Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Le nounours contre-attaque

27 Juillet 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Russie, #Etats-Unis, #Moyen-Orient

Le nounours contre-attaque

Si de charmantes demoiselles sont capables d'amadouer le roi de la taïga, l'aigle américain manque, lui, cruellement de charme. Aussi n'est-il pas étonnant que l'ours ait tendance à lui voler dans les plumes ces derniers temps, que ce soit dans les travées du pouvoir à Washington ou sur le terrain syrien.

L'affaire du piratage informatique du Parti démocrate continue de faire parler. Moscou nie totalement son implication et parle de petits jeux politiciens internes. Lavrov s'est même fendu d'un commentaire pour le moins tranchant quand, interrogé par une journaliste, il a répondu en ces termes : "Je n'ai pas envie d'utiliser un mot en quatre lettres" [pour les non anglophones, il s'agit de "f.u.c.k"]

Point final, donc, nous ne serions qu'en présence d'une pauvre échappatoire du sérail démocrate afin de cacher ses turpitudes ? mmm, pas si simple... Les avis sont très divergents, l'affaire commence à prendre des proportions importantes et à partir dans tous les sens.

Pour Moon of Alabama, il ne faut y voir qu'une (habituelle) cabale anti-russe, le site rappelant d'ailleurs que l'hilarante a elle-même bénéficié de largesses financières du Kremlin : plus de 2 millions de dollars pour la Fondation Clinton et 500 000 pour le désœuvré Bill, sans doute jaloux de sa femme. Notons d'ailleurs que voilà Poutine en quelque sorte maître de l'élection américaine, les deux candidats étant d'une certaine manière ses obligés.

Zero Hedge n'est plus tout à fait sûr de la non-implication de Moscou, relevant que le fameux Guccifer 2.0 utilise plusieurs programmes en langue russe alors qu'il assurait ne pas la connaître. Barack à frites lui-même a lancé quelques insinuations. Quant aux secteurs conservateurs du spectre politique états-unien, ils sont eux aussi convaincus de la participation russe... et s'en félicitent ! Buchanan propose même le Pulitzer pour Poutine.

Décidément, il est difficile d'y voir clair. Il est assez évident que Trump a la préférence du Kremlin. Son refus de soutenir les djihadistes syriens, le réalisme de son entourage (visite de son conseiller en politique étrangère à Moscou, critique de Flynn sur la folle politique de Washington), sa prise de distance avec l'OTAN, son isolationnisme... tout cela ne peut que plaire à Moscou (et ailleurs, soit dit en passant). Surtout qu'en face, l'hilarante fiancée de Goldman Sachs et des néo-conservateurs serait plutôt sur la lancée d'un George Bush Jr. Alors, Vladimirovitch a-t-il décidé de donner un petit coup de pouce à Donald ?

Syrie justement. Nous avions évoqué en juin le curieux et culotté bombardement russe sur une base près de la frontière jordanienne :

F18 américains et Sukhois russes se sont retrouvés presque nez-à-nez dans le sud du pays. Pour être tout à fait honnête, la responsabilité de l'incident incombe surtout aux Russes qui ont pris les Américains à leur propre jeu. C'est le bien informé Moon of Alabama qui nous en offre l'explication.

Depuis des mois, Washington tente de dissuader Moscou de bombarder Al Qaeda arguant du fait que rebelles "modérés" soutenus par les Etats-Unis et djihadistes combattent côte à côte et que les premiers pourraient être malencontreusement tués, les pauvres choux. Passons sur le fait que les Américains admettent ouvertement soutenir les alliés du groupe de Ben Laden ; les victimes du 11 septembre doivent se retourner dans leur tombe, mais plus rien ne nous étonne désormais de ce qui vient d'outre-Atlantique...

Le pathétique argument de Washington - Il est difficile de séparer les modérés des djihadistes, laissez-nous plus de temps - fait perdre patience aux Russes qui voient dans ces manoeuvres dilatoires un moyen de sauver les djihadistes syriens. Aussi sont-ils allés, sans crier gare, bombarder les seuls rebelles vraiment modérés du pays, tout au sud près de la frontière jordanienne, au nez et à la barbe de leurs protecteurs. Aux cris d'orfraie américains, le facétieux Kremlin a ironiquement répondu en reprenant presque mot pour mot les propres explications de Kerry : "Des airs, il est difficile de distinguer les différents groupes rebelles". Le message est-il passé ?

