Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Varia

6 Décembre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Economie, #Moyen-Orient, #Russie, #Etats-Unis, #Chine

On trouve à boire et à manger dans le flot de paroles sultanesques. Si, après un coup de fil de Moscou, Erdogan a une nouvelle fois rétropédalé la queue entre les jambes suite à ses déclarations tonitruantes visant à déloger Assad du pouvoir - il paraît qu'on aurait mal compris ses paroles, le pauvre... - il est plus sérieux sur d'autres sujets.

Ainsi souhaite-t-il apporter sa pierre à ce qui est dans les tuyaux (et même plus) depuis quelques temps : la dédollarisation de l'Eurasie. Le sultan a proposé à la Russie, la Chine et l'Iran de remplacer le dollar par les monnaies nationales dans leurs échanges bilatéraux, rien que ça ! Notons qu'Ankara avait déjà caressé l'idée il y a deux ans, en pleine crise ukrainienne et syrienne ; il semble que la récente dégringolade de la lire turque et, partant, la nécessité impérative d'assurer une forte demande pour celle-ci ont plus que renforcé cette volonté.

Où comment, exemple parfait de l'effet papillon géopolitique, une problématique locale peut porter en germe d'énormes conséquences sur la dynamique mondiale, la puissance américaine reposant en effet en grande partie sur l'hégémonie du dollar.

Une mauvaise nouvelle n'arrivant jamais seule pour le système impérial, Trump prononçait au même moment un discours qui fera date, annonçant la fin (du moins sous son mandat) de l'interventionnisme US :

« Nous sommes prêts à collaborer avec tout Etat qui souhaitera se joindre à nos opérations militaires pour détruire l'Etat islamique et tous les groupes terroristes islamistes radicaux. Oui, nous allons détruire Daesh. Mais dans le même temps, nous allons poursuivre une nouvelle politique étrangère en prenant en compte nos erreurs commises dans le passé. Nous allons cesser de renverser les gouvernements d'Etats étrangers [...] Notre objectif est la stabilité, non le chaos. Le temps est venu de reconstruire notre pays ».

On imagine la panique dans les sous-sols de la CIA et dans les salles de rédactions européennes... Bien sûr, tout ne changera pas du jour au lendemain, toutes les promesses ne seront peut-être pas tenues et "l'Etat profond", le fameux Deep State, tentera tout ce qu'il peut pour torpiller ce changement tectonique. Mais enfin, la direction générale est indiquée et le public américain touché. Jamais un président US n'avait fait ce genre d'aveu...

Terminons sur une nouvelle assez décoiffante. La Chine, qui vient d'ailleurs de s'aligner sur la position russe en mettant son veto à une énième résolution onusienne concernant Alep et a, à cette occasion, sèchement recadré l'ambassadeur britannique (« Je voudrais demander au représentant du Royaume-Uni de mettre fin à la pratique d'empoisonnement de l’atmosphère au Conseil de sécurité de l’ONU et à l’humiliation de ses membres »), la Chine, qui s'est aussi mise très en colère après le coup de fil de Trump à la présidente taïwanaise (comme quoi, tout ne deviendra pas irénique avec le Donald), la Chine, donc, a reçu une délégation houtie en provenance du Yémen.

La Maison des Seoud doit s'étrangler de rage... Sans prendre ouvertement partie dans ce conflit et appelant de manière répétée à la fin des hostilités, le dragon met tout de même une petite patte dans le camp de Téhéran (et de Moscou). Là comme ailleurs, le triangle sino-russo-iranien, clé de l'Eurasie, est en marche.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pendule de Newton 07/12/2016 18:25

