Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Tête chercheuse

2 Mars 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Russie

La tête du système impérial continue d'envoyer des signaux contradictoires. A l'ONU, l'ambassadrice US pousse à l'adoption de sanctions à l'égard de la Syrie du fait de l'éventuel usage d'armes chimiques. Quand on connaît la fragilité de ce genre d'accusations occidentales, on ne sera pas surpris que la motion ait été rejetée par un double veto russe et chinois. Signe que Pékin, qui d'habitude préfère s'abstenir, s'engage plus résolument aux côtés de Moscou, Téhéran et Damas. L'Eurasie en marche...

Les pessimistes verront dans la position américaine la preuve que Trump s'est couché devant le parti de la guerre. Tout est perdu, fors l'honneur ! Sauf que... Le Donald ne varie pas d'un iota et continue par exemple à démolir la mafia médiatique à chacune de ses apparitions. Lors de son discours inaugural au Congrès, il a poursuivi sur la même ligne internationale - mais en plus courtois, circonstances obligent. "Je ne suis pas le président du monde, seulement celui des Etats-Unis (...) Nous dépensons des fortunes pour défendre les frontières de nombreux autres pays mais ne le faisons même pas pour nous-mêmes..." De quoi donner une crise d'urticaire aux interventionnistes néo-cons, libtards et autres joyeux drilles.

Le Congrès était divisé comme jamais entre Républicains se levant toutes les trente secondes pour l'applaudir et Démocrates à la mine déconfite. Mais globalement, chacun, y compris la MSN, s'accorde à reconnaître que le Donald a réussi son examen de passage. CNN a avalé sa parabole de travers en admettant que 78% des Américains ont approuvé son discours.

Ainsi va l'empire, dont la démarche sinusoïdale laisse perplexe. Beaucoup d'analystes voient Trump finir par se ranger tout à fait derrière le Deep State et reprendre à son compte sa politique belliciste dans quelques mois. Et si c'était l'inverse ?

Car les choses évoluent également en profondeur, loin des projecteurs et pas dans le sens souhaité par les faucons. Ainsi, une enquête montre que la popularité de Poutine aux Etats-Unis a doublé en un peu plus d'un an, passant de 13% à 22% (32% chez les électeurs Républicains). Certes, tout cela reste encore relativement bas, mais c'est la tendance qui importe et celle-ci est claire.

Le grand avantage de la campagne présidentielle de l'automne est que, pour la première fois, l'Américain de base a entendu parler du monde et de ce qui s'y passe. C'est un frémissement qui avait d'ailleurs déjà commencé quelques années auparavant avec la crise syrienne (rappelons-nous la mini-fronde de certains militaires en 2013) :

Depuis, le récit hollywoodisé du système impérial a volé en éclats, constamment remis en cause par des voix chaque fois plus nombreuses. On ne sera pas surpris de retrouver la délicieuse Tulsi qui, lors de sa dernière interview sur CNN (datant de fin janvier), a plaqué le journaliste sur le thème des "rebelles modérés". Regardez l'air atterré du plumitif de service, ça vaut le détour :

Ceci, de plus en plus d'Américains le voient, l'entendent, le lisent, le ressentent. Et l'idée, qui vient des deux bords du spectre politique, fait son chemin dans les têtes. Dans les plaines de l'Ohio ou les downtown de Chicago, on commence confusément à sentir que ça ne colle pas, que le discours impérial a du plomb dans l'aile, que la presse raconte des cracks.

Nous avions déjà vu il y a quelques mois que la confiance envers les médias US était à son plus bas historique. Et ce n'est pas l'infantile et grossière campagne de diabolisation et même de psychiatrisation de Trump, Poutine ou Trump+Poutine - ce qu'un malicieux observateur appelle le Syndrome de dérangement Poutine - qui arrangera la crédibilité de la MSN. Il est d'ailleurs amusant de constater le peu d'imagination de ses promoteurs : 

Quand on sait que, en Occident plus qu'ailleurs, l'hystérie communicative du système va de pair avec son déclin...

Résumons : population excédée par le terrorisme islamique et même l'islamisme en général, chaque jour plus consciente des évolutions du monde (dans des proportions qu'il ne faut toutefois pas exagérer), chez laquelle la popularité du djihadist's killer Poutine ne peut qu'aller grandissant, surtout chez les électeurs Républicains ; méfiance généralisée envers les médias et l'Etat fédéral (donc, en creux, envers l'Etat profond) ; raz de marée électoral Républicain...

