Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Paraît que le ridicule ne tue pas...

14 Septembre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis

Paraît que le ridicule ne tue pas...

Oh quelle tranche de rire, mes amis. La panique du système impérial le pousse à toutes les extrémités, y compris les plus désespérées, les plus grotesques.

L'hilarante fiancée néo-conservatrice des Saoudiens et de Goldman Sachs était déjà en difficulté, prise dans un imbroglio de mensonges, d'enquêtes ouvertes et de piratage des archives du Parti démocrate. Trump faisait quasiment jeu égal avec elle dans les sondages avant que Clinton n'entame son pas de danse erratique du 11 septembre ; le Donald semble (restons tout de même prudent) maintenant clairement en tête. Et la fournée de nouvelles révélations Wikileaks prévue en octobre ne va pas arranger le cas de la danseuse.

Mais c'est surtout sa mystérieuse maladie qui plombe sa candidature. La semaine dernière encore, s'interroger sur son état de santé relevait, selon la volaille médiatique qui la soutient fanatiquement, du conspirationnisme le plus odieux. La veille de son quasi évanouissement, l'imMonde y allait même de sa petite leçon de morale, croyant voir une théorie du complot de la méchante extrême-droite américaine. Bah voyons...

Et puis patatras, les jambes flageolantes de Clinton ont fait le reste et le positionnement de l'establisment s'est écroulé en même temps que sa candidate. Panique à bord ! L'équipe de campagne démocrate tentait vaseusement d'expliquer que c'était la chaleur (20° hum hum) et/ou une pneumonie qu'on avait d'ailleurs cachée pour d'obscures raisons. Les plumitifs, eux, retournaient fabuleusement leur veste et paraissaient aborder avec naturel le thème qui ne méritait encore que leur mépris quelques jours auparavant.

Mais la palme revient indéniablement au Washington Post qui double la mise sur le tapis vert de l'absurde et passe d'un extrême à l'autre. Il y a peu, il fustigeait le conspirationnisme des adversaires de sa candidate ; il tombe maintenant dans le complotisme le plus grotesque afin d'expliquer la maladie de l'élue de son cœur. Tenez-vous bien : Clinton aurait été empoisonnée par... par... je suis sûr que vous devinez... par... Poutine !

Qu'il est délicieux de voir ce qui fut autrefois un journal respectable se transformer en tabloïd de dernière zone, d'assister, hilare, au sauve-qui-peut affolé du système impérial. Les lecteurs du "Wa Po" ne s'y trompent pas, qui ridiculisent unanimement et massivement dans leurs commentaires cette grossière et grotesque tentative. Ce n'est même plus de la propagande, c'est de la marmelade indigeste, une bouillie informe et périmée depuis des décennies. L'empire est décidément bien malade...

Partager cet article

Commenter cet article

laura 03/10/2016 16:39

La politique est gangrenée par la démagogie, faut-il pour autant perdre confiance en la politique et envers les politiciens ?

Alaric 16/09/2016 22:24

Que signifie MSN au fait ? C'est un terme que vous utilisez beaucoup et je n'ai pas trouvé d'explication
sur ce sigle . C'est un équivalent de MSM (main stream media ) ?

Observatus geopoliticus 16/09/2016 23:34

Oui c'est ça, mais c'est aussi la "presse Messenger", superficielle, tabloïdique, peu fouillée...

Le Wookie 15/09/2016 22:00

Excellent billet comme d'habitude. Je voulais juste signaler que l'équipe de communication de la folle ne s'amuserait pas à trafiquer une information que des millions de personnes ont pu vérifier sans effort, en l'occurrence la température à NY samedi dernier. En effet il faisait très chaud (bien plus que 20 degrés) et surtout très humide ce jour-là.

Pour ce qui est des pronostics, le site fivethirtyeight (plutôt fiable car s'appuyant sur les résultats des derniers sondages et des modèles probabilistique) la voit encore gagnante mais l'écart s'est resserré fortement en même pas une semaine. Tout peut changer tellement vite.

Dans l'impatience de lire votre prochain billet!