Capacité de synthèse-d'analyse et de petit fou rire remarquable, une plume de qualité (chapeau à ce rythme vous serez dans le top 3 propagandiste...)
Petit tour d'horizon :
1°Theresa May fait comme d'hab, elle fait du commerce car elle sait que ces pachas faibles ont de la ressource et elle fera tout pour tirer le max d'eux sans incidence sur le terrain d'affrontement (les occidentaux profiteront des monarchies jusqu'à ce qu'elles se vident du max de leur poche et ensuite leur tournera le dos quand ça sentira le roussi)
2°Trump dans son discours de remerciement à North Carolina à démontrer quelque chose qui fait sa force c'est sa capacité de faire le bon constat sur ce qui ne va plus aux USA (petit tournée manège)

https://www.washingtonpost.com/investigations/pentagon-buries-evidence-of-125-billion-in-bureaucratic-waste/2016/12/05/e0668c76-9af6-11e6-a0ed-ab0774c1eaa5_story.html?utm_term=.efb5315ff382

http://www.thefiscaltimes.com/2016/07/31/Pentagon-s-Sloppy-Bookkeeping-Means-65-Trillion-Can-t-Pass-Audit

http://www.lci.fr/international/donald-trump-annule-la-commande-du-futur-air-force-one-sur-twitter-2016120.html

Cependant une chose est de faire le constat le temps de l'action viendra et on pourra analyser ensuite (d'ici là tout n'est que spéculation).
Les USA ne s'engageront que si cela est lié à la SECURITE INTERIEURE (humm ça va être chaud).

3° La Syrie pour le moment ça roule modèle R+6, l'effet Trump à phagocyter les velléités des amis de la Syrie qui au fond n'ont plus d'ambition réelle que de pourrir les choses.

4°Erdogan est mode pieuvre dans une maison de porcelaine ou tout se rapproche du sol, il a joué au poker et ça sent pour lui la flush (il se fera saigner par les russes).
Ahhhh vive les fêtes de fin de d'année.

Pendule de Newton 07/12/2016 20:33

J'ai oublié de rajouter cela à mon post. Le navire coule et les syndromes sont partout les mêmes gabégies

https://www.washingtonpost.com/investigations/pentagon-buries-evidence-of-125-billion-in-bureaucratic-waste/2016/12/05/e0668c76-9af6-11e6-a0ed-ab0774c1eaa5_story.html?utm_term=.efc37c24a83e#comments

Grognard 07/12/2016 17:05

Bonsoir,

Pendant ce temps là le congrès US vote l'envoi de missiles sol air aux opposants à Assad républicains compris.
Les atlantistes sont devenus fous.
Ils iront jusqu'au bout de leur folie.
A moins que les effets de leur politique ne menace leur propre intégrité physique.

Pendule de Newton 07/12/2016 18:29

Si c'est comme le vote du congrès pour entraîner et financer les rebelles à faire tomber Assad. Alors qu'il le fasse.
C'est une période de posture car la transition aux USA et le cercle sécuritaire de Trump ne sont pas des options pour rendre ce vote décisif sur le terrain.
Bien à vous

Lecteur Assidu 07/12/2016 15:27

Cher Observatus,

Merci pour vos éclairages et analyses toujours aussi éclairants.
Je suis tombé par hasard sur cet article de propagande éhonté, dont tout le monde ici doit déjà connaître les arguments et éléments de langage :

http://www.courrierinternational.com/article/lettre-ouverte-du-liban-pourquoi-francois-fillon-tout-faux-sur-la-syrie

Je voulais savoir si vous aviez de votre côté des articles, des analyses, contredisant les faits exposés dans cet article de l'Orient le Jour, notamment ceux qui nous expliquent que Al Assad a relâché 1000 dihadistes à dessein afin de former l'EI.

Bien à vous

SanKuKai 07/12/2016 19:12

Reprenez les articles de 2011, même dans la presse Mainstream. En voici un du Figaro:
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/11/15/97001-20111115FILWWW00575-syrie-liberation-de-1180-detenus.php

En 2011, B Al Assad cherche l'apaisement. Il libère des prisonniers sur demande de l'opposition soutenue par l'occident.
Et aujourd'hui l'occident qui soutenait l'opposition lui reproche d'avoir fait ce qu'ils lui ont demandé.
Après, il faut vraiment avoir l'esprit tordu pour imputer la création de l'EI à B. Al Assad. (surtout quand on sait qui la finance en réalité).

