Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Un satrape et un siège

8 Septembre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Asie centrale, #Russie, #Moyen-Orient

Chers amis, désolé pour ce léger contretemps indépendant de notre volonté. La semaine écoulée a vu un certain nombre d'événements ou d'évolutions importants.

Commençons par la mort d'Islam Karimov, satrape de l'Ouzbékistan depuis son indépendance en 1991. Personnage rusé et retors, il était le symbole de ces potentats centre-asiatiques issus du soviétisme. Comme son collègue turkmène au nom imprononçable (Gourbangouli Berdimoukhamedov) et aux mesures originales, Karimov était extrêmement sourcilleux sur l'indépendance de son pays, bien plus que les leaders des trois autres -stan. Aussi a-t-il mené une politique de relatif équilibre entre la Russie et les Etats-Unis.

Connaissant parfaitement le byzantinisme de la région et sachant ménager les susceptibilités locales, Poutine procéda par petites touches afin de ne pas se mettre à dos ce pays-clé de l'Asie centrale. Moins fin, tonton Sam et ses gros sabots se prit une volée de bois vert quand, en 2005 et après avoir utilisé durant des années la base aérienne de Karshi Khanabad pour son opération afghane, l'administration Bush se permit une critique suite à la répression des émeutes d’Andijan. La réponse ne se fit pas attendre : les Américains étaient invités à quitter leur base dans les plus brefs délais, perdant une occasion unique de s'implanter durablement dans le Heartland.

Un satrape et un siège

Rien n'a changé depuis et la mort de Karimov risque même d'accélérer le rapprochement avec Moscou au détriment de Washington. Vladimirovitch a fait les choses comme il faut, envoyant Medvedev aux funérailles et faisant lui-même un stop au retour du sommet du G20 en Chine afin de présenter ses condoléances, geste que l'on apprécie dans les steppes. La chaleureuse réaction du Premier ministre ouzbek et vraisemblable futur président, Shavkat Mirziyoyev, donne une indication intéressante. Il se pourrait même qu'à terme, Tachkent entre dans l'Union Eurasienne, chose qu'avait toujours refusée l'ombrageux Karimov.

En Syrie, les djihadistes modérément modérés n'en peuvent plus, reculant partout. Alep est de nouveau totalement encerclée depuis quelques jours et il y a peu de chance que, cette fois, les coupeurs de tête chers à l'Occident puissent briser le siège comme ils l'ont fait le mois dernier. Ils semblent épuisés et leurs défenses s'écroulent les unes après les autres. Et comme en plus Qassem Solaimani, le "Fantômas iranien", a été vu dans le coin, ça n'augure rien de bon pour la rébellion.

Un satrape et un siège

Ailleurs, ça va tout aussi bien pour les forces loyalistes qui avancent partout : dans la Ghouta orientale, à Deraa et au nord d'Hama où Al Qaeda avait lancé il y a quelques jours une attaque surprise et désespérée afin de faire diversion et desserrer l'étau autour d'Alep.

Il ne faut certes pas vendre le poil du barbu avant de l'avoir tué, mais cet écroulement des djihadistes pose évidemment la question de l'éventuel lâchage turc suite aux grandes manœuvres stratégico-diplomatiques de ces dernières semaines. A suivre..

Partager cet article

Commenter cet article

Occulus 09/09/2016 08:12

Ce message s'adresse a Lyk.

Croyez vous encore qu'il existe des médias indépendants ? Si tel est votre cas, eh bien je je triste pour vous.

Le monde, le figaro etc subventionnés par l'état, donc indépendant ?????? Sputnik, Le monde, même combat. Sauf que pour le russe, on nous assène qu'il est du Kremlin et pour le français on nous le dit indépendant, ben voyons.

L'occident a détruit des pays, certes brutaux dictatoriaux, mais les chrétiens en Syrie en Irak, n'avait aucun problème. La Yougoslavie n'était certes pas un modèle, mais il n'y a avait pas un pseudo état kosovar qui nous envoie toute sa racaille maintenant.

