Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Fini de jouer

19 Juin 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient

Pour la deuxième fois, et sans doute la dernière, la Russie a annulé son accord avec les Etats-Unis sur la prévention d'incidents aériens dans le ciel syrien. On se rappelle qu'une rupture avait déjà eu lieu en avril après la vrai-fausse attaque de tomahawks sur la base de Chayrate, ce qui avait fort troublé le Pentagone à l'époque.

Moscou remet ça et il y a des chances pour que ça dure plus longtemps cette fois. Concrètement, les communications sont coupées avec le Centcom et tout avion US à l'ouest de l'Euphrate sera suivi et considéré comme une cible potentielle. Cela ne signifie pas qu'il sera automatiquement descendu mais les Américains y réfléchiront désormais à deux fois avant de jouer les cowboys du désert. Ils auront les S400 rivés sur eux...

Car, après les trois bombardements de cohortes loyalistes dans le sud de mai-juin autour d'Al Tanaf, c'est une nouvelle provocation états-unienne qui est à l'origine de la crise. Hier, un F18 de l'USS George HW Bush, sis en Méditerranée, a survolé le territoire syrien avec la bénédiction russe (on imagine que le prétexte était le bombardement de positions de l'EI) pour finalement abattre un sukhoi 22 syrien au sud de Tabqa. Ce n'est pas la première fois que l'aigle roule l'ours, c'est peut-être la dernière. Moscou a immédiatement qualifié l'événement d'acte d'agression et logiquement suspendu l'accord.

Pour être tout à fait honnête, le jet en question n'avait peut-être pas décollé pour pulvériser du Daech mais bombardait des positions kurdes, même si les rapports sont contradictoires. Car devant l'inexorable avancée de l'armée syrienne et des milices pro-gouvernementales vers l'est, le système impérial est entré en mode panique et a lancé les Kurdes, désormais à peu près vendus aux intérêts américains et saoudiens (voir le Rojava proto-marxiste faire des ronds de jambe au régime wahhabite fondamentaliste des Seoud n'est pas la moindre des ironies de cette guerre...) Objectif : tenter de bloquer la progression loyaliste qui contourne Tabqa par le sud et ouvre la porte du grand est. De sérieux échanges de tir ont eu lieu.

Peine perdue. Les Tiger forces ne se sont pas arrêtées en si bon chemin et ont enlevé sans coup férir le carrefour stratégique de Resafa, tout près du lieu du crash du jet. Désormais, toutes les routes ou presque mènent à Deir ez Zoor... Avant cela, le saillant daéchique sera scellé puisque des troupes avancent également à partir d'Ithriya pour faire la jonction.

En filigrane : l'arc chiite, évidemment. Cette problématique était l'une des causes majeures de la guerre syrienne et sera à sa conclusion (la question des pipelines pétromonarchiques, elle, a été évacuée). Désormais, la MSN impériale s'en émeut ouvertement.

Et pour bien montrer qu'il est partie prenante de toute cette affaire, l'Iran a déversé à partir de son territoire une volée de missiles à moyenne portée Zolfaqar sur l'EI à Deir ez-Zoor. L'attaque ayant suivi de peu l'incident du sukhoi, il n'aura échappé à personne que le message subliminal s'adressait aux Américains et à leurs supplétifs kurdes et "modérés".

Trois grands fronts loyalistes se mettent en place dans la marche vers la frontière : nord - centre - sud.

Au nord, on l'a vu, l'armée avance rapidement. Plutôt que de se mêler de la bataille de Raqqa, elle serait bien avisée de continuer droit sur Deir ez-Zoor, empêchant par-là même toute retraite aux petits hommes en noir.

Au centre, à partir de Palmyre, la marche est plus lente quoique réelle. La résilience de Daech y est plus forte qu'ailleurs et se concentre désormais devant Soukhna, dernier grand verrou avant Deir ez-Zoor.

