Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Daech pas mort

10 Décembre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient

L'Etat Islamisque a beau être en recul partout, il ne faut pas vendre la peau du barbu avant de l'avoir épilé. Les petits hommes en noir font preuve de résilience, il faut le leur reconnaître...

Nous avons vu que les Turcs et leurs hommes de paille de l'ASL font du surplace au nord d'Al Bab. Certes, les Kurdes y sont aussi pour quelque chose, mais prendre la ville ne sera pas une partie de plaisir. Aussi, Ankara est-elle en train de déployer une force de 9 000 combattants "rebelles", dont 300 forces spéciales turques. Encore des morts en perspective pour une opinion publique qui commence à balancer...

Relevons au passage que Washington rame pour ouvrir des canaux de discussion entre ses "alliés" turcs et kurdes afin qu'ils ne s'autodétruisent pas. Notons également que la folle et précipitée (avant que Trump ne prête serment) décision du Congrès US, sous influence du diable incarné McCain, d'autoriser Obama à fournir des missiles anti-aériens à l'opposition laisse tout le monde dans l'expectative. Certains analystes y voient un soutien jusqu'au-boutiste aux djihadistes mais les Turcs pensent, eux, que ces Stingers seront destinés aux YPG kurdes ! Jusqu'à la fin, Barack à frites aura joué au pompier-pyromane, sa politique de gribouille lui mettant tout le monde à dos.

Mais revenons à l'EI... Sur le front de Raqqah, c'est le calme plat. En Irak, à Mossoul, ça n'avance pas plus. Certes, Daech est cerné de toute part et la retraite vers la Syrie est impossible depuis que les milices chiites ont coupé la route près de Tal Afar :

Mais Dieu que l'avance des troupes irakiennes est difficile... Tout y passe, y compris les Corans piégés ! Chaque point est l'objet d'âpres combats et l'armée doit parfois se retirer devant la férocité des contre-attaques djihadistes. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que les pertes soient très élevées :

Le 1er décembre, la Mission des Nations unies en Irak a donné un premier bilan des combats à Mossoul. Ainsi, pour le seul mois de novembre, les forces irakiennes ont eu 1.959 tués dans leurs rangs ainsi que 450 blessés. Ces chiffres, qui incluent également les pertes subies par les policiers au combat, les combattants kurdes (peshmergas) et les milices paramilitaires pro-gouvernementales, sont trois fois plus élevés que ceux constatés en octobre (672 tués).

 

Curieusement, on entend beaucoup moins la MSN depuis quelques temps, elle qui pérorait pourtant au début de l'opération afin de mieux enfoncer médiatiquement les méchants Syro-russes à Alep...

Retournons en Syrie justement, où l'EI a lancé une attaque massive contre Palmyre. La concomitance avec la libération d'Alep est curieuse. Aux dernières nouvelles, les forces gouvernementales sont arrivées à stabiliser le front tant bien que mal et les Sukhoïs devraient très vite se mettre en branle, empêchés pour l'instant par le mauvais temps, mais la situation est sérieuse. Il y a des dizaines de morts de part et d'autre et des bataillons de femmes ont été constitués chez les loyalistes.

Il semble qu'encore une fois, l'armée ait été incapable de faire face aux VBieD, véhicules bourrés d'explosifs conduits par des kamikazes qui, sortis de nulle part, se jettent sur leurs adversaires. Comme lors de l'offensive qaédiste sur Alep ouest il y a deux mois. Voici une vidéo tournée en juin à Palmyre. Depuis, aucune parade n'a encore été trouvée, ce qui étonne :

Tactiquement, la bataille est d'importance. Que les petits hommes en noir (drapeaux noirs sur la carte) en viennent à prendre la région de Palmyre et ils pourront se redéployer pour attaquer Ithriyah (cercle rouge), le noeud de toute la Syrie qui fait la jonction entre Damas et Alep.

 

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

Abou Darguman 23/12/2016 10:03

Ouf ! Chuis pas repéré.
...
Heuu, non, c'est des Nike !

