Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Coup de Jarnac

29 Juillet 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Histoire, #Etats-Unis, #Russie, #Gaz

Coup de Jarnac

Décidément, la tentative de putsch en Turquie fait encore beaucoup parler. Ses tenants et ses aboutissants ne sont toujours pas très clairs (le seront-ils jamais ?) et chaque jour apporte son lot de surprise, byzantinisme moyen-oriental oblige. Pour montrer à quel point les choses sont complexes, sachons par exemple que le PKK, pourtant ennemi irréductible d'Erdogan, s'est désolidarisé immédiatement du coup ; quand à l'Arabie saoudite, théoriquement alliée du sultan, elle pourrait bien être derrière !

Un point général de la situation s'impose :

  • Le sultan.

Qu'il ait lui-même organisé la chose* ou qu'il ait simplement profité de l'occasion qui se présentait sur un plateau, Erdogan en profite à plein pour affermir son pouvoir. La répression que nous avions évoquée n'était qu'un aimable prologue. Ce sont désormais près de 60 000 fonctionnaires qui ont été limogés : professeurs, recteurs d'université, employés de Turkish Airlines (!), sans compter évidemment les 9 000 militaires arrêtés, la moitié des généraux purgés, les journaux fermés...

Cette chasse aux sorcières fait d'ailleurs craindre à certains un affaiblissement des capacités opératoires de la Turquie, un peu comme la Chine maoïste à l'époque de la Révolution culturelle ou, en plus poussé, l'Irak post-invasion de 2003 qui a vu un grand nombre de soldats démobilisés et exclus rejoindre les rangs de la guérilla. Un tel risque existe-t-il en Turquie ? Certains le pensent et évoquent même la possibilité d'un deuxième putsch, plus sérieux celui-là.

Ceci dit, il convient de remettre les choses dans leur contexte. La Turquie est habituée à ce genre de turbulences et la purge du sultan - qui eût cru pouvoir dire cela ? - paraît même relativement bénigne. Les chiffres du coup d'Etat de 1980, perpétré par des militaires kémalistes laïcs pleinement soutenus par l'OTAN, laissent rêveurs : 650 000 (!) personnes arrêtées, 1 680 000 (!!) Turcs placés sur liste noire, 230 000 personnes traduites en justice, dont 7 000 condamnées à mort (peine réellement appliquée à 517 condamnés). Erdogan, c'est de la petite bière...

* Nous reviendrons dans un prochain billet sur toute cette affaire dans une optique purement turque, car c'était peut-être la dernière carte du sultan pour sauver son pays de la disparition. Patience, patience...

  • Les Kurdes.

Nous avons vu que le HDP kurde, némésis politique du gouvernement, a très vite condamné la tentative de putsch. Plus étonnant (en apparence), le PKK a immédiatement refusé de la soutenir, profitant d'ailleurs de l'occasion pour renvoyer dos à dos putschistes et gouvernement. En fait, c'est moins surprenant que ça n'en a l'air. Cela fait des années que le PKK accuse les cercles gulénistes dans l'armée et la police de saboter le processus de paix et la purge actuelle ne peut que plaire au mouvement indépendantiste.

Pour les Kurdes, comme pour les kémalistes laïcs d'ailleurs, il n'y a aucune différence majeure entre Erdogan et Gülen, tous deux artisans du noyautage religieux des institutions durant les années 2000. Ainsi, ce qui s'est passé le 15 juillet serait un "coup dans le coup" comme le dit joliment El País, une lutte à mort entre deux factions au sein du courant religieux. La réaction du PKK conforte cette idée et semble indiquer que les partisans de Gülen seraient bien derrière la tentative, finalement.

  • Les Etats-Unis.

Du clerc en exil en Pennsylvanie aux atermoiements de Washington, il n'y a qu'un pas. L'une des conséquences les plus directes a été le très net refroidissement des relations américano-turques. Blocage provocateur de la base d'Incirlik où des manifestations anti-américaines commencent d'ailleurs à éclater, insinuations gouvernementales ou accusations directes de la presse proche du pouvoir, et peut-être même un feu de forêt suspect près du QG de l'OTAN en Turquie histoire de maintenir la pression. Quant aux junior partenaires, ils se font rembarrer illico (pauvre Ayrault...) Dire qu'il y a de la friture sur la ligne entre les "alliés" de l'organisation atlantique est un doux euphémisme.

Ankara a enfin formellement demandé l'extradition de Gülen - qui servait jusqu'ici de bouc émissaire bien commode -, ce qui met l'empire dans une situation délicate. Si Barack à frites ne le livre pas, et il n'a aucune raison de le faire, l'on peut s'attendre à une recrudescence de tension et à des échanges d'amabilités renouvelés.

Répétons-le, une implication directe des Américains semble exclue (leurs services sont autrement plus professionnels, on l'a vu à Kiev). Toutefois, les connections entre le frère ennemi d'Erdogan et l'establishment impérial sont bien réelles : CIA, commandement US d'Incirlik et même Clinton (décidément, l'hilarante doit avoir hâte que cet interminable mois de juillet se termine...)

