Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

L'empire malade

25 Septembre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Economie, #Moyen-Orient, #Russie

L'empire malade

Qu'y a-t-il de commun entre un veto présidentiel suicidaire, une fronde militaire, un débat télévisé, un appareil de propagande chaque fois plus hystérique, une alliance bancaire ou encore une panique onusienne sur la Syrie ?

Commençons par l'inimaginable. Il y a un peu plus de deux semaines, nous écrivions :

Fin de mandat bien sombre pour l'occupant de la Maison Blanche... La Chambre des représentants vient de voter, dans un tonnerre d'applaudissements, une loi autorisant les citoyens américains à poursuivre en justice l'Arabie Saoudite pour les attaques du 11 septembre 2001. Le Sénat avait déjà approuvé à l'unanimité la dite loi en mai et celle-ci, ceinte du sceau du Congrès US dans son entier, se retrouve maintenant sur le bureau d'Obama.

Et là, Barack à frites se retrouve dans une véritable impasse. Guère étonnant qu'il ait tout fait pour que le vote n'ait pas lieu, car quoiqu'il fasse maintenant, il est perdant.

- S'il met son veto, c'est sa propre descente aux enfers.

On imagine la fureur indignée des familles des victimes s'étendre comme une traînée de poudre à la population américaine toute entière. Obama restera dans l'histoire comme le président ayant protégé les responsables du 11 septembre, ayant choisi les terroristes au détriment de ses propres concitoyens. En un mot, un simple traître...

Le camp démocrate serait également sens dessus dessous puisque tous ses députés et sénateurs ont voté en faveur de la loi. Et tout cela à deux mois de l'élection présidentielle où l'hilarante est en difficulté (sondages favorables à Trump, casseroles qui n'en finissent pas, prochaines révélations wikileaks...)

Le pire est que, malgré le veto présidentiel, la loi peut tout de même être approuvée si le Congrès la revote aux deux tiers, ce qui est une quasi certitude et constituerait une double humiliation pour Obama. Pour une sortie, c'est raté...

- S'il n'oppose pas son veto, c'est une marche de plus dans le déclin américain.

Les Saoudiens sont absolument furieux, on l'imagine aisément. Or les grassouillets cheikhs détiennent des moyens de pression sur Washington (...) Gageons que les menaces de Riyad ne s'arrêtent pas aux simples bons du trésor US mais touchent à quelque chose de bien plus fondamental : le pétrodollar, assise de l'hégémonie américaine durant des décennies.

Eh bien, il l'a fait ! Barack à frites a opposé son veto au vote unanime du Congrès américain. On imagine le soulagement des secteurs néo-cons/CIA et la stupeur chez tous les autres. Ce, au moment même où l'implication saoudienne devient un secret de polichinelle dans le grand public (voir par exemple la publication de ce témoignage d'un prisonnier de Guantanamo mettant en cause la famille royale).

Le pétrodollar a décidément ses raisons... Et comme la domination universelle du billet vert a toujours plus de plomb dans l'aile, l'empire s'arc-boute sur ce qu'il peut encore sauver.

Après le système financier parallèle mis lentement mais sûrement en place par les BRICS, l'irrésistible ascension du yuan, la dédollarisation des échanges bilatéraux entre un nombre croissant de pays, la dernière menace en date est technologique. Un certain nombre de systèmes sont en train d'émerger permettant aux grandes banques mondiales de passer des transactions directes entre elles, court-circuitant le dollar et le système bancaire US qui jouait jusqu'ici le rôle d'intermédiaire nécessaire. Ripple est un système de règlements bruts en temps réel, sécurisé et quasiment gratuit ; plusieurs banques ont rejoint ce protocole de paiement, dont quinze japonaises fin août. Le jour suivant, on apprenait que quatre mastodontes (Deutsche Bank, UBS, Santander...) montaient leur propre système de paiements directs, évitant lui aussi de passer par le système financier états-unien.

C'est un danger mortel qui guette l'hégémonie du dollar, partant la puissance de l'empire. On comprend mieux pourquoi Obama a mis toute fierté de côté pour embrasser le royal arrière-train saoudien...

L'empire malade

L'empire est en mode panique, tout est en train de lui échapper et pas seulement la domination financière. En Syrie, la rupture du cessez-le-feu a vu une progression assez fulgurante des loyalistes et l'affolement généralisé de la bande sunnito-occidentale. La session de l'ONU, lors de laquelle les Américains et leurs hommes de paille européens viennent de péter une veinule, est là pour le prouver (notez le titre ahurissant de propagande du Fig à rot : les trois suspects habituels soutiens aux barbus devenant soudain "l'ONU" dans son entier !) Non contents de ne pas faire amende honorable après leur ""bourde"" de Deir ez-Zoor, les Etats-Unis semblent vouloir doubler la mise de manière quelque peu désespérée.

Et suicidaire, car ils tombent le masque. Plus personne ne croit à la farce des "modérés" et, sur le terrain, les instructeurs US ont même saboté l'entraînement des rebelles qu'ils savaient être djihadistes (texte complet ici). Une nouvelle fronde au sein de l'armée américaine qui n'est pas sans rappeler celle qui avait déjà eu lieu en 2013...

L'empire malade

Peut-être cette hystérie impériale a-t-elle un rapport avec les mauvais sondages de l'hilarante vraie faucon. Durant des mois, l'on se demandait si le 3+1 aurait le temps d'en finir avec la rébellion djihadiste avant l'élection présidentielle américaine et une éventuelle victoire de la petite chérie des Saoudiens. Mais la question est à double-tranchant et peut être sérieusement posée dans l'autre sens dorénavant : l'empire tente-t-il un dernier baroud d'honneur avant une éventuelle victoire de Trump ? On sait que s'il est élu, le Donald lâchera définitivement les barbus. Le premier débat de lundi soir vaudra en tout cas son pesant de cacahuètes, à condition que Clinton ne s'évanouisse pas en direct...

A mesure que les mauvaises nouvelles pour l'empire tombent avec une fréquence accrue, la MSN s'hystérise toujours plus. Le point Godwin a été atteint par une journaliste de CNN (ça alors, quelle surprise) qui s'est demandé sans rire si les attaques de la semaine dernière aux Etats-Unis n'étaient pas le fait des Russes ! Et cette même volaille journalistique s'étonne ensuite que la méfiance envers le système médiatique atteigne des records.