Yann 23/12/2016 10:05

Pas pu m'en empêcher. Pardon.

Loic 12/12/2016 09:48

Quand même désespérant tout ça, j'ai l'impression que la guerre ne va pas encore durer des mois mais plutôt des années au train où vont les choses

jef 11/12/2016 23:07

Je présages du lourd dans cette Palmyrade. L'un avance trop, l'autre recule pas assez. Qui parie pour les US takfiristes?
1) Pour un camp, il faut 1) un contrepoint à Alep 2) Une chance de rester au cœur de la Syrie.
2) Pour l'autre camp, il faut 1) achever Alep, 2) étouffer Iblid. 3) Seulement, parer aux contre-attaques.
Admettons qu'une contre-attaque soit déterminante. Ben c'est le trois! L'impression de flottement. Sauf "qu''il y a pas photo". Les Russes comme les Syriens paieront le prix de la victoire.

Ouas 11/12/2016 19:52

Les hommes en noir sont à Palmyre. Ils sont partis d'el Raqqa par un couloir laissé ouvert dans la zone contrôlée par les kurdes à la demande des américains (source el Mayadeen à l'instant)

Grognard 11/12/2016 19:04

Bonsoir,

RT confirmait l'entrée de 4000 jihadistes dans Palmyre.
Ceux là il faudra aller les chercher à la pointe des baïonnettes
Ce qui peut changer, en partie, la donne est la présence ou non de population civile dans les secteurs d'affrontements.

On voit bien qu'à Washington se joue une partie remastérisée du roi est nu version Louis XV à savoir après moi le déluge.

Je ne vois pas bien quelle serait la meilleure tactique à mettre en oeuvre.
Ceci dit j'estime que c'est une bonne décision de vouloir chercher ses troupes.
Il est plus facile de reprendre le terrain perdu que de retrouver les combattants morts.

jef 11/12/2016 18:47

Mon sentiment est que l'actuelle bataille de Palmyre va décider avant l'investiture de Trump du Grand Jeu proche-oriental:
alors qu' Alep va être reconquise et libérer des troupes loyalistes, que la prochaine cible russo-syrienne est Idlib, que la Turquie peut verrouiller le Nord de la Syrie, Daesh n' a d'espoir de se maintenir au coeur de la Syrie et d'être relié à l'Irak, ou de fuir en Arabie Séoudite qu'en chassant les loyalistes de cette région. Pour assurer cette conquête, des milliers de takfiristes auraient été regroupés venant de Moussoul via Raqqa. Bien entendu, toute personne soupçonnant la prétendue coalition occidentale (et en premier chef les USA) censée assiéger Raqqa d'avoir permis, voire encouragé ce transfert sera condamné à passer un mois en compagnie de Mc Faul dans une baraque à frites.

Yann 10/12/2016 23:06

Al Bab aurait changé de main, aujourd'hui.

Observatus geopoliticus 11/12/2016 00:56

Oulah non ! Ils sont entrés dans la périphérie de la ville. Pas difficile puisqu'ils en étaient à 1 km depuis des semaines...

Yann 10/12/2016 23:12

Selon Al Babillage du Figaro :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/12/10/97001-20161210FILWWW00140-syrie-l-armee-turque-et-ses-allies-entrent-a-al-bab.php

Ady85 10/12/2016 22:29

Apparemment l'aviation Russe frappe fort ce soir à Palmyre.

