Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Et maintenant l'Afghanistan !

27 Octobre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Asie centrale, #Russie, #Etats-Unis, #Gaz

Et maintenant l'Afghanistan !

Pour les camarades américains, ce n'est plus la lutte finale mais l'insulte finale ; après l'Irak, c'est maintenant au tour de l'Afghanistan de demander une assistance militaire à la Russie !

Kaboul, en la personne du président Ashraf Ghani, a en effet sollicité une importante aide russe en matériel (pour l'instant), ouvrant grand la porte à Moscou alors que la coalition américaine quitte peu à peu le pays, la queue entre les jambes après 14 ans de présence inutile et des centaines de milliards de dollars dépensés en vain. Il est vrai qu'à part bombarder des hôpitaux de MSF, les avions US ne semblent pas spécialement efficaces...

Les Talibans sont partout à l'offensive , doublés d'ailleurs parfois par l'Etat Islamique, désormais relativement bien ancré. Le territoire sécurisé se réduit comme peau de chagrin, rendant d'ailleurs chaque jour plus illusoire le farfelu projet du TAPI, pourtant régulièrement commenté par une presse occidentale complètement à l'ouest. Comment diable un gazoduc pourrait-il passer indemne au milieu de tout ça ?

Et maintenant l'Afghanistan !

Dans ce contexte, il n'est guère étonnant que Kaboul fasse appel à une Russie victime du succès de sa campagne syrienne. Rarement dans l'histoire aura-t-on vu une intervention aussi limitée (quelques dizaines d'avions) avoir autant de conséquences géopolitiques. Poutine ou l'art du timing parfait et de la rentabilité stratégique exponentielle...

Restent deux inconnues :

  • Quelle sera la réaction américaine ? Même s'ils semblent prendre l'habitude d'aller de Charybde en Scylla depuis quelques années, les Etats-Unis peuvent-ils accepter de se faire planter et supplanter ainsi sans rien dire ? Obama a déjà retardé/annulé le retrait de la dernière dizaine de milliers de soldats, pourtant censés quitter le sol afghan cette année. Cette présence est militairement anecdotique quand on pense que près de 150 000 soldats n'ont rien pu faire durant le "surge" de 2009-2013. Mais politiquement, le contingent US, même réduit, pèsera sur le futur afghan.
  • Surtout, quelle sera la réaction russe ? Une intervention au sol avec envoi de troupes est évidemment exclue, les souvenirs de la guerre 79-89 étant encore bien trop vivaces. De toute façon, sur le terrain, l'armée afghane et les seigneurs de la guerre (dont le terrible Dostum, qui est allé à Moscou pour solliciter l'aide russe) sont là pour faire les basses besognes. Un soutien aérien suffirait, mais avec la Syrie et la demande irakienne, la Russie ne se retrouverait-elle pas en situation d'overstretch ? C'est alors que l'on repense à la proposition d'un haut-gradé de l'état-major russe d'utiliser l'OCS pour tenter de stabiliser l'Afghanistan, qui ne rêve justement que d'entrer dans cette organisation.

Nous n'en sommes pas encore là, même si les choses peuvent parfois aller très vite. Les prochaines semaines, les prochains mois nous en diront plus. Mais une chose est sûre : le basculement considérable que connaissent le Moyen-Orient et l'Asie du sud en faveur de la Russie ne laisse pas d'étonner...

***

Je ne remercierai jamais assez les fidèles lecteurs, de plus en plus nombreux, du blog et vos messages d'encouragements ou de remerciements qui me viennent des quatre coins du monde. Un salut amical à Alexis des marches tibétaines, à qui je ne peux répondre du fait du contrôle des boîtes mail par les autorités du pays où il habite.

Merci à tous !

Partager cet article

Commenter cet article

Jean 29/10/2015 08:42

Puissent nos médias laisser la parole à des gens comme vous ! Les "experts" et autres journalistes ne font que nous désinformer.
Merci Observatus !

Observatus geopoliticus 29/10/2015 10:29

Merci cher Jean. Il ne tient qu'aux lecteurs de "répandre la bonne nouvelle" (ne vous inquiétez pas, je ne me prends pas pour Jésus ^^)

Michael 29/10/2015 06:51

Bonjour,


Je pense qu'ils ont du recevoir le mémo comme quoi ça va "chier des bulles sévère" d'ici pas longtemps, alors tout ce petit monde aimerai bien se débarrasser des problèmes régionaux pour éviter de se faire fumer trop rapidement dans un conflit de plus grande ampleur.

Rappelons que le Taleb, quoi qu'en en pense, est un mouvement "similaire" à la Résistance Française sous l'occupation Nazie ou les FARC opposés aux gouvernement fantoches, malgré un énorme noyautage et de nombreuses dérives, ces mouvements tentent une lutte contre des gouvernement coupable de Haute Trahison. Tout irai mieux si on commençait d'arrêter à forcer des populations à vivre dans des frontières délimitées par des intérêts énergético-financier.

