Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Bonne affaire à Deir Hafer

23 Mars 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient

Le jeu de mots est facile mais l'armée syrienne vient de réaliser une excellente opération à Deir Hafer, l'un des verrous du nord, en prenant la ville quasiment sans combattre. Les petits hommes en noir sont en débandade dans la région depuis la chute d'Al Bab, où les Turcs avaient si chèrement ferraillé pour le plus grand bonheur (et profit !) de Damas. Désormais, le nord est sécurisé et la retraite daéchique ne peut que s'accélérer afin de ne pas être pris entre deux feux.

Les YPG kurdes et l'US Air Force ont en effet mené une audacieuse opération aéroportée derrière les lignes de défense de l'EI à l'ouest de Taqbah. Une tête de pont a été établie, coupant la route Deir Hafer-Raqqa et permettant d'attaquer la capitale califale par le nord, l'est et l'ouest :

Rappelons que c'est sur la route de Taqbah que l'armée syrienne avait connu une terrible désillusion l'année dernière. Avec une partie d'Alep encore aux mains des djihadistes, un territoire en peau de léopard, les axes de communication non sécurisés et l'absence d'alliance avec les Kurdes, les conditions n'étaient sans doute pas encore réunies à l'époque pour les loyalistes. Désormais, elles le sont même si ce sont les Kurdes qui mettent la main sur le point stratégique.

Dans son palais, le sultan, déjà passablement exaspéré par le rapprochement russo-kurdo-américain et les rumeurs chaque fois plus consistantes de coopération entre Russes et Kurdes, doit friser l'attaque d'apoplexie. L'on note d'ailleurs un certain rafraîchissement entre Ankara et Moscou.

Des bisbilles agricolo-douanières ressurgissent soudain. Après la mort d'un soldat turc descendu sur le territoire turc par un sniper kurde du canton d'Efrin, le chargé d'affaires russe a été convoqué. Parmi les griefs ottomans : la présence militaire russe à Efrin (ce qui semble confirmer les informations dont nous faisions état il y a trois jours), des généraux russes photographiés avec des insignes YPG sous la photographie d'Ocalan (le fameux leader du PKK en prison) ou encore le bureau du PYD ouvert à Moscou après l'incident du Sukhoi et toujours en fonction. Sur ce dernier point, Erdogan ne peut s'est prendre qu'à lui-même...

Mais on peut comprendre que, voyant la situation complètement lui échapper, il frôle la crise de nerf. Peut-il aller plus loin ? Sans doute pas... La crise gagne la Turquie, le chômage monte et le sultan, dont la popularité est de moins en moins assurée, ne peut se permettre de se mettre à dos la Russie, ni économiquement ni stratégiquement. En un mot, Erdogollum est coincé.

Revenons à nos moutons de Taqbah... Si le commandant américain a fait remarquer que "le régime et la Russie ne seront pas contents car ils voulaient contrôler la ville", cela semble plutôt participer de l'opération de com'. En réalité, la concomitance des offensives sur Deir Hafer et Taqbah n'a échappé à personne. Quelques heures après le parachutage kurdo-US, les combattants daéchiques de Deir Hafer, menacés d'être coupés de Raqqa, ont dû sonner la retraite, laissant la ville à l'armée syrienne. Une coopération syro-kurde et, derrière, américano-russe ne serait pas pour nous surprendre...

Toujours est-il que l'offensive kurde encerclant Raqqa a le mérite d'obliger Daech à se redéployer et à dégarnir ses autres fronts. Les loyalistes assiégés à Deir ez Zoor depuis des années vont pouvoir souffler avec le départ de plusieurs bataillons de l'EI. De même, après la prise de Deir Hafer susmentionnée, les troupes d'élite des Tiger Forces ont été envoyées d'urgence au nord de Hama où les djihadistes "modérés" de l'Idlibistan ont lancé l'offensive. Ainsi qu'à l'est de Damas où l'armée syrienne, après avoir été un temps en difficulté, regagne le terrain perdu.

