Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Chantage au terrorisme ou pourquoi l'Europe s'aplatit devant Erdogan

18 Avril 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Europe

Chantage au terrorisme ou pourquoi l'Europe s'aplatit devant Erdogan

Chose promise, chose due. Nous avions subrepticement évoqué le fait car l'info - que dis-je ? la bombe - est sortie fin mars. La machine médiatique n'en ayant évidemment pas fait écho, il est temps de s'y arrêter plus en détail.

Le roi Abdallah II de Jordanie est ce que l'on pourrait appeler un souverain relativement éclairé. Eduqué dans les meilleures écoles occidentales, partisan de la modernisation de son petit pays, pilote d'avion, ayant suivi une carrière militaire, il n'est pas l'un de ces raïs moyen-orientaux au verbe enflammé. Cela ne donne que plus de poids à ce qu'il a déclaré le 11 janvier au Congrès américain, devant un panel de sénateurs appartenant aux comités de Défense et des Affaires étrangères. Pour la petite histoire, John McCain était présent.

Abdallah a directement accusé la Turquie d'envoyer des terroristes en Europe : "Le fait que des terroristes aillent en Europe [mêlés aux réfugiés] fait partie de la politique de la Turquie". Pas étonnant que nos médias "libres" n'en aient soufflé mot...

La politique du sultan est certes inique mais somme tout logique. Dans un contexte de politique extérieure qui tourne au fiasco, il joue sa dernière carte, profitant de la naïveté droit-de-l'hommesque des eurocrates pour déverser sur le Vieux continent les petits hommes en noir de Daech, marqués par les services turcs. Le message est simple : Oups, nous avons malencontreusement laissé passer des djihadistes mais nous savons qui ils sont et pouvons vous aider à les arrêter. En échange...

En échange, c'est l'absurde accord UE-Turquie et les 6 milliards donnés au petit fuhrer d'Ankara ; en échange, c'est le silence assourdissant sur les journalistes emprisonnés, les crimes contre les Kurdes ; en échange, c'est l'invraisemblable reprise des négociations sur l'adhésion de la Turquie à l'UE. Ce faisant, les eurocrates creusent évidemment leur tombe en 3D car les opinions publiques sont très massivement contre toute idée d'entrée de la Turquie ; un pas dans ce sens et leur chère UE explose. Mais une victime de chantage a-t-elle encore toute sa tête ? Le comportement erratique de nos petits eurocrates fait penser à l'Andromaque de Racine ou aux personnages dostoïevskiens, totalement perdus, prisonniers de leurs bourdes passées, ne voyant plus le bout du tunnel et s'enfonçant toujours un peu plus...

Parmi les autres révélations d'Abdallah, la confirmation que la Turquie achète le pétrole de Daech ("Absolument") et le fait qu'Erdogan "croit en une solution islamiste pour la région" : "La radicalisation est fabriquée en Turquie qui l'exporte ensuite non seulement en Syrie, mais aussi en Libye et en Somalie où elle aide les milices islamistes".

Partager cet article

Commenter cet article

NOSTRADAMUS 20/04/2016 18:23

Cher Observatus, vous suivant depuis maintenant de longs mois, je ne constate que depuis lors que la plupart (quasi totalité ?) de vos informations et de vos analyses ne sont jamais reprises par les "médias" de tradition en France. Et quelle ne fut pas ma surprise en tombant sur cet article que l'on peut qualifier de plus qu'honnête de cette nouvelle plume du POINT.
http://www.lepoint.fr/invites-du-point/caroline-galacteros/galacteros-hollande-ou-les-ravages-de-la-pensee-magique-20-04-2016-2033594_2425.php

Assiste t-on à une percée du "politiquement embrigadé" au sein de nos médias ? Qu'en pensez-vous ? Votre avis m'intéresse.
De plus je serais ravi d'avoir de votre part, à l'approche des prochaines élections en 2017 (en France et En Allemagne), un petit bilan du cadavre ambulant Hollande sur sa politique diplomatique (et pourquoi pas celle de Sarkozy et de Merkozy) en guise de perspective des ravages occasionnés par ces deux tristes clowns affidés.
Bien à vous, toujours un plaisir de rafraichir la page et de tomber sur de nouvelles analyses !