Partager cet article

Commenter cet article

brouna 03/10/2016 16:43

"La remise en cause porte sur la distribution des profits.

Elle porte également sur la suppression du double standard."

Euclide 28/09/2016 19:26

Notre ami l' Observatus a t'il été expédié dans le Cosmos ? Faut 'il envoyé Tintin à sa recherche.
Car, entre le drame syrien et l'implication russe du 777 malaisien en Ukraine , l'info est fertile.

Observatus geopoliticus 29/09/2016 06:04

La fusée de Tournesol peut rester sur terre...

Grognard 28/09/2016 20:20

Il a sans doute une vie en dehors de ce blog.
En tout cas je lui souhaite.

"Le secrétaire d’État américain John Kerry a averti son homologue russe Sergueï Lavrov que Washington s’apprête à suspendre la coopération avec la Russie sur le dossier syrien, a indiqué le porte-parole du Département d’État John Kirby."
- Source - sputnik

Ce n'est plus de l'information c'est du chantage minable du niveau: si tu ne me prêtes pas ton jouet je vais dire à maman que tu a mangé des chocolats.
Et encore ce n'est rien moins que certain.
Comme si les russes avaient besoin de la collaboration US.
Comme disait qui vous savez: "Je me marre."

Le retour du bouk masqué est une nouvelle palinodie de la presse mainstream.
Pas la peine de déranger le "taulier" pour ça.

Ant 27/09/2016 22:25

Quel dommage ! Hillary ne s'est pas évanouie en plein débat ! Il paraît qu'elle aurait même mis une bonne déroulée à Trump... enfin ça doit etre la MSM qui dit n'importe quoi

Grognard 27/09/2016 21:11

@ theuric

Bonsoir,

"1) Un appauvrissement et un déclassement des classes-moyennes, au centre de la prospérité des pays, processus en accélération constant;"

C'est bien un point capital.
Tout régime qui se prétend démocratique repose sur la conquête électorale des classes moyennes.
Hors ne ne vois pas quelle alternative politique est actuellement proposé à ces personnes.
Je suis aussi surpris, compte tenu du délitement interne des USA que l'on ne voit pas proliférer des milices.
Quant au Texas et à la Californie pour le moment dans mon esprit, ce ne sont que des velléités que l'on a pu observer ailleurs (la Catalogne est la dernière en date) d'un état ou d'une région refusant la péréquation qui a cours dans les organisations fédérales.

Grognard 28/09/2016 19:19

@ theuric Bonjour, "Quand à faire un parallèle entre la Californie et la Catalogne, cela me parais léger." Si si c'est bien de la même chose dont il s'agit: le refus de la péréquation. Dans un monde narcissique comment s'étonner que certains veuillent surfer sur le tout pour ma gu.ule; n'est ce pas. La différence n'est qu'une question de niveau macro et micro. La sociologie des organisations s'applique aux dites organisations quelle que soit leur taille. Si vous tenez a parler du Tibet, parlons en. L'invasion remonte à 1959 soit 57 ans. En 1972 est paru un livre écrit par un chercheur français qui était sur place dans les années 60 intitulé les cavaliers du Kham - le Kham étant la région des hauts plateaux de l'est tibétain - d'où il ressort que ce sont surtout eux qui ont combattu l'invasion chinoise. Depuis le début la CIA a voulu s'implanter au Tibet. Cela signait l'impossibilité d'arriver à un accord. La Chine ne laissera jamais s'installer une base d'écoute voir plus à 5.000 mètres d'altitude au coeur de l'eurasie. Aujourd'hui moins que jamais. En faisant copain copain avec la CIA l'océan de sagesse a marché à côté de ses sandales et a fermé la porte à toute solution à l'asiatique. Il eût mieux fait de se cantonner au dharma ; il aurait mieux servi la sangha.

Les mouvements auxquels vous faites allusion ont le mérite d'exister.
Ils signent plus l'inquiétude d'une certaine classe "moyenne" qu'une réelle réflexion.
Le message porté en filigrane est: regardez: nous sommes gentils, propre sur nous et nous ne cassons rien. L'horizon qui s'assombrit nous inquiète.
Rien de neuf sous le soleil.
Les mouvements historiques ne sont jamais linéaires.

Pour ma part la classe moyenne n'est pas un idéal ni une position.
Il se trouve que je ne sors pas de l'ordinaire parce que personne n'a réussi à m'y faire entrer.

Observatus geopoliticus merci de supprimer l'autre message incomplet par rapport à celui-ci.

Grognard 28/09/2016 19:07

@ theuric

Bonjour,

"Quand à faire un parallèle entre la Californie et la Catalogne, cela me parais léger."
Si si c'est bien de la même chose dont il s'agit: le refus de la péréquation. Dans un monde narcissique comment s'étonner que certains veuillent surfer sur le tout pour ma gu.ule; n'est ce pas.
La différence n'est qu'une question de niveau macro et micro.
La sociologie des organisations s'applique aux dites organisations quelle que soit leur taille.

Si vous tenez a parler du Tibet, parlons en.
L'invasion remonte à 1959 soit 57 ans.
En 1972 est paru un livre écrit par un chercheur français qui était sur place dans les années 60 intitulé les cavaliers du Kham - le Kham étant la région des hauts plateaux de l'est tibétain - d'où il ressort que ce sont surtout eux qui ont combattu l'invasion chinoise.
Depuis le début la CIA a voulu s'implanter au Tibet.
Cela signait l'impossibilité d'arriver à un accord.
La Chine ne laissera jamais s'installer une base d'écoute voir plus à 5.000 mètres d'altitude au coeur de l'eurasie.
Aujourd'hui moins que jamais.
En faisant copain copain avec la CIA l'océan de sagesse a marché à côté de ses sandales et a fermé la porte à toute solution à l'asiatique. Il eût mieux fait de se cantonner au dharma ; il aurait mieux servi la sangha.

Les mouvements auxquels vous fa

theuric 28/09/2016 00:05

Je ne peux faire l'économie d'une réflexion sur l'évolution politique et sociale de la société française sur un site traitant de géopolitique, déjà en raison de ses puissants liens organiques d'avec l'U.E.€./O.T.A.N., ensuite de ceux que ces derniers ont avec les U.S.A., de l'importance de la France en Europe, enfin, c'est ce que je comprends le mieux.

