Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Entente américano-russe en Syrie

6 Mars 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Etats-Unis, #Russie

Les Cassandre qui nous assuraient, après la démission forcée du général Flynn, que Trump s'était couché devant l'Etat profond, semblent en être pour leurs frais...

Le Donald a été particulièrement virulent ces derniers jours, retournant avec malice l'argument du lien russe à ses adversaires, accusant surtout ouvertement Obama de l'avoir placé sur écoute et demandant l'ouverture d'une enquête du Congrès sur l'affaire. Comme annoncée, la purge du marais a bien commencé, ce dont commence à s'inquiéter la MSN de service.

Mais c'est surtout dans le dossier syrien que le rapprochement américano-russe, encore imparfait et timide, est le plus visible. Depuis la prise de fonction de Trump, pas un jour ou presque n'est passé sans que l'aviation US ne filât un petit coup de main à l'armée syrienne dans la zone de Palmyre (voir les comptes-rendus de février du CentCom). Certes, le gros du travail restait l'apanage des Russes, mais l'apport américain, même mineur, mérite d'être relevé [l'occasion pour moi de présenter mes excuses, chers lecteurs : je croyais en avoir déjà parlé le mois dernier, ce qui n'a pas été le cas]. Quel changement tectonique d'avec l'ère Obama, aussi motivé à détruire l'EI qu'un chat à piquer une tête dans l'eau froide...

Quant à Manbij, nous l'avons évoqué la dernière fois :

Hier, des vidéos ont commencé à circuler, montrant l'établissement d'une petite base des forces spéciales US à Manbij. Message subliminal : si vous attaquez les Kurdes, vous nous attaquez. Avouez que voir les Américains assaillis par leur allié de l'OTAN et les rebelles "modérés" de l'ASL, pourtant armés et financés par Washington pendant des années, ne manquerait pas de sel...

Quelques heures plus tard, une nouvelle encore plus incroyable tombait : via les bons offices de Moscou, les Kurdes de Manbij ont passé un accord avec Damas, rétrocédant à l'armée syrienne une partie de leur gains territoriaux à l'ouest de l'Euphrate afin de constituer une zone tampon les séparant des Turcs et de leurs proxies (...)

Cerise sur le gâteau, ce rebondissement est également le signe évident d'une entente américano-russe, au moins ponctuelle. Le jour où l'on apprend que des forces spéciales US s'établissent à Manbij (voir plus haut) pour soutenir les Kurdes, ceux-ci appellent l'armée syrienne à l'aide. Comme l'écrit le Figaro, seul journal de la MSN à avoir succinctement rapporté l'info :

Cette annonce est une surprise totale car ce serait la première fois que des combattants soutenus par Washington sont d'accord pour rétrocéder des territoires aux forces du président Bachar al-Assad.

Allons plus loin : les troupes syriennes protégeront maintenant de facto les troupes américaines ! Si l'on nous avait dit ça il y a six mois... Evidemment, rien de tout cela n'eut été possible sans le tremblement de terre provoqué par l'élection de Trump et la redirection de la politique extérieure états-unienne subséquente.

Tout cela se précise au fil des jours. Sans surprise, les Turcs ont failli avaler leur loukoum de travers en apprenant l'accord. Ensuite, une certaine confusion a été entretenue. Le Ministère russe de la Défense, peut-être pour faire avaler la pilule au sultan, a précisé que les Kurdes ne remettraient pas seulement à l'armée syrienne la zone tampon mais Manbij elle-même. Soulagement à Ankara qui, dans son malheur (notez le défaitisme de la presse turque), préfère à tout prendre voir Damas occuper la zone que les Kurdes.

