Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Dollar... moyant

29 Septembre 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Economie, #Pétrole, #Chine, #Russie

Sterling 1931, dollar 2018 ? C'est la question que se pose ouvertement le très sérieux Daily Reckoning, faisant écho à ce que nous avons expliqué à de nombreuses reprises, notamment début mai :

La vague de dédollarisation touche lentement mais sûrement la planète et met en péril l'empire américain. A ce titre, la lune de miel aurifère sino-russe est éclairante. Le mois dernier, nous écrivions :

Une nouvelle est passée à peu près inaperçue quelques semaines avant le false flag chimique de Khan Cheikhoun. La banque centrale russe a ouvert son premier bureau à l'étranger à Pékin le 14 mars, à un moment où la Russie va pour la première fois de son histoire lancer un emprunt en yuans chinois.

Fin mars, le dragon renvoyait la pareille en ouvrant une banque de compensation à Moscou afin gérer les transactions en yuans et de créer en Russie un pool de liquidités en RMB facilitant le commerce bilatéral en monnaies nationales. Ce centre pourrait devenir un important hub financier dans le cadre de l'Union Economique Eurasienne et les nouvelles routes de la Soie chinoises.

Mais surtout, les discussions avancent sur l'établissement d'un étalon-or commun aux deux pays au moment où les monnaies occidentales deviennent chaque jour un peu plus des monnaies de singe. Il est même évoqué l'éventualité de paiements commerciaux en or !

Cela fait un certain temps que l'ours et le dragon nous mijotent quelque chose avec le métal précieux.

De fait, le mariage aurifère est déjà assez poussé. La Chine paye en yuans le pétrole russe qu'elle importe. Avec ces yuans, Moscou se précipite... à Shanghai pour acheter de l'or ! Circuit autarcique dont le dollar est totalement absent.

Assistera-t-on bientôt à un échange direct pétrole contre or ? Pas impossible vu ce que nous évoquions précédemment. Mais alors pourquoi Pékin continue de pousser à l'acceptation de contrats à terme sur le pétrole en yuans dans l'optique de rendre la monnaie chinoise indispensable sur le marché de l'or noir - ce que d'aucuns nomment le pétroyuan ? Peut-être bien pour embarquer les Saoudiens dans l'aventure.

L'article du Daily Reckoning par lequel nous avons commencé ne dit pas autre chose. 1971 : fin de la convertibilité du dollar en or. 1974 : "invention" du pétrodollar par Kissinger et la maison des Seoud, forçant peu ou prou le monde à acheter l'or noir avec le billet vert et permettant à l'empire US de vivre au-dessus de ses moyens.

Mais le système est maintenant en train de craquer et c'est évidemment le duo sino-russe que l'on retrouve derrière. La triade pétrole-yuan-or exclue totalement le dollar. Moscou a été la première à accepter le nouveau paradigme, suivie par les BRICS et maintenant le Venezuela. D'autres suivront, mettant fin au rôle prépondérant du dollar comme ce dernier avait mis fin à l'hégémonie de la livre sterling dans la première moitié du XXème siècle. Éternel cycle de la grandeur et de la décadence des empires...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DZSon 14/10/2017 12:47

Merciii pour l'info

Eric83 01/10/2017 13:48

Question qui peut sembler hors-sujet : cela fait plusieurs jours - voire semaine - que les médias MSM ont délaissé la couverture du conflit qui oppose le Qatar avec l'AS et d'autres monarchies du Golfe ?
Il me semble que l'AS avait fixé un ultimatum, qu'elle avait été repoussé faute de capitulation du Qatar et puis...
Cher OG, auriez-vous quelques infos sur ce sujet ?