Les classes-moyennes, auxquelles les lecteurs de ce blogue appartiennent, sous une forme ou une autre, sont de cette infinie complexité sociale composant les sociétés modernes.
Elles sont multiples, autant dans leurs fonctions, leurs perceptions du monde que dans leurs actions sur celui-ci, qu'y a-t-il de semblable entre le scientifique dans son labo, celui parcourant les pays, le notaire, l'ouvrier hautement spécialisé, le musicien, le journaliste, l'architecte, le fonctionnaire, l'officier de police ou de l'armée, voire le simple employé curieux des choses ou le chômeur?
Sinon que la plupart n'est ni riche ni pauvre (bien que, par les temps qui courent...) mais que, surtout, dispose d'un bagage de savoir plus ou moins solide et, souvent, plutôt plus que moins, même si il peut être fragmentaire si trop spécialisé.
Ce sont elles qui créent, organisent, bâtissent, protège la société, la font vivre économiquement et socialement en inventant, fabriquant, organisant, découvrant, elles qui la mémorisent sur papier ou microprocesseur...
Et aussi et par nature, ce sont elles qui détiennent, bien qu'encore virtuellement, la réalité du pouvoir politique, même si pour l'instant elles n'en ont que peu de conscience.
Ses alternatives politiques se mettent en place, les nuits debout n'en sont que l'un des exemples, il y en a d'autres mais je ne veux pas froisser notre hôte en développant ce processus.
Sachez toutefois que ces mouvements, pas, pour la majorité d'entre eux, encore parti politiques, tendent à avoir des approches idéologiques voisins de certains de ceux qui existèrent au XIX° siècle, comme le bonapartisme, le républicanisme et l'anarchisme, mais sous des formes, bien entendu, différentes, comme celui prônant le tirage au sort des députés par exemple, d'essence anarchisante sans que ses promoteurs le reconnaissent.
A vous de faire les recherches nécessaires sur internet, vous verrez, c'est vraiment enrichissant, les idées, neuves et anciennes s'y promènent et s'y développent.
Quand à faire un parallèle entre la Californie et la Catalogne, cela me parais léger.
L'Espagne est un état tout comme la Californie, tous deux se trouvant au sein d'une union, l'U.E. pour le premier, les E.U.A. pour le second.
En ce cas vous auriez du désigner la Grande-Bretagne et son brexit ou la séparation de la Biélorussie d'avec la Russie comme exemple, voire le Tibet, sauf que là aussi la Chine est un état, sauf, aussi, à considérer l'Espagne comme une union, ce qui, vous en conviendrez, serait pour le moins saugrenus, puisqu'il faudrait étendre ce point de vu à tous les états existant sur terre, quand bien même si elle fut forcée, de par son histoire du XX° siècle, de se fédéraliser.
Ou alors de remettre en cause la notion même d'état, ce qui serait de votre droit le plus strict.
En revanche, vous auriez pu poser votre réflexion sur l’Écosse au sein du Royaume-Uni, c'eut été plus juste.
Pour finir, il est hélas faux de croire que notre nation soit réellement démocratique puisque le pays est économiquement, politiquement, institutionnellement et idéologiquement totalement corseté par l'Union-Européenne, d'autant plus qu'une oligarchie monétariste domine et l'un et l'autre, sans compter notre dépendance absolue à l'empire dont le délirium empire (celle-là, je l'aime bien).
Ceci doublé d'un effondrement idéologique, raison pour laquelle naissent ces mouvements sus-cités, de l'unité idéologique des partis politiques officiels et de la perte collective de repères doctrinaux, ce qui ne pourra que nous conduire au retour de la religion traditionnelles d'antan, en France le catholicisme, et à la remilitarisation de la nation.
Bon, c'est vrai, je n'ai pas de réelles preuves de ces deux derniers points, mais ça me parais tellement logique que je suis sûr de ce que j'avance.
Mais sous des formes différentes de celles qui préexistaient (je fus ainsi fasciné par l'air subjugué de mon frangin, devant la télévision lors du défilé du 14 Juillet dernier, lui, anciennement, anti-militariste, une hirondelle ne fait pas le printemps, mais elle l'annonce).

