Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Dernières nouvelles syriennes

17 Avril 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient

Si la vraie-fausse frappe donaldienne avait pour but de galvaniser les djihadistes modérés, c'est pour le moins raté. Le momentum est du côté des loyalistes et l'on sent comme une froide détermination du côté de l'alliance russo-syro-iranienne.

Au nord de Hama, front le plus important actuellement, les barbus ont perdu tous les gains si chèrement engrangés durant leur offensive de mars et l'armée syrienne est en mode attaque.

Les qaédistes se font vaporiser (en musique)...

... et l'aviation russe s'en donne à coeur joie lors de passages répétés avec des bombes massives (apparemment jamais utilisées jusqu'ici sur l'Idlibistan) ou des bombinettes-parachute :

Ce déluge de feu affaiblit sérieusement les défenses djihadistes, déjà passablement mises à mal, ouvrant la voie à l'armée syrienne. Depuis 72 heures, les villes tombent les unes après les autres dans le saillant de Hama. Pour libérer la pression, les rebelles ont tenté d'ouvrir un second front au sud, dans une petite poche qu'ils contrôlent entre Hama et Homs, mais elle a tourné court.

De leur côté, les forces loyalistes sises à Alep rongent leur frein en attendant de passer à l'attaque, au moins sur certains points. En filigrane, la grande offensive sur l'Idlibistan qui commence à se faire attendre...

Certes, prendre la dernière province rebelle (hors EI) sera tout sauf une partie de plaisir car s'y sont réfugiés à peu près tout ce que la Syrie compte de djihadistes. Mais cela signifierait également la fin de la guerre - cas Daech mis à part. Les barbus de l'Idlibistan avaient raclé les fonts de tiroir pour présenter 10 000 combattants lors l'offensive de mars sur Hama et celle-ci s'est terminée en eau de boudin. Une conclusion s'impose : ils ne sont plus capables de lancer de grandes offensives comme en 2013 ou 2015.

Ailleurs, les poches insurgées se comptent sur les doigts de la main et seront réduites tôt ou tard. Ainsi celle de l'est damascène où les combats font rage. Là comme ailleurs, les loyalistes avancent lentement, durement mais sûrement.

Tout au sud du pays, le front de Deraa s'est réveillé avec une offensive surprise d'un mix d'Al Qaida et d'ASL. L'aviation russe est très vite intervenue (une cinquantaine de bombardements) tandis que l'armée syrienne vient de recevoir d'importants renforts.

Rappelons que Deraa (cercle rouge) est toute proche des frontières jordanienne et israélienne et que les Sukhois évitaient généralement de vraiment bombarder la zone afin de ne pas effrayer Amman et Tel Aviv. Ce n'est apparemment plus le cas... Message subliminal : nous n'hésiterons pas à bombarder chaque centimètre de sol syrien si des djihadistes s'y trouvent, y compris à votre frontière.

Notons que dans la même région, Daech - qui occupe une poche bordant le Golan occupé par Israël - a fait des misères à l'alliance Al Qaeda-ASL.

Chose intéressante, un raid aérien syrien aurait été effectué très à l'est, à la frontière irakienne (triangle rouge-noir sur la carte), sur des cibles de l'EI. Or nous sommes ici comme qui dirait en "zone américaine". Si l'info se confirme, de deux choses l'une :

  • ou les canaux de communication entre les QG russe et US ont été rétablis et l'on assiste à une nouvelle "tolérance" de Washington vis-à-vis d'Assad
  • ou les Syriens sont sûrs d'eux (réception des systèmes anti-aérien ?) et marquent leur territoire (cf. démonstration de force russe à Deraa)

Dans les deux cas, c'est plutôt une mauvaise nouvelle pour les barbus...

C'est dans ce contexte qu'un kamikaze "modéré" a tué 130 civils dont 68 enfants près d'Alep il y a deux jours, lors d'un échange d'évacués. S'en est suivi une insurmontable réticence de la clique politico-médiatique occidentale à s'indigner. Que n'avait-on entendu sur le "boucher de Damas" après le false flag chimique de Khan Cheikhoun...

Là, les faits sont rapportés mais sans passion, sans hauts cris. Les condamnations des chancelleries occidentales sont sobres (doux euphémisme !) et tardives. Bref, le minimum syndical. Mais d'autres ne s'embarrassent même pas de ces scrupules, la palme de l'ignoble revenant sans doute à la BBC saoudisée qui a osé :

It happened when a vehicle loaded with food arrived and started distributing crisps, attracting many children, the BBC's Middle East correspondent Lina Sinjab said. Another vehicle then exploded.

She said it was not clear how the vehicle could have reached the area without government permission.

