Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Ebullition

6 Avril 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Russie, #Etats-Unis

Que de rebondissements en 48 heures... L'optimisme qui prévalait ces derniers mois a du plomb dans l'aile et les traditionnels fronts et lignes de fracture semblent se reformer en Syrie, au moins partiellement.

Tout part de ce qui ressemble à un énième false flag barbu : le supposé bombardement chimique par l'aviation syrienne. Comme d'habitude, aucune preuve et aucun temps de réflexion - quel serait donc l'intérêt d'Assad de perpétrer ces attaques en un point non stratégique alors qu'il est en train de gagner la guerre et que l'administration américaine venait de lui donner un blanc-seing ? Ca n'a strictement aucun sens. Que cela soit un false flag assumé ou, comme les Russes l'affirment, un entrepôt d'armes chimiques djihadiste bombardé par un raid, tout cela a furieusement l'air d'un mauvais remake de la Ghouta...

Il n'en fallait en tout cas pas plus à tout ce que l'empire compte d'euronouilles soumises, de Follamours, de fondamentalistes et de journalopes pour éructer, adresser force coups de menton et changer l'environnement favorable au 4+1. Aura-ce des conséquences concrètes ? Nous y reviendrons.

Une impression cependant. Votre serviteur peut se tromper mais cette assez évidente manipulation n'a pas l'air d'avoir été improvisée.

Cela fait quelques semaines que l'on sent de l'eau dans le gaz entre Ankara et Moscou et l'on a comme l'impression que les Turcs avaient leurs autopsies, leurs rapports à envoyer d'urgence à l'ONU et leurs excuses presque tout prêts. Etant donné que la Turquie avait coutume de fournir les "rebelles" en gaz sarin, la rapidité de ses conclusions n'est peut-être pas pour surprendre...

Pour la première fois depuis bien longtemps, des critiques émanent du régime sultanesque à l'encontre du Kremlin. Il est vrai que le survol de l'espace aérien turc par les Sukhoïs pour bombarder les petits protégés d'Ankara n'avait rien fait pour arranger les choses. Nouvelle rupture en perspective ? Ce serait presque à souhaiter dans un souci de clarification : que les masques tombent !

Israël se réveille également d'un long sommeil et le moins qu'on puisse dire est qu'il eût mieux valu que Tel Aviv restât endormi. Ne craignant visiblement pas le ridicule, Bibi la Terreur affirme qu'Assad a donné l'ordre direct du bombardement, reprenant d'ailleurs la logorrhée de son ministre de la Défense, le polémique Liberman. Des rapports contradictoires font état de frappes mystérieuses dans le sud syrien, près de Deraa, mais tant le Hezbollah que Damas réfutent la chose, ce qui n'est pas dans leur habitude. Dans le doute, quelques S400 ne seraient peut-être pas de trop pour ramener à la raison (définitivement ?) les jets à la nuque raide comme aurait dit le grand Charles...

Toujours est-il que Poutine a sèchement remis Netanyahou à sa place lors d'une conversation téléphonique : "Il est inacceptable de porter des accusations sans fondement". A Moscou, on sent comme une irritation de voir les bouffons turc et israélien du roi sortir de leur boîte dès qu'on a le dos tourné. Armer le PKK et le Hezbollah devient une option chaque jour plus tentante.

Plus troublantes sont les informations selon lesquelles Washington parrainerait tout cela. Après avoir mis le holà dès l'élection de Trump, la CIA aurait partiellement repris ses livraisons aux coupeurs de tête modérés avant la crise chimique. Peut-être dans la foulée de la visite de Tillerson à Ankara le 30 mars. Ce même T. Rex avertit sans rire que la Russie devrait "repenser son soutien à Assad" tandis que la représentante US à l'ONU déclare qu'en cas de veto russe et chinois, les Etats-Unis pourraient agir seuls. Rappelons que tout ceci intervient quelques jours après que tout ce beau monde ait déclaré qu'Assad ne devait plus partir...

Par quelle mouche l'administration Trump a-t-elle donc été piquée ? Le poisson pourrit par la tête, dit-on, et le Donald ne fait rien pour faire mentir cette maxime. Témoin, son discours pour le moins crétin d'hier dont il restera désormais prisonnier. Il en remet une couche aujourd'hui, confiant à des membres du Congrès qu'il considère maintenant une action militaire en Syrie ! Comment peut-il ne pas voir qu'il s'agit selon toute probabilité d'un false flag ? A-t-il été croqué par le Deep State ? Le débarquement de Bannon du Conseil de la Sécurité Nationale hier entre-t-il dans le cadre ce revirement étourdissant ? Ou bien joue-t-il un périlleux coup de poker pour se distinguer publiquement des Russes au moment où il marque des points contre la clique néo-con autour d'Obama. Pour une fois, votre serviteur est sans réponse et l'avoue humblement...

Et à l'instant, Erdogan vient d'offrir son soutien en cas d'intervention américaine (cette "trahison" ne passera évidemment pas inaperçue du côté de Moscou). Les rebondissements affluent d'heure en heure, bouleversant la fragile construction internationale qui se mettait en place depuis trois mois. Heures exaltantes, dangereuses aussi...

Partager cet article

Repost 1

Commenter cet article

Jeff Michael 10/08/2017 06:53

Bonjour

Un prêt abordable s'applique maintenant.

J'offre des prêts souples et des fonds pour divers projets en passant le
Procédures rigoureuses usuelles. Ce programme de financement

Permet à un client de bénéficier d'un remboursement à faible taux d'intérêt pour un maximum de 2% par an
Pour une période de 1 à 20 ans.

Je peux approuver un prêt / financement pour un maximum de USD 20,000,000.00 ou plus selon
Sur la nature des affaires. Nous sommes

Actuellement financé pour:

Démarrage d'une franchise
Acquisition d'entreprise
Expansion commerciale
Achat immobilier commercial
Exécution du contrat

Contactez-nous courrier électronique de l'entreprise: jsemkffloaninvestment@gmail.com
Jeff Michael
Nous sommes à votre service

Charles Michael 09/04/2017 04:42

Je me garderai bien de me lancer dans des supputations et raisonnements alambiqués. Sur le sujet Consortium news de Robert Parry me semble le plus convaincant. D'ailleurs largement repris et commenté sur le site de grande qualité du Colonel Pat Lang.

Deux faits me semblent assez solides:
- le pouvoir syrien n'a pas commis cette attaque chimique
- la punitive et intempestive action Trumpiste est une parodie pour la galerie

simplet 08/04/2017 12:19

Sa présidence au prix de neuf morts syriens?

Louis-Marie 08/04/2017 03:13

Ce qui se passe depuis une semaine est vraiment très curieux et dénué de logique. Trump semble totalement renier sa position constante sur la Syrie, c'est pour moi une énorme déception. Par contre, envoyer 59 Tomahawks pour détruire... 6 avions ! ... et tuer 10 soldats ! C'est tellement peu que c'en est louche, non ? L'agression assumée de Trump aura été dix fois moins meurtrière que l'attaque inavouée d'Obama à Deir Ezzor, étrange. On essaye de positiver comme on peut...

Observatus geopoliticus 08/04/2017 03:19

@ Louis-Marie
Vous serez content, j'en parle justement dans le dernier billet.