Le Wookie 15/09/2016 22:26

Sans doute fiable au moment où vous avez regardé, en ce moment les écarts de température jour/nuit peuvent dépasser 10 degrés. En espérant pouvoir évoquer autre chose que la pluie et le beau temps à mon prochain passage! ;)

Observatus geopoliticus 15/09/2016 22:12

Bonjour Wookie. Oui, les sondages sont serrés, certains donnent encore Clinton gagnante, d'autres Trump. Le momemtum est clairement pour ce dernier.
Pour la température de New York, j'ai lu partout 21°. Est-ce une erreur ?
Bien à vous

theuric 15/09/2016 17:33

J'ai de mauvais pressentiments pour les étasuniens lorsque ces élections U.S. se seront achevées, voire juste avant, de colossales (j'aime aussi ce mot, pas vous?) forces plus ou moins conflictuelles, plus ou moins conscientes, semblent s'y concentrer.
L'autodestruction de ce pays, déjà largement entamée, pourrait bien se transformer en un conflit majeur, d'ici à ce que la multitude de roueries et autres vilénies que les dirigeants des États-Unis-d'Amérique surent exporter et ensemencer partout dans le monde depuis tant de décennies, voire un bon siècle, s'y installe, ou même s'y soit déjà installée, ne serait pas pour me surprendre, et que, pour le coup, tout cela puisse se transformer en une situation chaotique, similaire à celle qui règne de la Turquie au Yémen et de l’Afghanistan à l’Égypte, ne m'étonnerait pas le moins du monde.
Mais le plus rigolo ce sera de contempler les mines déconfites de nos si nombreux américanolâtres, faisant pluie et beau temps ici bas en Europe, sous l'égide de cet empire, déjà vieillard bien qu'encore enfant, expirant la fin de son règne.
Père Amérique moribond, Fils Wall Street au bord de sa ruine, Saint-Esprit Maison-Blanche qui vacille, ma foi, bien que je pleure pour son peuple, je ris d'avance de cette libération.
A ce propos, avez-vous vu quel homme politique fut choisi pour représenter le nouveau billet de cinq livres sterling?
Gagné, c'est effigie de ce cher Monsieur Churchill.
Alors, maintenant, la question à cent balles est: ceci fut-il un fait, suivant le référendum dit du brexit, savamment pensé et orchestré de longue date ou l'un de ces nouveaux exemples de cette synchronicité si chère à feue Monsieur Jung?
Ah, ah! Bien folle sera guêpe y sachant répondre en pleine et juste justesse, sans avoir été dans les petits souliers des sirs de la banque de sa si tant et tellement très gracieuse majesté.
Non?

Observatus geopoliticus 15/09/2016 20:22

Vous l'aimez, la Graisseuse Majesté... ^^
Je crois que tout le monde est plus ou moins d'accord sur le constat que vous faites mais c'est l'échelle de temps sur laquelle je serais en désaccord. Rome ne s'est pas faite (ni défaite) en un jour. L'empire a encore bien des armes pour ralentir son inévitable déclin même s'il est vrai que l'accélération depuis quinze ans ne laisse pas d'étonner.
Bien à vous

Furax 15/09/2016 15:52

Les trois débats ne vont pas être décisifs car tout le monde présent qu'il ne peut en sortir qu'une chose s'ils ont lieu : l'effondrement d'Hillary Clinton.

Clinton ne donne même pas de conférence de presse depuis 1 an. La dernière qui a eu lit finalement juste avant son double plantage de l'insulte aux électeurs de Trump et du 11/09 était une parodie.

Alors autant vous dire que face à un adversaire qui dit ce qu'il veut, elle (avec son charisme d'huitre, ses casseroles, ses mensonges grossiers) va se faire atomiser.

D'une manière ou d'un autre, le Système va faire n sorte que ces débats n'aient pas lieu.

Pour éviter que Trump soit élu, il faut :
soit voler l'élection en bourrant les urnes en faveur de Clinton dans les swing States (ou avec des méthodes encore plus radicales),
soit remplacer au pied levé Clinton par un autre candidat ayant une notoriété forte et ne traînant pas ses casseroles (Biden ou Kerry).

Observatus geopoliticus 19/09/2016 19:23

Oui, refuser le débat serait suicidaire pour Clinton. Mais y aller lui sera vraiment pénible, tant physiquement que politiquement.
En plus, les récents attentats jouent pour Trump.