  • La Russie.

Éternel jeu de balance : quand Washington pleure, Moscou rit...

Le gros froid avec les Etats-Unis n'a d'égal que le net réchauffement des relations avec la Russie, fait constaté par tous les observateurs. Au lendemain du coup, nous nous étions demandé si les Russes avaient prévenu Erdogan de ce qui se tramait. Cette simple hypothèse a pris du poids ces derniers temps et tout le monde semble désormais convaincu qu'un petit appel au sultan a été passé. Point croustillant : certains commentateurs russes, persuadés que Poutine a sauvé Erdogan, sont absolument furieux ! Notons en passant que, comme votre serviteur l'avait prédit, il semble que ce soient les moyens d'écoute de la base de Hmeymim qui ait intercepté les conversations entre les putschistes. Message subliminal au sultan : On t'a sauvé mais ne fais pas le malin, on sait tout ce qui se passe chez toi.

Le raccommodement était dans les tuyaux depuis les excuses sultanesques le mois dernier, et l'on peut d'ailleurs se demander si le putsch manqué n'a pas été un moyen d'acter ce nouveau revirement. Car les autorités turques sont mielleuses au possible avec l'ours : le ministre des Affaires étrangères a publiquement remercié la Russie, particulièrement Poutine, de son "soutien inconditionnel" ; le bras droit du Premier ministre a assuré que le pilote ayant abattu le SU-24 l'avait fait de son propre chef et que la Turquie "n'a pas et n'aura jamais de sentiment hostile envers la Russie". Sortez les mouchoirs...

Et évidemment, Ankara veut absolument remettre le Turk Stream à l'ordre du jour, à propos duquel les discussions reprennent. Ceci dit, Moscou reste prudent, le porte-parole du Kremlin, Peskov, déclarant que la mise en place du gazoduc dépendra des "conditions financières et de la confiance politique". Car ne nous leurrons pas, Vladimirovitch n'est pas naïf sur la fiabilité de cet électron fou qu'est Erdogan et ne peut faire comme si rien ne s'était passé, ne serait-ce que vis-à-vis de l'opinion publique russe, majoritairement hostile à tout rapprochement avec la Turquie. Relevons au passage une phrase extrêmement intéressante de Peskov : "Gazprom n'est pas resté sans rien faire [pendant le gel du projet], des routes alternatives sont considérées et sont discutées avec nos partenaires européens." mmm... mmm... Un retour en grâce du South Stream ?

Tout cela sera examiné dans quelques jours lorsque les deux présidents se rencontreront à Saint-Pétersbourg (à noter qu'Erdogan choisit la Russie pour sa première visite officielle à l'étranger depuis les événements du 15 juillet). Mais ce qui intéresse Moscou dans l'immédiat, c'est la Syrie. Qu'ils soient trop occupés à purger ou qu'ils aient définitivement abandonné leurs rêves fous (et Poutine va appuyer dessus), les Turcs semblent avoir lâché les coupeurs de tête "modérés", au grand dam de la mafia médiatique.

Un rebelle se lamente : "D'habitude, les Turcs sont présents, rencontrant nos chefs, s'occupant de tout, vérifiant que chacun fait ce qu'il a à faire et respecte le plan. Et là, ils sont absents." Il est vrai que le commandant d'Incirlik et le chef du département Syrie-Irak au sein de l'armée sont parmi les 150 généraux arrêtés. Devrait bientôt suivre le chef des services secrets, Hakan Fide, l'homme qui était en charge du recrutement et de l'approvisionnement des djihadistes.

De fait, l'armée syrienne avance irrésistiblement à Alep, désormais complètement encerclée, avec, il faut le noter, la pleine et entière collaboration des YPG kurdes. Des groupes rebelles se débandent tandis que ceux qui résistent dans la ville même sont pris dans la nasse. Dans la province voisine d'Idlib, la guerre civile entre djihadistes a commencé. Et voici que tombe une nouvelle pour Fabius : Al Nosra vient de rompre son allégeance à Al Qaeda et a changé de nom pour paraître plus modéré. Les rats quittent le navire...

Bref, même s'il ne faut pas vendre la peau du djihadiste avant de l'avoir tué, ça sent le sapin pour la rébellion modérément modérée. Comme le résume parfaitement et joliment un opposant : "Nous avions tout parié sur un changement de régime. En réalité, tout a changé sauf le régime".

  • L'Iran et l'Arabie saoudite.

Nul doute que le sultan a tenu un compte très précis des pays qui ont exprimé leur soutien... et des autres. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il a eu quelques surprises.

Comme Moscou, Téhéran s'est immédiatement et fortement prononcé contre le coup d'Etat. De quoi amadouer Erdogollum sur le dossier syrien si l'on en croit la conversation téléphonique qu'il a eue avec Rouhani, au cours de laquelle il a affirmé que la Turquie était prête à "coopérer avec l'Iran et la Russie pour la paix" chez son voisin du sud.

