Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Banzaï !

31 Janvier 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Moyen-Orient, #Ukraine, #Europe

Dix jours et déjà un siècle... Le Donald avance au pas de charge, donnant au passage de grands coups de pieds dans la fourmilière impériale. Il marque son territoire et chacun en prend pour son grade, y compris, ce qui n'a rien de géopolitique, les grands groupes pharmaceutiques (si j'en parle, c'est que vous risquez fort de ne jamais en lire une seule ligne dans la presse trop occupée à son habituelle campagne de diabolisation).

McCainistan et son ombre Lindsay Graham se sont fait rabrouer vertement : "Les deux sénateurs feraient mieux de concentrer leur attention sur l'EI et la sécurité des frontières au lieu de toujours chercher à commencer une Troisième Guerre Mondiale." Comme le train, les oreilles du couple Follamour ont sifflé trois fois. Aux dernières nouvelles, McCain en a perdu son dentier de stupeur...

En Syrie, la nouvelle administration américaine vient de fournir des véhicules blindés aux Kurdes, ce que n'avait jamais osé faire l'indécis Barack à frites afin de ne pas indisposer Erdogan. Cela n'empêchait d'ailleurs pas Ankara de critiquer vertement Washington et d'humilier ses représentants. Dans le cas présent par contre, le sultan n'a pas moufté (pour l'instant...)

Le Donald respecte à la lettre ses promesses de campagne, ce qui met en émoi plumitifs et euronouilles, peu habitués à la chose. Un autre Donald, polonais celui-là, mâtiné de bruxelloise, en a les larmes aux yeux :

"Les Etats-Unis sous Donald Trump sont sur le même plan que la Chine, la Russie ou l'islam radical [quel boute-en-train, ce Tusk...] Pour la première fois dans notre histoire, dans un monde de plus en plus multipolaire, nombreux sont les anti-européens. La remise en cause des 70 dernières années de politique étrangère américaine met l'Europe en difficulté".

Vassal cherche suzerain désespérément...

De son côté, la junte ukrainienne, paniquée devant la possible levée des sanctions contre la Russie, tente de réchauffer le conflit dans le Donbass. Chose intéressante, ce n'est pas Moscou qui le dit mais Berlin. D'après la Suddeutsche Zeitung, journal pourtant peu suspect de russophilie, le gouvernement allemand est persuadé que les provocations sont le fait de Kiev dans le but de pourrir la situation et empêcher Trump d'abroger les sanctions.

Bien mal en a pris à Chocochenko puisque l'armée ukie s'est pris une volée de bois vert : 7 morts et 20 blessés en vingt-quatre heures.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Eric83 03/02/2017 09:24

Trump semble faire face à ce qui ressemble de plus en plus à une "révolution de couleur" sur le sol même des US. Tous les coups sont "bons" pour les néocons-mondialistes afin de déstabiliser et de défier Trump et son administration.
Dans ce contexte, que signifie la rhétorique US à l'encontre de la Russie concernant l'escalade de violence en Crimée ? Les propos de l'Ambassadrice sont-ils sincères ou permettent-ils de donner quelques miettes aux néocons afin de gagner du temps pour les "neutraliser" ?

Observatus geopoliticus 03/02/2017 09:42

@ Eric
C'est vraisemblablement le cas. Trump est en phase préliminaire, son administration passe les audiences du Congrès, il doit donner du biscuit au Deep State...

Jean Pierre 03/02/2017 05:55

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/02/97001-20170202FILWWW00327-onu-les-etats-unis-condamnent-les-actions-agressives-de-la-russie-en-ukraine.php

La nouvelle ambassadrice yankee à l'ONU agit exactement comme l'ancienne. Je me demande à quoi ils jouent ....

dupontg 03/02/2017 06:31

et meme encore pire un peu plus loin...


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/02/97001-20170202FILWWW00347-usa-les-sanctions-contre-la-russie-maintenues-tant-que-la-crimee-sera-annexee.php

dupontg 02/02/2017 01:27

A premiere vue la guerre de communication va crescendo.et la cible de Trump semble se situer à Bruxelles...
ça semble reserver des lendemains qui dechantent pour l'UE..
sources originale dedefensa..

http://arretsurinfo.ch/trump-brexit-et-la-guerre-contre-lue/

Wilmotte Karim 01/02/2017 20:41

"Ukraine forces admit loss of Donetsk airport to rebels ":
https://www.theguardian.com/world/2015/jan/21/russia-ukraine-war-fighting-east

"KYIV, 31 January 2017 - Chief Monitor of the OSCE Special Monitoring Mission to Ukraine (SMM) Ertugrul Apakan, today called for the immediate cessation of fighting in the Avdiivka-Yasynuvata-Donetsk airport area in eastern Ukraine."
http://www.osce.org/ukraine-smm/296491

Est-ce que l'aéroport était repassé sous contrôle de Kiev? Est-ce qu'il s'agit d'un autre aéroport?

