Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Panique à bord

7 Février 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Moyen-Orient, #Russie, #Ukraine

Quel spectacle, mes aïeux... Le système impérial et ses relais médiatiques sont passés du mode panique au mode hystérique. Il faut dire que le Donald donne jour après jour un bon coup de pied dans la fourmilière, tout en sachant mener sa barque avec habileté. Jusqu'ici, il a louvoyé avec astuce, changeant de cap mais évitant les écueils de la table rase, donnant quelques miettes au Deep State pour que celui-ci ne se dresse pas uniformément contre lui.

En Syrie, une nouvelle est passée totalement inaperçue : il y a deux jours, l'aviation US a effectué un raid sur Idlib, tuant un commandant d'Ahrar al-Cham. On comprend que la presstituée ait préféré garder le silence : ce groupe salafiste était lyriquement considéré comme "modéré" il y a encore deux mois. Autre occupant de la Maison blanche, autres moeurs...

Puisque nous y sommes, restons un instant en Syrie. A Idlib, donc, la division barbue que nous annoncions a eu lieu autour des deux grands pôles rebelles - Al Qaida (dont la fédération s'appelle désormais Hayat Tahrir al-Cham) et Ahrar al-Cham. Si les combats fratricides ont plus ou moins momentanément cessé, le divorce est acté :

Les groupes modérés sont... nulle part ! La MSN occidentale est... muette.

Un peu plus à l'est, Al Bab est en vue. Nous ne parlons pas des Turcs et de leurs alliés qui la contemplent depuis de très longs mois sans pouvoir la prendre et qui rament pour s'imposer dans les villages environnants - le dernier en date s'appelle Bzaah, qui a changé huit fois de main ! Non, c'est l'armée syrienne qui approche à grande vitesse d'Al Bab par le sud :

C'est la dèche pour Daech, les petits hommes en noir al-babiens étant en passe d'être coupés du reste de leur territoire. Mais la question à un million concerne évidemment la "rencontre" entre l'armée loyaliste et le duo ASL-Turcs, mortels ennemis d'hier. Certes, tout cela a forcément été préparé en amont lors des discussions Poutine-Erdogan, mais il y a un monde entre les corridors du pouvoir et la réalité du terrain, et les haines tenaces ne s'effacent pas du jour au lendemain. Les généraux syriens font d'ors et déjà monter la pression, se disant prêts à en découdre avec l'ASL et les Turcs si nécessaire. Ambiance, ambiance...

Plus au sud, Wadi Barada a été libéré fin janvier. Rappelez-vous, le blocage et l'empoisonnement de son eau par les rebelles délicieusement modérés mettait en danger les cinq millions de Damascènes dans le silence assourdissant de nos médias. Le danger de catastrophe humanitaire est désormais écarté. Enfin, après des semaines de combats autour de l'aéroport stratégique T4 et le reflux de l'EI, Palmyre sera bientôt à nouveau en vue et des troupes d'élite sont déployées pour avancer vers la cité antique.

Après cette longue parenthèse syrienne, revenons à Washington où le changement de direction de Trump met le système impérial en émoi. Et ce n'est pas la crise ukrainienne qui le rassurera.

Sous Barack à frites, le schéma était simplissime. S'asseyant sur les accords de Minsk, Kiev lançait une offensive, les séparatistes pro-russes répondaient et le camp occidental accusait invariablement Moscou. Sentant maintenant le vent tourner, la junte ukrainienne a, sans doute conseillée par McCainistan, voulu forcer la main du Donald en faisant brusquement monter la pression fin janvier à Avdeïevka.

Elle a dû être déçue... Si l'ambassadrice américaine à l'ONU a (mollement) sauvé les apparences et donné quelque chose à grignoter au parti de la guerre, le changement de ton ne trompe pas et chacun s'en aperçoit (ici ou ici). Lors de la conversation téléphonique entre Trump et Porochenko, aucune condamnation ni critique de la Russie, rien n'accusant Moscou d'être à l'origine de la flambée de violence comme c'était habituellement le cas. Poroclown en a avalé son chocolat de travers...

Tout cela a évidemment le don d'exaspérer le système impérial, encore plus furibond depuis l'incroyable remarque de Trump :

Neuneu : - Vladimir Poutine est un tueur

Donald : - Pensez-vous que notre pays soit si innocent ?