Erathostène 01/10/2017 10:16

Cher OG,
Un plaisir de vous lire comme toujours. On sent la fin proche pour les petits hommes en noir...mais ensuite ? A l'est, les Kurdes et les forces Irakiennes ne vont pas tarder à refermer l'étau sur Hawijah...pour se retrouver face à face. Situation qui va violemment rappeler la situation sur Der ez-Zor, à l'ouest. Les discussions qui vont suivre, même si elles ont déja commencé depuis un moment, risquent d'être animées.

je 01/10/2017 02:26

@ theuric

Nous sommes ici une petite communauté (dont vous êtes membre) qui prône sérieux, bonne humeur et iconoclastie. Tout le mérite en revient à OG, à ses billets lumineux et à son humour so french. .

Euclide 30/09/2017 19:45

Dammed ! Theuric revient et il nous parle pas de psychologie des profondeurs. C'est à dire de psychanalyse appliqué aux sociétés.

theuric 01/10/2017 00:28

Jef et Euclide, j'apprécie vos traits d'humour.
Une question se pose si nous prenons en compte la situation économique internationale: que se passerait-il si le système craque?
Je pars du principe que ce système économique international ne peut pas ne pas craquer.
Auquel cas, la seconde question à se poser serait: quels seraient les effets d'un effondrement économique d'une telle ampleur (de tous les français)?
C'est ce à quoi je me suis attelé, en prenant en compte le fait que les monnaies hyper-produites, soit quasiment toutes, auraient perdu leur valeur intrinsèque.
D'autant plus qu'elles se valorisent les unes les autres grâce à un ensemble d'acteurs spéculatif qui, au vu de l'énormité des bulles spéculatives, ainsi que de leur nombre, risqueraient de disparaître en tant qu'agents agissant, ruinés.
Ce qui ne pourrait que mettre le commerce international à l'arrêt.
La troisième question étant en ce cas et sachant la disparition en France du tissu industriel: que ce passerait-il à partir de ce moment là?
Et bien, nous nous retrouverions dans un sacré merdier, ce que j'ai tenté de décrypter.
Mais une dernière question se pose: serait-ce en France ou ailleurs en Europe que la situation serait la pire?
Là encore, les déséquilibres semblent plus importants en Allemagne qu'au quatre coins de l'hexagone (hi, hi, hi).
Je vous conseillerais toutefois de faire vos réserves, sait-on jamais, je pourrais avoir raison, non?

jef 30/09/2017 20:31

Faut reconnaître qu'il a fait court...

Plaisanterie mise à part, j'ai regardé les liens proposés à la fin de son post. Avec un profond sentiment d'irréalité.Le pire serait qu'il n'ait pas tort.

Archange 30/09/2017 16:32

Tout n'est pas rose pour le bitcoin. La cryptomonnaie a des problèmes structurels. Chaque bitcoin contient une chaîne d'informations enregistrant la totalité de son historique de transactions, de vérifications et de clefs de sécurité. Comme la valeur d'un bitcoin exprimée en monnaies nationales est élevée la plupart des transactions impliquent des fractions de bitcoin. De ce fait un bitcoin est impliqué dans beaucoup plus de transactions que prévu, ce qui allonge considérablement les chaînes et le temps de vérification. Le bitcoin est pris depuis un ou deux ans dans une spirale mortifère dont le grand public ingore tout.

Plusieurs changements ont été proposés pour pallier à ce problème mais aucun n'a fait l'unanimité. Le 1er août un scission majeure s'est produite entre le bitcoin (canal historique) et le bitcoin cash. Le possesseurs de bitcoin se sont retrouvés avec deux cryptomonnaies dans leur portefeuille. Actuellement 1 bitcoin = 3620 euros et 1 bitcoin cash = 375 euros. De fait cela ressemble fortement à une inflation.

Les dissensions continuent et une autre scission est annoncée pour le 25 octobre. La nouvelle cryptomonnaie se nommerait bitcoin gold. Si cela se concrétise, ce serait un supplément d'inflation.

Si les dissensions à l'intérieur de la communauté gérant le bitcoin sont réelles, les scissions furent évitées jusqu'à l'été 2017. Il n'est pas impossible que des services de renseignements aient agi pour affaiblir et decrédibiliser le bitcoin. Mais personne n'a de preuves. Pourtant après cette scission son élan comme monnaie de substitution est freiné !