A l'inverse, le Seoud a attendu deux jours (!) pour assurer le gouvernement turc de son soutien. Téhéran ne manque pas de pointer du doigt son ennemi de toujours et d'accuser Riyad d'avoir couvert la tentative de putsch. Or c'est bien possible ! Un fameux lanceur d'alerte saoudien, ayant des contacts très haut placés, a révélé que le royaume wahhabite et les Émirats Arabes Unis étaient au courant du coup bien avant qu'il ait lieu. Pire, le ministre qatari de la Défense reprend la même accusation, affirmant être en possession d'un document confidentiel prouvant que les Saoudiens et les Émiratis ont appris la conspiration en avril mais n'en ont rien dit. Ça commence à faire beaucoup...

Si cela se confirme - et ça en prend le chemin -, pourquoi ce coup de poignard saoudien dans le dos ? Le fidèle lecteur aura eu un début d'explication en exclusivité, la veille de la tentative de putsch :

Ô l'implacable ironie... Les ouvertures du Premier ministre Yildirim envers la Syrie ont surpris tout le monde. Les explications données - condition posée par Moscou au dégel des relations, prise de conscience du danger djihadiste, effrayant isolement de la Turquie qui s'est mise tout le monde à dos ces dernières années - ont toutes une part de vrai.

Ce virage à 180° de la position turque a littéralement terrifié les grassouillets cheikhs saoudiens et l'ambassadeur turc à Riyad a même été convoqué pour donner des explications ! Et dire qu'il y a encore quelques semaines, le sultan et le Seoud dansaient bras dessus bras dessous...

Conséquence de la fureur saoudienne ? Le Premier ministre turc vient à nouveau de manger son chapeau et de virer à 180° (du moins dans les mots) en déclarant sans rire qu'en fait non, aucune solution ne sera trouvée en Syrie avant le départ d'Assad. A force de vouloir plaire à son ancien-allié-devenu-ennemi-puis-peut-être-à-nouveau-allié (Russie) et de son allié-duquel-il-s'est-écarté-avant-de-peut-être-s'en-rapprocher-à-nouveau (Arabie saoudite), le derviche tourneur d'Ankara va finir par avoir le tournis. Et nous avec...

Partager cet article

Commenter cet article

Rouget 31/07/2016 23:02

Je rejoins le concert de louanges : merci beaucoup pour vos écrits.

UltimaRR 30/07/2016 16:15

Décidément cher Observatus vous êtes inspiré pour choisir vos photo !

Une petite information sortie il y a deux jours (28/07/2016) que vous n'avez pas mentionnée ; Davutoglu a réaffirmé avoir donné la directive d'abattre tout avion survolant le territoire turc un mois avant l'incident du Sukhoi, et qu'il n'hésiterait pas à récidiver.

Bien qu'il s'agisse d'une instruction et non d'un ordre direct, - Davutoglu ayant déjà plusieurs fois joué de la nuance, - le "timing" a tout de même de quoi surprendre alors que cette affaire semblait arriver à un dénouement qui arrangerait grandement Erdogan : pilotes déclarés güllenistes, donc proche des E.-U. et de l'OTAN cherchant ainsi à marginaliser leur président en sabordant les relations russo-turques... Bref, byzantin comme vous dites !

Se sentirait-il marginalisé ?


Bien à vous.

Dubitatif 31/07/2016 14:45

Re

Davutoglu, s'il est dans une situation délicate dans les mois qui viennent alors vous auriez raison.

Les effets de la répression. On en est loin encore du bilan humain de 1980. Ils n'empêchent pas le retour du balancier mais donnent du temps au vainqueur. 20 ans pour le dernier. Cliver n'est pas Agir ou Réagir. Il faut du temps. La Turquie a le savoir faire post Coup d’État. Erdogan est hélas tranquille pour un moment d'autant qu'une part significative de la population le soutient. Il lui suffira d'une cause nationale pour se rallier à lui les récalcitrants, il le sait, il l'a déjà fait.

SU-24. un lien qui résume les convictions russes conférence de presse de décembre 2015 à la sauce voltaire.org. Tout y est déjà étalé au et en public. http://www.voltairenet.org/article189723.html

Otan et Turquie. Qd on est dans un système, quoi de plus normal que de vouloir bénéficier des atouts de ce système, mais si le système le lui refuse, c'est le début de la fin.

7 mois parce que, il faut du temps. Évaluer et essayer toutes les options avant de se rendre à l'évidence. Mais après tout va vite au grand dam des États Unis.

Thèse incident imputable à Ankara. Aucune contestation possible. Coupable et responsable, néanmoins pas tout seul. Les vrais coupables, responsables et instigateurs ont agit cachés et avaient d'autres motivations.

Thèse imputant à l'Otan. Erdogan n'est pas à l'origine de ces allégations. Poutine en est l'auteur. Il les a émises pour la première fois lors de cette conférence de décembre 2015.