Soulagement de courte durée : Le Conseil militaire de Manbij nie rendre la ville aux loyalistes et n'évoque que la zone tampon, de manière quelque peu alambiquée, tout en précisant que Manbij est sous la protection de la coalition internationale sous direction américaine. De fait, alors que des combats ont toujours lieu entre Turc et Kurdes sur certains points, un convoi militaire US s'est dandiné près de la ville, appuyant bien le message à destination d'Ankara. Pendant ce temps, l'armée syrienne a commencé à se déployer dans la zone tampon prévue où, apparemment, quelques garnisons kurdes restent pour "conseiller" les nouveaux arrivants. Notons enfin qu'un convoi "humanitaire" russo-syrien a pris la direction de Manbij, transportant des vivres (et des armes ?)

Tout cela est encore un peu confus, il subsiste peut-être quelques réticences de part et d'autre, mais l'image qui se dessine de plus en plus nettement est celle d'une coopération russo-américano-syro-kurde sur le dos d'Erdogan. Comment dit-on dindon de la farce en turc ? Le sultan doit sentir souffler le chaud et le froid en ce moment, juste retour des choses pour l'homme-toupie. Qu'il pète actuellement les plombs dans ses bisbilles avec l'Allemagne n'a finalement rien d'étonnant.

L'armée syrienne n'en a cure, qui continue sa poussée, avalant le terrain daéchique vers le sud :

A ce rythme, elle sera bientôt en vue de Taqbah, lieu de sa débandade de l'été dernier. Retenter le coup, mais sur deux axes cette fois, serait intéressant et amènerait les loyalistes aux portes de Raqqa :

Enfin, nos prédictions se vérifient chaque jour un peu plus dans l'Idlibistan :

Depuis le début de l'intervention russe en Syrie, Moscou a compris que, pour éviter l'enlisement, il était nécessaire de saucissonner l'opposition armée. C'est particulièrement vrai de l'Armée de la conquête, fer de lance de la rébellion. Cette fédération comprenant Al Nosra, Ahrar al-Cham et divers groupes "modérés" issus de l'Armée syrienne libre, permettait aux Occidentaux et aux pétromonarchiques d'armer Al Qaida sans en avoir l'air. (...)

De fait, les centaures se mangent maintenant entre eux dans l'Olympe djihadiste d'Idlib, la dernière grande enclave rebelle. Nous évoquions rapidement le pourrissement de la situation la dernière fois. Nous sommes désormais au bord de la guerre civile inter-barbue.

Effectivement, rien ne va plus entre Ahrar al-Cham et Hayat Tahrir al-Cham (la nouvelle fédération d'Al Qaeda). Un groupe allié au premier et spécialiste en fabrication d'armes a fait défection il y a quatre jours et est passé au second. Des combats ont évidemment suivi, fragilisant encore un peu plus la dernière province djihadiste de Syrie (hors EI). Un Sukhoï passe de temps en temps au-dessus de ce maelstrom, s'invitant à la fête ; le dernier carton en date a vaporisé 67 qaédistes.

Rappelons que, de son côté, l'USAF bombarde désormais également les ex-barbus "modérés" de l'Idlibistan. Là encore, comment ne pas y voir une certaine coopération russo-américaine, qui ne dit pas son nom ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Grognard 14/03/2017 18:39

@ Observatus geopoliticus,
Bonjour,
Vous m'en direz tant!
J'aime bien les 36 stratagèmes.

Vous vous souvenez sans doute de la formule de ce vieux Sun: un et un ne font pas entièrement deux s'il n'y a pas au moins un de reste.
Ce à quoi je répond 6 fois 6 ne font pas entièrement trente six s'il n'y a pas au moins un de reste.
Ce qui, selon moi donne:
"Les règlements sont faits pour les soldats et non pour les guerriers.
La bataille se rit du code.
Elle en exige un nouveau innové par elle et pour elle et qui disparait dès qu'elle est terminée".

Je vous laisse deviner l'auteur de ce propos.

jef 14/03/2017 00:24

Cher OG.
Plaisir de gourmand, certes! Mais dans cette nouvelle et récente présentation de votre blog, comme il est aisé de revenir sur un article et sur un fil pour se remettre en mémoire votre analyse du moment et mesurer sa pertinence! Oui, une entente russo-américaine semble effectivement se mettre en place. Permettez à un de vos lecteurs d'y aller à son tour de sa prédiction: elle risque bientôt de connaître à Manbij l'épreuve du feu!

jef 18/03/2017 03:41

Au temps croire (croire au temps?).... Au temps dire.... Au temps faire..... Au temps d'arguments qui nous furent opposés.... Au temps le montant.... Au temps pour toi: attends l'hiver!