Henrietta 01/10/2017 02:38

Bonsoir,

Actuellement, le prix d'un Bitcoin, ou de toute autre crypto monnaie, est très simple à calculer : Capitalisation / Nb de jetons.

Quand le Bitcoin cash est apparu, sa valeur n'est pas sortie de nulle part. Et s'il ne valait pas zéro, c'est tout simplement que des investisseurs se sont jetés dessus, et l'ont capitalisé avant même qu'il n'existe (avec des options d'achat en fait). Donc non, ce n'est pas une inflation. C'est même tout le contraire, puisqu'on s'est retrouvé plus le lendemain que la veille. ^^

theuric 30/09/2017 14:45

L'inflation est un phénomène naturel tant qu'elle reste raisonnable, entre 4 et 6%, c'est, si l'on peut dire, l'entropie d'une économie en quelque sorte.
Normalement cette inflation est compensée par la plus-value générée par les avancées technologiques et d'organisation au sein de frontières clairement définies et semi-étanche (toute béance frontalières génèrera une guerre puis un effondrement économique des acteurs de cette béance).
Une déflation, phénomène pire encore qu'une inflation, est le délitement progressif du tissu industriel du pays (monté du chômage, difficultés de vente, économie de coût de production, monté du chômage, etc...), les professionnels parlent du "ralentissement de la circulation monétaire", ce qui revient au même.
Il est à remarquer que cette déflation fut, à l'échelle mondiale, générée par l'expatriation des entreprises venant d'Occident, depuis 40 ans environ, vers les pays aux salaires moindre, pour revendre ce qui est produit en Occident, là donc ou monte de chômage et baisse les salaires, à un prix moindre, avec de juteux profits pour les détenteurs de ces industries et pour les placements boursiers.
Cette déflation étant discrète en raison des hyper-productions monétaires, inflationnistes, depuis les années 90 environ.
Une monnaie, quand à elle, doit être considérée, non pas comme une richesse par elle-même, mais comme la représentation d'une richesse potentielle, celle des achats possible que cette monnaie permettrait.
L'or, l'argent et le platine sont considérés comme étant les monnaies de réserve, celles détenues, normalement, par les états et les particuliers, pouvant être utilisés en temps de difficulté, en remplacement des monnaie fiduciaires, lors d'une crise économique majeur ou d'une guerre, par exemple.
La valeur d'une monnaie est en rapport directe et essentiel avec la richesse du pays émetteur, production industriel, production agricole, formation de sa population, détention de monnaies de réserve, potentialité futur de développement du pays, qualité des infrastructures, etc...
Une monnaie peut rapidement perdre de sa valeur si cette production monétaire est trop importante (un apport rapide et important d'or aura le même effet) au regard de la richesse intrinsèque du pays émetteur, cette perte de valeur monétaire est directement proportionnelle à sa surproduction, et mènera à une sur-inflation ou à une hyperinflation (suivant la quantité produite) là où cette monnaie circule.
Vu que les monnaies hyper-produites, majoritairement: dollar, yen, livre sterling, euro, yuan, plus nombre de monnaies de pays moins importants, sont insufflées aujourd'hui dans les opérations boursières et spéculatives, c'est là que l'hyper-inflation se diffuse, pour l'instant du-moins.
