Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Aveux, bombes, bourdes et Marie-Antoinette

30 Novembre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Russie, #Europe, #Etats-Unis

Quel feu d'artifice, mes aïeux, ça part dans tous les sens...

Tandis que les infortunés barbus d'Alep ont, dans la foulée d'hier, perdu la moitié de leur enclave, Erdogan a lâché une véritable bombe : "Pourquoi sommes-nous entrés en Syrie ? Nous n'y avons pas d’intérêt territorial. Il s'agit de redonner la Syrie à ceux qui en sont les vrais propriétaires, de rétablir la justice. Nous sommes entrés en Syrie pour mettre fin au règne du tyran Assad."

Si le sultan nous étonne souvent par son imprévisibilité et ses incessants revirements, il vient de repousser toutes les limites, nous laissant sans voix.

Si ce qu'il affirme est vrai, le timing est en effet désastreux. Pourquoi diable dit-il cela maintenant, alors qu'Alep est en train de repasser entièrement dans le giron loyaliste, que l'ASL turquisée a toutes les peines du monde devant Al Bab, menacée sur ses flancs par les YPG kurdes et que son seul espoir serait une alliance avec Damas pour empêcher la constitution d'un Kurdistan autonome ? Erdogollum contredit ouvertement les déclarations apaisantes de son Premier ministre, détruit la légitimité de l'opération turque, suscite la méfiance définitive de tous. Qu'a-t-il à y gagner ? Un vrai mystère...

Les autres explications - sauver la face, endormir la méfiance kurde pour mieux s'entendre avec Assad etc. - se répartissent sur une échelle de probabilité pour le moins aléatoire. Peut-être le sultan, piètre stratège, est-il tout simplement incapable de tenir sa langue, provoquant des remous irréparables, au grand dam de son entourage et de ses généraux.

Toujours est-il que ça ne pouvait pas plus mal tomber. L'ASL pro-turque patine devant Al Bab et voit avec horreur l'alliance entre les forces loyalistes et les Kurdes d'Efrin fondre sur elle après avoir capturé le village stratégique d'Azraq (premier contact entre les soldats syriens et turcs). Les Syro-kurdes sont maintenant à 4 kilomètres seulement d'Al Bab :

La saillie d'Erdogan a dû mettre Moscou dans un certain embarras et donner du grain à moudre à ceux qui pensent que Poutine s'est un peu trop précipité pour renouer avec Ankara. Certes, les Turcs ont fortement réduit leur soutien aux "modérés", ce qui a sans doute facilité la marche victorieuse des loyalistes à Alep. M'enfin, le sultan en a profité pour mener sa petite incursion dans le nord syrien, qui eut été impossible sans la réconciliation russo-turque de l'été. Bref, de quoi refroidir quelque peu l'ours qui ne se presse déjà pas pour lever toutes les sanctions suite à l'incident du Sukhoï l'année dernière.

Pour terminer sur la Syrie, notons le douloureux aveu de la mafia médiatique suite à la libération de la moitié d'Alep-est. Les contorsions de la volaille sont délicieuses, reconnaissant à demi-mot que les civils "bombardés-par-le-boucher-de-Damas-et-l'ogre-moscovite" ont profité de la désorganisation des barbus pour se réfugier... dans les zones gouvernementales ! La BBC ou l'imMonde en ont encore les dents qui grincent...

En parlant de retournement de veste, il convient d'évoquer l'inénarrable Juncker :

«L’Union européenne occupe un territoire de 5,5 millions de kilomètres carrés. La Russie, c’est 17,5 millions de kilomètres carrés. Il faut traiter la Russie comme une grand ensemble et comme une nation fière. La Russie n’est pas comme le disait le président Obama "un pouvoir régional". Lourde erreur d’appréciation. Il n’y a pas d’architecture sécuritaire en Europe sans la Russie, il faut le savoir (...) L'Union européenne est très ignorante concernant la Russie (...) Les Etats-Unis feront ce que les Etats-Unis voudront faire. Les Européens ont leurs propres intérêts et leur propre champ d’actions à gérer».

Soyons honnêtes, ce n'est pas la première fois que l'ami Jean-Claude tient ce genre de propos, nous le relevions l'année dernière :

« Nous devons faire des efforts en vue d'une relation concrète avec la Russie. On ne peut pas continuer comme ça... L’influence des États-Unis sur les relations de l'UE avec d'autres pays doit cesser. La Russie doit être traité de façon décente... Nous ne pouvons pas laisser nos relations avec la Russie être dictée par Washington ».

Au fond de lui-même, l'eurocrator luxembourgeois ne doit pas être si russophobe que ça ; il serait même un chouilla russophile que ça ne m'étonnerait pas. Mais quand on dirige une institution obéissant au doigt et à l'oeil au système impérial US, on n'a plus qu'un remède : la dive bouteille.

Dans la même veine, mais en mode Brutus assumé, l'Australie fait fort. On a déjà vu que Canberra ne s'embarrassait guère de scrupules pour passer du TTP américain mort-né au traité de libre-échange de l'Empire du milieu. Après la défaite de l'hilarante, le pays des kangourous cesse désormais ses dons à la fondation Clinton. Mémé la tremblotte (expression d'un fidèle lecteur) a décidément déçu beaucoup de monde...

En parlant d'allégeance, petite parenthèse libyenne : le chef de l'armée, le général Haftar, est venu solliciter l'aide de la Russie pour lutter contre les djihadistes. Encore un pays "libéré" par le camp du Bien universel mais qui préfère visiblement l'assistance de Moscou aux belles paroles occidentales.

