Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Le grand coup de Poutine

1 Décembre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Russie, #Moyen-Orient, #Etats-Unis, #Gaz

Le grand coup de Poutine

Le maître du Kremlin est-il en train de prendre les Kurdes aux Américains et de commencer à sceller la frontière syrienne contre les Turcs ? Ca en prend visiblement le chemin...

Qu'on l'aime ou pas, il est difficile de ne pas reconnaître en lui un génie stratégique de la veine d'un Richelieu ou d'un Sun Tzu. Selon les préceptes du judo qu'il affectionne tant, Vladimir "abracadabra" Poutine retourne toujours tout à son avantage, ce qui doit finir par être désespérant pour ses adversaires.

La réaction russe au "coup de poignard dans le dos" de la part de Ben Erdogan a déjà étonné par sa rapidité et son ampleur. Ce n'est d'ailleurs pas fini car l'on apprend maintenant que la coopération scientifique entre les deux pays est arrêtée et que plus de 1 000 camions turcs sont bloqués à la frontière. De plus, le Turk Stream risque bien d'être gelé par la partie russe, si l'on en croit des sources au sein de Gazprom. Mais il est évident que Moscou allait également tenter de retourner la situation à son avantage sur le plan stratégique. Des informations émergent et elles ne sont pas tristes...

La Russie aurait commencé à s'entendre avec les YPG kurdes de Syrie afin de couper le passage entre l'Etat Islamique et la Turquie, ce qui changerait considérablement la donne stratégique. Nous avions déjà plusieurs fois évoqué ce qui n'était alors qu'une possibilité ; grâce à l'incident du Sukhoi, celle-ci se mue peu à peu en certitude, au grand dam du sultan qui risque de regretter longtemps, très longtemps son coup de folie.

Quelques explications sont nécessaires pour mesurer l'importance de la chose. Et d'abord une carte :

Le grand coup de Poutine

Après les échecs de Daech face aux Kurdes à Hassaké et à Kobané, la voie de communication avec le parrain turc est réduite à une porte d'environ 80 km, commençant un peu à l'est d'Aazaz et allant jusqu'à Jarabulus sur l'Euphrate (les deux points rouges sur la carte). On le voit, les YPG kurdes, bête noire d'Ankara qui les considère comme "terroristes", sont situées de part et d'autre et ne rêvent que de réunir leurs territoires (appelons-les pour l'instant "Kurdes ouest" et "Kurdes est").

Le sultan avait décidé d'une ligne rouge à ne pas franchir pour les Kurdes syriens : l'Euphrate, au-delà duquel les avions turcs n'hésiteraient pas à les bombarder, ce qui est arrivé plusieurs fois. Le piquant de l'affaire est que ces mêmes YPG sont censés être les alliés des Etats-Unis, eux-mêmes alliés de la Turquie. Bref, un maelström sur lequel Poutine joue comme dans du velours, nous y reviendrons.

Lorsqu'à l'été il fut question d'une opération kurde pour prendre Jarabulus et perturber le ravitaillement de Daech, Ankara menaça d'intervenir militairement. Finalement, un accord fut trouvé entre Américains et Turcs. Les premiers assuraient aux seconds l'annulation de l'opération contre l'utilisation par les jets US de la base d'Incirlik. On en était là quand le Sukhoi a été abattu...

Si les "Kurdes est" de Kobané n'ont pas encore bougé ni franchi l'Euphrate, les "Kurdes ouest" ont fait mouvement et engagé la bataille dans la plaine au nord d'Alep... soutenus par les bombardements russes ! Les YPG ont pris le contrôle de plusieurs villages à un jet de caillou de la frontière turque, mettant en péril l'approvisionnement des terroristes modérés (Al Qaeda, Ahrar al Cham). Ce qui se profile à l'horizon est un mouvement en tenaille entre les "Kurdes est" franchissant l'Euphrate et les "Kurdes ouest", le tout protégé par les fameux S-400 russes qui vont abattre comme des mouches les avions turcs qui s'aventureraient dans la région.

Le grand coup de Poutine

Les Américains, embringués dans des alliances totalement contradictoires, sont paralysés et ce diable de Poutine en profite avec délice. Si Moscou soutient les YPG, Washington ne pourra non seulement rien faire, mais même rien critiquer, puisque ces milices kurdes sont ses alliés théoriques. Une fois de plus, Barack à frites verra avec horreur les Russes débaucher ses propres associés.

