Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

La bataille d'Alep commence, Erdogan se prend une nouvelle baffe

16 Avril 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Moyen-Orient, #Europe, #Russie

La bataille d'Alep commence, Erdogan se prend une nouvelle baffe

Le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, que l'on a connu moins intelligent, a déclaré que les Etats-Unis s'opposent à une zone d'exclusion aérienne en Syrie, dernier espoir d'Erdogan pour sauver ce qu'il peut du fiasco syrien et empêcher la constitution d'un Rojava kurde sur sa frontière :

"La mise en place d'une zone d'exclusion aérienne ne nous rapproche pas du règlement de ces problèmes. En réalité, cette zone ne ferait que diviser la Syrie. Les Etats-Unis et d'autres pays qui se penchent sur les problèmes syriens se fixent pour but de conserver les frontières actuelles de cet Etat, même s'il subit aujourd'hui tant de bouleversements"

La mise au point est claire et destinée autant au sultan qu'à ses obligés européens qui, en bons Munichois, s'alignent de plus en plus sur Ankara (ah le chantage aux réfugiés...) Les dernières débilités en date de la part des eurocrates laissent rêveurs : la pathétique Merkel accepte la demande turque de poursuivre en justice le comédien auteur de la chanson parodique sur le sultan, Mogherini est "préoccupée" par la nouvelle offensive du régime sur Alep (oubliant allègrement que c'est Al Nosra qui a rompu la trêve). Le Vieux continent est-il jamais tombé aussi bas ?

Une partie de la direction états-unienne (administration, armée) semble s'être rangée peu ou prou à la position russe tandis que l'autre partie (CIA) continue sa politique de gribouille.

Sur le terrain, Daech fait preuve d'une étonnante résilience ces deux derniers jours, reprenant une partie du terrain perdu au nord d'Alep face au nouveau binôme à la mode (Al Qaeda+artillerie turque), et capturant quelques villages au sud-est de la ville sur les forces loyalistes afin de couper l'axe Homs-Alep.

Mais la grande nouvelle est le début de la bataille d'Alep. Elle était imminente lorsque nous avons publié notre dernier billet ; nous y sommes. Et d'entrée, les loyalistes ont frappé un grand coup, coupant une route d'approvisionnement cruciale et, surtout, réussissant presque à encercler entièrement les terroristes modérés de la ville.

La bataille d'Alep commence, Erdogan se prend une nouvelle baffe

On le voit sur la carte, les fermes al-Mallah ont été prises. Et comme de l'autre côté, les YPG kurdes, maintenant alliés à Damas grâce au patronage de Poutine, ont vaillamment défendu toute la semaine le district Sheikh Maqsoud face aux copains de Fabius (Al Nosra) et aux attaques chimiques de Jaysh al-Islam, l'étau se resserre dangereusement autour des djihadistes d'Alep. Encore quelques kilomètres et l'encerclement sera total. On comprend mieux que Mogherini pleure à chaudes larmes...

La nouvelle visite à Moscou de l'Arsène Lupin du Moyen-Orient, le fameux général iranien Soleimani, n'a sans doute pas pour but de parler de la pluie et du beau temps ni des premiers S-300 qui ont été livrés, Russes et Iraniens préparent déjà la suite. Conduite à suivre après l'encerclement d'Alep ? Poussée vers Raqqah ? En attendant, les forces aériennes russes ont méchamment pilonné Daech, notamment sur l'aéroport stratégique de Tabaqa

Ca bouge d'ailleurs partout. Notons sur l'agenda des prochains jours une probable offensive des YPG sur Jarablous avec le soutien aérien de la coalition US (nouvelle gifle à Erdogan qui avait juré ses grands dieux que jamais les Kurdes ne dépasseraient l'Euphrate). Et aussi un nouveau voyage de Bibi la terreur à Moscou. Décidément, Tel Aviv a les yeux de Chimène pour Vladimirovitch ; on se souvient du président Rivlin qui avait annulé au dernier moment un voyage en Australie, humiliant Canberra, pour se précipiter au Kremlin. Trois visites d'Etat en six mois ; c'est du rarement (jamais ?) vu dans l'histoire d'Israël...

Partager cet article

Commenter cet article

Kevin 16/04/2016 17:01

theuric, n'ayant aucune notion en économie, j'ai pas trop compris la logique de votre phrase "qui tient l'euro tient le dollar". Pourriez-vous développer svp?

