Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Deep State vs prise de conscience - MAJ

12 Juillet 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis

Il fallait s'y attendre, le système impérial est vent debout après la rencontre entre Donaldinho et Vladimirovitch et l'inquisition médiatique néo-conservatrice, y compris française (imMonde, Nouvel Oups), s'en donne à coeur joie tandis qu'elle fait tout pour minimiser la vraisemblable mort du calife daéchique Al Baghdadi, sans doute tué dans un bombardement russe.

Comment ?! Se rapprocher de la Russie, l'adversaire n°1 dans le Grand jeu, vous n'y pensez pas, voyons ! C'est maintenant au tour de Trump Jr et Jared Kushner d'être sous les feux de l'actualité, avec toujours les mêmes invraisemblances (les Russes auraient innocemment utilisé de simples emails non sécurisés pour faire passer des informations "très sensibles") et les mêmes et désormais fameuses "sources anonymes" qui affirment que...

Le sénateur McCainistan, figure incontournable du Deep State bien qu'impopulaire parmi ses administrés, est mouillé jusqu'au cou dans une affaire annexe, le grotesque "dossier" des douches d'urine du Donald à Moscou, repris en coeur par la journaloperie occidentale dite sérieuse il y a quelques mois. Et pourtant, c'est un néo-con proche du Follamour sénatorial que l'administration Trump a nommé comme envoyé spécial sur l'Ukraine suite aux discussions de Hambourg.

Game over pour le draineur de marais, qui se plie aux injonctions décidément trop fortes de l'Etat profond ? Pas si simple... Le Donald mène certes une partie extrêmement difficile, devant louvoyer entre les écueils hystériques et le principe de réalité internationale, c'est-à-dire le reflux impérial et le logique rapprochement avec Moscou qui en découle. Mais le temps joue pour lui.

Comme nous l'expliquions il y a quelques mois :

Beaucoup d'analystes voient Trump finir par se ranger tout à fait derrière le Deep State et reprendre à son compte sa politique belliciste dans quelques mois. Et si c'était l'inverse ?

Car les choses évoluent également en profondeur, loin des projecteurs et pas dans le sens souhaité par les faucons. Ainsi, une enquête montre que la popularité de Poutine aux Etats-Unis a doublé en un peu plus d'un an, passant de 13% à 22% (32% chez les électeurs Républicains). Certes, tout cela reste encore relativement bas, mais c'est la tendance qui importe et celle-ci est claire.

Le grand avantage de la campagne présidentielle de l'automne est que, pour la première fois, l'Américain de base a entendu parler du monde et de ce qui s'y passe. C'est un frémissement qui avait d'ailleurs déjà commencé quelques années auparavant avec la crise syrienne (rappelons-nous la mini-fronde de certains militaires en 2013) :

Depuis, le récit hollywoodisé du système impérial a volé en éclats, constamment remis en cause par des voix chaque fois plus nombreuses. On ne sera pas surpris de retrouver la délicieuse Tulsi qui, lors de sa dernière interview sur CNN (datant de fin janvier), a plaqué le journaliste sur le thème des "rebelles modérés" (...)

Ceci, de plus en plus d'Américains le voient, l'entendent, le lisent, le ressentent. Et l'idée, qui vient des deux bords du spectre politique, fait son chemin dans les têtes. Dans les plaines de l'Ohio ou les downtown de Chicago, on commence confusément à sentir que ça ne colle pas, que le discours impérial a du plomb dans l'aile, que la presse raconte des cracks.

Nous avions déjà vu il y a quelques mois que la confiance envers les médias US était à son plus bas historique. Et ce n'est pas l'infantile et grossière campagne de diabolisation et même de psychiatrisation de Trump, Poutine ou Trump+Poutine - ce qu'un malicieux observateur appelle le Syndrome de dérangement Poutine - qui arrangera la crédibilité de la MSN. Il est d'ailleurs amusant de constater le peu d'imagination de ses promoteurs :

Quand on sait que, en Occident plus qu'ailleurs, l'hystérie communicative du système va de pair avec son déclin...

Résumons : population excédée par le terrorisme islamique et même l'islamisme en général, chaque jour plus consciente des évolutions du monde (dans des proportions qu'il ne faut toutefois pas exagérer), chez laquelle la popularité du djihadist's killer Poutine ne peut qu'aller grandissant, surtout chez les électeurs Républicains ; méfiance généralisée envers les médias et l'Etat fédéral (donc, en creux, envers l'Etat profond) ; raz de marée électoral Républicain...

Les prédictions de ce blog se sont si souvent réalisées (Brexit, élection de Trump, libération d'Alep, coup d'Etat en Turquie, désastre saoudien, conflit gelé en Ukraine etc.) que votre serviteur se permet d'en faire une autre.

Pendant quelques mois encore, peut-être un an, le Donald devra louvoyer, donnant du grain à moudre au parti de la guerre, alternant les signaux contradictoires. Concomitamment, le pragmatisme gagnera du terrain. Pragmatisme des élus Républicains au pouvoir, ne souhaitant pas se couper totalement de l'opinion publique ni de leur président ; pragmatisme des militaires sachant bien, eux, qui est leur véritable ennemi. Le système impérial, de bien mauvaise grâce, ira de recul en recul, non sans donner quelques coups de griffe. Il aura suffisamment reflué en 2018 pour que le rapprochement russo-américain s'engage concrètement.