Si on écoute la propagande, Al Assad s'est amusé à créer l'EI histoire d'occuper son armée. Puis il a décidé de gazer sa population à la Ghouta en envoyant le gaz juste à coté de ses troupes, juste au moment où Barack nous sort le coup de la ligne rouge et en présence des inspecteurs de l'ONU.
En résumé, si on écoute uniquement la pravda sans utiliser son sens critique: Il est idiot ou suicidaire ou les 2.
Et malgré ses tares, en 5 ans, nos dirigeants n'ont pas réussi à le déboulonner (malgré les: "Assad doit partir", "Al nostra fait du bon boulot", "le Boucher de damas", etc.).

Conclusion: un abruti suicidaire est quand même plus malin que nos dirigeants. cqfd.

Zuglub 07/12/2016 18:43

La section commentaire de cet éhonté tissu d'âneries est un vrai délice. Il est heureux de voir que personne de sensé ne prend au sérieux l'information monolitihique officielle.
Il suffirait de rétorquer à ce journaleux que la "politique du pompier-pyromane" est au choix dénuée de sens ou révélant de la projection.

Eric83 07/12/2016 14:32

Aux US, les déclarations de Trump vont dans le sens d'un apaisement avec la Russie MAIS provoque oralement - pour le moment - l'Iran et la Chine alors qu'Obama continue de soutenir l'interventionnisme unilatéral US.
Theresa May, pour la GB, n'a pas trouvé mieux que de se rendre à un sommet des pays du Golfe - il paraît que c'est une première - pour annoncer son soutien à ces pays...contre l'Iran qui "déstabilise" la région. En revenant, elle nous annoncera peut-être que la GB soutient l'Arabie Saoudite face à la tentative de son renversement par le Yemen.
Notre Hollande national, toujours président et toujours vassal des US, lui, fustige les vetos de la Russie à l'ONU parce que ses chers "rebelles" en Syrie sont en train de rendre les armes à Alep et ailleurs et devraient, à son grand désarroi ,capituler d'ici peu si une trève n'est pas obtenue.
Israël a, en guise de signe d'apaisement avec ses voisins et particulièrement avec la Syrie, envoyé des missiles dont les cibles seraient proches de Damas.
Et la Turquie, girouette incontrôlable totalement aux abois, tente de jouer sur tous les tableaux - Russie, USA et UE - en se décrédibilisant chaque jour un peu plus.
L'équilibre semble de plus en plus précaire tant la tension monte entre l'Empire et ses vassaux et l'Alliance. De quel côté va pencher la balance, l'apaisement ou l'escalade ?

Loic 07/12/2016 13:06

En ce moment la géopolitique boite de partout quand même.

Les US voudraient (sous Trump) se rapprocher de la Russie mais s'attaquent de l'autre côté à la Chine et l'Iran qui sont les 2 autres piliers de l'alliance eurasiatique ?
La Turquie veut se rapprocher de Moscou mais mène une stratégie totalement incohérente du tout sauf Bachar sur le front Syrien.
En fait tout le monde veut être ami avec tout le monde mais en défendant ses intérêts d'abord, cela donne des incohérences assez coquaces...

Yom 07/12/2016 10:13

Il y a, dans ce mouvement progressif de dédollarisation, une histoire de poule et d’œuf.

La dédollarisation sera t’elle la cause d’un déclin à venir de la puissance américaine, ou est-elle, à l’inverse, la conséquence d’un déclin entamé ?

J’ai lu ailleurs des pronostics froidement économiques sur l’inéluctabilité purement mécanique de ce phénomène :

- Pour que tous les acteurs économiques du monde puissent utiliser le dollar dans leurs échanges non seulement avec les USA, mais également entre eux, il faut qu’il y ait une grande quantité de cette monnaie qui vadrouille hors de ses frontières.

- Pour qu’il y ait cette quantité de dollars disponibles à l’international, il faut que les USA paient de grandes quantités d’importations en dollars, et que ces quantités d’importations soient, en valeur, plus importantes que celles de ses exportations (sinon ces dollars lui reviennent en paiement). La quantité de dollars disponibles à l’international pour que les autres pays puissent les utiliser dans leurs échanges entre eux provient donc mécaniquement du déficit de la balance des paiements américaine.