Ce qui pourrait expliquer son attitude (incompréhensible pour le commun des mortels que nous sommes) par trop magnanime à l'encontre de Erdogan, de la Turquie. Expliquer sa participation supposée pour faire échec au coup d’État.

Cordialement

UltimaRR 30/07/2016 23:31

Bonsoir,

(En espérant que la personne dont vous avez emprunté l'email ne soit pas une nouvelle fois importunée)

Vous pensez donc que Davutoglu a volontairement été mis en retrait ? Qu'il a servi en quelque sorte de fusible suite à fiasco syrien, à la répression des kurdes et aux attentats PKK ou EI qui se sont multipliés ces derniers mois ? Il me semblait pourtant qu'il y avait de fortes dissensions entre les deux hommes, notamment au sujet de la réforme de la constitution.

Concernant Erdogan, une nouvelle fois, je suis pas certain que toutes contestations soient écartées. Certes, les menaces internes à l'appareil d'Etat et aux différentes administrations qui le composent sont en train d'être réduites à néant via les purges, mais cette dérive autocratique commence sérieusement à cliver la société turque, et le nuage de la "sauvegarde de la démocratie" commence à se dissiper. Limoger 60 000 personnes du jour au lendemain, surtout dans l'armée, ce n'est pas non plus sans conséquences (comparaison n'est pas raison, mais regardez ce à quoi à conduit la dissolution de l'armée irakienne en 2003). Rajoutez à cela les minorités (chrétiennes, alévis, kurdes) qui ont commencé à être inquiétées par les partisans d'Erdogan et les islamistes, et vous avez beaucoup d'éléments qui peuvent conduire à des guerilla, voire une guerre civile (ce qui est déjà le cas dans l'Est du pays).

J'entends vos propos, mais je ne vois pas qui, hormis l'aviation syrienne et russe, cette directive pouvait viser. La Turquie n'avait d'ailleurs pas hésité à aller abattre un avion syrien jusque sur son territoire en 2014. Leur attitude a souvent été belliciste.

Je ne suis pas non plus expert en questions militaires, mais la Turquie ne possède-t-elle pas son propre réseau de radars ? De plus un SU-24 n'est pas un avion furtif, faut-il vraiment un système de détection et une logistique que seuls les américains et saoudiens possèdent au sein de la coalition ? Je me rappelle également avoir lu un article dédié au rapport de cet incident qui indiquait que les russes avaient transmis aux turcs et aux américains leur plan de vol, la veille, tout en soulignant le fait que le F-16 turc n'effectuait pas qu'une simple mission de routine dans les environs... beaucoup d'éléments troublants.

Pour terminer je vois mal pourquoi Erdogan aurait attendu sept mois pour s'excuser, subir de très lourdes sanctions contre son pays, tout en disculpant jusqu'à présent le pilote du F-16. S'il n'avait vraiment rien à se reprocher, pourquoi n'a-t-il pas sacrifier ce dernier plus tôt en le chargeant de toute responsabilité au lieu de laisser planer le doute ? Quant à Poutine et Lavrov, je les crois désormais rompu à ce genre de coups tordus et aux terrains sur lesquels les E.-U. et l'OTAN se plaisent à les embarquer (cf. Ukraine).

Il ne faut pas oublier que la Turquie était à l'époque plus proche des E.-U. et de l'OTAN, alliés avec lesquels elle espérait servir ses propres ambitions et intérêts en Syrie, que de la Russie. Elle n'a d'ailleurs pas hésité à se cacher dans les jupons de l'Alliance et derrière l'article 5 une fois l'avion abattu...

L'intervention russe en Syrie commence en septembre 2015. En deux mois seulement, Erdogan a presque tout perdu des efforts investis depuis quatre années : Assad restera au pouvoir et les rebelles "modérés" qu'il parraine se font sérieusement pilonner la face, reculant sur quasi tous les fronts.

C'est pourquoi la thèse imputant cet incident à Ankara a pour moi plus de poids. Qu'espérait-il réellement en faisant cela, je l'ignore. S'agit-il d'un coup de sang du sultan ? d'un avertissement adressé à la Russie ? Peut-être espérait-il un soutien de l'OTAN et des E.-U. qui lui aurait donné carte blanche en Syrie ? Que sais-je...

La thèse qui émerge et voulant que l'incident du SU-24 soit imputable à l'OTAN afin de saborder les relations russo-turque me semble être une illusion rétrospective à laquelle Erdogan aimerait nous rallier. Que cet incident visait à déstabiliser un dirigeant embarrassant, pourquoi pas, mais risquer en retour un conflit ouvert avec la Russie dans lequel toute l'Alliance serait embarqué... c'est assez démesuré.


Bien à vous.

Dubitatif 30/07/2016 21:18

Bonsoir

Mon sentiment. Davutoglu n'a jamais été marginalisé. On va dire qu'il était en réserve de la République. Sa démission, n'avait rien d'une sanction, juste une nécessité absolue, pour raison d’État. Le Monsieur s'est sciemment mis en retrait pour raison d’État, pour la nation turque.