Hamilcar Barca 07/04/2017 18:50

@ Madudu & Pierre
Je suis d'accord avec vous, Madudu, que l'on est en face d'un "sac de noeuds" que les misérables spectateurs "du bord de la touche" que nous sommes ont du mal à démêler.
Oui, l"incident chimique" fait absolument penser à une chausse -trape dans laquelle sont tombés les Syriens. En allant bombarder un site contenant des armes chimiques dont ils ignoraient tout. Magnifique manoeuvre d'intox.

Je me mouille et je désigne un auteur: le Mossad.
Voir les déclarations israéliennes de ces derniers jours, relayées par OG.

Après, la réaction US.
Oui, Pierre, j'ai appris comme vous que pas mal de Tomahawks ont "disparu en route". C'est une première. Descendus par les défenses rapprochées russes? Pourquoi pas?
A rapprocher de l'interview de Malbrunnot au Figaro qui affirme que les US ont prévenu les Russes
https://tinyurl.com/l4fyc2o

??!??

Bien cordialement

Euclide 07/04/2017 17:56

Je croyais le Donald plus intelligent, réformateur de la diplomation américaine , allant dans le système " westphalien" .Bin, c'est raté.
C'e sont les States en guerre permanente comme l'était l' Empire romain.

Pat 07/04/2017 17:52

Erdogan tourne avec le vent. La question Kurde, et bien sûr le traité de Lausanne sont toujours d'actualité. Que lui a t-on promis ? Et qui (même si on peut avoir une petite idée) ? Comment Moscou a pu se faire manipuler de la sorte (Ils ont des "experts" aussi, comme chez nous) ?
Trump a peut être donné un "coup de menton" pour faire taire les voix qui s'élevaient dans son camp.
Tout le monde a été prévenu du bombardement, même la France (?) ... Je n'ai pas de smiley.
Bref, si on écoute Ayrault, tout va bien : - http://www.ouest-france.fr/monde/syrie/jean-marc-ayrault-la-france-n-est-pas-belligerante-en-syrie-4913621
Et si l'on en croit cet article : - https://www.goldbroker.fr/actualites/etats-unis-doivent-au-monde-trois-fois-or-produit-durant-toute-histoire-1104 ..... les USA cherchent-elles un « Victory Programm » ?
Pas facile.

serge 07/04/2017 17:33

Lorsque Trump a été élu, personne ne savait trop s'il ferait une rupture telle qu'annoncée ou si c'était de la déco pour le peuple profond. Là, entre ses sorties sur la Corée du nord, ses biceps en mer de Chine et maintenant les missiles de croisière sur la Syrie, on peut raisonnablement penser que le complexe militaro-industriel US a gagné, sans trop de défense de Trump. Comme par ailleurs la situation économique mondiale est très très terne et que la dette générale est hors contrôle, je crains que WW3 ne se profile. Une bonne guerre solde en général les comptes et moins de monde et de concurrence industrielle permet de faire repartir les affaires. Reste qu'il se dit que 71% des américains jeunes sont soit trop gros soit trop cons pour l'armée. Et que dans d'autres pays, il y a peu d'espoir que la conscription donne les mêmes résultats que quelques décennies dans le passé. Serait-ce un signe d'un vrai usage de vraies grosses méchantes armes en perspective?

tibidi 07/04/2017 16:16

Xi Jinping était arrivé en Floride avant la frappe. Il n'y a pas un mot dans les MSM.
Que devait-il faire ? Rentrer chez lui en signe de protestation ? Et mettre en vente un trillion en bons du trésor US ?

Grognard 07/04/2017 18:19

Bonjour tibidi,

Pourquoi voulez-vous qu'il commente?
Surtout si la diplomatie chinoise pense que cette action US n'est pas anodine en terme de calendrier et qu'elle pourrait être une menace masquée envers la Chine?
En Asie le temps n'est pas perçu de la même façon qu'en occident.
Je pense qu'il y aura une réponse.
Celle-ci ne se produira pas avant une concertation Chine/Russie/Iran dont nous n'entendrons peut-être pas parler.

Toutefois il serait très prudent pour les avions turcs et israéliens de rester gentiment sur leurs bases.

Eszwal 07/04/2017 15:26

C'est ce que je disais il a qq temps. Un empire ce n'est pas gentil, ca ne veut aucun compromis. Les us ne connaisse que la violence, le chantage et l'intimidation. Détruire ceux qui vous résistent, asservir ceux qui vous cèdent. Voilà la devise de tous les empires.
Ensuite de la a dire qu'il sont en déclin, oui je suis d'accord. Mais ils ne s'ecrouleront pas tout seul. Si les brics n'accelerent pas la dedollarisation ou le contrôle énergétique, ca peut encore durer 50 ans...

theuric 07/04/2017 16:24

40% à 47% de chômeurs U.S., bulles spéculatives sur l'automobile, les prêts aux étudiants, le logement, les cartes de crédit et j'en passe, des villes et des états ruinés, bons du trésor de la F.E.D. dont personne ne veut plus, Wall Street tenu à bout de bras par la même, entreprise en évanescence, désormais les U.S.A. sont en quasi importateur net, et j'en oublie...
L'oligarchie U.S. n'a plus d'autre choix, pour conserver leur fortune, que d'absorber les richesses internationales en transformant, donc en détruisant l'économie réelle, les entreprises et transports, en économie virtuelle, les flux financiers.
Ces mêmes flux tendent à se ralentir en raison du risque de panique de la sphère spéculative, d'où la stagnation de Wall Street et de nombre de places boursières, même avec les Q.E..
Ces mêmes Q.E. qui ne servent plus qu'à cacher la valeur réelle des entreprises U.S. en européennes qui, pour beaucoup, se trouvent dans des situations très difficiles, le nombre de banques européenne et anglo-saxonnes qui se délestent de leurs employés vont grandissant et celui des fonds de pension qui ferment aussi.
Sans compter que les infrastructures sont en ruine et nécessiteraient des fortunes et beaucoup de temps pour être réparées.
Certes, l'armée U.S. s'agite encore et est toujours dangereuse, mais l'économie de l'empire est exsangue.
D'autant plus que les institutions U.S. tendent toujours à leur prise d'autonomie du pouvoir politique, d'où les événements actuels.
Je ne pense pas que les U.S.A. aient encore 50 ans de survie, tout au plus quelques années et encore, pour ma part je pencherais plutôt à quelques semaines à quelques mois.
Mais il est vrai que le système de la globalisation heureuse nous a montré jusqu'à présent des trésors de résilience, mais cela ne saurait durer.
Préparez-vous, parce que dès que l'empire aura disparu, là le monde deviendra véritablement dangereux.

