Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Rififi autour des Kurdes

18 Mars 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Russie, #Etats-Unis, #Gaz

Rififi autour des Kurdes

Dans la mythologie grecque, Momos était la déesse du sarcasme et de la moquerie. Il semble bien que la belle se soit réveillée de son sommeil olympien pour jeter un oeil vers l'est, sur le conflit syrien, et saupoudrer la scène d'ironie. Il est en effet difficile de réprimer un sourire quand on voit que le tout dernier développement a réussi l'incroyable exploit de réunir dans la même barque Assad, l'opposition anti-Assad, Erdogan, les Saoudiens et les Américains !

La semaine dernière, nous écrivions :

Quant au futur de la Syrie, là aussi tout semble aller dans la direction indiquée par Moscou. Nous avions évoqué la proposition russe d'une fédéralisation du pays avec des régions bénéficiant d'une réelle autonomie, le Kurdistan au premier chef (tss tss Erdogan...) Or, cette idée de simple bon sens est suffisamment sérieuse pour être maintenant discutée par les grands dans les travées de l'ONU. Inutile de dire que l'opposition et ses parrains turco-saoudiens n'y sont pas du tout, mais alors pas du tout favorables. Inutile de dire également qu'ils n'ont plus beaucoup de marge de manoeuvre pour faire entendre leur voix...

Les Kurdes ont pris Poutine au mot hier et annoncé aujourd'hui même la création d'une région fédérale sur tous les territoires qu'ils contrôlent (en jaune sur la carte), c'est-à-dire la majeure partie de la frontière syro-turque mis à part le couloir de plus en plus étroit encore tenu par Daech :

Rififi autour des Kurdes

Cette décision unilatérale des Kurdes syriens, soutenue en sous-main par Moscou, est somme toute logique puisqu'ils ont été une nouvelle fois exclus des négociations de Genève par les Américains sous l'intense pression d'Ankara. Ces pourparlers servent d'ailleurs plus à sauver la face occidentale (merci Poutine) et, pour les Russes, à saucissonner la rébellion qu'à régler réellement le conflit syrien : des quatre principales forces sur le terrain - régime d'Assad, YPG kurdes, Al Qaeda et Etat Islamique - trois ne sont pas concernées ! Absurde...

Ainsi, le PYD (qui rappelons-le est le parti kurde chapeautant les YPG combattantes) a décidé de proclamer la région fédérale "Rojava-Nord de la Syrie" en précisant toutefois bien, sans doute à la demande de Moscou, que la nouvelle entité reste sous l'autorité de Damas. Ce faisant, il provoque la fureur de toutes les composantes du conflit.

Erdogan est à nouveau sur les charbons ardents, qui voit son cauchemar se réaliser : la création d'un Kurdistan autonome à sa frontière, future base-arrière de la rébellion du PKK. Et le sultan ne peut rien y faire : les S400 russes restent en Syrie. Les Saoudiens sont tout aussi excédés : Rojava sera un obstacle définitif à toute possibilité future d'un couloir sunnite entre l'Irak chiite et la Syrie alaouite en direction de la Turquie.

Les Américains, pris par surprise, refusent également de reconnaître la constitution d'une région unifiée et autonome kurde, arguant sans rire (et avec une invraisemblable hypocrisie) du danger de "démantèlement de la Syrie". On ne les avait pas connus aussi soucieux de l'intégrité territoriale syrienne quand ils supportaient l'établissement d'une principauté salafiste dans la partie orientale du pays. Toujours est-il que cette "trahison" américaine risque de rester longtemps dans les mémoires kurdes...

Ironie du sort, Assad et son opposition sont, pour une fois, eux aussi sur la même longueur d'onde et refusent absolument de reconnaître la nouvelle région fédérale. Les fidèles lecteurs ne seront pas surpris des possibles frictions entre Moscou et Damas à propos des Kurdes, nous en parlions déjà il y a quelques mois (notamment ici). Il ne faudrait toutefois pas que les choses dérapent trop sérieusement comme à Qamishli où YPG et armée syrienne viennent d'échanger quelques coups ; gageons que Poutine y mettra rapidement le hola.