"Autant" indique une mesure ou une corrélation. Au temps, indique l'obéissance à un ordre, une injonction..
Lire ou relire le Grévisse.

Je connais un professeur de Lettres qui me soutient que l'on doit comprendre.:.. Au temps pour moi. Un agrégé. Ce à quoi je lui réponds qu'autant pour lui (ce qui me semble plus relever de la quantité que du temps!)

jef 18/03/2017 03:04

Pardonnez-moi, mais le temps ne fait rien à l'affaire...
Bien à vous, cher Observatus, et vous ne pouvez douter de l'estime dans laquelle je vous tiens.
Entre nous, vous avez le Grévisse?

Observatus geopoliticus 18/03/2017 02:01

Absolument pas, mon cher Jef : AU TEMPS pour moi (ou pour vous en l'occurrence ^^)

jef 18/03/2017 00:44

Autant pour vous, OG, si je puis me permettre ! Hommage "une fois" rendu à Grévisse, revenons à nos moutons: la Turquie est en situation de s'aliéner les deux puissances dont elle dépend le plus! On comprend que sur ce blog certains s'inquiètent de la santé mentale du Sultan (négligeant les petites leçons de l'Histoire: des fous au pouvoir, il y en eut foison. Qu'arriva-t-il à chaque fois?)

Observatus geopoliticus 15/03/2017 16:56

Au temps pour moi, cher Jef, je pensais que vous évoquiez une éventuelle épreuve du feu entre Russes et Américains...

jef 14/03/2017 22:18

Ce qui me fait penser cela est d'une part l'imbroglio kurde : Russes et Américains se côtoient physiquement. D'autre part, la fuite en avant du Sultan comme son 'évident manque de contrôle des supplétifs de l'armée turque, voire de celle-ci. Ni les Russes ni les Américains ne veulent se confronter.D'où une multiplication de signes allant dans ce sens
Si des Turcs ou certains de leur supplétifs attaquent des positions kurdes où des Américains sont présents, quelle attitude prendront les Russes, à proximité immédiate et ayant les moyens de répondre à ces attaques? Pourraient-ils ne pas réagir alors qu'il mènent déjà des actions sinon conjointes du moins concertées avec eux? Si j'étais Russe, je crois que je n'hésiterai pas.Je ne pense que la réouverture de liens entre les commandements russes et US soit sans motif. En attendant que Washington affiche au moins un orientation politique, militaire et géostratégique à peu près lisible, je crois que les opérations US en Syrie dépendent largement du commandement sur place.
Voilà l'état de ma réflexion. Elle vaut ce qu'elle vaut mais vous êtes le plus à même que moi d'en juger..

Observatus geopoliticus 14/03/2017 13:17

@ Jef
Intéressant, qu'est-ce qui vous fait penser cela ?

Grognard 14/03/2017 00:03

Observatus geopoliticus

Bonsoir,

La partie de votre article qui vise la situation syrienne me fait penser à ce stratagème de Sun Tsu: retirer les bûches sous le chaudron.
Nous avons en déjà vu un autre: tuer avec une épée d'emprunt.
A quand celui qui parle de permuter la place de l'hôte et de l'invité?