theuric 16/04/2016 15:03

Il serait bien de savoir qui contrôle la N.S.A., l'armée U.S. ou la C.I.A., ainsi que la position majoritaire des financiers et banquier étasuniens entre ces deux partis.
Il est à remarquer que la dualité internationale qui avait pris fin avec celle de la guerre froide, qui avait été réamorcée de manière artificielle avec l'extrémisme sunnite, tend à se recréer au sein même des U.S.A..
Bientôt cette lutte intestine ne pourra que se prolonger à l'intérieur de l'Union-Européenne, si cela n'a pas déjà commencé, contrôlez l'U.E. et c'est la puissance économique U.S. que vous avez en main puisque l'euro est le garde fou du dollar face aux spéculateurs (Jacques Sapir).
Cela nous permettant d'enfin commencer à comprendre l'affaire des papiers panaméens.
Au travers de Monsieur Erdogan et de ses immigrés, Madame Merkel est tenue par la C.I.A., l'armée U.S. devant impérativement prendre solidement pied dans l'U.E., le royaume-Uni pourrait être un choix judicieux en tenant son premier ministre, mais dans cette partie d'échec la France y occupe une place centrale, du-moins dans ce qui fut l'Europe de l'ouest, à vu de nez, pour ce qui en est de l'est et du nord de l'Europe, la Pologne est le pays important.
Tout simplement parce que qui tient l'Union-Européenne tient l'euro, qui tient l'euro tient le dollar, qui tient le dollar tient les banques et les milliardaires U.S. et donc fait la pluie et le beau temps dans les élections présidentielles des États-Unis-d'Amérique.
Tout me semble donc se jouer entre son armée et son service secret (complexe militaro-industriel contre les banques?) avec un déplacement plus à l'ouest de l'Eurasie de ce conflit interne plus ou moins larvé.
La France ne peut pas, politiquement, supporter de telles tensions, étant déjà elle-même fortement instable, or elle se trouve dorénavant au centre de l'échiquier, le roi étant le bureau européen et la reine la B.C.E..
Ceci expliquant peut être les actions militaires françaises en Syrie (c'est tiré par les cheveux mais ça me plait).
Nous savons déjà que Madame Le Pen et monsieur Sarkozy sont les honorables amis de l'élite économique bancaire U.S. (cette première fut élue femme de l'année 2015 en Europe par ceux-ci).
Le gouvernement actuel semblant marcher avec l'armée U.S..
Pour l'instant j'en suis là de mes réflexions, il faudra rester attentif sur la France qui risque d'être le théâtre d'opérations de déstabilisations croisées, peut être aussi la Pologne et des pays proches.
La Grèce ainsi que tous les pays slaves des Balkans seront sous peu d'une importance vitale pour la Russie, ceci pour tenir la Turquie, les mers Noire et Marmara.
Pour finir, je ne serais pas surpris que des entreprises d'armement U.S. puissent s'installer sous peu dans notre beau pays, ce qui serait un moyen de tenir le gouvernement futur (divers scandales devraient aussi y traverser l'opposition dite de droite, des Américain, enfin, plutôt Les Républicains, au Front--National européiste).

Observatus geopoliticus 16/04/2016 17:29

Merci.

theuric 16/04/2016 17:28

D'accord, je ne le referais plus.

Observatus geopoliticus 16/04/2016 16:17

Theuric, votre message par ailleurs intéressant contient un chouilla trop de propagande politicienne. Ce blog, neutre par définition, n'a pas vocation à faire de politique ni à défendre tel ou tel. Mais votre grossière charge sur le FN "européiste" et "ami des banquiers US" est ridicule et ne manquera pas de faire réagir les lecteurs. C'est une situation que que je ne souhaite pas car, encore une fois, ce blog n'a aucune affiliation politique et ne veut pas en avoir.
Le prochain message dans cette veine sera donc supprimé.

Kevin 16/04/2016 10:33

Je me permet de partager la pétition qui demande la relaxe pour Bohmermann au nom de la liberté d'expression:
https://www.change.org/p/freiheit-f%C3%BCr-b%C3%B6hmermann-freeboehmi?recruiter=68303006&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=autopublish&utm_term=des-lg-no_src-no_msg

Observatus geopoliticus 18/04/2016 19:57

Ah d'accord, merci, je n'avais pas suivi la totalité de l'affaire. Oui, il est vrai que c'est limite...

Anym 18/04/2016 18:07

La liberté d'expression n'autorise personne à insulter quelqu'un (Je ne vois pas en quoi c'est humoristique de traiter quelqu'un d'"enculeur de chèvres"...). Pas étonnant que Merkel l'ait lâché, elle ne pouvait plus le défendre après ces insultes.
Mais il est tout de même regrettable que Merkel ne l'ait pas plus défendu plus "activement" avant les insultes. Et il est encore plus regrettable (pour ne pas dire scandaleux) que Erdogan ne respecte plus la liberté de la presse et la liberté d'expression.

Kevin 17/04/2016 09:03

La chanson était "bon enfant", et se moquait gentiment d'Erdogan. Le président turc a vu rouge et a convoqué l’ambassadeur allemand en Turquie. Le gouvernement allemand a fait la politique de l'autruche, ce qui a agacé Bohmermann, qui a alors fait une satire beaucoup plus virulente que la première (traitant alors Erdogan entre autre d"enculeur de chèvres"!), pour voir jusqu’où la liberté d'expression était respectée en Allemagne. Sans surprise, Merkel l'a complètement lâche et autorisé Erdogan a mener des poursuites judiciaires contre lui. L'image de "femme forte" qu'elle essaie de se donner s'effrite, et elle parait maintenant aussi "molle" que le reste des chefs d'états européens... et Bohmermann va sans doute être condamné à payer une lourde amende.

Observatus geopoliticus 17/04/2016 01:08

La chanson ne parle pas de zoophilie ou de pédophilie, ou alors je l'ai mal comprise...

Kevin 17/04/2016 00:03

Je me fais un peu l'avocat du diable, mais traiter un chef d'état étranger de "zoophile" et de "pédophile" n'est pas des plus délicats, même si c'est évident que c'est de l'humour et de la provoc', ça peut créer des tensions diplomatiques entre l'Allemagne et la Turquie (laquelle représente la ère population immigrée en Allemagne...). On a vu avec Charlie Hebdo des musulmans de tous pays brûler des drapeaux français...

Observatus geopoliticus 16/04/2016 17:36

C'est effectivement une très bonne initiative. De Gaulle et Churchill doivent se retourner dans leur tombe...