Tout ceci pouvait fonctionner tant que la croissance mondiale était tirée par la consommation américaine. Mais cet état de fait a pris du plomb dans l’aile ces dernières décennies.

Aussi ai-je lu que si des puissances économiques comme la Chine, la Turquie ou l’Arabie Saoudite tendaient à dédollariser leurs échanges, au delà même de toute volonté politique, ce serait une nécessité imposée par le fait qu’elles n’ont tout simplement plus suffisamment de dollars à disposition.

Le Bigourdan 07/12/2016 18:18

Bonjour Yom

Il y a aussi le risque juridique des transactions internationales en dollar.
La BNP en a fait la triste expérience après l'amende de 9 md$ imposée par la justice américaine suite à des transactions avec des pays sous embargo des USA.

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/amende-bnp-paribas-christian-noyer-trouve-les-transactions-en-dollar-trop-risquees_1557009.html

Deutsche Bank est aussi dans le collimateur de la justice des USA.

Le Bigourdan 06/12/2016 22:54

Bonsoir OG

Alep Est est désormais contrôlée à 75% par les forces loyalistes.

http://www.ladepeche.fr/article/2016/12/06/2473230-alep-moscou-accuse-washington-d-avoir-annule-des-discussions.html

http://www.lefigaro.fr/international/2016/12/06/01003-20161206ARTFIG00365-syrie-le-regime-controle-desormais-la-grande-majorite-d-alep-est.php

Comme vous l'aviez prévu les fêtes de fin d'année à Alep risquent d'être plus calmes et joyeuses que les années précédentes pour sa population, hormis les rebelles "modérés".

Par contre la situation à Mossoul semble beaucoup plus difficile avec un EI jusqu'au-boutiste.

Observatus geopoliticus 07/12/2016 21:56

@ WIlmotte
Oui, car Mossoul est totalement encerclée maintenant. Mais au prix de grandes pertes...

Wilmotte Karim 07/12/2016 19:33

@Observatus geopoliticus
A ce rythme de perte, et alors qu'ils n'en serraient encore aux faubourgs... l'Irak est-elle en mesure de reprendre Mossoul?
Ou bien, faudra-t-il l'intervention d'une puissance extérieure (qui par exemple aurait montré dans un pays voisin sa capacité à faire basculer le rapport de force)?

Vincent 07/12/2016 10:59

Ça vaut bien une petite chanson...
(ça commence à ressembler beaucoup à noël)
https://www.youtube.com/watch?v=uGBie5pT9nw

Observatus geopoliticus 07/12/2016 10:08

@ Bigourdan
Oui, chaque heure apporte son lot de nouvelles. La débandade barbue est cuisante, plus rapide que ce que j'envisageais.
Pour Mossoul, la MSN a stoppé des communiqués dignes de la Pravda : 2 000 morts dans les rangs irakiens depuis le début de l'opération.

Euclide 06/12/2016 22:07

Toujours plaisant à lire votre billet toujours très didactique cher Observatus.
A court terme OK, pour le triumvirat : Chine- Russie- Iran mais pas sur le long terme. Le risque d' une guerre futur peut venir de la Chine.
1) Elle monte en puissance économique , financière et industrielle;
2) la Russie craint pour sa Sibérie ( elle n'est pas très peuplée) et de plus je ne pense pas que les States vont se transformer en paillasson en Mer de Chine.
J'ai dis çà, j'ai rien dit.

Observatus geopoliticus 07/12/2016 10:15

@ Euclide & Madudu
D'accord avec Madudu sur le deuxième point. "L'invasion de la Sibérie" par des hordes de Chinois est un buzz des think tanks néo-conservateurs US pour enfoncer un coin entre Moscou et Pékin. En réalité, la population chinoise est vieillissante (politique de l'enfant unique oblige) et la moitié du territoire chinois est encore vide et à coloniser avant de penser aller "conquérir" la Sibérie.
Sur le premier point, la montée économique du dragon le rendra au contraire de moins en moins vindicatif. C'est la stabilité, la coopération et la paix qui alimenteront la machine économique chinoise : routes de la Soie, intégration eurasiatique etc.
Bien à vous deux

Madudu 07/12/2016 09:36

1) Elle ne monte plus tant que ça économiquement, elle n´est peut-être même plus très loin de la stagnation (comme le reste du monde). Elle connaît aussi une crise financière très sérieuse, comme nous.