Au sud, le magistral blitz a, nous l'avons montré plusieurs fois, coupé l'herbe sous le pied de Washington dont les proxies sont maintenant bloqués dans le désert. L'envoi de batteries de missiles à Al Tanaf peut aussi bien être une opération de com' visant à sauver la face que les prémices d'une dangereuse et absurde escalade voulue par certains Follamour. A voir...

Mattis, le bulldog à cernes du Pentagone, a fait quelques confidences il y a une semaine sur l'offensive éclair Damas-Moscou vers la frontière. Des soldats russes étaient bien présents et les généraux américains ne s'attendaient pas à cela. Dans ce même article du toujours excellent Moon of Alabama, on peut lire que la Russie fait actuellement débarquer en Syrie des équipements de pontage en vue de traverser l'Euphrate.

De fait, des infos non encore confirmées font état d'une progression le long de la frontière syro-irakienne. De l'autre côté, les Unités de Mobilisation Populaire chiites suivent le mouvement (flèches roses) tandis que leurs consoeurs du nord descendent vers le sud. La grande jonction devrait se faire à Al Qaïm, sur l'Euphrate. Jour de deuil à Riyad et à Tel Aviv...

Fait intéressant, l'EI a lancé une attaque surprise contre les kurdes dans le nord-est (rectangle noir). Or, depuis que les "modérés" d'Al Tanaf sont coincés, c'est le seul point sur lequel l'empire pouvait encore appuyer pour tenter d'amincir au maximum le corridor chiite est-ouest. Si l'offensive daéchique prend de l'ampleur, on pourrait assister à un reflux des hommes de paille US vers le nord pendant que les UMP irakiennes et les loyalistes syriens continueraient au contraire leur marche et consolideraient leur prise en main de la frontière.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

la grive 21/06/2017 20:59

>OG : "Et pour bien montrer qu'il est partie prenante de toute cette affaire, l'Iran a déversé à partir de son territoire une volée de missiles à moyenne portée Zolfaqar sur l'EI à Deir ez-Zoor."

Je considère que c'est là le plus gros scoop de la semaine. Que les américains s'obstinent et fassent monter les enchères n'est pas vraiment surprenant dans la mesure qu'ils continuent dans la direction qu'ils suivent depuis - euh, ben un bon siècle et demi. Par-contre, je ne m'attendais vraiment pas à ce que les iraniens aient les moyens d'envoyer des missiles balistiques sur des cibles à plus de 500km avec suffisamment de précision pour que les impactes soient filmés par drone. Par cette seule action, les iraniens viennent de rendre obsolètes un bon nombre de plans de guerre.

samuel 21/06/2017 13:21

@ O.G

Le formulaire de réponse, ne semble pas fonctionner à la suite des commentaires ( voir mon autre commentaire sans importance sous l'intervention de Charles Mickaël ); comme quoi toute cette technologie n'est pas plus rassurante, néanmoins comme je n'interviens pas souvent je pense que vous comprendrez l'essentiel de mon intervention.

Grognard 21/06/2017 11:20

@ OG

Bonjour,

"Ha ha, c'est un peu ça. Je suis toujours étonné de voir les Américains sortir chaque matin une nouvelle "zone de déconfliction" qu'ils ont inventée dans la nuit..."

Ha la la ces puritains.
Ils n'ont rien de mieux à faire de leurs nuits?
Il faut leur envoyer Hollande sponsorisé par une marque de scooter made France of course.
J'ai ouie dire qu'une certaine Victoria N était en manque d'affection.
Il parait qu'elle est bonne pâtissière, ce qui ne gâte rien.

Grognard 21/06/2017 11:10

@ Chris et Madudu,

Bonjour à vous.

Une campagne électorale coûte cher.
Lorsque l'on veut rentabiliser son investissement, la règle est de prendre des garanties.
Ajoutons les conseillers occultes et les visiteurs du soir.