Mentionnons enfin l'étonnant article du Financial Times qui se demande le plus sérieusement du monde si l'establishment n'est pas en train de vivre son "moment Marie-Antoinette". Le FT dresse en effet un parallèle acerbe entre l'aveuglement du pouvoir dans la France pré-révolutionnaire et l'actuelle inconscience têtue des élites politico-économiques. Le lecteur du ce blog ne sera certes point surpris, mais que ce genre d'interrogation ébranle maintenant jusqu'au plus grand journal financier de la planète en dit long sur le degré de panique du système.

Partager cet article

Commenter cet article

Eric83 02/12/2016 10:00

Que pensez-vous, cher OG, de l'analyse de ZH qui porte sur les conséquences de la victoire imminente à Alep de l'Etat Syrien et de la Russie ?
D'autre part, il est fait mention dans cette article d'un vote récent à la Chambre pour une enquête sur la création d'une zone d'exclusion aérienne. Si cette information est exacte, que prépare les US ?
http://www.zerohedge.com/news/2016-12-01/battle-aleppo-over-now-real-war-has-begun

Observatus geopoliticus 02/12/2016 19:32

Cher Eric. tout reste possible, mais je pense que nous sommes plutôt dans une phase de sauvetages de face en cascade dans le camp du Bien. L'équipe Trump se met en place, Obama & Brzezinski ont jeté l'éponge, la fenêtre de tir des néo-cons devient chaque fois plus étroite et sans lendemain...

Youssef 02/12/2016 00:34

Je croyais rêver au moment de voir ce numéro de l'émission c dans l'air. https://www.youtube.com/watch?v=F9FPNyhzDxA

A part les trois clowns fidèles à leurs propres propagandes, l'autre dame les prend à contre pied et tout le monde est embarrassés y compris la présentatrice.

L 02/12/2016 13:35

Bonjour Youssef

Les médias commencent progressivement à faire un retournement de veste.
Ils ne peuvent plus faire autrement suite à la série d'événements qui s'enchaînent et qui va à l'encontre de leurs discours:
- Brexit
- élection de Trump
- élection de Fillion , pro russe, aux primaires de droite face à Juppé , atlantiste et anti russe
- avancée inéluctable des forces russo-loyalistes à Alep
- enlisement des forces de la coalition et irakienne à Mossoul où les morts se compte déjà par plusieurs milliers du coté des irakiens alors que la victoire était donnée comme facile.

C'est ainsi que l'on voit de plus en plus des intervenants comme Caroline Galacteros qui apporte une vision argumentée et opposée aux MSN.
http://galacteros.over-blog.com/

Des intervenants comme Frededic Encel ou Laure Mandevile se trouvent complètement décrédibilisés dans leur analyse.
Il suffit de voir les réactions des internautes sur le site c'est dans l'air pour s'en rendre compte.
Cette émission commence à souffrir de la concurrence de Calvi sur LCI.

Hamilcar Barca 02/12/2016 12:57

@Youssef

Mon cher Youssef,
J'ai vu également cette émission de "C dans l'Air" et je n'ai pas cru rêver, ayant découvert dans une émission antérieure ce dont Mme Laure Mandeville était capable de proférer dès qu'il s'agissait de la Russie.

Résumé des épisodes précédents:

- alors que les MSM se déchaînaient contre "The Donald" durant la campagne des élections US, LM écrit dans le "Figaro/Vox" online au moins un article témoignant d'une grande finesse d'analyse de la sociologie US et de ce qui portait la campagne de DT. Complètement à contre-courant de la propagande "officielle" et pour tout dire, rafraîchissant. Je la considère alors comme une journaliste plus qu'intéressante.

- s'en suit qq temps plus tard une émission de "C dans l'Air" dont j'ai oublié le thème (ce devait être post-élections US) et où les sujets de la Russie, de Poutine et de leurs relations avec Assad sont abordés.
Et là je pars à la renverse: LM, avec une hargne invraisemblable, déverse une anthologie de la propagande neo-cons + libtar concernant la Russie. Tout y passe: la volonté hégémonique de la Russie qui est "un état dangereux", ses intentions de grignoter l'Europe de l'Est, les inquiétudes "légitimes" des Baltes et des Polonais, les prises russes de contrôle de sociétés ouest-européennes, son alliance avec le boucher Assad, etc, etc.
Pour l'accaparation en silence de l'économie européenne, il y a eu un comique de situation majeur: Jean-Dominique Giuliani, l'européiste de la Fondation Schuman, venait juste de se féliciter des investissements massifs US en Europe, à hauteur de 1500 milliards de US$ / an, et l'autre vient nous faire le coup de "l'homme au couteau entre les dents" avec des prises de contrôle dont personne n'a entendu parler! La tête de Giuliani faisait plaisir à voir.
:-D

Et dans cette émission dont vous donnez le lien, cher Youssef, re-belote. "Décorticage" de la "dictature' Poutine selon l'Evangile libéralo-libertaire. Tout en faisant comprendre qu'elle était une éminente spécialiste de la Russie. Qui apparemment pour elle s'est limitée aux salons de Moscou et de St Petersburg. Voir la phrase:"... et ce tour de vis a affecté les classes moyennes de Moscou et de St Petersburg". Point. Ce qui se passe entre Kaliningrad et Vladivostok, entre Arkhangelsk et Togliattigrad, au fond des villages des steppes et des forêts, "Я не знаю!".

LM est un phénomène, pas de doute là-dessus!

Bien cordialement

Pendule de Newton 01/12/2016 23:17

Chroniques du Grand Jeu et Chakra chamanique...La malédiction du talisman Assad les à à la fin fait perdre leur poste, quelle liste ça devient longgggg....Juste pour relaxer de temps en temps, la géostratégie a aussi un brin de folie et d'illogique.

jef 01/12/2016 19:46

Qui osera prendre encore la longanimité de Poutine pour de la faiblesse ou de l'indécision?

simplet 01/12/2016 18:13

En Syrie sans préciser où en Syrie, sans dire d'où il retire ses informations.
Larmes à l'oeil, l'arme de la doxa.