Autre sujet silencieux en France, le Yémen. Que se passe t'il la bas ?? Silence, morts de civils, les royautés qui utilisent les bombes à sous munitions etc. Mais, vu que "chouette, 10 milliards de contrats" comme disait notre cher 1er ministre, nous oblige à nous taire, eh bien on ne dit rien.

Tof 09/09/2016 07:00

Ce message s'adresse à Lyk

Cher Lyk,
En lisant votre commentaire, Vous semblez vous réjouir de l'éventuel départ de Bachar El Assad. Pour ma part, je pense tout à fait le contraire: il doit rester !
Ce chef d'état est un laïc et depuis son pere Afez, la Syrie a toujours su faire cohabiter les communautés entre elles (sunites, druzes, chrétiens, chiites, alaouires, ismaéliens...). J'ignore si vous vous êtes déjà rendu dans ce pays mais d'avoir tenu le pays dans sa stabilité avec toutes ces diversités, je le félicite. Par exemple, Les chrétiens d'orient n'avaient jamais été aussi heureux avant cette saloperie de guerre menée en sous-marins par les saoudiens et sa clique de quataris...

Si vous préférez un guignol, une marionnette aux mains de l'OTAN et des banksters américains, c'est que vous n'avez vraiment toujours rien compris sur le fond du dossier syrien. Et dans ce cas, vous perdez votre temps à lire les revues des "chroniques du grand jeu".

theuric 09/09/2016 01:32

Je ne suis pas naïf, je sais bien que Sputnik ne peut qu'être considéré qu'à sa propre condition.
D'où mon jeu de mot, certes quelque peu hasardeux, ce dont je me délecte.
Je déplore également les nombreuses fautes de français qui s'y produisent.
Tout autant, sa propagande continuelle, entre-autre sur la grandeur militaire russe, m'amuse au plus haut point.
En revanche, je trouve intéressant que n'y soit présenté que de bref article, ce que je recherche, un site comme businessbourse, porté sur l'économie, fait de même, cela me permettant de me faire une idée d'ensemble sur un certain nombre de sujet et, dès lors, de suivre la dynamique en cours.
C'est également ce que je trouve ici, sous une autre forme.
Mais revenons au Proche-Orient.
J'ai l'impression que les acteurs de cette région comprennent de mieux en mieux les fragilités mortifères de Tonton Sam (en Europe aussi mais de manière inconsciente, d'où ces débuts d’errements de nos potiches américanolâtres), il n'y a eu qu'à entendre les trépignement déchirant d'haut bas mat (d'échec) pour l'entendre murmurer: retenez-moi ou je fais un malheur.
Ainsi, toujours sur une base de questionnement, certains des kurdes sembleraient prêts à se bricoler un état, quoi qu'en dise le mamamoutchi voulant redevenir l'homme malade de la région.
Erdogan en effet m'a semblé un petit peu trop pressé de pousser ses pions au-delà de la frontière syrienne, de n'avoir pas su attendre risquerait de le conduire à bien des désillusions face à un futur Kurdistan qui n'attendait peut-être que cela.
Mais je vous avoue que quelque chose m'échappe, le pire étant que je ne sais pas trop quoi, quelque chose que j'ignore ne colle pas, ce qui a le don de m'agacer.
Bon, il y a un rapprochement entre la Turquie et l'Iran, quant mon intuition me l'avait susurré, je 'avait pas trop voulu la croire, la Russie à une position centrale dans la région, ça, c'est clair, même les israéliens l'ont compris, la dernière guerre de religion s'achève, même si celle-ci fut fomentée, entre-autre, par des gens bien loin de l'Islam, en U.E. et en E.U., l'Arabie-Séoudite s'enferre toujours plus au Yémen (l'Arabie c'est où dite? Ye man. ah, ah, ah), en Irak ça semble se calmer, enfin c'est ce que j'ai pu comprendre, les réfugiés de la région et d'ailleurs désorganisent encore plus l'Union-Européenne, bref, les événements suivent leur cours mais mon petit doigt me dit que quelque chose cloche.
Et je n'arrive pas à comprendre ce que c'est.
Bien que, bien que, que se passe-t-il en ce moment en Jordanie, quelle est sa position, ses difficultés, voire aussi les avantages possible qu'elle tirerait de la situation de la région?

