Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Alepgrad

5 Août 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient

Combats absolument féroces à Alep ! Les loyalistes avancent lentement, sûrement, lentement encore, tandis que les djihadistes, qui à défaut d'être modérés ont un talent militaire certain, se défendent avec l'énergie du désespoir.

Depuis que la seule voie de communication, la fameuse route Al Castello, passant par le nord-ouest est bloquée, les "rebelles" se lancent vague après vague contre les positions assez fines de l'armée au sud de la ville :

Alepgrad

Et c'est sanglant... Des centaines de djihadistes ont été tués, près d'un millier selon le ministère russe de la Défense, dont une trentaine de commandants. Côté gouvernemental, les pertes sont moins importantes mais tout de même conséquentes, sans que l'on puisse établir un chiffre précis. On se bat rue par rue, bâtiment par bâtiment tandis que l'aviation russe bombarde sans répit. Au prix de combats acharnés, l'armée syrienne a repris les quelques positions perdues ces derniers jours au sud de la ville, ce qui semble porter un coup au moral des takfiris, condamnés à tout recommencer.

Car s'ils n'arrivent pas à percer l'encerclement au sud, c'en est fini de leur présence à Alep. Au nord, la poigne loyaliste se referme inexorablement et l'armée avance même dans le camp d'Handarat. La route Castello est maintenant occupée sur des kilomètres et les incessantes attaques djihadistes fin juillet s'y sont toutes cassé les dents (avec des centaines de morts laissés sur le terrain). C'est désormais le sud ou la défaite.

Et comme Erdogan ne dit plus rien...

Partager cet article

Commenter cet article

Grognard 06/08/2016 20:44

Bonjour à tous,
Je ne connais pas la doctrine d'emploi de l'armée russe et n'ai donc aucune idée de ce que les conseillers russe peuvent suggérer à leurs alliés.
Toutefois nous savons depuis la seconde guerre mondiale qu'une ville bombardée offre à la défense une multitude de pièges face à l'attaquant.
Ensuite l'apport de l'aviation ne peut donner la pleine mesure de sa puissance que sur un terrain partiellement ou totalement découvert.
Il est certainement très difficile y compris en utilisant des armes guidées de déployer cette capacité
sur un théâtre où combattants et population civile sont mêlés.
Là il est impossible d'utiliser les munitions thermobariques.
Reste les hélicoptères.
On parle souvent de l'aviation, mais les pilotes d'hélicos russe pour le peut que j'ai pu voir sont de sacrés pilotes.

Merci d'écraser mon post précédent.

Observatus geopoliticus 07/08/2016 14:50

On regrette le temps de Napoléon, cher Grognard ^^
Alep ne sera effectivement pas un sinécure mais c'est là que le Hezbollah et sa grande expérience de la guerre urbaine auront une grande importance. Encore faut-il que la partie rebelle soit totalement encerclée, ce qui n'est plus tout à fait le cas...

Fabien 06/08/2016 14:46

Les "rebelles" d'Alep qui avaient appellé les égorgeus "modérés" qui tiennent la région d'Idlib à briser leur siège semblent sur le point d'être exaucés. Mais je me demande si ils ne vont pas perdre sur le plan politique ce qu'ils se préparent à gagner sur le plan militaire. Une fois l'ex- Al Nosra mélangé à leur chers rebelles modérés, les américains vont peut-être avoir un peu de mal à continuer à les soutenir face aux russes. Et s'ils se retrouvent du mauvais côté dans le grand tri que les deux puissances semblent être train de négocier...

Observatus geopoliticus 07/08/2016 20:34

Que nenni, cher Grognard, j'ai le plus haut respect pour le grand homme, vous n'avez point à vous justifier.

Grognard 07/08/2016 18:40

Bonjour Observatus geopoliticus,
Je vous sent taquin sur le coup.

Pour vous répondre très succinctement non bien que j'apprécie l'homme.
Je lui reconnais des erreurs qui ne sont pas celles forcément évoquées par les historiens.
Pour faire très court je suis d'accord avec Savary, Rapp et Thébaut sur leurs reproches.
A cela j'ajoute qu'il aurait du rester consul.
Ah que c'est difficile de juger correctement en tentant de faire abstraction de ce que l'on sait depuis une époque historique.
La guerre n'est jamais une bonne chose.
Quant à la bataille ma "préférée" c'est Ulm.
Je m'arrête là.....

Salutations.