2) Ce n´est pas très sérieux cette affaire d´invasion chinoise en Sibérie. Sur quoi vous basez-vous ?

fb67 06/12/2016 20:47

Tokyo aurait proposé la même chose au forum économique de Vladivostok (règlement en yen des transactions avec la Russie) en 2015.

Observatus geopoliticus 06/12/2016 21:54

Oui, c'est un feu d'artifice dédollarisateur depuis quelques années. Reste à savoir la proportion de ces intentions qui se traduira dans les faits. Pour la Russie, la Chine et l'Iran, ça a déjà commencé.

Saurer 06/12/2016 19:52

Cet article arrive à nous donner une image saisissante, et globale, des changements qui s'annoncent. Chapeau à l'équipe de Chronique du Grand jeu

Observatus geopoliticus 06/12/2016 21:59

Merci, cher Saurer. L'équipe se résume à un joueur qui tient tous les postes...

galbraith 06/12/2016 19:34

bonsoir

Entre mondialisation.ca, le saker francophone et voltairenet.org, un positionnement intéressant.
bravo.

Observatus geopoliticus 07/12/2016 21:29

@ Ady
Désolé mais un clown qui tombe dans les théories les plus ridicules concernant le 11 septembre ("c'est l'armée américaine", "les musulmans ne se suicident jamais") et qui discrédite tous ceux qui se posent de vraies questions sur cet événement encore obscur ne mérite aucun respect...

Ady85 07/12/2016 17:13

Meyssan est un type à respecter pour tout les risques qu'il prends (Libye , Syrie), mais il en sais bien moins qu'il ne le dit...

Suffit de reprendre ces vieux articles pour voir que rien rien de ce qu'il annonce n'arrive jamais...

Pour un type soit-disant super bien informé, ça la fiche mal...

Observatus geopoliticus 07/12/2016 10:31

D'accord avec vous, cher Grouik Grouik.
Voltaire ou Réseau International sont des sites à moitié conspirationnistes qu'il vaut mieux éviter. A une époque, RI republiait (sans me le demander !) mes billets ; j'y ai vite mis le hola quand j'ai vu les délires que pouvait sortir ce site (avion russe du Sinaï abattu par les méchants Israéliens et autres fadaises...)
Le Saker est bien plus sérieux, malgré certains éléments de langage un peu ridicules ("empire anglo-sioniste") qui aveuglent parfois un petit peu les auteurs et leur fait même dire des contre-vérités flagrantes à l'occasion. J'avais d'ailleurs eu une prise de bec assez virulente avec le créateur du site lors d'un échange de mails l'année dernière. Mais globalement, c'est sérieux et pertinent.

grouik grouik 07/12/2016 00:01

@Galbraith@OG,vos remarques sont intéressantes,moi-mème réservé sur Voltairenet,tout autant sur Réseau International,prenant parfois leurs délires pour des réalités,par contre récemment une bien belle surprise,figurez vous que the Original Saker,ou Saker US,au choix,est parfaitement francophone! ! ! Alors bon,la fixette Anglo-Sioniste tout ça (mème si Bibi en pleine Vladophilie le dédit...)...mais le propos est intéressant,tant en ce qui concerne la génèse de la Communauté Saker que l'analyse Globale actuelle...et puis franchement,un mec qui ouvre régulièrement ses colonne au FABULEUX Pépé Escobar ne peut pas ètre foncièrement mauvais! ! !

https://soundcloud.com/despotica/antipresse-52-le-saker-nous-parle?utm_content=buffer8c0c8&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

A noter également qu'il est interviewé ici par le trés trés bon Slobodan Despot,celui qui avait claqué le beignet de bébé Glucksmann,chez Taddéi un soir sur F2 à propos de l'Ukraine,évoquant notamment sa trés chère Eka Zouladze

Observatus geopoliticus 06/12/2016 21:55

Merci, cher lecteur. Mais voltaire.org, heu...