A ma connaissance, c'est la première fois qu'un président américain se permet cet examen de conscience. Quel gouffre d'avec le nationalisme exacerbé et autres transes sur la nation indispensable des Bush Sr et Jr, Obama ou Clinton... Sans surprise, l'Etat profond a frisé l'attaque d'apoplexie et les cris d'orfraie ont retenti d'un bout à l'autre du pays. Quant à la présentatrice de CNN, elle en avait presque la larme à l'oeil ! Le Figaro, à ma connaissance le seul en France à avoir rapporté intégralement la nouvelle, a pour une fois fait preuve d'un brin d'objectivité. Après avoir évoqué le décalage - doux euphémisme - de Trump avec la classe politique en général et les caciques Républicains en particulier, le canard continue :

Toutefois, une enquête publiée vendredi par le New York Times montre bien qu'il n'est peut-être pas tant que ça en décalage avec l'électorat républicain, pour qui la menace islamique radicale éclipse la menace russe. Interrogé sur l'endroit du monde qui représente pour lui la principale menace pour les États-Unis, l'électorat démocrate place à l'inverse la Corée du Nord en tête, suivie immédiatement par la Russie. Mais l'électorat républicain mentionne après la Corée du Nord une longue liste de pays musulmans, avant de citer la Russie, selon cette enquête.

On fait la même enquête en France en Allemagne ou en Angleterre ? Enième illustration du chiasme entre l'establishment occidental et les peuples qu'il est sensé représenter...

Pas de quoi réfréner le New York Times qui nous pond une histoire sur l'empoisonnement d'un opposant inconnu par le grand méchant Poutine, histoire de mettre le Donald en difficulté sur son commentaire. Le Spiegel allemand tombe dans le scabreux, la journaloperie se déchaîne (notez les nombreuses contre-vérités factuelles d'Amanpour) et Soros est au bord de la crise de nerf. La palme revient toutefois à une obscure membre du Congrès, la désormais inoubliable Maxine Waters pour qui Poutine est en train d'envahir... la Corée ! Eh oui, vous ne le saviez pas, moi non plus, c'est le parti Démocrate qui nous l'apprend :

Bien sûr, mémère Maxine ne semble plus avoir toute sa tête et son entourage, quelque peu embarrassé, a dû la mettre gentiment au lit après cet immortel épisode. Mais c'est symbolique de notre époque où vous pouvez raconter tout et (absolument) n'importe quoi si vous appartenez au camp du Bien. Et plus ce dernier coule, plus il devient hystérique...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric83 10/02/2017 10:42

Bonjour OG,
je me permets de vous soumettre un article du Saker sur les tensions grandissantes dans le Donbass, ses causes et ses possibles conséquences. Partagez-vous cette analyse ?
http://lesakerfrancophone.fr/risque-imminent-de-larges-operations-militaires-dans-le-donbass

Observatus geopoliticus 10/02/2017 13:31

@ Eric
D'accord avec à peu près tous les points de l'article, sauf peut-être celui sur l'Allemagne : la condamnation indirecte (via la Suddeutschen Zeitung) de Poroclown semble indiquer que Berlin en a un peu marre de la junte.
Cette dernière passera-t-elle à l'action ? Ce n'est pas la première flambée de violence depuis Minsk II, même si celle-ci est plus importante que les autres...

Grognard 09/02/2017 18:48

Bonjour O G;

Je me suis pourléché les babines de votre dernière production.
Vous aimeriez apparaître dans les blocs culinaires (lol)?
---------------------------
@ theuric
08/02/2017 16:50
Ils n'ont plus que la fuite en avant.
Ce type de fuite génère rarement des comportements rationnels.
--------------------------
Re: Observatus geopoliticus
09/02/2017 17:28

Oui, j'ai lu ça, c'est hallucinant. Je veux mourir et vous donne même le couteau pour m'égorger...

Hélas oui.
On prend là toute la mesure d'avoir repoussé la Russie au lieu de s'en rapprocher.
Ce n'est pourtant pas si difficile de lire une carte.
-------------------------
De façon générale puisque l'assassinat de Trump a été évoqué plusieurs fois:
Je n'y crois pas.
Selon moi il ouvrirait la porte à des tentatives de sécession ; réveillerait certaines milices ; sans parler d'anciens militaires qui pourraient agir en loups solitaires, ou pas.
Bien que l'état fédéral puisse placer les gardes nationales sous commandement fédéral cela ne ferait qu'amplifier le bo..el.
Dans un tel contexte les équipes SWAT même surarmées ne pèseraient pas lourd.