Le crédit est une production monétaire, la banque prête un argent qui existe (les dépôts des autres particuliers) ou qui n'existe pas (une ligne d'écriture dans un registre) à une entreprise, un particulier, une autre banque, un fond d'investissement, un état (ce qui devrait être interdit, seuls les banques centrales devraient pouvoir prêter à l'état national).
Cet argent surajouté par les banques et les société de crédit dans le circuit monétaire devrait disparaître dès que le prêt sera remboursé, mais si il y a trop de crédit mis sur le marché, alors cela rajoute de l'inflation.
Il y a bulle spéculative lorsque quelque chose obtient une valeur au-dessus de sa valeur réelle, ce peut être n'importe quoi: bulbe de tulipe, crotte de nez (pourquoi pas), actions boursières, blé, pétrole, dettes des états, crédits irremboursable (subprimes), échanges et ventes spéculatives des monnaies etc...., et que cette valeur ne cesse de monter par des ventes et des reventes qui se font continuellement de mains en mains ou par ordinateurs interposés (peu importe le processus et le médiat utilisé pour ces échanges).
Dès que, pour une raison ou pour une autre, les personnes qui spéculaient à la hausse les produits actifs, soit ce n'importe quoi, s'aperçoivent que ce qu'ils détenaient ne se vend plus à une valeur haussière mais baissière, et que donc ils perdront de l'argent, ils se mettent tous à revendre ce qu'ils détenaient, ce qui accélère la baisse de l'ensemble, alors vient la crise lorsque cette revente baissière s'accroit de manière exponentielle.
La violence d'une crise étant égale à la quantité d'argent perdue par l'ensemble des spéculateurs et du nombre des usines, fabriques détruites.
Aujourd'hui nous vivons une crise larvée parce que, pour soutenir les banques, pivots et étais du système économique international, les banques centrales leur fournissent une masse monétaire extrêmement importante (les Q.E.), ce qui, nous l'avons vu, fait perdre mécaniquement leur valeur aux monnaies et génère une inflation là où elle sont insufflées, soit dans les opérations spéculatives et bancaires (seule la Russie, me semble-t-il, n'effectue pas ce genre d'opération).
Du fait que pour rembourser leurs dettes, les états, les particuliers et les entreprises ne cessent de faire des économies, cela appauvrit les populations, les entreprises et les nations.
Entreprises qui, de ce fait, trouvent de moins en moins d'acheteurs pour ce qu'elles produisent puisque états et particuliers s'appauvrissent aussi.
Donc ces entreprises n'ont que deux choix, soit elles mettent la clef sous la porte, soit elles délocalisent encore pour trouver des pays où les salaires sont encore moins élevés, c'est pourquoi nombre de pays africains s'industrialisent.
Du fait de la disparition quasi totale de la valeur des monnaies à l'échelle mondiale et, surtout, de celle du dollar autour de quoi tourne l'ensemble de ce système (l'une des raisons des opération de dédollarisation des B.R.I.C.A.) et de l'énormité et du nombre des bulles spéculatives à l'échelle mondiale, la crise qui vient sera de l'ordre d'une catastrophe de première ampleur.
1929, par rapport, ressemblera à un petit pétard mouillé.
Vous trouverez ici, entre-autre ce qu'il me semble des effets les plus néfaste de cet effondrement ( http://nouvelhumanisme.hautetfort.com/archive/2017/05/22/de-la-catastrophe-economique-qui-vient-5946580.html ).
Vous trouverez là, entre-autre, quelques conseils pour quand le système explosera: ( http://nouvelhumanisme.hautetfort.com/archive/2017/09/17/de-la-geopolitique-a-la-geostrategie-le-present-de-la-france-5980618.html ).
Ces effets et conseils se trouvant en fin des libelles.

