Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Maestria dans le nord syrien

3 Mars 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Russie, #Etats-Unis

Si le conflit syrien n'est pas avare de surprises, les rebondissements de ces deux derniers jours laissent franchement rêveur...

Dans le nord, nous en étions restés aux prémices du conflit entre Kurdes et Turcs, ces derniers étant bloqués dans leur marche vers le sud par l'armée syrienne et les YPG kurdes de Manbij. Affronter ouvertement Damas (donc Moscou) n'étant pas du tout dans les plans du sultan, la solution Manbij s'imposait (flèche verte), faisant d'une pierre deux coups : expulser les Kurdes de l'ouest de l'Euphrate et s'ouvrir une porte vers Raqqa.

Sauf que... Les Kurdes ne l'entendent évidemment pas du tout de cette oreille et, nous avions commencé à en parler, les Américains non plus, qui avaient fait savoir qu'ils continueraient à soutenir le Conseil militaire de Manbij. Nous en étions là quand a débuté une cascade d'événements aux implications extrêmement importantes.

Hier, des vidéos ont commencé à circuler, montrant l'établissement d'une petite base des forces spéciales US à Manbij. Message subliminal : si vous attaquez les Kurdes, vous nous attaquez. Avouez que voir les Américains assaillis par leur allié de l'OTAN et les rebelles "modérés" de l'ASL, pourtant armés et financés par Washington pendant des années, ne manquerait pas de sel...

Quelques heures plus tard, une nouvelle encore plus incroyable tombait : via les bons offices de Moscou, les Kurdes de Manbij ont passé un accord avec Damas, rétrocédant à l'armée syrienne une partie de leur gains territoriaux à l'ouest de l'Euphrate afin de constituer une zone tampon les séparant des Turcs et de leurs proxies.

On le voit, la partie hachurée sur la carte mettrait définitivement les Kurdes à l'abri des menées turques. Erdogan a dû frôler l'attaque cardiaque quand il a appris la nouvelle... Car à moins d'attaquer l'armée syrienne, donc d'entrer ouvertement en guerre contre Damas (et, derrière, Moscou et Téhéran), l'aventure néo-ottomane du sultan est terminée.

Pour Assad, c'est le deal parfait : les loyalistes récupèrent gratuitement et sans combattre une zone sur laquelle il n'auraient pu mettre la main militairement, zone qui les amène haut dans le nord, vers la frontière turque et le Rojava desquels ils avaient été expulsés depuis des années. C'est aussi une reconnaissance tacite par les Kurdes qu'une fois les combats terminés, ils ne demanderont pas l'indépendance mais se contenteront d'une autonomie.

Quant aux Kurdes eux-mêmes, s'ils laissent quelques villages sans importance à l'armée syrienne, leur présence à Manbij est actée et sanctuarisée. Un accord gagnant-gagnant sur le dos d'Erdogan qui doit l'avoir très mauvaise.

L'épisode porte la marque Poutine et ce n'est peut-être pas un hasard si le communiqué du PYD kurde est le suivant : "Pour protéger Manbij, nous avons transféré, après avoir mis sur pied une nouvelle alliance avec la Russie, aux forces armées syriennes toute la zone entre nous et les gangs affiliés à la Turquie [les fameux modérés si chers au système impérial]".

Vlad le judoka a encore frappé. Nous expliquions il y a deux ans :

Plusieurs biographes de Poutine ont montré à quel point le judo est, pour lui, bien plus qu'un sport : une philosophie de vie, qu'il applique dans de nombreux domaines, particulièrement en géopolitique. Utiliser la force et la précipitation de l'adversaire pour mieux le retourner et le mettre à terre. Le maître du Kremlin n'est jamais aussi redoutable que lorsqu'il fait d'abord un pas en arrière ; attendez-vous à vous retrouver assez vite le nez sur le tatami. Ippon.

Le nord syrien est un cas d'école. Utiliser le sultan pour expulser Daech, puis utiliser à nouveau son inévitable agressivité envers les Kurdes pour apparaître comme le sauveur, faisant remettre d'un trait de plume à son protégé de Damas des zones qu'il ne pouvait même pas rêver de reprendre un jour... Comment dit-on maestria en russe ?

Cerise sur le gâteau, ce rebondissement est également le signe évident d'une entente américano-russe, au moins ponctuelle. Le jour où l'on apprend que des forces spéciales US s'établissent à Manbij (voir plus haut) pour soutenir les Kurdes, ceux-ci appellent l'armée syrienne à l'aide. Comme l'écrit le Figaro, seul journal de la MSN à avoir succinctement rapporté l'info :

Cette annonce est une surprise totale car ce serait la première fois que des combattants soutenus par Washington sont d'accord pour rétrocéder des territoires aux forces du président Bachar al-Assad.

Allons plus loin : les troupes syriennes protégeront maintenant de facto les troupes américaines ! Si l'on nous avait dit ça il y a six mois... Evidemment, rien de tout cela n'eut été possible sans le tremblement de terre provoqué par l'élection de Trump et la redirection de la politique extérieure états-unienne subséquente.