Et donc l'omniprésence entre Nancy et Alep existe. La route est courte. Le vol est directe, place Stanislas à Biramaristan Arghan.
Formation de médecine de guerre au milieu d'Alep. Quelle prouesse.

Faudra qu'on m'explique.

.

simplet 01/12/2016 17:56

Une rigolade!! Enfin les arguments! pas le malheur d'Alep, naturellement.
Que de cerveaux englués.

http://www.rtl.fr/actu/international/syrie-on-assiste-veritablement-a-l-agonie-d-alep-7786012765

Observatus geopoliticus 01/12/2016 18:12

Oh oui, cher Simplet, la MSN ne sait plus quoi inventer. A mesure u'Alep est libérée, elle devient paradoxalement "un cimetière à ciel ouvert", le "plus grand crime depuis 1945" et j'en passe. Après le désormais légendaire "dernier hôpital", le Fig à rot a fait dans l'originalité : le dernier clown d'Alep est mort (véridique).

Eric83 01/12/2016 17:18

Les soucis d'Erdogan ne sont pas uniquement liés à sa politique étrangère.
La lire turque continue sa chute face au dollar, plus de 10% en moins d'un mois et près de 20% en moins de 3 mois. Si la dette turque est principalement libellée en dollars, la Turquie va se retrouver - si ce n'est déjà le cas - dans une situation financière et économique très très compliquée.
http://www.zerohedge.com/news/2016-12-01/turkish-lira-crashes-all-time-lows-biggest-drop-failed-coup-attempt

Observatus geopoliticus 01/12/2016 18:18

Vous avez raison de mentionner la chose, Eric. Au-delà du fiasco stratégique et diplomatiques, Ankara a également de grosses difficultés financières et économiques (même si dans ce dernier domaine, la Turquie part de haut). De quoi forcer le bouillant sultan à mettre de l'eau dans son arak...

simplet 01/12/2016 14:18

https://www.youtube.com/watch?v=2JOo-EaDmKk

Intéressant comme information.

Appliquez cela aussi à d'autres pays, dont la Turquie..

bluetonga 02/12/2016 18:32

Et là c'est Frédéric Pichon qui remet les pendules à l'heure sur France Info :

http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2016/11/quand-l-expert-frederic-pichon-aide-la-redaction-de-france-info-a-prendre-contact-avec-le-reel-de-la-situation-syrienne-a-alep-est.h

On dirait bien que le SS Atlantist Propaganda vient de se manger l'iceberg réalité, et que les avaries s'annoncent fatales pour la suite de la croisière.

Observatus geopoliticus 01/12/2016 18:31

Le fait que cette vérité basique commence à sortir au grand jour est l'un des signes de la déconstruction du système puisque l'une des armes de ce système est le politiquement correct (avec la complicité indirecte des éternels idiots utiles de "gauche", qu'ils soient libertaires ou "bolcheviks").

theuric 01/12/2016 16:11

Cette petite vidéo est explosive.
Comme toujours cela prendra du temps, mais ce qui y est raconté génèrera des effets plutôt destructeurs sur les eurolâtres et américanolâtres.
Mais ce qu'oublient nos petits salafistes c'est l'effondrement économique qui vient, hi, hi, hi, ça, ça va les ruiner.
Et qui c'est qui se demandera, voire se demande déjà, à quoi ce que la mânes pétrolière a servi aux gardiens de la Mecque, sinon les musulmans sunnites, et, à votre avis, quelle réponse y apporteront-ils, y apportent-ils déjà quand ils voient leurs proches brimés et tués?
Que ces salafistes ne viennent pas pleurer lorsque le sunnisme aura quasiment disparu, ils en seront les seuls et uniques responsables.

theuric 01/12/2016 14:13

Les fondations de la fondation de l'hyllarante auraient comme de menus ennuis, il y aurait eu, de sa part, comme une opération de racket à la Al Caponne, en une version internationale, ça en fleurerait presque bon la maffia:
"Verse ton flouze à ma fondation, minable gouverneur de ma province coloniale, obéit, c'est moi qui t'ai fais, sinon je flingue et fait exploser tes banques."
De l’extorsion de fond, de ce qui ressemblerait être.
Tous les pays qui sont sous la botte de l'empire y ont versé leur obole, France comprise, ce qui fait que la femme au visage de Pimprenelle quatre-vingt ans après (bonne nuit les petits version aïeule cacochyme), en plus de subir les foudre du nounours Trump, s'aperçoit que son marchand de sable médiatique endort de moins en moins le monde.
Que voulez-vous, même les services français s'y mettent, de l'article vers lequel je vais vous renvoyer, d'un certain Charles Sannat, ne sait pas laquelle aura charge de vérifier cet écurie d'Augias.
Est sûr que la pseudo-opposition ne se bousculera pas trop la pseudo-majorité, il ne pourrait, en cette affaire, qu'y avoir des pesanteurs de l'âme, de la pudeur en petite vertu en quelque sorte.
Je me demande où en est son Nicolas à elle, celui adorant les douceurs buccales de l'entre-deux portes, va-t-il avec elle jouer les chevaliers servants, héroïque et courageux, protègent et parrant tous les coups portés sur sa (pas très) noble dame, sa dulcinée, ou, telle la girouette au gré des saisons, savoir suivre les changements de direction de vent?
Parce que, pour ce couple, il me semble que l'hiver approche, peut-être est-ce l'époque qui voudrait ça?
Et on nous parle de réchauffement climatique, au moins pour la fondation Clinton, ça ne me paraît pas être le cas.
( http://www.businessbourse.com/2016/12/01/charles-sannat-revelations-la-france-finance-la-fondation-clinton-et-cest-vous-qui-payez/ )

Observatus geopoliticus 01/12/2016 18:46

Mon cher Theuric, cette fondation est une véritable mafia, au grand jour et assumée, dans le silence généralisé de médias complices. Le népotisme et la corruption portés au rang de "valeurs". Décidément, le système impérial ressemble de plus en plus à la Rome des âges sombres...

simplet 01/12/2016 13:31

Le nombre d'amis de Mustapha qu'a mal de mer a bon nombre de ses amis transformés en "visiteurs" relatifs aux conditions d'hébergement des prisons turques.