theuric 07/04/2017 14:58

Aviez-vous remarqué qu'hier les bourses européennes avaient baissées?
Quand à Monsieur Trump, il est toujours possible d'y faire porter quelques pressions, sur sa fille ou sur lui-même.
Avez-vous remarqué le nombre de banquiers qui se sont mystérieusement suicidé depuis quelques années, ces défenestrations s'étant parfois produite avec les fenêtres fermées (ils manquent d'imagination, ces banquiers).
Quand aux crises cardiaques, un certain journaliste allemand en a fait les frais.
Donc, cet événement clarifie singulièrement les choses, l'action de Donald Trump est dorénavant clair, soit il se soumet, soit il casse tout, ce qui veut dire remettre les conteurs de l'économie étasunienne, dès lors mondiale, à zéro.
Dans le premier cas c'est la guerre civile assurée puisque plus personne, aux U.S.A., n'aura confiance dans le système politique américain.
Pour le second, qui, quoi qu'il arrive, surviendra à un moment ou à un autre, cela voudra dire que débutera, pour nous aussi, le début de la vache enragée.
Il est à noter sur ce sujet que l'or commence à donner la réelle valeur du dollar, il se dit pas loin des 1300 dollar, ne sachant s'il s'agit du lingot ou de l'once.
En que les indiens, après les délires monétaires de leur gouvernement, en reprennent l'achat.
Le dollar ainsi que quasiment toutes les autres monnaies ne valent plus que dal, pourries par les Q.E. de toutes sortes, les crédits et dettes, les énooormes bulles spéculatives et la désorganisation industrielle internationale conduisant à la désindustrialisation généralisée à marche forcée, soit la destruction de l'économie réelle.
Pour en revenir à cette attaque et à ces quatre morts qu'elle aurait faite, que sait-on sur eux, sont-ils morts avant, quoi qu'il en soit, tout cela est bien léger....
Autre concomitance, celle de cette attaque à la bombe dans le métro de Saint-Pétersbourg peu de temps avant celle, chimique, en Syrie.
Je pense également que monsieur Poutine est un réel humaniste, dans le sens ancien du terme, même si, toujours à mon avis, il fit une erreur au sujet d'une personnalité politique française, mais bon, le sujet n'est pas là.
Si nous y réfléchissons bien, la néoconnerie étasunienne et européenne est fragile parce que intimement liée aux flux monétaires, c'est, si je puis dire, leur énergie.
Coupez en le robinet et elle disparaîtra rapidement.
De plus, Messieurs Poutine et Trump, si ils ne sont pas trop naïfs économiquement, ont un absolu besoin, pour mener leur politique, en plus de se débarrasser de ces dangereux faucons U.S., vrai, de ce qu'il me semble, que le système économique globalisé s'effondre rapidement, le premier pour reprendre son commerce avec les pays européens, le second afin d'éviter que ses concitoyens oublient d'où viennent les déséquilibres économiques abyssaux des Etasunis.
Aux U.S.A., ce sera cette ruine universelle ou la guerre civile, la ruine et le désordre plutôt que le conflit, le premier étant plus facile à contenir que le second, et puis cette ruine est inéluctable, alors....
Ruine universelle déjà en marche par le ralentissement progressif de la circulation monétaire mondiale.
quand à la troisième guerre mondiale, elle n'est pas pour aujourd'hui, vous pourrez compter de cinq à sept ans dès que le flux des monnaies aura cessé de circuler.
Plus sûrement, monsieur Trump mènera le monde à la ruine en voulant conduire son pays à la banqueroute, en vrai, je ne crois pas que Messieurs Poutine et Trump aient compris vers quoi nous conduisent les terribles déséquilibres économique de notre époque.
Quoi qu'il en soit, plus vite ça surviendra, moins ses effets seront violents, songez que ça fait depuis 2008, soit 9 ans, que la globalisation heureuse aurait dû se produire et que l'évolution et effets de ces déséquilibres sont exponentiels.
En attendant, faites vos réserves, comptez au minimum, trois mois de nourriture, un an de produits d'entretien de la maison et soin pour le corps, trois ans de quoi faire du troc et de petites ventes, et préparez votre jardin pour un potager, avec quelques poules si vous le pouvez.
Ayez un vélo ou un vélomoteur si vous être loin des transports maritimes et ferrés et le minimum d'outil pour tout réparer.
Surtout, soyez psychologiquement près.

theuric 07/04/2017 15:03

...que la "faillite" de la globalisation heureuse.... aurais-je dû écrire.

pierre 07/04/2017 14:08

Bonjour Hamilcar,
oui, juste. On vient aussi d'apprendre que seuls 23 missiles sur 59 auraient touchés leur cible. Moscou a fait le compte mais prétend ne pas savoir où sont passés les autres.... Serait-ce une manière de ne pas dire tout en le suggèrant qu'ils ont abattus les autres???

Furax 07/04/2017 14:05

Steph, l'hypothèse que Trump ait pu être trompé par des rapports de renseignement erronés ne tient pas la rampe une seule seconde.

Trump est le président qui, il y a seulement quelques semaines, dénonçait les rapports bidons des organes de renseignement de son propre pays.

Les rapports sont évidemment bidons. Mais Trump le sait parfaitement. Tout comme Bush junior et Blair savaient parfaitement en 2002/2003 que les rapports étaient bidons.

L'hypothèse que Trump se serait entendu avec les russes et en second rang avec Assad pour organiser un bombardement bidon suite à une attaque chimique bidon pour lui permettre, à lui Trump, d'apparaître comme un dur vis-à-vis de ses bellicistes néocons et faucons libéraux ne me paraît pas non plus tenir la rampe.

Il ne se passe rien avec la Russie depuis 2 mois et demi. C'est la douche froide. Haley, Tillerson, Mattis, Spicer, ... etc, c'est-à-dire le lobby militaro-pétrolier, font la politique que veulent les saoudiens.

Il me paraît plutôt plausible que Trump a profité de sa rencontre avec le prince saoudien Mohammed Ben Salman simplement pour augmenter le prix du maintien de l'alliance américano-wahabbite.
Parce qu'au final les USA ont besoin des pétrodollars pour vendre des armements made in USA et pour placer des bons du trésor US.

Je me suis bercé d'illusions très relatives mais malgré tout excessives. Il n'y a définitivement rien à espérer des USA, ni de Trump ni d'un quelconque autre président prétendument antisystème. Vous connaissez la fable de la grenouille et du scorpion. Il est dans la nature du scorpion de piquer. On est prévenu.

La seule chose à attendre, c'est l'effondrement des USA sur eux-mêmes. Cet effondrement est inéluctable et les problèmes seront loin d'être terminés quand il sera survenu parce que les pontes du lobby de la guerre se transformeront en terroristes mafieux mercenaires. Vous me direz que c'est déjà le cas mais ce le sera bien davantage.

Dupix 07/04/2017 14:51

Tout à fait d'accord.
La réaction Russe/Syrienne/Iranienne (Chinoise ? Mais ca m'étonnerait qu'ils ne se mêlent de ça plus qu'ils ne le font) sera évidemment bien plus informative que la frappe US.
Laisser les US frapper le régime Syrien me paraît tiré par les cheveux. J'y vois plutôt l'inéluctable influence de néo-cons, de industrie de l'armement, du deep state ... Ils ne lâcheront pas. Trump comme Obama avant lui, n'est qu'une marionnette.
Quant à l'effondrement US, ce qui me fait peur, c'est ceux qu'ils vont entraîner avec eux. Et ce que cela va provoquer. Les US ont infiniment plus de moyens que l'Empire Romain.

Theoltd 07/04/2017 12:31

Bilan des frappes: 9 avions détruits, 5 intacts, piste intacte également comme on peut le voir sur les images. Sur 59 missiles, un certain nombre, dit on, a disparu en vol. (matériel obsolète?).
Bref, belle attaque sur un beau False flag (on a l'habitude), mais peu de resultats.
On attend la suite.
Comme dans un beau western, les ricains arrivent au moment ou Daesh prend une dérouillée. Un classique!