Je vous trouve optimistes sur ce coup.
N'oubliez pas que pour lâcher du lest, il faut être fort.
Une assemblée de godillots inexpérimentés ne vous offre que deux choses: vous êtes à l'abri d'une motion de censure et du même coup vous permet l'utilisation du 49-3 sans coup férir.
Accessoirement elle limite le nombre d'amendements.

Par contre je crois qu'un journal satyrique paraissant le mercredi aura bientôt de quoi alimenter sa rubrique des" minimares" et autre"vite dit".
Quant au mur du çon ; attention aux oreilles.

samuel 21/06/2017 08:36

Dans le même temps c'est inquiétant toutes ces sanctions, car toutes ces manœuvres dans le but de vouloir sauver la face pourraient pas moins provoquer un jour l'escalade.
Dans docteur folamour, il n'y avait qu'un seul haut gradé qui avait appris à ne plus s'en faire et à aimer
la bombe, l'acteur principal y jouait trois rôles. Dans ce film, l'histoire se déroule en pleine guerre froide, mais aujourd'hui que nous montre surtout ce film à travers l'actualité contemporaine ?
Il n'est donc pas impossible de penser qu'il y ait d'autres docteurs folamour au sein du pentagone ou en Occident. Puis si les choses devaient se gâter là bas, les élites du monde pourraient avoir comme solution finale pour sauver l'espèce humaine; d'en sélectionner que les meilleurs éléments pour les emmener "survivre" sous terre, c'est le tableau néanmoins le progressisme est en marche vers cela.

Observatus geopoliticus 21/06/2017 10:43

@ Samuel
Des Follamour, il y en a un paquet à Washington. Mais aussi, c'est une nouveauté, des esprits plus calmes. Les Républicains de la Chambre des représentants viennent de bloquer le nouveau train de sanctions anti-russes : http://www.zerohedge.com/news/2017-06-20/house-republicans-block-russian-sanctions-bill

Charles Michael 21/06/2017 04:46

Dans la série la tête et les jambes,

La foudroyante charge des Brigades Légitimes contre les Cannibales modérés vient à la suite d'un glissement sémantique subtil et diplomatique:
Prenant au mot les rêves moites et répétés des Humanitaires Associés pour des zones refuges sancturisées, le Lutin du Kremlin à Astana a comblé leurs voeux en créant ''Zones de déconfliction'', d'aucun en Ukraine auraient parlé de Chaudrons (4 en fait ou ça boume très fort entre barbus).

Libérant ainsi d'importantes forces des SAA & partners, qui se sont mis En Marche jusqu'à la frontière avec l'Irak

Depuis les US ont voulu copier le concept à Raqqua et Tanf mais l'appelation Zones de Déconfliction est une marque protégée.

samuel 21/06/2017 13:10

@ O.G

Vous me l’apprenez, car j'étais tombé sur une autre dépêche, comme quoi les sanctions pourraient pas moins se poursuivre à travers l'Union Européenne ou l'Ukraine.
Encore dernièrement, un chasseur de l’Otan s'est approché de l’avion du ministre Russe de la Défense. De plus à travers tout ce qui se passe, la tendance progressiste en Occident pourrait souhaiter un autre train de sanctions contre la politique Russe.
Puissiez-vous néanmoins avoir raison, au sujet de la partie la moins malsaine du Sénat car en France je comprends mieux pourquoi il y a toujours un malaise chez les Républicains. Il y a c'est vrai de nos jours des faux semblants d'évolution, de soutien pourrait-on dire, mais en réalité les choses ne font qu'empirer avec les élites du monde.