Cela fait un paquet s'y on y ajoute le cercle proche. Ils seront peu enclin à ériger une statue d'héroïque libérateur à Sainte Sophie.

S'il est exacte qu'en ses début, après la période militaire préalable à son arrivée, il a apporté un souffle nouveau, le charme a disparu en même temps que l'amorce de liberté..

La période regorge de faits politiques agressifs et du prosélytisme du frère musulman qu'il n'a cessé d’être. Qui oserait le nier, sinon ses agents de propagande ou heureux récipiendaire de son régime?

En effet, le billet promis par le taulier serait le bienvenu, afin de nous éclairer sur la situation réelle la titubante porte d'or

Mon commentaire posté précédemment n'est en aucun cas une affirmation. Dieu m'en garde! Ce sont des réflexions qui peuvent être réécrites sous forme interrogative.
Dans ma retraite de bois et de pré, je suis fort éloigné des zones idylliques décrites par notre correspondant local Yavuz Sultan Salim (YSS).
J'ose espérer que son enthousiasme ne sera pas trahi par les évènements à venir, cela l'amènerait à modifier son appelation incontrölée et se rebaptiser Vlad II.

Observatus geopoliticus 01/12/2016 18:47

Promis, mon cher, promis. Du coup, j'ai bien peur que ce billet, tellement attendu, ne déçoive au final...

fb67 01/12/2016 10:10

Bonjour à tous

Cher OG, je suis toujours surpris qu'il y ai si peu de trolls ici, malgré les références constantes à Tolkien: il doit y avoir des elfes là-dessous.

Pour Azrak, je m'interroge, à suivre...

Mais concernant la Turquie, vous nous aviez promis un article de fond, il a disparu derrière l'actualité (certes brûlante!) mais si par chance il était disponible quelque part dans vos archives, il nous serait vraiment utile en ce moment.
Merci encore pour tout

Observatus geopoliticus 01/12/2016 18:54

C'est promis ! Comme je le disais à Simplet, je crains d'ailleurs que ce billet ne déçoive au final, comme lorsqu'on attend avec impatience quelque chose pendant des mois...
Pour Azrak, la ville a été prise (au moment du billet) puis reprise puis re-reprise... Bref, des combats y ont lieu, ce qui place l'alliance syro-kurde à 4 km d'Al Bab.

Yom 01/12/2016 10:02

Je me demande, en fait, à quoi tient le maintient au pouvoir d’Erdogan.

Il est évident qu’il a des partisans (jusqu’ici apparemment).

Sont-ils tous islamo-conservateurs ? Si j’ai bien compris, son AKP se présenterait volontier comme un pendant turc de la CDU allemande (avec des inspirations islamiques à la place du C de l’acronyme teuton).

Si la tentative de coup d’état de l’été dernier était effectivement guleniste (aux dernières nouvelles, l’intéressé continue à nier), alors où sont les kémalistes ? Ont-ils disparu ? Se sont-ils ralliés au sultan en mangeant, au passage, leurs convictions laïques, en échange de rêves de restauration de la grandeur nationale ?

Au lieu de sarcasmes, peut être que notre visiteur au nom qui sonne si turc pourrait nous apporter quelques éclairages de terrain. S’ils ne sont pas assénés comme de simples slogans politiques, il se pourrait qu’ils soient bien tolérés.

Observatus geopoliticus 02/12/2016 19:34

@ Yom
C'est ça le problème avec les trolls. Ils peuvent parfois dire des choses intéressantes, mais mêlées à des délires ou des prises à partie. N'ayant pas le temps de faire de la "pédagogie", je tranche, comme Alexandre à Gordion.
Bien à vous

Yom 02/12/2016 09:55

Avant l’évacuation opérée par notre hôte (c’est sa prérogative, nous sommes, virtuellement, chez lui), j’ai eu le temps de voir une réponse que m’avait faite YYS.

Il se trouve qu’elle comportait des éléments de réponse à mes questions qui pouvaient être intéressants.

En particulier, l’idée que les précédents gouvernements kémalistes pouvaient avoir été perçu par (au moins une certaine partie de) la population comme « vendus à l’Occident ». Erdogann a peut être ratissé des voix chez les (ex-)kémalistes en jouant, en effet, sur leur fibre nationaliste insatisfaite.

Cela est compatible avec le contenu instructif de l’article pointé par UltimaRR (merci).

UltimaRR 02/12/2016 03:08

Cher Yom,

Erdogan joue également à fond la carte du nationalisme turc, ce qui lui permet de s'adresser à une audience beaucoup plus large et d'arriver des consensus au sein de la société turque ou avec les autres partis politiques.

Pour comprendre ce qui semble être la stratégie d'Erdogan, je vous propose de lire cet article d'Alexandre del Valle et de ce qu'il appelle "la synthèse national-islamiste" : http://www.atlantico.fr/rdv/geopolitico-scanner/synthese-national-islamiste-erdogan-alexandre-del-valle-2771452.html

C'est un éclairage intéressant qui aide à mieux comprendre les choix et prises de position du personnage.

Bien à vous

Observatus geopoliticus 01/12/2016 18:55

Le troll a été évacué et la chasse d'eau tirée...

Hamilcar Barca 01/12/2016 10:33

@Yom

Bonjour
"Au lieu de sarcasmes, peut être que notre visiteur au nom qui sonne si turc pourrait nous apporter quelques éclairages de terrain. S’ils ne sont pas assénés comme de simples slogans politiques ..."