Les prédictions de ce blog se sont si souvent réalisées (Brexit, élection de Trump, libération d'Alep, coup d'Etat en Turquie, désastre saoudien, conflit gelé en Ukraine etc.) que votre serviteur se permet d'en faire une autre.

Pendant quelques mois encore, peut-être un an, le Donald devra louvoyer, donnant du grain à moudre au parti de la guerre, alternant les signaux contradictoires. Concomitamment, le pragmatisme gagnera du terrain. Pragmatisme des élus Républicains au pouvoir, ne souhaitant pas se couper totalement de l'opinion publique ni de leur président ; pragmatisme des militaires sachant bien, eux, qui est leur véritable ennemi. Le système impérial, de bien mauvaise grâce, ira de recul en recul, non sans donner quelques coups de griffe. Il aura suffisamment reflué en 2018 pour que le rapprochement russo-américain s'engage concrètement.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Grognard 05/03/2017 23:10

Observatus geopoliticus

Bonsoir,

Vous pensez que c'est une contre attaque et pas seulement une mise en garde.
Si c'est bien cela, il va y avoir du sport.

jef 06/03/2017 04:17

Contre-attaque? Mise en garde? Sport renvoie à un état d'esprit comme à un type de spectacle donné à partir d'un engagement physique basique, c'est-à-dire d'une lutte pour l'honneur. Qualifier la boxe de noble sport dit tout.
Désolé, OG, mais mon goût du juste mot me fait une fois de plus raser les pâquerettes!

jef 05/03/2017 20:49

"Je poste ceci pour faire avancer le schilmblik. C'est tout."

Vous avez pleinement raison, cher Euclide, et c'est ce qui m'attache désormais le plus à ce blog: le plaisir après la lecture de notre Raspoutine géopolitique de découvrir les commentaires souvent éclairants ou stimulants des lecteurs....de plus en plus nombreux, me semble-t-il.

Observatus geopoliticus 06/03/2017 23:11

+1, cher Jef.
La qualité des commentaires est à nulle autre pareille. Si seulement je pouvais améliorer leur lisibilité (apparition chronologique etc.) mais ça ne dépend hélas pas de moi...

Euclide 05/03/2017 08:47

@silk
En ce qui concerne le blog " la Vigie" je ne fais que recevoir le sommaire par internet parce que dans le passé j'ai commenté sue le blog d'Olivier Kempf " Egeablog ". Le titre est la contraction de Egée ( la mer) et d'Atlantique . Pour le reste, je n'ai rien à vendre.

Perso, je suis venu sue ce site à cause d'un livre de Hervé Le Bideau " Le pétrole, enjeu stratégique des guerres modernes" Edition : L'esprit du livre Février 2010. L'auteur est un monsieur de 76 ans et ancien agent secret du SDECE ( voir son blog) .
Je poste ceci pour faire avancer le schilmblik. C'est tout.

Silk 04/03/2017 23:04

@Euclide : la revue vigie à l'air intéressante (je vais peut-être acheter un numéro à 4€ pour voir), mais de là à dire que c'est ce site est redondant avec "la vigie", il y a une différence fondamentale : ici l'information est gratuite.
Chez "la vigie" il faut payer 4€ par numéro ou 17€ pour 3 mois afin de savoir ceux qu'ils ont à dire.
Et donc une remarque (mon slogan depuis plus de 20 ans, et qui garde toute sa pertinence) :
"le savoir est un pouvoir, le partager est un devoir."
Mettre un prix sur la connaissance, c'est exclure une partie des lecteurs de la possibilité de savoir.

Bref, merci très cher Observatus Geopoliticus de partager gracieusement vos analyses avec nous et de nous tenir informé-e-s des évolutions internationales que la presse mainstream dissimule en fournissant d'autres informations (les "no-news" permettent de dissimuler le fait qu'on ne parle pas des "news").

Vu de Varsovie 04/03/2017 18:14

Vos analyses sur le système impérial sont pertinentes et je les approuve dans l’ensemble. Par contre, il serait intéressant de connaitre votre avis sur le système en place en Russie. Est-ce selon vous une autocratie oligarco-mafieuse comme certains médias la dépeignent ? Autre chose : pour aller plus loin dans vos prévisions, à votre avis quelles seraient les conséquences pour l’Europe centrale du rapprochement russo-américain et d’un possible désengagement US en Europe ?