Nous en savons un peu plus maintenant. C'était apparemment une base américaine utilisée par les forces spéciales US et britanniques ! S'il n'y a pas eu de morts autres que quelques rebelles entraînés par lesdites forces, il semble qu'une vingtaine de soldats anglais aient été présents seulement la veille. Bref, on est passé tout prêt d'une crise majeure.

Or il est intéressant de noter la sécheresse de la réponse russe : "La coalition [sous direction US] est la seule responsable du risque couru par ses soldats puisqu'elle refuse de partager les informations". Emballez c'est pesé, on voit qui est le patron en Syrie désormais...

Le bombardement a creusé un peu plus les divisions déjà béantes au sommet du pouvoir américain : la Maison blanche et le Département d'Etat ont décidé d'ignorer l'incident et de continuer les discussions avec Moscou, ce qui a rendu furieux la CIA et le Pentagone qui crient à la capitulation. De fait, il semble bien que Washington laisse désormais les mains libres aux Russes en Syrie, ce qui pourrait expliquer la tentative un peu désespérée et assez grossière des Seoud proposant à Poutine monts et merveilles ("la Russie sera encore plus puissante que l'URSS") s'il lâche Assad.

S'il se confirme qu'Obama a définitivement jeté l'éponge, Moscou, Damas et Téhéran ont six mois pour finir la guerre, avant la prise de fonction du prochain occupant de la Maison blanche. Avec Trump, Poutine aura carte blanche de toute façon. Si c'est Clinton, les néo-cons ressortiront la tête de l'eau mais il sera un peu tard.

Partager cet article

Commenter cet article

Jean Pierre 29/07/2016 09:13

Attention à Anym, c'est un troll pro UE, pro USA qui sévit sur pas mal de sites avec d'autres pseudos (Boreas, Olivier, ...). Ce triste individu a pourri beaucoup de fils de réinformation avec ses discours russophobes et pro US. À se demander s'il n'est pas payé pour se faire ...