simplet 30/09/2017 00:05

Je voudrais suggérer au taulier de se pencher sur le dernier ouvrage d'Attila afin de rire un bon moment.
Ses ultimes réflexions sont d'une rare source d'humour sur la globalisation et les forces maritimes encore en vigueur. De la nullité de la France parce qu'essentiellement agricole et donc tellurique. Sur les performances anglo-saxonnes et leur brillant avenir. Bonne lecture et bonne détente.

simplet 02/10/2017 01:30

Lapsus révélateur, Attali ! L'autre destruction massive.

Observatus geopoliticus 30/09/2017 22:12

@ Simplet
Attila ? A moins de chercher ses pensées dans les Champs catalauniques, heu...

LeMagasin 29/09/2017 19:48

Bonsoir,
Très bien vu, ce nouvelle axe sino-russe. J'ai quelque questions à ce sujet, je vous remercie d'avance si vous pouvez y répondre.
1) Récemment j'ai lu un bouquin de Niall Ferguson, qui affirmait que "l'Empire" dépend fortement de la Chine, et vice-versa. L'auteur apelle cet ensemble éco- "Chimerica". Quelles sont les conséquences d'une baisse du Dollar sur les marchés chinois et leur économie en général?
2) La valeur de l'Or ne dépend que de "l'euphorie du marché". Qui nous dit que ce "Heihe-or" aura vraiment lieu (oui j'ai bien lu que des transactions avait déjà lieu). Ne pourrait-il pas être seulement de la poudre aux yeux pour motiver d'autres parties à quitter le SMI actuel?

Observatus geopoliticus 30/09/2017 22:21

@ Le magasin
1) A court terme, une baisse du dollar rapporterait moins de RMB. Mais la Chine ne cherche pas à dévaluer le dollar, bien plutôt à le remplacer dans les échanges.
2) Poudre aux yeux, non... Devant l'artificialité croissante des monnaies fiduciaires occidentales, l'or ralliera de plus en plus la confiance. Russes et Chinois l'ont bien compris.
Bien à vous

Euclide 29/09/2017 19:43

Puisqu'on cause monnaie, je reprends ma pensée confuse de 18 H 07.
L'Union latine ( monnaie) est constituée par une convention monétaire du 23 Décembre 1865 unissant la France, la Belgique, la Suisse et l'Italie. Elle est rejointe par la Grèce en 1868 et fut fondée sur le régime bimétallisme " or-argent". L'Union est dissoute en 1927.
Maintenant place aux spécialistes pour les com'.

Vincent 29/09/2017 18:30

[ La triade pétrole-yuan-or exclue totalement le dollar. ]
Parfait, bien qu'il faudrait rajouter le gaz.

Euclide 29/09/2017 18:07

Bonjour a tous, 2 remarques
.La première que je ressasse sur ce blog est que la 3ème guerre a commencé le 15 Septembre 2008 avec la chute de la banque Leehman Brothers à NY. Tout comme la Seconde guerre mondiale a commencé en 1929/1933 en détruisant l'économie des pays les plus riches de l'époque... Adolphe n'a fait qu'avancer celle-ci.
La 2ème est que l'Euro est une monnaie voulu par les politiques et non par les économistes. Donc,il faut s'attendre à la chute de l'Euro qui sera replacé par qqchose. Voir l'exemple de" l'entente latina" ( je me souviens plus du nom) entre le XIX et le XX ème siècle.en Europe.

jef 29/09/2017 23:16

Cher Pendule de Newton,

Je crains que notre ami Euclide n'ait raison ( ou à peu de choses près) et que ceux qui imaginent qu'ils pourraient profiter d'un conflit de dimension mondiale en s'épargnant ses retombées ne set font de grandes illusions. Ni l'Australie ni la Patagonie ne resteront à l'écart des effets d'une guerre nucléaire. Et c'est précisément le développement d'armes nucléaires de portée limitée et la croyance de certains en la
possibilité de détruire préventivement les éléments d' une riposte nucléaire globale de l'adversaire qui foutent les chocottes.

Pendule de Newton 29/09/2017 20:21

Cher Euclide,
C'est peut-être une exagération des choses mais la guerre est rarement mondiale. Quand les occidentaux se donnent des baffes ils ont tendance à emporter leurs colonies avec.
Cependant, cela n'est plus cas. On peut tous ressentir les secousses des actions de ses pays (par leur armement ou par leur crise économique ) car les relations sont devenues imbriquées.
Pour autant, ceux n'ont concerné directement ne feront qu'affronter les mêmes problèmes qu'ils rencontrent déjà (seul l'intensité change)

Concernant l'Euro, tout dépendra de l'Allemagne (comme cela a toujours été le cas) et de ce qui en sortira du nouveau round de Merkel (nouvelles réalités politiques)