Observatus geopoliticus 04/03/2017 22:09

@ Vu de Varsovie
Autocratie, moui, ou disons démocrature : un pouvoir indéniablement démocratique (il a le soutien massif de sa population) mais avec de claires composantes autoritaires, à la Pilsudski si vous voulez... Pouvoir oligarco-mafieux, pas vraiment. Il reste évidemment des oligarques, mais sans commune mesure avec les années Eltsine.
Plus important, c'est un pouvoir SUR LA DÉFENSIVE, en réaction aux sempiternelles menées du système impérial US cherchant à diviser l'Eurasie, donc à provoquer/isoler la Russie, heartland du continent-monde. Il n'y a aucun danger russe, aucune volonté expansionniste et l'Europe centrale n'a pas à craindre quoi que ce soit, malgré toutes les tentatives de l'empire pour faire croire le contraire. Le rêve de Poutine, c'est l'abolition des barrières impériales (OTAN, UE, tentatives de blocus énergétique etc.) et l'éviction des Etats-Unis pour en arriver à une Eurasie aux nations souveraines commerçant et discutant librement entre elles, de Lisbonne à Vladivostok. Un certain général ne pensait pas autrement...

Eric83 03/03/2017 14:16

Au rythme et vu l'ampleur des manoeuvres destinées à faire tomber Trump et son administration, la question à un dollar : combien de temps Trump peut-il va-t-il tenir, soi avant de jeter l'éponge, soi avant de réellement drainer le marais et d'endiguer la subversion organisée par le deep state ?
Dans un article du 11/02, le New York Post nous informait qu'au travers de l'OFA - une organisation créée par Obama -, Obama, épaulé par ses 30 000 GM, agit dans l'ombre contre Trump.
http://nypost.com/2017/02/11/how-obama-is-scheming-to-sabotage-trumps-presidency/
Dans un article d'aujourd'hui de Zero Hedge, il semble qu'Obama sorte de l'ombre pour agir officiellement contre Trump.
http://www.zerohedge.com/news/2017-03-02/valerie-jarrett-moves-obamas-dc-lead-fight-strategy-topple-trump
Si tel est le cas, le deep state a choisi l'option du chaos car les "deplorables" ne resteront pas spectateurs de cette révolution de couleur.

Observatus geopoliticus 04/03/2017 22:26

Notez que le Donald a contre-attaqué aujourd'hui, accusant ouvertement Obama de l'avoir espionné. Le gant est lancé ! Les Cassandre qui pensaient que Trump avait déjà plié devant le Deep State en sont pour leurs frais...

Madudu 03/03/2017 21:56

Trump a réussis à se faire élire malgré les médias dominants, or il est beaucoup plus difficile d'acquérir le pouvoir que de le conserver.

Les eaux du marais ont déjà commencé leur lent reflux, je pense :)

Il ne manque que la chute de l'UESS pour que les eaux ne trouvent plus d'obstacle significatif à leur écoulement. À nous de tirer la chasse ! ^^

Euclide 03/03/2017 00:28

Cher Observatus,
je vous signale qu'il existe un autre site d'analyse stratégique mais payant appelé " la Vigie". Cette lettre bi-mensuelle est publiée par Jean Dufour ( contre amiral est ex rédacteur de la revue de la Défense Nationale) et Oliver Kempf ( ex militaire breveté de l'Ecole de Guerre et chercheur à l'IRIS) .
Au sommaire de ce mercredi:
Russie : stratégie des limites;
Yémen : coeur arabique
Bref, entre " le grand jeu" et eux , les sujets sont redondants.

Bon vouiquend à tous.

Grognard 03/03/2017 19:19

@ Euclide

Air connu:
"Il y a deux solutions, celle de l'Ecole de guerre et la bonne solution".

Robec 02/03/2017 21:27

Bonsoir tsar OG

La résolution onusienne crucifiée par la Chine et la Russie fait elle partie du grain à moudre donné par Trump au deep state?
C'est ce qui vous a conforté dans vos pronostics ?
Le Donald donnerai t-il de plus en plus de grain au risque de se faire happer par le moulin ou de rejoindre la secte des meuniers ?