Cordialement.

Observatus geopoliticus 30/10/2015 17:05

Cher Michael,

je dois vous avouer qu'étudier les références théologiques précises des divers groupes takfiristes/djihadistes n'est pas vraiment de mon ressort ni de ma compétence.

L'islam étant une religion "totale", sorte de référence ultime, chaque groupe/leader/pays passé ou présent a tenté de légitimer par la religion ses aspirations. La grande rupture sunnite/chiite vient au départ d'une vulgaire lutte de succession, "théologisée" par la suite. Mais ça va plus loin... Par exemple, à l'époque du califat, lorsqu'un gouverneur voulait prendre son indépendance, il créait un nouveau courant religieux ! D'où le nombre incalculable de courants, mouvances, sensibilités au sein de l'islam. Sans compter les quatre écoles juridiques sunnites (hanbalisme etc.), la myriade de sous-courants chiites...

En ce qui concerne Daech, en (très) gros, il n'y a pas de différence idéologique avec Al Qaeda, l'Arabie saoudite ou les Talibans. La conjonction wahhabisme/Deobandi a connu son acmé dans les années 80 (guerre d'Afghanistan) et 90. Mais cette période a également vu une scission profonde entre un courant fondamentaliste local (Talibans, Hamas) et un courant djihadiste internationaliste (Al Qaeda, et maintenant Daech).

Bref, la chose est complexe...

Michael 29/10/2015 16:16

Merci pour ces précisions qui apporteront de l'eau à ma réflexion.

D'ailleurs si vous pouviez développer un article sur l'idéologie profonde "revendiquée" par ISIS/Daech/etc. Au-delà l'implication "US" et des prétention de califat sur le moyen Orient (et sur le moOoOoOonde Minus !) il devient compliquer de comprendre quel sont les réelles revendications de ces différents groupes en quoi elles s'opposent/se rejoignent.

Dans un cadre plus large si vous pouviez recommander quelques lectures/sites d'informations.

Merci d'avance.

Observatus geopoliticus 29/10/2015 10:36

Bonjour Michael,

vous posez le doigt sur un point important de l'histoire afghane récente. Au départ, les Talibans n'étaient absolument pas un mouvement "patriote" ou "résistant" puisqu'ils étaient une excroissance étrangère, en l'occurrence de l'ISI pakistanais. Des envahisseurs étrangers en quelque sorte, faisant en plus la part belle aux djihadistes internationaux (Al Qaeda) qui n'avaient rien d'afghan... Relisons Massoud, véritable afghan lui, qui se perdait en imprécations contre le régime taleb importé artificiellement dans son pays.
Mais durant la dernière quinzaine d'années, les Talibans se sont effectivement peu à peu coupés du Pakistan et "afghanisés", pour représenter une sorte de mouvement national, du moins dans les zones pachtounes. Il serait toutefois bon de demander leur avis aux Hazaras, Tadjiks etc. sur le patriotisme du mouvement taleb.

Cordialement

Sylvain 28/10/2015 21:50

Merci également pour vos articles ! Vivement le livre ;-)

Pouvez-vous préciser l'acronyme OCS en fin de billet ?

Observatus geopoliticus 28/10/2015 23:23

Merci à vous, cher ami. L'OCS est l'Organisation de Coopération de Shanghai, le cauchemar des stratèges américains : http://chroniquesdugrandjeu.over-blog.com/2015/07/quo-non-ascendet.html

Nostradamus 28/10/2015 18:42

Bonjour,

Je prends toujours grand plaisir à lire vos chroniques de l'échiquier qui changent considérablement de l'univers hollywodien tel que décrit dans les médias à œillères de nos contrées (même l'internet des médias traditionnels n'y change rien : c'est juste nul, pour s'informer à la marge c'est le néant).

On sent quand même que votre opinion est également très à charge des USA et très à décharge de la Russie mais on peut le comprendre au vu de l'histoire et peut être au vu d'une vision d'une indépendance Européenne de l'Aigle US.
(Car en matière de politique diplomatique les USA sont assimilable à lucifer, certes, tandis qu'en matière de droits de l'homme et de liberté politique la Russie peut assumer ce rôle... Tout n'est pas rose du côté de Vladimirovitch mais c'est un autre débat en dehors du champs Géopolitique).

Bref tout cela pour vous dire que j'apprécie vos articles, je suis devenu un lecteur régulier (mon passage ici ayant dépassé ma fréquence chez l'imMonde) !
Néanmoins je serais curieux de connaitre votre vision de la politique en Europe (pour ou contre une Europe Unie et Fédéraliste ?) et aussi d'avoir votre opinion de Nostradamus sur le futur Géopolitique dans 10 ans dans le monde. Un Article basé sur une vision prospective à propos des futurs rapports de forces pourrait être très intéressant et permettra de focaliser notre oeil sur les divers points chauds de l'Eurasie dans les années à venir.

