Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Le sultan bon pour l'asile ?

26 Novembre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Russie

Le sultan bon pour l'asile ?

Alors que commencent à émerger des information sur les liens entre le troisième fils d'Erdogan et le pétrole de Daech, on se demande quand même ce qui a pris les Turcs de se tirer une balle dans le pied.

Les Russes bombardent maintenant avec allégresse la zone où le vieux Sukhoi 24 a été abattu. Les Turkmènes affiliés à Al Nosra, Al Qaeda en Syrie pour les intimes, vont longtemps regretter d'avoir dansé autour du cadavre du pilote. Les déclarations des officiels russes sur leur annihilation sont peut-être exagérées mais il semble évident qu'ils en ont pris pour leur grade. Si le but d'Ankara était de les protéger, c'est raté...

Les S-400 sont déjà en place ainsi que le Moskva anti-aérien au large des côtes syriennes. Plus un avion ne survolera le ciel syrien, du moins dans sa partie occidentale, sans l'accord de Moscou. Si le sultan comptait encore bombarder de temps en temps les YPG kurdes, c'est fini... Notons d'ailleurs qu'Américains et Turcs s'opposaient depuis longtemps à l'installation de S-400 en Syrie, car susceptible de bouleverser la balance stratégique. L'incident de mardi est un prétexte en or pour le Kremlin.

Ajoutons également que la décision de l'état-major russe d'accompagner désormais les bombardiers en mission par des chasseurs chargés de les protéger signifie tout simplement l'envoi de chasseurs supplémentaires, les quatre Sukhois 30 n'étant pas assez nombreux. Là encore, tout ce qu'Erdogan aura réussi à faire est de donner aux Russes une raison pour renforcer leur présence aérienne en Syrie, changeant la donne stratégique. Obama doit être furax...

Mais ce qui gêne le plus les dirigeants occidentaux est la possibilité, bien réelle maintenant, de voir un avion turc abattu par les Russes dans un contexte de soutien de l'opinion publique occidentale à la Russie. Le choix sera cornélien : soutenir Ankara en se bouchant le nez au nom de l'article 5 de l'OTAN et s'aliéner des pans entiers de l'opinion occidentale très remontée contre la Turquie après les attentats de Paris, ou laisser tomber le sultan et risquer de faire de l'organisation atlantique une coquille vide.

On comprend que les réactions des leaders otaniens aient été pour le moins mesurées après l'incident. Au-delà des déclarations formelles de "solidarité" avec l'allié turc, les messages étaient surtout destinés au sultan : tu te calmes et tu ne nous mets surtout pas dans une situation inextricable.

Pendant ce temps, en Russie, les entreprises turques ont vu débouler des agents du ministère des finances tandis que des tonnes de produits turcs sont bloqués à la frontière, que les camions sont refoulés ainsi que les touristes. Et ce n'est qu'un début, Medvedev ayant donné deux jours aux services compétents pour élaborer des sanctions. Quant aux touristes russes qui allaient en masse se dorer la pilule sur les plages turques, c'est un manque à gagner potentiel de 10 milliards pour Ankara, ce qui n'est pas négligeable.

On comprend dans ces conditions que le sultan soit un peu fébrile, alternant les coups de menton - non, je ne m'excuserai pas - et les ronds de jambe - "Nous aurions agi autrement si nous avions su que l'avion était russe". Voulant à tout prix sauver la face mais commençant sans doute à réaliser l'énormité de la bourde, Erdogan ne sait plus trop sur quel pied danser.

Partager cet article

Commenter cet article

Clara 27/11/2015 23:59

Erdogan regrette déjà cet "incident" de Sukhoï et souhaite rencontrer Poutine ce WE à Paris mais :
"Vladimir Poutine a refusé la rencontre proposée par son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, Ankara ayant refusé de présenter des excuses à Moscou pour la destruction d'un chasseur-bombardier russe à la frontière syrienne, a annoncé aujourd'hui un conseiller du président russe.

"Comme nous le voyons, la Turquie refuse de s'excuser simplement pour l'incident de l'avion", a déclaré Iouri Ouchakov, s'adressant à la presse. Le Kremlin, a-t-il poursuivi, a bien reçu l'offre de rencontre entre les deux chefs d'Etat à l'occasion de l'ouverture de la COP21, lundi à Paris.