Observatus geopoliticus 02/03/2017 23:26

@ Robec
Ha ha, non, tout juste un modeste Raspoutine ^^
Il faudra encore s'attendre, je pense, à quelques résolutions onusiennes dans la même veine, quelques déclarations incendiaires de généraux... Nous y verrons plus clair à l'automne.

geronimo 02/03/2017 15:03

Bonjour, tout d'abord grand merci pour votre blog et vos analyses, je guette maintenant chaque jour si un nouvel article parait.
Petite question:vous ne parlez pas dans votre article de l'augmentation du budget militaire US par Trump; serait-ce pour mettre l'armée avec lui et jouer la carte du pentagone contre la CIA?
PS1: dans le dernier article du saker (une semaine intéressante pour poutine et trump); il reconnait avoir condamné un peu vite trump et dit que la bataille sera longue (vous en parliez récemment).
PS2: vue la qualité de vos pronostics, pouvez vous me dire qui sera le prochain président français . Pitié ne me répondez pas saint macron sinon je vais encore avoir une poussée d'urticaire ;)
PS: encore une fois merci, ça fait bientôt 2 ans que je suis votre blog; c'est une aide formidable pour mieux comprendre la géopolitique.

Ady85 05/03/2017 17:03

Observatus : Le Pen sous-estimé ? Elle ferait donc plus de 27% ? Ca me semble énorme, mais bon, on sais jamais...

geronimo 03/03/2017 11:37

Merci pour vos réponses. La question sur macron était plus un clin d'oeil, mais merci d'y avoir répondu.Promis, plus de questions politiques.
Bien à vous

Grognard 02/03/2017 23:39

Bonsoir geronimo,

Concernant le budget de la défense il faudrait regarder comment il est ventilé, quels sont les états concernés.
Si je me fie aux déclarations de Trump sur le sujet l'US Navy devrait ne pas avoir à se plaindre.
De tels programmes courent sur plus d'un an.
Est-ce une façon d'acheter ou de tenir certains sénateurs influents?

Observatus geopoliticus 02/03/2017 23:21

Merci, cher Geronimo
- Pour l'augmentation du budget militaire US, il convient de ne pas y attacher trop d'importance : http://nationalinterest.org/feature/trumps-defense-budget-wont-yield-serious-military-buildup-19605
Vu l'état matériel lamentable de certains secteurs de l'appareil militaire US, une partie de cette augmentation consistera sans doute à boucher les trous : http://nationalinterest.org/blog/the-buzz/75-percent-the-fighter-attack-aircraft-the-us-marine-corps-19616
- A la bonne heure, Saker. Je n'ai pas lu l'article en question mais s'il revient à plus de réalisme, on ne peut que s'en réjouir.
- Argh, vous savez que j'essaie le moins possible de parler de politique intérieure, vous me mettez dans une situation embarrassante. Bon, c'est bien pour vous faire plaisir... Il me semble que rarement on aura vu un tel degré d'incertitude. De plus, depuis le Brexit et Trump, il semble que les gens répondent n'importe quoi aux sondages pour mieux émettre un gros "F..." dans l'isoloir. Je pense que Micron-Rotschild, dernière chance du système après le fiasco de l'UMPS, est surévalué et que la baudruche se dégonflera. Le Pen est évidemment sous-évaluée. Un exemple : d'après une enquête du généralement sérieux Chatham House, 61% des Français sont pour l'arrêt de toute immigration musulmane : https://www.chathamhouse.org/expert/comment/what-do-europeans-think-about-muslim-immigration
Cette position maximaliste est d'ailleurs bien plus radicale que ce que proposent MLP ou Trump, qui semblent soudain des enfants de choeur. Ses réserves de voix me paraissent donc considérables et ce n'est peut-être pas un hasard si le Parlement européen, paniqué, a levé son immunité pour la grotesque affaire des photos de Daech. Mélenchon pourrait lui aussi faire plus que ce qu'on lui prédit mais sans se qualifier pour le second tour. Enfin, attention à ne pas écarter totalement Fillon...

Azazel 02/03/2017 13:55

Je tiens à vous dire que chacune de vos feuilles est pour moi un véritable délice, dont je savoure chacun des mots avec jubilation.

Vous écriviez il y a quelques semaines que la Russie se trouverait à terme devant un dilemme, à devoir choisir entre deux mariées : des Etats-Unis certes dotés d'une corbeille somptueuse, mais qui pourraient d'ici quatre ans plier armes et bagages, et une Chine sans doute plus modeste, mais qui garderait l'avantage d'être fidèle. Lesdites mariées, ne pouvant pas se blairer, refusant catégoriquement toute forme de polygamie (même light).