Euclide 09/02/2017 13:30

Bonjour,
Vu dans la presse économique de ce matin ( La Tribune) mais l'article a disparu que la technocratie bruxelloise ( UE) se vend à la Chine au lieu des States ( ex accord TAFTA , enfin accord industrie allemande). Pour moi, c'est suicidaire.
Lorsque la Chine aura bouffé l'industrie et l'agriculture européenne que nous restera t'il ?

Observatus geopoliticus 09/02/2017 17:28

Oui, j'ai lu ça, c'est hallucinant. Je veux mourir et vous donne même le couteau pour m'égorger...

Yom 09/02/2017 11:06

Puisqu’il est question dans le billet des tensions et réactions du système en place malmené, je ne pense pas être hors sujet en évoquant la « guerre de l’information » à travers la guerre des média.

Hier mercredi 8 février 2017, l’émission C dans l’air avait pour titre « Macron dans l’œil de Moscou » et avait pour thème la possible ingérence de la propagande russe dans l’élection française (après l’élection américaine dont chacun sait que le résultat est entièrement du à des manipulations russes et aucunement à une quelconque exaspération d’une partie de la population américaine ravagée par la crise de 2008).

Dans le même temps, RT International, largement évoquée sur le plateau de France 5 conjointement avec l’agence Sputnik, diffusait un entretient avec Jacques Sapir commentant l’initiative du Monde, à l’instar de celles de Facebook ou du Washingthon Post outre Atlantique, de se proposer d’aider le quidam à distinguer les sources sûres d’information des dispensaires de « fake news ». Pour le Monde, cela prend la forme du site Décodex (http://www.lemonde.fr/verification/) et d’un code couleurs (vert, orange, rouge).

Il semblerait que le tollé soulevé ait fait ravaler de leur superbe aux prétentions de ce site depuis sa mise en ligne. Ainsi, quand on entre « fr.suptniknews.com » on n’a plus, au 09/02/2017, qu’un message indiquant que le site en question n’a pas encore été étudié. Quelques jours auparavant, il était pourtant classé orange (https://fr.sputniknews.com/international/201702031029916181-le-monde-decodex/).

Le présent blog n’a, lui non plus, pas encore été étudié.

En revanche lemonde.fr est toujours classé vert. Ouf, tout va bien. Ne parlions-nous pas déjà, il y a peu, de l’éhontée tendance à l’autocongratulation de notre presse ?

Cela n’est-il pas délicieux ? Quoi de mieux, pour éviter de soi-même risquer d’être critiqué sur la véracité de la propagande que l’on diffuse, que de se mettre dans la posture d’autorité de celui qui distribue les bons points et les mauvais points à ses petits camarades. Le Monde est tellement indiscutable … qui de mieux pour se charger du ministère de la vérité ?

Furax 10/02/2017 07:38

Je pense au contraire que l'hypothèse que Macron soit dans l'œil de Moscou n'est pas du tout absurde.

Il arrive aux systèmes de propagande de dire une vérité en la déformant et en l'emballant dans un mensonge ou une tromperie.

Macron est le candidat du centre-gauche mondialiste et multiculturaliste, des européistes inféodés aux néocons et faucons libéraux.

Moscou comptait sur Fillon. Sa candidature est en train d'être pulvérisée par le système à coup de manipulations judiciaires et médiatiques.

Cela serait logique que Moscou essaie de faire dérailler la candidature Macron. Et de ce point de vue, la candidature de Bayrou (soyons clair, Bayrou n'a besoin d'aucune incitation russe pour être candidat), permettrait de dégonfler la candidature Macron.

simplet 09/02/2017 12:18

Ne pas perdre de vue qu'à la fin de l'année passée, l'UE a déclaré vouloir faire la guerre à la propagande venue principalement de Moscou ( Verhoofstad).
Ne serions nous pas en pleine première offensive?