theuric 27/09/2016 18:11

Il y a deux questions posées, celle du déclin de l'empire U.S. et celle de sa disparition, ad minima en tant que cet empire.
A la première, la réponse est simple, elle est en train, cela étant visible par la difficulté, voire désormais de l'impossibilité des U.S.A. de contrôler les frontières du-dit empire, visible au Proche-Orient où l'O.T.A.N. se désagrège lentement par la Turquie, au même rythme, remarquez-le, que l'Union-Européenne, débuté par les deux coups de butoirs que sont l'arrivée des réfugiés et du brexit en cours.
Ensuite, en ce qui concerne l'économie, il s'agit bien actuellement d'un effondrement d'échelle mondiale.
Que je m'explique.
Si nous écartons les seules questions monétaristes en conservant, toutefois, celles des hyper-productions monétaires, nous pouvons observer trois mouvements convergeant et étroitement liés (poil au nez hé hé hé):
1) Un appauvrissement et un déclassement des classes-moyennes, au centre de la prospérité des pays, processus en accélération constant;
2) Une désindustrialisation, de nature déflationniste, visible dans la vie du tout les jours par la baisse du prix des carburants (poil au dent, ah ah ah), mais aussi par le ralentissement du commerce international (baltic dry) et la baisse du prix des matières premières;
3) Ces hyper-productions monétaires, inflationnistes, centrées autour des opération spéculatives et boursières, ce qui fait que je ne serait pas surpris qu'une partie de cette monnaie de singe se reportât sur ces mêmes matières premières, ce qui ne fera qu'accentuer la désindustrialisation actuelle.
Il faut, à mon sens, bien saisir au sujet des E.U.A., qu'ils prennent l'E.A.U. (pas mal, hein?):
-Ses classes-moyennes sont exsangues, contrairement à l'Europe, surtout de l'ouest, où elles résistent encore à leur déclassement;
-Sa monnaie, le dollar U.S., ne vaut désormais plus rien d'avoir été trop produite, tout comme l'euro il est vrai, mais les pays de l'€ peuvent facilement revenir à leur monnaie propre, ce qui est différent de l'impérium (poil...oui, je sais..., hou hou hou);
-Son pouvoir central n'arrive plus à tenir, ni ses propres administrations, ni sa puissance d'argent, ni même ses états voulant se séparer d'état fédéral (Californie et Texas de ce que j'en sais) ce qui montre sa faiblesse insigne;
-Les photos montrées ici par notre hôte montre que désormais son armée commence à lui faire défaut et nous connaissons tous la dangerosité historique des métiers des armes...;
-Sans compter les multiples reculades, autant militaires, face à la puissance russe, que diplomatiques, qu'il nous fut loisir d'observer, tant en Irak qu'en Syrie...;
-La réalité de son chômage est d'un tiers de sa population environ, 102 000 000 d'étasunien en âge de travailler d'après Businessbourse, en traductions de textes anglophones E.U. (poil au...dessus hu hu hu);
-Ses banques, dites trop grosses pour mourir, sont dans le même état, voire dans une situation pire que celle de l'Europe, même Goldman Sachs, l'état dans l'état, limoge;
-Passons rapidement sur les deux candidats actuels à la présidence U.S., entre peste et choléra (poil au doigt), montrant une définitive perte de repère du pays dans son entier;
-Les tensions entre les communautés y sont énormes, je n'en ai pas vraiment de preuves, elles paraitrons plus tard, mais il peut en être autrement vu la situation du pays, le peu que nous en connaissons, les morts par balle de personnes à peau noire par des policiers, n'en pouvant être que la pointe émergée de l'iceberg, et puis nos journalistes, comme une majorité de français, ont une relation de type je-t'aime-moi-non-plus très complexe;
-Une force militaire, quoi qu'on en dise, sur le déclin...
Enfin, bref, même si l'ensemble de ses faiblesses ne se sont pas encore cristallisées, je ne vois vraiment pas comment les États-Unis-d'Amériques pourraient encore longtemps subsister (poil au pied) plusieurs années, voire de longs mois, ses déséquilibres sont trop importants et je suis sûr de n'en avoir pas exposé la totalité, ne faisant que regrouper les seules informations en langue française qu'il m'est possible de glaner.
Ne rêvons pas, de divers manières nous sommes liés à l'empire, économiquement, socialement, idéologiquement, politiquement, culturellement et j'en passe, qu'il disparaisse et c'est tout un pan social qui s'évanouira d'un coup, de l'U.E.€./O.T.A.N. jusqu'à une bonne couche culturelle que nous avons tous adopté, parfois simplement en la rejetant (ah Janis Joplin, son cri dans le brouillard, sa longue agonie de vivre, son désespoir d'être, sa solitude humaine, si humaine, son pleur de ne pouvoir dire son amour que devant un micro, j'en connu une semblable aux adieux silencieux).
Pour en revenir à la question de la disparition probable des U.S.A., bien qu'il soit impossible d'en déterminer la date, bien fou qui le pourrait, je ne pense pas que ce pays puisse survivre encore longtemps au vu de sa détérioration interne rapide, ce qui ne pourra que conduire à un effondrement concomitant de tout ce qui lui est lié, soit quasiment toute l'économie de la planète et bien plus, les questions, là aussi, y sont infiniment nombreuses et complexes, quid, par exemple, de l'O.N.U....
C'est pourquoi nous nous devrions de prendre conscience que cela pourrait survenir demain ou dans six mois, et y être au moins intellectuellement et émotionnellement prêts, même deux ans passent rapidement.
Et au vu de la vitesse de ses dégradations, je ne pense pas que l'empire puisse nous conduire à une guerre généralisée avec armes de destruction massive, je me suis même laissé dire qu'une majorité de ses armes nucléaires seraient composées de matériaux informatiques de grand-papa, mais de ça, ce ne fut juste qu'un entrefilet lu je ne sais plus où, je ne peux donc parler de preuves formelles.
Allez savoir...

Grognard 27/09/2016 16:20

Je vais prendre le contre pied de la plus part d'entre vous concernant la chute de l'empire.
Je ne pense pas du tout que la Russie et le Chine veulent la chute de l'empire.
A mon sens ce que veulent ces deux pays c'est que l'on se dirige vers des zones de développement dont chacun d'eux serait en quelque sorte un centre.
Je ne vois nulle part dans leurs positions la remise en cause du système marchand.
La remise en cause porte sur la distribution des profits.
Elle porte également sur la suppression du double standard.
En fait l'objectif c'est un monde sans aspérités où chacun va faire son petit profit.

Les intrications du dollar dans l'économie sont telles que pour le moment et pour encore un bon moment il ne s'agira que d'un affaissement contrôlé.
D'ailleurs les états qui plaident pour un panier de monnaies continuent à y inclure le dollar.

Je pensais que l'Inde avait la capacité de poser les termes d'un nouveau type de développement.
Rien n'indique qu'elle en ai la volonté.
Pour le moment le seul endroit ou une telle réflexion peut-être portée c'est l'amérique du sud.

Madudu 27/09/2016 22:24

L'universalisme est loin d'être propre à la France, il est commun à tous les christianismes et à tous les islams !

Sans doute, en cherchant un peu, le verrait-on ailleurs également, mais ce sont nous qui l'employons à grande échelle pour justifier l'iniquité globaliste.

Nous les chrétiens qui croyons, et ceux qui ont perdus la foi (j'en fais partie), et eux les musulmans qui croient, et même ceux qui ont perdu la foi (ils sont encore fort rares, malheureusement).

D'ailleurs c'est ce que j'aime durablement chez Poutine, au delà des faits politiques et militaires et des attitudes : il pense comme un polythéiste, ce petit païen au visage hybride :)

Grognard 27/09/2016 21:01

@ Madudu
Bonsoir,

Ah l'universalisme!
J'en pense un mal fou.
Cette négation des différences, voir du droit à la différence est un mal bien français qui nous prive de bien des choses à commencer avec les pays avec lesquels nous entretenons de vrais liens d'amitié.

Madudu 27/09/2016 19:02

"A mon sens ce que veulent ces deux pays c'est que l'on se dirige vers des zones de développement dont chacun d'eux serait en quelque sorte un centre."

"La remise en cause porte sur la distribution des profits.
Elle porte également sur la suppression du double standard."

Même si ça peut sembler être la moindre des choses, revendiquer ces choses c'est s'opposer à l'impérialisme états-unien, qui veut imposer sa loi et faire prévaloir ses intérêts de manière unilatérale à tout le monde.

C'est le revers de la médaille que nous appelons "universalisme" : tout le monde doit obéir, sans exception.

Hamilcar Barca 27/09/2016 14:33

@Yom
Bonjour et merci de votre appréciation.
Je ne suis pas un expert, mais un simple amateur d'aéronautique militaire. Il est tout à fait possible que des erreurs se glissent dans mes écrits, et j'accepterai volontiers toute rectification.