Patrick-Louis Vincent 06/12/2016 19:12

Laisser tomber le dollar pour les transactions internationales, d'autres ont déjà eu cette idée. Par exemple, Saddam Hussein et Khadafi. Cela ne leur a pas très bien réussi.

Madudu 08/12/2016 13:09

Nous sommes vraisemblablement d'accord sur l'essentiel, en fait.

Ce n'est peut-être pas nécessaire d'employer, parmi les éléments de langage de la doxa économique, ceux qui ne servent qu'à calomnier et salir les alternatives de bon sens comme l'est le protectionnisme aux Etats-unis.

Le Bigourdan 06/12/2016 22:39

Bonsoir Madudu

Lorsqu'un État décide de mettre en place une politique économique protectionniste, c'est pour:
- protéger ses producteurs contre la concurrence étrangère
- rétablir sa balance commerciale en supprimant le déficit commercial
- arrêter les effets néfastes sur son pays de la politique libre-échangiste de la mondialisation

Cela entraîne une forte réduction des échanges avec les autres pays par effet de réciprocité.

Le "repli sur soi" d'un pays a aussi une connotation économique.
Il suffit de lire les commentaires des milieux politiques et économiques ( ex: Y Gattaz, Lagarde ,Valls ,Merkel,... ) pour voir que cette expression de "repli sur soi" est la plus communément employée à des fins , bien sur , de dénégations.

Après l'expression peut être discutable, mais elle reflète une volonté des nations occidentales à retrouver leur souveraineté économique ,et politique (voir la réaction de la population européenne suite à la crise migratoire des réfugiés)

Bien à vous

Observatus geopoliticus 06/12/2016 22:04

@ Patrick-Louis Vincent
La dédollarisation a déjà commencé, et depuis une dizaine d'années pour certains pays (Brésil, Argentine...) C'est une évolution inexorable depuis que des poids lourds comme la Chine ou la Russie s'y sont mis et le mouvement s'est accéléré depuis trois ans et ce blog l'a documenté à plusieurs reprises (Iran, Australie, Inde etc.) Certains voient même dans le vrai-faux scandale des Panama Papers un moyen de "rapatrier" aux Etats-Unis une partie de l'évasion fiscale mondiale afin de compenser les effets du mouvement de dédollarisation.

Madudu 06/12/2016 21:45

J´étais tout-à-fait d`accord avec vous jusqu´au "repli sur soi" : en quoi le protectionnisme, qui relève de la politique économique, constitue-t-il un "repli sur soi", expression grossement connotée en morale et en psychologie ?

Le Bigourdan 06/12/2016 19:52

Le seul problème pour les USA et le dollar est qu'ils n'ont plus affaire à l'Irak et la Libye , mais à la Turquie , l'Iran , la Russie , La Chine et même l'Arabie Saoudite suite à la demande de la Chine.
Les USA n'ont pas les moyens pour empêcher cette évolution.
Trump a bien compris ce changement de paradigme et propose donc un repli sur soi des USA et la mise en place de mesures protectionnistes.
Il ne faut pas oublier que les USA ont un déficit commercial de 530 md$ ( 2230 exp - 2760 imp) dont 366 md$ avec la Chine.

alain 06/12/2016 19:10

Ce site est vraiment parfait d'analyse et d'informations. Au temps de l'empire romain, le rédacteur du blog aurait été à la hauteur de Cicéron.

Observatus geopoliticus 06/12/2016 21:56

Merci, cher Alain. Mais Cicéron... qu'à Dieu ne plaise ! C'était le BHL de l'époque, le prototype du publiciste véreux au service de l'oligarchie sénatoriale.

alain 06/12/2016 21:35

Cicéron était un avocat et un des plus grand orateurs de tous les temps. Il avait un parti pris, mais il lisait très bien les situations. Par contre, pas un très bon politicien.

simplet 06/12/2016 20:53

Cicero, orator et consul. Trop controversé, trop versatile (sauf Catilina). Notre taulier a la grande qualité d'être neutre. Liberum mediumque est.

fb67 06/12/2016 20:48

Cicéron n'était-il pas un journaliste de la MSM de l'époque?