Observatus geopoliticus 09/09/2016 22:52

C'est un plaisir, Bozi

Observatus geopoliticus 09/09/2016 22:51

Je revendique la paternité du "Yeah men" dans un article de l'année dernière ^^
Cher Theuric, je pense que vous n'arrivez pas à comprendre ce que c'est, pour reprendre vos propres termes, car vous avez une certaine affiliation politique qui vous empêche de vous poser certaines questions. Je ne voudrais pas que vous preniez cela comme une critique car j'apprécie au plus haut point vos interventions.
Moi qui n'ai strictement aucune allégeance politique, ne vote pour personne et qui ai un regard long d'historien, je sais par exemple que l'afflux de réfugiés va parfaitement dans le sens de l'oligarchie qui dirige actuellement l'Occident car c'est pourvoyeur en main d'oeuvre bon marché pesant à la baisse sur les salaires. C'était déjà le cas à Rome il y a 21 siècles, quand les oligarques défendaient l'afflux d'esclaves tandis que le parti populaire/populiste défendait les classes pauvres en voulant mettre fin à cette immigration avant l'heure. Alors bien sûr, c'est très politiquement incorrect de dire cela en 2016, tout particulièrement dans votre mouvance politique. Malheureusement, cela vous fait rater quelques chaînons indispensables à la bonne compréhension des choses.
Très cordialement

Observatus geopoliticus 09/09/2016 22:42

Cher Theuric, je crois quand même que vous n'y allez pas de main morte dans les prédictions... Et certaines me paraissent tirées par les cheveux. Ainsi la glace fond aussi dans l'Arctique russe et de nouvelles routes énergétiques se préparent par le pôle. Un prochain article portera d'ailleurs sur le Grand jeu dans le grand Nord. Aussi, l'intérêt de Moscou pour la Méditerranée n'a pas grand chose à voir avec le climat.
Bien à vous

Observatus geopoliticus 09/09/2016 22:39

Ha ha, excellent comme toujours, cher Simplet.

theuric 09/09/2016 15:55

50 ans, 50 ans, c'est vite dit, si nous avions dix ans devant nous nous aurions de la chance, dix ans c'est court et en moment les événements tendent à se suivre à un rythme toujours plus soutenu.
Quand à mon texte précédent, bien qu'élargissant la question, pose toutefois ma perception des raisons des actions poutiniennes.

simplet 09/09/2016 15:52

" L'Arabie, c'est où dites? C'est par là mec ! " Bon, bon, ok, elle est vieille, depuis... fatigué. C'est tout, je vais me coucher.
Cependant, une petite remarque: c'est pas fini avec les ricains. Décembre 2016, mémé la tremblote sera peut-être présidente qui voudra nous montrer ses boules de Noël. Delà à nous mettre un petit Jésus à Nazareth et d'essayer de la mettre profond au camarade Assad, il y a pas loin. Encore heureux qu'il y ait du S400 dans le voisinage, voir peut-être du S500 ( qui devraient déjà être fonctionnel. Stratégie de la discrétion russe?) car, comme tout le monde le sait, Putine a une boule de cristal et lira avant qu'elle y songe, les intentions de mémé le mannequin de TENA senior. Qui, par ailleurs, sera grand pourvoyeur des néocons américains à venir. Vu les alliances heartlandiennes en cours et à venir, ils vont en dégommer quelques caisses.