Ces attaques ne doivent pas leurrer et s'apparentent plutôt à un chant du cygne barbu. Georges Malbrunot, l'un des moins malhonnêtes observateurs de la MSN, ne s'y trompe pas :

Avant la reprise, jeudi, des négociations de Genève, un sentiment de démobilisation a gagné les anti-Assad.

Le dernier assaut des rebelles contre Damas et le terrain repris par les opposants de Bachar el-Assad autour de la ville de Hama ne doivent pas faire illusion : «L'insurrection est laminée et ses combattants démobilisés», constatait le chercheur Thomas Pierret, après la défaite d'Alep, fin décembre. «Le pouvoir continue de gagner du terrain», renchérit-il, aujourd'hui. «Ce qui ne l'incitera pas à faire la moindre concession» à la table des négociations qui reprennent ce jeudi à Genève sous l'égide de l'ONU.

Au-delà des habituels éléments de désinformation - les "opposants" et "rebelles" cités sont en réalité Hayat Tahrir al-Cham, la fédération d'Al Qaeda -, le constat s'impose. Les djihadistes ont été assommés à Alep et le combat est désormais perdu. Si personne ne peut encore parier sur la durée de la guerre, son issue ne fait plus beaucoup de doutes.

Le système impérial a encore perdu...

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

jef 29/03/2017 21:45

RT. La Turquie annonce la fin de son opération militaire en Syrie. 29 mars 2017, 21:25

Bien entendu, ce blog ne commente l'actualité qu'avec recul et prend le temps nécessaire à son 'analyse et à sa compréhension. Mais j'imagine notre cher OG à la lecture de cet qui n'est encore qu'un bandeau d'annonce sur RT: "Quoi? Déjà? Mais ce diable d'Erdogan me laissera-t-il un jour un peu souffler? Et cette manie de me donner encore raison..."

Au plaisir de vous lire, ...sous peu!

Observatus geopoliticus 29/03/2017 22:30

@ Jef
Ha ha ha, j'ai vu ça sur Romandie et en fait un billet de suite.
Bien à vous

Rouget 26/03/2017 20:55

Pourquoi dites-vous MSN ?

Dans les médias « alternatifs » c'est MSM qui est utilisé, pour MainStream Media...

Observatus geopoliticus 28/03/2017 18:44

Vous ne me trahissez pas du tout, cher Louis-Marie.
Je plussoie également Michel : MSN (network) donne plus idée de la perversion du système médiatique que MSM. Il s'agit de réseaux aux tentacules profondes...

Louis-Marie 27/03/2017 23:18

Bonsoir Rouget,

Question récurrente...

A vrai dire je ne crois pas trahir OG en répondant que cela fait tout simplement référence au portail web d'information MSN (The Microsoft Network). Par extension ou analogie, désigne tout média grand public fournissant une information de qualité médiocre et peu indépendante, et pourtant capable d'influer fortement sur l'opinion publique.

Cordialement.

michel 26/03/2017 22:26

Bonsoir,
Le média, comme le courant, fait passer l'information. Le network, tel un émissaire, transmet une missive selon des codes bien définis.
Taper workflow sur le www et intelligence constructive.

Respublica 26/03/2017 18:04

La stratégie du sultan est quand même assez incompréhensible (peut-être parce qu'il n'y en a pas vous me direz...), il est complètement hors course sur le terrain syrien, tenu en laisse par les russes et donc il va se défouler sur les européens. Pourtant il suffirait d'un refroidissement avec les européens (dont 2017 est une année charnière) pour que l'économie turque accélère sa chute qui est déjà très prononcée...
Il est difficile de se faire une idée de l'opinion publique turque, mais est-il possible qu'il saute après le référendum tant sa diplomatie met le pays en difficultés?