Observatus geopoliticus 21/06/2017 10:41

@ Charles
Ha ha, c'est un peu ça. Je suis toujours étonné de voir les Américains sortir chaque matin une nouvelle "zone de déconfliction" qu'ils ont inventée dans la nuit...

jef 21/06/2017 03:45

@ OG

Nous échangions il y a quelques mois (cela semble un siècle) sur la possibilité d'un effondrement moral et militaire de Daesch et vous souligniez à l'époque la quasi-impuissance de l'armée syrienne à livrer attaque sur plusieurs fronts. Bref vous aviez douché mes espoirs et m'aviez remis un peu pieds sur terre...
Votre article au titre époustouflant (pour l'ami que je suis de notre PROCHE-Orient) m'invite à vous poser trois questions:
1) Qu'est-ce qui a changé vraiment la donne sur le terrain ces derniers mois?
2) Est-ce possible sans des retournements d'un certain nombre d'acteurs régionaux? Avoués ou cachés?
3) Sommes-nous sortis de la destruction des Etats nationaux dans cette région? (question dont j’assume la naïveté)

Observatus geopoliticus 21/06/2017 10:39

@ Jef
Je vais essayer à mon humble niveau de répondre à vos interrogations :
1) La donne a changé... oui et non.
Oui parce que l'EI n'a plus de soutien maintenant, les pétromonarchiques ont arrêté de les financer, la Turquie de commercer avec eux. Non parce que Daech reflue lentement, parfois très lentement. 2014-2017 et l'EI a toujours un territoire somme toute considérable quoique perdant ses villes stratégiques. Finalement, l'Allemagne hitlérienne aura été vaincue plus rapidement (avec d'autres moyens évidemment)...
2) Clairement (voir ci-dessus)
3) Demandez à l'empire du chaos ! Depuis 2003, tout a été tenté pour casser l'arc chiite : Liban (2006), Syrie (2011-2017). Une deuxième "libération" de l'Irak n'étant pas une option vendable, reste l'Iran...
Bien à vous, cher Jef.

RAMOS 20/06/2017 22:26

@Madudu
"Sur le terrain médiatique et diplomatique, l'avantage est toujours du côté US. Par-contre, cet avantage est fragile et peut être renversé en s'attaquant au mensonge inhérent de la raison d'être de l'engagement occidental."

Oui, et l'avantage risque de durer un moment.
L'opinion occidentale au pire s'en fout, au mieux croit que l'US army concentre des forces au M-O, avant tout pour avoir la main sur les ressources pétrolières.
Du moment que le touriste peut aller se faire bronzer à Agadir, se culturer à Louxor et faire le plein à Auchan le reste du temps, et puis les Etats-Unis interviennent au M-O depuis près de 30 ans et personne en occident n'y trouve à redire (à part Villepin à une époque).
A croire que c'est rentré dans les moeurs.

Pendule de Newton 20/06/2017 20:36

Cher O.G,

Le moment est, enfin, arrivé pour ma question de l'ouest syrien. Cela va se jouer en termes de fermeté, mise en branles de matériels pour que l'adversaire comprenne les limites et les risques d'engagement. Dans ce bourbier que les USA (comme d'hab) s'y sont fourrés sans réflexion, les cartes en main se réduisent comme peau de chagrin et à cette vitesse ils seront en position zugzwang (aux échecs).
1) La vitesse avec laquelle les Tiger forces ont fendu jusqu'à Resafa est exceptionnelle (certains mouvements de l'ASA dans l'exécution, la coordination, la planification mais surtout dans le blitz est tout bonnement bluffant).
2) Avec cette offrande US, la Russie vient de verrouiller l'Euphrate et permet de ruer vers Deir-Ezzor sans crainte (l'avertissement iranien avec sa salve cloue la mise en garde.
3) Si le saucissonnage de Deraa se termine, la Jordanie rouvrira sa frontière et lâchera les gentils barbus modérés.
Les USA se feront plus étouffés à Al Tanf pour les pousser soit à se retirer ou à engager un conflit direct (avec des troupes en Irak engagées
4)Pour Idlib et le nord syrien, cela se jouera en même temps. La danse du ventre des YPG envers les Saoud est un moyen de trouver du cash car les kurdes seront bientôt encerclés par l'ASA+la Turquie et ses proxys barbus.
Les USA ne perdront jamais la Turquie pour les kurdes. Ceux-ci n'ont plus aucun moyen de lever de la richesse car couper des réserves de pétrole.
Le choix des kurdes est le plus inexplicable pour moi car de leur histoire ils savent qu'à la fin à miser sur le mauvais cheval, on se fait hara kiri. Les USA leur ont donné des garanties fantastiques pour les utiliser afin de réaliser leurs objectifs. In fine, ils les lâcheront.