Piotr 19/09/2016 17:50

Je pense que Clinton ne se permettra pas de sauter le débat. Les conséquences pour sa communication seraient plus que désastreuses, elle ne peut pas annuler ou même reporter. Nous verrons bientôt de toute manière...

Quant à ces fraudes, j'ai du mal à y croire, les US ne sont pas certes (et de loin !) un modèle, mais les US ne sont pas non plus le Gabon ou la Côte d'Ivoire, preuve en est que Trump a été investi candidat d'un des 2 partis principaux des US.
Et puis la victoire de Trump est encore loin d'être acquise, le scrutin des présidentielles US étant d'une grande complexité !

Ady85 15/09/2016 21:20

S'il y a fraude de masse, ou même fraude tout court, Trump ne se laissera pas faire, c'est sur et certain. Il ne se couchera pas.

Et que les débats ne se tiennent pas, je pense que le public US ne comprendrait pas non plus...

Observatus geopoliticus 15/09/2016 20:16

D'accord avec vous, elle sera en difficulté durant les débats. Trump a un paquet de vérités pour lui (Syrie, Libye) et est bon hâbleur.
Pour le remplacement, ça me paraît quand même beaucoup trop tard, le public américain ne comprendrait pas, n'accepterait pas.

Loic 15/09/2016 13:42

"le Donald semble (restons tout de même prudent) maintenant clairement en tête."

Oui il faut rester prudent, le clairement en tête me semble injustifié à ce stade, un sondage donnant Trump en tête dans l'Ohio ne peut suffire à clarifier la situation. Pour remporter la présidentielle le candidat républicain doit remporter absolument tous les swing states sans exception (Ohio, Pennsylvanie, Floride, Virginie, Iowa, Michigan, Colorado, Caroline du nord et un ou deux autres). Ca paraît difficilement concevable de voir Trump remporter tous ces Etats. Le suspense est exagéré en gros, rapprochement dans les sondages oui mais sauf cataclysme pour le clan démocrate (une bombe dans ces fameuses révélations) le vainqueur est normalement connu.

Observatus geopoliticus 15/09/2016 20:14

Oulah, comme vous y allez, vous n'avez visiblement pas lu la totalité de l'article. Trump est également donné gagnant sur le plan national, pas seulement dans l'Ohio.
Par ailleurs, Clinton aussi doit gagner ces "swing states", ne l'oublions pas. Or elle baisse partout et s'est faite dépasser dans certains.
Mais vous avez raison sur un point : restons prudents, beaucoup de choses peuvent encore se passer.

Eric83 15/09/2016 12:26

"Et la fournée de nouvelles révélations Wikileaks prévue en octobre ne va pas arranger le cas de la danseuse."
L'information concernant la diffusion de nouvelles révélations Wikileaks sur H. Clinton, en octobre, est reprise sur plusieurs sites.
Quel peut bien être la raison/justification d'attendre octobre si ces révélations risquent de compromettre encore plus la candidature de HC ?

Observatus geopoliticus 15/09/2016 20:12

Je ne saurais répondre à la place de l'enfermé de l'ambassade londonienne, mais il s'agit peut-être de traiter/trier d'abord ces infos. Ou alors recherche-t-il le timing parfait : en cas de remontée clintonienne (je n'ai pas dit clitonienne), lui couper l'herbe sous le pied. Tout est possible...

Yom 15/09/2016 13:30

Intéressante remarque.

Il est vrai que je trouve un peu suspecte cette attitude de certains lanceurs d’alertes de se corformer à un calendrier organisé avec, parfois, des exclusivités pour tel ou tel organe de presse.

Yom 15/09/2016 11:05

Ces derniers temps, je méditais sur les grands différents types de formations, pour faire très large disons « littéraires » et « scientifiques », et leur représentation parmi nos « élites ».

Parmi les littéraires, je classes également les juristes (et autres disciplines dites « d’humanités »).

Parmi les scientifiques, je classe également les techniciens (y compris les « modestes » ouvriers, garagistes ou encore maçons) et les spécialistes des différentes sciences sociales (dites sciences « molles », par opposition aux sciences « dures » comme les mathématiques ou la physique). J’évoque des familles de formations au sens très large, sans chercher à faire d’élitisme sur le niveau de formation.

Il me semble que l’essentiel du pouvoir est détenu par :

- Pour le judiciaire, forcément des juristes ; donc des littéraires.