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:04

Merci, Jean-Pierre. Eh bien le troll n'est plus nourri ^^

MBM 28/07/2016 18:29

Petite info : HTTP://BA.AA.COM.TR/FR/TURQUIE/LA-PR%C3%A9SENCE-DE-FETO-DANS-LES-BALKANS-OCCIDENTAUX-/617401

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:07

Je n'arrive pas à ouvrir votre lien, cher MBM

theuric 28/07/2016 15:50

Les faits, rien que les faits, c'est cela, cher Anym, qui nous montrent la réalité, au-delà de toute propagande de quelle que nature que ce soit.
Ainsi la dernière décision gouvernementale de créer une "garde nationale" semblant ressembler à une milice tant que nous ne connaîtrons pas sa nature exacte, ne peut que nous montrer l'extraordinaire puissance de l'américanolâtrie et germanophilie de nos dirigeants, venant en écho au discours de Monsieur Sélière en langue anglaise lors d'une réunion d'industriels essentiellement français il y a de cela plus d'une décennie (ce qui ne nous rajeunit pas, mon brave Monsieur).
Et je ne vous parle même pas de ce parti politique français au nom de "Les Républicains", fleurant bon, là encore l'américanolâtrie la plus dérisoire.
Ainsi, une colonisation commence toujours par celle de l'esprit de l'élite des peuples soumis, les romains d'antan avaient fait de même en Gaule.
Ensuite, au sujet des nazillons de pacotille d'Ukraine, si la Pologne hurle à la vilénie ukrainienne c'est bien parce que le responsable nazi ukrainien pendant la seconde guerre mondiale d'un massacre de populations polonaises fut sanctifié par le gouvernement ukrainien, justement.
Et si la Pologne suit encore la gesticulation étasunienne au sujet de la Russie ce ne peut qu'être qu'en raison des "amicaux conseils" de nos amis impériaux U.S., ou alors il faudrait que l'on m'explique...
De fait, je ne vois pas ce que nous pourrions reprocher à l'empire U.S. qui, quoi qu'il en soit, ne fît et ne fait qu'agir en tant qu'empire qui, rappelons-le, a une logique en propre, la même qui agita la France, l’Allemagne, l'Angleterre, la Belgique, la Hollande, l'Espagne, le Portugal (en oublierais-je?) sur tous les continents pendant plusieurs siècles tout de même.
Non,si critiques il doit y avoir, elles doivent majoritairement se porter sur tous ceux qui acceptent cet étrange augure d'une sainte domination du-dit empire, avec son pape Obama et son saint esprit dollar (avez-vous remarqué le trait, £ $, €, amusant, non?), prenant des formes différentes, politiques et économiques, certes, mais aussi scientifiques et universitaires dans leur organisation, culturelles, religieuses et j'en passe.
Et, ce, même pour des personnages considérés aujourd'hui comme les héros de la construction européenne et qui furent quasiment tous formé aux bonnes écoles de ce même empire, comme le firent les romains en leur temps.
Je n'épiloguerais pas sur les interventions françaises au Proche-Orient, il ne suffit que de remonter la trame des événements, en Libye notamment, et des discours, dont ceux de Monsieur Fabius (très latin ce nom, non?), pour comprendre le rôle de supplétif idéologiquement formaté que nous jouons.
Pour finir, enfin presque, ceux qui se souviennent de ce qui se disait dans les années 90 dans les médiats se remémoreront que des professionnels de la politique et géopolitique déclaraient dans les médiats télévisuels que les U.S.A., n'ayant plus d'ennemi lors de la disparition de l'U.R.S.S., s'en cherchaient un nouveau du coté de l'Islam, plutôt Sunnite mais pas seulement, cela restant encore imprécis à l'époque, cela va de soit.
Ceci expliquant sûrement cela, tout ça nous coutant tout de même plusieurs centaines de morts en France, non?
Voyez-vous, cher Amyn, toute théorie n'a de valeur que par son caractère prédictif (ça c'est de moi, pas mal, non?), et en politique comme dans tout autre domaine si une approche théorique ne permet pas de prévoir un quelconque résultat c'est que celle-ci ne peut qu'être que fausse.
Ainsi, les élections étasuniennes actuelles me permettent de détecter deux faits:
-en France, les-dites élections étasuniennes génèrent plus de temps de diffusions télévisées que celles s'étant passées dans notre pays ces dernières années, renforçant les observations que j'ai pu faire de l'américanolâtrie de nos oligarques et journalistes en vu français (oligarque français, ça, c'est mon petit plaisir, ma sucrerie de commentariste averti);
-au U.S.A., la confrontation Trump/Clinton montre que, dorénavant, à la logique impériale U..S., tend à se substituer celle de l'isolationnisme qui, rappelons-le, fut pendant longtemps un fort courant populaire et celui de son élite politique.
Que pouvons-nous conclure de cette dernière observation?
Tout simplement que quoi qu'il se passera, les U.S.A. se refermeront bientôt comme une huitre, déjà parce qu'ils n'ont pas le choix, ensuite et surtout parce que c'est le type même de mouvement de fond qui ne peut qu'arriver à son terme.
Parce que vous pouvez user de toutes les propagandes que vous voulez, celles-ci ne parviendront jamais à effacer, même un petit peu, l'inconscient social d'un peuple.
C'est pourquoi j'appelle cela: "l'étrange attraction des peuples pour leur inconscient social" (ce n'est pas mal non plus, hein? Et puis ça sonne bien).

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:16

Vos expressions sonnent très bien, cher Theuric.
J'aime particulièrement l'une de vos phrases : on ne peut reprocher aux Etats-Unis de mener leur politique impériale. Exactement ! D'ailleurs, sans cet impérialisme inhérent et cette volonté de diviser l'Eurasie, ce blog n'existerait même pas...
Les Américains mènent leur barque comme ils l'entendent, même si c'est dangereux et néfaste. Par contre, ce qui est lamentable, c'est que les gens n'en soient pas informés et que les dirigeants européens suivent comme de sages petits caniches.

occulus 28/07/2016 15:44

Bonjour,

C'est tout à fait exact, un fait est un fait.

Observatus geopoliticus a bien raison. Les faits, sont les faits. On peut tergiverser autant que l'on veut sur le fait que les humains ont tous 2 yeux.

Nos sociétés occidentales nous disent: il faut débattre, ok pas de problème, mais débattre sur le fait que la neige est froide, moyennement froide, légèrement froide, cela ne change rien au fait que sa température est négative.

Je l'ai déjà mentionné, la géopolitique ne souffre pas de blabla, elle s'appuie sur ce qui existe.

