Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

La journée des "trois conditions"

15 Décembre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Russie, #Moyen-Orient, #Gaz

La journée des "trois conditions"

Ils semblent s'être donné le mot... Alors que la Russie pose trois conditions à Ankara pour rétablir le dialogue, la Turquie fait de même avec Israël.

Moscou exige des Turcs qu'ils présentent leurs excuses, que les responsables - ceux qui ont appuyé sur le bouton ou ceux qui ont donné l'ordre de le faire ? Ce n'est pas précisé - soient identifiés et punis, enfin que la Turquie paye des compensations à la Russie. C'est à prendre ou à laisser et l'ambassadeur russe n'a fait pas fait la dentelle : "Si nos attentes ne sont pas comblées, les autres déclarations turques ne nous intéresseront pas".

A moins de complètement perdre la face, Erdogan ne peut accepter (et c'est peut-être à dessein que Poutine présente de telles exigences). Pourtant, le sultan larmoyant a fait une énième tentative de rapprochement :

"Nous n'avons pas voulu nous retrouver dans une situation pareille mais une erreur s'est produite sur notre territoire souverain. Qui a commis cette faute ? Ce n'est pas le chef, bien entendu. Ce sont les pilotes qui ont été inattentifs et n'ont pas entendu nos avertissements (...) L'incident, qui a eu lieu à cause du pilote, ne doit pas influencer les relations des deux pays, surtout les relations stratégiques. Les conséquences de cet incident sur les relations bilatérales nous chagrinent vraiment. Nous ne voulons pas de tensions. Nous voulons continuer notre coopération stratégique avec la Russie dans le même sens qu'autrefois. Nous avons collaboré avec succès durant ces dix ou onze dernières années".

Pauvre chéri... Il pourrait peut-être expliquer pourquoi il a, selon le plus célèbre lanceur d'alertes turc, sorte de Julian Assange local, ordonné d'abattre un avion russe dans le ciel turc des semaines avant l'incident du 24 novembre. Le but : mobiliser ses électeurs et ressouder l'OTAN. Vraie ou fausse, cette info de WIkileaks corrobore de toute façon le déroulement de l'événement : si violation de l'espace aérien il y a eu, elle n'a de toute façon duré que quelques secondes. Les F16 turcs attendaient le Sukhoi, il n'y a guère de doute.

Fait intéressant, l'ambassadeur russe a également pointé du doigt la responsabilité des Loups gris dans la mort du pilote. Cette organisation ultranationaliste pan-turque, dont le mode opératoire consiste en attentats et autres assassinats, entretient des liens privilégiés avec les plus hautes autorités d'Ankara depuis des décennies. C'est d'ailleurs l'un de ses membres qui a tenté d'assassiner Jean-Paul II en 1982.

Dans le même temps, Erdogan tente de se rabibocher avec Israël après cinq ans de froid dû à l'incident de la flottille au large de Gaza. Coïncidence amusante, lui aussi pose trois conditions. Mais la soudaine offensive de charme turque ne dupe personne et surtout pas les Israéliens. Le sultan, de plus en plus isolé, semble vraiment mortifié par son incroyable bourde vis-à-vis de la Russie et tente un peu désespérément de trouver de nouveaux alliés. Il est terrifié à l'idée que Moscou coupe le gaz et lorgne avec intérêt sur les beaux gisements offshore au large des côtes israéliennes et palestiniennes.

La réponse de Tel Aviv est pour le moins rude. Une source proche de Netanyahou a déclaré que le leader turc "doit arrêter de dire des bêtises" tandis qu'une autre moque à demi-mot les "Turcs isolés". Caramba, encore raté...

Partager cet article

Commenter cet article

Bruno 16/12/2015 21:36

Le Sultan vient d'en prendre une autre dans la figure (Et une sévère): Les Etats-Unis, à plat ventre devant Vladimir, ne réclament plus un changement de régime en Syrie:
https://beerblogsite.wordpress.com/2015/12/16/un-petit-mensonge-par-omission-du-monde/

SA2 DU CAMEROUN 15/12/2015 09:38

@Observatus geopoliticus, j'espère que t'as pas prévu de voyage en Turquie ces jours!!! Sinon tu risques ne pas en revenir d'ici tôt. :)
Si la Turquie est élément incontrôlable de l'OTAN que la Russie utilise pour fissurer la bande US, c'est aussi une nitroglycérine qui peut péter à la Face de la Russie. Cependant, je pense que la Russie joue assez bien son jeu en montant une voie de sortie "honorable" à la Turquie, tout en sachant que ce dernier refusera la main tendu. Autre chose qui a son importance dans les dire de l'ambassadeur, c'est le fait que les Loup Gris sont de plus en plus cité. Cela veut dire qu'on veut les mettre sur le devant de la scène. Je ne serais pas surpris que des dossiers encore plus sale apparaissent dans les semaines avenir question d'accentuer le bombardement de ce groupe où qu'il soit en Syrie ou en Irak.

Observatus geopoliticus 18/12/2015 12:24

Oui, quand les médias russes commencent à insister sur une organisation, c'est généralement qu'il y a du lourd qui va suivre...

maruto 15/12/2015 00:05

L'info est douteuse (elle aurait été démentie), mais elle date d'aout et préfigure assez bien la suite...
http://awdnews.com/top-news/russian-president-to-turkish-ambassador-tell-your-dictator-president-he-can-go-to-hell-along-with-his-isis-terrorists,-i-will-make-syria-a-big-stalingrad-for-him

Observatus geopoliticus 16/12/2015 21:11

Je me méfie de ce site qui semble parfois citer des "source" inexistantes. Quant au Moscow Times, c'est tout sauf une publication sérieuse. Double méfiance, donc...
Bien à vous