- Pour le législatif, il me semble que la profession de loin la plus représentée parmi nos députés et plus généralement parmi nos hommes (et femmes) politiques est celle d’avocat ; donc des littéraires.

- Pour l’exécutif, se sont les mêmes hommes (et femmes politiques) que le législatif, ces deux vases étant largement communiquants ; donc des littéraires.

- Pour ce qui concerne le quatrième pouvoir, dont il est largement question dans le présent billet de notre hôte, les journalistes sont évidemment à classer parmi … les littéraires.

Je me demande dans quelle mesure un certain nombre de nos problèmes récurrents de gouvernance et de représentativité démocratique peuvent venir de ce fait : la totalité des pouvoirs politico-médiatiques est détenue par une écrasante majorité de littéraires au détriment des scientifiques.

Il y a peut être un problème systémique à confier tous les pouvoirs à des gens formés à manipuler les mots plutôt que les faits (et leur vérification par des méthodes objectives), prompts aux sophismes, aux galipettes rhétoriques et à une présentation de « la vérité » sous un jour ou un autre selon les besoins du moment.

Mais peut être ne suis-je qu’un vil complotiste anti-littéraire. Je confesse être de formation scientifique …

Observatus geopoliticus 19/09/2016 19:25

Vous êtes tout excusé, mon cher Ant.

Ant 19/09/2016 19:03

(Excusez moi, erreur de manip')
La politique est gangrenée par la démagogie, faut-il pour autant perdre confiance en la politique et envers les politiciens ? Non je ne pense pas, car cette démagogie n'est pas représentative de la majorité de la classe politique.

Ant 19/09/2016 18:02

Le nombre d'avocats parmi les députés est de 32, sur 577. C'est une trop grande généralité que de dire que les hommes et femmes politiques sont en grande majorité des avocats.
Le monde et les métiers ne sont pas divisés en 2 catégories : les "scientifiques" et les "littéraires", c'est beaucoup beaucoup plus compliqué que cela.
Par exemple, vous rangez les journalistes chez les littéraires. C'est discutable, les journalistes économique ou scientifique (au sens des sciences "dures"), ou même politique, pourraient très bien être classé parmis les scientifiques.

Bref, c'est allez trop vite que de dire que les "grands pouvoirs" sont tous attribués aux "littéraires". Mais je suis totalement d'accord avec vous sur votre conclusion. La politique est gangrenée

Observatus geopoliticus 16/09/2016 23:39

Je ne peux malheureusement qu'être d'accord avec vous. O tempora o mores...

Yom 16/09/2016 15:23

Vous écrivez : « Or nous vivons dans une société qui met la charrue avant les boeufs : beaucoup partent des opinions pour arriver aux faits ! ».

Malheureusement cette facheuse tendance en est à corrompre l’activité scientifique elle-même, surtout quand il s’agit d’effectuer des recherches dont la finalité réelle est de produire des résultats que l’on utilisera précisément pour influencer les opinions.


Mais oui, il est efficace mon médicament. Mais non, il n’y a pas d’effet secondaire dangereux.

Certains ont bien compris que :

1) On ne peut trouver que ce qu’on cherche.

2) A force de chercher, on peut donner l’illusion qu’on a trouvé.

Observatus geopoliticus 15/09/2016 20:09

Je ne crois pas que vous soyez un vil complotiste, cher Yom. C'est également un problème que j'ai parfois rencontré durant ma formation d'historien. Pour moi, l'histoire est et doit être une science. Les faits, rien que les faits. Ensuite seulement les interprétations. Puis éventuellement, dans les conversations à bâtons rompus en sirotant du bon vin, les opinions.
Or nous vivons dans une société qui met la charrue avant les boeufs : beaucoup partent des opinions pour arriver aux faits ! C'est sur ce créneau qu'a prospéré cette farce qu'est la presse d'opinion depuis deux siècles. Le message subliminal est le suivant : "écoutez-nous, bonnes gens, et croyez-nous, nous pensons à votre place". Absurde...

simplet 15/09/2016 00:30

Les démo-cons sont capables de tout. Prix Nobel de la paix il y a quelques années, celui de la résurrection médicale, cette année.
Pour ce faire, "ils" la chargeront tellement que les échantillons de Lance Amstrong seront considérés comme du sirop de menthe.
Les effets sont assurés, même après le 8 novembre, elle poursuivra ses réunions électorales. Selon le calendrier orthodoxe russe, naturellement.
Sacré Putine ! Le voilà faiseur de roi et américain en plus.