S'il est encore trop tôt pour confirmer ou infirmer notre prédiction, plus rien ne sera comme avant aux Etats-Unis. Peut-être plus que l'élection du Donald elle-même, c'est la campagne électorale qui a constitué un véritable tremblement de terre. Pour la première fois de leur vie, des dizaines de millions d'Américains ont entendu des choses qu'on ne leur avait jamais dites :

Le colossal paradoxe US - une population ignorante et désintéressée laissant la politique étrangère de la première puissance militaire mondiale aux mains d'une poignée d'idéologues, de stratèges et de lobbyistes - commence tout doucement à se résorber. Ne péchons pas par optimisme, cela prendra encore beaucoup de temps mais là comme ailleurs, c'est la tendance qui compte.

Participant de cette lente prise de conscience, la presse conservatrice bien sûr (rappelons qu'aux Etats-Unis, les conservateurs isolationnistes sont la bête noire des néo-cons impérialistes) : Breitbart, Buchanan, The American Conservative (le titre de cet article - Comment l'Amérique a armé les terroristes en Syrie - se passe de tout commentaire) et bien d'autres...

Mais aussi l'émission la plus populaire du câble américain, dont l'animateur, le sémillant Tucker Carlson, démolit jour après jour les fables de la MSN impériale. Après la rencontre Poutine-Trump de Hambourg, l'invité était l'excellent Stephen Cohen, éternel pourfendeur des manigances impériales contre la Russie :

Tucker n'en est pas à son coup d'essai. Ici, il ridiculise un collaborateur de l'hilarante Clinton sur la Syrie, affirmant au passage devant des millions de téléspectateurs sans doute médusés que Washington soutient les djihadistes syriens y compris Al Qaeda :

Et pas plus tard qu'hier, confronté à une caricature de vrai faucon qui ressort à toutes les fariboles sur les méchants Russes bombardant "les hôpitaux et les crèches syriennes" (ne manquent plus que les maisons de retraite...), il se demande ouvertement pourquoi l'establishment politico-médiatique américain ne se réjouit pas de la mort d'Al Baghdadi. Bonne question...

****** MAJ ******

Décidément, notre ami Tucker a bouffé du lion et fait feu de toute flamme. Voyez comment il a démoli sur place un néo-con dans son programme d'hier. Jeu, set et match, un vrai régal...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Dolmen 16/07/2017 12:21

je ne connaissais pas du tout ces vidéos de Trump pendant sa campagne.
Ni cet animateur de FoxNews, chaine qui me paraissait ultra réac/raciste pendant les campagnes d'Obama. Mais qui remonte dans mon estime sur certains points.
A l'orée du régime de Vichy en 40, ce n'étaient pas les gauches sociale-libérales patriotes qui ont voté la reddition et la collaboration ? alors que les droites mêmes dures sont partis en résistance à Londres puis dans le maquis "avec" ensuite les communistes (dès la fin de l'alliance Hitler Staline) ?

Observatus geopoliticus 16/07/2017 20:42

@ Dolmen
Il est vrai que les résistants de la première heure venaient majoritairement de la droite dure : Croix de feu, PSF, la Cagoule même (Marie-Madeleine Fourcade, plus grande femme de toute l'histoire de la Résistance).
Pour la collaboration, c'est moins tranché et l'on retrouve à Vichy à peu près toutes les composantes du spectre politique.

Olga 13/07/2017 22:55

Allez un petit dernier pour la route pour se requinquer : voilà que le fougueux Durterte revoit sa politique envers la Chine.

https://francais.rt.com/international/40871-philippines-veulent-moins-conflits-plus

L'empire américain a encore une fois le nez dans son caca et démontre que son "pragmatisme" n'est pas de bon aloi....

Olga 13/07/2017 22:33

Pour une fois, ce n'est pas moi qui le dis. JP Morgan, le pré carré d'Oncle Picsou a parlé : il est pas content et pas très optimiste. Ll'heure de payer l'addition ne va peut être pas tarder....

https://insolentiae.com/linterview-du-patron-de-jpmorgan-a-paris/


Par contre, la Russie continue son petit bonhomme de chemin...

https://fr.sputniknews.com/economie/201707121032204863-automobile-russie-afrique/
https://fr.sputniknews.com/economie/201707121032198403-iran-russie-petrole/
https://fr.sputniknews.com/economie/201707101032177958-turkishstream-bulgarie-serbie-accord/
https://fr.sputniknews.com/economie/201707091032166295-nord-stream2-allemagne-ue-usa-russie/
https://fr.sputniknews.com/economie/201707041032102335-russie-chine-route-soie/

Olga 13/07/2017 22:01

@Madudu

Heureuse de voir que je ne suis pas seule à penser qu'il faut garder espoir et point nous laisser aller à la morosité. Je vous sens d'ailleurs prêt à aller au combat !
Merci pour tout et bonne soirée.