Alaric 09/02/2017 12:17

Incroyable ! Je me demande à quel point ils nous prennent pour des abrutis ?

la grive 09/02/2017 09:42

Comme vous le dites OG, le divorce est acté et il y a officiellement deux pôles. La tâche sera maintenant de vendre le concept d'un pôle à soutenir et d'un autre à combattre. Mais la réhabilitation de l'image de la 2e colonne n'est pas gagnée quand les membres ne cessent de passer d'un groupe à un autre et en dissolvent certains pour en refonder de nouveau. Si on rajoute le fait que les adversaires du projet seront à l'affût de tout scoop pouvant nuire à cette image, il est nécessaire de faire un ménage pré-emptif.

Il est intéressant que si Southfrnt nous présente Abu Hani al-Masri, la cible de la frappe de samedi comme un commandant d'AaS, la presse occidentale elle, parle d'un ancien de la vieille garde d'Al Qaeda et cite les noms de ben Laden et al Zawahiri pour bien enfoncer le clou.

A mon avis, il ne faut pas voir le licenciement d'un cadre traînant trop de casseroles pour la fermeture de l'usine.

la grive 09/02/2017 09:44

désolé, je voulais répondre au message de dessous et non en démarrer un nouveau.

la grive 08/02/2017 19:22

>OG : "... il y a deux jours, l'aviation US a effectué un raid sur Idlib, tuant un commandant d'Ahrar al-Cham..."
Il y avait déjà des frappes ciblées sur Idlib durant les derniers jours de la présidence d'Obama, du moins, c'est ce qu'on pouvait lire. Je ne le vois pas comme un revirement de la politique US mais plutôt un ajustement face à l'évolution de la situation. Le projet américain pour la Syrie remonte à une douzaine d'années (voir plus) et plusieurs présidences se sont passées le relais. Je ne les imagine pas abandonner un tel investissement sur un coup de tête alors qu'on approche du grand dénouement.

Canut 08/02/2017 23:04

Effacement de preuves/témoins gênants/etc. ?

Observatus geopoliticus 08/02/2017 22:58

@ la grive
Alaric a été plus rapide que moi... Les raids de la fin de l'ère Obama frappaient Al Qaeda, pas Ahrar al-Cham, considéré comme modéré par le système impérial. Le récent changement de cible a donc toute son importance.

Alaric 08/02/2017 20:20

Si vous appelez ajustement le fait de passer d'un soutien des rebelles à leur assassinat , effectivement ...

Les frappes des derniers jours de la présidence Obama ne ciblaient pas Ahrar mais Fatah al Sham (Al quaïda en syrie )

theuric 08/02/2017 16:50

Que ce soit en Europe ou au sein de l'empire, nos zélites commencent à décompenser, c'est à dire que les tensions psychologiques qui se sont, chez eux, accumulées depuis qu'il devenait évident que le système ne pouvait pas tenir;
Ces tensions, donc, provenant de la contradiction entre la narrative nécessaire pour justifier leurs prises de positions et leurs actes et, d'autre part, la réalité des faits, sont en train de lâcher.
Ce qui veut dire que nous nous retrouvons face à des gens qui, d'une certaine façon, réagissent sous la pression intérieure et collective d'une fantasmagorie idéologique plus ou moins délirante tendant à terme, à de la confusion.
Souvent, ce déni conduisant à de la fuite en avant.
Je pense que nous n'en sommes qu'au début et que cette décompensation collective ira en s'accroissant, d'autant plus que trois élections importantes vont survenir cette année en Europe.
Les plus fragiles pourraient bien s'effondrer psychiquement quand, dans le même temps, les moins sots et les moins empreint idéologiquement nous montreront l'élégance et la souplesse avec lesquelles ils sauront retourner leur veste.
Mais pour l'instant, à peu près tous considèrent que rien n'est encore joué, que ce soit ici comme là-bas, sans comprendre que nombre d'entre-eux se mettent ainsi psychologiquement en danger.

theuric 09/02/2017 12:53

Je suis tout à fait d'accord avec vous, cher Observatus.

Observatus geopoliticus 09/02/2017 10:48

En somme, le Big Bang. L'oeuf originel/impérial explose et la décompensation commence, les nuages de gaz/tentacules du système impérial s'épandant dans toutes les directions. Comme quoi, la connaissance des lois de la physique permet de mieux appréhender la géopolitique ^^
Blague à part, il y a une part de sérieux dans ce que je dis. Je suis frappé depuis toutes ces années d'observation par la ressemblance entre le comportement humain et celui des électrons/molécules/photons etc. Les recompositions géopolitiques ressemblent à s'y méprendre à celles de la matière.