Cette fine réflexion m'avait marqué. Sauf revirement inattendu, elle sera toujours d'actualité d'ici un an.

Observatus geopoliticus 02/03/2017 22:46

@ Azazel
Merci, cher lecteur, et bravo pour votre parfait et humoristique résumé du dilemme matrimonial russe.
@ Eric
Tout à fait, mais c'était dans les tuyaux depuis le début. Le grand écart US entre Kurdes et Turcs ne pouvait durer éternellement. Maintenant, les choses se précisent, dans la poudre et (bientôt ?) le sang.

Eric83 02/03/2017 14:03

C'est étonnant car votre réflexion sur le dilemme de la Russie concernant les US vs la Chine s'applique aux US, dans le conflit Syrien, qui vont devoir choisir entre leur soutien à la Turquie ou aux YPG Kurdes. Et il y aurait manifestement urgence à choisir.

http://www.romandie.com/news/La-Turquie-menace-de-frapper-les-milices-kurdes-a-Minbej-en-Syrie-ministre/777460.rom

Eric83 02/03/2017 12:13

"A l'ONU, l'ambassadrice US pousse à l'adoption de sanctions à l'égard de la Syrie du fait de l'éventuel usage d'armes chimiques.".
C'est impressionnant le degré d'arrogance, de mauvaise foi et de partialité que confèrent le sentiment de supériorité et d'autorité auto-proclamée alors que les US ont reconnu avoir utilisé en Syrie des armes utilisant de l'uranium appauvri, armes hautement destructrices immédiatement mais dont les effets néfastes sont considérables dans le temps.

Alaric 02/03/2017 16:53

de même que Yom j'ai du mal à imaginer que le régime ait pu résister à la tentation d'employer de telles armes si cela pouvait lui servir . Assad n'est pas non plus un enfant de coeur et les méthodes Baasistes / Nasséristes n'ont jamais été très tendres .

Celà dit, c'est aussi la provocation que les états unis attendaient avec impatience pour lancer leur regime change , et Assad en était forcément conscient

Yom 02/03/2017 13:56

Je ne mettrais certainement pas ma main à couper que les troupes loyalistes syriennes n’ont, jamais ô grand jamais, utilisé quelques armes chimiques ça et là depuis le début de cette guerre civile.

D’après ce que j’ai lu, on parlait ces derniers jours aux nations unies d’utilisation d’armes chimiques de part et d’autre (donc loyalistes aussi bien que rebelles).

Après, la Syrie est une nation officiellement reconnue qui siège à l’ONU. En tant que telle, elle peut être visée par des procédures internationales. Ce n’est pas le cas de factions qui n’y siègent pas.

La guerre par proxies a ceci de pratique …

Catalina 02/03/2017 13:23

les usa agissent sur d'éventuelles choses qui ne se passent que dans leur tête......et des milliers de gens meurent à cause de ses paranoiques immatures. le MI6 a pourtant avancé les preuves que ce sont les "rebelles" qui ont utilisé du gaz. Le mensonge continue et les médias ne font rien pour ça change, Trump a bien raison de les dézinguer à chaque fois qu'il le peut.

Herminie 02/03/2017 12:05

Je rejoins un certain nombre des commentateurs quant à votre incroyable réactivité et votre capacité à toujours nous ouvrir des perspectives, souvent encourageantes, ce qui nous donne ainsi quelque espoir pour la suite, et, en ce qui me concerne, l'envie de ne surtout pas baisser les bras.
Merci

Herminie 03/03/2017 13:08

Mais c'est bien tant par la qualité des billets que de celle des échanges et/ou commentaires de ce blog, que je trouve un encouragement à ne pas baisser les bras. En effet, il est possible de se dire que l'honnêteté intellectuelle et les capacités à avoir un raisonnement cohérent n'ont pas totalement disparus de chez mes contemporains...Pour l'espoir, voire l'Espérance, je m'en remets à d'autres (ou plutôt à l'Autre).
Bien à vous

Observatus geopoliticus 02/03/2017 22:42

Merci, Herminie. Notez bien que l'unique mission des Chroniques est de constater et d'analyser le plus sérieusement possible, pas de transformer la réalité dans le seul but de donner espoir, même si celui-ci va, on en convient, dans le bon sens.
Bien à vous

Yom 02/03/2017 09:29

Rendez-vous est donc pris pour 2018.