Observatus geopoliticus 07/08/2016 14:47

Il semble de toute façon que l'actuelle administration Obama ait quelque peu lâché l'affaire et son soutien aux rebelles. Il est intéressant de noter un certain changement de ton dans la presse aux ordres depuis quelques semaines : on lit de moins en moins le terme "modéré", de plus en plus celui de "djihadistes".
Reste à voir qui gagnera l'élection américaine...

manassas 06/08/2016 14:07

Bonjour,

Ce qui me surprend dans cette offensive au sud, c'est la rapidité de son lancement consécutivement à la coupure de la route Castello. Une offensive de cette importance ne peut pas se monter en quelques jours; le matériel, la préparation et la coordination prend un peu de temps. A moins qu'il ne s'agisse d'un offensive effectuée dans la précipitation et qui était prévue de longue date par les rebelles.

Observatus geopoliticus 07/08/2016 14:42

Oui, cher Manassas. Ce qui surprend aussi est la relative lenteur de la réaction syrienne. Il était évident que les djihadistes allaient attaquer au sud-ouest.

Ady85 05/08/2016 17:19

Une question que je me pose depuis un moment ; sait-on ce qu'il en est des effectifs de l'armée Syrienne ?

Au bout de 5 ans, les pertes son forcément importantes, je n'ai jamais su quel était le nombre de soldats avant le début de la guerre et combien sont morts (j'avait lu 50 000 soldats tués et ca c'était y a presque 1 an maintenant).

Selon les dires de certains islamistes, l'armée Syrienne organiserait des rafles dans les villages pour incorporer de forces des jeunes dans l'armée.

Je ne sais pas si c'est vrai, mais moi qui regarde pas mal de vidéos du conflit Syrien, j'ai l'impression de voir pas mal de visages très jeunes au sein de leurs effectifs.

Observatus geopoliticus 06/08/2016 05:53

Oh oui, cinq ans de guerre ont pris leur écot... On considère qu'elle représente grosso modo la moitié des forces loyalistes, l'autre moitié étant constituée d'une myriade de milices syriennes (auto-défense) ou étrangères (chiites). C'est d'ailleurs pour cela que j'utilise souvent le terme "loyaliste" dans les articles, plutôt qu'"armée syrienne".
Bien à vous

Ady85 05/08/2016 17:32

Merci. L'armée Syrienne à été à ce point décimée ?

Observatus geopoliticus 05/08/2016 17:25

Bonjour Ady.
L'armée syrienne en tant que telle n'existe plus. Il y a des unités, des bataillons encore entiers mais qui combattent aux côtés d'un nombre considérable de milices (Hezbollah, Pasdarans, chiites irakiens et même afghans, Palestiniens etc.)

Fabien 05/08/2016 16:51

Bonjour,

Est-il envisageable, compte-tenu du rapport de force et de la position des belligérants à Alep, que les barbus bien avancés à Alep soient à un moment ou à un autre pris à revers, voir encerclés par des troupes loyalistes venues du sud?

Observatus geopoliticus 06/08/2016 06:00

Cette hypothèse n'a rien de farfelu, cher Fabien, car c'est précisément ce qui s'est passé il y a quelques semaines aux fermes Al Mallah. Après les avoir prises, les loyalistes ont fait mine de céder à la pression djihadiste et se sont retirés, provoquant un appel d'air dans lequel se sont engouffrés les barbus. On sait maintenant que c'était voulu : les barbus sont tombés dans un piège, un bon petit chaudron à l'ukrainienne.
Par contre, dans les actuels combats au sud d'Alep, je doute. Les loyalistes n'ont pas les forces suffisantes et ça ne date pas d'hier ; déjà en juin-juillet, ils étaient un peu sur le reculoir.

Fabien 05/08/2016 17:31

Les assaillants qui tentent de briser le siège. Les premiers temps de l'offensive, j'ai été un peu étonné par la rapidité de leur progression. Cela m'avait fait un peu penser (à une échelle différente, car cela se joue sur quelques km et pas sur quelques dizaines!) aux troupes ukrainiennes qui s'étaient inconsidérément enfoncées dans les lignes "pro-russes", avant de se faire encercler et laminer, du côté de Delbatseve, je crois... Ceci-dit, quelle que soit l'habileté des syriens et de leurs appuis russe, cela ressemble plus à la défense de lignes vitales qu'à un repli stratégique pour préparer un piège. Mais j'aurais aimé savoir ce que vous pensez de cette hypothèse: totalement farfelue, ou plus ou moins crédible?

Observatus geopoliticus 05/08/2016 17:23

Bonjour.
Vous voulez dire ceux de la ville ou ceux qui essaient de les délivrer en venant de la province d'Idlib ? Ceux de la ville sont déjà encerclés, totalement.