Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

A quoi jouent les Américains ?

15 Octobre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Moyen-Orient, #Russie, #Gaz, #Pétrole

Washington joue un jeu bien dangereux, soufflant le chaud et le froid. On pensait que les Etats-Unis avaient mangé leur chapeau et cherchaient la sortie depuis l'intervention russe. En quelques jours, Obama avait mis fin au grotesque programme d'entraînement de rebelles modérés visant à combattre l'EI (disaient-ils) après que le Pentagone eut avoué qu'il avait formé... attention... roulements de tambour... 5 combattants (qui ont d'ailleurs immédiatement été attrapés par Al Nosra). La maison Blanche avait également promis de ne pas mener une guerre par proxy interposé contre la Russie en Syrie. Bref, on pensait que les Américains, lassés du fiasco de leur politique syrienne, étaient revenus de leurs vieilles lunes. Apparemment pas...

Un inquiétant article du New York Times nous apprend que les missiles anti-char de fabrication américaine TOW affluent en Syrie, fournis par les Saoudiens avec le consentement US, à destination des terroristes modérés si chers à l'Occident. L'article cite des commandants rebelles : "Nous recevons ce que nous demandons en un laps de temps très court. Nous pouvons en avoir autant que nous voulons". Un officiel fondamentaliste saoudien l'avait annoncé la semaine dernière et, pour une fois, les amis du gouvernement français ont tenu parole. Notons d'ailleurs la parfaite mauvaise foi du wahhabite : "Les bénéficiaires seront l'Armée de la conquête, l'Armée syrienne libre et le Front Sud, mais pas Al Nosra (= Al Qaeda) ni l'Etat Islamique". Etant donné que le principal groupe de l'Armée de la conquête est Al Nosra, nous sommes en plein foutage de g....., mais les Saoudiens ont l'habitude.

Cette évolution de l'armement des terroristes modérés explique peut-être que, malgré les intenses bombardements russes, parfois au prix d'acrobaties assez invraisemblables, la grande offensive de l'armée syro-hezbollo-iranienne patine un peu. Certes, des progrès ont été réalisés, du terrain reconquis, mais aucune victoire stratégique n'a encore eu lieu. Ne restent plus aux Russes qu'à intensifier encore leurs bombardements, ce qu'ils ne vont pas se priver de faire étant donné que ça leur permet également d'éliminer des djihadistes tchétchènes qui ne rentreront donc pas au bercail [le chef d'Ahrar al Sham, groupe syrien modéré d'entre tous, était donc un Tchétchène, ce qu'ont l'air de trouver tout à fait normal les chancelleries occidentales...]

Les Américano-saoudiens semblent avoir choisi le chemin de l'escalade du conflit, ce qui est encore confirmé par les propos très agressifs de Carter, le chef du Pentagone, ou le refus de Washington de rencontrer une délégation russe menée par le premier ministre Medvedev afin de coordonner les stratégies des deux Grands en Syrie. Tant que vous bombardez nos petits amis d'Al Qaeda et affidés, on vous cause pas.

Quelle mouche pique donc les Américains ? Quelles que soient les raisons de cette névrose, elle ne manque pas d'inquiéter. D'ailleurs, l'article du New York Times, étonnant d'honnêteté pour cette publication néo-conservatrice, se fait l'écho de ce malaise. Il y est écrit noir sur blanc ce que tout le monde sait - les "rebelles modérés" ne sont pas nombreux et alliés à des groupes djihadistes au premier rang desquels on retrouve Al Qaeda - et, à lire entre les lignes, on y découvre une incompréhension de la voie suivie par l'administration américaine. Un éditorial du même journal va même encore plus loin et propose de s'allier à Moscou pour se partager le travail : les Russes tapent sur Al Qaeda (nouvel aveu que les rebelles modérés n'existent pas) et les Etats-Unis sur l'EI. Décidément, il se passe quelque chose de pas net dans les sphères du pouvoir US si même un journal aussi russophobe que le New York Times en vient à faire ce genre de proposition. La lecture des centaines de commentaires est également intéressante : c'est un déluge de critiques envers la folle politique américaine de soutien aux djihadistes en Syrie, ce qui n'est pas sans rappeler la fronde d'une partie de l'armée US en 2013 quand il était question de bombarder Assad (la fameuse campagne "I will not fight for Al Qaeda in Syria" sur les réseaux sociaux). Question subsidiaire : la mafia médiatique européenne, qui doit tomber des nues et suer à grosses gouttes après avoir lu les aveux du temple du néo-conservatisme US, va-t-elle suivre le mouvement et enfin présenter honnêtement la situation en Syrie ?