Charles Michael 01/02/2017 19:17

Je n'entend pas Junker, ces temps ci, l'ai même pas vu à la buvette du Palais; quelq'un a des nouvelles ?
L'UE se meurt pas morceaux bien divergents et l'euro maudit, Emmanuel Todd of course mais ne pas oublier Jacques Sapir (ruusseurope), appuient là où ça me fait tellement de bien.
J'ai bien peur que la Rance demeure fidéle à son prurit Couple franco-teuton. décidément confite dans sa soumission et son pétainisme latent.

Grognard 02/02/2017 23:25

Bonsoir CharlesMichael,

Je ne vais pas vous répondre sur le fond.
Je franchirai la ligne rouge par rapport aux propos de ce blog.
Disons quand même que tactiquement rester au milieu du gué ; ce n'est pas ..... terrible.
Avez-vous remarquer qu'en France le souci de cohérence n'occupe pas le haut du panier.

Pour ma part je m'interdis de suggérer à qui que ce soit de fréquenter telle ou telle crémière ou d'encourager un quidam à la dégustation de produits laitiers.
Bien entendu c'est une métaphore.

Pour le reste, dans le même style, nous avons quitté les eaux calmes du littoral et nous nous apprêtons à voguer sur celles de la haute mer.
Selon les derniers bulletins météo, la mer est formée dans une zone ou en plus il y a de forts courants sous marins.
Ca va tanguer.

CharlesMichael 02/02/2017 04:00

@Grognard @Madudu

Oui Les Amis ,je suis pessimiste sur les capacités françaises à re-prendre son destin en main.

J.Sapir avait proposé une sorte de Front Souverainiste; en outre de se faire virer de Marianne, ça lui a valut de se faire traiter de rouge-brun. Mais il continue à dézinguer avec pertinence le néo-libéralisme soumis à l'Allemagne et ses candidats à la Réziduelle.
E.Todd a un système d'analyse historico-anthropologique basé sur le rôle central des structures familiales. Ces structures évoluant surtout en fonction de la généralisation du savoir et donc de l'instruction. Puis par l'instruction dite supérieure. C'est un critère statistique, donc observable. Il est beaucoup intervenu contre l'euro, et pour un protectionisme européen.
Ces deux là sont des dissidents affirmés, constants anti-euro et anti-neocons.

Devaient-ils s'engager dans un parti ?, voir créer un mouvement politique? comme Picketty chantre (avec Dany CB ) des primaires PS maintenant totalement déconsidéré ?

Oui, l'expression ''tournillon crisique'' de P.Grasset décrie bien ce maëlstrom accéléré; mais l'animal a de la ressource et de l'imagination. Face au désaveu des grands partis, des politiciens institutionalisés, ayant excercé récement le pouvoir comme premier Miniscule ou s'usant en frappant depuis trop longtemps aux portes du temple, l'opération Gentil-Macronouille en fait marcher beaucoup.
Et il a les soutiens qu'il faut.

C'est ma très grande crainte: la france en marche ratera la marche de l'histoire.

Mais je suis très optimisme sur l'effondrement de l'UE, de l'euro et la miniaturisation de l'oTAN.

Grognard 01/02/2017 22:32

@ Charles Michael,
Bonsoir,

Vous citez deux personnes qui ne sont pas, à mes yeux exemptes de tout reproche.
Qui peut prétendre en être exempt?

Je trouve que Jacques Sapir alors qu'il a prouvé qu'il en avait intellectuellement les moyens et qu'il avait compris les enjeux n'ose pas franchir le rubicon.
Quant à Emmanuel Todd le nombre de fois ou dans ses interventions il parle de personnes qui n'ont pas terminé leur parcours universitaire m'exaspère.
Il doit pourtant savoir que l'intelligence et la probité ne se drapent pas dans des titres universitaires fussent-ils enluminés.

Madudu 01/02/2017 22:12

Pourquoi tant de pessimisme ?

Les présidentielles arrivent, et le position pro-UE est devenu un caractère distinctif tellement elle est marginale dans l'éventail des candidats médiatisés.

Vu le traitement que subit actuellement le pauvre Fillon, même lui doit représenter un danger pour la ploutocratie europe-unienne (ce qui m'étonne quand même) ^^

2017 sera un grand cru lourd et sanglant pour l'UE, l'Euro, l'Otan, DAESH, la ploutocratie sans frontière, etc

Euclide 01/02/2017 12:38

Je me permets d'entrer dans le dialogue entre Eric83 et Madudu.
L"Euro est une construction politique mais pas économique. Et en plus, elle est rend service à l'Allemagne pas au pays du Sud de l'Europe..
Selon Marcel Gauchet ( intello de centre gauche) l'Europe est le continent le plus continent le plus ultra- libérale qui n'est pas le cas des States ni de la Chine. Voir son bouquin " Comprendre le malheur français" d' Aout 2016.
Comme le dit Renaud Girard du Figaro, l'avénement de Donald est une chance pour l'Europe, car elle devra se prendre en charge. Idem pour le Mexique.
Ceci dit cela , cette prise de conscience ne fera pas s'en déchirement.

