Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Turquie sème le vent récolte la tempête

29 Novembre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Russie, #Etats-Unis, #Europe

Turquie sème le vent récolte la tempête

Rien ne va plus en Turquie... Nous avions annoncé il y a déjà un certain temps que ce pays se dirigeait vers l'abîme. En juillet, nous écrivions :

"La Turquie s'est engagée ces dernières années sur un chemin imprévu qui laisse à peu près tout le monde dans l'expectative :

  • rupture avec la Syrie et soutien à la rébellion islamiste
  • rafraichissement des relations avec le camp occidental
  • rapprochement paradoxal avec la Russie (Turk Stream, dédollarisation) malgré de sérieux différends sur la Syrie ou l'Arménie
  • rupture avec Israël
  • volonté de rapprochement avec l'Organisation de Coopération de Shanghai et collaboration militaire avec la Chine mais critiques très fortes sur sa politique au Xinjiang, qualifiée de "génocide" (ce que Pékin apprécie très moyennement...)
  • projet un peu mégalomaniaque de sultanat néo-ottoman"

Liste à laquelle il convient d'ailleurs de rajouter la guerre civile avec les Kurdes ou les attentats désormais sur le sol turc (même si, ô coïncidence, ils ne touchent que les ennemis du sultan). Depuis cette date, le rapprochement avec la Russie, donc aussi avec l'OCS, peut être considéré comme mort et enterré (barré sur la liste), les perspectives de victoire en Syrie sont maintenant bien lointaines...

Que reste-t-il à Ankara ? Pas grand chose... et ça s'aggrave encore.

Poutine a très rapidement signé les décrets reprenant ou même durcissant - tours operator plus autorisés à vendre de voyages en Turquie, interdiction d'employer des Turcs en Russie - les mesures annoncées ces derniers jours. Si Ben Erdogan croyait que Moscou bluffait, il s'est planté en 3D. Les S-400 sont en place et couvrent la majorité du territoire syrien (en rouge) tout en surveillant bien plus loin (en bleu) :

Turquie sème le vent récolte la tempête

Est-ce un hasard si les bombardements turcs (et américains !) se sont soudain arrêtés en Syrie ? Plaignons l'avion turc qui dépasserait d'un millimètre la frontière...

Frontière que les Américains, reprenant l'idée russe (décidément, oncle Sam est souvent à la remarque de l'ours ces derniers temps), voudraient bien voir fermée. Selon un senior official cité par le Wall Street Journal : "Le jeu a changé. Trop, c'est trop ! La frontière doit être scellée. C'est une menace internationale et tout vient de Syrie et passe par la Turquie".

En lisant entre les lignes, l'aveu est subliminal : pendant les quinze mois de bombardements homéopathiques de la coalition américaine, le jeu était-il donc de laisser passer les armes à destination de Daech ?

Turquie sème le vent récolte la tempête

Il est vrai que jusqu'ici, les soldats turcs préféraient gentiment papoter avec les hommes en pyjama noir à la frontière plutôt que leur tirer dessus :

On ne sait donc pas trop à quoi serviront le millier de véhicules militaires et tanks qu'Ankara envoie maintenant à la frontière. Discuter le bout de gras avec l'EI, sécuriser les derniers points de passage du pétrole daéchique ou, au contraire, se soumettre à la pression internationale, notamment au fabuleux retournement de veste US, et barrer une fois pour toute le passage ?

En Turquie même, trois haut gradés militaires impliqués dans l'interception de camions chargés d'armes à destination des djihadistes ont été arrêtés pour... espionnage ! Rappelons que ces camions avaient été affrétés par le renseignement turc, qui ne joue donc pas le même jeu qu'une partie de l'armée encore kémaliste et assez horrifiée des relations plus que coupables entre le gouvernement et le mouvement fondamentaliste. Cela fait suite à l'arrestation de journalistes ayant enquêté sur ces trafics et eux aussi accusés de divulgation de secrets d'Etat.

Décidément, la Turquie file un bien mauvais coton et ce ne sont pas les Kurdes qui diront le contraire. Un important avocat connu pour sa position critique vis-à-vis du gouvernement sur la question kurde a été assassiné, provoquant une intense émotion.

Isolée, commerçant avec le diable, menant une sale guerre contre une partie de sa population, tuant ses opposants, usant de pitoyables subterfuges qui ne trompent personne (au lendemain de l'incident du Sukhoï, l'aviation turque a soudain cessé ses intrusions répétées dans l'espace aérien grec). A une époque normale, la république bananière turque serait un paria.

Oui mais voilà, nous ne vivons pas à une époque normale... Ainsi apprend-on que les inénnarrables eurocrates n'ont rien trouvé de mieux à faire que de rouvrir les négociations en vue de l'adhésion de la Turquie à l'UE ! Ce n'est pas une blague... Ont-ils perdu la boule ? Comment peuvent-ils croire une seule seconde que, dans le contexte actuel, le parrain de Daech ne sera pas massivement rejeté ? Ils voulaient détruire l'EU qu'ils ne s'y prendraient pas autrement...

***

Toutes mes excuses aux fidèles abonnés qui ont reçu par erreur une notification mail de la publication de cet article il y a plusieurs heures. C'était une mauvaise manip' de ma part.

Bien à vous tous, chers amis.