Reste à savoir ce que va faire la Russie, et dans une moindre mesure l'Iran, si Ankara, Riyad et Washington persistent à chercher la confrontation en armant les terroristes modérés. Une conflagration mondiale entre Russes et Américains est bien sûr exclue, mais Poutine a plusieurs cartes en main pour refroidir Turcs et Saoudiens.

A Ankara, le sultan craint plus que tout un soutien russe aux Kurdes. Voilà qui est justement susceptible d'amener Erdogan à la raison : si tu continues à fournir Al Qaeda et consorts, je ferai de même avec tes meilleurs ennemis du PKK et des YPG. Avec le doublement du Nord Stream, Moscou n'a presque plus besoin du Turk Stream (c'est même peut-être en prévision de l'intervention en Syrie que Poutine a changé son fusil d'épaule et privilégié la route nord).

Quant aux Saoudiens, il existe une possibilité formidable à tous les sens du terme, bien que très hypothétique pour l'instant. C'est une idée qui avait traversé l'esprit de votre serviteur il y a quelques semaines mais qu'il avait chassée tellement elle lui paraissait énorme... jusqu'à ce qu'elle réapparaisse dans la conclusion d'un article passionnant du site spécialisé Oil Price. L'article lui-même s'attache aux causes énergétiques du conflit syrien, dont nous avons déjà parlé à plusieurs reprises ici. Les pays du Golfe (dont le Qatar et son projet de méga-gazoduc) voulaient faire transiter leurs fabuleuses ressources en hydrocarbures vers l'Europe, le tout sous contrôle américain, ce qui aurait eu pour effet de marginaliser considérablement la Russie. Passer par l'Irak saddamique puis chiite étant impossible, la seule voie pour les pipelines du Golfe était la Syrie, pays à majorité sunnite qui ne ferait aucune difficulté une fois Bachar renversé.

A quoi jouent les Américains ?

Assad ne l'entendait pas de cette oreille, qui mettait une contre-proposition sur la table : un tube "chiite" Iran-Iraq-Syrie. De quoi donner une crise d'urticaire aux cheikhs du Golfe et à leur allié américain. Quatre ans après, Riyad, Doha et Washington n'ont pas abandonné l'idée bien que le projet paraisse maintenant bien compromis (même si Assad perdait finalement, l'EI est devenu totalement incontrôlable).

Mais revenons à notre idée, géniale, diabolique, colossale en réalité. Nous avons vu il y a quelques jours comment la coalition irano-irako-syro-russe pourrait, avec l'aide des Kurdes au nord, mettre fin à l'EI. Notons d'ailleurs au passage qu'à l'est, les Irakiens commencent à avancer et ont quasiment réussi à tuer le calife grâce au centre de renseignement commun mis sur pied avec Téhéran, Moscou et Damas (ce n'est certes pas sur les Américains que Bagdad pouvait compter pour trouver les cibles de l'EI...)

A quoi jouent les Américains ?

Cher lecteur, que voyez-vous sur cette carte ? Entre la poussée Syrie-Iran-Hezbollah à l'ouest, kurde au nord et Irak-Iran à l'est, le tout soutenu par l'aviation russe, l'Etat Islamique serait cerné et n'aurait plus qu'une échappatoire : vers le sud, vers... l'Arabie Saoudite !

Ô divin retour à l'envoyeur, renvoi du monstre à son créateur... Riyad prend les choses suffisamment au sérieux pour ériger une frontière électronique. Mais si cet amusant gadget peut stopper quelques djihadistes égarés dans le désert, que fera-t-il face à des (dizaines de) milliers de fanatiques surarmés et désespérés ? Gageons que les bombes US retrouveront soudain toute leur efficacité mais sera-ce suffisant ?

Si l'EI entre en Arabie Saoudite, c'est tout le fragile édifice de la monarchie moyenâgeuse wahhabite qui explose. Et avec elle les prix du pétrole. Pour Poutine, ce serait un incroyable triple coup : s'allier aux Kurdes et ravaler la Turquie au rang de faire-valoir, détruire la maison des Seoud et enfin faire grimper les prix du pétrole à des niveaux jamais atteints. Nous n'en sommes pas (encore ?) là...

Partager cet article

Commenter cet article