But there is also no evidence that rebels were involved in the attack, as the government claims.

Traduction : on ne peut savoir comment le véhicule est arrivé dans la zone sans permission du gouvernement (alors que c'était en plein territoire rebelle !) et il n'y a aucune preuve que les rebelles soient impliqués.

Quand on sait ce qu'était la vénérable BBC et quand on voit l'immondice qu'elle est devenue...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

germs 18/04/2017 17:54

Bonjour
Je viens de découvrir que notre gouvernement continue sa chimère sur la Syrie "Quelle place pour la France dans le conflit syrien au lendemain de la chute d'Alep" dans
http://www.afrique-asie.fr/menu/moyen-orient/10852-le-plan-francais-d-aide-aux-zones-liberees-dominees-par-les-islamistes.
voici le doc.
http://www.worldinwar.eu/wp-content/uploads/2017/03/Note-du-CAPS-Affaires-Etrangères-du-3-janvier-2017.pdf
je cite ...la reconnaissance politique de la défaite des occidentaux et des parrains de l'opposition.."
:.. Consacrer le retour de la Russie dans la région comporte le risque d’une contagion à l’Égypte et la Libye.... sceller le triomphe de l’Iran nous rendrait moins crédibles à nous poser en protecteurs des intérêts des Arabes vis-à-vis de Téhéran...
http://www.afrique-asie.fr/menu/moyen-orient/10852-le-plan-francais-d-aide-aux-zones-liberees-dominees-par-les-islamistes.
La note est du 3 janvier, et bien de l'eau à couler sous le ponts, mais on comprend mieux les cris de joies quand les US on envoyer les tomahawk. tant de haine et tant de mort.
Bien à vous

Respublica 18/04/2017 15:28

Selon RT, le sultan a relancé la possibilité d'une opération militaire en Syrie (sans toutefois en préciser les objectifs), un soutien du désespoir aux extrémistes de l'Idlibistan? ou une énième tentative de contrer les kurdes?
Ce conflit n'a pas encore livré toutes ses cartes visiblement!

Observatus geopoliticus 19/04/2017 13:44

@ Furax
Certes, mais le sultan passe son temps à aboyer (comme je le montre depuis bientôt deux ans sur ce blog) et il mord rarement en réalité. A suivre...

Furax 19/04/2017 10:38

@ OG, oui, mais Erdogan a (c'est le 3ème point que je mentionnais et qui me paraît boucler la boucle) appelé Assad à reconnaître sa responsabilité dans l'attaque chimique false flag.

Observatus geopoliticus 19/04/2017 02:31

@ Furax
Bof... Poutine aussi a "félicité" Erdogan.

Furax 18/04/2017 18:57

Il me paraît assez évident qu'Erdogollum s'est rabiboché avec l'empire du MordorUS.

Il vient d'appeler Assad à reconnaître ses responsabilités dans l'attaque false flag au gaz sarin ayant servi de prétexte au lancement des 59 Tomahawks.

Et le même Trump, qui a rallié les néocons, vient de féliciter Erdogollum pour avoir remporté son référendum par 51% des voix malgré un bourrage sans vergogne des urnes.

Kevin 18/04/2017 16:03

J'ai vu qu'il y avait de fréquentes escarmouches entre kurdes d'Afrin et Islamistes turquisés (ou turcs islamisés?). Je ne serais pas surpris qu'Erdogan, galvanisé par ses nouvelles fonctions de calife à la place du calife et le retournement de veste de Donald Duck ne fasse dégénérer la situation... Sauf si les russes installent une zone tampon comme ils l'ont fait à l'est...

Satanas 18/04/2017 13:45

Bonjour cher OG, toujours aussi instructifs vos billets. Surpris cependant que vous ne disiez mot sur le référendum turc. Peut-être (surement ?) un prochain billet. Etonnant la manière dont avait évolué le résultat en cours de journée, passant allègrement de 61% pour le oui à un tout juste 51% ric-rac. Bon évidemment connaissant le niveau de fiabilité de la démocratie turc, ces chiffres sont surement aussi bidon que ceux de propagande macroniste, d'ailleurs l'opposition ne s'y est pas trompé. Croyez-vous cependant que cela puisse dégénérer dans les semaines à venir ?

Rouget 17/04/2017 22:46

Merci encore pour ces fréquentes publications.

Sur la connivence entre l'ancien empire britannique et l'islamisme radical, c'est une vieille histoire : voir cette excellente émission du War Nerd https://www.patreon.com/posts/radio-war-nerd-8596717

C'est payant (il en vit) mais je recommande fortement !