Car Vladimirovitch voit plus loin. Il a appelé Assad et le PYD (parti kurde chapeautant les YPG) à s'unir. Les Kurdes sont preneurs depuis un certain temps ; jusqu'ici, c'est Assad qui n'était pas très chaud, mais il est l'obligé de Moscou depuis la campagne aérienne lancée il y a deux mois. Cette alliance - qui semble déjà se faire sur le terrain militaire à défaut d'un accord politique formel - porterait un coup mortel à l'EI et autres terroristes modérés chers à l'Occident, giflerait les Turcs et embarrasserait terriblement les Américains.

Partager cet article

Commenter cet article

Gérard Couvert 09/12/2015 15:08

Bonjour, dans le même sens que cet article et avec un éclairage particulier permettez-moi de promouvoir un article que j'ai écrit la même jour.

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/poutine-redessine-t-il-le-proche-174970

jacquart&jacaton 09/12/2015 06:36

Point de vu très intéressant .

Merci.

Observatus geopoliticus 09/12/2015 23:36

Merci à vous

Observatus geopoliticus 05/12/2015 19:46

Pardon aux fidèles lecteurs de ne pas avoir répondu aux commentaires sur cet article mais, comme vous pouvez le constater avec le nombre de partages facebook (5 600 !), ce billet a eu un succès incroyable et je croule sous les courriels.
Merci encore pour votre fidélité.
Bien à vous tous !

Hagar 05/12/2015 12:49

C'est une vision intéressante, l'avenir nous dira ce qu'il en est, les masques tomberont peut-être alors.
Que se passera-t-il si des avions turques sont abattus par des missiles d'origine russe ?
Si effectivement un état Kurde se crée, se posera pour lui l'accès à la mer.
Qui vivra verra !

raf kawolinsky 04/12/2015 16:21

l'Angleterre et maintenant l'Allemagne décident de faire partie du jeu ! certes dangereux car ils ne savent point combien par ailleurs ils ont sur leur territoire de djihadistes "cachés"qu'ils feraient mieux de neutraliser avant toute intervention. et c'est au nom de la "démocratie et des droits de l'homme"que les djihadistes européens ont eu tout le loisir de se forger et d'asseoir leurs bases latentes. on a tendance à oublier les islamistes tchétchènes dont les russes ont vite compris le danger. les européens doivent en tirer les leçons.Et Poutine continue à leur apprendre la méthode à suivre.Dans tout ça: les pays "satellites" des Américains suivent la caravane !

Alain Vabois 04/12/2015 10:49

J'aime cette musique ;)

perre durand 04/12/2015 06:30

je pense que pour l'instant il faut laisser faire Poutine, car au niveau de la stratégie, c'est un très bon. il n'est pas comme les Ricains qui calculent sans cesse se que ça va leur rapporter, aujourd'hui l'heure n'est pas au fric, mais bien à détruire ce cancer qu'est l'EI.

Denlau9095 03/12/2015 22:01

Cela veut dire que Poutin est en train d'aider les Kurds à se donner un pays tout en faisant échec à l'EI. On voit bien que les russes sont plus forts aux échec que les européens et les américains...

JhonDoe 03/12/2015 15:58

Pas si sur je croie car il me semble que faire un kurdistan est justement l'objectif des occidentaux de l'otan donc des usa.
Et donc un réunion homogène des kurdes d'irak et d'iran, obligerai à considérer qu'ils se déclarent comme une nation indépendante sur leur terres.
Je parle bien évidemment de la suite un fois l'ei HS.
Il semble que les usa, aient à long terme ce kurdistant en tête.
Là ou il y avait 2 pays, Irak et syrie, il y'en aura un autre le kurdistant, réduisant aussi la taille des 2 autres.
Si on regarde aussi la localisation des kurdes par rapports aux puits de pétrole,
cela donnera au final, 3 petits pays pétroliers au lieux de deux pays pétroliers moyens.
Diviser pour mieux régner.

Au final le pion turc sera damé, mais pas sur du pion américain à long terme. Mais vu que au final turquie et usa même camp, c'est interchangeable donc relatif en géostratégie.