Yom 21/06/2017 11:18

Depuis des mois nous savons qu’à la fin de cette farce il y aura forcément (au moins) un dindon.

Les turcs et les kurdes font la course largement en tête pour prétendre à ce titre, d’où des décisions parfois difficilement lisibles et, peut être, prises sous l’emprise d’une certaine panique.

Observatus geopoliticus 21/06/2017 10:29

@ Chris
De toute façon, tous les Etats de la région étant contre, je ne vois pas les Kurdes syriens obtenir l'indépendance. Reste une forte autonomie qu'ils ont déjà de facto.
Pourquoi alors se jeter servilement aux pieds saoudiens et américains ?

Observatus geopoliticus 21/06/2017 10:24

@ Pendule
Cher Newton, quelques menues remarques pour aller plus loin :
1) Oui mais leur lenteur sur d'autres fronts est tout aussi étonnante.
2) A voir si l'empire ne double pas la mise dans l'escalade
3) Deraa est un maelstrom insondable avec Al Qaeda, l'ASL, Daech...
4) Idlib est gelé pour l'instant et ça semble tenir. Si l'info selon laquelle Ahrar al-Cham est en train de négocier avec le gouvernement est vraie, on va vers une guerre civile générale entre ce groupe et Al Qaeda.
Bien à vous, comme toujours

Chris 20/06/2017 21:46

Kurdes : dès le départ lorsque les US ont soutenu l'indépendance des Kurdes irakiens, j'ai pensé qu'au bout du compte, les Kurdes seraient les cocus. Les YPG... tout pareil. On appelle ça, idiots utiles.
Quant à la Turquie dans l'OTAN, cela dépend de la résilience de l'UE et surtout de l'Allemagne face aux USA.
Le grand jeu poursuit son cours.

JANUSSTARK 20/06/2017 18:17

Possibles raisons de l'attaque US :https://strategika51.wordpress.com/2017/06/19/syrie-laviation-us-est-intervenue-pour-proteger-un-convoi-tres-special-de-daech/

La récupération vivant du pilote abattu était réputé quasi impossible. Les forces spéciales syriennes y sont pourtant parvenues : https://fr.sputniknews.com/international/201706191031907717-avion-syrie-abattu-pilote/

Par ailleurs, la réponse (que l'on disait également difficilement réalisable) ne devrait pas tarder : https://fr.sputniknews.com/international/201706201031919132-avion-abattu-represailles-syrie/

À suivre…

Observatus geopoliticus 21/06/2017 10:17

@ Janus
Attention à ne pas reprendre toutes les infos qui circulent. Par exemple, le pilote n'a pas encore été récupéré. L'info avait d'abord été diffusée par Al Mayadeen puis reprise un peu facilement par Spoutnik. Quelques heures plus tard, Al Mayadeen a démenti : https://southfront.org/new-data-about-fate-of-pilot-of-syrian-su-22-downed-by-us-warplane/

serge 20/06/2017 16:28

Bien que ce ne soit pas super important, il m'a semblé lire que le F18 qui a shooté le SU22 syrien était parti de la base US du Qatar et pas de l'USS George HW Bush.
Et il se dit que le F18 serait intervenu car le convoi de Daesh visé par le SU22 comportait des barbus en voie de recyclage vers une de ces milices à changement de nom cyclique (elles changent de nom et pendant quelques temps elles ne sont plus "terroristes"), encadrés par des conseillers de la CIA. Si c'est vrai, c'est sûr que les US n'allaient pas laisser de gentils organisateurs finir à Arlington...

la grive 21/06/2017 20:18

>OG :"Quant à la cible du Su-22, les témoignages sont contradictoires et il convient de les prendre avec précaution."