Pour autant que je sache, les DF-21 D sont des missiles balistiques tirés jusqu'à présent depuis la terre, qui peuvent bien sûr emporter une charge nucléaire. Bien que les Chinois affirment que le système de guidage radar + satellite leur permet d'atteindre des cibles mobiles (avec une charge conventionnelle) les experts demeurent sceptiques sur la possibilité de ces missiles de représenter une grande menace pour les navires rapides et bien défendus d'un groupe aéronaval US. Disons que pour le moment c'est plutôt une arme de dissuasion, si un CBG US venait un peu trop près, dans un contexte de tensions.
Il en va différemment des missiles de croisière anti-navires. La Chine en a développé toute une kyrielle pouvant être tirés de terre, de navires ou d'avions mais, sauf erreur de ma part, aucun ne REUNIT les 3 caractéristiques de l'AS-4: vitesse > Mach 4, charge militaire d'une tonne et portée de > 500 km. Par ailleurs, les Chinois n'ont pas l'équivalent du Backfire (Mach 1.9, rayon d'action ~2500 km).

@madudu
Bonjour et merci de votre question.
Le rôle plutôt défensif du couple "bombardier supersonique + gros missile antinavire" et celui nettement offensif d'un CBG étant reconnus, je pense que c'est Observatus geopoliticus qui est le plus à même d'expliquer le choix de la Chine de continuer dans la voie du groupe aéronaval, ce pays ayant déjà un porte-avions d'origine soviétique, le "Liaoning". Resté inachevé, il a été racheté en 1998 à l'Ukraine et on considère qu'il sert de bâtiment expérimental à la marine chinoise. Par contre, la Chine a mis en chantier son propre porte-avions, qui devrait être grosso modo comparable au "Charles de Gaulle".

Madudu 27/09/2016 16:18

Merci pour votre réponse, dont l'honnêteté est remarquable :)

Eric83 27/09/2016 14:01

Au sujet de la fronde militaire US, un article qui valide cette perception bien partagée ici.
https://francais.rt.com/opinions/26906-washington-mutinerie-syrien

hoplite 26/09/2016 21:30

"On imagine le soulagement des secteurs néo-cons/CIA"

bonsoir,

si l'on considère comme fondés les éléments qui orientent les responsabilités du 11/09 vers Israel et le camp "neo-con" US et non vers la dynastie Saoud, on peut au contraire imaginer que le camp néo-con (un cercle d'américains juifs sionistes radicaux et tout sauf conservateurs) voit l’engagement du système médiatico-politique vers une fausse piste de plus comme une bonne chose.

cf. l'extraordinaire livre de Laurent Guyennot "JFK" sur 50 ans de manipulations impériales US depuis 1947 (création de la CIA) jusqu'au 11/09

Observatus geopoliticus 29/09/2016 06:09

Pour une fois que je suis d'accord avec un BHL...
Soyons sérieux, il est évident que les petits gars de Ben Laden ont fait ça. Ne serait-ce que la mort concomitante de Massoud est là pour le prouver.
Par contre, il est aussi évident qu'il y a autre chose autour. Les Saoudiens (une partie d'entre eux) ont aidé, les Israéliens savaient et n'ont peut-être rien dit...

Ant 28/09/2016 17:00

De toute façon les juifs sont responsables de tous les maux du monde n'est ce pas ? Pfff...... Sérieusement... Cette théorie ne tient pas la route du tout et pue l'antisémitisme.
La vérité n'est jamais lassante. Dérangeante parfois, trop simple parfois, notamment pour les complotistes, elle n'en reste pas moins la vérité.
Lorsque 13 des 16 terroristes sont saoudiens, qu'ils ont attaqué les USA, allié d'Israël, je ne vois aucun lien avec Israël. Et c'est à vous de prouver qu'il y a des liens (avec des preuves tangibles et credibles de préférence) et non à nous de prouver qu'il n'y en a pas. On attend vos "preuves" avec impatience.

hoplite 27/09/2016 08:12

@BHL, oui oui c'est ben laden et ses cutters magiques, ca devient lassant a force. L'attentat sous faux drapeau vous connaissez? Une specialite du Mossad et de l'etat profond israelien, un fait.

BHL 26/09/2016 23:54

Oui ,oui , si li siouniss.... ca devient soporifique a force.....
13 des 16 terroristes étaient Saoudiens la réalité est + têtue que le complotisme !!

Alaric 26/09/2016 21:02

Le congrès autorise les américains à demander des milliards de réparation aux Saoud pour 3000 morts, alors combien les vietnamiens peuvent exiger ( millions de morts ) ?
Bonjour l'hypocrisie

Alaric 28/09/2016 19:14

Je ne sais pas si vous étiez ironique mais oui je suis d'accord, c'est sans fin . De toute évidence le droit international n'a aucun sens .

Ant 28/09/2016 17:04

Et combien les Polonais, les Grecs, les Belges ou même les Français peuvent exiger de l'Allemagne ? Combien les Afghans, les Baltes, les Polonais, les Hongrois, les Roumains et les Ukrainiens peuvent exiger de la Russie ?
Bonjour l'hypocrisie.

Euclide 26/09/2016 19:53

@ Eszwal
Je suis d'accord avec vous ce qui change, ' est l'armement entre l'Empire romain et l'Empire américain;.
Ne pas oublier une autre arme de destruction massive à savoir les épidémies.

Pour le reste, ma pensée économique et financière rencontre des échos chez Madudu, Simplet et Occulus. Bien sur, cette nouvelle tragédie me fait peur.

Hamilcar Barca 26/09/2016 19:12

@occulus & PR
Bonjour à vous deux
Je réagis à votre échange sur la décadence de l'Empire dans les domaines économique, militaire et technologique.

Sur l'économie et la technologie prises dans leur ensemble, je n'ai pas d'opinion bien formée, et je lirai avec intérêt toutes les contributions sur ces points.
Concernant le militaire, PR écrit: "Leur technologie est naze, il faut voir le F35, son armée, c'est un corps de bataille de 65 000 hommes, sa flotte est taillée pour 1943, et serait hors service en une semaine, si elle reste au port, en cas de conflit, en quelques heures".