Observatus geopoliticus 14/03/2017 13:00

@ Grognard
Les acteurs du conflit magnifient en effet la bonne vieille culture stratégique chinoise : Sun Tzu mais aussi les 36 stratagèmes...

theuric 07/03/2017 21:07

De la part de Monsieur Trump, ce n'est pas pour me surprendre, l'Arabie-Séoudite étant pour lui plus que nécessaire, que les petits hommes en vert en viennent dans ce pays et c'en serait fini des séouds.
Mais il lui fallait faire ses preuves face à Monsieur Poutine.
Quand à la Turquie, comment dire, je ne pense pas que le nouveau président U.S. ait envie de conserver l'O.T.A.N., même si les pays de l'Union-Européenne accroissaient leur budget de la défense.
Herr Dogan (ha, ha, ha) aura beau tempêter, rien n'y fera, le dindon bouffera la farce jusqu'à la lie (ha la la).
Qu'il retourne sa fureur sur l'Allemagne, cela ne peut qu'arranger cet empire Tonton Sam qui n'est plus, rien de tel pour réduire une Germanie qui agace son économie, plus ça remue, plus cette dernière s'affaiblit et plus ça fait sourire le remplaçant d'Obama.
Tiens, en parlant d'Allemagne, je suis allé visité quelques jours la Hollande, ce qui n'a rien à voir.
Sympas les hollandais, quand aux hollandaises, que voulez-vous, elles réveillent le cœur des hommes, et s'il n'étaient que les cœurs, sauf celles en boutique mon cul, les pauvresses...
Enfin, la question n'est pas là.
Figurez-vous qu'après avoir visité trois villes et traverser des villages, ainsi que roulé sur l'autoroute du coin, je n'avais vu, en tout et pour tout, que quatre drapeaux aux couleurs de l'Union-européenne, allez, cinq peut-être, à tout casser.
N'oublions pas que les Pays-Bas furent les premiers à faire leur révolution, certes, elle fut vite écrasée par je ne me souviens plus qui, mais ce sont eux qui lancèrent la première vague.
Petit entrefilet économique, si je peux, il s'y passe de drôles de choses dans les bourses, ça stagne à ce qu'il parait.
Çà, à vue de nez et à l'intuition, ça sent mauvais.
Alors les zigs ayant un poil de flouze coté de coté, reprenez vite votre oseille et achetez n'importe quoi avec, là-dedans il risque de ne plus valoir que de la monnaie de singe, de quoi faire la grimace.

geronimo 07/03/2017 10:48

Bonjour,
Incroyable ce Trump, après avoir subi pendant 2 mois des attaques sur une éventuelle influence russe, c'est lui qui accuse frontalement obama, et évidemment par twitter, il s'embarrasse pas de longs discours,2 phrases suffisent. Bien sur, la meute de chiens de garde qui avaient copieusement relayé les accusations sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle sans le moindre début de commencement de preuve, l'accusent aujourd'hui de verser dans le complotisme.
A mettre en parralèle avec les malversations du parti démocrate durant les primaires contre Sanders, qui avaient provoqué la démission de la présidente du parti. On peut se rappeler aussi de l'affaire des écoutes des alliés US (merkel, hollande etc...) par l'administration américaine (ce qui avait provoqué finalement peu de réactions chez les journaleux). Sous ses allures de rustaud mal dégrossi, le donald est peut-être plus fin qu'on le pensait.

LMD3014 09/03/2017 02:10

Les "services d'intelligence" Américains ont laissez passer Snowden... qui était, maintenant on le sait, contraire à leur agenda. Qui peut garantir qu'ils n'ont pas laissez passer des agents de Daesh, Al-Qaeda ou des monarchies du Golfe, qui pourraient donc utiliser toute la machine de espionnage de l'Empire pour le djihadisme? Je ne parle même pas des agences comme le GRU ou Mossad qui possèdent eux-mêmes des capacités puissantes.

Il faut simplement pour les Américains qu'il faut sécuriser leurs agences d'intelligence. Avoir des telles capacités sans un contrôle effectif par les pouvoirs politiques risque la sécurité intérieure du monde entier! Il faut compartimenter les infos pour prévenir les fuites de grande portée. Là, les Américains sont très derrière la Russie et les Israéliens. Même les Britanniques le font!

Grognard 08/03/2017 16:20

Bonjour geronimo

Le mode de communication de Trump est logique, sur la forme et sur le fond.