C'est certain qu'aucune source d'info n'est neutre dans ce conflit. Quelques observations personnelles sur le sujet :
- On peut se demander pourquoi aujourd’hui la SAA attaquerait les SDF en opération contre l'état islamique. Par-contre, une tentative kurde de bloquer l'avancée syrienne pourrait motiver une frappe aérienne.
- Un différent important qui opposerait kurdes et gouvernement syrien avantagerait la position occidentale.
- Les occidentaux et leurs pions kurdes souhaitent prendre le contrôle de Raqah. La tâche sera grandement facilitée si les forces de l'état islamique trouvent l'opportunité de fuir la ville.
- Les occidentaux ne souhaitent pas que le gouvernement syrien reprenne le contrôle de Deir ez-Zor. Un obstacle efficace à la libération de la ville est l'arrivée en renfort des forces de l'état islamique actuellement piégées à Raqah.
- Les occidentaux ont dans le passé mené des attaques sur la SAA avec comme bénéficiaire directe les forces de l'état islamique à DEZ.

Observatus geopoliticus 21/06/2017 10:14

@ Serge
Toutes les sources indiquent que c'est un F18 de la Navy ayant décollé du HW Bush en Méditerranée.
Quant à la cible du Su-22, les témoignages sont contradictoires et il convient de les prendre avec précaution. La rumeur du recyclage des petits hommes en noir est peut-être vraie, peut-être pas.
Bien à vous

Eric83 20/06/2017 14:19

Je me permets un HS par rapport à ce billet mais l'article c--dessous a un rapport direct avec la situation en Syrie.
L'article de ZeroHedge reprend les infos du WSJ - journal de la MSM bien entendu totalement fiable ET dénué de toutes velléités conspirationnistes - qui nous apprend que Israël aurait financé - dixit des sources non anonymes - depuis des années des groupes de "rebelles" syriens anti-Assad et pro-EI dans le Golan.
Cette information qui devrait faire l'objet d'une déflagration médiatique - comme pour les infos sur le Qatar et sa mise au ban par le CCG - n'a pas fait l'ombre d'un article dans nos médias. Silence également assourdissant de nos politiciens et de ceux de l'UE.

De son côté, le CCG - théoriquement pas pro-Israël - s'est-il ému de ces révélations au point de décréter un embargo comme pour le Qatar ? Quelles sanctions ?

En essayant de positiver cette information du WSJ et de ZH, l'omerta qui régnait au Proche-Orient semble bel et bien rompue. D'ici quelques jours, nous aurons peut-être droit à quelques révélations sur l'Arabie Saoudite.

http://www.zerohedge.com/news/2017-06-19/israel-has-been-secretly-funding-syrian-rebels-years

Observatus geopoliticus 21/06/2017 09:57

@ Eric
Il y a bien longtemps, cher Eric, que l'activité première du système impérial et de sa presstituée est de cacher les cadavres dans le placard. Pendant ce temps, les autres puissances mondiales avancent, posent leurs pions, font des plans à long terme...

sapeur 20/06/2017 13:20

Je viens de lire que les Australiens cessaient leurs bombardements en Syrie. Serait-ce une conséquence de cette décision des Russes?

Observatus geopoliticus 21/06/2017 10:08

@ Sapeur
Tout à fait et les Australiens ne s'en cachent d'ailleurs pas : https://southfront.org/australia-suspended-airstrikes-syria-refers-us-downing-syrian-warplane-russian-response/

Euclide 20/06/2017 12:44

Totalement hors sujet par rapport à ce blog mais correspond bien à l'accroche de ce billet.
La signora Grassi euh Goulard , une femme ministre des Armées qui c'est jamais senti française est victime du "dégagisme". J'espère que nous aurons un ministre H qui possède des hormones viriles ou une F possedant un" anima fort .L'anima est la part masculine dans la psycholgie chez la femme ex M Tatcher . L'animus est l'inverse , c'est à dire la part de psychologie féminine chez l'homme selon le psychiatre suisse C Jung.
C'était ma minute de psychanalyse mais j'ai pas pu m'empêcher d'exprimer ma joie dans le contexte actuelle.
Fermez le ban.