Furax 07/04/2017 12:15

Trump ne s'est fait ni manipuler ni coincer.

Il a choisi cette nouvelle stratégie.

On en a eu les signes annonciateurs lorsque Trump a viré Flynn puis Bannon du National Security Council, lorsque sa nouvelle ambassadrice à l'ONU, Nicky Haley, s'est comportée comme le clone de Samantha Powers, lorsque son secrétaire d'Etat Tillerson a déclaré que la Russie devait rendre la Crimée à l'Ukraine.

Et l'enchaînement en quelques jours de l'attentat de Saint Petersbourg et de l'opération false flag chimique (répétition grossière du coup de la Goutha de 2013) est tout sauf une coincidence : Trump a signifié à la Russie qu'il était prêt à une attaque directe contre la Russie si on ne le laissait pas lancer son attaque contre la Syrie.

En à peine 2 mois, le retournement de veste est spectaculaire mais les multiples signes en ce sens sont très cohérents.

Si on regarde un peu plus loin que l'événement, il me semble que Trump a engagé une négociation très dure avec Poutine, au bord de la confrontation, sur le mode "vous, russes, ne gagnerez pas et en Syrie et en Ukraine/Crimée. Ce sera au maximum soit la Russie, soit l'Ukraine/Crimée."

Et si on en revient aux fondamentaux, aucun dirigeant de puissance impériale n'est volontairement un Gorbatchev. Surtout que tout le monde sait ce qu'est devenue l'URSS après qu'elle a entrepris sa politique d'apaisement et de retrait impérial.

Les USA ne tiennent que parce qu'ils ont la capacité d'exercer un chantage à la violence sur la plupart des pays du monde.

Le jour où ils arrêteraient d'exercer cette violence, les USA s'effondreraient. Continuer à se comporter comme l'Etat voyou de la planète est la seule solution qu'ils ont trouvée pour retarder leur effondrement. Et Trump a d'autant plus facilement choisi cette voie que les USA ont quasiment toujours été en guerre depuis leur fondation.

Pour Trump, c'est "my country, wrong or wrong." Et il ne peut simplement pas accepter un recul des positions américaines sans contrepartie.

Ce n'est pas du côté de Poutine qu'il faut espérer une chute de l'empire du mal anglo-saxon. La force de la Russie n'est que militaire. C'est une force qui permet de bloquer certaines attaques de l'empire, pas de le faire s'effondrer. C'est aussi une force dont l'usage est trop dangereux.

C'est du côté des super géants comme la Chine que viendra la chute de l'empire. L'économie des USA est incroyablement surévaluée et ne tient que parce que le reste du monde accepte le dollar qui n'est plus qu'une monnaie de singe.

La Chine mesure que le monde peut relativement se passer de l'économie des USA. Les USA ne pèsent plus que 4% de la population mondiale et sont dans un processus d'appauvrissement et de déliquescence rapide. Et les USA se sont mis dans la main de la Chine en offshorant leurs capacités industrielles et leurs savoir-faire en Asie, principalement en Chine.

La Chine et ses partenaires eurasiatiques mesurent de plus en plus à quel point le risque et le coût d'une chute de l'économie américaine devient secondaire par rapport au risque que l'empire anglo-saxon belliciste fait courir au reste de la planète. Il sera très intéressant de voir quelle sera la politique chinoise dans les mois à venir.

Madudu 07/04/2017 14:35

Je suis d'accord avec Stef, pour le moment aux yeux des humbles que nous sommes il manque quelques éléments essentiels pour comprendre ce qui se passe.

Quelque chose ne tourne pas rond, ce n'est pas cohérent et ça se voit tellement qu'au terme de l'épisode il va forcément y en avoir un certain nombre pour perdre la face.

Je ne comprends toujours pas le défaitisme ambiant, je commence même à croire que l'idée que l'on est impuissant devant le bourreau a une fonction importante dans la construction psychique de certains.

Parce que devant une situation que visiblement nous ne sommes pas encore en mesure de comprendre, nous qui ne sommes pas dans la confidence, conclure à la trahison ou à l'abandon de ses engagements par Trump (comme ça a déjà été plusieurs fois le cas, jusqu'ici à tort) est aussi arbitraire que de conclure à la faillite de l'état profond US.

Wait and see, comme dirait l'autre.

Stef 07/04/2017 13:04

Je ne suis pas (encore) convaincu par la duplicité de Trump, ou plutôt par le décalage entre ce qu'il a promis et ce qu'il fait. Il est bien difficile de déceler quelque chose de définitif dans ce qui se passe en coulisses actuellement. On pourrait penser que ce qui importe à Trump est de reprendre le pouvoir aux USA et de mater l'Etat dans l'Etat qu'est devenue la CIA. Et pour cela, il doit piéger la CIA. C'est peut-être ce qui se passe avec une réaction bien trop rapide de Trump (sur le vu de renseignements erronés voire falsifiés par la CIA?) avec pour suite la preuve qu'il s'agit d'un coup monté. D'où une contreréaction avec la reprise en main de la CIA (limogeage des décideurs néocons, approbation du congrès etc.). C'est un peu tiré par les cheveux mais tout ce qui se passe depuis quelques jours est tiré par les cheveux. On peut aussi voir dans ce qui s'est passé dernièrement tout le contraire de ce qui vient d'être dit: un "démission" de Trump face aux néocons. Ceci dit j'ai un doute car on se doute précisément que Trump n'est pas arrivé là où il est tout seul (et je ne parle pas seulement d'une frange importante de la population, je parle aussi de personnes et de structures puissantes et anti néocons); dans cette optique il n'est pas exclu d'envisager un piège anti CIA (d'où l'effet important apparent de l'attaque et réellement faible dans son impact matériel, comme si tous les intervenants intéressés avaient été prévenus à l'avance pour prendre des dispositions avant l'attaque). On n'aura une idée plus nette quant à savoir si Trump est un Tsipras ou un Octave Auguste (toutes proportions gardées puisque Trump n'a pas la même coiffure que ce dernier) que paradoxalement lorsque Poutine aura réagi.

Alaric 07/04/2017 12:48

Ledeen doctrine (1990) : "Every ten years or so, the United States needs to pick up some small crappy little country and throw it against the wall, just to show the world we mean business"

Dupix 07/04/2017 12:40

*Pardon je ne sais pas pourquoi je parle d'aviations alors que ce sont des missiles tirés depuis la Méditerranée. J'avais la tête ailleurs !
Le parallèle tient toujours de voir Erdogan avec les moyens Russes !