Observatus geopoliticus 11/12/2016 01:00

Oui, mais un peu tard, même si Daech a apparemment reculé.

theuric 10/12/2016 21:25

Un extrémisme politique de cette nature, comme peuvent l'être ces divers mouvements djihadistes sont, semblablement au nazisme, en réalité autodestructeurs.
Processus montant à la surface de la conscience, sous forme de décisions, celles des attaques suicidaires, ne pouvant que mener à une inexorable défaite, bien pire que celle d'une reddition, ceci dès que l'échec du dynamisme conquérant devient patent.
Que ce soit les faucons (hi, hi, hi) économico-monétaro-militaires étasuniens ou les fous de dieu de feue l'E.I., quand bien même les dimensions et les types d'actions sont différents, nous nous retrouvons bien en face de ce processus autodestructeur tout à fait visible.
Toute haine, en effet, est d'abord une haine de soi, particulière ou collective, projetée sur une personne ou un groupe, représentant, d'une manière ou d'une autre, cette partie du psychisme profond détestée par l'individu ou cet ensemble de gens, parfois d'une société toute entière, voire d'un pays, d'un peuple.
Lorsque cette haine devient à ce point viscérale que cette personne, ce groupe, ce pays, ce peuple en vient à vouloir détruire définitivement ce sur quoi reposait cette projection, ces-dits personne, groupe, pays ou peuple se retrouvent au-dedans de ce mécanisme autodestructeur puisque, en réalité, c'est bien eux-mêmes qu'ils haïssent.
Pour étrange que cela puisse paraître, ce phénomène fait parti des nombreux modes de survie du psychisme face à un stress violent.
Ici le-dit phénomène de haine destructrice et autodestructrice prend sa source dans des événements passés tel que la frustrante obéissance infantile, la difficulté de se représenter son identité sexuelle ou sa simple identité d'être humain, une puissante frustration, un traumatisme, surtout si il s'est établi sur le temps long, des paradoxes ingérables de type double-contrainte, une culpabilité ou son simple sentiment, surtout si il tourne autour du plaisir (viol) ou a une origine générationnelle reconduite à l'identique, voire s'amplifiant de décennies en décennies, voire en siècles, à une rupture culturelle rapide, comme du passage à la vie agro-pastorale à la vie moderne...etc....
La seule haine de soi peut aussi conduire, entre-autres à un suicide social, une conduite délirante ou déraisonnable pouvant mener à un réel suicide ou à la recherche inconsciente de sa propre mort, à la destruction de ce qui avait été légué par des aïeux ainsi que des parents, quoi que cela soit, à la recherche de la punition éternelle, à la souffrance jusqu'à la maladie....etc...
Enfin, bref, nous devons comprendre que ce type de phénomène de type djihadiste ou oligarchie autodestructrice (le premier cours à sa mort, le second à sa ruine, donc à sa mort sociale), tout comme le mari violent tuant sa femme se retrouvant condamné à perpétuité ou le drogué se suicidant à petit feu, voire la femme poussant tant à bout son mari potentiellement violent qu'il en vient à l'occire, en ces trois exemples, sont des phénomènes psychiques particulier et/ou collectif assez semblables mais aux origines parfois proches, parfois très lointaines, parfois même proches et lointaines.

Jean 10/12/2016 20:41

"Que les petits hommes en noir (drapeaux noirs sur la carte) en viennent à prendre la région de Palmyre et ils pourront se redéployer pour attaquer Ithriyah (cercle rouge), le noeud de toute la Syrie qui fait la jonction entre Damas et Alep."
C'est fait:
"Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont pénétré de nouveau dans la ville antique de Palmyre, située dans le centre de la Syrie, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH)."
AFP

"L'EI est entré samedi à Palmyre et occupe le nord-ouest de la ville alors que des combats ont lieu avec l'armée dans le centre de la cité", a affirmé son directeur Rami Abdel Rahmane. L'EI avait pris le contrôle de Palmyre en mai 2015 et en avait été chassé en mars dernier par le régime"

Observatus geopoliticus 10/12/2016 21:43

Moui, attendons. De toute façon, ce n'est pas tant Palmyre elle-même qui est stratégique que sa région (l'espèce de doigt que l'on voit sur la carte).

fb67 10/12/2016 21:36

Information aussitôt démentie par l'armée syrienne, relayée par les iraniens
http://presstv.com/DetailFr/2016/12/10/497237/Pourquoi-Daech-attaque-Palmyre