@Observatus Geopoliticus
Sage est la voie de la raison et vous en êtes la parfaite illustration.
Mon bon Observatus, nous avons de la chance de vous avoir car on en a bien besoin...

Madudu 14/07/2017 10:28

Il y a déjà bien assez de raisons d'être morose, je n'ai pas besoin d'en inventer de nouvelles ^^

S'il y a bien une chose qui va dans le bon sens c'est la géopolitique mondiale, qu'au moins on puisse se réjouir de ça :)

Olga 13/07/2017 21:55

@Simplet

Grrr ! J'ai foiré avec mon clavier et le commentaire est parti trop vite....
Cher Simplet, pas de Madame entre nous, Olga est bien suffisant.

Olga 13/07/2017 21:52

@Simplet

Comme le dit si bien GO nous allons dans le même sens lavec des arguments et une façon de voir qui diffèrent

Madudu 13/07/2017 20:57

Sinon, l'illustration est vraiment excellente, elle m'a beaucoup fait rire ^^

Olga 13/07/2017 19:08

Rien que ce genre de réaction montre à quel point ils sont à la ramasse :

https://francais.rt.com/international/40811-pape-francois-met-garde-dangereuse-alliance-etats-unis-russie

Comment un pape qui devrait en principe prôner l'entente et la fraternité peut-il sortir de telles inepties ? La bête hideuse se met à découvert et montre son vrai visage. C'est donc qu'elle n'a plus de munitions alors que le Vlad en a plein sa besace. Ayez confiance, c'est en bonne voie mais il faut être patient...

jef 14/07/2017 02:18

"Comment un pape qui devrait en principe prôner l'entente et la fraternité peut-il sortir de telles inepties ?"

Ben, justement, chère Olga, c'est en prônant entente et fraternité qu'on en vient (peut-être car je n'ai pas le texte exact et complet sous les yeux) à sortir de telles inepties.

Une rapide recherche sur Qwant et Google montre le peu d'écho de cette entrevue publiée dans la Republica. Le propos retenu est donné sans contexte par RT ou Valeurs actuelles.

Il semble d'après ces articles que cette dénonciation serait motivée par le souci des réfugiés et des migrants. La situation dans plusieurs pays dont la Syrie et le Yémen est évoquée.

On peut penser beaucoup de mal de ce Pape mais le Saint Siège est depuis longtemps reconnu comme l'un des plus fins observateurs géopolitiques et comme un acteur diplomatique de premier plan. Les gestes très récents envers la Russie (malgré des pressions US particulièrement fortes) comme envers la Syrie ne peuvent être ignorés ici.

Alaric 13/07/2017 21:34

De même avant l'invasion de l’Afghanistan en 2001 , le pape avait reconnu le droit des américains à "se défendre "

ah , le saint siège ...

Olga 13/07/2017 18:55

A lire les commentaires, je vois que des décennies de suprématie néo-conne ont remarquablement conditionné les esprits. Moi je vous suis OG et reste optimiste comme vous. Les choses vont changer. Cela mettra du temps (peut être moins qu'on ne le pense) mais les choses vont changer c'est sûr. Le processus est enclenché et tout faucon qu'ils sont, ils n'y pourront rien. La façon dont ils dénigrent démontre à quel point ils sont à bout de souffle et que la mécanique commence sérieusement à se gripper.

Je crois que Vladimir Poutine sait déjà que le « nouvel ordre mondial » tel que nous l’avons connu est en récession totale et qu’il a les informations mais se les garde pour lui. Et si c'est bien le seul en qui j'ai confiance et qui est aussi le mieux placé pour savoir comment les choses évoluent, c'est bien l'orso russo.

Je vous rappelle qu'il n'est pas seul dans sa démarche, ne cesse de marquer des points à tous les niveaux et de se faire des alliés. Quant aux pays européens, même s’ils continuent leur hypocrisie de façade, ils ont bien l’intention de faire des affaires avec lui. Ce n'est pas le cas de l'empire qui est rongé par les dettes avec une suprématie du dollar de moins en moins appréciée. Il est également de plus en plus détesté à travers la planète avec une image exécrable. Et ça, c'est très important car fini le rêve américain avec lequel ils nous ont bien abusé. Maintenant il est obligé de marcher à découvert car les mensonges ne prennent plus. Tout le monde a réalisé que la politique américaine n’est qu’une succession d’horreurs qui n’apporte que le chaos alors que celle du maître du Kremlin cartonne à tout va. Les gens en ont assez de ce bordel permanent et voilà pourquoi Vladimir Poutine aura gain de cause. D’ailleurs il le sait bien et soigne l’image de la Russie à travers une propagande de qualité qui la fait apparaître sous un nouveau visage de puissance mais aussi de modernité avec un espoir de paix et de prospérité, ce que nous avons oublié depuis longtemps en Occident.

Alors un peu de patience avec une dose d'optimisme et de confiance ce qui nous changera un peu. Regardez déjà comment les choses ont reviré en seulement deux ans !

Madudu 13/07/2017 20:47

Vous dites :

"-Le pragmatisme évident des Yank's."

Est-ce que vous êtes sérieux ?