Dupix 07/04/2017 12:33

D'accord avec votre analyse.
Par contre pour la conclusion, c'est bien le signe qu'il est coincé par la situation actuelle et les néo-cons derrière, qui par tous les moyens possibles vont lui pourrir la vie, sauf dans cette situation où Trump bombarde le régime Syrien.
Je suis comme Géopoliticus très inquiet. Après ces quelques mois de calme avec le bout du tunnel en vue, nous revoilà dans une situation tendue. Bien plus qu'avant je dirais même. Ce n'est même plus une attaque "loupée" (Deir Ezzor), mais une attaque directe "gros muscle" comme les USA en ont l'habitude. Le False Flag est tellement évident. Tout cela est très dangereux.
Gageons que la Russie interviendra de manière intelligente comme souvent. Mais va-t-elle laisser faire si d'autres frappes se mettaient en place ? De facto elle à les moyens d'établir une zone d'exclusion aérienne sur la Syrie. Heureusement que Poutine n'est pas Erdogan, les chasseurs US auraient volé en éclats ...
Depuis le début Trump n'est pour moi qu'un pion de plus. J'ai eu un maigre espoir pendant ces quelques mois. Mais le fait est que Trump est bloqué, l'establishment néo-cons étant trop bien ancré. La clique des Soros, Clinton, Kagan ... ne sont pas prêt de lâcher le morceau. Il se fera attirer dans les limbes. Un article comparait le gouvernement US à l'anneau de pouvoir du Seigneur des Anneaux. Difficile de trouver meilleur analogie. Trump finira "corrompu" comme les autres.
J'espère de tout mon cœur me tromper. Mais les signaux ne sont pas vraiment au vert.

simplet 07/04/2017 12:07

Haaa! Ce coup-ci, totalement d'accord avec vous!
- Aucun intérêt pour Assad de gazer sa population.
- Manip non improvisée, même plutôt calculée de longue date sur les expériences de l'immédiateté due à l'horreur suscitée et tendant à condamner sans preuve.
- Trump est-il réellement et librement à la manœuvre? Si oui, il est définitivement à classer comme tous les gardiens de vaches du wild west.
- Les boules molles de l'empire sont évidemment très frustrées de n'être plus considérées comme acteurs indispensables au m-o. Horreur et damnation!
- Tout le "package" dit occidental reste déterminé pour l'installation d'une zone dite "sunistan"
Sans parler de la verrue mère: gaz et tuyaux. D'où l'absolue nécessité de virer Assad et d'écarter ses soutiens. Toujours le même clivage. Mer contre terre.
- Enfin détourner l'attention de l'autre sale opération irakienne.

bluetonga 07/04/2017 11:23

J'ai peur que Trump ne soit tout simplement en train d'essayer de reprendre le contrôle de la maison blanche en jouant un coup de dé et en voulant se faire plus belliciste que les néo-cons. Il compte peut-être sur la mobilisation habituelle du public américain derrière son armée et son chef de guerre (la stratégie du clan W Bush). Si c'est le cas, exécrable calcul selon moi. Les démocrates et leur base voudront quand même sa peau, je jugeant désormais dangereux et irresponsable (ou trop timoré) à la tête des forces armées, tandis les déplorables n'y verront qu'une forme de désintérêt pour leur sort, celui de la Syrie leur passant largement par-dessus la tête. Un truc qu'on oublie souvent, c'est que lorsque la politique extérieure américaine n'est pas occupée à consolider les intérêts de ses multinationales, elle sert surtout à stabiliser sa politique domestique. Les dirigeants américains se fichent du reste du monde. Ils le dominent, ils le possèdent, point.

Trump joue-t-il aux échecs, aux dames, au poker, ou à la bataille? Russes, Chinois et Iraniens vont-ils ciller? Vont-ils ruser? Vont-ils tendre une embuscade? Moments éprouvants, effectivement.

pierre 07/04/2017 11:20

Bonjour,
Il est clair que les S400 russes auraient pu flinguer les vieux Tomahawks. S'il ne l'ont pas fait c'est sur ordre au plus haut niveau. Et si Trump avait prévenu Poutine, lui demandant de ne pas intervenir, son attaque spectaculaire devant servir à faire taire les critiques qui l'accusent de collusion avec Poutine? Ensuite à calmer tous les couillons qui ont monté l'affaire en mayonnaise. Hmmm? d'une pierre deux coups. Pas très cher payer pour une base vide et quelques vieux zing non? Enfin on peut rêver. Sinon on va droit vers de très gros problèmes...
bien à vous
Pierre

Hamilcar Barca 07/04/2017 11:42

@Pierre

Bonjour Pierre
Je me suis déjà exprimé longuement sur ce sujet. Je ne pense pas que les S400 puissent engager des objectifs filant 15 ou 20 m du sol.
Par contre les défenses russes de tout poil ont pu détecter/ visualiser le lancement, calculer les trajectoires et alerter les Syriens.

Ca ne vous interpelle pas que 59 missiles dégringolant sur une base aérienne fassent, d'après l'OSDH peu suspecte de complaisance pro-Assad, seulement 4 morts?
Une base, même syrienne et un peu déglinguée, comporte quand même plus de personnel que la poste de Jussac (Cantal).

Bien cordialement

Yom 07/04/2017 10:58

Il y a un fait que je trouve troublant.

A l’approche du premier tour de la présidentielle française, les candidats et leurs soutients enchaînent les apparitions sur les plateaux TV à un rythme effrené. La question de la supposée attaque chimique y est évidemment abordée (il faut voir, par exemple, comment une Laurence Haïm en fait des caisses et instrumentalise à fond l’émotion pour tenter de couper court à toute possibilité de débat sur le sujet « au nom de la décence »).

Mais même parmi les moins atlantistes et les plus ouverts à une coopération impliquant russes et syriens loyalistes parmi les camps régulièrement invités (c’est à dire les soutiens de Fillon, Le Pen et Mélenchon), je n’entend pas de remise en cause de la thère d’une frappe chimique volontaire par le régime syrien.

Je les entend dire que, selon un principe de réalisme, il faudra bien quand même parler avec El Assad, ce qui constitue un point de désaccord avec les soutiens de Macron et Hamon. Mais sur l’origine et la nature de l’attaque, l’affaire semble complésament entendue … et cela m’étonne de la part de certains camps habituellement plus iconoclastes (Le Pen et Mélenchon).

red2 07/04/2017 15:16

La réaction de Jean-Luc Mélenchon 0-5.33
https://www.youtube.com/watch?time_continue=179&v=dLxbhHEIlrA
Assez clair et nuancé quand même: La France refuse les armes chimiques, il faut punir les responsables qui qu’ils soient: Bachar ou les Sahoudien ou les turks... Mossul, Yemen, attention on risque l'escalade...

Madudu 07/04/2017 14:46

La position de Le Pen est la seule qui tienne la route dans un monde rationnel peuplé d'humains de bonne foi. Mais l'ONU n'est pas assez mal faite pour publier des documents aussi faux que le renseignement US, c'est donc peu pratique pour les états-uniens.

Rappelons-nous que le massacre de la Ghouta, après enquête de l'ONU, n'est pas imputé aux loyalistes. L'enquête n'a conclu qu'à une seule chose, qu'il y a eu recours à des armes chimiques, mais n'a pas établi la responsabilité d'une partie ou de l'autre.

pierre 07/04/2017 14:04

Bonjour Hamilcar,
oui, juste. On vient aussi d'apprendre que seuls 23 missiles sur 59 auraient touchés leur cible. Moscou a fait le compte mais prétend ne pas savoir où sont passés les autres.... Serait-ce une manière de ne pas dire tout en le suggèrant qu'ils ont abattus les autres???

Bertrand 07/04/2017 12:00

marine lepen connait certainement la réalité de la situation en Syrie, comme elle connait certainement la réalité de la situation en ukraine depuis 2014.