Eric83 01/02/2017 10:37

L'image qui me vient, c'est Trump, un éléphant entré dans un magasin de porcelaine il y a 10 jours. On sait qu'il y a déjà de la casse mais on ne sait pas encore en mesurer l'ampleur...d'autant qu'il n'est pas sensé sortir du magasin avant 4 voire 8 ans.
Trump avait annoncé la couleur avec son "America great again" et ses tweets, interventions et premiers décrets démontrent qu'il fait ce qu'il avait dit.
L'impérialisme par la force militaire n'étant pas son programme - pour le moment -, Trump a décidé de déclencher une "guerre" commerciale avec plusieurs nations mais avec deux principales cibles très bien identifiées, la Chine et l'Allemagne.
La stratégie concernant la Chine n'est pas encore lisible car une interdépendance forte les unit.
En revanche, pour faire court, la stratégie contre l'Allemagne est claire : fin de l'UE et fin de l'Euro. Les attaques, objectives, de Navarro cette semaine sont sans ambiguïté : l'Allemagne bénéficie de l'Euro, la monnaie commune, mais qui est largement sous-évaluée la concernant.
L'Allemagne revenant au Deutschemark, sa monnaie sera alors largement réévaluée et les exportations allemandes notamment vers les US chuteront lourdement et sa balance commerciale - que tous les nations du monde lui envie - se dégonflera très vite.
L'Administration de Trump n'a pas grand chose à faire pour atteindre cet objectif puisque l'effondrement de l'Euro et de l'UE est déjà en cours; elle a juste à alimenter un peu la vague de désaffection des citoyens envers l'UE et l'Euro par quelques déclarations bien senties.
Est-ce d'ailleurs un hasard si pour la première fois la semaine dernière, Mario Draghi, Président de la BCE, a répondu à des parlementaires Italiens sur les conditions de sortie de l'Euro...alors que depuis des années, il soutenait droit dans ses bottes que l'Euro était irréversible ?
La roue va tourner en 2017 et çà va secouer.

Madudu 01/02/2017 11:20

Je suis encore un peu perdu dans tous ces changements à venir, mais vous soulevez un point important je crois.

L'Allemagne n'est pas seulement un concurrent déloyal pour les pays qui subissent l'Euro, elle l'est aussi pour les autres pays du monde.

Si l'Allemagne venait à perdre son avantage déloyal, l'industrie US aurait la possibilité de récupérer une partie de ses propres parts de marché, qu'elle importe aujourd'hui, et ce sans revenir sur aucun accord commercial.

Par ailleurs la nouvelle Amérique a besoin d'alliés solides sur lesquels elle peut compter, ce que l'UE n'est pas. Libérer l'Europe de l'UE, et dans une certaine mesure aussi de l'OTAN, peut préparer à la constitution de nouvelles alliances avec des pays européens à nouveau capables militairement, diplomatiquement, politiquement et économiquement.

Par contre, pour faire tomber l'UE et l'Euro, Trump n'a probablement pas besoin d'intervenir dans les affaires de l'UE. Il lui suffit plutôt de ne pas intervenir, de ne pas tenir à bout de bras ce bordel branlant qui ne demande qu'à tomber par lui-même.

Ady85 01/02/2017 09:26

je me demande jusqu'ou vont aller les officines gauchistes et mondialistes dans leurs combat contre Trump aux USA..

Par ailleurs, il y a des infos très intéressantes venant des USA, montrant que tout ce qui touche à la sécurité intérieure est totalement du côté de Trump.

bluetonga 01/02/2017 08:29

"Vassal cherche suzerain désespérément".

Magistral!

Canut 01/02/2017 10:15

Cela fait tellement longtemps qu'il n'ont pas gouvernés et pris des décisions tout seul en Europe qu'ils ne savent plus comment faire sans quelqu'un qui leur indique la direction.. Affligeant.

Au niveau européen surtout, des gens non élus qui ne savent pas gouverner. Autrement dit, ils sont là pour l'argent et le pouvoir uniquement.

Posadagr 01/02/2017 01:23

Article très intéressant ! Comme de coutume..

Leurs pleurnicheries couplées de haine sont tellement jubilatoires que ça en devient presque embarrassant.
Oui presque ... hors de question de gâcher notre plaisir ^^