Observatus geopoliticus 21/06/2017 21:33

@ Madudu & Chris
Pour aller dans votre sens, voir le radical changement de position de Paris sur la Syrie : http://www.haaretz.com/world-news/europe/1.797152
Dans la bouche même de Macron : "Personne ne m'a montré un successeur possible à Assad. Assad est l'ennemi du peuple syrien (élément de langage subsistant) mais pas de la France (!)"

la grive 21/06/2017 09:37

Euclide, vous parlez sérieusement ? En tout cas, Goulard pourrait bien se féliciter de sa démission si la France décide de faire monter les enchères aux cotés des américains. Si il devait y avoir de la casse, ce sera à son successeur de présenter la chose aux français.

Madudu 20/06/2017 20:47

Et bien j'ai fait proprement tout-pareil que vous !

Wait and see, comme dirait l'autre ^^

Chris 20/06/2017 19:48

A Madualu
Votre appréciation de Macron m'a également traversé l'esprit.
Je n'ai pas voté pour lui, mais Asselineau; au second tour j'ai voté Le Pen contre Macron, c'est dire. Cependant, je reste en expectative, un je ne sais quoi qui me dit qu'un Macron ne peut pas être assez stupide au point de sacrifier son pays sur l'autel d'une idéologie devenue obsolète.
J'attends et j'observe...

Madudu 20/06/2017 14:06

Ce n'est pas une mauvaise nouvelle en effet, son successeur pourra difficilement avoir pire posture ^^

Je me demande s'il ne trotte pas derrière la tête de Macron de transformer son nouveau parti unique en équivalent français de "Russie Unie", et de trahir le programme qu'il a proposé, celui que la presse a soutenu.

Ce programme faisant environ 10% d'adeptes dans la population française il n'a à y perdre que l'homogène et total soutien de la presse, contre laquelle il a déjà pris des mesures -pour le moment de précaution.

Après Poutine et Orban, le pion Macron sera-t-il le traître français au mondialisme états-unien ? Notez que je n'affirme rien du tout, c'est surtout le seul espoir qu'il reste à la France pour les 5 années à venir ^^

Bertrand 20/06/2017 09:07

les nord-américains pratiquent la théorie du fou face à la Russie, en Syrie et ailleurs..

la Corée du Nord également, à la différence qu'elle n'est pas la puissance globale et dominante que sont les nord-américains.

Grognard 20/06/2017 02:48

@ Madudu
19/06/2017 21:35
Bonjour,

« En même temps soyons réalistes, »

C'est bien le hic
Ce qui paraît réaliste à vos yeux comme aux miens ne l'est manifestement pas du côté de Washington.
Le barreur de la politique US ne cesse de tirer des bords.
Il est plus souvent vent debout que vent arrière.
En fait de réalisme cette régate s'apparente à un voyage au bout de l'absurde.

Ce comportement a des effets collatéraux non négligeables.
La diplomatie russe marque incontestablement des points au-delà du Moyen Orient.
La cécité semble assez répandue chez les dirigeants.
Symptôme d'une incommensurable arrogance ?

L'état profond se comporte comme ces escrocs qui ne savent pas ne pas aller trop loin.
Sans doute parce qu'ils ne sont en fait rien d'autre.
L'inaptitude à passer de l' extorsion à la collaboration équivaut à un faire part de décès.

Madudu 19/06/2017 22:55

(il reste des références aux MiGs ;)

Observatus geopoliticus 19/06/2017 23:03

Merci, Madudu, c'était une coquille répétée... Comme dit le Canard : "Pan sur le bec".
Si le sieur qui m'en a fait la remarque avait été normalement courtois, j'aurais évidemment laissé son message.

