ai appris ce soir que la flotte US n'était pas en route pour la Corée, en dépit de tout le battage médiatique sur lequel je suis resté. Cela montre combien il faut être vigilant tant le pouvoir de persuasion des médias est insidieux... et efficace !
Bonne et longue route à vous, vos lumières éclairent mon chemin.

Observatus geopoliticus 21/04/2017 09:49

@ Jori
Merci, cher lecteur. Soyons justes, certains journaux grand public ont parlé de la vraie-fausse armada. Pour une (rare) fois, la faute n'en incombe pas aux médias mais bien à la direction politique et militaire.
Bien à vous