Bozi lamouche 09/09/2016 15:12

ok merci pour la leçon.... mais je ne vous parlais pas du futur à 50 ans ...
toujours un plaisir de vous lire ici ou ailleurs.

merci à Observatus pour les infos et les analyses toujours rigoureuses...

theuric 09/09/2016 14:18

Cher diptère,
Le but géostratégique de Monsieur Poutine est, me semble-t-il, simple et clair, avoir un passage pacifié de la mer Noire au canal de Suez et au détroit de Gibraltar, la raison en étant que pour la Russie nous n'avons pas affaire à un réchauffement, mais bien à un refroidissement climatique s’étalant au minimum sur une cinquantaine d'années, d'où également sa construction de navires de guerres brise-glaces.
Dès lors, les événements passés, présents et futurs sont logiques:
-Prise de contrôle directe et indirecte de tout le pourtour de la mer Noire;
-Pacifier le Proche-Orient, réduire les tensions entre la Turquie et l'Iran, s'approcher de l’Égypte, puis régler le conflit larvé entre palestiniens et israéliens;
-Détruire l'Union-Européenne en se liant avec les pays nord-méditerranéens en un arc atlantico-méditerranéen (quoi qu'il en soit, c'est de notre intérêt), avec comme alliées solides la Grande-Bretagne et la France;
-Contenir les États-Unis-d'Amérique jusqu'à son effondrement prochain;
-Décomposer l'Allemagne en ses länder;
-Rendre les séoudiens inopérant militairement, quel que soit ses moyens possibles, D.A.E.S.H. ou guerre yéménite;
-Laisser le soin futur de la pacification outre-saharien à l'arc atlantico-méditerranéen pour une question de moyens humains limité.
Ne soyons pas dupe, la Russie aura une revanche future à prendre, avec également un énorme danger sur son nord entre l'Inde et la Chine qu'il lui faudra contenir, ce qu'elle tente actuellement adroitement de faire, par des alliances économiques entre ces deux géants par exemple.
Elle sait qu'elle n'a pas les moyens de devenir le gendarme du monde, d'ailleurs n'est pas sûr qu'elle veuille le devenir, sachant toutefois que les peuples du monde réclament à cor et à cri un remplaçant à l'empire U.S., c'est stupide, je le conçois, mais rassurant.
Quasiment tout ce programme russe est sur la voie de son achèvement, bientôt le royaume de sa très gracieuse majesté (j'ai bien écrire ça, ça fait classe) ne pourra pas ne pas se rapprocher du gros nounours de l'Oural en raison des bâtons que lui lanceront et lui lancent déjà les potiches eurolâtres.
La disparition des D.A.E.S.H. et consorts sonnera mécaniquement le glas de la domination séoudienne de la péninsule arabique.
Une fois l'économie mondiale forclose pour un temps indéterminé, pour ensuite lentement reprendre, seule la Russie verra ses capacités d'actions quasiment intactes (merci les sanctions que nous ont obligé les potiches américanolâtres), ce sera ce moment là qui verra le reste de son programme se mettre en place.
Penser, comme c'en est la mode, que la Russie se tournerait définitivement vers l'est de l'Eurasie est une erreur monumentale, et la raison en est la Mer Méditerranée, qui la tient contrôle les océans du globe à moindre frais.
La France et le Royaume-Uni ont chacun un potentiel immense, liés ensemble en tant que partenaires égaux et ce potentiel se décuple, y rajouter une large alliance de l'Europe-du-Sud et de la Russie serait, ma foi, d'un avantage manifeste pour tous en un lendemain pas si lointain.
Quoi qu'il en soit, la logique propre à la géopolitique nous mènera tous vers une telle nécessité.

Bozi Lamouche 09/09/2016 11:58

@theuric
Je ne sais plus dans film ( Costa Nostra) il y a une réplique qui m'a marquée ( je ne me souviens plus qui l'a dite ) : " si tu veux avoir la confiance de quelqu'un sauve lui la vie...

Bozi Lamouche 09/09/2016 09:31

Bonjour à tous...
@ theuric : mon intuition à moi me dit aussi qu'il y'a quelque chose ...et mon intuition se tourne vers Poutine..si on admet qu'il est derrière la crise de l'avion russe -déclencheur / détonateur de tout ce qui s'est produit...Après tout qui avait intérêt à cet incident ? Erdogan? Les us ?l'ue ??? A part Poutine je vois pas...
Si on admet ça, on a un regard éclairé sur les événements des derniers mois...et on comprend pourquoi il avait toujours un ou plusieurs coup d'avance...enfin c'est mon intuition...