Rouget 18/04/2017 10:31

Thomas Friedman se déclare pour aider l'EI !

https://www.nytimes.com/2017/04/12/opinion/why-is-trump-fighting-isis-in-syria.html

la grive 17/04/2017 22:25

Fermer la frontière turque serait vraiment un gros morceau. Est-ce que les syriens ont les ressources ? Si l'occident laisse faire, c'est que vraiment la motivation n'y est plus.

Je m'attends plutôt à une tentative SAA de reprendre la route de Damas à Palmyre. Ca enclaverait la poche verte au nord est de Dumayr et réduirait bien la ligne de front. Ca permettrait également de se rapprocher d'al Tanf.

la grive 18/04/2017 20:22

Oui, peut-être. Mais alors ce serait un choix délibéré des occidentaux de laisser ces rebelles livrés à eux-même. Objectivement, ils sont sur la frontière et peuvent donc : se réapprovisionner à loisir, se replier quand ça chauffe trop, et surtout, bénéficier du soutien des barbus blonds qui animent les centres de formation du coin. Si ils sont aussi nuls que ça, ils seront remplacés tout simplement. Ca s'est vu ailleurs.

Alarick 18/04/2017 19:54

Quand l'armée syrienne en aura fini avec Idlib ou Palmyre, les rebelles d'Al Tanf seront balayés ... ce ne sont même pas des djihadistes , ils se battront à peine . Pour l'instant leurs faits d'armes sont la prise de positions vides après la retraite de l'EI de la frontière jordanienne pour lutter contre l'armée syrienne à Palmyre, et une attaque ratée à Abu Kamal l'année dernière ... sans oublier que l'armée de l'air russe ne se prive pas de les canarder même quand ils combattent Daesh

la grive 17/04/2017 23:10

Oui absolument. D'où l'intérêt de réduire la ligne de front pour libérer des ressources. Apparemment c'est ce qui ce trame vu le petit crochet rouge qui s'amorce vers l'ouest sous Palmyre.

Pourquoi al Tanf serait secondaire ? A mes yeux, c'est un point de triple (potentiellement quadruple) frontière qui peut déterminer si la continuité sera chiite ou sunnite dans le découpage final.

Observatus geopoliticus 17/04/2017 22:37

@ la grive
Après "tous les chemins mènent à Rome", "tous les chemins partent de Damas".
Oui, mais lequel choisir ? Car l'armée syrienne n'a pas les moyens de tout faire et c'est ce qui la paralyse un peu. A chaque fois qu'elle porte tous ses efforts sur un point, le diable, quoique amoindri, ressort d'une autre boîte.
Peut-être pourra-t-on lancer un sondage sur la priorité des priorités : Idlib, Ghouta, Palmyre, Deraa, Raqqa, al Tanf (très loin et secondaire quand même) ?

RolandT 17/04/2017 21:35

"Bombes massives" : ils ont utilisé des KAB1500 (thermobariques) depuis le début...
https://www.youtube.com/watch?v=lolAMWfzqUI
(à 1'10").

Observatus geopoliticus 17/04/2017 22:27

@ Roland
Merci de ce message car vous me faites remarquer que j'avais oublié une partie de la phrase : sur l'Idlibistan. Je corrige de suite.
A ma connaissance (mais je peux me tromper), ces bombes n'ont été utilisées que contre Daech.

Enlil 17/04/2017 21:04

Qu'Arès et Eris épurent de leur ire toutes ces irréelles perfidies !

Par respect pour les consignes de ma mère, je vous épargnerai la boutade populaire chez les britanniques à propos de l'acronyme BBC, je suis sûr que vous en avez eu vent ou que les relents de la rumeur de la mer contre les dépotoirs s'y déversant vous le souffleront (c'est-à-dire l'internet).

Mais Sursum Corde, cher Scrutateur, Sursum Corde, cher OG ! Il me semble que la guerre se dirige vers sa phase finale, bien que "It ain't over till the fat lady sings", comme disent nos comparses d'outre-Manche.

Cette fois, Brunehilde semble avoir chanté pour de bon contre les modérément modérés.

Hamilcar Barca 18/04/2017 09:17

@Enlil

Bonjour Enlil
Je connais "British Boring Channel".
Pas gentil mais réaliste et poli :-)
Et puis il y en a effectivement une autre ...carré blanc, comme on disait dans le temps à l'ORTF

Bien cordialement

Observatus geopoliticus 17/04/2017 22:31

@ Enlil
Toujours un délice de vous lire, cher seigneur des vents.
Sursum corda, oui, mais les Dieux sont facétieux et le conflit syrien n'a pas manqué de rebondissements. Méfiance, tout de même...