Bref, les russes sont malins, si nous sur ce petit blog, amateurs que nous sommes voyons que la proposition saoudienne est au mieux farfelue, imaginez ce que le rompu de la diplomatie comme Lavrov en pense.

Le ministre des affaires étrangères saoudien, à 30 ans, il sort à peine des langes, bon ok, la valeur n'attend pas le nombre des années. Mais quand on voit, ce qu'il fait avec l'Iran, le moyen orient en général et je ne parle même pas du Yémen, on peut se dire aisément que même l'un des lecteurs de ce blog pourrait mieux faire.

La Syrie évolue favorablement, on en parle peu dans nos médias, l'Irak aussi. Mais silence sur l'Afghanistan, le Yémen et aussi sur l'OCS car là ça bouge.

Heureusement, que ce blog existe, donc merci a vous

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:17

Merci, Occulus.
Oui, je pense que Moscou prend la proposition saoudienne avec circonspection, et c'est un euphémisme. Le Titanic saoudien semble aller droit vers l'iceberg et l'ours n'a certainement pas envie de monter dessus.
Bien à vous

UltimaRR 27/07/2016 19:50

En voyant l'image j'ai cru m'être trompé de site haha, belle trouvaille ^^

Merci pour l'article, qu'en est-il exactement de cette proposition de l'Arabie Saoudite et de la réponse de Moscou ? Incroyable cette rhétorique.

Bien à vous.

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:09

Hé hé, vous êtes tout pardonné, j'allais écrire la même chose...

Je pense que le royaume wahhabite s'engage sur une mer bien agitée. J'ai lu que les Américains considéraient le prince héritier comme la dernière chance pour le pays. Après lui, le chaos. Dans ces conditions, pas sûr que les Russes veuillent s'engager durablement avec un bateau qui coule.
Bien à vous, Ultima

UltimaRR 28/07/2016 15:19

Et pas qu'aux yeux, haha, excusez-moi elle était facile.

C'est vrai, et je ne pense pas que les Russes, malgré leur cordialité diplomatique, les considèrent comme des interlocuteurs fiables, et encore moins des partenaires, au regard de l'historique entre les deux pays.

Néanmoins, depuis la crise syrienne et l'accord sur le nucléaire conclu avec l'Iran, les relations entre le royaume et les E.-U. se sont beaucoup dégradées, et l'on assiste actuellement à un rééquilibrage de la politique tant intérieure qu'extérieure de Riyad. Celles-ci me laissent néanmoins assez dubitatif, tout comme leur nouveau roi Salmane.

Pensez-vous que les relations russo-saoudiennes soient amenées à se développer ?

Observatus geopoliticus 27/07/2016 21:09

Le blog réserve des surprises, avouez hé hé hé. C'est d'ailleurs un mannequin russe qui n'a pas froid au yeux.

Oui, proposition assez loufoque mais les Seoud n'en sont pas à leur première tentative (rappelez-vous Sochi en 2013). Moscou ne devrait pas y donner suite mais ce n'est pas dans la tradition stratégico-diplomatique russe de rembarrer publiquement les autres pays. Poutine gardera cette proposition dans un petit coin de sa manche au cas où...

Bien à vous

Ady85 27/07/2016 18:35

Le site Israélien DEBKA FILES (proche des services de renseignement Israélien) affirme que d'autres documents compromettants vont sortir au sujet de Clinton...

Observatus geopoliticus 27/07/2016 21:05

Oui, j'ai lu ça aussi. C'est peut-être pour désamorcer la bombe que l'appareil du parti s'est lancé dans les accusations sur la Russie... ou peut-être pas.

occulus 27/07/2016 16:10

Bonjour,

Tant d'excitation à ce sujet. Mais, il ne faut pas oublier que c'est une campagne électorale et qu'en ce domaine, peut importe le pays, on est forcement dans la surenchère, dans la petite phrase. Mais une fois, en place quid des réalités ? Quid des promesses ?

De plus, par rapport à nous, les élections américaines sont un show, Hollywood n'est jamais bien loin. La biographie des 2 candidats parle d'elle même. Trump, un idiot surement pas, on arrive pas à son niveau en étant idiot.

Pour en revenir à la géopolitique, c'est un bloc de glace. Il ne faut pas avoir de sentiments, d'émotions ou des regrets. Bien ou mal, c'est comme cela. Chaque pays défend ses intérêts, sauf la France malheureusement.

