Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Ca chauffe...

24 Novembre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Russie, #Moyen-Orient, #Gaz

Ca chauffe...

Poutine vient de prendre un ton menaçant vis-à-vis de la Turquie, parlant de "coup de poignard dans le dos par les complices des terroristes" et assurant que "ce crime ne resterait pas impuni". A l'inverse des dirigeants occidentaux vivant dans le monde de la com', Vladimirovitch n'a jamais été du genre à faire de beaux discours : ce qu'il dit, il fait. Et parfois, il fait même un peu plus que ce qu'il dit... Aussi ces déclarations sont-elles à prendre au pied de la lettre.

Nous venons de montrer que la thèse turque ne tient pas. Si incursion il y a eu, elle n'a duré que 6 secondes (le temps pour le jet de parcourir les moins de 2 km de territoire turc). Les F16 du sultan du sarin attendaient vraisemblablement le moindre prétexte pour tirer. Vengeance pour la destruction ces derniers jours par les bombardements russes des convois de pétrole de Daech à destination de la Turquie ? Volonté de torpiller la coalition réellement internationale qui se met doucement en place ? Toujours est-il que les Turcs risquent de regretter assez longtemps cet épisode...

Nous avons montré récemment que la Russie tenait la Turquie par un faisceau de mesures de rétorsion. Mais le "crime" (dixit Poutine) d'aujourd'hui aura des conséquences bien plus lourdes. Si une guerre ouverte semble exclue (mais qui sait ce que sera la situation dans quelques semaines, les choses évoluant actuellement à une vitesse assez prodigieuse...), Moscou a plusieurs leviers :

  • abattre tout avion turc qui dépasserait d'un millimètre la frontière syrienne pour bombarder les Kurdes
  • armer les YPG, Kurdes syriens alliés au PKK, cauchemar d'Ankara (notons tout de même qu'Assad n'est lui non plus pas très chaud pour cette éventualité)
  • armer le PKK, notamment de missiles anti-aériens (la Turquie, elle, ne se gêne pas pour faire des incursions en territoire irakien afin de bombarder les refuges du PKK)
  • punir la Turquie sur le gaz

Les prochains jours nous en diront plus...

Partager cet article

Commenter cet article

MaTh 26/11/2015 17:30

Que pensez-vous de la "solution" USA, et plus particulièrement de John Bolton, ancien ambassadeur américain aux Nations Unies, qui propose un "Sunnistan" (et un Kurdistan) ?
Ne sont-ils pas en train de préparer le terrain pour reprendre le contrôle de la région en éclatant la Syrie et l'Irak, pour créer 2 ou 3 pays vassaux des US?
Ce qui arrangerait aussi je crois la Turquie (sauf pour le Kurdistan), et Israël.
Comment peut réagir le duo Russo-iranien? Qui décide et acte le redécoupage de pays?

Observatus geopoliticus 26/11/2015 21:26

Cher ami,
j'ai effectivement parlé à plusieurs reprises que l'idée d'un "sunnistan" cassant l'arc chiite est l'obsession de Riyad et de Doha. Accessoirement, cet Etat fondamentaliste inféodé aux pétromonarchies verrait passer les pipelines du Golfe à destination de l'Europe. Ce qui est bon pour les pétromonarchies étant bon pour les Etats-Unis, il est évident que Washington avait cette idée en tête.
Pour la Turquie, c'est moins clair. Ankara n'a jamais eu de mauvaises relations avec le monde chiite (correctes avec l'Iran, très bonnes avec l'Azerbaïdjan) et n'est pas obsédé par la "pureté" sunnite.
Mais tout cela est compliqué... Si les Américains verraient plutôt d'un bon oeil l'établissement d'un Kurdistan, cela amène immédiatement une question : quel Kurdistan ? Les Kurdes sont extrêmement divisés et le PKK, principale force armée kurde de la région, d'obédience marxiste, n'a aucun amour pour les USA et est plutôt proche des Russes. Et de toute façon, la Turquie n'acceptera jamais la chose.
Pour Israël, je ne suis pas sûr que le chaos actuel soit vraiment dans ses intérêts et c'est pour cela que j'en parle relativement peu. Tel Aviv préfère un ennemi connu et relativement inoffensif (Assad) à l'inconnu des Frères musulmans.
Bien à vous