Attendons un peu

Eric83 10/12/2016 18:39

Pendant que l'administration d'Obama continue de vouloir perpétuer la guerre en Syrie par de nouveaux envois d'armes, deux personnalités - qui pourraient faire partie de l'administration Trump - tentent de s'y opposer en proposant un projet de loi.
http://www.dedefensa.org/article/tulsi-dana-font-equipe-contre-la-narrative-syrienne
Tulsi Gabbard a même balancé, et en maintenant ses propos, au journaliste effaré de CNN que le gouvernement US avait armé directement et indirectement les terroristes en Syrie !
Les citoyens américains vont peut-être enfin s'intéresser à la Syrie et aux actions de leur gouvernement qui dit faire la guerre au terrorisme - en dépensant des trilliards - tout en armant les terroristes.
http://arretsurinfo.ch/video-la-deputee-tulsi-gabbard-dit-que-le-gouvernement-us-finance-lei-et-al-qaida/

Observatus geopoliticus 11/12/2016 00:59

Ha ha, merci fb, mais je n'ai jamais pensé à mes lecteurs en tant qu'élèves..
Pour l'histoire en direct, ce n'est pas faux.. Ce qui se passe sous nos yeux en ce moment - depuis deux ou trois ans pour être exact - conditionnera le monde longtemps. Nous sommes à un moment charnière : fin d'un monde et naissance d'un nouveau. Il n'est donc pas exagéré de parler d'histoire en direct.
Bien à vous

fb67 10/12/2016 23:28

Cher OG vous nous avez trop bien instruits, comme tout bon maitre vis-à-vis de ses élèves.

Mais on a l'impression ici de vivre l'histoire en direct, sûrement faux mais bien passionnant

Observatus geopoliticus 10/12/2016 21:44

Ach mein Gott, j'en parle dans le prochain billet mais vous avez déjà à moitié détruit le suspense hahaha.

fb67 10/12/2016 19:41

Déjà en novembre 2015 Tulsi Gabbard avait dénoncé la même chose dans une interview sur CNN:
https://legrandsoir.info/sur-cnn-une-parlementaire-us-confirme-que-la-cia-soutient-al-qaida-pour-renverser-bachar-el-assad

La vidéo n'est plus disponible (?!?)

Comme quoi il n'y a pas que des harpies aux US!

Alaric 10/12/2016 14:45

J'ai l'impression que l'offensive kurde sur Racca était un coup de com' ... le front n'a pas bougé depuis un moment .
La résilience de l'EI m'impressionne : de combien de combattants peuvent ils disposer pour lancer toutes ces attaques/diversions alors même que leurs bastions sont menacés ? Et j'ai hâte de lire une estimation sérieuse sur le nombre d'attentats suicide qu'ils ont perpétré , qui doit être phénoménal .


En regardant les cartes on constate que l'EI est désormais encerclé : ils ne peuvent donc plus, semble t il , recevoir de volontaires étrangers . J'imagine qu'ils ne peuvent pas se résoudre à la conscription des populations sont leur férule . Donc sauf erreur de ma part , leurs pertes sont irremplaçables ? Pourtant à Mossoul , la résistance ne fait qu'augmenter ...


Une autre incompréhension de ma part : beaucoup de territoires en Syrie sont encerclés par des forces hostiles : c'est le cas du Rojava au nord , entre turquie sultanisée et EI, des poches rebelles en pays loyaliste dans le sud du pays, et de l'ei entre syrie, irak, kurdistan et jordanie .

Assad ravitaille Deir Ezzor par pont aérien; les russes organisent des convois humanitaires à destination des zones rebelles assiégées , j'imagine que le sultan laisse de mauvais gré sa frontière avec le Rojava ouverte au commerce (ou dans le pire des cas celle de Barzani ) ;
mais comment l'EI se ravitaille t il en nourriture et biens de première nécessité ?