J'ai du mal à croire que vous croyez encore à quelque "pragmatisme" dans le camp de ceux qui perdent sur tous les tableaux, intérieurs et extérieurs, qui ont réussis à faire élire un gars contre lequel la totalité de l'appareil de propagande était tourné, qui perdent chaque jour davantage en crédibilité, qui perdent chaque année plusieurs alliés de poids (Turquie, Philippines, bientôt le Qatar et la Corée du Sud ?) ...

Quelles réussites ! J'espère n'avoir jamais ce genre de pragmatisme-là ^^

Je suis complètement d'accord avec le diagnostic d'Olga :

"A lire les commentaires, je vois que des décennies de suprématie néo-conne ont remarquablement conditionné les esprits."

Observatus geopoliticus 13/07/2017 20:46

@ Olga & Simplet
Nous sommes en réalité tous d'accord :
- le système impérial est sur le reculoir et son déclin est inévitable
- les hystériques néo-cons blessés n'en sont que plus dangereux
- tout cela prendra de toute façon du temps, même si une (bonne) surprise n'est pas impossible à plus court terme
Bien à vous deux

simplet 13/07/2017 19:41

Olga,

Vous n'avez pas tors, chère Madame, dans votre argumentation et quant au résultat final.
Mais, il faut malgré tout tenir à l'esprit
- Le pragmatisme évident des Yank's. Citoyens lambda ou néoconservateurs. Ceux-ci n'ont pas dit leur dernier mot. Ils ont un bras financier et donc des moyens de pression plus important qu'aucun mouvement politique n'a jamais eu. Pensez donc au pouvoir qu'ont ces géants que sont Goulge, Microdoux, Face de bouc, et toutes les Ltd militaro-industrielles dirigées par les néo.
Ceci dit sur du long terme, du très long terme vous aurez raison. J'espère que cela ne sera pas dans l'apocalypse. Entretemps, moi, je serai poussière.
- Se débarrasser d'un Président gêneur ou sans parole, ne les gênent nullement. Ce ne serait pas une première, ni probablement la dernière.
- Si dans l'état des choses, une nouvelle élection devait avoir lieu, je ne suis pas persuadé que le même résultat s'afficherait.
- Je reste persuadé que notre Dodo la Houpette ne détient pas toutes les clefs du pouvoir et que celui-ci est férocement disputé au niveau des forces armées et renseignement. Il est donc fragilisé de ce côté. Une boulette commise par un général de l'opposition et c'est Dodo qui sera lapidé.

simplet 13/07/2017 14:52

Moins optimiste que vous cher Taulier, il faut compter toujours avec le risque d'un "accident" définitif pour Dodo la Houppette.
Le pire avec des vedettes comme Nuland, Wolfowitz, la frite Mac Cain, les sex symboles Albright and Clinton, le sénateur Marco Rubio de Polla Cuadrata et l’inénarrable grenouille de miqveh Mr. Kagan him self vivant actuellement à Bxl. Centre européen que sa charmante épouse ( Nuland) a envoyé crument au diable. Non, non, le deep hell n'est pas mort et étant sur le recul, je pense qu'il n'en sera que plus dangereux.

Observatus geopoliticus 13/07/2017 20:32

@ Simplet
Oulah, cher Simplet, je n'ai jamais affirmé que le Deep State était mort, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Et je suis le premier à répéter qu'une bête blessée est d'autant plus dangereuse.

Sansdoute 13/07/2017 13:49

Flashback sur 2003. On accuse Saddam Hussein d'être de mèche avec al-Qaeda, puis d'avoir des armes de destruction massive. Les néocons veulent la guerre et ils l'auront, avec le soutien inconditionnel de Fox News. La majorité des autres médias ont quelques réserves, plusieurs journalistes mettent carrément le fallacieux prétexte en question. Les gens sortent dans la rue. De Villepin n'est pas d'accord, le peuple l'applaudit, au grand désespoir des Amerloques qui rebaptisent les French Fries "Liberty Fries".

Retour à aujourd'hui. Après Khadafi, c'était au tour d'Assad de passer à la moulinette. Sauf que ça ne s'est pas passé comme prévu, car la Russie a fait foiré le plan prévu. Mais ce qui ressort par rapport à 2003, c'est que l'ensemble des merdias est unanimement derrière les va-t-en-guerre à part Fox News. C'est le monde à l'envers quoi!

C'est qu'il y a eu un virage majeur dans les médias entre 2003 et aujourd'hui. Tout lecteur attentif du imMonde, NouvelOups ou, pire encore, Ze Econoshit a pu remarquer un glissement pas très subtil vers la même ligne éditorial pro-guerre. C'est que les patrons ont réussi à mettre leurs pions dans les salles de rédaction, qui ne font que déblatérer les mêmes âneries sur l'immonde Poutine et l'odieux Assad.

En plus, ils ne sont même pas subtils. Combien de fois les "grands" magazines de ce monde ont-ils fait la une avec Poutine tous en même temps? Les journalistes sont devenus des journalopes et ceux qui n'entrent pas dans le rang sont expulsés, un journaliste de renom comme Seymour Herscht en étant l'exemple éloquent. Qui plus est, ils vivent tous dans un immense aquarium médiatique en se nourrissant des bribes que leur donnent l'AFP, l'AP, Reuters, sans se poser de questions.