Grognard 26/03/2017 08:15

@ Hamilcar Barca
23/03/2017 23:33

Bonjour,

La VIII armée britannique utilisait l'axe routier parallèle à la côte comme main courante.
On peut mettre à l'actif de Rommel l'utilisation des porte chars et le fait d'avoir compris que la guerre du désert est une guerre de mouvement.
Il a donc utiliser cet espace pour déborder son adversaire, échapper à ses reconnaissances, choisir le lieu de l'engagement et garder l'initiative.
Sir Auchilenk qui commandait la VIII armée avait modifié sa doctrine d'emploi en ce sens.
Pour des raisons politiques, parce que ce général avait connu des défaites Churchil le remplacera par Montgomery dont ses contemporains disaient qu'il écrasait une noix avec un marteau pilon.

Pendule de Nwton 24/03/2017 22:48

Une synthèse au taquet et clairvoyante.
Pour Erdogan, il agit toujours dans un esprit belliqueux sans sang froid (ce qui la perdu, le perd et le perdra avant une perte totale de ses neurones vu le casse tête). Au moins l'UE, lui accorde la seule planche de salut pour son référendum (le dindon du dindon.
Vexé du pas de tango Usa-Russie à Manjib, il s'oriente vers Hama et la banlieue de Damas, seulement il n'intègre pas la fait que l'armée syrienne agit en reculade-encerclement et pulvérisation.
Son armée et satellites ont montré leurs carences à Al Bab.
Il ne fait que creuser sa propre tombe et pousse encore plus l'administration Trump à beaucoup plus coopérer avec les russes et le régime pour Raqqa (malgré tout le battage médiatique aucune coalition au sol viable ne se lancera dans cette lutte).
Les proxys sont occupés à recevoir la fessée au Yémen et à s'écharper.
Bien à vous

Observatus geopoliticus 25/03/2017 12:46

Toujours un plaisir de vous lire, cher Pendule.
Ajoutons qu'hier, les Kurdes ont ouvert la porte à une collaboration avec l'armée syrienne pour marcher sur Raqqa : https://www.almasdarnews.com/article/kurdish-led-sdf-welcomes-syrian-army-participation-coming-raqqa-offensive/

jef 24/03/2017 21:56

"En un mot, Erdogollum est coincé."

Et, pour me permettre un jeu de mots, les coins de toute part sont enfoncés. Peut-il encore tenir? Bien sûr, la date du referendum d'avril est dans l’esprit de tous. Il tiendra sans doute jusque là. Mais après? Eh bien, je ne crois pas qu'un résultat favorable (qui imagine un vrai plébiscite?) suffira à un maintien durable. En tout cas quelque chose doit craquer...La Turquie ne peut se mettre le monde à dos.

Observatus geopoliticus 25/03/2017 12:44

@ Jef
Surtout qu'il commence lentement mais sûrement à perdre ses soutiens islamistes en Turquie même : http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2017/01/turkey-why-islamists-are-no-longer-erdogan-favorites.html
Je me demande s'il n'a pas été frappé d'hybris, malédiction qui a mis à bas tant de leaders par le passé. Il pense peut-être pouvoir lutter seul contre le monde...

Loic 24/03/2017 11:58

Audacieuse cette opération des forces spéciales US à Tabqa en effet. La débandade daeshique s'est accélérée ces dernières semaines et sur un peu tous les fronts désormais (Mossoul, Palmyre et tout le long de l'Euphrate).

Quand au Sultan, je crois qu'il se rabat sur les européens pour essayer de montrer à son peuple qu'il pèse encore internationalement à 3 semaines du référendum, il a été humilié par les russes et les américains, quand on est malmené par plus fort que soi, ça essaie de se rabattre sur des cibles plus faibles : l'UE qu'il tient un peu grâce à son chantage sur les migrants. Tout cela est quand même pitoyable, il serait de bon ton que le peuple turc mette un coup d'arrêt aux agissements de ce führer des temps modernes.