Madudu 19/06/2017 21:35

En même temps soyons réalistes, les russes ont l'avantage sur le terrain, alors à quoi bon aller vers l'escalade ?

Une partie des intestins convulsant états-uniens pourrait y trouver motif à faire une grosse bêtise, non ?

la grive 21/06/2017 00:34

> Ramos :"Je ne pense pas à une volonté d'escalade du moins dans l'immédiat, mais une manoeuvre pour voir qu'elle sera la réaction du camp adverse.

Oui, mais la réaction du camp adverse ne sera-t-elle pas aussi fonction de sa volonté d'escalade ? Cette motivation va dépendre des enjeux, des moyens mais aussi de la tolérance aux pertes.

L'allié embarqué par déférence diplomatique ne sera jamais prêt à aller aussi loin que l'état qui défend son existence même. Là, je pense aux australiens qui viennent d'annoncer une petite pause.

Quant à la tolérance aux pertes, on peut comparer le Yemen au Qatar face à une hypothétique offensive militaire saoudienne. D'un côté on a un pays qui résiste toujours malgré des années de famine et d'épidémie, et de l'autre on aurait une capitulation probable après dix jours d'embargo sur les recharges de clim mercedes.

Madudu 20/06/2017 22:46

Sur le terrain médiatique les US sont effectivement encore largement devant les russes, et leur position est encore solide.

Mais sur le terrain je vois un grand nombre de pertes plus ou moins récupérables pour les états-unis.

Au Moyen-Orient ils ont perdu la Turquie, ils sont en train de perdre la Syrie (leur dernière position tenable c'est le kurdistan de l'Est) et ils ne tiennent pas l'Irak très fermement.

En Asie ils ont fragilisé grandement leur position aux Philippines (aux profits de l'Eurasie multipolaire), ils perdent en Afghanistan (et la diplomatie russe est déjà en train de s'approcher des futurs vainqueurs), le Pakistan est désormais officiellement dans l'OCS, etc.

D'une manière générale dans la grande Eurasie tout ce qui s'écarte de l'empire s'approche du contre-empire, et donc de la Russie. Or les US reculent partout en Eurasie, même au sein de l'UE, ce qui constitue autant d'opportunités pour la Russie.

En terme de moyens déployés les US sont très largement supérieurs aux russes, mais de fait là où les russes sont investis ils avancent aux dépends des états-uniens. D'ailleurs cette asymétrie entre moyens et résultats ne plaide pas en faveur des US ^^

la grive 20/06/2017 21:24

Sur quel terrain voyez-vous l'avantage russe Madudu ? Si on compte les effectifs en place et la puissance de feu disponible, les bases dans la région, les portes avions, les chaînes logistiques, les réserves de moyens, je me dis que l'avantage n'est pas du côté russe.

Sur le terrain médiatique et diplomatique, l'avantage est toujours du côté US. Par-contre, cet avantage est fragile et peut être renversé en s'attaquant au mensonge inhérent de la raison d'être de l'engagement occidental. Tout l'édifice est bâti sur du flan et vacille dangereusement à chaque nouvel étage construit.

RAMOS 19/06/2017 22:53

"En même temps soyons réalistes, les russes ont l'avantage sur le terrain, alors à quoi bon aller vers l'escalade ?"

Je ne pense pas à une volonté d'escalade du moins dans l'immédiat, mais une manoeuvre pour voir qu'elle sera la réaction du camp adverse.

Saurait pu être :
Tout avion repéré en train de survoler la zone sous contrôle russe à l'ouest de l'Euphrate sera immédiatement abattu.

Au lieu de quoi on a :
Tout avion repéré en train de survoler la zone sous contrôle russe à l'ouest de l'Euphrate peut constituer une cible potentielle.

Après réitérera ou ne réitérera pas ?

Pour l'escalade, il faut un prétexte, les Russes le savent et soignent les éléments de langage.