Voir Tucker démolir un néocon, c'est réjouissant, mais ce qui me fait peur, c'est de savoir que les âneries dites par ses interlocuteurs (L'armée d'Assad et la Syrie ne font rien contre Daech!!!! Allez lire Al Masdar pardi!!!!), ils les répètent dans les autres merdias sans se faire remettre à leur place.

Ce qui me désole aussi, c'est de voir que quiconque ose sortir du rang est taxé comme conspirationniste. C'est "crois ou meurs". Le pire, c'est que 90% de la population les croient.

Observatus geopoliticus 13/07/2017 21:07

@ Sansdoute
Oui, le retournement est saisissant. Mais est-il si étonnant ?
- Après l'invasion de l'Irak en 2003, l'administration Bush avait promis de punir la France en particulier (et sans doute aussi un peu l'Europe). 2006-2008 : retournement complet du Vieux continent - dirigeants complètement vassaux, hystérie médiatique russophobe... Il a dû se passer quelque chose durant ces quelques années (chantage de la NSA au courant de tout, pressions diverses, noyautage accru ?)
- Depuis quelques temps, l'anti-système BO-BO (le "populisme" d'après la presstituée) reprend du poil de la bête face aux LI-LI qui ont confisqué le pouvoir dans les années 70 : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/10/bases-et-arobases.html
Après être parti d'Europe, cette tendance profonde touche maintenant les Etats-Unis eux-mêmes où la paire Trump-Sanders fait, toutes proportions gardées par ailleurs, un peu figure de duo De Gaulle-PCF ou Le Pen-Mélenchon plus près de nous. CNN n'a pas encore parlé de "peste rouge-brune" mais ça ne saurait tarder... Dans ces conditions, il est assez logique de voir les deux extrémités de l'échiquier politique américain partager des positions très similaires (sachant de plus que le conservatisme US a toujours été isolationniste).
Bien à vous

Yom 13/07/2017 17:20

Ceux qui aiment le « roc dur » pourront joindre l’utile à l’agréable en visionnant le clip Boom du groupe System of a Down, qui date de cette période.

Le clip reprend notamment les images des manifestations monstres, ville par ville, qui ont eu lieu un peu partout dans le monde, y-compris dans de nombreuse métropoles américaines, contre cette guerre.

La guerre a pourtant bien eu lieu, en dépit de tout : courant d’opinion, isolement à l’ONU … Cela montre la capacité des faucons américains à provoquer les guerres voulues envers et contre tout.

Euclide 13/07/2017 12:17

Bonjour à tous et toutes,
Sans être dans le secret des dieux, j'espère que la rencontre de Donald et le petit Marquis se passera bien.
Contrairement à une idée répandu, le plus idiot n'est surement pas celui qu'on croit malgré son côté outrancier, balourd et imprévisible.
Bonne fin de semaine.

Sansdoute 14/07/2017 17:36

Excellent ce clip.

Sansdoute 14/07/2017 16:03

Observatus,
Vous êtes en plein dans le mille avec vos BO-BO et vos LI-LI. En ce qui concerne la gauche LIbertaire, vous avez tout à fait raison de dire qu'elle a abandonné ses valeurs gauchisantes en faveur d'un néolibéralisme de bon aloi. C'est que ces bobos (pour bourgeois bohèmes, je sais, je complique les choses) vieillissants se confortent dans leur petite vie bien tranquille en continuant de lire leur journal en gobant toutes les inepties qu'on y trouve aujourd'hui. Pour ces BO-BO-LI (bourgeois bohèmes libertaires), la défense de la veuve et de l'orphelin est maintenant considérée comme ringarde, voire réactionnaire, car pour être dans le vent, il faut dorénavant se porter à la défense des minorités et des victimes. Bel exemple de réussite du diviser pour régner.

simplet 13/07/2017 14:30

@Euclide,
Je crois qu'à ce niveau, il n'y a pas d'idiots, mais bien des pressions pas toujours vues comme adroites, mais toujours intéressées.
Là où je vous suivrais, c'est que notre Mac Rond national est tellement fade qu'il n'a pu réussir son élévation que grâce à un "club" riche et très bien conseillé pour en arriver à imposer cet incroyable minet. Le film " le bachelier" version française. Le problème est que le club féodal français serait plutôt adversaire de Dodo la Houppette.

Luc 13/07/2017 11:38

Bonjour et encore merci cher OG pour la qualité de vos articles!

Fasciné, désabusé, excité et accablé par l'observation de l'effondrement de notre contre-civilisation, je m'abreuve depuis plus de 10 ans maintenant d'informations dites "alternatives". Mais la découverte de votre site voilà un an maintenant fût pour moi une bénédiction : il est rare de trouver une production maison aussi pointue et pertinente. Je ne cesse de vous recommander.

Je profite de ce message pour adresser, à vous et vos lecteurs avertis, une demande hors-sujet :
Un ami s'est pris d'un intérêt soudain pour la affaires géopolitiques suite à nos discussions et au visionnage des "conversations avec Poutine", il veut lire des livres de géopolitique générale ou sur un conflit donné.