Bien à Vous

serge 29/09/2017 17:45

Juste retour des choses, ce sont les US qui en 71 ont supprimé la convertibilité dollar-or afin de doper leur secteur financier en décorrélant toute comparaison économie réelle-économie papier. Vu là où en sont tous les pays depuis, de manière plus ou moins flagrante, c'est plutôt un bon choix, disons un choix de guerre. Et comme les prochains conflits auront leur volet IEM, cyber piratage des contrôles et plantage des sources d'électricité, il vaut mieux éviter la blockchain et ses dérivés tous en full numérique. Outre le fait que cela ouvre des perspectives aux pays prenant amende sur amende pour contournement des blocus que seuls les US imposent, cela donne une petite idée de ce que à quoi s'attendent les BRICS. La France et l'UE (puisqu'il parait que nous sommes un seul peuple...) devraient s'en inspirer, vu la faible détention de ressources naturelles qui nous caractérise.

serge 02/10/2017 17:30

A Pendule de Newton:
Ma remarque concernant l'UE est plutôt du 3ème degré... Au sens où je ne fais que traduire tous les beaux discours que l'on nous ressasse depuis pas mal de temps. En vrai, ce qui me navre, est que la France aurait 2 choix stratégiques différents de la voie empruntée. Soit se rapprocher dare-dare des BRICS, vu que l'on est au centre de l'UE (carrefour des voies de communication par exemple) et au bout du continent, pratique pour l'accès aux mers que n'ont pas les BRICS. Soit se focaliser sur notre ZEE (la seconde au monde) et sur la base des ressources à développer se barrer de tout ce bordel et monter un "nouvel" empire, mais, là, sans piquer quoi que ce soit aux voisins.

Kevin 30/09/2017 12:53

Bonjour,

Une petite vidéo sympa sur la première attaque éléctronique de grande échelle (les US ont déclaré la guerre à l'Iran il y a quelques années déjà...)
https://www.youtube.com/watch?v=kFYKyZvu2Bo

Grognard 29/09/2017 23:29

Bonsoir Serge,

Je partage tout a fait votre point de vue en ce qui concerne le volet électronique d'un futur conflit à grande échelle.
Je pense même que c'est sur ce terrain que seront portées les premières attaques.
Lorsqu'on lance une offensive on cherche avant tout à rendre l'adversaire sourd et aveugle, à disloquer sa chaîne de commandement, porter des coups à ses échelons logistiques ; bref à organiser le chaos.

De la même façon qu'aujourd'hui les pilotes de drones constituent une nouvelle race d'aviateurs les commandos du futur opéreront a partir d'un PC avec thermos, paquet de clopes dans une salle climatisée.

Pendule de Newton 29/09/2017 20:13

Cher Serge,
Bonne remarque et analyse, surtout sur le full numérique (on en revient au meilleur système de sauvegarde : l'imprimé et le matérialisé (quid des piratages, des dangers climatiques et surtout des éruptions solaires)

Le pays qui aura assurer ses arrières, aura une plus de pièces d'échiquier que les autres.

Cependant vous considérez toujours l'UE comme une entité réfléchissante selon les intérêts de ses citoyens ( ce qui est une chimère).
Les BRICS sont arrivés à un degré d'intégration dans la chaîne de valeur mondiale en complète déphasage avec leur poids géopolitique-monétaire et financier que les instances internationales classiques veulent leur accorder.
Sachant cela le seul moyen de contourner cet état de fait sans passer par la violence (ou pousser l'oncle Sam à les déstabiliser plus en profondeur) est de construire une carte alternative.
Modifiant les règles de marché pétrolière, redéfinir les routes du commerce mondial, développer des partenariats alternatifs (sans exigence d'ingérence dans la politique intérieur...)
C'est le début d'un long fleuve de mutations (en plus c'est le continent qui sera en pôle)
Bien à Vous