Si ce Yavuz est celui qui sévit sous le même nom dans les commentaires du Figaro (et le "tord" est un bon indice, en sus du pseudo), vous pouvez "compter là-dessus et boire de l'eau fraîche" comme aurait dit ma grand-mère :-)
A part le panégyrique sans cesse renouvelé du Maître actuel de la Sublime Porte et du tir à boulets rouges sur notre pays, ne vous attendez à rien de mieux.

Bien cordialement

Vincent 01/12/2016 09:33

Arrivée de troll à 09:01 - il est arrivé à l'heure au boulot lui! Donnent-ils aussi des cours d’orthographe dans leur boite?
La rançon du succès cher OG...

Hamilcar Barca 01/12/2016 22:10

@Observatus Geopoliticus

Mon cher OG
Comme tout un chacun sait, les trolls vivent sous les ponts.
Merci d'avoir renvoyé celui-ci sous son Pont-Euxin d'où il n'aurait jamais du sortir.
:-)
Bien cordialement

Observatus geopoliticus 01/12/2016 18:57

Arfff, comme vous dites, mon cher Vincent... Mais ce n'est pas la première fois que quelques trolls perdus dans la nature entrent dans notre sombre et mystérieuse caverne géopolitique.
Celui-ci a été évacué.

Furax 01/12/2016 07:57

J'ajoute qu'il n'est pas du tout fortuit qu'au même moment, Israël bombarde Damas. Le schéma est on ne peut plus clair. Quand l'hégémon américain est aux abonnés absents, ses supplétifs agissent à leur guise.

Observatus geopoliticus 01/12/2016 18:59

Moui mais pas vraiment. En l'occurrence, c'était l'éternelle guéguerre Israël-Hezbollah. Ce qui a été bombardé près de Damas était un convoi d'armes à destination du Liban.

Furax 01/12/2016 07:42

Erdogan n'est pas un partenaire fiable, voilà tout. Et il n'est même pas compétent.

Erdogan n'a qu'une relative habileté en matière de respect panification tactique, si on veut qualifier avantageusement son comportement de girouette. Mais il est incapable d'exécuter correctement les manœuvres et revirements qu'il décide.

Et stratégiquement, Erdogan est une nullité qui rêve de grandeur et nourrit des projets délirants de manière complètement déconnectée des réalités géopolitiques. Il est incapable d'adapter sa politique aux réalités et engagé donc son pays dans une fuite en avant désespérée.

En revanche, je ne pense pas du tout qu'Erdogan ne soit pas en phase avec la majorité de son opinion publique et c'est la seule raison pour laquelle, hélas, il est encore au pouvoir. Ne vous y trompez pas. Cela fait des décennies que l'islamisme a le vent en poupe en Turquie, un islamisme certes business friendly mais un islamisme tout de même.

Il faut arrêter de se raconter des histoires. La turcs occidentalisés et laïcs, jeunes ou pas, ne sont qu'une minorité aisée, une minorité dont la part relative décroît.

Poutine va donc devoir jouer serré pendant encore 1 mois et demi. Il sait faire. Et le 20 janvier, avec Trump à la Maison Blanche, Erdogollum va devoir dire adieu pour de bon à son "précieux".

Observatus geopoliticus 01/12/2016 19:00

Effectivement, Erdogollum vient de rétro-pédaler en affirmant qu'on l'avait mal compris... Crédibilité = 0

simplet 01/12/2016 01:40

La Turquie est je pense, à présent et depuis le putsch, fortement divisée. Herr Dogan a dirigé ce pays très brutalement et a exercé un lourd prosélytisme islamique sunnite. La jeunesse, les classes moyennes pratiquaient une religion modérée et découvrait le prétendu bonheur modèle ( même mauvais) occidental. Ils y ont goutté. La derviche les en prive à présent. Ce n'est pas très apprécié.

Comme cela dégénère avec l'intransigeance du Mustaha qu'a mal d'opérette, il me semble qu'il récolte des quantités d'adversaires variés et divers. Qu'ils soient militaires, administratifs, intellectuelles, ethniques et religieux. Le tout aiguisé par une économie en régression. On est peut-être pas très loin d'une révolte populaire et sanglante. Le putsh n'ayant été que l'apéro plus ou moins offert par des amis qui n'en sont plus.
D'où l'urgence de trouver des causes extérieures stimulant une union nationale.
Peut-être qu'il tâtonne et recherche l'élément qui stimulera ce sursaut patriotique.
Ne perdons pas aussi de vue le contexte difficile et peu honnête de sa réélection.
Des différents mouvements étudiants dans les rue d'Ankara.
Cela étaye une crise certaine du pouvoir et explique la certaine retenue ou le peu d'enthousiasme de Vladimirovitch qui connaît lui, peut-être, déjà le proche successeur de Herr Dogan.
Les tuyaux, toujours les tuyaux.

Pendule de Newton 30/11/2016 20:46

Ohhh OG vous avez fait fort pour la photo du billett.....
Ahhh la Syrie si petit mais quel ossss, la liste des funerailles s'alourdie mais le plus beau reste à venir....

Observatus geopoliticus 01/12/2016 19:01

Je n'y suis pour rien, mon cher, je l'ai trouvée sur le net et me suis contenté d'en changer la bulle.

Pendule de Newton 30/11/2016 19:54

On est parti pour avoir le feu d'artifice de fin d'année de ce début de siècle...(Comme quoi les incas n'avaient pas tort le nouveau cycle se matérialise)...
Etonnant la vitesse de lézardement, la fin de la guerre froide à enterrer communisme et capitalisme pour le mixer en capitalisme de copinage ( sans fond,profondeur,fragile du genoux,faible et corruptible à souhait).
Il se baigne dans leur incohérence et pense qu'ils sont des génies (obscurentisme-anarchie psycho-folie d'être grand quand on ne se même pas sucer son pouce) ça ne serait pas risible s'il ne nuisait qu'à leur vie..
Petit cadeau de Damas pour France 24 cheikh saeed vient de tomber à Alep, ils pourront accuser Damas d'exfiltrer les civils en vue d'une épuration ethnique d'Alep ( comme si Alep se limite qu'à l'est) .