JL ce n'est pas aussi certain, bien que ses position internationales, sur les principes, est une position véritablement gaullienne: équilibrée, *juste*, sans compromis et surtout avec pour objectifs premiers la PAIX!

maintenant, quand bien même ils connaitraient la réalité de la situation en Syrie depuis 2011 -proxy war par Contras avec une certaine idéologie, c'est évident qu'aucun candidat ne peut aujourd'hui se déclarer solidaire de l'État Syrien qui fait face à une guerre d'agression des U.S...

puisque le corollaire c'est l'implication et la responsabilité des dirigeants français depuis 2011, et la cour de justice pour crimes de guerre! imaginez la réaction de patrick cohen..

Yom 07/04/2017 11:51

@Alaric

Cette intervention m’avait échapée.

J’ai bien aussi entendu un Eric Coquerelle (soutien de Mélenchon) dire qu’il faudra que ceux qui ont fait ça soient chatiés « qui qu’ils soient ». Mais ça reste un peu timoré.

Yann 07/04/2017 11:28

@Yom,
Je suis aussi troublé, mais je pense qu'aucun candidat à la présidentielle n'osera créer une polémique a propos de la mort d'enfants, tant que rien n'innocente clairement El Assad.

Alaric 07/04/2017 11:07

"Est ce que c'est trop demander d'attendre les résultats d'une enquête internationale avant d'opérer ? "
http://www.bfmtv.com/politique/marine-le-pen-se-dit-etonnee-par-l-intervention-americaine-en-syrie-1137574.html

A mon avis ils ont peur d'en rajouter à cause de l'accusation facile de "complotisme "

Jean 07/04/2017 10:37

Attaquer une base syrienne quasiment vide, quel intérêt? Les Russes ont été prévenus par Trump de cette attaque fort coûteuse?

Jean Pierre 07/04/2017 09:08

Selon les réseaux sociaux russes la Russie n'a pas été prévenue des frappes US. Attendons de voir la réaction des Russes mais aussi des Chinois... curieux également que les S300 et 400 n'aient pas fonctionner. Du mauvais matériel ?

Bertrand 07/04/2017 09:00

de Pepe Escobar:

The missing link

The Russian S-400s in Syria could have easily disabled those lumbering Tomahawks.
The order came from above – and they didn’t.
The Pentagon gave Moscow the heads up because they knew what was at stake.
So Moscow decided to back off - in exchange of SOMETHING every one of the key players is mum about.
The Tomahawk show was the Pentagon way of smashing the credibility of the Russian Ministry of Defense – which explained the “chemical attack” was actually the result of the bombing of a secret Jabhat al-Nusra warehouse manufacturing sarin gas.
Now the Russian Ministry of Defense is naked.
There will be a response.
Not now. A few moves later in the game.

Bertrand 07/04/2017 11:53

@la grive.
un autre billet de Pepe Escobar

No Russia response: the best working hypothesis.

The small Russian Air Force contingent in Syria tested all their radars and carefully tracked those lumbering, telephone pole Tomahawks passing for missiles. Cost of the op for the Pentagon: around $93 million for 59 Tomahawks. Cost to the Russian military – in material losses; as it stands, zero. And probably no Russian casualties. Moscow will NOT show what the S-300 and S-400s can really do until the heavy s**t really hits the fan – if it does. And yes, it will be nasty. And the Pentagon knows it, thus the heads up.

sinon, il y a la chronique *géopolitique* de bernad guetta sur france inter! non je plaisante : )

la grive 07/04/2017 09:47

J'ignore le taux de succès des systèmes sol-air russes, mais face à une volée de 70 missiles, il y a peut-être peu d'intérêt à en intercepter un seul.

Eric83 07/04/2017 08:57

Trump a dit que La Syrie avait dépassé des bornes. En l'occurrence, c'est Trump qui a dépassé une borne cruciale en agressant militairement la Syrie, pays souverain, qui plus est sous un prétexte faux et honteux.

Je crains - et j'espère me tromper - que cette agression ne l'empêche de faire marché arrière. Trump s'est mis et/ou a été mis dans un corner.
En effet, comment reconnaître maintenant que ce n'était pas l'Etat Syrien qui avait bombardé des civils avec des armes chimiques ?
Comment reconnaître maintenant que l'agression militaire de la Syrie, qu'il a ordonnée, a été faite sur la base d'informations erronées mais sans prendre le moindre recul ni attendre une véritable enquête ?
Quel crédit aurait-il encore auprès du peuple US après "fausse les armes de destructions massives en Irak" d'autant plus que les américains "démocrates" veulent depuis le 20 janvier le bannir de la Maison-Blanche ?

Poutine pourrait reprendre à juste titre, cette fois à l'endroit de Trump, ce qu'il avait dit dans son discours à l'ONU - en 2015 il me semble - : "Vous rendez-vous seulement compte de ce que vous fait ?"...et des conséquences que l'agression que vous avez conduite peut provoquer ?

Eric83 07/04/2017 10:10

Le site Breitbart fait partie des sites que je consulte depuis la saga de l'élection US et jusqu'à présent je n'avais pas vu un article ayant recueilli plus de 26 000 commentaires.

L'agression militaire des US en Syrie est loin de passer inaperçue et au regard du nombre de commentaires négatifs, Trump est en train de se mettre à dos les "déplorables "qui l'ont élu pour stopper les guerres et non pas pour en provoquer de nouvelles.
La société civile US était déjà largement fracturée; la décision prise par Trump aggrave encore cette fracture.
Pour autant, j'ai peine à croire que Trump soit aussi abruti - pour rester poli - que sa décision le laisse penser.
Quel est donc le but réel de cette agression militaire en Syrie ?

http://www.breitbart.com/national-security/2017/04/06/trump-orders-strikes-syrian-regime-airbase-response-chemical-attack/

UnLorrain 07/04/2017 08:33

@ OG
Est-il possible que la tentative de bombarder le palais de Bachar al Assad fut elle «'calculée »? Le tir d'un missile pouvait être logiquement intercepté mais des dizaines de tomawak assurément non,enfin a mon avis.
Même ailleurs que dans vos chio... on peut vous butez ( poliment..voyez le «z» :-)) font comprendre les Kainkains...

Alyochenka 07/04/2017 05:32

J'espérais humblement une bonne nouvelle de votre part, cher OG, mais je crains que la situation actuelle, totalement inattendue tant son revirement a été rapide, ne nous laisse tout désemparés devant la montée aux extrêmes de la violence...

Alaric 07/04/2017 10:10

@ Yann

La frappe en elle même , si elle n'est pas suivie d'autres , n'aura peut être qu'un impact modéré (il s'agit quand même d'une des principales base de l'armée syrienne ) sur le cours de la guerre .
Mais les conséquences géopolitiques sont ENORMES . Il a délibérément fait semblant de croire des mensonges provenant d'Al Qaïda , passé outre non seulement l'ONU mais son propre congrès , bombardé un état souverain et retourné sa politique à 180° .
Plus personne ne pourra lui faire confiance après ça . Le rapprochement avec la Russie est foutu .

Yann 07/04/2017 08:49

Les US ayant au préalable avertis les Russes de l'attaque, il me semble qu'il s'agit plutôt d'un "coup de menton" de la part des US , voilà plusieurs jours que les médias compare la décision d'Obama de ne pas agir en 2013 ( a l'époque de la Goutha ), avec une éventuelle réaction de Trump... Je pense qu'il était dans l'obligation de réagir pour donner le "change" devant la communauté internationale mais que ça n'impactera pas réellement les arrangements précédents.