Partager cet article

Commenter cet article

SA2 DU CAMEROUN 30/11/2015 13:33

Moi je suis horrifié justement que se soit à cet instant que l'UE parle d’intégration de la Turquie et qu'en prime la Turquie reçoivent un chèque de 3mds d'euro pour contenir les réfugiés.
Les 3 Mds en question ne sont pas la juste compensation que Erdogan est en droit de recevoir pour le travail crapuleux à l'encontre du SU24 Russe?

Observatus geopoliticus 01/12/2015 13:20

Précisément, cher ami, le timing est ahurissant. Alors que la Turquie est massivement rejetée par la population pour sa complicité avec Daech, c'est le moment que choisissent les mabouls de Bruxelles et de Berlin pour rouvrir les négociations d'adhésion. Ils sont tombés sur la tête...

Balogh 30/11/2015 14:23

Erdogan a t-il besoin de et argent?
Je pense qu'il a bien profité des traffics de l'or noir qu'il a couvert sans parler des oeuvres d'art, du coton(qui ont tous transité par chez lui)
C'est vraiement du foutage de gueule, il est clair qu'Erdogan est rémunéré pour sa provoc(avion abattu) qui n'a heureusement pas marché.
Quand on compare la Russie avec les autre pays, on se dit que les seuls qui soient matures sont les russes.Les auatres sont des "charlies)

Balogh 30/11/2015 13:20

Bonjour,
Il est hallucinant que l'ue parle d'intégration de la Turquie.On sait maintenant que la Turquie participe à faciliter l'entrée des fous integristes en Syrie, on sait que la Turquie couvre le traffic de pétrole, d'armes et on examine son entrée dans l'ue?.Effectivement, l'ue qui est à mon sens la destruction réfléchie de nos acquis sociaux peut bien intégrer la Turquie.
L'ue complice des usa pour maintenir à tout prix son hégémonie s'allie avec le diable?Pour les ricains, rien de surprenant, tout sauf un monde multipolaie initié par la Russie.On se rapellera l'accueil des nazis aux usa.....on se rappellera que le 1er Président de la Commission Européennee était Walter HALLSTEIN, un NAZI.Pour moi, les plus grands terroristes sont les usa, loin devant les autres.

Observatus geopoliticus 01/12/2015 13:18

Bonjour Baloqh,

c'est effectivement hallucinant et je ne comprends pas très bien quel est l'intérêt pour les eurocrates de se tirer une balle dans le pied. Sont-ils vraiment si déconnectés de la réalité qu'ils ne comprennent pas que proposer l'adhésion de la Turquie provoquera un rejet massif des institutions européennes parmi la population ? Si l'on faisait un sondage, je suis à peu près certain que dans le contexte actuel, 90% des gens seraient contre. Ahurissant...

Bien à vous

Pierre Bourdon 30/11/2015 10:54

Merci de rappeler les rapprochements (maintenant caduque) qu'Erdogan avait fait avec l'OCS et la Russie. À cette période, je ne comprenais pas bien son jeu de séduction qu'il tentait avec Poutine et et la communauté européenne du même coup. Aujourd'hui, son seul espoir est de rejoindre l'Europe, mais dans le contexte actuel d'Etat voyou mis à nu devant tous....Hum !
Je trouve choquant de la part de Bruxelles d'offrir 3 milliards € pour soi-disant contenir les réfugiés, sachant très bien que la moitié de cette somme ira dans les coffres de la famille pour compenser les pertes du trafic de pétrole volé à la Syrie. Et d'autant plus que c'est aussi la Turquie (Erdogan) qui à facilité et encouragé le flux migratoire vers l'Europe. Du vrai chantage mafieux ! Que le peuple turque se soulève et demande sa démission au plus vite, il mérite selon moi le même sort que Morsi en Égypte.

Observatus geopoliticus 01/12/2015 13:15

Cher ami,
en démocratie, le peuple est responsable des dirigeants qu'il élit. Or le parti de Ben Erdogan vient d'être réélu, ce qui n'engage pas à l'optimisme...
A l'époque de l'OCS, Ankara s'était éloignée de l'UE. Mais son entrée dans l'OCS n'aurait de toute façon pas été possible à moins de quitter l'OTAN.
Bien à vous

Simon 30/11/2015 10:07

Et e attendant l'adhésion à l'UE, cette dernière vient de débloquer 3 milliards d'€ en faveur de la Turquie afin "d'améliorer les conditions de vie des réfugiés sur le sol turc et donc de les décourager de vouloir rejoindre la vieille Europe". Encore une belle tartuferie en regard des besoins en main d'oeuvre bon marché de mamie Merkel et de la totale absence de garantie quand à l'utilisation réelle desdits fonds.

Observatus geopoliticus 01/12/2015 13:12

Vous avez effectivement employé le mot qui convient : tartuferie. Le meilleur exemple en a été donné au lendemain des attentats de Paris lorsque les responsables de la situation venait verser des larmes de crocodile.
Bien à vous

Serge 30/11/2015 07:55

Vos analyses sont très pertinentes et agréables à lire malgré le contexte. Je les promeus régulièrement sur http://www.pearltrees.com/atomiq_49.

Observatus geopoliticus 01/12/2015 13:10

Merci cher ami,
c'est un plaisir de vous compter parmi les lecteurs de ce blog.
Bien à vous