Sur l'état de l'US Army, je ne m'informe pas dans ce domaine, et je laisse son affirmation à PR. Disons que les videos ou les reportages que j'ai pu voir vont dans ce sens. Les réservistes lors du conflit en Irak bricolant des Humvees pour les blinder avec des plaques de tôle, la compagnie de Marines en Afghanistan se débattant face à des talibans avec leurs seules armes d'infanterie et réclamant un appui blindé qui arrive par intermittence était assez incroyable. N'engager par intermittence que des chars lourds Abrams alors qu'un appui permanent par des blindés plus légers mais avec une allonge canon (type AMX 10 RC) qui auraient suffi laisse perplexe.

Concernant l'USAF et l'US Navy, je ne suis pas d'accord avec PR. La technologie militaire US n'est pas naze, elle a été dévoyée au seul profit du complexe militaro-industriel (CMI) et de la cotation en bourse des sociétés qui le composent. Le passé de l'USAF et de l'USN montre que le CMI a su fournir - tout en engrangeant des bénéfices substantiels - des matériels de qualité, et parfois les meilleurs au monde. Je ne citerai comme exemple que celui du McDonnell-Douglas F4 "Phantom", certainement le meilleur chasseur-bombardier (pour reprendre la terminologie de l'époque) de tous les temps. Conçu dans les années 50, il vole toujours, en Grèce et en Turquie, et la Rokaf (Corée) comme la Luftwaffe ne l'ont mis que récemment au rencart.
Les PB ont surgi à la fin de l'ère soviétique et surtout après. Le CMI a "vendu" au Pentagone l'idée que la suprématie militaire devait passer par des voies technologiques inexplorées, dont celles de la furtivité. Cela a donné d'abord le bombardier B-2 "Spirit", un gouffre financier et un cauchemar technologique, pour une efficacité jusqu'ici inférieure aux B-52H ... de 1954! S'en est suivi le programme F-35, "vendu" comme l'avion multirôle de 5ème génération. Fiasco total: il ne sera pas multirôle mais dévolu à l'appui-sol ... mis à part qu'en configuration furtive sa soute n'emporte que 4 missiles!
http://www.globalsecurity.org/military/systems/aircraft/f-35-specs.htm

En résumé, et je me suis déjà exprimé sur ce point, le CMI et les faucons néo-cons du Pentagone ont dramatiquement obéré le potentiel de l'USAF/ USN en poursuivant des coquecigrues (juteuses pour les actionnaires des compagnies du CMI) au détriment de l'efficacité opérationnelle immédiate, qui aurait consisté à renouveler les matériels usés par des avions du même type. Et ça continue (programme B-21 de bombardier furtif).
Notez bien que les toutous européens qui ont brûlé leurs budgets de défense (UK, Pays-Bas, Italie) pour acquérir des F-35 vont se retrouver avec des appareils inadaptés aux conflits asymétriques et probablement pas capables d'aller tout seuls à l'Est de l'Oder.

Concernant l'USN et son fer de lance, c'est à dire le groupe aéronaval (carrier battle group, CBG) articulé autour d'un porte-avions à propulsion nucléaire (CVN) je ne suis absolument pas d'accord avec PR. Actuellement, et vu d'un point de vue offensif, le CBG n'a pas d'équivalent dans le monde (abstraction faite de la France quand le "Charles-de-Gaulle" n'est pas en maintenance). C'est une arme formidable, dont la structure (porte avions, navires anti-aériens d'escorte, sous-marins éclaireurs et d'attaque) remonte effectivement à la guerre du Pacifique, mais la comparaison s'arrête là.
Le cauchemar de l'USN concernant l'efficacité du CBG n'est pas au présent, mais au passé et sûrement au futur. Explication: l'URSS, pour de multiples raisons, dont la première était une stratégie DEFENSIVE, ne s'est jamais engagée dans la voie du CBG. Mais elle avait développé une arme en contre, le TU-22M3 "Backfire" et son missile anti navire AS-4. Partant de "porte-avions incoulables" (bases à terre), éclairés par les TU-95 "Bear", ravitaillables en vol, supersoniques, avec une allonge de > 500 km les mettant hors de portée des chasseurs US embarqués, les "Backfire" étaient des "tueurs de porte-avions" et le cauchemar de l'USN. Dans l'Atlantique N et le Pacifique NW.
Pendant l'époque Ieltsine et ses suites +/- lointaines, les "Backfire" ont pourri qq part en Russie, et l'Empire a respiré. Mais la Russie de Poutine a lancé un programme de réhabilitation et de modernisation, et les chaînes vont probablement redémarrer. Il en va de même pour le TU-160 "Blackjack", le seul bombardier lourd supersonique au monde.
Donc, à terme, la suprématie stratégique du CBG redevient menacée.

Il n'aura pas échappé aux lecteurs de ce blog que l'offensive aérienne russe en Syrie a commencé l'an dernier par un déploiement massif de TU-22M3 et de TU-160. Depuis l'ère du Vietnam, il n'y avait pas eu autant de bombardiers lourds en vol durant le même jour. Bien qu'ils n'aient lâché que des "iron bombs" et/ou des missiles de croisière à objectifs terrestres, ne doutez pas une seconde que le message ait été bien reçu à Washington: "Le cauchemar est de retour".

Quant à la Chine, et pour poursuivre ma réponse à PR, rien n'indique qu'elle développe une arme similaire aux "tueurs de porte-avions" ci-dessus. Elle semblerait au contraire s'orienter vers un modèle comparable au CBG US. Ce qui laisse les analystes que j'ai pu lire perplexes et inquiets.

Je fais mes excuses pour ce post quelque peu indigeste, mais la géo-stratégie demande à être précis.
Bien cordialement à tous.

Yom 27/09/2016 11:43

N’ayant pas vos connaissances en technologies militaires, je vous lis avec le plus grand intérêt. Merci pour vos commentaires éclairés.

Vous écrivez : « Quant à la Chine, et pour poursuivre ma réponse à PR, rien n'indique qu'elle développe une arme similaire aux "tueurs de porte-avions" ci-dessus. »

Alors qu’en est-il de ces fameux missiles DF-21 D qu’on a vu défilé place Tiananmen pour fêter les 70 ans de la capitulation du Japon et qui ont mis en émois une partie de notre MSN ?

Madudu 27/09/2016 00:21

"Quant à la Chine, et pour poursuivre ma réponse à PR, rien n'indique qu'elle développe une arme similaire aux "tueurs de porte-avions" ci-dessus. Elle semblerait au contraire s'orienter vers un modèle comparable au CBG US. Ce qui laisse les analystes que j'ai pu lire perplexes et inquiets."