Grognard 30/11/2016 19:21

Bonsoir

@ EllemKah & Yom

Vous me corrigerez si je me trompe.
Il me semble que D. Trump a remis en cause la notion d'automaticité de l'article 5 du traité de l'OTAN.
Peut-être un début d'explication aux gesticulations du calife.

Grognard 01/12/2016 18:28

Bonsoir Yom,

Lorsque vous écrivez:
"Vous imaginez bien qu’un changement du texte d’un tel traité nécessite une procédure qui va au delà d’une parole lâchée à la presse au cours d’une campagne présidentielle. Et ceci s’accompagne donc forcément d’un délai."
Dans l'absolu oui.
Dans les faits le GVT US a déjà prouvé qu'il savait faire abstraction de ce qui ne lui convenait pas.

La demande d'une réunion d'urgence du conseil de sécurité est une tentative pour exister encore un peu et une tentative de se donner les gants et rien d'autre.

Ce qui est surprenant avec une partie de nos dirigeants atlantistes ou pro atlantistes et ex "youngs leaders" est qu'apparemment ils n'ont pas ce que leur enseigne la formation d'Harvard à savoir une MESORE autrement dit une meilleure solution de repli.
A croire qu'ils se pensent au-dessus de ça.

L'autre explication possible étant que changer de fusil d'épaule pourrait donner envie de changer également de tireur.

Yom 01/12/2016 09:42

Je ne saurais vous dire, je ne suis pas cela de très près.

Mais quand bien même :

- Vous noterez qu’il n’est pas encore, à ce jour, entré en fonction.

- Vous imaginez bien qu’un changement du texte d’un tel traité nécessite une procédure qui va au delà d’une parole lâchée à la presse au cours d’une campagne présidentielle. Et ceci s’accompagne donc forcément d’un délai.

D’où mon hypothèse (simple hypothèse et non théorie, n’allez pas vanter ma clairvoyance sur Réseau International) de l’exécution d’un plan d’urgence de l’état profond néocon.

Je soupçonne également que la demande de réunion d’urgence du conseil de sécurité par la France pour évoquer la situation à Alep puisse s’inscrire pas dans cette logique. Elle est elle aussi plutôt à contretemps du changement général d’ambiance depuis l’élection de Trump.

J’ai toujours trouvé Holland suspect de n’être qu’un pion néocon. On aura rarement vu un chef d’état s’entêter à ce point à mener en dépit de tout bon sens une politique aussi atlantiste, au point d’en dépasser les postures de l’administration américaine elle-même.

Yann 30/11/2016 19:14

Curieuse cette sortie soudaine d'Erdogan. Le dernier évènement auquel on pourrait le relier est le bombardement de ses troupes il y a trois jours maintenant, du coté d'Azraq, et qui avait coûté la vie à trois de ses soldats. Mais la réaction est vachement tardive si il y a trois jours il était déjà dans la même dynamique qu'aujourd'hui.
Entretemps l'EI lui a capturé deux soldats mais on voit pas le rapport.
Ou alors il s'est passé quelque chose en coulisse entre le bombardement syrien et maintenant (une mise au point ?). Ou alors il panique complètement sans causes évidentes, ou sous l'accumulation de mille causes depuis la tentative de coup d'état. Il se retrouve tout seul (et c'est de sa faute), il a peut-être peur.
Quoiqu'il en soit au ton des articles sur RT, la Russie n'a pas l'air de vouloir prendre cette esclandre à la légère.

Yann 30/11/2016 19:33

https://francais.rt.com/opinions/29907-missiles-russes-erdogan-envahir-syrie

Eric83 30/11/2016 18:59

@ OG
Je glisse dans ce fil, qui concerne principalement les incertitudes et craintes que font peser les volte-faces d'Erdogan, un article concernant des inquiétudes en Grèce.
Je ne comprends ni parle le Grec et je me suis servi du traducteur Google qui permet de comprendre l'essentiel. Je précise que je ne sais pas si le site et l'article sont sérieux et objectifs mais le contenu sur les menaces potentielles interpelle et j'aimerais, si possible, connaître votre avis.
http://www.protothema.gr/greece/article/632065/oi-tourkoi-rihnoun-varkes-gia-na-feroun-karavies-metanastes-sta-nisia/

Déprimé 30/11/2016 18:19

Chacun a sa croix a porter!
Les turcs ont le sultan nous, nous avons Flamby 1er .
Les pions n'en finissent pas de se mettre en place: le roi est silencieux et agit, les fous font du bruit pour rien.
Bientôt échec et mat?

Eric83 30/11/2016 14:40

La réaction russe n'a pas tardé à arriver suite aux propos renversants d'Erdogan.
https://francais.rt.com/international/29895-intention-erdogan-renverser-assad-lavrov-turquie
Un avis sur les velléités d'Erdogan :
https://francais.rt.com/opinions/29903-turquie-syrie-debut-grande-intervention

Hamilcar Barca 30/11/2016 13:18

@Observatus Geopoliticus

Mon cher OG
Vos trois derniers billets décoiffent! :-)
Merci pour cette annonce de l'article du "Financial Times". Etant donné la position politique de ce journal, l'article de Wolfgang Münchau est du vitriol. Pas moins. Pas pour nous certes qui sommes convaincus d'un certain nombre de choses (!) mais l'honorable lectorat de cette gazette a du s'étrangler avec son thé (ou son bourbon, va savoir). Pour les anglophones, cela vaut le détour
https://www.ft.com/content/05c98c0e-b251-11e6-a37c-f4a01f1b0fa1

Quant Erdogan et à ses oeuvres, je vais me risquer à une métaphore explicative: "Une planche pourrie ballottée sur une mer démontée".