Kevin 29/09/2017 13:01

Bonjour,

Ca fait un bail que je me demande comment ca se fait que le cours de l'or ne fait que monter depuis des décennies, voire des siècles, jusqu'à valoir des millions... Et ce matin, en lisant ce billet, EUREKA! Ce n'est pas l'or qui monte, ce sont les monnaies qui descendent... inexorablement; jusqu'à ne valoir que le prix du papier sur lequel elles sont imprimées (et même moins, puisque les monnaies sont maintenant dématerialisées). Quand ca devient critique, on introduit une nouvelle monnaie, avec un facteur 100, ou 6,5, qui va rapidement se casser la gueule à son tour face à l'or (ou à la pierre).
Bref, merci monsieur le géopolitologue, pour m'aider à comprendre le monde bizarre dans lequel je vis :-)

Kevin 01/10/2017 13:42

Pour vraiment comprendre la géopolitique, j'ai l'impression qu'il faut connaitre l'histoire et la géographie, mais aussi la politique et l'économie (qui sont très liées), et avoir quelques notions de psychologie (propagande, domination, complexe de supériorité, humiliation, etc.), de sciences (production et acheminement de matières premières et d'énergie, technologies militaires...), de logistique, de stratégie militaire, d'informatique (guerre électronique, bitcoin), de commerce... C'est tellement interdisciplinaire que j'ai du mal à réaliser comment une personne peut maitriser tout ca... o.O

simplet 30/09/2017 13:33

@ Dubitatif

Mais mon cher Monsieur, c'est le grand problème de l'euro, du souverainisme, etc, etc...
C'est bien la raison du futur éclatement de l'UE, pardon du IV ème reich...,car il n'y a pas que la banque de France. C'est pareil pour les autres, Italie, Espagne. Tout le monde se voile la face pour ne point relever le problème. La fin est inéluctable. La question est quand?

Dubitatif 30/09/2017 11:24

@ Simplet

Bonjour,

c'était vrai jadis, aujourd'hui dans la création de la monnaie que vaut la Banque de France confrontée à la moindre petite succursale d'une toute petite pseudo banque du pays?

D'aucun diront que le pays est aux ordres de la finance mais d'autre affirmeront que ce sont juste des mauvaises langues aigries. On va les laisser dire.

simplet 29/09/2017 23:58

Attention Henrietta, le bitcoin est virtuel, sensible à tout évènement et surtout n'est frappé par aucun Etat. Les Etats ne laisseront pas leur échapper ce pouvoir. Frapper monnaie a été de tous temps le privilège de leur autorité.

Kevin 29/09/2017 17:16

Merci Henrietta. OG a raison: la grande qualité de ce blog est aussi en partie due à l'intelligence des commentaires :-)

Henrietta 29/09/2017 16:39

1) Acheter de l'or, c'est comme épargner, mais en ajoutant un facteur risque. On peut perdre à court terme si les banques attaquent massivement l'or (comme c'est le cas actuellement), mais à long terme, on n'a quasiment que des chances de "gagner", puisque les monnaies perdent peu à peu de leur valeur. Et donc non, ça ne stimule pas l'économie comme un achat de biens ou de services. En achetant un lingot, vous transmettez votre "responsabilité" de stimuler l'économie à celui à qui vous l'achetez. Mais au final, ça fait toujours une personne de moins qui la stimule et qui créer de l'emploi.

2) La dette actuelle des pays n'est pas si grave qu'on veut bien nous le faire croire (pour la France en tout cas). La dette de la France n'est d'environ que de 37 000€ par habitant. C'est ridicule. Rien que pour nos maisons, on s'endette bien plus que ça dans nos vies. Il y a même des andouilles qui prennent des dettes de ce niveau pour des voitures... Bref... Ce n'est absolument pas insoutenable.

Et quand bien même, elle s'allège mécaniquement grâce à l'inflation. La France rembourse en euros, et la valeur de l'euro diminue au fil du temps. CQFD.