Quels auteurs (français ou traduits) recommanderiez-vous ?

La question est vaste bien sûr, je n'attends aucunement une réponse complète et je remercie par avance toute personne qui prendra le temps de me répondre.
Amicalement.

Luc 17/07/2017 13:43

@OG

Votre article était déjà transmis! Merci pour ces autres suggestions.

Luc

Observatus geopoliticus 13/07/2017 22:17

@ Luc
Merci, cher ami.
Pour une première approche :
- Certes, ce n'est pas un livre mais mon (très) long article sur la Grand jeu en Asie centrale vous donnera les bases : http://www.revueconflits.com/le-nouveau-grand-jeu-bonus/
La revue Conflits ayant commis une mise en page de cochon, je peux vous l'envoyer en PDF (bien plus clair et avec beaucoup plus de cartes) si ça vous intéresse. La proposition est ouverte à tous, il suffit de m'envoyer un MP.
- Le "Grand échiquier" de Dr Zbig est évidemment à lire pour constater à quel point l'empire ne cache aucunement ses menées.
- Je ne saurais que trop recommander l'excellent "Taliban: Militant Islam, Oil and Fundamentalism in Central Asia" d'Ahmed Rashid sur le Grand jeu en Asie centrale, particulièrement en AfPak, durant les années 90.
- Différents travaux ou mémoires, comme celui-ci : www.rmes.be/CDR7/6TSCR7.pdf
Voilà qui constitue déjà de bons prolégomènes...
Bien à vous, cher Luc.

jef 13/07/2017 03:02

Article attendu de long temps, cher OG!

Maintenant que les plus naïves illusions concernant Forrest Trump sont recouvertes de quelques pelletées de terre et que le gazon verdit, que dire de cet homme à la poitrine assez large pour qu'elle encaisse sans tressaillir les petits coups de quenottes de notre "Gott mit uns"?

Qu'il ne parvient toujours pas à s'entourer d'une équipe cohérente?
Comme la seule qui importe est celle qui sera mise en place pour sa réélection, disons que ce n'est pas plus grave que cela (vu le boxon ambiant dans le Deep State depuis des lustres...) et qu'en revanche le Donald use de nombre d'arrivistes et de néo-cons en attendant.
Je nomme, je dégomme, en somme.

Qu'il n'y a aucune symétrie a faussement établir entre deux G20 dont l'un aurait vu Poutine isolé et l'autre un Trump mis au piquet lors de la photo de famille?
D'ailleurs leur échange a éclipsé le reste. Échange qui débouche sur la seule chose qui compte: la mise en place publique mais aussi discrète ( = à la discrétion de) de canaux de communication entre les deux présidences. On pourra le mesurer par l'expulsion de quelques diplomates américains dans peu (ou l’équivalent de ce "retour de bâton"). Sûr qu'à leur prochaine rencontre, ils en riront sous cape!

Enfin que dans un monde multi-polaire, l'entente de deux ou trois larrons suffit pour que leurs intérêts s'imposent à tous les autres?
Ce que ne manqueront de remarquer les complexes militaro-industriels ou autres entreprises de dimensions étatiques des dits larrons...
Bien à vous.

Observatus geopoliticus 13/07/2017 21:33

@ Jef
Quelle verve, cher Jef !
J'en profite pour dire que lire la prose de plusieurs d'entre vous est un véritable régal. Au-delà du fond, toujours intéressant, la forme est ne serait pas reniée par Mme de Sévigné. Bref, je déguste vos messages comme un Romanée-Conti...

António Lico 13/07/2017 00:59

Bonsoir à tous.
Je suis pas si optimiste que vous cher Observatus. Je crois bien que L'Empire va donner au monde beaucoup de travaille...mais on verra en 2018 - 2019. peut-être sera comme votre prediction.
La presse de LEmpire va de folie en folie et les gens qui parlent sont de vrais psychopathes, comme nous pouvons constater par les paroles delirants du "presque colonel" Ralph Peters.
Bien à vous.

Observatus geopoliticus 13/07/2017 21:41

@ Lico
Mon cher Antonio, disons que je suis modérément optimiste à plus ou moins long terme (et non, je ne suis pourtant pas normand ^^)

BichFriz 12/07/2017 22:35

Merci chef pour cet article encore une fois !
C'est quand même bien la foire...

Gros hors sujet mais je me dis que certains ici et surement même notre hôte ont probablement des réponses, je n'arrive absolument pas a comprendre la guerre au Yemen. Je ne vois pas a qui profite le crime ou a qui a pu profiter le crime... Les saoudiens s'y galèrent comme une girafe sur une patinoire pour peu de résultats, alors ok il y a de la ressource en sous-sol, mais pour autant que je sache Oman et d'autres en ont bien plus. Bref, pourquoi faire ? Désolé, merci !

BichFriz 15/07/2017 21:40

Aaah oui j'oublie trop souvent le calque religieux sur la carte...

Merci beaucoup pour vos lumières !