Alaric 07/04/2017 03:59

Quelle horreur ... les USA viennent de frapper la syrie ... tout peut arriver maintenant ...
trump a t il trahi ? Agi sous la menace ? était ce une mascarade ?

Dubitatif 07/04/2017 11:22

@ Hamilcar Barca

Bjr, si Putin ne l'a pas vu venir ni anticiper, c'est qu'il n'est pas un chef d’État digne de ce nom et pire qu'il est servi par un service prospective totalement défaillant indigne de la grande puissance qu'est (ou qu' aurrait du être voire semblait être) la Russie

Alaric 07/04/2017 10:05

Deux hypothèses certes , mais une certitude : Trump a définitivement détruit les espoirs placés en lui . Il ne pourra pas revenir en arrière après de telles déclarations et un tel acte . Le camp pro Trump est complètement abasourdi en ce moment . Le lien de confiance est rompu

Hamilcar Barca 07/04/2017 07:39

@Alaric
Cher Alaric
Deux hypothèses:
- ou Trump s'est fait complètement déborder et forcer la main par les faucons du Pentagone et de la CIA
- ou il a voulu démontrer aux protagonistes du conflit syrien - surtout à l'Iran - que l'Empire n'avait rien à cirer de l'ONU et frapperait quand ça lui chante où bon lui semble.
Ou les deux à la fois.
Voyons maintenant la réplique russe: quel que soit son talent, je pense que Vladimir n'avait pas prévu ça.

Bien cordialement

Charles Michael 07/04/2017 03:58

Deux destroyers US ont lancé 70 missiles de croisière Tomawak sur une base aérienne syrienne cette nuit; celle d'où étaient parti les avions responsables (ou pas).

Catalina 07/04/2017 00:55

La guerre est le seul moyen après avoir tout volé de s'enrichir plus. Les psychopathes sont en compétition. et puis, les dettes sont irremboursables, les QE ont tué l'économie. https://www.youtube.com/watch?v=ZvguecF60S8

Euclide 06/04/2017 23:27

Bon, on va voir ce si le Donald est toujours balourd ou peut réfléchir ?

Votre photomontage m'inquiète cher OG. Si vous vous lancez dans des prédictions comme Theuric et moi meme nous le faisons, c'est sur que la 3ème guerre mondiale est commencée.

Alaric 06/04/2017 23:37

Il ne peut pas ignorer qu'il s'agit d'un false flag . Il est donc manipulé (chantage, menaces ... ) ou a retourné sa veste , ou n'avait en fait jamais eu l'intention de changer la situation

Pierre 06/04/2017 22:56

Bonjour
Votre commentaire croise le mien qui croise le votre

Alaric 06/04/2017 22:53

L'internet pro rebelle , il y a peu complètement découragé par l'embourbement à Hama , exulte de voir Erdogan revenir à de meilleurs sentiments ...

ajoutons que l'affaire Mike Flynn est de plus en plus étrange , celui ci se disant prêt à parler des liens avec la Russie en échange d’immunité ...

Erdogan a décidément trahi tout le monde .

Cet incroyable retournement au moment où tout allait dans le sens de la Russie et d'Assad laisse rêveur quant à ce qu'il doit se passer en coulisse (chantage ? menaces ? )

Très inquiet (et fasciné ) comme tout le monde ...

bluetonga 06/04/2017 22:49

On a toujours tort de se réjouir trop tôt, il me semble... Mon sentiment est que Trump rentre doucement à la niche. Arrivé à la maison blanche, il a tout simplement réalisé que la mission était impossible, trop d'inertie en place, trop d'intérêts de l'ombre en jeu, et en réalité, une Amérique qui ne peut survivre intérieurement et extérieurement que de la domination et de l’extorsion. Faire preuve de conciliation sur le dossier syrien, c'est donner le signal de la débandade. S'il ne fait plus peur, Washington va être miné par les défections, et l'empire va s'écrouler comme un château de carte, ou plutôt de billets verts sans consistance. Bref, Trump réalise enfin l'ampleur du désastre, Trump s'adapte et Trump se couche. Définitivement ou pas, l'avenir nous le dira. Que la diplomatie américaine tienne des propos diamétralement opposés à quelques jours d'intervalle ne fait que perpétuer l'héritage de l'administration d'Obama. A notre époque, la vérité est un luxe que les pouvoirs ne peuvent plus se permettre.

Une autre chose paraît claire, Erdowan et Netanyahou sont tout simplement indécrottables. Aucune alliance n'est possible avec eux, ils ne connaissent que la domination. Leur arrogance est sans limite.

Maintenant, comment la confrontation va-t-elle évoluer? Trump n'a pas été élu pour promouvoir des guerres extérieures. Même contraint, il a besoin d'un casus belli pour justifier une escalade. Quelques gosses gazés en Syrie ne suffisent pas, même en fouettant beaucoup la mayonnaise. Il va leur falloir du plus costaud pour intervenir : des marines pris à partie, gazés? De toute façon, il est évident qu'au-delà de la Syrie, c'est l'Iran qui est directement visé. La fermeté de la Russie, mais également et surtout de la Chine, vont faire la différence dans les jours qui viennent. Cela fait plusieurs années qu'ils ont placé leur double clé d'étranglement : route de la soie, coopération militaire et économique, abandon du dollar et des bons du trésor américain, mise sur pied des brics et offensives diplomatiques tous azimuts, réactivité militaire affichée (Géorgie, Crimée, Syrie, Mer de Chine...). Au bout du compte, c'est l'unipolarité qui doit tomber, sans conditions, et avec elle la suprématie de l'état profond occidental. And one thing is for sure : the Deep State will not go gentle to this good night.

bluetonga 07/04/2017 02:18

@OG
Bien malin qui peut comprendre cette schizophrénie de la diplomatie américaine. Peut-être un coup de bluff pour faire monter les enchères? Peut-être a-t-on sous-estimé la pusillanimité de Trump? Peut-être entretemps Bibi et l'Aipac ont-ils méchamment tiré sur la laisse pour lui rappeler la bonne direction à prendre (les Isréliens viennent justement d'aller bombarder un peu de Syrie pour avertir Vladimir qu'ils n'étaient pas vraiment impressionnés par son opinion)? Peut-être simplement same shit different day : la guerre des factions continue à Washington, et Trump s'obamanise, sautille d'un pied sur l'autre sans vraiment prendre de décision, suit les vents dominants. A cet égard, pourquoi Nunes se retire-t-il de l'enquête sur l'interférence russe sur les élections américaines? Pourquoi Bannon a-t-il été éjecté du conseil national de sécurité? Ça grenouille ferme pour l'instant à Washington, et on dirait que les marins ivres s'emparent tour à tour du gouvernail, et que Donald hurle à tribord, puis à bâbord, mais n'a pas de cap. Clairement, le boulot de potus est plus compliqué que celui de pdg, et lui, l'homme "hors-système" est peut-être bien en train d'apprendre les règles du nouveau jeu.

Sinon Moon of Alabama pense qu'il y a accord entre Poutine et Netanyahou pour étouffer l'escalade, moyennant la reconnaissance de Jérusalem ouest comme capitale d'Israël. Il ajoute que de toute façon, la grosse frange d'Israéliens russophones poutinophiles empêcherait Bibi de se fâcher sérieusement avec Vladimir. Peut-être, nous saurons bientôt. Je trouve pour ma part qu'on ne peut indéfiniment compter sur le brio de la diplomatie russe pour désamorcer les tensions et épuiser leurs adversaires. Il est temps que la Chine entre dans la partie, et commence à abattre son jeu.