Byblos 08/02/2017 16:05

«Sans surprise, l'Etat profond a frisé l'attaque d'apoplexie...». Ne pensez-vous pas qu'il est impossible que Trump se soit hissé tout seul à la tête des USA et que, s'il parvient à s'y maintenir, c'est qu'il a tout de même des appuis? Y aurait-il aux USA plus d'un «État profond»?

Observatus geopoliticus 09/02/2017 17:26

Cher Byblos, très cher Byblos, pourriez-vous arrêter de poster vos réponses n'importe où... Pour réagir au message d'un lecteur, il faut cliquer sur la case "Répondre" EN FACE DE SON NOM, pas en dessous ! Je sais, c'est un peu mal foutu, mais je n'y suis pour rien, c'est la maquette d'Overblog qui est ainsi. Faites un effort, je vous en prie.
Je replace ici votre réponse :

Merci OG. C'est exactement la même constatation que je fais. J'y ajouterais que les lobbies pro-israéliens sont également quelque peu divisés quant à l'opportunité de définir une fois pour toutes les frontières de l'État d'Israël de même que sa nature (État juif?).
Au fait, je saute du coq à l'âne, mais pourquoi parle-t-on toujours d'«État» d'Israël, et jamais de «République», par exemple? En attente du «Royaume» d'un descendant de David peut-être?

Observatus geopoliticus 09/02/2017 11:13

Je replace le message de Byblos au bon endroit :
@ Alaric
Le FBI et (seulement) un certain nombre de généraux, c'est bien peu. Ça ressemble plutôt à une façade. N'y aurait-il pas aux USA des forces qui, sentant venir la grande débandade, ont entrepris de préparer un atterrissage en douceur? Notamment en se débarrassant de quelques patates chaudes comme la question de l'Ukraine, ou celle de la Palestine et, plus généralement, la réévaluation des intérêts US et des modalités de leur préservation au Moyen Orient?
***
Et ma réponse :
Vous avez tout à fait raison. L'hystérie du parti de la guerre a tendance à cacher le fait qu'une certain nombre de groupes moins médiatiques mais puissants sont derrière Trump.
Alaric a parlé des généraux et ce n'est pas rien. Durant la campagne, le Donald revendiquait des dizaines de généraux/amiraux. Tout le courant militaire réaliste en quelque sorte.
Mais il y a plus. Le secteur pétrolier est lui aussi plutôt derrière Trump et la nomination de T. Rex est tout sauf un hasard. Trump, c'est un peu Exxon, donc Kissinger ou Condoleeza Rice. Nous assistons au divorce entre les néo-cons et les pétroliers, jusqu'ici man dans la main.
Il y a aussi un certain "big business", par exemple les hommes les plus riches des Etats-Unis et dont on ne parle jamais parce qu'ils sont deux frères et non tout seul comme Bill Gates - les frères Koch : https://southfront.org/what-is-behind-the-koch-brothers-partnership-with-donald-trump/
Le business réel contre le business virtuel en quelque sorte...
Le lobby israélien n'est pas non plus très loin de Trump qui était le candidat de Tel Aviv. Au vu de l'invraisemblable campagne de diabolisation du Donald, cela prouve d'ailleurs en creux que le "complot médiatique juif" n'est qu'une chimère, ce que ne comprend toujours pas un site pourtant de qualité comme le Saker, toujours engoncé dans une grille de lecture à côté de la plaque.

Alaric 08/02/2017 17:18

OG a déjà évoqué la chose : l'armée (comprendre: un certain nombre de généraux influents ) et le FBI sont derrière Trump.

simplet 08/02/2017 15:18

http://www.zdnet.fr/actualites/assemblage-des-smartphones-la-fin-des-ouvriers-a-la-cha-ne-39848188.htm

C'est sûr que cela augmentera la classe moyenne chinoise et son avenir brillant.