Je ne me souviens plus du nom du premier ministre anglais au 19ème siècle , Disraeli, Pitt ou un autre bref: L'Angleterre n'a pas d'ennemis, elle n'a pas d'amis, elle n'a que des intérêts. Froid, cruel ou génial, peut importe, c'est comme cela que cela marche.

Les Etats Unis, la Russie, L'Australie, L'inde etc, que font ils ? Eh bien, ils font ce qu'ils ont a faire au mieux pour leur pays.

Quoiqu'il se passe, c'est la faute de la Russie. Je ne défends ni la Russie, ni quelque autre pays. Bizarre, que dans cette histoire de hacking, on accuse pas les chinois, pourtant, les américains ou autres sont si prompts à la faire.

En fermant systématiquement la porte, on fini par se prendre quelque chose de négatif. Lavrov ou Poutine parlent de nos partenaires, nous on répond, agresseurs, pirates etc.

C'est sans commentaire et j'arrête mon laïus.

Chris 27/07/2016 12:00

Tout de même, ne pas oublier qu'un Mike Pence, le colistier de Trump, est un va-t-en-guerre. Il vota l'invasion de l'Irak et les suites. Une configuration qui me fait penser au duo Kennedy-Johnson qui, si le coup se répétait, lui laisserait les mains libres... Les cow-boys ont démontré à maintes reprises qu'il fallait s'attendre à tout et encore plus maintenant avec les actions chaotiques d'un empire en dissolution et l'hystérie qui s'est emparée des différents centres de pouvoirs qui se concurrencent et se tirent dans les pattes.

Grognard 08/08/2016 14:26

@ occulus

Vous écrivez: "L'Angleterre n'a pas d'ennemis, elle n'a pas d'amis, elle n'a que des intérêts. Froid, cruel ou génial, peut importe, c'est comme cela que cela marche."

Jusqu'à maintenant oui.
Pour le futur j'ai un ressenti quelque peu différent.
J'ai tendance à penser que la multi polarité d'une part , la question des ressources dans un monde fini d'autre part sur un fond qui voit grandir une organisation sociale plus horizontale portent en germe une logique ou la collaboration se substituera à la concurrence.
A mes yeux cela n'est pas antinomique avec la performance, bien au contraire.
Le chemin est encore long.

Chris 27/07/2016 11:38

Mais bon dieu, que fout la NSA et les 17 services de renseignements US aux budgets astronomiques pour que pareilles choses arrivent ? LOL.

Yom 27/07/2016 09:56

En novembre, les américains vont avoir à choisir entre une hystéro et un dinguo pour prendre la tête de ce qui est encore pour l’heure la première puissance mondiale. Mais apparement, ce ne sont pas tant les portes bannières que leurs entourages qui sont importants dans cette histoire. Le dinguo semble mieux entouré que l’hystéro …

Observatus geopoliticus 28/07/2016 14:33

C'est justement là votre problème, vous avez grandi dans un environnement où l'on vous a dit : "discuter c'est positif, on peut discuter de tout" (c'est beau comme une pub sur TF1 ou dans un magazine féminin). Ce que vous n'avez visiblement pas encore compris, c'est qu'un fait est un fait, il ne se discute pas. On peut l'interpréter, discuter de ses conséquences, mais on ne peut discuter son existence.
2+2=4. Point-barre. Or ce que vous êtes en train de faire sur ce forum, ce que vous avez fait à plusieurs reprises, c'est précisément de dire : "non, je ne suis pas d'accord, au nom de la pluralité d'opinion, je voudrais dire que 2+2=5". C'est ce que j'appelle troller et je vous préviens qu'à l'avenir, vos trollages seront interdits, "liberté d'opinion" ou pas. Je n'ai pas à "débattre" de faits indiscutables et avérés avec un petit provocateur à peine sorti de ses langes.

Et comme troller ne vous suffit visiblement pas, vous jouez sur les mots comme un clown ou un gamin. J'écris que la contestation pacifique et libérale du Maidan s'est essoufflée en janvier, vous venez avec un pathétique "Voulez-vous des photos de la place Maïdan le 1er janvier ?"
Moi, je vous pose cette question : vous foutez-vous de la gueule du monde ? En tout cas, je vous préviens, c'est la dernière fois : à la moindre contre-vérité, à la moindre clownerie, vos messages futurs seront effacés.