Malgré ma petite pique du post précédent, les états ne peuvent pas utiliser l'arme de l'inflation massive à tout va. Déjà parce qu'en Europe, on s'est lié les mains avec les accords de Maastricht, et ensuite parce que ça provoque la ruine des rentiers et des épargnants, et donc d'une grosse partie de la population (gare à la révolution !). C'est pour cela que ça n'est généralement employé qu'après une crise économique majeure, ou après une guerre, pour pouvoir redémarrer sur des bases saines. Parce que quand vous ne pouvez même pas vous nourir et/ou vous loger correctement, vous ne pouvez pas rembourser vos dettes de toute façon. Alors payez des impôts pour rembourser les dettes de l'état, c'est même pas la peine d'y penser. XD

Mais soyez sûr que Maastricht ou pas, si arrive un moment où on est vraiment dans la mouise (par leur faute mais bon...), ils le feront sans état d'âme.

Kevin 29/09/2017 15:32

Merci Henrietta pour ces remarques très pertinentes :-)
2 autres questions peut-être naives me viennent à l'esprit:
- Les gens ne dépensent pas forcément pendant l'inflation, ils peuvent aussi chercher à le stocker dans des valeurs refuges come l'or, ce qui ne profite pas (ou très peu) à l'économie?
- Pour ce qui est d'alléger la dette, ca ne semble pas avoir très bien marché, puisque la majorité des pays dit développés ont des dettes de l'ordre de leur PIB (>2000 milliards pour la France), de toute facon impossibles à rembourser (on n'essaie même pas). Et si la monnaie est dévaluée, le chiffre du PIB l'est aussi?

Henrietta 29/09/2017 13:58

Bonjour,

L'or non plus ne vaut pas grand chose dans l'absolu. C'est simplement un matériaux qui présente l'avantage d'être valorisé par le plus grand nombre, et dont la quantité est limitée. Et puisque personne ne peut organiser l'inflation de l'or physique (méfiez vous de l'or papier par contre), le lingot devient une valeur refuge dont la valeur monte chaque fois que les gens n'ont plus confiance dans les monnaies émises par les états.

Mais l'inflation n'est pas une mauvaise chose en soi. Une inflation contrôlée est bénéfique pour toute économie, puisqu'elle incite les gens à dépenser leur argent plutôt qu'à le stocker. Le but premier d'une monnaie fiduciaire étant de fluidifier les échanges commerciaux, ce serait un comble (et un échec) que les gens la stockent en espérant qu'elle vaille plus demain qu'aujourd'hui.

Autre bénéfice de l'inflation (mais moins avouable), permettre aux états d'alléger leur dette au fil du temps, voire de la faire disparaître d'un seul coup en organisant une inflation massive. Cela leur coûte la confiance des prêteurs évidemment, mais bon... Vos prêteur sont ruinés donc ils ne vous prêteront plus de toute façon, et vos futurs prêteurs auront de toute façon la mémoire très courte. Donc pourquoi s'en privé ? ^^

PS : Il y a un petit nouveau qui est apparu récemment et qui commence à faire concurrence à l'or, le Bitcoin. Lui aussi existe en une quantité limitée, et en plus il ne coûte quasiment rien à déplacer et à sécuriser.

Kevin 29/09/2017 13:23

Je n'ai aucune notion d'économie, mais je me demande toujours pourquoi ce qui coutait 1$ en 1950 coutait 10$ en 2010. Que représente l'inflation constante sinon une chute du cours de la monnaie face à tout le reste (matières premières, produits transformés, services, etc.)?

Charles Michael 29/09/2017 11:56

Je rajoute un petit détail piquant: la manipulation des cours de l'or pour l'empêcher de grimper.

Profitant du décalage horaire entre Shanghaï et Londres des ordres de ventes d'or papier (sans possession physique) sont systématiquement envoyés à Shanghaï. Ceci pour maintenir les cours des monnaies FIAT.
Et au passage permettant à la Chine, Russie et consorts de continuer d'acheter et stocker de l'or physique à un très bon prix. Elle est pas belle la vie !

Merci Cher Observatus.