Ce qui était hier....alia temporibus aliis modis

E. 08/02/2017 12:38

Cher OG: oui, c'est à se demander jusqu'où ces gens vont aller pour garder leur monde. Je serais Trump j'éviterais Dallas....Sinon, selon une source turque, Erdogan a annoncé qu'il serait d'accord pour "collaborer" sur Al Bab avec les syriens. Une façon d'anticiper le fait que ce sont ces derniers qui vont planter le drapeau en premier, j'imagine :)

E. 09/02/2017 13:04

Militairement, je ne vois pas pourquoi les loyalistes auraient eu "besoin" de discussions en amont. Par ailleurs, la phrase d'OG est à propos de la préparation de la rencontre inévitable entre ennemis d'hier. La source dont je parle cite Erdogan prétendant que la prise d'Al Bab va être une opération commune. Je pense plutôt qu'il sait que les loyalistes vont arriver pratiquement en même temps que lui et qu'il y prépare son opinion.

Alaric 08/02/2017 17:21

OG dit dans l'article : " Certes, tout cela a forcément été préparé en amont lors des discussions Poutine-Erdogan"
l'avancée loyaliste ne peut avoir eu lieu qu'avec une coopération et une planification avec la Turquie qui remonte sans doute à plusieurs semaines sinon plus

Eric83 08/02/2017 08:54

Et pendant ce temps là, Obama a posé ses clubs de golf pour aller s'adonner au kite-surf avec le milliardaire Branson...et devant les caméras.
Les américains "victimes" d'Obamania vont peut-être enfin se rendre compte qu'il a oeuvré pendant 8 ans pour le Deep State et non aux intérêts du peuple américain et encore moins à la paix dans le monde.

Trump a dû en scotcher plus d'un avec sa répartie au "journaliste" va-t-en-guerre. Je ne sais pas si son intention est de faire monter l'hystérie à son encontre à son paroxysme mais cela y ressemble. Le cas échéant, dans quel but ? Faire sortir totalement de l'ombre le Deep State et réellement drainer le marais ? Trump a manifestement choisi l'affrontement, la question est jusqu'où le Deep State et lui-même sont-ils prêts à aller ?

Observatus geopoliticus 09/02/2017 11:26

@ Eric
Je pense que Trump a un fond certain de sincérité et qu'il ne peut s'empêcher de réagir quand il entend une énormité ou une injustice. Intellectuellement, c'est d'ors et déjà l'un des présidents américains les plus honnêtes de l'histoire.

kika 08/02/2017 07:45

ce matin, aux infos france inter, les roumains ont peur... de l'invasion russe, bien sùr.

Observatus geopoliticus 09/02/2017 11:27

Bah voyons... Nos médias sont très dumasiens : il leur faut un grand méchant, personnage diabolique qui tire les ficelles. Richelieu, Catherine de Médicis... Poutine.

Chris 08/02/2017 00:47

A propos du décret "Immigration/Sécurité" qui cause tant de remous, une vidéo de Meyssan explique les enjeux réels de ce décret, dont l'interdiction d'entrée de ressortissants de certains pays n'est qu'un volet.
Selon lui, Trump a signé un décret abolissant le pouvoir de la CIA et de l'Interarmée. Je sens la patte de Flynn...
https://www.youtube.com/watch?v=7Pwx0OsLIJw
Le Chef d’Etat-major interarmée et le chef de la CIA sont évacués du Conseil de Sécurité jusqu’ici constitué par 3 membres : la Maison Blanche, Interarmée et CIA qui ont gouverné la politique étrangère impérialiste des USA pendant 70 ans. Plus de siège permanent pour la CIA et l’Interarmée au Conseil de Sécurité !
Amendements pour que le chef de la CIA siège quand même au CS ? Gros débats et batailles au Congrès.
Seulement 145 Syriens autorisés à entrer aux USA en 2016. Alors que l'administration Obama avait annoncé en accueillir 10'000. Les Syriens sachant qui les ont attaqué auraient-ils boudé de leur côté ?
Nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

Posadagr 07/02/2017 23:14

Qu'il est bon d'entendre des paroles :-) Et du Président des USA.. qui l'aurait cru ..

Posadagr 07/02/2017 23:15

.. des paroles de vérités...
(c'est resté dans le clavier ^^)

Kevin 07/02/2017 22:19

Sachant que la Russie n'a pas de frontière commune avec la Corée du Sud, c'est probablement la Corée du nord que Poutine est en train d'envahir... Les americains doivent etre contents! :-D

Observatus geopoliticus 09/02/2017 11:23

@ Kevin
Pour Kerry, c'était un lapsus. Pour Maxine, c'est réellement de l'ignorance, elle ne sait pas de quoi elle parle. Voyez aussi son entourage qui lui souffle "Aleppo, Aleppo" quand elle parle d'une ville où les Russes tueraient des femmes et des enfants...