Observatus geopoliticus 13/07/2017 21:44

@ BichFriz
La guerre au Yémen est plutôt à ranger dans le dossier de l'affrontement géo-religieux entre Téhéran et Riyad. Les Saoudiens sont paniqués devant la possibilité d'être entourés au nord (Irak, Iran) et au sud (Yémen) par des gouvernements chiites.

Yom 13/07/2017 17:10

La rivalité entre sunnites et chiites atteint actuellement dans cette partie du monde un niveau comparable à celui de la rivalité entre catholiques et protestants qui a mené en Europe à la guerre de trente ans (ou aux guerres de religions en général).

L’Arabie Saoudite, forte d’une écrasante supériorité matérielle acquise à grands coups de pétrodollars, notamment auprès de nos marchands d’armes nationaux, ne s’attendait certainement pas à se retrouver aussi malmenée par une bande de rebelles « en pyjamas », comme dirait notre hôte.

Ils sont maintenant embourbés dans cette guerre et ne peuvent simplement se retirer la queue entre les jambes. Il en va de leur prestige militaire en tant que gardiens des lieux saints pour la totalité du monde musulman. Rôle que leur contesterait volontier l’Iran, LA grande puissance rivale.

Vent d'Est, Vent d'Ouest 12/07/2017 20:33

Nouvel Oups, ImMonde et leurs semblables disent ce qu'ils veulent, en ce qui me concerne ils sont inaudibles, et ce depuis très très longtemps. Je me contente de forger moi-même mon opinion en regard des articles lus hors mainstream ci et là, quitte à me tromper, ce que j'assume le cas échéant.

Bertrand 12/07/2017 19:31

bonjour OG, il y a un autre discours de campagne de trump plus fort encore (yippie kay yay la source de la vidéo!), à se demander pourquoi les républicains ont daigné jouer encore le jeu électoraliste..

https://www.youtube.com/watch?v=KgU1jkEHogw

*en des temps de tromperie généralisée, dire la vérité est révolutionnaire.*, George Orwell.

dommage que les nord-américains ne soient artificiellement divisés en démocrates, les *gentils* (sic) et en républicains, les *méchants* (sic). pareil en france! à quand une union des patriotes?

si au moins The-Donald peut faire prendre conscience aux nord-américains que c'est leur État guerrier qui est le problème, il *nous* rendrait un fier service.

ou alors le mieux c'est une destitution du Donald et une insurrection, légitime, d'une partie du peuple américain :)

Observatus geopoliticus 13/07/2017 21:56

@ Bertrand & Madudu
Oui, énorme discours. Dommage que Donaldinho se soit empressé de s'entourer de Goldman Sachs boys juste après son élection...
Mais Bertrand a écrit LA phrase qui résume tout et qui est d'ailleurs le coeur de ce billet :
"Si au moins The-Donald peut faire prendre conscience aux nord-américains que c'est leur État guerrier qui est le problème, il nous rendrait un fier service".
C'est fait. Des dizaines de millions d'Américains ont écouté ça pour la première fois de leur vie et voté pour. Que le Donald trahisse une partie de ses engagements, qu'il soit noyé par l'Etat profond, tout cela importe finalement moins que cette prise de conscience.

Madudu 12/07/2017 21:09

C'était la veille des élections que ce "clip de campagne" est sorti si je ne m'abuse.

Le plus couillu de toute la campagne peut-être.

En tous cas un discours du niveau d'un Sankara, d'un De Gaulle ou d'un Gandhi, dans son contexte et dans son style propre.

Eric83 12/07/2017 18:11

Ceux - notamment les "zélites" et leurs porte-voix de la MSM - qui ont pris Trump pour un abruti, un incompétent, un inconséquent... en sont pour leurs frais.
Au vu de la pression qu'il subit aux US depuis maintenant plus d'un an et demi et qui s'est lourdement accentuée depuis son investiture comme 45ème Potus, Trump révèle une force et une détermination que ses adversaires ne soupçonnaient certainement pas.
Je ne sais pas si dans l'histoire des US, un Potus avait déjà dû dépenser autant d'énergie... pour ne serait-ce que rester Potus à peine investi.
Pour le moment, il contre-attaque systématiquement, la dernière en date étant de défier le Deep State avec un "Ukraine gate" :
https://fr.sputniknews.com/international/201707111032192146-complot-democrates-ukraine-presidentielle/
https://fr.sputniknews.com/international/201707121032205217-usa-presidentielle-ukraine-fbi/

A mon humble avis, ni Trump ni le Deep State - intrinsèquement bien plus fort et puissant que Trump -
ne lâcheront.
Le Deep State ne pouvant se permettre de perdre face à Trump, l'escalade ne peut qu' aggraver les nombreuses fractures internes aux US et Trump risque de faire le bouc émissaire "parfait" pour justifier l'effondrement qui se profile à grands pas.

Yom 14/07/2017 00:05

L’armée américaine se distingue de celles du reste du monde, de manière générale, bien sûr par ses moyens colossaux, mais également, plus particulièrement, par sa capacité de projection.