Bien cordialement

bozi lamouche 30/11/2016 17:22

bonjour,
une planche pourrie ce n'est pas dangereux ...sauf que Erdogan est installé en Syrie et je ne le vois pas partir comme ça...il anticipe la fin de daesh et il a les kurdes dans le collimateur...de plus Assad n'est pas forcément chaud pour donner une autonomie aux kurdes...fatalement les deux ( Assad Erdogan) font du bruit mais devront s'entendre...les russes le savent : le grand écart poutinien a ses limites...
tandis que je vois mal les kurdes rentrer à la maison voir bonbonne tranquillou à la fin de la guerre...bref le conflit devrait dégénérer/durer et on peut compter sur le BAO pour ça...sauf si Erdogan est vraiment une planche pourrie...

Jiji 30/11/2016 12:16

Pour ceux qui s'intéresse aux forces navales déployées au large de la Syrie, un exhaustif passage en revue du déploiement russe et de ses possibilités d'action :
http://www.meretmarine.com/fr/content/syrie-la-russie-eprouve-son-groupe-aeronaval

Vasco 30/11/2016 21:37

Un autre lien sur le même sujet :
http://www.rusnavyintelligence.com/2016/11/le-groupe-aeronaval-russe-frappe-en-syrie-quid-novi.html

Hamilcar Barca 30/11/2016 13:05

@Jiji
Merci pour ce lien très intéressant.
Bien cordialement

Yom 30/11/2016 11:24

Nous voici donc à ce moment, attendu, où la relation entre Moscou et Ankara va devoir se clarifier. Sergueï Lavrov doit évoquer cette déclaration tonitruante d’Ergonan lors d’une visite demain, jeudi 1er décembre 2016.

Je soulignais dans un récent commentaire que le rapprochement entre ces deux là m’étonnait, même si la désescalade qui l’accompagnait était un soulagement par rapport à une perspective de troisième guerre mondiale.

Les accords de l’OTAN prévoient que si l’un de ses membres est attaqué, les autres entrent automatiquement en guerre contre l’agresseur (comme au bon vieux temps de la triple entente et de la triple alliance, avec le résultat que l’on sait). En revanche, j’ignore ce qui est prévu quand c’est le membre de l’OTAN qui est en expédition hors de son territoire (donc qualifié comme étant l’agresseur, si l’on a affaire à des gens prêts à caractériser la situation avec honnêteté).

Cette initiative sultanesque est en effet on ne peut plus à contretemps vu les récents changements de ton vis à vis de la Russie (et même, dans une moindre mesure, vis à vis de la Syrie). Si ses troupes se font bombarder en territoire syrien, c’est maintenant qu’il a le moins de chance d’être soutenu par ses alliés occidentaux.

A moins que ce qui se déroule sous nos yeux soit le plan d’urgence de l’état profond néocon, vite avant l’entrée en fonction du premier président non issu de leur sérail depuis des lustres …

fb67 30/11/2016 11:03

Dépêche de l'AFP ce matin:
50 000 personnes fuient l'avance des troupes gouvernementales. Elles se réfugient ... dans la zone contrôlée par le gouvernement et la zone kurde!!!
Il n'y a pas qu'Erdogan qui marche sur la tête.

Hors-sujet mais évoqué ici: on attend le 4 décembre avec impatience

Merci encore à OG pour ce site à nul autre pareil, et aux divers intervenants

EllemKah 30/11/2016 10:27

La surprenante sortie d'Ergollum ne signifierait-t-elle pas qu'il n'a en fait toujours fait que rouler pour les US ?

Maintenant que son armée (malgré les revers) est installée en Syrie, il la provoque pour indirectement provoquer la Russie qui défendrait la Syrie en cas de guerre ouverte Syrie-Turquie. Ce qui mettrait la Russie dans une situation délicate, évitant depuis le début une guerre ouverte avec les autre belligérants...

Ou alors il est simplement à la masse avant de finir à la ramasse !

Eric83 30/11/2016 10:18

Erdogan, qui est capable sur des sujets extrêmement importants notamment de politique étrangère de dire une chose et son contraire en un claquement de doigt, ne semble pas avoir de stratégie du tout.
Il est comme un joueur d'échec débutant qui avance ses pièces sans penser aux coups d'après et surtout sans tenir compte de ce que fait l'adversaire. Il peut donc avoir l'illusion d'avoir été brillant en prenant une pièce de valeur - et parader comme il le fait régulièrement - mais sans se rendre compte que cette prise va lui coûter beaucoup plus cher sur le et les coups d'après...et perdre la partie.

D'autre part, la situation économique de la Turquie ne fait pas les gros titres de nos médias MSM mais elle s'est très lourdement dégradée en 2016 et la chute de sa monnaie en est un des révélateurs.
http://www.businessbourse.com/2016/11/29/la-livre-turque-degringole/

L'article du FT - média Système par excellence - n'est pas passé inaperçu car il est repris sur beaucoup de sites de "réinformation".
Les personnes informées par des sites comme celui de notre hôte ne sont pas surpris par le contenu de cet article. Les "zélites", bien que leurs discours publics nient nombre de réalités, sont conscientes de la colère grandissante des peuples ne serait-ce que par les votes exprimés en GB et aux US.
Aussi, quel peut bien être l'objectif d'une telle publication pareille et qui plus est dans "LE" journal des "zélites" précisément ?
Serait-ce une manifestation des craintes ou plutôt des angoisses des résultats du 4 décembre du référendum en Italie et des élections en Autriche ?

Madudu 30/11/2016 11:08

Peut-être est-ce pour pouvoir dire plus tard "nous en avions déjà parlé dans tel numéro, comme quoi on fait bien notre job".