Yom 09/02/2017 10:14

Le principe de Peters est à l’œuvre dans les organisations dans lesquelles les promotions, accordées comme des récompenses ou des reconnaissances du bon travail accompli, s’accompagnent de changements de fonctions.

C’est très souvent le cas dans les entreprises, les promotions y ayant tendance à faire évoluer les employés vers des fonctions d’encadrement et d’organisation qui n’ont plus rien à voir avec les fonctions techniques qu’ils pouvaient occuper auparavant. Pour prendre un exemple typique dans ma branche professionnelle : untel est un excellent programmeur et il a plusieurs fois sauvé la mise de son entreprise en trouvant dans des programmes des bugs extrêmement subtils et en les corrigeant comme peu d’autres en auraient été capables. En reconnaissance de ses bons et loyaux services, ont va décider de lui accorder un « meilleur » poste (et le salaire qui va avec). Il va donc devenir chef de projet. Il ne touchera alors plus à une seule ligne de code. Au lieu de cela, il passera ses journées sur un tableur à suivre les temps passés sur telle ou telle tâche de programmation par ses collègues restés programmeurs. S’il s’avère médiocre dans cette nouvelle fonction, il ne sera plus jamais promu à un nouveau poste puisqu’il ne le « méritera » pas. Il va donc rester pour le reste de sa carrière à ce poste auquel il s’ennuie et pour lequel il est inefficace. Au passage, l’entreprise aura perdu un excellent programmeur et « gagné » un chef de projet médiocre.

Pour avoir travaillé au sein de grosses entreprises multinationales (françaises et américaines), je peux témoigner d’un autre syndrome pouvant expliquer une incompétence systématique. Dans ce type d’organisations fortement hiérarchisées en de multiples étages, les cadres de l’étages N de la hiérarchie sont souvent responsables de la promotion d’employés jusqu’à l’étage N - 1. Quand un poste se libère à cet étage N - 1, il vont avoir tendance à y placer ceux qu’ils soupçonnent les moins d’être en capacité de pouvoir ensuite briguer leur propre poste à l’étage N, c’est à dire les plus médiocres parmi ceux éligibles au poste.

Par ailleurs, nous aimons nous délecter de la nullité en géographie des américains. Tout le monde se souvient de cartes de CNN plaçant Toulouse en Languedoc Roussillon ou Strasbourg en plein cœur de l’Allemagne.

Mais inversons les rôles et demandons à nos concitoyens de placer, une carte sans délimitations autres que celles des côtes, Sacramento, Denver ou Bâton Rouge ; ou le Tenessee, l’Iowa ou le Kentucky. Ou N’Djamena, Kinshasa ou Tombouctou sur une carte de l’Afrique …

la grive 08/02/2017 19:53

Pauvre Maxine. Contrainte de faire sa présentation alors que visiblement elle n'a pas lu le livre. Alors elle temporise. Elle répète l'intitulé du sujet et tente de développer un thème qu'on entend souvent en bruit de fond. Korea ? Elle cherche un soutien du fond de la classe, Korea ? Nope, mauvaise pioche. 2/20 et encore, je suis clément, elle ne s'est pas foulé alors qu'il suffit d'allumer le poste pour connaître ce que le jury souhaite entendre.

SanKuKai 08/02/2017 17:20

@ Maludu, en effet les politiciens s'informent beaucoup avec la presse. et comme le disait Karl Kraus: “Les guerres commencent lorsque les politiciens mentent aux journalistes puis croient ce qu'il y a écrit dans les journaux”.

Madudu 08/02/2017 13:26

En effet le principe (selon wikipédia) de Peter est sensé s'appliquer à toutes les hiérarchies pyramidales, y compris et surtout celles qui sont gérées de bonne foi.

L'idée, si j'ai bien compris, est qu'on fait monter dans la hiérarchie tous les individus qui réussissent à leur poste. Par construction ils terminent donc à un poste auquel ils ne réussissent pas.

Dans notre cas c'est bien différent, puisqu'il s'agit de placer des gens que l'on sait incompétent et ce en raison de leur incompétence, afin qu'ils ne fassent pas d'ombre et soient redevables, et donc obéissants.