Pour la dernière fois : au cours du mois de janvier (pas le 1er janvier, neuneu), la contestation pacifique et libérale s'est affaiblie, ce qu'avaient d'ailleurs noté tous les journaux occidentaux bien comme il faut. Le plan B a été actionné : les groupes néo-nazis ont peu à peu remplacé les gentilles familles, ce qui là aussi avait été relevé y compris par la MSN occidentale : nazimaidan a remplacé euromaidan. En février, la place s'est transformée en quasi camp militaire avec une immense majorité d'hommes entre 20 et 50 ans : les membres de Svoboda, Pravy Sektor, Cause Commune... Ce sont ces néo-nazis qui ont fait partir Yanoukovitch du pouvoir.
Ensuite, les uns et les autres se sont partagés le pouvoir. Les néo-nazis ont reçu plusieurs postes (5 portefeuilles ministériels pour Svoboda + procureur général, 2-3 autres postes de ministre pour des gens proches de Cause commune, Sécurité nationale pour Yaroch, le leader du Pravy Sektor). Si aujourd'hui, le président de la Rada, n°2 de l'Etat ukrainien, est un néo-nazi, ce n'est sans doute pas un hasard.

Anym 28/07/2016 11:29

Je ne suis pas d'accord avec vous sur certains points, on en débat. Je n'appelle pas cela du troll et ce n'est pas mon objectif, mais alors pas du tout. Si vous associez critiques et réponses argumentées à des réponses puériles et à un étalage d'ignorance soit, que puis-je y faire ?
Sachez tout de même que ce n'est pas parce que j'ai une opinion différente de la vôtre que je suis de mauvaise foi, que je dénie la réalité ou que je pense comme un bisounours. Il est bien trop facile de se déclarer seul détenteur de la vérité et d'affirmer que tous ceux qui vous contredisent sont de mauvaise foi.
Si vous ne pouvez accepter la critique (argumentée et construite, ce qui est mon cas) et que vous rejetez les concepts de débat et de pluralisme, et bien soit, supprimer mes messages. Si ce ne sont que les flatteries et l'approbation qui vous intéressent, et bien soit, supprimer mes messages. N'oubliez cependant pas que nous sommes sur Internet, avec tout ce que cela implique. Et je ne suis pas en opposition systématique et obsessionnelle, je suis désolé si c'est l'effet que ça vous donne, mais ce n'est pas le cas.
C'est pourquoi je vous demande d'arrêter d'utiliser ces arguments plus que douteux à mon encontre remettant en cause mon raisonnement, ma "bonne foi", mes connaissances et mon jugement, ainsi que de ne pas supprimer mes messages.

Concernant la géopolitique, personne n'a apparemment pris le temps de lire ça : http://eajc.org/page32/news43672.html
Affirmer que Maïdan s'est essoufflé en janvier peut être plus que remis en question... (Voulez-vous des photos de la place Maïdan le 1er janvier ? Les manifestants étaient 200 000) Le 19 janvier, après les lois anti-manifestations votées au Parlement, il y avait aussi 200 000 manifestants. Sachant que Svoboda réunissait environ 20 000 personnes...
Vous parlez de même de manifestation "bon enfant" en novembre/décembre 2013. C'est pourquoi les 10 000 manifestants qui se trouvaient sur la place Maïdan ont été délogé assez brutalement par la police dans la nuit du 29/11 au 30/11 ? Le lendemain pour protester, le nombre de manifestants est passé de 10 000 à 100 000 (jusqu'à atteindre 800 000 début décembre tout de même).

Tout ce que j'ai dit là sont des faits, je vous laisse seul juge. J'espère sincèrement m'attendre à une réponse intelligente et construite et non pas à une suppression de ce message. Merci.

Observatus geopoliticus 27/07/2016 18:31

Oui, Charles, il a même sa fiche sur wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Andry_Parouby
Le n°2 de l'Etat ukrainien est néo-nazi, mais les éternels bisounours allaités à la mamelle de l'imMonde préfèrent mettre leur tête bien profond dans le sable.

Observatus geopoliticus 27/07/2016 18:25

Cher Stef, à noter tout de même qu'au Mexique, on parle de construire un mur à sa frontière avec le Guatemala ! Comme quoi...