Kramnik 25/11/2015 11:33

Comme vous le rapellez cette attaque constitue un acte de guerre (j'ai lu quelque part qu'on n'avait pas abattu un avion russe de la sorte depuis 1950, c'est pour dire !), suite auquel Erdogan court se cacher derrière son grand frère otanesque.
La question est donc de savoir dans quelle mesure les Etats-Unis (le camp occidental plus généralement) sont-ils prêts à respecter le traité en cas de représailles militaires de la part des russes ?
Aussi, dans quelle mesure les russes sont-ils prêts à risquer une guerre contre l'Otan alors qu'ils sont pleinement engagés sur le front syrien, en répliquant militairement à la provocation turque ?
En somme comment évaluez-vous le risque d'une guerre directe Russie-Otan ?

Observatus geopoliticus 26/11/2015 21:09

Cher MBM,
vous ressortez des cartons un événement effectivement bien étrange, entouré de brume. Malheureusement, on se saura sans doute jamais la pleine et entière vérité sur l'affaire du Koursk. Il se pourrait bien qu'un sous-marin US l'ait torpillé (je crois me rappeler qu'un radar norvégien avait noté une activité anormale) mais c'est difficilement prouvable.
Pour votre seconde interrogation, les Etats-Unis ont évidemment profité du chaos des années 90, maintenu l'ivrogne Eltsine artificiellement au pouvoir, soutenu la rébellion tchétchène et noyauté les oligarques mafieux (Khodorkovski). Mais Clinton, peu intéressé par le Grand jeu, a poussé moins loin l'avantage que ne l'aurait fait un Bush. Et il y avait également le risque que des armes nucléaires se retrouvent éparpillées de par le monde.
Bien à vous

Observatus geopoliticus 26/11/2015 21:01

Bonsoir cher ami,
je ne crois pas à une guerre ouverte entre la Russie et la Turquie (ce qu'a d'ailleurs confirmé Lavrov) et encore moins à une guerre Russie-OTAN. Ceci dit, il convient de regarder les choses de très près car la situation évolue très vite autour de la Syrie depuis quelques mois.
Par contre, un harcèlement des uns par les autres et vice-versa me semble possible voire même probable. A ce jeu, les Russes ont plus d'atouts dans leur manche.
Bien à vous

MBM 26/11/2015 08:41

Je voudrais ajouter qu'il y eut toutefois un événement aussi déterminant depuis 1950 : l'accident/incident (provocation US) du sous-marin Koursk en 2000 alors que Poutine venait de prêter serment trois mois plus tôt. Comme tout jeune président, son baptême du feu fut déterminant pour la suite. L'occident ne doit donc plus, dès lors, s'étonner du redressement de la Russie. C'est à se demander pourquoi, puisque toutes les conditions étaient réunies et l'opinion publique mondiale au courant du chaos régnant en Russie à cette époque-là, l'Occident n'ait pas profité de prendre le contrôle de ce pays-continent? C'était pourtant sûrement l'unique occasion de son histoire.

Clara 24/11/2015 23:50

https://www.youtube.com/watch?v=jrYfHNNbEJ0

Frédéric Pons des VA

Observatus geopoliticus 25/11/2015 00:31

L'évidence...

Bruno 24/11/2015 23:22

Merci pour votre article. Cet acte délibéré pourrait être une vengeance pour avoir n'avoir plus la possibilité d'établir une no fly zone? Et le fait que les bombardements perturbe une contrebande sans doute lucrative pour quelques officiels turcs (sinon rien ne passerait, je suppose...)?
https://beerblogsite.wordpress.com/2015/11/24/174/

Observatus geopoliticus 25/11/2015 00:28

La coïncidence est effectivement frappante. Les Russes bombardent l'approvisionnement daéchique de la Turquie en pétrole et, le lendemain, cet incident...

Bruno 24/11/2015 23:23

Oups, désolé pour la faute de grammaire: les bombardements perturbent...

Pierre Bourdon 24/11/2015 22:51

Ils (USA-OTAN) veulent la guerre à tout prix avec la Russie, n'ayant pas réussi sur le terrain ukrainien....