Il réapparaît sur le devant de la scène, encore une fois, pour raison d’État. Le tout en étroite collusion avec Erdogan. Dans l'hypothèse de la mise à l'écart pour déloyauté (forcement, what else), il serait en très mauvaise posture et n'aurait même pas eu l'opportunité de faire sa déclaration.


C'est que Erdogan se débarrasse actuellement de tout ce qui est susceptible de lui nuire. Pour le coup, Erdogan n'est plus susceptible, du tout, d'être menacé de l'intérieur avant longtemps. Le méchant s'en sort toujours dans les films.

Pour ce qui concerne la directive, évidemment, elle à été décidé en accord avec le président. Mais cela ne reste qu'une directive et ce qui importe, c'est l'ordre formel de tirer. Qui a donné l'ordre?

Et là, leur dire devient plausible. Descendre un avion demande une organisation, une technologie et un commandement assumés, ce jour là, par les saoudiens et les ricains. Qui a donné l'ordre? L'occasion faisant le larron, fort d'une directive toute neuve, la tentation était trop forte. So why not.

Pourquoi? À la lumière des événements, je dirais ''éviter un coup d’État''. Mais bon, on connaît la réaction atypique et pleine de bon sens de Poutin. Les Us&Cie n'ont pas pu en faire l'économie et le paye très cher actuellement. Voila tout.

Cordialement

UltimaRR 30/07/2016 19:31

Bonsoir,

Davutoglu marginalisé, non pas Erdogan. Il est resté très discret depuis sa démission forcée en mai dernier et durant le coup d'Etat, d'où ma surprise de le voir s'exprimer au sujet du Sukhoi...

Je vous rejoins quant au fait qu'Erdogan n'a plus rien à faire des réactions occidentales à son égard, il avance désormais à visage découvert. Je me montrerai néanmoins plus mesuré quant à son avenir, c'est le tout pour le tout qu'il tente actuellement comme l'a rappelé Observatus, et c'est encore loin d'être gagné... quitte ou double, et il est trop tôt pour se prononcer.

Ensuite, prétendre qu'une telle décision revient au seul premier ministre sans que le président en soit averti ou ait été consulté, c'est un peu fort de café, vous en conviendrez, surtout avec Erdogan... Que Davutoglu prenne publiquement la responsabilité de cette décision pour dédouaner ce dernier et revenir dans la partie, pourquoi pas... mais la ficelle est un peu grosse.

Rappeler en ce moment, comme le fait Davutoglu, que c'est l'exécutif qui est à l'origine des directives conduisant à l'incident du Sukhoi, je trouve que cela dessert Erdogan et le prétendu complot plus qu'autre chose.


Cordialement.

Dubitatif 30/07/2016 17:35

Erdogan marginalisé?

Entre nous, il n'en a plus rien à faire de l'Occident. Et encore une fois, pour quelqu'un de moribond, je le trouve en pleine bourre. C'est le genre de méchant qui s'en sort toujours dans les films. Énervant.

La déclaration de Davuglou, quand à elle, le sert doublement

1)- Elle dédouane totalement Erdogan s'agissant que de directives du PM, pas d'ordre formel de sa part, Président.
2)-Elle confirme le caractère complot. Les pilotes sous couvert des directives, guidés par les saoudiens et les Ricains, s'affranchissent de tout ordre formel et donc agissent pour le compte de leur propre cause et celui des US/Saoudiens.

Pas beau la vie. Énervant de chez Rageant non?

Pat 30/07/2016 16:08

Erdogan est en mode "parano". Il veut "modifier" la constitution, etc. ... :
- http://french.peopledaily.com.cn/International/n3/2016/0729/c31356-9092497.html
Tout ceci accentuera, avec ou malgré lui, le fossé qui en train de se creuser en Turquie (à suivre évidemment).
Concernant le PKK :
- http://french.peopledaily.com.cn/International/n3/2016/0721/c31356-9088984.html
Le sultan passera t-il l'hiver ?

Bozi Lamouche 31/07/2016 12:27

il ne faut pas oublier que la c'est le Pentagone qui tient la base d' Incirlik...pas la cia !!
Fait remarquable : Erdogan a été soutenu par tous ses ennemis !!! et enterré par tous ses amis....

Dubitatif 30/07/2016 14:16

Pour être tout à fait complet.

Un nécessaire petit tour d'horizon sur le plan B en cours, de la clique Américano/israelo/jordano/British/Saoudi/Al Nusraien dans le sud de la Syrie, faisant suite à la débandade et la défaite annoncée de tous leurs protégés du Nord et du centre ouest, de l'Est, ISIS/DAESH compris, s'impose.

On parle de sanctuaire pour le groupe terroriste (Jahbat Fatah al-Sham ex) Jahbat Al-Nusra (toujours affilié à Al-Qaeda, Taqqiya oblige) à l'initiative d’Israël (Golan, zone d'exclusion élargie visant le Hezbollah) qui avancerait en False Flag et mercenaires. Ce qui expliquerait les gesticulations israéliennes actuelles du coté de la frontière du Golan syrien, de Daraa, bref dans toute la région du Sud et du SudEst.