Vladimir Poutine y rencontrera en revanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour évoquer la crise syrienne et le conflit israélo-palestinien ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel, a précisé son conseiller. "
Le Figaro

Observatus geopoliticus 28/11/2015 15:34

Bonsoir Clara,

oui, j'en parle dans le billet de ce jour. Réponse sèche en forme de camouflet pour le sultan. Celui-ci commence à réaliser la bourde qu'il a commise...

Bien à vous

Pier Bourdon 27/11/2015 21:48

Échec et mat. Poutine l'a nargué quelque peu près de la frontîére depuis le début des frappes connaissant le vol et le trafic illégal du pétrole. Erdogan a tombé dans le piège en avançant son cavalier, mauvais jeu sur l'échiquier, le roi est mort. En bon québécois on dit "son chien est mort".

Observatus geopoliticus 28/11/2015 15:33

Bonjour cher ami,

j'ai parcouru plusieurs articles disant en substance qu'avec la présence nouvelle des S-400, les Russes vont maintenant provoquer délibérément la Turquie en survolant son territoire, sachant qu'Ankara n'osera plus intervenir. Info, intox ?

Bien à vous

Reb 27/11/2015 11:25

La seule chose que cette attaque puisse apporter à la partie turque est de faire monter les enchères : se voyant progressivement dépossédée du beau plan qu'elle avait dû mettre en place pour la Syrie, la Turquie cherche à faire passer sa confrontation avec la politique russe à l'échelle de l'alliance atlantique pour tenter de peser davantage... Sans penser une seconde à la probabilité de déstabiliser profondément cette alliance, qui ne se battra certainement pas contre les russes pour les ambitions régionales turques !

Observatus geopoliticus 28/11/2015 15:30

Cher ami,

je pense que vous mettez le doigt sur le point crucial. L'OTAN ne se battra effectivement pas pour les ambitions régionales turques, surtout après les attentats de Paris. Mauvais calcul d'Erdogan...

Bien à vous

MBM 27/11/2015 09:09

Bonjour,
A la question d'entrée : "on se demande quand même ce qui a pris les Turcs de se tirer une balle dans le pied", je propose une réponse qui, pouvant sembler fumeuse, est que tout ceci est une mise en scène calculée afin de justifier des opérations en Asie centrale qui pourrait s'embraser en vue de desserrer l'étau de l'OTSC contrôlée par le Kremlin. Je pense que la consolidation de la puissance russe en Méditerranée était connu de tous depuis un certain temps, au vu du contrat syrien avec la Russie qui autorise l'établissement d'une base militaire envisagée depuis le début du conflit. La raison qui motive cette installation à Lattaquié invitait logiquement à sa sécurisation d'où une augmentation de capacités matérielles et humaines, avec ou sans incident de SU-24. Ce scénario turc auquel ne peuvent qu'agréer les USA puisque le rêve commun est de diminuer drastiquement la puissance russe; dont l'intérêt turc est économique et vindicatif quant aux territoires et populations appartenant à sa sphère historique, ce qui réduit, dans la grille d'interprétation turque, la Russie à la portion congrue nord-ouest entre Moscou et Saint-Pétersbourg et dont l'intérêt américain y voit une rassurante mise en quarantaine du continent eurosibérien; les Turcs les remercieraient par le troc économique et le partage des ressources minières et de matières premières.

Observatus geopoliticus 28/11/2015 15:29

Bonjour MBM,

la réception de l'incident du Sukhoi par les républiques d'Asie centrale (et par l'Azerbaïdjan, lui-aussi turcophone) serait effectivement intéressante à connaître. Il ne semble pas qu'il y ait eu de réaction officielle des "stans".

Toutefois, s'il y a une proximité culturelle entre la Turquie et l'Asie centrale, celle-ci est tout relative. Même sur le plan de la langue, leurs ressortissants ont besoin d'un traducteur pour se parler car ils ne se comprennent que très imparfaitement. Pas sûr que la Turquie ait une réelle influence sur la région...

Quant aux Etats-Unis, je les vois plus embêtés qu'autre chose par l'incident même s'il est difficile d'y voir clair au vu de leurs réactions contradictoires.

Bien à vous

David Eboutou 27/11/2015 01:48

Article très intéressant! je souscris entièrement à cette analyse.