Observatus geopoliticus 27/07/2016 18:23

@Anym
Sur l'Ukraine, tout a été expliqué des dizaines de fois, ne venez pas troller SVP. Il y a eu deux Maidan : celui de novembre-décembre (bon enfant : familles, libéraux pro-UE) et, après l'essoufflement du premier, celui de janvier-février (néo-nazis). C'est ce dernier qui a fait partir Yanoukovitch.
Al Qaeda ne commet pas d'attentats ? De mieux en mieux...
"Prolifération nucléaire" : pour un pays responsable comme le Japon, pourquoi pas ? Quand on sait que le Pakistan et Israël ont la bombe... Ceci dit, c'est un point sur lequel je ne suivrais pas Trump les yeux fermés.
Ne jouez pas sur les mots : Clinton comme les néo-cons s'intéressent à l'Europe pour mieux l'asservir (ou en l'occurrence, continuer à l'asservir). L'isolationnisme US signifierait une plus grande liberté pour les pays européens.

Anym, c'est la dernière fois que je vous le dis. Si votre but est de venir troller sur ce blog, de prendre systématiquement et obsessionnellement le contre-pied de tout de manière puérile et d'étaler votre ignorance, vos messages seront effacés. Il y a des tonnes d'autres sites qui vous correspondent mieux, passez votre chemin. Si vous restez ici, vous le faites de manière respectueuse et adulte.

Charles Michael 27/07/2016 16:29

Amyn,
''Oui, il y a eu des néo-nazis lors de l'Euromaïdan, cest indéniable, mais ils ne représentaient qu'une minorité des personnes ayant pris part à L'Euromaïdan''

vous êtes un peu lourd, cette minorité nazie était le fer de lance du Maidan, et non ils n'ont pas disparu, juste une peu de camouflage.
Chocachenko a nommé uncertain Prabhury (ortho ?) comme président de la Rada. Ce joyeux compère est juste le fondateur du pari Sicial Nationaliste Ukrainien. Très belle photo de lui en tenue genre SA de Roëms, joli salut nazi, slogan mort aux juifs et aux moskals (russes).
En cas de vacances de la présidence la constituion prévoit que c'est le Président de la Rada qui prend la place. Une paille nazie, quoi . (source lescrises.fr).

Et bien sur pas de coup d'état monté et financé par la CIA et si gentiment accouché par la délicieuse Victoria Nuland, femelle du gros Robert Kagan, tout ce monde soutenant la très féministe femme de Bill .

Au moins vous êtes cohérent dans le déni du réel.

Anym 27/07/2016 15:46

J'avoue ne pas m'être renseigné avant sur sa politique intérieure, seulement extérieure, (ainsi que les divers mesures médiatiques et controversées qu'il souhaitait prendre).
Mais, je me suis renseigné et même sa politique économique intérieure est sujette à controverse. Et sa réussite professionnelle comporte un nombre important d'échecs (et des succès bien sûr) notamment dans les années 90. Mais tout ceci n'est pas très géopolitique, pas du tout en fait (Desolé...) Et j'ai effectivement peut être parlé trop crûment à propos de sa "stupidité", reste que de nombreuses de ces propositions sont incohérentes, et stupides.

Stef 27/07/2016 14:41

Je ne suis pas du tout d'accord avec l'idée que Trump est un idiot. D'abord sa réussite professionnelle montre qu'il est loin d'être stupide (surtout en matière immobilière après la crise de 2008). Ensuite, au-delà de la truculence et de ce qu'il faut bien appeler la vulgarité et les outrances du personnage, se trouve une personne à l'écoute (dixit Flynn je crois dans une interview lue je ne me souviens plus où), assez bien entourée semble-t-il (cf. le dénommé Flynn) et assez pleine de bon sens(désolé mais la seule façon pour les USA d'éviter une catastrophe intérieure est de suivre grosso modo ce que propose Trump: relancer l'économie intérieure en revenant sur les délocalisations, mettre en oeuvre un protectionnisme véritable et même, n'en déplaise aux excités bien pensants, limiter l'immigration, ce qui implique, entre autres mesures, de réduire considérablement voire supprimer les ingérences aventureuses à l'extérieur). Bref, dans cette optique, qui est, j'insiste, une option de survie, le seul programme à peu près cohérent est bien celui de Trump, si l'on fait abstraction de certaines outrances tout à fait haïssables (mur entre le Mexique et les USA etc.).