Observatus geopoliticus 22/04/2016 15:43

Cher ami,
merci de porter à mon attention ce courageux article. Mme Galactéros n'en est pas à son coup d'essai, c'est une analyste de qualité. Il est bon que certains médias commencent à lui donner la parole. Evidemment, tout ce qu'elle dit, les lecteurs de ce blog le savent depuis déjà des mois, m'enfin, ne boudons pas notre plaisir.
Quant aux élections, j'essaie de me tenir éloigné le plus possible de la politique dans ces pages. Peu importe les noms, nous sommes en présence d'une lutte système vs anti-système, qui s'étend dans tout le système impérial. D'un côté : Obama, Bush, Clinton, Hollande, Cameron, Merkel, Cruz... De l'autre : Trump, Sanders, Le Pen, PODEMOS, Wilders, UKIP, Mélenchon (à moitié)...
Le système impérial US est devenu un tout cohérent (OTAN et UE, alliance avec les pétromonarchies, russophobie, libéralisme, néo-conservatisme). L'anti-système également (alliance avec la Russie, sortie de l'OTAN et de l'UE). Une nouvelle division en deux blocs mais qui, cette fois, transcendent les frontières.
Bien à vous !

Chris 20/04/2016 23:05

Je me demande sincèrement si cette raison retrouvée n'est pas le fruit du Panamagate.
Depuis le départ des publications, la vindicte russo-syrienne s'est bien adoucie. Je commence à croire à l'hypothèse du Brooking Institute : les Russes auraient hameçonné les Occidentaux à leur insu. Ceux qui ne sont pas (encore) mentionnés baissent le ton...

onmemanipulepointfr 19/04/2016 21:32

Sans oublier l’Azerbaïdjan. Là il a fait très fort, il te l'a embobiné grave le père Aliyev.

Pour quelqu'un que l'on dit cerné, je trouve qu'il a un sacré pouvoir de nuisance. Il nous faudra serrer les fesses aussi longtemps qu'il dirigera la Turquie.

Observatus geopoliticus 22/04/2016 15:29

Pouvoir de nuisance, certes, mais sur les agneaux : UE voire Azerbaïdjan si l'implication turque est prouvée. Quand on pense qu'il y a quelques années, il pensait redessiner le Moyen-Orient, la chute est vertigineuse...

theuric 19/04/2016 15:56

J'ai remarqué que la particularité de nombre d'acteurs politiques d'échelle internationale c'est qu'ils tendent à se mettre eux-mêmes dans des pièges insolubles.
En fait, aujourd'hui, il n'y aurait pas besoin d'être un grand stratège, il suffit juste d'attendre que le voisin se vêt de ses propres rets.
Monsieur Erdogan, par exemple, à force de s'agiter dans tous les sens s'est mis tous ses voisins, ses alliés et ses ennemis à dos (ce qui est le plus naturel pour ces derniers, il n'est pas besoin de se forcer de trop).
Sa dernière carte, comme vous le dites, risque bien, à force de trop en faire, de lui exploser dans les mains.
Dans un style différent et dans une toute autre échelle, l'histoire de la loi du travail en France se révèle être du même acabit (acaba, et voilà...), où le gouvernement se retrouve à lutter sur tous les fronts, syndicats, classes-moyennes intermédiaires à hautes, ouvriers, M.E.D.E.F., U.E. et j'en oublie.
Ou alors, dans un tout autre style, Madame Yellen, la directrice de la F.E.D., qui ne peut plus agir sur le dollar sans faire peser, sur cette monnaie, des risques insensés, même ne pas agir pourrait se révéler catastrophique.
Ces situations sont fascinantes, non?

Observatus geopoliticus 22/04/2016 15:27

Ce n'est pas faux, cher ami. Il convient de dire aussi que le monde est devenu bien complexe : seuls s'en sortent les vrais stratèges qui calculent plusieurs coups à l'avance (Poutine, l'appareil stratégico-militaire US, les Chinois). Le reste se contente de ramasser les casseroles...