Kevin 08/02/2017 12:11

Et cette dame n'est pas la seule...
John Kerry, qui parle du Kyrzakhstan:
http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/us-politics/9892297/John-Kerry-invents-country-of-Kyrzakhstan.html
Mais apparement, Jen Psaki qui veut débarquer sur les plages bielorusses, c'était un fake. Dommage, je trouvais ca très drole ;-)
https://globalvoices.org/2014/06/05/jen-psaki-the-russian-internets-public-enemy-no-1/

Kevin 08/02/2017 11:58

Bozi Lamouche: vous parlez du syndrome « dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s'élever à son niveau d'incompétence »? :-)

Sauf que dans le cas des politiciens, ils n'ont été compétents à aucun niveau, puisque la majorité d'entre eux a été propulsée à des fonctions à haute responsabilités dès leur sortie de sciences po ou de l'ENA. Le seul talent requis est ainsi d'avoir bien appris ses lecons et d'avoir eu des bonnes notes à l'école (ce qui ne semble pas le cas pour cette dame qui confond Crimée et Corée ;-)

bozi lamouche 08/02/2017 11:17

oui madudu ça s'appelle le syndrome de peter ( et appliqué à l'échelle d'une nation ça fait peur...) !

Kevin 08/02/2017 10:32

Ha, bien vu! Je me demandais avec quoi elle pouvait confondre "Korea", car ca ne ressemble pas franchement a "Ukraine", ni a "Syria", donc c'est sans doute "Krimea". En plus, elle le repete une seconde fois, au cas ou ;-)
Les americains ont un niveau de geographie absolument lamentable. Je bosse pour une compagnie autrichienne et doit souvent rappeller aux clients americains qu'il n'y a pas de kangourous en Autriche (ils confondent systematiquement "Austria" et "Australia")... :-D

Madudu 08/02/2017 10:19

Elle ne connaît rien de ce dont elle parle apparemment, elle pensait probablement à la Crimée (Crimea en anglais).

C'est l'occasion de rappeler que la désinformation ne vise pas que les populations, elle vise aussi la caste des "responsables" en quelque chose. Chez nous par exemple, les députés sont fortement influencés par la presse.

Le problème à placer un trop grand nombre de pions imbéciles et obéissant, c'est qu'on termine par être entouré d'incompétents qui font sans le vouloir la pire des choses, comme disait Nietzsche :

"La plus perfide façon de nuire à une cause est de la défendre intentionnellement avec de mauvaises raisons."

Eux ils ne font pas exprès, mais ils le font encore mieux que si c'était intentionnel ^^

Ady85 07/02/2017 21:32

Et oui Observatus, j'ai toujours pensé que lorsque viendrait la fin de cette oligarchie mondialiste (nous n'en sommes pas encore) ou tout du moins le début de la fin, ça se ferait dans un énorme cri d'hystérie, un hurlement agonisant.

Plus que l'hystérie, je trouve que ça ressemble à de la vraie propagande de guerre.

Jusqu'ou sont-ils prêts à aller selon vous Observatus ?

Un assassinat de Trump , l'impeachement, ou bien l'organisation de Maidan dans les grandes villes (je doute qu'il le puisse pour se dernier point), présenterait un très grand risque sur le plan interne aux USA.

Cette oligarchie est-elle prête à a

Observatus geopoliticus 09/02/2017 11:34

Le problème, c'est la légitimité ; on ne mesure pas l'importance de ce sentiment en histoire. La légitimité ou l'illégitimité ont provoqué des guerres, des révolutions (dont la française)...
Avec le précédent Kennedy, avec ce qu'il se dit maintenant d'un possible attentat contre Trump, si le système passe à l'acte, il aura 0 légitimité et sera totalement refusé. Il jettera des millions (peut-être des dizaines de millions) d'Américains dans la rue et plongera le pays dans le chaos. Et la pommade des médias ne prendra plus...

Ady85 07/02/2017 21:32

A aller jusque là (pardon ça a sauté).

Charles Michael 07/02/2017 20:50

C'est fait liftée la tronche la mémère.... mais n'a rien put faire pour lifter le QI. En fait je me demande si l'Intelligence Artificielle ne serait pas préférable tout compte fait ?

CouaKeu, à la réflexion c' en est sans doute un prototype en démonstration chez Darty.