Sur la forme puisque la majorité de la presse nationale US lui est plus ou moins hostile ; twitter lui permet de la contourner.
Sur le fond mieux vaut une information courte qu'un long développement.
On pourrait m'opposer comme argument un blog comme celui-là.
La différence étant que les lecteurs de ce blog font la démarche de venir chercher un type d'informations qui cadre avec leurs centres d'intérêts ; ce qui change tout.

Pour vous donner un autre exemple puisque nous sommes en période électorale ; prenez un tract.
En plus du titre et éventuellement du chapeau comptez 15 lignes.
Vous pouvez considérer que tout ce qui est au-delà ne sera pas retenu.
Et je ne vous parle même pas de l'indice de Gunning*.
* Si cela vous intéresse:
boileau.pro/blog/fog-smog/

Chris 07/03/2017 16:42

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201703/07/01-5076287-wikileaks-publie-des-documents-controverses-de-la-cia.php
Les fichiers auraient été rendus publics par une source qui dit vouloir lancer le débat sur le pouvoir de la CIA, rapporte The Independent. Il s'agirait de la fuite la plus importante concernant les capacités de l'espionnage américain, selon Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks.
WikiLeaks estime par ailleurs que la CIA a perdu le contrôle du massif arsenal de cyberespionnage dont elle dispose et que cette fuite dépasse dans son ampleur celle sur le programme secret américain de surveillance électronique de la NSA, dévoilé par Edward Snowden.
La CIA a refusé de commenter la publication de ces documents, selon Associated Press, mais les experts qui ont commencé à étudier les fichiers croient que la fuite risque de secouer l'agence.

Le Donald, hérault du tweet, semble avoir lancé maintenant ses bulldozers...

Yom 07/03/2017 09:12

Et le gagnant est … (roulements de tambours) … le monsieur chauve au fond de la salle avec une moustache.

Depuis le temps qu’on le cherchait, ce didon de la farce, il semblerait que cette fois nous y soyons. Encore qu’un Nième rebondissement soit toujours possible dans cette partie du monde. Mais là, les autres concurrents au titre vont avoir du mal à refaire une telle avance prise par le dosard turc.

Pierre 06/03/2017 22:43

Pourriez vous expliciter le sigle MSN svp ?

theuric 07/03/2017 20:25

Que je traduis, quand à moi, par médiat officiel.

Yom 07/03/2017 09:13

@toto
Oui.

toto 06/03/2017 23:55

MainStream Network, non ?

Ady85 06/03/2017 21:10

Bonsoir Observatus.

Concernant Trump, que pensez du fait que le directeur du FBI, James Comey, semble prendre position contre Trump dans l'affaire des écoutes d'Obama ?

Il me semblait que les deux étaient alliés. Réel mésentente ou encore une embrouille bizarre ?

Madudu 07/03/2017 12:53

Ou peut-être que ce n'est pas le FBI qui a mis Trump sur écoute, mais une autre agence de renseignement qui n'était pas sensée opérer sur le territoire nationale ^^

geronimo 07/03/2017 10:21

Peut-être reste t-il prudent et se laisse t-il une porte de sortie. Vu comment Trump attaque bille en tête, ils doivent tous marcher sur des oeufs en ce moment.

Eric83 06/03/2017 20:17

Merci OG pour ces nouvelles très positives qui laissent notamment entrevoir un possible apaisement des rapports US-Russie en Syrie... et souhaitons-le pas uniquement en Syrie.
Elles sont d'autant plus positives que la paix reviendra vraisemblablement plus vite pour le peuple Syrien.
D'autre part, concernant la Syrie, j'ai lu ce matin sur Sputnik que la commission de l'ONU avait "blanchi" la Russie sur le bombardement du convoi humanitaire en septembre 2016.
Je m'étonne de n'avoir trouvé aucune autre source rapportant cette information fracassante...notamment pour les médias MSM qui avaient si promptement accusé la Russie sans aucune preuve.
OG, vous qui êtes, très, très bien informé, avez-vous connaissance de cette information via d'autres sources ?
https://fr.sputniknews.com/international/201703051030338302-onu-reconnait-nonimplication-russie-attaque-convoi/