Jean 09/09/2016 00:10

Et le conflit armé entre Erdogan et les Kurdes irakiens est-il stoppé? On n'entend plus parlé

Observatus geopoliticus 09/09/2016 22:43

J'en parlerai prochainement. Ca ne s'est pas du tout calmé, les YPG n'ont pas quitté Manbij.

theuric 08/09/2016 20:18

Il se dit dans les milieux autorisés (pour être autorisé faut-il rester interdit?), j'ai-nommé Sputnik, qui a cette autorisation de nous donner des informations sur la France que les journaux Français ont l'air de rester interdit de publier, qu'une route allait se construire entre la Chine et le Pakistan.
Connaissant les vieux griefs que l'Inde peut avoir avec ses deux voisins, cela ne constitue-t-il pas pour elle un casus belli (ça fait classe, ça, non?), même si ce ruban asphalté n'en est encore qu'en projet?

simplet 09/09/2016 15:57

Et Tintin ? le journal pour les 7 à 77 ans. Souvent très documenté à l'époque.

Observatus geopoliticus 08/09/2016 22:14

Cette route entre Pakistan et Chine est une vieille histoire, chers amis. J'en parlais déjà dans mon article pour la revue Conflits il y a deux ans. D'où l'intérêt de Pékin pour Gwadar, au sortir du Golfe persique et sensé être le point de départ du corridor sino-pakistanais. A noter qu'il s'agit d'agrandir la somptueuse Karakoram Highway traversant l'Himalaya. Je ne saurai que trop inviter le lecteur à aller y traîner ses guêtres : émerveillement garanti.

Observatus geopoliticus 08/09/2016 21:50

Montrez-moi un seul média indépendant et je vous dirai : voilà du vrai journalisme. Au point où en sont les torchons propagandistes occidentaux, rien ne peut être pire et les médias russes sont en général plus neutres et objectifs que leurs confrères occidentaux... Ceci dit, je vous rejoindrais partiellement sur Sputnik, ou plus exactement le SPutnik français, mal écrit et parfois incohérent. Le Sputnik version internationale est bien meilleur.

Lyk 08/09/2016 21:34

Sputnik fait partie de la propagande russe. La partialité, ainsi que certains contenus totalement contradictoires suivant l'image que Sputnik souhaite renvoyer de la Russie (une fois, victime des Occidentaux et de l'OTAN, l'autre fois grande puissance militaire qui pourrait envoyer l'OTAN paître en Europe orientale) ne laissent pas planer le doute quant à la qualité plus que douteuse des artciles de ce site.
Sans parler du fait que c'est le Kremlin qui a lancé ce site et qui le contrôle. Son indépendance est ainsi tout simplement nulle.
Il y a plein d'autres sites d'information qui ne sont ni Antirusse, ni Prorusse. Sputnik n'en fait tout simplement pas partie et n'est tout simplement pas fiable.

Charles Michael 08/09/2016 20:35

Il s'agit d'une partie du très ambitieux projet Chinois de la nouvelle route de la soie (OBOR one belt one road) une route maritime et une liaison ferroviaire reliant l'Asie à l'Europe.
Pepe Escobar, très enthousiaste en a fait son sujet préféré.
ses articles sont traduits sur le saker francophone.fr

Charles Michael 08/09/2016 15:43

Merci pour les infos sur le ballet (diplomatique) Russes au plus haut niveau en hommage au décès de Karimov, pas trop de publicité sur les MSM.
Faut dire, qu'il y avait le G20 = GiVé = ji fout rien pour nos européennes zélites.