Car après avoir étonné le monde avec un retrait partiel au timing parfait - tout en précisant que les Sukhois peuvent y revenir en quelques heures si nécessaire (à bon entendeur...) -, le maître du Kremlin prépare déjà le coup suivant. Les Russes font cavalier seul ici et jouent de plus en plus la carte kurde : en parallèle à l'insistance renouvelée pour que le PYD participe aux pourparlers de Genève, Lavrov hausse le ton contre la sale guerre d'Ankara contre le PKK. Les médias russes se jettent dans la ronde, notamment RT qui a mis en ligne une pétition adressée à l'ONU, dénonçant les atrocités turques.

Depuis le 24 novembre, l'ours s'approche chaque fois un peu plus près de la jugulaire turque et ne va plus la quitter des yeux, prêt à la mordre au moindre prétexte. Erdogan a servi sur un plateau d'argent les Kurdes syriens et le PKK à Poutine, qui peut armer et utiliser ce dernier quand bon lui semble (pour les premiers, c'est déjà fait).

Nous renvoyons le lecteur à notre analyse détaillée sur le danger que fait peser le PKK sur l'approvisionnement énergétique présent et futur de la Turquie. Un nouvel article de la presse spécialisée s'en fait l'écho tout en listant de manière exhaustive le nombre d'attentats déjà à l'actif du mouvement indépendantiste contre les pipelines turcs, et dont nous avions déjà parlé à plusieurs reprises.

Pour le sultan, c'est un casse-tête terrible. La grande majorité de l'approvisionnement gazier actuel de son pays vient de l'ennemi russe avec lequel les contrats arrivent à expiration en 2020 ; la totalité des routes alternatives possibles (Caspienne, Kurdistan irakien, Iran) est aux mains du PKK. Et ce gros bêta d'Erdogan qui a offert le PKK aux Russes ! Encore un coup de la déesse Momos...

Partager cet article

Commenter cet article

Jean 19/03/2016 22:29

Qui a intérêt à commettre des attentats en Turquie en ce moment ? Les médias parlent des séparatistes kurdes. Si ce sont bien eux, c'est contreproductif

Observatus geopoliticus 22/03/2016 00:36

Dans un accès étonnant d'honnêteté, Ankara a reconnu que le dernier attentat avait été perpétré par Daech.

Sachou 18/03/2016 11:22

Merci pour votre analyse différente du déroulement des évènements. C'est un plaisir de vous lire. Continuez

Observatus geopoliticus 18/03/2016 18:10

Merci, cher ami.

Imagine 18/03/2016 09:03

Et l'Europe dans tout cela, va-t-elle sacrifier les Kurdes à son maigre confort ?
Pourtant, d'après ce que j'ai lu, la fédération proposée par les kurdes n'est ni ethnique ni religieuse.
Pour citer les grecs anciens, les Kurdes c'est le demos pas l'ethnos

ummite 18/03/2016 04:44

je pense pour ma part que les principaux dirigeants de cette planète n'ont plus rien de l'étincelle divine qui fait l'intelligence de l'homme ; c'est à croire que tous ont été mis spécialement à la tête de chaque état par une intelligence extérieure à l'humanité MDR !

Observatus geopoliticus 22/03/2016 00:35

Ah oui, cher ami, le noyautage a commencé depuis longtemps, dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale diront certains...

Paysan 19/03/2016 04:41

Sur le versant occidental des dirigeants en question,je suis d'accord,puisque du coté de Poutine et de Xi Jingping,c'est quelques stratosphères au dessus ! ! Mais permettez moi de penser que Young leaders et autres Trilatérales servent aussi et surtout à ça! !