La guerre va être encore longue en Syrak mais elle s'est grandement accélérée depuis la reprise d'Al Bab et l'offensive sur l'ouest de Mossoul.

jef 24/03/2017 22:23

La guerre est d'ores et déjà gagnée. En Syrie comme en Irak.C'est sa conclusion qui sera longue. Parce que l'enjeu est le retour à la pleine souveraineté des gouvernements légitimes (pour faire simple) sur leur territoire. Or, de cela, l'Oligarchie (pour faire très simple) ne veut surtout pas. ¨Pour le dire autrement, une guerre dont l'EI ne serait pas vainqueur mais interminable satisferait entièrement les intérêts de certains. Pas de tous les ennemis de la Syrie et de l'Irak mais des décisionnaires.

Alaric 23/03/2017 22:02

Je vous trouve un peu (trop ? ) optimiste cher OG.

J'ai vraiment l'impression que l'Idlibistan s'est réveillé et que le sentiment d'urgence a imprégné combattants et émirs . Jund Al Aqsa a disparu, Ahrar et Tharir ne se tapent (momentanément ) plus dessus , les pourparlers sont méprisés , et tous s'assument désormais au sein de la bannière d'Al Qaeda et affichent un discours sectaire totalement décomplexé .

Cette fédération a le double avantage d'unifier la rébellion et de fanatiser les derniers hésitants . A mon avis on va assister à quelques semaines d'offensives débridées où l'énergie du désespoir jouera un grand rôle . Les djihadistes ne peuvent certes plus remporter une quelconque victoire stratégique , mais leur coups de boutoirs vont empêcher Assad d'attaquer à l'est pendant un bon moment

J'espère me tromper

Observatus geopoliticus 25/03/2017 12:34

@ Alaric
Les masques tombent effectivement à Idlib, ce qui permet d'ailleurs à l'USAF de bombarder ouvertement cette province désormais, en collaboration évidente avec les Russes.
Mais Ahrar ne s'est pas mise sous la bannière d'Al Qaeda ! Si les combats ont momentanément cessé entre les deux, la tension reste vive.
Ceci dit, notez bien que j'ai pris soin de préciser qu'il est impossible de dire quand la guerre finira. La conquête de l'Idlibistan prendra du temps, c'est une évidence.

Madudu 24/03/2017 11:46

Les effectifs loyalistes sont limités depuis le début de la guerre, ce qui n'a pas empêché à leurs forces armées de reprendre Alep et de gagner petit à petit, à l'usure, du terrain sur les poches de Homs, du Nord du Damas, etc.

Sans compter que l'armée loyaliste n'a jamais eu autant de soutien sur le terrain, si en plus des russes ils ont maintenant les kurdes de l'Est et les US, ça commence à faire vraiment beaucoup ^^

Au mieux l'Idlibistan peut retarder l'agenda loyaliste, mais c'est tout. Il n'y a donc pas de quoi être pessimiste, il me semble.

Wilmotte Karim 23/03/2017 21:18

Est-ce que les déplacements d'unité de Daesh ne devrait pas être le moment de les saigner à blanc? L'aviation ne doit elle pas les contraindre à rester immobile ou rester terrer?

Hamilcar Barca 25/03/2017 20:39

@Karim & Kevin

Chers vous deux,
On est bien d'accord qu'à l'heure actuelle et avec les moyens de reconnaissance disponibles (avions ou drones lourds photographiques plutôt que satellites, dans la situation syrienne) et le renseignement électronique (interception des communications), il n'est plus question de manoeuvrer dans le désert comme du temps du Feldmarschal et de faire surgir une division blindée de nulle part.

Reste que la nécessité de mouvement demeure. L'EI doit donc bouger: par petits paquets, dans des véhicules d'allure civile ou soigneusement camouflés pour ressembler à autre chose *, c'est certain. On est dans un conflit asymétrique.

Pour le camouflage, rappelez-vous que pas mal de cadres militaires de l'EI viennent de l'armée baassiste de Saddam et ont été formés par les Soviétiques, des maîtres dans ce domaine *. L'assaut aérien initial de "Tempête du désert" n'a pas été une promenade de santé et, malgré l'énormité des moyens de reconnaissance et de renseignement déployés, les aviateurs alliés se sont souvent retrouvés nez à nez avec des emplacements de SAM ou de flak qui étaient restés non détectés.