Erreur stratégique ou orientation vers une stratégie résolument offensive ?

Ady85 26/09/2016 17:52

Observatus,

Pensez-vous possible un affrontement direct USA - Russie , et donc l'éclatement d'une 3ème guerre mondiale ?

Ant 28/09/2016 17:06

Vous oubliez beaucoup trop vite la dissuasion nucléaire, des 2 côtés. Les 2 plus grandes puissances nucléaires du monde n'entrent pas en guerre comme ça

Grognard 26/09/2016 16:55

@ Hamilcar Barca

Bonjour,

Je ne l'aurai sans doute pas dit comme vous (lorsque j'ai commencé le latin ma prof était tellement mauvaise selon mes critères et nous nous entendions si mal que j'ai fait en sorte que cela cesse au bout d'un an).
Pour revenir à nos moutons le combat contre les rouges, la percée jusqu'au golfe de Gascogne ; je n'y croyais déjà plus sous Brejnev c'est vous dire.

Les deux qualités primordiales d'un chef et d'un dirigeant sont d'une part de garder la tête froide en toute circonstance et d'être capable de percevoir la situation telle qu'elle est afin de pouvoir agir et non pas telle que l'on voudrait qu'elle soit et réagir de travers ou pas du tout d'autre part.

Entre 2000 et 2005 j'avais trouvé sur le site du SCRS - Service Canadien du Renseignement de Sécurité - une étude de l'université de Montréal (environ 84 pages en format word) sur l'eurasisme qui défrichait bien certaines évolutions géopolitiques.
Dans ces conditions....

Yom 26/09/2016 15:45

Les photos de militaires américains et le lien vers le sondage portant sur la confiance aux media me redonnent un peu confiance en ce peuple américain que je pensais irrémédiablement abruti par sa TV poubelle.

Euclide 26/09/2016 14:39

@ Madudu
Je fais partie d'une minorité de terriens qui pensent que la 3 ème guerre a commencé le 15 Septembre 2008 à NY par la chute de la banque Lehman Brothers . Chute qui a entrainé une déstabilisation économique et financière mondiale comme la crise de 1929/1933. Pour la suite , je sais que certains économistes craignent un nouveau krach boursier pire que celui de 2008.

Madudu 26/09/2016 16:03

La crise financière ne constitue pas en elle-même le conflit mondialisé, elle est plutôt la cause et la principale source de motifs pour un conflit mondialisé à venir, qui a vraisemblablement déjà débuté.

La remarque de Eszwal est très juste : ce qui a permis à l'Europe de ne pas connaître de nouveau conflit armé à grande échelle depuis la seconde guerre mondiale c'est la coéxistence de deux forces antagonistes qui sont toutes deux capables de dézinguer la planète entière plusieurs fois, sans un seul coup de fusil !

Depuis la chute du mur nous nous étions habitués à ce qu'un seul bloc impose tous ses caprices à tout le monde, mais maintenant que la Russie se relève la question se repose : sous quelle forme un conflit mondialisé peut-il se réaliser, sachant qu'il n'y a plus d'opposition idéologique profonde entre bloc, et que le monde occidentale ne peut plus vraiment faire valoir sa version de l'utopie, qui devient chaque jour plus cauchemardesque pour les populations.

D'ailleurs la propagande en occident est de moins en moins crédible, puisque son seul argument a toujours été que sa version de l'utopie doit, à terme, rendre tous les méritants riches... promesse en laquelle même les états-uniens ne croient plus que très moyennement.

Finalement, est-ce que nous n'avons pas déjà assisté à un retournement complet de la guerre idéologique depuis que Poutine s'est installé à la tête du monde "multipolaire" ?

Les prochaines confrontations idéologiques, et les propagandes respectives des différents camps, se feront probablement à l'avantage du ou des blocs qui s'opposent au notre : d'où ma question, faut-il envisager d'émigrer [pour échapper à un pouvoir autoritaire, arbitraire et globalement dangereux pour les "dissidents"] ?

Pour être honnête je commence à flipper un peu ^^

simplet 26/09/2016 15:22

@ Euclide:
Pour une guerre mondiale, il faut des adversaires. Quels sont ceux-ci?
Je crois plutôt à l'érection d'une autre société que certains ne veulent pas.
Je suis d'accord avec M. Khaizin. Le chaos actuel hormis l'économie d'un monde fini, c'est la caste qui veut perdurer dans la domination du monde avec le dollar contre les autres. Nous verrons, si Dieu et les divers commandements américains le veuillent, après le 8 novembre. Si l’isolationnisme américain gagne, le dollar international perd. Après cela il y aura redistribution des cartes. Quel avènement, j'en sais fichtre rien. Si c'est Miss TENA senior de l'année qui l'emporte, nous serons emporté dans une tyrannie totale avec encore beaucoup plus de guerres "justes" afin de faire tourner les combinats militaro-financiers. Je ne crois pas à une apocalypse globale.
Par contre les divers strates de crises, mettront en danger une grande partie de la population mondiale avec comme corollaire, une diminution drastique de la population en commençant par les plus pauvres. c'est déjà en cours.

Yann 26/09/2016 13:23

"... à condition que Clinton ne s'évanouisse pas en direct..."
Poutine est capable de tout.

Grognard 26/09/2016 20:20

Je préférerai un numéro dans le style docteur folamour.

Euclide 26/09/2016 11:06

Pour rebondir sur le post d'Occulus,
sachez que l'Empire romain s'est effondré sur 4 siècles. Du III au VII ème siècle. Je pense, que l'empire américain a atteint son apogée avec les invasions de l'Irak et de l'Afghanistan.
Selon moi cela passera par 3 phases:
La 1ère sera la perte du Dollar comme monnaie mondiale.
La seconde est la chute de la cavalerie US sous entendu son armée.
Enfin, la 3 ème phase sera la fin du mode vie américain: le Big mac, Hollywood etc.....

Eszwal 26/09/2016 14:24

Le soft power (holywood etc...) va, à mon avis, s'effondrer plus vite qu'on ne le pense, car corrélé au dollar et au merchandising (contrairement aux Romains qui avaient une "vraie" civilisation). Cher les américains, tout tient grâce aux medias et aux opérations commerciales. On en reparlera lors de l'envol de la chouette de Minerve...
Seul problème à tout cela, un élément capital à prendre en compte, et que les romains n'avaient pas... La bombe H.