Personnellement je parie sur une décomposition totale de l'influence US au Moyen Orient / Europe au profit d'une renaissance Russe la bas, d'un repli de Daesh vers l'Arabie Saoudite et en Turquie et d'un beau bordel en perspective dans la péninsule ce qui fera augmenter les prix du pétrole, pénalisera les US et renflouera la Russie et consort (Axe Syrie-Irak-Iran-Russie) au détriment des Chinois aussi.

L'Union Européenne gagnera ses lettres de noblesses (avec la droite de retour au pouvoir en 17) en se fédéralisant davantage avec sa propre armée faisant compensation à la déliquescence US en Eurasie mais surtout au danger de guerre civile Turque pour batir la forteresse Européenne nichée sur le monde et devenant de facto la véritable puissance mondiale antéAméricaine. On y sera d'ici dix ans, je le crois assez naïvement mais j'ai bon espoir que cela arrive.

Observatus geopoliticus 30/10/2015 16:41

De rien, cher ami.

Nostradamus 30/10/2015 14:34

Je vous remercie pour votre intéressante réponse qui me permet d'y voir plus clair.

Observatus geopoliticus 28/10/2015 20:02

Cher Michel de Nostre-Dame,

je vous remercie pour ce long et intéressant message.

Laissez-moi d'abord répondre à votre légère critique concernant le fait que mon opinion serait très à charge des Etats-Unis et à décharge de la Russie. J'ai expliqué ma position dans un récent article : http://chroniquesdugrandjeu.over-blog.com/2015/10/petit-rappel-sur-le-grand-jeu.html
J'essaie de ne pas avoir d'opinion mais de constater des faits. La réalité est que, sur le plan géopolitique, nous sommes en présence d'un agresseur (les Etats-Unis) et d'un agressé (l'Eurasie en général et la Russie en particulier). C'est un simple constat. Que l'agresseur soit plutôt pas mal sur le plan intérieur et l'agressé un peu rude ne me concerne pas, je ne m'intéresse pas à la salade intérieure des Etats (sauf quand cela a des conséquences géopolitiques : opposition "libérale" russe chargée de démembrer la Russie, putsch ukrainien, gouvernement Tsipras, candidature de Trump...) Il y a 2 500 ans, déjà, Athènes était le meilleur des systèmes sur le plan intérieur et le pire sur le plan extérieur : http://chroniquesdugrandjeu.over-blog.com/2015/07/guerre-du-peloponnese-et-guerre-froide-2-0.html
Plus ça change...
Mais encore une fois, je ne suis ni moraliste politique ni idéologue et ne m'occupe que du champ géopolitique.

Quant à l'Europe, ou plus exactement l'Union européenne, elle me semble être un no man's land et c'est peut-être finalement dans cette optique qu'elle a été créée. C'est la négation du mouvement général que connaît le monde avec l'éclatement des structures supranationales (empires coloniaux, URSS, Yougoslavie etc.) et la multiplication des Etats (51 en 1945, 200 aujourd'hui). Les eurocrates ont décidé (tout seuls ?) d'aller à contre-courant de ce qui se passe partout ailleurs sur la planète, ce qui peut expliquer l'aberration que semble être cette structure où les Etats se privent l'un l'autre de leurs forces pour aboutir à un trou noir politique (l'Allemagne a privé la France de sa politique étrangère et Paris a privé Berlin de sa monnaie nationale). On ne peut construire de force, ex nihilo, une union des contraires ayant des traditions politiques et des cultures si différentes, ça n'a aucun sens.

Je me méfie des prédictions (le présent est déjà suffisamment ardu à analyser) mais, puisque vous me demandez de jouer à ce jeu si difficile, je vois un retour du réel en Europe, porté une fois n'est pas coutume par les partis "hors-système" qui, si les choses demeurent en l'état, arriveront au pouvoir et feront éclater cette structure artificielle. Plus globalement, à moins d'une révolution dans l'armement capable de bouleverser la balance stratégique (et dans ce domaine, trois pays laissent tout le monde sur place : les Etats-Unis, la Russie et la Chine), l'on continuera sur la lancée du lent mais inévitable reflux des USA, déjà engagé depuis une quinzaine d'années. Les Américains s'accrocheront aux branches qu'ils pourront atteindre, donneront parfois l'impression de pouvoir se maintenir un temps, mais n'en continueront pas moins leur glissade. Ce n'est pas tant leur évolution qui est difficile à prévoir (ça ira de toute façon vers le bas) que leurs réactions (baroud d'honneur hystérique ou acceptation résignée) ; ça dépendra de qui occupera les postes de pouvoir mais je ne suis pas très optimiste sur ce point. L'Eurasie, elle, ne peut que continuer son intégration qui va dans le sens de la réalité, de la logique et de l'histoire. L'Europe se sera-t-elle libérée d'ici là pour en faire partie ? Mystère...

Bien à vous

ZZZ 28/10/2015 18:33

Très bon article,j'apprécie la lecture de vos analyses.

Observatus geopoliticus 28/10/2015 19:02

Merci bien, cher ami.