Bien cordialement

* lors d'une guerre oubliée, celle de Corée, les pilotes US de P-51, Banshee ou Corsair avaient ordre d"allumer" tout ce qui se trouvait sur une route ou à proximité, quoi que ce soit. Et ils avaient parfois la surprise de voir, par exemple, ce qui semblait être une masure paysanne exploser et démasquer le tank autour duquel elle avait été construite !!!

Kevin 24/03/2017 10:23

Je rejoins Karim sur ce point: comment ne pas etre reperé par les satellites, avions, et autres drones qui survolent en permanence la région lorsqu'on déplace des véhicules blindés dans le désert? Ou alors ils arrivent à tout camoufler dans des camions civils et ne se promènent pas en colonne comme une armée classique, plutot en catimini, comme des guerilleros...

Hamilcar Barca 23/03/2017 23:33

@Alaric

Cher Alaric,
En appui de votre réponse, je me permets de citer un commentaire des écrits du Feldmarschal E. Rommel, qui avait des vues disons pertinentes sur la question: "[les] zones désertiques .... sont d'ailleurs comparées, par l'auteur [E. Rommel], à des étendues maritimes dans lesquelles le mouvement demeure la force du vainqueur".
L'opération "Termpête du désert" surnommée "Le combat du vif contre le fixe" a 50 ans plus tard confirmé la justesse des vues du "renard du désert"

Vingt-six ans après "Desert storm", le principe est tjrs valable

Bien cordialement

Bien cordialement

Alaric 23/03/2017 21:20

Bein justement , si vous restez immobile vous êtes une cible parfaite , c'est le mouvement constant qui est salvateur

Hamilcar Barca 23/03/2017 20:46

@Observatus Geopoliticus

Mon cher OG
Effectivement, avec un titre pareil, vous nous jouez les successeurs de Jean Bruce et de son célébrissime - dans les années 60 - héros OSS117.
"Moche coup à Moscou
Gâchis à Karachi
Agonie en Patagonie ..."
:-)

Notez bien que l'OSS étant l'ancêtre de la CIA, la situation moyen orientale actuelle aurait ravi J Bruce.
D'ailleurs, un de ses romans ne s'appelle-t-il pas: "Ombres sur le Bosphore"?
Certes à l'époque les méchants étaient les Soviétiques, mais un bon coup de re-wrting et zou !

Plus sérieusement, j'ai été surpris par l'annonce de cette opération aéroportée kurdo-US. Dans un premier temps, j'avais cru qu'il y avait eu largage de paras sur ou derrière l'ennemi, manoeuvre à haut risque.
Si je ne m'abuse, la Légion à Kolwezi a du être la dernière opération de ce type. Peut-être aussi les Soviétiques en Afghanistan, mais là l'info est rare.

http://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/fs37michel.pdf

Apparemment il s'est agi là d'un assaut aéromécanisé, mais quand même! Cela suppose quelques jours - voire semaines - d'entraînement des Kurdes du YPG, pour les faire passer du stade de guérilleros valeureux certes à celui de fantassins aéromobiles.

Il semblerait donc que ce "coup" et tout ce qu'il implique en amont ont été mis en route très tôt suivant l'arrivée du Donald à la Maison Blanche, et de "Mad Dog" au Pentagone.
A méditer

Bien cordialement

VladP 25/03/2017 21:41

... cinq gars pour Singapour (oss117).

Observatus geopoliticus 25/03/2017 12:28

Je me joins à Jef pour féliciter notre suffète national.
N'oublions pas non plus l'inoubliable "Banco à Bangkok" avec Robert Hossein (rien de moins) dans le rôle du méchant.

jef 24/03/2017 21:40

Merci, Halmicar Barca, pour ce post savoureux!