Anym 27/07/2016 14:28

Rien de géopolitique ? À moins que vous ne considériez les relations diplomatiques et la politique étrangère de Clinton vis-à-vis de la Russie comme ne faisant pas partie de la géopolitique, alors oui, mon message n'avait rien de géopolitique.
Bref, je veillerais tout de même à rester dans ce domaine-là le plus possible (pour ne pas dire en totalité)

Concernant les néo-nazis, je vous laisse lire cette lettre ouverte de la communauté juive ukrainienne : http://eajc.org/page32/news43672.html
Oui, il y a eu des néo-nazis lors de l'Euromaïdan, cest indéniable, mais ils ne représentaient qu'une minorité des personnes ayant pris part à L'Euromaïdan. Soutenir L'Euromaïdan ne veut pas dire soutenir les néo-nazis. C'est comme si j'affirmais que soutenir la France, cest soutenir le PCF. Mais passons, nous ne mettrons jamais d'accord sur la crise ukrainienne...

Concernant les djihadistes, les Américains, comme vous le dites ici, les ont lâchés. Et ce ne sont pas ces djihadistes qui commettent les odieux attentats en Europe et dans le monde, cest Daesh. (Petite précision pas très géopolitique, mais qui valait le coup d'être rappelée)

De plus, que pensez-vous du soutien de Trump à la prolifération nucléaire ? (La prolifération nucléaire est bien géopolitique, du moins de mon point de vue)

Enfin, il faudrait savoir, soit les américains ont déjà la main sur l'Europe, soit ils ne l'ont pas et cherchent à lui "mettre la main dessus"... De toute manière ce n'est pas la question, Trump lui ne se cache pas de mépriser l'Europe (et donc la France... mais aussi le reste du monde...). (Je crois que ce genre de comportement a un impact direct sur les relations diplomatiques et donc la géopolitique)

Byblos 27/07/2016 14:22

@ Anym,
Mais que faire quand l'«hystéro» représente l'oligarchie camouflée la plus va-t-en-guerre que de toute l'Histoire des USA, et que le «dinguo» est la parfaite représentation de l'ignorance, de la violence et du simplisme du citoyen US lambda dont le cerveau a été conditionné, façonné par des décennies d'influences hollywoodiennes.

Observatus geopoliticus 27/07/2016 13:26

Il n'y a rien de géopolitique dans votre long message, Anym, seulement des préférences et des sentiments. Veillez à ce que ça ne se reproduise pas, merci.
Clinton, c'est le soutien aux djihadistes syriens et aux néo-nazis ukrainiens, idées "pas si terribles" comme vous dites... Elle fait partie du sérail néo-cons qui ne rêve que d'en découdre avec les Russes et les Chinois.
Il est vrai cependant qu'elle ne méprise pas l'Europe : cela s'explique, elle ne rêve que de lui mettre la main dessus !

Anym 27/07/2016 12:41

Que le dinguo soit mieux entouré ou non que Clinton, sa stupidité (Et c'est malheureusement un euphémisme... Je regrette de devoir utiliser un mot aussi insultant, ce n'est pas le but de mon propos ici, mais je n'en ai pas trouvé d'autre) et sa bêtise (au sens, "manque d'intelligence et de jugement") resteront toujours là.
Ses idées dangereuses (prolifération nucléaire, racisme, et j'en passe et des meilleurs...), ses propos méprisants, presque insultants (on a déclenché des incidents diplomatiques, voir des guerres, pour moins que ça) resteront, que Trump soit entouré par les gens les plus intelligents de l'univers ou non.

Et quand bien même son entourage arriverait à le faire changer d'avis, soit le mal aura déjà été fait, soit Trump apparaîtra incohérent et inconstant (ça la fout mal pour le président de la première puissance mondiale...).

Quant à Clinton, ses idées ne sont pas si terribles que ça (En tout cas, elles seront toujours meilleures que celles de Trump). Elle n'est pas anti-russe contrairement à ce que l'on pourrait pensé, bien qu'elle se méfie du Kremlin. Ne vaut-il mieux pas d'ailleurs en politique étrangère une méfiance raisonnée, qu'une admiration aveugle ?

De plus, elle ne méprise pas l'Europe ou la France ou le reste du monde (comme Trump...), ce qui est tout de même un "léger" mieux pour les relations diplomatiques.
Au moins garde-t-elle, elle, assez de respect et de professionnalisme pour nous, pour ne pas affirmer publiquement qu'elle nous méprise, contrairement à Trump.