Aleppo c'est bien parti, enfin je veux dire bien bouclé, ce qui rallume la fibre humanitaire et les fausses attaques au chlore, l'évacuation de Daraya passait déjà mal, une autre localité ou deux seraient aussi en pourparler.
Bon, nous attendrons que la poussière retombe un peu sur l'intervention Turque, nous gardant bien de prendre définnitivement parti dans les supputations Putin trop faible, Erdogan trop fourbe et instable, USA trop... on ne sait pas quoi. Putin faible et berné m'apparait hautement improbable..

je ne sais pas si vous avez capté cette analyse parue sur Al Monitor:
by Metin Gurcan "Will Turkey's military turn East or West?" by Metin Gurcan reprise sur SST.

http://www.al-monito"Will Turkey's military turn East or West?" by Metin Gurcan r.com/pulse/originals/2016/08/turkey-what-is-next-for-military-east-west-both.html

Une belle classification ds hauts gradés Turcs par attitude puis par inclinaison idéologique, pour faire simple
L'auteur croisse ces deux classifications avec la liste des militaires révoqués, enfermés. Pas vu beaucoup de réactions pourtant, si fiable, ce serait déterminant.

Observatus geopoliticus 08/09/2016 22:01

Merci Charles. Oui, j'avais lu cette intéressante analyse. Cela semble donner une claire indication de la future politique d'Ankara mais Erdogan est une telle girouette qu'il vaut mieux attendre un peu...

Eric83 08/09/2016 13:36

Un article paru sur Sputnik, faisant référence à un article d'un journal allemand, donne une interprétation de combats actuels en Syrie ciblés sur des villes/secteurs où passeraient de futurs oléoducs. Que pensez-vous de cette interprétation ?

https://fr.sputniknews.com/international/201609061027640839-syrie-oleoducs-batailles-frappes/

Observatus geopoliticus 08/09/2016 22:06

L'énergie est bien sûr l'une des raisons du conflit, le blog en a parlé l'année dernière déjà. Mais pas le pétrole syrien en tant que tel, relativement modeste. Bien plus le tracé des pipelines : gazoducs et oléoducs pétromonarchiques devant passer par la Jordanie puis le sunnistan syrien afin d'alimenter l'Europe et couper toute relation énergétique avec la Russie.

Chris 08/09/2016 11:31

Hier, dans les merdias, à nouveau l'incantation "Assad must go" : http://www.lematin.ch/monde/depart-assad-fixe-calendrier/story/24490936

"Bachar al Assad devra quitter le pouvoir six mois après l'ouverture de négociations sur la constitution d'un gouvernement de transition en Syrie", selon "l'opposition" réunie en conciliabule mercredi à Londres !

Observatus geopoliticus 08/09/2016 21:47

Vous préférez sans doute Al Qaeda...

Lyk 08/09/2016 21:38

Où est le problème ? Vous souhaitez qu'Assad reste ?

Fabien 08/09/2016 11:00

Les "rebelles" montrent des signes de faiblesse, certes... Mais il ne me semble pas que nous soyons prêts pour autant d'une fin de la guerre.
Alep de nouveau encerclée, il faudra attendre que le fruit tombe, car je vois mal les troupes gouvernementales se risquer à une bataille de rue dans cette grande cité. Cela prendra-t-il des mois, des années? Et après il restera le dernier gros morceau, Idlib et sa région. Idlib et Alep entre les mains du gouvernement syrien, là pour le coup Assad aura pris un avantage décisif. D'ici combien de temps? A moins que les choses ne bougent politiquement d'ici là. Mais comment l'envisager? Avec la mère Clinton, cela risque plutôt de s'envenimer encore, je la vois mal décider d'arrêter les frais...

Observatus geopoliticus 08/09/2016 22:09

Personne ne parle de fin de la guerre, et je crois avoir suffisamment insisté ces derniers mois sur la résilience des djihadistes. Ceci dit, jamais en 5 ans de guerre ils n'ont paru aussi faibles. En ce moment, ça ressemble à un sauve-qui-peut.

Francois 08/09/2016 10:41

Merci pour ce super article et ces bonnes nouvelles (syriennes)
Vous pensez que les djihadistes voyant la situation devenir de plus en plus désespérée se rendront ou passeront un accord ou qu'ils partiront en troupeau têter leurs 99 vierges barbues et cornues ?

Observatus geopoliticus 08/09/2016 22:10

Merci François. Vu que l'immense majorité des "rebelles" sont djihadistes, on peut penser qu'ils lutteront jusqu'à la mort. A moins d'être exfiltrés vers un autre théâtre d'opération...