Mais toute impressionnante qu’elle soit, cette capacité de projection n’en est pas moins limitante. Sans être spécialiste de la question militaire, je me hasarderai quand même à imaginer que la capacité d’engagement de forces des USA sur son propre territoire est encore sans commune mesure que ce que l’on a pu voir en Irak ou en Afghanistan.

De plus, pour violentes qu’elles soient, les opérations militaires menées par les USA sur ces territoires ne sont pas une lutte pour sa propre existence (ou l’existence de son oligarchie). Du moins pas à court ou moyen terme (le terme du grand jeu qui intéresse ce blog s’inscrivant dans un temps plus long). L’écrasement d’une insurrection révolutionnaire, ou la guerre civile qu’elle peut faire germer, se mène avec encore une autre ardeur.

Donc, « I rest my case ». Participant à des discussions politiques sur Internet, j’en vois parfois évoquer le retour possible des barricades. Celles qui ont été dressées à l’époque de Thiers ou de Louis Philippe ont vu leurs lots de massacres perpétrés avec des fusils non automatiques et leurs baïonnettes. Plus tard, la première guerre mondiale a montré les bons rendements que l’on pouvait obtenir avec des mitrailleuses automatiques, qui se sont considérablement perfectionnées depuis. Un état moderne, acculé et menacé dans son existence même, donc poussé à « mettre le paquet », fera probablement des merveilles. La seule question qui se pose est celle de la détermination à aller jusqu’au bout.

Madudu 13/07/2017 20:30

Les exemples de guerres perdues par l'armée US contre des adversaires sous-équipés sont tellement nombreux que je me permets de douter de sa capacité à faire face à un conflit intérieur.

D'autant qu'une partie de l'armée ne manquera pas de soutenir l'intérieur, ceux qui s'engagent sont rarement dans le genre des bobos des grandes villes.

Et si les capacités techniques seules étaient suffisantes pour gagner une guerre il y a longtemps que l'Afghanistan connaîtrait la Pax Americana, que le Yemen serait écrasé et que l'Iran aurait été balayée pas une invasion US, de même que Cuba.

Il n'en est rien.

Yom 13/07/2017 17:27

On peut croire que l’histoire se répète dans une certaine mesure et prendre des exemples d’insurrections armées tirées du passé pour envisager celle de l’avenir.

Mais je pense que cet exercice a atteint sa limite à notre ère de guerre ultra-technologique.

Les capacités techniques des armées contemporaines permettraient aujourd’hui à une oligarchie ultraminoritaire de balayer une insurrection ultramajoritaire qui s’armerait chez Walmart. Imaginez la répression de la commune de Paris, mais puissance mille, à coups de drones tueurs, de bombes Daisy Cutter et autres joyeusetés du même acabit.

Madudu 12/07/2017 20:03

Trump n'est pas arrivé seul au pouvoir, il a derrière lui un énorme pan du pays qui meurt économiquement et culturellement.

Les grandes villes et les côtes ne sont peut-être pas derrière lui, mais presque tout le reste du territoire l'est. Et les gars des grandes plaines, du Montana, du Texas, etc, ils sont armés !

Gare à ceux qui feront définitivement échouer la voie démocratique aux états-unis, car ça peut partir en guerre civile à l'avantage de l'intérieur. Trump non seulement n'est pas seul, mais en plus il a derrière lui les hargneux, les débrouillards et les rien-à-perdre.

Léa 12/07/2017 16:55

Je serais un peu moins optimiste que vous sur un reflux possible du Deep State vers une politique moins agressive et plus pragmatique. Depuis que Trump a été élu, la conscience des Américains a certes évolué et va continuer en ce sens par effet boule de neige, mais les actions militaires des USA se sont intensifiées à mesure.
http://www.entelekheia.fr/

Aux States, la guerre, c'est le principal business du pays, et Raytheon, General Dynamics et autres Lockheed Martin tiennent à leur cotation en bourse, ce qui veut dire des guerres, des guerres et encore des guerres. Quelque chose va se produire, on le sent bien, mais une quelconque prise de conscience des élus républicains à cause de la désapprobation de leurs électeurs est à mon sens très peu probable. Trop de fric est en jeu.
http://www.entelekheia.fr/pourquoi-lamerique-veut-des-guerres/

Observatus geopoliticus 13/07/2017 22:00

@ Léa
Pour le Deep State, c'est effectivement une course contre la montre face :
- au reflux inexorable de l'empire et de la puissance américaine
- à la relative prise de conscience par un nombre croissant d'Etats-uniens.
Bien à vous

Madudu 13/07/2017 20:38

Vous voilà piégé par la manière dont Overblog organise ses formulaires, en dépit du bon sens ^^

Merci pour le compliment :)

tibidi 13/07/2017 18:36

Bien vu et bien écrit, Madudu. Je suis vos commentaires et ils sont souvent pertinents. Ceci posé, Yom a peut-être raison ; avec les moyens modernes (armes bactériologiques p. ex. ) il serait plus aisé pour le deep state de contenir une rébellion armée. .. Merci à OG pour ses billets éclairés.

Léa 12/07/2017 16:56

Pardon, je me suis trompée sur le premier lien.
C'est celui-ci, en fait:
http://www.entelekheia.fr/letat-de-guerre-usa-juillet-2017/