Allez je vais l'oser. Pour le coup, le lien avec la présence d'ex du renseignement israélien sur les lieux des attentas récents corrobore la ''Théorie de la Coïncidence'' non? C'était pour le fun.

Non, la vraie question est que va faire Poutin ? Tolérer ou mettre le holà ?

Qd Poutin a composé avec l'Oncle Sam, cela a débouché sur une revigoration des forces terroristes. Depuis qu'il a renoncé à suivre Kerry, tout est rentré dans l'ordre. Mais là, c'est son grand copain Israël, alors, le démembrement de la Syrie est il toujours à l'ordre du jour? Va savoir, j'espère que Non.

Dubitatif 01/08/2016 17:08

@mercidevotreattention

Re

Bon, je comprends un peu mieux et veux bien vous croire. 10 ans!!!! qd même.

C''est la dernière fois que je vais user de ce mail. Il part en classement vertical. Parce que c'est votre mail principal, je vais y renoncer, je l'aimais bien pourtant. Mais, entre nous, faites quelque chose, il va bien pour un jetable, il est juste étonnant pour un principal.

Apparemment y a comme un bug, je reçois mes liens sollicités et nul autre. Je n'ai par contre jamais reçu de plaintes de commerçants, ni ne les ai jamais dénigré non plus.J'ai tenté de vous mailer et ce n'est pas passé,il me revient.

Mais bon on va pas se prendre la tête pour si peu. Des jetables, ça court les rues. Il est tout à vous. Ceci devrait clore le chapitre dans la sérénité .

Cordialement

Mercidevotreattention 01/08/2016 13:09

Rebonjour

Tout d'abord toutes mes excuses aux personnes qui ne sont pas concernées par ce message, mais je n'ai aucun autre moyen de joindre la personne ayant pour pseudo Dubitatif.

Je vous prie de croire que ma démarche n'a rien d'agressif, il s'agit juste pour moi de tenter de résoudre un problème qui a trait à l'adresse email que j'utilise comme adresse principale (navré si cela vous semble étonnant) depuis presque 10 ans.

Donc samedi, je reçois une première notification de commentaire, et je dis que quelqu'un aura fait une faute de frappe en indiquant son adresse et je ne m'en préoccupe pas plus que ça. C'est rallumant mon téléphone après une séance de cinéma samedi soir (le film était décevant, au passage) que j'ai trouvé des notifications supplémentaires et que j'ai décidé que tenter de me manifester, désolé de ne pas avoir noté avec précision l'horaire et le nombre exact de ses notifications, je ne pensais pas que cela serait nécessaire.

J'avoue que je suis moi aussi un peu étonné et chagriné par cette histoire. Avant samedi, je n'ai pas le souvenir d'avoir reçu des notifications d'overblog, je reçois bien quelques spams comme tout le monde mais gmail fait dans l'ensemble assez bien le ménage.

La seule expérience réellement désagréable que j'ai eu avec cette adresse c'est une série de courriels d'une commerçante m'accusant d'avoir dénigré son entreprise sur Internet et me menaçant des foudres de son avocate et/ou l'intervention de la maréchaussée et à qui il a fallu expliquer que je ne savais même pas qui elle était ni où était son commerce et que j'avais donc aucunce raison ni de lui nuire, ni de subir son courroux.

Ce que je ne parviens pas à comprendre, c'est lorsque vous expliquez utiliser cette adresse pour des inscriptions (à moins que ces inscriptions ne requièrent pas l'utilisation d'un lien de validation) alors même que lorsque l'on envoie un mail à l'adresse dubitatif de chez gmail, c'est bien moi qui suis censé recevoir le message (vous pouvez d'ailleurs essayer), j'ai même vérifié ce matin que c'était le cas aussi bien en utilisant aussi bien une majuscule qu'une minuscule.

Quand au "choix" du commentaire sur lequel j'ai envoyé ma réponse, je ne sais pas pour vous, mais lorsque je regarde ce fil de discussion sur Firefox, je vois 5 commentaires que vous avez signé, et il n'y en a qu'un seul qui comporte un bouton "Répondre", il s'agissait donc d'un choix par défaut, choix que je suis à nouveau obligé de renouveler aujourd'hui.

Voilà, j'espère que ces quelques précisions supplémentaires parviendront à dissiper tout malentendu et que vous comprendrez que le but de mon message n'est nullement de vous nuire mais seulement de chercher à trouver un moyen d'éviter tout téléscopage de correspondance.

Merci

Dubitatif 31/07/2016 14:50

@mercidevotre attention

Bonjour

Je suis juste estomaqué.


Cela fait plusieurs années que j'use de mon pseudo et du mail qui lui est attaché et vous ne vous manifestez que maintenant. Étonnant. Vous avez du vous régaler. Toutes mes inscriptions sur les sites, au moins vous m'accorderez le fait de ne pas vous avoir fait subir des inscriptions sur les sites de rencontres tarifées, les pornos voire même pire, vu l'atmosphère et les événements du moment.