Mimi2441 03/12/2015 11:01

Bravo Poutine...tu as fait la pige aux Américains et aux Français ces prétentieux et pro-islamistes. Pourtant je n'appréciais pas cet homme et actuellement je préférerai être dirigé par les Russe que par HOLLANDOUILLE et sa bande de bons à RIEN...

dcembre 02/12/2015 23:17

"Si vous êtes compréhensif, vous serez tourmenté" Sun Tzu

Bruno 02/12/2015 22:56

Il a effectivement retourné la situation en sa faveur, ce que vous décrivez avec brio. A noter qu'en 1982 déjà, les frères musulmans s'engouffraient en Syrie à partir de la Turquie. Dans cette guerre, le flot djiahdistes devraient devenir un goutte à goutte si les Kurdes réussissent leur jonction.

MBM 02/12/2015 22:28

Magnifique rapport, revigorant. Je venais justement de visionner "l'Enlèvement au sérail" de Mozart à la suite de quoi j'ai décidé de jeter un œil sur votre site, et ce sont les deux qui s'écarquillent d'une enfantine jubilation. Quel enchaînement! Quelle mise en scène! Que du bonheur. Sur ce... les enfants couchés, je vais me déboucher un Saint-Julien.

Pierre Bourdon 02/12/2015 20:55

Toute une bombe médiatique est tombé aujourd'hui sur la tête de Erdogan ou Erdo'gollum'
http://fr.sputniknews.com/international/20151202/1019971348/defense-terrorisme-lutte-conference-presse.html?fb_comment_id=fbc_1066922883332144_1066932643331168_1066932643331168#f2c9660714

Lepage Gérard 02/12/2015 19:50

Que doit-on penser de l’accélération de l’UE (Merkel, Allemagne) pour intégrer la Turquie ?

saubadine franck 04/12/2015 13:54

ceci est fait pour mieux nous asservir a profit des americains ( et de leurs maitres ...)
a nous de voir si nous voulons vivre libre ou bien vivre en esclaves........

Pierre Bourdon 02/12/2015 00:31

Erdogan diplomatiquement sermoné par Obama, devant les journalistes. Et vlan !

Vu sur euronews : Le Président turc encouragé par Barack Obama à arrondir les angles avec Moscou http://fr.euronews.com/2015/12/01/le-president-turc-encourage-par-barack-obama-a-arrondir-les-angles-avec-moscou/

marc 03/12/2015 02:06

Diplomatiquement devant journalistes et hors caméra, c'est 2 choses complètement différentes, le cinéma et la réalité !

belamicci 02/12/2015 00:12

très bon article qui reproduit avec forces détails la situation telle qu'elle se présente :la folie d'Ankara d'abattre un bombardier russe ,l'immédiate réponse de ces derniers à donner le tournis aux dirigeants de tous ces Etats voyous "sans papiers" venus dans cette région sans aucune couverture de l'ONU défiant le droit international.La Turquie prend son compte .Elle paie son crime étant en réalité une base arrière de Daech .Les Américains,c'est connu, pour le business ou leurs intérêts en général ils sont prêts à s'allier avec le diable .Mais ce qui me frappe ,ce que je n'arrive pas à saisir ,comment des nations européennes dites démocratiques,civilisées puissent s'être aussi facilement laissées entrâiner dans ces guerres qui ne sont pas les leurs .Sont-elles à ce point à la merci des USA pour perdre toute souveraineté, honneur et crédibilité?

Pierre Bpourdon 01/12/2015 23:40

Votre comparaison de Vladimirovich et Sun Tzu n'est pas exagéré. Monsieur Poutine est un magicien de la géopolitique, c'est rassurant d'une certaine façon (connaître un dénouement heureux et rapide), et inquiétant de l'autre (réaction inappropriée de l'adversaire). Good job !

À moins que je me trompe, les Kurdes sont les seuls en majorité "syriens" qui se battent, non contre le régime de Bachar el-Assad, mais contre l' EI. Tous les groupes djihadistes actuellement en Syrie sont "importés" de d'autres pays.

Clara 02/12/2015 22:26

@belamicci
"Sont-elles à ce point à la merci des USA pour perdre toute souveraineté, honneur et crédibilité?"

Hélas, oui