Ou bien pour, doucement, changer de ligne éditoriale. C'est pas sorcier, il leur suffit d'expliquer que le consensus a changé en raison de [n'importe quoi, au choix, même si ça n'a aucun rapport avec le sujet], et hop la pilule est passée sans que beaucoup le réalisent.

Madudu 30/11/2016 09:10

Peut-être est-ce une manière pour Erdogan d'initier les discutions qui devront bien avoir lieu à propos du futur statut des kurdes et des éventuelles modifications qui pourraient toucher le tracé des frontières de la Syrie post Al-Quaeda.

Un peu comme dans un marchandage, il faut commencer très haut lorsqu'on vend et très bas quand on achète pour espérer terminer sur un prix équilibré.

Ou alors il est fou/incompétent/acculé ? Je n'y crois pas tellement.

Charles Micharl 30/11/2016 05:30

Les problèmes d'Erso sont d'abord internes, et ses récentes déclarations sur abandonner l'UE pour rejoindre OCS sont bien à usage internes.A noter que ni l'UE ni l'OCS ne sont prêtes à l'accueillir.
Après les purges (en constante progression) ses soutiens semblent se limiter à la fraction pro-Est de ses jeunes généraux, les nouveaux urbanisés de petite bourgeoisie et deux tendances très islamisée dont une tout à fait djihadistes.
Donc avec des soldats Turcs morts, on repart sur l'anti-Bachar ... et au moment où manifestement les loayalistes sont en train de gagner la mère des batailles à Aleppo.
Edo défend donc ses décisions auprès de ses derniers soutien; ça est bon la démagogie.

Evidement le Sultan dans son palais n'est pas au courant des systèmes d'informations instannés et globalisés.
Pas grave, nouvelle pirouette en vue.

Kevin 30/11/2016 14:21

Je suis d'accord avec Charles. Si ça n'a aucun sens sur la scène extérieure, ça en a sans doute un sur le plan intérieur. Je ne connait pas du tout la Turquie, mais j'imagine qu'après les petites crises de fuhrer d'Erdogan, il a perdu en popularité, le pays est divisé, et pour rassembler un pays en crise, quoi de mieux qu'une bonne guerre (cf.1984, l'Eurasia constamment en guerre tour à tour contre l'Estasia ou contre l'Océania)?
Un dictateur sanguinaire, posté à nos frontières, ça fait frémir la ménagère...

Grognard 30/11/2016 04:03

Ce n'est pas parce que nous sommes imperméables à la logique d'Erdogan qu'il ne l'est pas à ses yeux . fut-elle a géométrie variable.
Un classique du genre consiste de la part d'un dirigeant à rechercher sur le plan extérieur au moins un satisfecit lorsque les choses vont mal à l'intérieur.
Est-ce le cas?
Je trouve, si c'est le but recherché que le coup est assez mal joué.
Après la tentative de putch avorté et la saignée plus que la purge ce n'est certes pas le moment de courir dans tous les sens tel un poulet sans tête.
La nature ayant horreur du vide comme chacun sait ; c'est à faire naître des vocations.

Mais alors quoi?
Assistons nous à une nouvelle version de retenez moi où je fais un malheur?
Serait-ce à cause des Kurdes?
Si tel est le cas Erogan s'est trompé de bac à sable.
La partie qui se joue est autrement plus sérieuse qu'un sketch de Coluche.

theuric 30/11/2016 01:24

Ah mais oui, j'oubliais, la mort de Fidel Castro, oui, bon ben alors, elle annonce symboliquement la définitive fin de la guerre froide, du communisme et du libéralisme de marché.
Je sais, ça n'a rien à voir du tout avec la choucroute, même garnie, mais il m'a semblé important tout de même de le dire.
Parce que pour les grands singes savant que nous sommes, nous, les humains, le symbole, en politique, est primordiale, non?

theuric 30/11/2016 01:16

J'ai bien ri, si, si, j'ai bien ri, le moment Marie-Antoinette en fut l’apothéose.
Y a pas à dire mais j'aime bien la technique russe: on ne s'éparpille pas, une chose à la fois, la Syrie d'abord, la Libye ensuite, puis ensuite, au suivant!
Quand la sortie du sir Erdogan, il y a quelque chose de mystérieux, en effet, dans sa saillie, comme le reflet d'une brisure profonde du personnage, un coté suicidaire, non pas pour lui mais pour son pays.
Quelqu'un aurait-il un divan, ce serait pour un chef d'état défaillant?
Non, sans blaguer, j'ai comme une étrange impression, vous savez, mon hypothèse de la rétrogression historique, je me demande si ce processus ne commencerait pas en Turquie.
Le problème c'est que l'époque de ce retour sociétal sur des bases arrières m'est, en vrai, inconnu.
Bon, j'ai dit que je le situais quelque part entre 1880 et 1905, mais ça pourrait être avant ou après.
Parce que avec le maréchal Erdogan à la tête de la Turquie, question homme malade de l'Europe, ce pays se pose là.
Quand à l'article du Financial Times, je vous avoue me demander depuis quelque temps si le fameux brexit ne fut pas le résultat, voire la résultante d'un plan finement ourdit développé depuis des années.
Cette perfide Albion, comme la nommait nos anciens, serait bien capable de nous bricoler de genre de coup de longue échéance, au lent développement suivit du coup fatal, ou pas.
Bon, bon, je sais, ça fait vachement complotiste tout ça, mais sans paranoïa, juste un petit questionnement en passant.
Parce que, franchement, si quelqu'un avait voulu affoler le monde de la finance, il ne s'en serait pas pris autrement.
Si j'ai raison, d'autres articles de la même eau devraient sortir, sinon, ce ne sera qu'un hypothèse tombée en oubliette, plouf.
Ou alors les martiens avec le petit doigt en l'air.