Observatus geopoliticus 15/09/2016 20:02

Ha ha ha ! Lance Amrstrong doit se demander pourquoi il a été pris par la patrouille et pas elle...
Démo-cons : très bien trouvé, je le réutiliserai !

Ady85 14/09/2016 20:38

Je ne sais pas si vous serez d'accord avec moi cher Observatus, mais je pense que tout va se jouer lors des 3 débats.

Et c'est pour ça que c'est surement risqué de laisser Clinton en piste. Déjà qu'en temps normal elle est mauvaise oratrice, mais une mauvaise oratrice malade n'en parlons pas.

Elle risque bien de se faire laminée.

Ca doit chauffer dans les têtes des conseillers au parti de la guerre.

Observatus geopoliticus 15/09/2016 20:00

Le pire, mon cher Ady, est que Trump est un redoutable débatteur, concret, pertinent. Et il a sur un certain nombre de points (Syrie, Libye) la vérité de son côté. Qui vivra verra...

L'ours des P.o. 14/09/2016 19:20

Puisque l'on (re)parle de complotisme (et vu que l'on me qualifie souvent de complotiste) j'ai adopté cette citation (dont je ne connais pas l'auteur malheureusement) en guise de signature de mes mails:
Le terme “complotisme” est un terme à rejeter de notre vocabulaire pour trois raisons. Un terme mal construit. Le suffixe -isme désigne une doctrine.
Le radical complot désigne une opération menée de manière secrète. De ce point de vue, le terme “complotiste” devrait désigner celui qui promeut le complot
comme tactique et non celui qui le dénonce. On ne dit pas de celui qui dénonce un attentat qu’il est terroriste à ce que je sache !
On ne dit pas de celui qui dénonce le libre-échange qu’il est libre-échangiste non plus. Donc déjà ça part mal.

Observatus geopoliticus 15/09/2016 19:58

Ha ha, bien dit.

Zuglub 15/09/2016 07:01

Si, le rhumatisme est une doctrine, éditoriale en l'occurence pour la presse outre-atlantique.

Observatus geopoliticus 14/09/2016 20:02

... et, surprise, ça ne va généralement pas plus loin.
Deux remarques :
1. une personne qui promeut un complot est un comploteur.
2. Je ne savais pas que le rhumatisme était une doctrine ^^

Pierrick Tillet 14/09/2016 18:51

Je relaie systématiquement vos articles sur les réseaux sociaux. Je les trouve toujours très intéressants. Mais permettez que je vous fasse une petite suggestion : essayez de faire des titres un peu plus "journalistiques" (cad qui éclairent un peu plus le lecteur éventuel sur le sujet de l'article). Des titres comme "Paraît que le ridicule ne tue pas" ne veulent strictement rien dire et n'attirent au mieux que les lecteurs qui vous connaissent déjà. Essayez donc quelque chose comme : "Les ennuis de santé d'Hillary : paraît que le ridicule ne tue pas". Au moins on devine un peu de quoi il va être question. ;-)

Observatus geopoliticus 15/09/2016 19:57

@ Abominable homme des neiges : comme le dit Charles, il est plaisant de faire de la géopolitique en s'amusant un peu. Ce blog est sérieux sans se prendre au sérieux. Bref, le contraire de la presse grand public ^^
@ Bozi : vous avez raison, j'ai écrit au service technique d'overblog pour savoir si on peut changer ça.
@ Charles : merci

Charles Michael 15/09/2016 12:04

Cher Yéti,
p
on se connait depuis rue 89, vous ais appiyé sur Politis, vous visite de temps en temps sur vos chroniques, et je vous dit vous avez tord sur les titres:
- quand je lis les titres de vos billets 90 fois sur cent je connais le contenu, donc je ne lis pas
- tous les matins je part en patrouile LeMonde TheGuardian BBC, je lis les titres, pas les articles, et ça me suffit emplement pour vérifier leurs parmanente manipulation

Enfin, ce qu'il y a de sympa, extrémement, ici c'est l'humour de ses titres:Un de perdu, dix de retrouvés, subtile ironie décalée (compréhensible dès la lecture des premières lignes) et puis outre le sujet extra-hexagonal, donc le vrai sujet important, Observatus Geopoliticus dialogue avec ses lecteurs.