Si vos prédictions se réalisent (à nouveau), cela vous vaudra (encore un peu plus) notre admiration.

Mais le simple fait de poser le paquet sur la table et d’oser faire des prédictions de cette portée, là où de nombreux experts[1] n’oseraient jamais se mouiller, vous vaut déjà notre respect.

Et si j’emploie la première personne du pluriel, ce n’est pas que je viens de me faire couronner roi, mais que je pense exprimer là une opinion qui sera partagée au moins par les lecteurs les plus réguliers de ce blog.

---

[1] : Ce n’est pas par oubli que je n’ai pas mis le mot expert entre guillemets. Je pense que même parmi les authentiques experts on manque le plus souvent de ce genre d’assurance.

Observatus geopoliticus 02/03/2017 22:37

Merci, chers amis.
Notez bien que je n'affirme rien et ne suis pas à l'abri d'une déconvenue. Il m'est aussi arrivé de me tromper. Je pense par exemple à l'hypothèse de l'entonnoir pour évacuer Daech vers l'Arabie saoudite : impossible désormais puisque l'armée irakienne a d'abord reconquis les provinces méridionales avant de s'attaquer au nord (Mossoul).

Madudu 02/03/2017 11:00

La prédiction est en effet une arme à double tranchant ^^

Merci Observatus pour ces analyses, qui changent du défaitisme-de-principe ambiant, qui s'appuient sur quelque chose de sérieux et qui se donnent les moyens d'avoir tort par une prédiction réfutable :)

(Ha ! Tulsiii !)

Catalina 02/03/2017 09:25

Bonjour,
Pour ma part, je suis bien moins optimiste nTrump et je pense que le complexe militaro-industriel des usa ne peut PLUS se passer des guerres qu'il provoque partout, c'est son fonctiinnement depuis la naissance des usa et ça m'étonnerait bcp que le mandat de Trump soit suffisant pour changer quoique ce soit. Les USA, plus que surendettés ont besoin d'un guerre mondiale, d'un "reset", pour cacher leur ruine complète et je pense que grande guerre il y aura même si j'aimerai me tromper. on en saura plus après le 15 mars, date à laquelle les usa seront confrontés au plafond de leur dette.

Observatus geopoliticus 02/03/2017 22:31

Alaric a tout à fait raison de faire remonter l'impérialisme US à bien avant l'apparition du lobby militaro-industriel. En réalité, il faut quasiment remonter à la naissance des Etats-Unis. La doctrine Monroe apparaît dès 1823 !
https://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/la_doctrine_de_monrOe_un_imperialisme_masque.asp

Alaric 02/03/2017 16:49

Mais l'impérialisme américain remonte à plus loin que ça : guerre des bananes, united fruit company, invasion de cuba en 1898 , guerre des boxers ...
Un général américain ,Smedley Butler , qui participa à de nombreuses campagnes de pacification au profit des banksters en amérique du sud et en asie , a écrit en 1935 un livre à ce sujet : War is a racket

alors bien sûr à l'époque tous les pays occidentaux se comportaient comme ça, mais les états unis n'ont JAMAIS été un pays pacifique

Yom 02/03/2017 11:45

Je suis personnellement enclin à la même analyse que vous à un petit détail près.

Ce n’est pas depuis la naissance des USA que ce problème de complexe militaro-industriel trop autonome se pose, mais essentiellement depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Lorsqu’il a quitté ses fonctions de président des USA, Eisenhower a fait un discours télévisé dans lequel il met ses concitoyens en garde contre le complexe militaro-industriel qu’il a vu émerger. Les américains devraient se repasser ce discours en boucle.

https://en.wikisource.org/wiki/Eisenhower%27s_farewell_address_%28press_copy%29

« Our military organization today bears little resemblance to that known by any of my predecessors in peacetime, or indeed by the fighting men of World War II or Korea.

Until the latest of our world conflicts, the United States had no armaments industry. American makers of plowshares could, with time and as required, make swords as well. But now we can no longer risk emergency improvisation of national defense; we have been compelled to create a permanent armaments industry of vast proportions. Added to this, three and a half million men and women are directly engaged in the defense establishment. We annually spend on military security more than the net income of all United States corporations.

This conjunction of an immense military establishment and a large arms industry is new in the American experience. The total influence -- economic, political, even spiritual -- is felt in every city, every State house, every office of the Federal government. We recognize the imperative need for this development. Yet we must not fail to comprehend its grave implications. Our toil, resources and livelihood are all involved; so is the very structure of our society.