Observatus geopoliticus 06/04/2017 23:30

@ bluetonga
D'accord avec l'ensemble de votre message sauf peut-être ceci :"Mon sentiment est que Trump rentre doucement à la niche."
Si c'était le cas, pourquoi alors a-t-il déclaré que le départ d'Assad n'était plus une priorité, il y a de cela seulement 5 jours ? Un truc ne colle pas...

MBM 06/04/2017 22:42

Soupçon de collusion entre deep state yankee et ottoman ravivé, pour l'heure et pour le grand jeu? L'espoir d'adhésion à l'OCS s'envole ou est-ce une réaction épidermique quant à une déception sur ce sujet qui la provoque ? Kiev doit boire du p'tit lait après le coup de l'Eurovision, puis la levée des visas par le Parlement européen et présentement la fumée syrienne.

MBM 07/04/2017 10:04

@ Observatus
Ce que je pense sur Kiev est fondé sur des infos de Sputnik qui annonçaient qu'il n'y avait qu'une menace concernant la télévision d'Etat ukrainienne qui serait boycottée dans le futur et non l'Ukraine privée de participation, puis elle vient de se voir accorder un milliard du FMI. Pour les sentiments d'Erdogan envers l'UE, il n'a de tous temps été question que de rapport amour/haine (pour la Grèce) surtout (en filigrane) d'expansion de son influence géopolitique sur l'Ouest du continent. Et dans cette mesure, l'ambitieux ne traite qu'avec les plus puissants du moment : donc on peut bafouer les accords et la courtoisie sur l'autel de son plan géostratégique. En tout cas, nous nous en doutions bien que tout cela sonnait faux. Moscou aura dû le prévoir. Qui vivra verra.

Observatus geopoliticus 06/04/2017 23:33

@ MBM
Ah ça, l'hypothétique accession de la Turquie à l'OCS est morte et enterrée (elle n'était jamais vraiment prise au sérieux de toute façon). Le pire est que le sultan continue sa croisade contre ses alliés européens ; encore aujourd'hui, il les a traités de tous les noms.
Je ne vois pas pourquoi Kiev boirait du petit lait ; déjà qu'ils n'ont plus les sous pour en acheter... Bientôt banni de l'Eurovision soit dit en passant.

Marc 06/04/2017 22:05

Et bien oui!!!
les coalisés USA et affidés de OTAN on été accusés de massacres de civils à Mossoul
Il est impensable de laisser les choses en état alors il faut, je dis il faut, en rajouter une couche sur Bachar avec quelques belles photos pour faire pleurer dans les chaumières ....

Marc 06/04/2017 21:57

Il y a les armes chimiques de Bachar comme il y a eu les armes de destruction massive de Saddam, comme il y a eu l'agression de la frégate US dans le golfe du Tonkin ...
il faut bien justifier auprès des citoyens la continuation de la guerre ...
Quelle différence entre un enfant gazé, un enfant tué par une bombe, un enfant qui va mourir enterré dans les ruines de sa maison détruite, un enfant qui va mourir noyé en méditerranée ..... de toute façon il est mort ... sauf que les médias vont utiliser cette mort, les images de cette mort afin de justifier l'injustifiable qui est de continuer ces conflits iniques dont la seule et unique justification est le profit financier .... que vaut la vie humaine face au dollar ???????

Vent d'Est, Vent d'Ouest 06/04/2017 21:44

J'avoue être perplexe. Je me trompe peut-être mais je ne vois pas une personnalité aussi intelligente que Bachar-el-Assad se saborder aussi sottement, nonobstant le fait que je ne le vois pas non plus capable d'un tel acte de cruauté gratuite. Ce serait un coup monté que je n'en serais pas étonné. J'espère sincèrement que les choses soient très rapidement tirées au clair avant que Trump ne fasse rien d'irréparable et avant des preuves irréfutables sur l'identité avérée du responsable de cette lâcheté immonde.

Observatus geopoliticus 06/04/2017 23:35

@ Vent
Il est à peu près évident que c'est un false flag, ou du moins le bombardement d'un dépôt d'armes chimiques barbu transformé en bombardement chimique.
L'étonnant n'est pas là mais dans le soudain coup de folie trumpien.

imagine 06/04/2017 21:36

Merci pour cette analyse. On aurait aimé que Macron la lise avant de se lancer dans sa diatribe guerrière. Merci pour vos doutes assumés et vos hypothèses. On aurait aimé que le même ait cet esprit philosophique.

Quarkspark 06/04/2017 22:26

Tout à fait d'accord. Il n'y a aucun mobile et la thèse de la folie ne tient pas.

Il suffit de regarder les entrevues qu'il a données tout le long de cette guerre pour constater que ce type est capable de rester cohérent et mesuré sous la pression.

Il est donc certainement aussi capable d'agir rationnellement au moment où il a gagné la guerre et est incontournable à la table des négociations.

Jean Pierre 06/04/2017 20:57

D'après les médias russes Trump est en train d'étudier les différents options présentées par le Pentagone.. .ce type est encore pire qu' Obama en fait.

Ady85 06/04/2017 20:57

Le fait que le vote du conseil de l'ONU est été reporté, montre que le jeu s'est peut-être quelque peu calmé sur le coup et que des négociations sont en cours actuellement en coulisses

Pendule de Newton 06/04/2017 20:53

J'attendais avec empressement votre analyse et là je ne suis pas deçu , tout est dit.
Tout autre dire ne serait que pure spéculation, en cette époqie trouble, la bétise et le mensonge le plus éhonté sont le socle de nos soit-disants démocraties.
Dans cette région les choses ne se règlent que par la défaite d'un groupe sur l'autre, les turcs Israéliens ou les monarchies sont des jusqu'au boutistes depuis des siècles et cela ne changera jamais.
Aux Russes, Iraniens et Chinois de décider réellement ce qu'ils sont prêts à ne pas accepter car rien de nouveau sous le soleil (c'est la même propagande depuis les années Bosnie, alors loin de la morale, ils font ce qu'ils ont toujours fait et tant mieux. Aux autres de prendre leur responabilité).
Chacun sait ce qui est en jeu et à des moments la géopolitique se joue sur des coups de sang et de bluff (si vous baissez la garde vous coulez).
Patiente est mère de vertue, loin du blabla médiatique, les vrais mouvements se passent en coulissent.
Un de mes amis militaires m'avait dit que le R+6 aurait dû continuer sur Idlib, profiter de la période de latence turque, car même si les ressources sont limitées, leur nuisance serait toujours une grosse épine.

Bien à vous... Merci de rester vous mêmes avec cette retenue et cette perspicacité qui vous honore.

Observatus geopoliticus 06/04/2017 23:37

@ Merci, cher Pendule.
Avec le recul, il est clair que l'effort aurait dû porter sur Idlib. Mais qui eut pu prévoir les récents développements ?

Marc 06/04/2017 21:59

Le rôle de ONU !!!!
Souvenez vous de Srébréniza .... des milliers de personnes massacrées sous les yeux des onusiens sans que personne ne bronche .... Elle a bonne mine ONU !!!!