En un mot, vous avez fait votre NSA. Pas cool.

Pourquoi aujourd'hui? Pourquoi sous ce commentaire précisément, alors que, à vous comprendre, vous en auriez reçu 2 (en fait 3) dont le dernier à 21h18 avant de poster le vôtre à 22h08. Un effet de la ''Théorie de la Coïncidence'' peut être ?

Comment cela se fait il que nous ayons le même? J'en sais rien et c'est le dernier de mes soucis. Juste que me concernant, ce mail est un jetable, spécifiquement dédié aux inscriptions et participations aux blogs. Si problème il y a, il part à la poubelle. Cela n'a jamais été le cas jusqu'à aujourd'hui. Je n'aurais jamais pensé être confronté à une telle situation.

Je doute que pour vous, ce mail soit votre mail principal. Il faut vraiment être ''je ne sais pas quoi'' si cela était vraiment le cas. Je doute même de la véracité de vos dires (vous ne mentionnez que 2 notifications vous auriez du en recevoir 3) mais si cela était.

Alors pourquoi ne pas vous auto-appliquer vos si judicieux conseils? De nous deux vous êtes apparemment le plus enquiquiné par la situation non?

Magnanime, de mon coté je vais néanmoins y réfléchir. Le fait est que vous avez compromis grave ce mail avec le contenu de votre post. Nous n'étions que 2 mais à l'avenir nous serons légion. J'ose espérer que nous n'avons pas le même pseudo, ce serait le bouquet.

Cordialement

Bozi Lamouche 31/07/2016 12:19

Ah cette avion....cette situation a profité in fine à qui ? À Poutine bien sur et au pentagone .

Erdogan, la cia les états du golf etc...ont tout perdu .
Cet épisode a ouvert les yeux au Grand Turc...
C'est donc Poutine et le pentagone ( à mon avis initiateur du "coup d'état" et qui avait déjà bien aidé en sous main les russes dans sa gueguerre contre la cia ) qui ont ramené un Erdogan qui avait la grosse tête...du bon côté de l'histoire...
Je pense qu' Erdogan ne contrôlait plus rien lui qui croyait tout contrôler !!!! Une balle de ping-pong !!!!

Mercidevotreattention 30/07/2016 22:08

Bonjour monsieur "Dubitatif"

Puis-je avoir votre attention un bref instant ?

Je n'ai aucune compétence particulière en matière de politique internationale ni, je le crains, de chose intéressante à dire à ce sujet, aussi je vous serais reconnaissant d'éviter d'utiliser mon adresse gmail lorsque vous souhaitez faire des commentaires sans divulguer votre propre adresse. Vous devez pouvoir en créer une spécialement pour cet usage (du genre jesuisdubitatif ou bien jaidesdoutes), ce qu'il m'évitera de recevoir des notifications d'ajout de nouveaux commentaires sur une discussion à laquelle je n'ai nullement pris part (ce qui s'est déjà produit deux fois aujourd'hui).

Voilà, en espérant ne pas avoir trop interféré dans votre discussion, je vous souhaite une bonne soirée.

Kevin 29/07/2016 23:38

La publicité ciblée est de mieux en mieux ciblée: de la pub pour de l'aspirine s'affiche sur mon écran à côté de cet article :-D

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:00

Ha ha, désolé, je n'y suis pour rien. Un lecteur m'avait un jour envoyé une capture d'écran avec Erdogan et, à côté, une pub pour une clinique psychiatrique !

Nibols 29/07/2016 22:40

Bonsoir,

Merci pour votre travail... On apprécie.. Continuez comme ça...

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:01

Merci, cher lecteur.

Bozi Lamouche 29/07/2016 22:22

Finalement je pense qu'on a peut-être été injuste vis à vis d'Erdogan ...depuis l'épisode de l'avion abattue (je sais encore cette avion !!), il s'est retrouvé ( enchaînant les réactions ridicules et contre-productives)...telle une balle de ping-pong comme vous l'aviez écrit....ne sachant pas d'où venaient les coup les plus tordus.....peut-on sérieusement en vouloir à une balle de ping-pong :) ???

Merciiii pour les éclairages et les informations .

Observatus geopoliticus 29/07/2016 23:59

C'est exactement la réflexion que je me faisais. Certes, le personnage n'est guère attachant, mais son comportement est aussi le fruit des circonstances, en tout cas dernièrement. Vous me direz, il n'avait qu'à pas lancer son pays dans cette désastreuse politique étrangère...
Le billet à venir prochainement sur la Turquie expliquera en partie la raison de sa politique d'islamisation.

Jean 29/07/2016 20:41

Excellente revue de la situation. Merci pour votre travail

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:01

Merci, cher Jean. Une petite revue de détail était effectivement nécessaire au vu des conséquences.