Quelque part ça doit bien vous manquer un peu, non ?

Bozi Lamouche 15/09/2016 09:46

Non si il y a quelque chose à améliorer c'est la façon dont s'articule les messages : je dois lire de hauts en bas (et parfois de bas en hauts )pour suivre les débats des lecteurs.( ou peut être c'est que moi)...pour le reste changez rien ....on sait ce qu'on a ( mais on sait pas ce qu'on aura ..) . Merci pour la très grande qualité des articles ( et les réactions intéressantes qu'ils provoquent).

Le Yéti 14/09/2016 23:00

Si, si, je généralise ! Aucun des titres qui suit (les derniers de notre auteur) ne signifie rien, sauf pour les initiés (mais à quoi bon s'adresser aux seuls déjà initiés ?) :
- Une de perdue, dix de retrouvées
- Barack à frites dans le sable (bon, celui-ci encore, à l'extrême rigueur !)
- Un satrape et un siège
- मसाला alépin
- Le grand marchandage...
Bref, à chaque fois que je relaie ces très intéressantes chroniques, je suis obligé de préciser les titres pour que mes amis Facebook ou mes abonnés Twitter aient envie de les lire.
Mais bon, l'auteur fera ce qu'il voudra de mes petites remarques ;-)

Observatus geopoliticus 14/09/2016 20:06

Vous avez répondu pour moi, cher Madudu. Cependant, il est vrai que notre ami Pierrick n'a pas tout à fait tort. J'avais un autre titre en tête mais le billet était parti.

Madudu 14/09/2016 19:59

Certes le titre de cet article n'est pas le meilleurs que notre observateur latin ait produit, mais il est injuste de généraliser ce fait à l'ensemble de son oeuvre.

Car personnellement j'aime beaucoup le ton de ce blog, et la nature énigmatique des titres en fait indéniablement partie.

Et puis honnêtement, le journalisme contemporain, ses us et ses coutumes, je m'en passe très bien !

bluetonga 14/09/2016 18:40

Les commentaires... un festival. Reconnaissons quand même au Washington Post l'élégance de ne pas les supprimer. Ou alors, ils n'ont pas le choix s'il veulent pas froisser ce qui leur reste de lectorat, et ils sont obligés de boire le calice jusqu'à la lie. Ou bien serait-ce une nouvelle stratégie pour augmenter la fréquentation du site, en permettant à leurs lecteurs de se défouler dans la joie et la bonne humeur?

Hillary se désagrège, et entraîne sa presse néocon(ne) avec elle par le fond. Comme l'analyse Mike Krieger, nous assistons à la mort des médias mainstream :
http://www.zerohedge.com/news/2016-09-13/death-mainstream-media

Charles Michael 16/09/2016 09:22

Bonjour Blue Tonga,
Oui, les commentaires constituent une part importante du succès des blogs, souvent aussi reflétent la qualité du blog.
J'aime beaucoup le système de comments numéroté de Moon Of Alabama, sans possibilité de sauter la chronologie.
Noter les approbations, je suis mitigé.
Sélectionner plus ou moins arbitrairement le post important, je suis contre: c'est influer le lecteur, en plus souvent établir de fait une ligne officielle sur le site (89 typique, bon il est mort)
Enfin autant j'essaie de faire bref, autant la taille pour développer un argument ne devrait pas être limitée, je sais c'est dur pour la modé. et ça encourage les Génies à IdééeFix en mal d'exutoir.

Observatus geopoliticus 14/09/2016 20:08

Le dilemme du WaPo est le même que celui de nos journaux qui dépendent de plus en plus des commentaires des lecteurs que des articles eux-mêmes, dont tout le monde se fout. Les sites de ces journaux deviennent des fora sociaux.
Je souris en imaginant les rédactions enrager : obligées de se laisser humilier dans les commentaires pour rentrer dans leurs frais.

grouik grouik 14/09/2016 18:32

auraient-ils aligné leur ligne éditoriale sur notre légendaire Groland??!!

Clara 14/09/2016 18:24

Apparemment Washington Post est victime "du coup de chaud"...