MBM 24/11/2015 22:21

Comme le rappelle EM, le CdG est arrivé sur zone mais les chasseurs français ont détruit 1 cible, par quel miracle arrivent-ils à se contenter d'une seule alors que les Russes en détruisent des dizaines chaque jour; le ratio est révélateur. Outre les mesures citées en chute d'article, il reste aussi le gaz russe dont Poutine pourrait dénoncer le contrat du Turkishstream d'autant plus assurément depuis que le contrat du second conduit de gaz Northstream fut signé par les Européens. Puis, il reste également l'arme touristique parce que si les Russes ne fréquentaient plus les cités balnéaires, la Turquie verrait ses revenus chuter sensiblement; ce qui provoquerait un coup dur pour elle mais une aubaine pour la Crimée et Chypre; ce qui serait donc subséquemment contreproductif. La bicéphalée guette la brachycéphale altaïque autorité du sultan. Aaatchiiiii.... pardon.

MBM 26/11/2015 08:52

Dans le cas de la Turquie, il s'agit d'un crime mafieux puisqu'un trafic illicite en est l'objet de la cause; donc une guerre de gangs. Seulement, la Russie opte pour la légitimité et la légalité de sorte qu'elle ne puisse pas rétorquer par une pratique du même tonneau sans renier tout son actif récent qui fait l'admiration de tout un chacun, ainsi elle s'avère ne pas être un gang. Donc, tous les moyens cités par nous restent d'actualité, éloignant du coup toute rétorsion guerrière qui la décrédibiliserait.

Observatus geopoliticus 25/11/2015 00:25

Bonsoir MBM.
Je pense que la réponse russe ira plus loin que le simple tourisme. C'est un acte de guerre auquel nous venons d'assister.

EM 24/11/2015 19:06

Erdogan a soudainement l'air embêté par la possibilité que ce que lui et d'autres appellent "l'oposition modérée" ait pu descendre les deux pilotes russes, fêté le décès de ces derniers en criant Allah Akhbar et abattu ou tenté d'abattre l'helico envoyé pour les secourir...

Clara 25/11/2015 08:35

@ Observatus

Entendu ce matin Larvov (sur Europe 1) : les Russes sont prêts à accepter la Turquie dans la large coalition contre Daech

EM 24/11/2015 18:54

Confirmation par les turcs eux mêmes que les avertissements ont été donnés hors territoire turc et que l'incursion n'aurait duré que qques secondes: http://live.aljazeera.com/Event/Turkey_downs_Russian_jet/207503335

Observatus geopoliticus 26/11/2015 21:01

LOL

Patr 25/11/2015 13:26

"5 minutes" vs "2 km" ..... sûrement un biplan !

Observatus geopoliticus 25/11/2015 00:23

Bien sûr. Les Turcs se sont tirés une balle dans le pied en présentant deux versions contradictoires ("5 minutes" vs "2 km").
Bien à vous

Rataclan 24/11/2015 17:39

Bonjour
Merci pour vos articles
Peut-on imaginer qu'il n'y a pas de hasard dans le fait que cet incident survienne précisément le jour ou Hollande et Obama se rencontrent à Washington ?
J'ai du mal à croire à la simple bévue des pilotes (pour ne pas dire les lampistes)
Au-delà des considérations politiques je trouve que cette période est incroyable pour ces jeux de miroirs incessants :
tandis que Le Monde continue sa publication de portraits de victimes du 13/11, des réfugiés syriens se cousent les lèvres, geste désespéré face à la fermeture progressive des portes européennes.
On parle de "ville morte" pour Bruxelles, sous couvre-feu depuis 5 jours ; quel terme employer alors pour Alep, Damas, Palmyre ?
Comment ne pas être inquiet pour la politique européenne, pour les prochaines échéances électorales, avec ce cocktail explosif :
Chômage de masse + guerre + minorités stigmatisées + extrême droite le vent en poupe...
Le plus dingue c'est se dire qu'on n'a pas encore tout vu

Observatus geopoliticus 25/11/2015 00:22

Bonsoir Rataclan.
Pour le coup, je ne suis pas sûr que les Occidentaux y soient pour quelque chose... Je crois plus à une politique du fait accompli d'Erdogan qui va ensuite pleurer dans les jupons de l'OTAN.
Bien à vous

EM 24/11/2015 18:35

PLus inquiétant: ca arrive aussi le jour ou le CdG arrive sur zone...