In the councils of government, we must guard against the acquisition of unwarranted influence, whether sought or unsought, by the military-industrial complex. The potential for the disastrous rise of misplaced power exists and will persist.

We must never let the weight of this combination endanger our liberties or democratic processes. We should take nothing for granted. Only an alert and knowledgeable citizenry can compel the proper meshing of the huge industrial and military machinery of defense with our peaceful methods and goals, so that security and liberty may prosper together. »


Il est a noter que c’est exactement ce que dénonçaient de l’autre côté du rideau de fer certains dissidents soviétiques, dont le très très grand et génial physicien Andreï Sakharov.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Andre%C3%AF_Sakharov

On a vu aux USA le complexe militaro-industriel mettre l’état à son service, le poussant a contracter des commandes pour des montants pharaoniques d’équipements à l’efficacité parfois douteuse sur le terrain, comme ce pourrait être le cas avec le chasseur de 5ème génération F-35.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lockheed_Martin_F-35_Lightning_II#Nombreux_probl.C3.A8mes_de_conception

Pour rejoindre une discussion amorcée il y a peu dans les commentaires d’un autre billet de ce blog, les succès récents des forces armées russes, dont je rappelle à nouveau que le PIB n’est pas celui des USA mais plutôt celui de l’Italie, pourraient bien être le fruit d’un complexe militaro-industriel rentré dans le rang et remis au service de l’état. On voit évidemment là la marque de fabrique Poutienne par excellence, joyau sur la couronne de sa remise en marche du pays dont il a pris les rennes dans l’état dans lequel l’avait laissé la clique Eltsinienne.

grouik grouik 02/03/2017 02:22

Ahh Tulsi...Tulsi....Tulsi...Mon bon OG,je crains bien qu'elle finisse par vous perdre..moi aussi d'ailleurs !

Observatus geopoliticus 02/03/2017 22:24

Ha ha ha, c'est à peine si, désormais, je ne me cache pas de ma femme quand j'écris mes billets ^^

Robec 02/03/2017 12:38

Si c'est Tulsi, j'y vais aussi.

fb67 02/03/2017 00:49

Merci pour cette analyse, au plus près de l'actualité ( comment faites-vous? çà ne cesse de m'interroger)

J'ai noté avec plaisir que la Bolivie s'est associée à la Russie et la Chine pour refuser les sanctions à la Syrie.
Et Palmyre a été libérée!

Observatus geopoliticus 02/03/2017 22:22

@fb
Tout à fait, la Bolivie a voté contre tandis que moins tranchants mais refusant de cautionner la résolution occidentale, l'Egypte, le Kazakhstan et l'Ethiopie se sont abstenus.
On sait que les deux premiers sont du côté russe sur le dossier syrien.

Saurer 01/03/2017 23:10

Avec cette analyse, notre moral revient. Faut dire qu'après le départ de Flynn, les tribulations de Pompéo au Moyent Orient, on avait de quoi être inquiets. Et c'est tant mieux si l'influence des néocons, des faucons et des vrais-cons va en s'estompant...

Pendule de Newton 01/03/2017 23:08

Là OG vous me scotchez, quelle productivité en si peu de temps...Le pc a du chaufferrr dans la recherche.. Merci
Votre conclusion me reconforte dans mes analyses, la géopolitique demande du temps et émettre trop de sentiments dans l'un ou l'autre des cas biaisent la compréhension de l'évolution du monde.
Le deep state doit se diluer dans le temps par petite touche sinusoïdale pour éviter un face à face dont aucun de nous ne sortirait sans bobo.
La symphonie Poutine interprétée par Lavrov montre Comment un pays définit son sillon malgré les difficultés (agir avec ses cartes, pousser l'adversaire dans ses contradictions, se prémunir militairement, varier les partenaires et surtout ne jamais par hystérie se couper de discuter avec tous avec un petit bâton derrière le dos au cas ou)
Bien à vous

Observatus geopoliticus 02/03/2017 22:17

Cher Pendule, vous avez prononcé LA phrase : "la géopolitique demande du temps".
Tellement d'analyses, au sein de la MSN bien sûr mais aussi parfois du côté de l'info alternative, sont à l'image de notre époque : dans l'instantanéité et sans recul. Erreur, terrible erreur...
Est-ce un hasard si les historiens comprennent bien mieux la géopolitique que les journalistes ?
Bien à vous