Observatus geopoliticus 10/12/2016 21:51

@ Alaric
Je vais essayer de vous répondre.
- A Mossoul, ils se battent avec l'énergie du désespoir puisqu'ils n'ont plus aucune issue. Puisque le "calife" serait également là-bas, l'énergie et le désespoir sont redoublés.
- Oui, les territoires sont d'une imbrication à donner un mal de crâne au meilleur joueur de go (j'avais d'ailleurs fait cette comparaison avec le go dans un billet de l'année dernière). Après, n'oubliez pas que toutes ces régions sont en guerre et que le commerce passe après. C'est pas compliqué : un poulailler et vous avez à manger pour un mois !

Eric83 10/12/2016 16:34

"mais comment l'EI se ravitaille t il en nourriture et biens de première nécessité ?".
Question fondamentale concernant les enclaves et qui se pose également pour le réapprovisonnement en armes et munitions.
De soi-disant combattants contre l'EI se chargeraient-ils en fait de l'approvisionner ? Le cas échéant, à qui profite cette perpétuation du conflit militaire ?

Loic 10/12/2016 12:45

Eh oui pas gagné encore cette histoire. Coupez une tête de l'hydre et il en repousse 2. Attaqués à Al Bab, à Mossoul et même dans la région de Raqqa, occupés également à Deir ez Zor et pourtant ils réussissent à redéployer une importante offensive dans le désert de Palmyre. J'aurais pas parié là dessus. Espérons que le régime et leurs alliés russes, déjà très occupés sur le front d'Alep, fassent le nécessaire pour ne pas perdre Palmyre ou se faire couper la route. On voit sur cette carte que les positions du régime malgré de récents gains restent très fragiles, par endroits une simple offensive pourraient couper leurs routes de ravitaillement, couper Alep de Damas ou Palmyre de Damas.

TheLeviathan 10/12/2016 11:25

Cette attaque de Daesh sur Palmyre est un mystère stratégique... Quel est leur intérêt à attaquer le ventre mou de la Syrie alors qu'à Al-Bab et à Mossoul (et Deir-ez-Zor toujours pas prise à 100%) se joue le vie même de leur "califat".

L'ouest et le nord de Palmyre étant plutôt plat, ils se feront taillés en pièces par les frappes aériennes. Par contre, pour le contrecoup symbolique à la prise d'Alep, c'est parfait.

Question: Mais qui donc a bien pu leur donner cette idée?

la grive 11/12/2016 23:05

>Madudu 14:05: "...Il s'agirait donc d'une course ... et revenir au plan initial..."
Le plan initial (plan A) était de chasser Assad à coups de tweets et de likes. Ca n'a pas marché en 2011.
Le plan A.1 était de forcer la chose par des frappes militaires - un remake libyen. Seulement, l'accord de désarmement des armes chimiques est venu couper l'herbe sous le pied des occidentaux.
Par contre, ces derniers n'ont visiblement pas renoncé au plan B, c'est à dire, le découpage du pays. Dans leur scénario, la grosse tache noire qui recouvre l'est du pays sera libéré par du jaune/vert, mais en aucun cas par du rouge. D'où le barrage à Palmyre.
Je crains que les forces syriennes qui tiennent DeZ vont bientôt passer un sale moment.

Madudu 11/12/2016 14:05

J'essaye toujours de comprendre malgré mon faible niveau d'information ^^

Me mettant du point de vue de DAESH, je me dis que l'objectif stratégique le plus proche est la rupture du siège de Mossoul, partant que la principale menace existentielle est l'armée loyaliste syrienne et ses alliés, qui vont bientôt pouvoir redéployer d'importantes forces sur de nouveaux théâtres.

Il s'agit non seulement de récupérer des forces armées qui pour l'instant sont fort peu utiles, mais aussi de récupérer la tête pour limiter les soubresauts qui pourraient arriver à la suite d'un renouvellement de la chaîne de commandement.

Il s'agit donc de montrer à Mossoul qu'il n'y aura pas de victoire sans de très lourdes pertes, pour démoraliser et user les assiégeants en attendant qu'une occasion se présente de rompre le siège.