Madudu 26/09/2016 13:03

Il n'y a pas que la "concurrence" qui justifie de penser que la chute ne durera pas quatre siècles, il y aussi que parallèlement à la déconfiture à l'extérieure de ses frontières dans les domaines financiers et militaires, les états-unis et ses proches alliés sont menacés par une brusque crise financière, économique et sociale en interne.

Cette crise en interne aurait dû éclater il y a un certain temps déjà, et cet événement n'est retardé par le camp occidental que par des procédés déloyaux qui ne fonctionnent que parce qu'il domine politiquement et militairement.

Mais la mascarade ne pourra pas durer éternellement, cela finira par éclater comme n'importe quelle autre bulle financière. C'est-à-dire : brutalement, sans prévenir, en prenant le "consensus" au dépourvu.

Je ne crois donc pas aux scénarios "lisses" qui ne font pas intervenir cette importante source de discontinuités, c'est-à-dire de chaos.

Je ne sais pas si ces événements sont anticipés par le camp occidental, ou si la division des populations sur des bases ethniques et religieuses aux US comme en union européenne est une véritable stratégie visant à organiser le chaos dans un sens qui soit favorable à la reproduction du pouvoir par ceux qui en disposent actuellement.

Mais j'ai quand même plutôt tendance à penser que tout ça est bien bancal, qu'un conflit mondialisé ne pourra pas tourner à l'avantage de l'occident si celui-ci se confronte à des économies dont il dépend beaucoup (la Chine notamment, mais il faut aussi penser aux hydrocarbures russes, irakiens, iraniens, ...) ou qui sont beaucoup plus saines que la sienne (Russie). Surtout si son économie ne permet plus de financer par la dette les leviers du conflits !

L'une des questions qui me turlupinent vraiment c'est : quelles seront les revendications des insoumis qui se trouveront en position de force bientôt ?

Je pense bien sûr de manière assez large à l'Eurasie politique, dont les contours sont pour l'instant plus ou moins ceux de l'OCS, et qui est loin d'avoir les mêmes propriétés que l'actuel empire états-unien : le moins qu'on puisse dire c'est que l'Eurasie n'est pas franchement centralisée !

Alors quelle stratégie adopter pour ne pas se faire écraser par le train en marche ? En Europe il n'y a plus aucune ressource naturelle en dehors de l'agriculture, ce qui implique que nos économies vont manquer de beaucoup de choses avant tout le monde !

Quelles secteurs d'activités ont vraiment un avenir ? Faut-il penser à émigrer ? Si oui, dans quel(s) pays ? Comment conserver son capital, ou en constituer un, dans le chaos à venir ? etc :-/

simplet 26/09/2016 12:29

@Euclide
Le mot d'Einstein ne vous aura pas échappé:
"Les Etats-Unis d' Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence, sans jamais avoir connu la civilisation."

Occulus 26/09/2016 12:17

Je suis bien d'accord.

Mon propos a été très succinct. Ils ne s'écrouleront pas en 2020, c'est certain. Mais pas non plus en 4 siècles, car la concurrence est déjà en place et solide.

D'ailleurs, ils le savent, leurs réactions le prouve

Jean 26/09/2016 10:27

Merci pour votre travail d'information !

occulus 26/09/2016 09:36

Comme toujours une excellente analyse.

L'empire en déclin, oui c'est sur même si la chute finale n'est pas pour le mois prochain. Pour être un empire qui domine, il faut être le meilleur dans au moins 3 domaines, économique, militaire et technologique. Or, Les Us ne dominent plus dans ces secteurs.

En matière de diplomatie les Etats Unis essayent d'imposer leurs vues, mais cela ne marche que pour Vanuatu ou la Zambie :-) ah si l'Europe bien sur. La France est tellement bloquée et en retard que s'en est affligeant.

Avec notre ministre étranger aux affaires, M. Zayrault, il n'y a pas de quoi fanfaronner. La diplomatie française ne prendra pas ses distances car on ne mord pas la main qui nous nourrit.

PR 26/09/2016 11:23

Ils ne dominent plus rien, dans vos trois domaines, c'est du pipotron de première. Leur technologie est naze, il faut voir le F35, son armée, c'est un corps de bataille de 65 000 hommes, sa flotte est taillée pour 1943, et serait hors service en une semaine, si elle reste au port, en cas de conflit, en quelques heures, sinon, économique ? Tondeur de chien ? c'est un beau métier d'avenir. Vous dites des poncifs de propagande. Voir le site shadowgovernement statistics

Jacques Heurtault 25/09/2016 23:41

Heureusement que vous êtes là pour nous permettre d'y voir clair!
En particulier, cette histoire de veto dont personne d'autre que vous n'a parlé sur aucun média que je parcours ici ou là ... Il est vrai que je suis tellement ulcéré par tout ce que j'entends dans ces médias que je ne les écoute même plus!

Grognard 25/09/2016 23:37

Pour sauver quelque choses, les acteurs US ont besoin de faire un diagnostic.
A force de fonctionner à coup de narratives et de remplacer la réalité par l'auto suggestion ; ils se sont intoxiqués eux même.

Il est difficile de comprendre pourquoi la "diplomatie" française ne prend pas quelque distance avec la politique extérieure US compte tenu de la proximité de leur élection présidentielle.
Au lieu de cela ce qui nous tient lieu de politique extérieure tend à vouloir démontrer que nous sommes plus royalistes que le roi.

Nibols 25/09/2016 22:55

Bonsoir

Comme d'habitude analyse parfaite de la situation.

'

Hamilcar Barca 26/09/2016 10:15

@grognard
Bonjour
"Il est difficile de comprendre pourquoi la "diplomatie" française ne prend pas quelque distance avec la politique extérieure US".
Sans faire de politique politicienne, qui n'est pas l'objet de ce blog, un bref examen de l'histoire de l'atlantisme dans la classe politique française depuis 1945 vous fournit l'explication.
L'Empire a changé sa devise à l'international, le "combat contre les Rouges" ayant été remplacé par la "propagation de la démocratie et des droits de l'homme", mais les toutous suivent toujours en frétillant. "Nihil novi sub sole" (en latin en dépit de mon pseudo :-)
Nos gouvernants actuels sont simplement dans le droit fil de leurs prédécesseurs pro-Washington, et cela va durer jusqu'à ce que l'Empire tombe en digue-digue.