Charles Michael 29/07/2016 16:31

Bravo et merci pour cette imparable visite guidée du désastre tout terrain de la politique étrangère française au MO si bien alignée sur les neocon-neries.
la glorieuse équipe Sarkozy/ Fillon/Kouchner- Juppé a trouvé de dignes successeurs avec Hollande/Valls/Fabius-Ayrault. Amusant que parmi ces nulités se trouvent tous les principaux prétendants pour 2017...ça promet.

Merkel réaffirme qu'elle ne changera pas sa politique d'accueil des réfugiés; une sorte d'affirmation préemptive contre une volte face du Grand Derviche ?

Non, DonaldTrump ne participera pas à la rencontre Putin-Erdogan ( je blague).

mais pour les masos, l'ahurissant édito de la gazette de révérence: Hyllary, gauche modérée, a deux qualités principales: modestie et prudence. Koolaid anyone ?

Winston Smith 31/07/2016 16:12

"Il leur suffit d'une petite semaine pour faire changer d'avis le troupeau lorsqu'ils en ont besoin."

Selon moi tu te trompes. Avec la globalisation, les réseaux sociaux (en partie tout du moins), et la multiplication des sources d'informations comme ce blog, une sorte de contestation de plus en plus forte s'installe. Le matraquage journalistique dont nous sommes témoin n'est pour moi que le reflet de cette désillusion généralisée.

Il n'y a rien de spontanée dans nos médias. Je t'invite à regarder le documentaire "Les nouveaux chiens de garde" pour t'en convaincre et voir à quel point il s'agit d'un tout petit monde aux intérêts bien définis.

Madudu 30/07/2016 19:23

"Pourquoi y-a t’il dans nos pays cette volonté aussi assumée de vouloir nous convaincre alors que nous n'avons aucun poids décisionnel ? "

D'autant que nous n'avons plus aucun poids, même chez nous x)

Il faudrait aller jusqu'à supposer que cette propagande est destinée au long-terme, ce qui n'est pas impossible. Mais ça ne leur ressemble pas, d'habitude ils ne se font pas chier, il leur suffit d'une petite semaine pour faire changer d'avis le troupeau lorsqu'ils en ont besoin.

Je me demande si ça n'est pas une réaction spontanée du "journalisme" de chez nous, qui prend l'initiative sans qu'il soit besoin de l'en inspirer autrement que via les médias états-uniens.

Winston Smith 30/07/2016 14:08

Madudu : Je me suis également beaucoup posé la question ces derniers temps. Pourquoi y-a t’il dans nos pays cette volonté aussi assumée de vouloir nous convaincre alors que nous n'avons aucun poids décisionnel ?
J'ai finalement trouvé 2 raisons. La première, et vous l'avez dit, c'est pour qu'Hitlery ait une légitimité à mener ses actions mortifères alors qu'elles nous concerneront directement (Dans un article relayé par Zero Hedge, Putin a demandé à ses généraux de se "tenir prêt" si Clinton gagne les élections). La seconde raison vient du fait que nous sommes, et nous le répétons sans cesse, dans un empire. Si l'ensemble du peuple n'est pas convaincu que voter Hillary, c'est la voie de la raison face à l'immonde Trump, il en saura d'autant plus difficile d'en convaincre les Américains.
Je vous invite à regarder ce reportage (en anglais) qui explique d'où les Clinton tirent leur argent. Tout avait déjà été révélé dans la presse par le passé mais avoir cette vue d'ensemble est aussi édifiant que effrayant. Comment peut-on même imaginer voir cette femme au pouvoir ?

https://www.youtube.com/watch?v=7LYRUOd_QoM

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:04

L'hilarante est la candidate du système impérial et la MSN est en ordre de bataille. Vous utilisez une expression fort juste, Madudu : "jusqu'aux confins de l'empire". C'est exactement l'impression que l'on a...

Madudu 29/07/2016 18:02

J'ai entendu ça aussi sur France Info (ou Inter, j'ai un doute), que Hillary se distingue par la modestie et par la prudence. Comme d'habitude dans les médias habituels bien habitués c'était énoncé sur le ton de la neutre autorité dont ils ont le monopole.

A croire que cette fois-ci l'élection présidentielle US sera relayée jusqu'aux confins de l'Empire, comme si Hillary avait besoin d'être légitimée jusque chez nous. J'avoue que je ne comprend pas l'intérêt du procédé.

Ou bien s'agit-il surtout de délégitimer le programme de Trump par contraste, et avec lui toute initiative incompatible avec les projets néo-con ?

Ady85 29/07/2016 08:09

Merci pour ce très long résumé ! :)

Concernant Alep, j'ai vu que Syrie et Russie se préparent à lancer une "grande opération humanitaire". Faut-il traduire ça par grosse offensive militaire ?

Observatus geopoliticus 30/07/2016 00:06

Merci, Ady.
Oui, oui, on y est, l'offensive alépine est lancée.
En parallèle à cette opération humanitaire, trois corridors de sortie ont été décidés par Damas. PAs sûr que les djiahdistes modérés laissent partir les habitants, ceci dit...