Pendant qu'en Syrie les offensives obligent l'armée loyaliste à éparpiller ses forces pour faire reculer autant que faire se peut le moment où les objectifs étant atteints à Alep (et dans le Nord aussi, peut-être, ainsi qu'à Al Bab, probablement), le redéploiement pourra avoir lieu.

Il s'agirait donc d'une course contre la montre pour le camp loyaliste et d'une épreuve d'endurance pour DAESH, ce qui pourrait expliquer le nouvel épisode hystérique du parti de la guerre : aider encore et toujours tout ce qui s'oppose à Assad et aux russes pour leur faire perdre du temps et revenir au plan initial, à savoir Mossoul pas assiégée qui se vide d'elle-même de ses barbus aux dépends de la Syrie.

Bon, je sais que l'intérêt de ce genre de prospective est assez limité, mais je trouve que l'exercice est utile pour être en mesure d'affirmer ou d'infirmer, plus tard, l'interprétation que l'on a pu faire des mouvements des uns et des autres.

Bien à vous.

Observatus geopoliticus 10/12/2016 21:45

@ Madudu
"Il y aurait donc coordination entre DAESH et les rebelles ?"
Bah, avouez que... La coïncidence est troublante tout de même.

Madudu 10/12/2016 17:11

Il y aurait donc coordination entre DAESH et les rebelles ?

Et je croyais que les occidentaux étaient en train de faire de deuil d'Alep Est, mais voilà qu'ils reprennent de plus belle leurs tentatives de tracasseries administratives.

Sans compter ces histoire de livraison d'armes anti-aériennes aux rebelles... genre les débiles mentaux qui ont oublié que leur supériorité sur n'importe quel terrain a pour pré-requis de ne pas se faire dégommer ses forces aériennes.

Ces armes pourraient faire plusieurs fois le tour du monde musulman dans les prochaines décennies, est-ce qu'ils sont complètement séniles ?

Je ne comprends vraiment pas ce qui se trame en ce moment !

Observatus geopoliticus 10/12/2016 16:12

Obliger l'armée syrienne à redéployer ses effectifs peut-être... Notamment les Tiger forces actuellement à Alep : https://www.almasdarnews.com/article/isis-reaches-palmyras-gates-syrian-army-attempts-hold-city/

la grive 10/12/2016 14:04

Peut-être que l'EI ne voit pas l'intérêt d'aller renforcer des villes comme al-Bab et Mossoul qui sont vouées à être reprises d'ici peu.
Ces attaques sur Palmyre visent peut-être à freiner une éventuelle poussée de l'armée syrienne sur Deir-ez-Zor justement.

Observatus geopoliticus 10/12/2016 12:34

Eh oui, cher Leviathan, vous devancez notre pensée... Qui a bien pu leur donner cette idée ?

Catalina 10/12/2016 11:20

Bonjour,
Je note le "courage" incroyable des dhjiadistes qui utilisent des personnes sûrement complètement droguées, soit par le captagon soit par un lavage de cerveau intensif. En effet, il est curieux de voir qu'en 2016, certains croient aux vierges du Paradis, pour y croire, faut être drôlement handicapé du cerveau ou complètement camé.

Alaric 10/12/2016 14:15

La waffen SS et les LTTE tamouls se battaient à peu près de la même façon sans qu'on ait besoin de leur promettre un paradis peuplé de vierges . Le fanatisme se suffit à lui même

Madudu 10/12/2016 13:24

Et oui : lavage de cerveau depuis l'école primaire jusqu'à la totalité des médias subventionnés, en passant par la calomnie et la mise à l'écart de ceux qui seraient tentés de poser des questions.

" L'UE est Grande et Junker est son prophète ! L'UE AKBAR ! Mort aux populistes ! "

Quelle époque ^^

Observatus geopoliticus 10/12/2016 12:35

Bah, il y en a bien qui croient au politiquement correct ou à la construction européenne...