Ces incroyables développements nous feraient presque oublier que l'armée syrienne a repris Palmyre...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Eric83 05/03/2017 16:23

Quelqu'un pourrait-il dire à ce fou-furieux d'Erdogan que l'Allemagne - pas plus que les autres pays de l'UE - n'est une colonie turque ?
Quand est-ce que les ectoplasmes qui font office de chefs d'Etat des pays de l'UE vont-ils arrêter de ramper devant cet olibrius ?
http://www.romandie.com/news/Meetings-annules-en-Allemagne-Erdogan-evoque-des-pratiques-nazies/777966.rom

Observatus geopoliticus 06/03/2017 23:16

J'ai effectivement un peu de mal à appréhender son comportement. Toupie, retournements de veste, hypocrisie, d'accord, mais cette invraisemblable morgue...

jef 06/03/2017 02:35

Erdogan fou-furieux ou Turquie/État profond turc déchiré(s) par de mortelles contradictions?

L'explication psychologique/psychiatrique est d'autant plus tentante que le "client" en relever effectivement.

Comment ne pas mettre les zig-zag du Sultan en rapport avec les tentations de rester ou de quitter l'Otan?
La Turquie est en survie.

Pendule de Newton 05/03/2017 12:36

Cher OG et lecteurs, comme dhab je prend mon temps pour me délecter de vos billets et de toutes les infos annexes qui y sont intégrées. De plus les échanges en dessous sont un complément délectable.
Pour Poutine vous minimisez son talent car il faut remonter au moment où lasser par les enfantillages des kurdes, il a joué la carte kurde. Quel maestria!!! Les turcs tapent sur les kurdes (en échange pour entrer dans le jeu lache du lest côté Barbus), qui se retrouvent lacher par les US. Le coup à bandes est une spécialité dans la doctrine russe.
Assad gagne pour le moment sur tous les tableaux : kurdes ont un intérêt vital à rester entourer d'Assad contre les turcs.
Le sultan finira en super dindon de l'année (l'UE est hors catégorie donc à exclure)...
Bien à vous

Observatus geopoliticus 06/03/2017 23:12

@ Cher Pendule,
pour bien faire les choses, "dinde" se dit "turkey" en anglais. Avouez que c'était prédestiné...

jef 05/03/2017 13:54

Il est toujours tentant (et pratique) de donner un nom à une politique. Mais nous devons garder à l'esprit que Vladimir Vladimirovitch est à la tête d' un corps diplomatique de très haute volée, que la qualité de ses renseignements politiques et militaires est indéniable et que la clarté comme la solidité de ses principes font de la FDR le seul grand acteur fiable.
PS Pour apprécier les plus récentes gesticulations turques ( soldats syriens capturés par les proxy turcs comme mouvements vers Manjib, n'oublions pas que le Sultan doit mobiliser tous ses soutiens pour le vote d'avril.

Pendule de Newton 05/03/2017 12:43

Correctif il a joué la carte Turque. J'adore le moyen-orient c'est le paradis de la complexité, un soukh à ciel ouvert. Le niveau des russes se jauge à leur intelligence à agir dans ce panier à crabes(en plus d'être voisin de la diplomatie Chinoise). Quand les US et l'UE pensent qu'ils tournent le poignet de la Russie, ils ne comprennent jamais que c'est une invitation à un hippon en préparation. Même les quelques erreurs russes sont couverts par la bétise de la partie adverse (pas besoin des russes pour voir la déliquescence du savoir géopolitique et diplomatique de l'ouest).
Bien à vous

E. 04/03/2017 13:58

Cher OG: c'est pour ce genre de moments que je lis votre blog: fabuleux ! Vous imaginez si les kurdes et / ou les syriens referment la pince derrière Al-Bab ?

Observatus geopoliticus 04/03/2017 22:11

@ E
Oh oui, la journée a été assez fabuleuse.
Ne demandons pas trop : un mouvement en tenaille pour prendre les Turcs au piège serait très improbable.

Lecteur Assidu 04/03/2017 11:44

Cher OC, chers lecteurs,

Avez-vous vu cette vidéo montrant la visite de Kerry à Macron ?
https://www.youtube.com/watch?v=jsZ0QFZZduc

C'est risible. Les néocons voudraient indiquer quel est leur candidat et donner une consigne de vote aux Français qu'ils ne le feraient pas autrement. Et c'est aussi extrêmement inquiétant à mon avis, car si les néocons ne parviennent pas à faire plier le Donald devant leurs exigences, j'ai bien peur que la France se transforme (ou se confirme ?) comme le pays leader en terme de déstabilisation internationale et d'escalade des tensions avec la Russie. Qu'en pensez-vous ?

PS : bientôt Obama en personne viendra pour apporter son soutien à Macron ?

Observatus geopoliticus 06/03/2017 19:29

Kerry n'est effectivement pas néo-con, mais pas parce qu'il est Démocrate. N'oubliez pas que le néo-conservatisme est né dans la gauche américaine, pas du tout chez les Républicains.

Arnaud 05/03/2017 14:23

Kerry n'est pas néocon. Vu son engagement démocrate, et sa position sur l'Iran, je pense qu'il représente plutôt la "finance internationale".

Observatus geopoliticus 04/03/2017 22:12

Le système impérial adoube son pion passé par les Young Leaders, quoi de plus logique ?

Eric83 04/03/2017 09:17

Décidément une sale semaine pour Erdogan :
http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/03/03/les-tensions-entre-ankara-et-berlin-s-accentuent_5088640_3214.html
http://www.romandie.com/news/Erdogan-attaque-Berlin-et-accuse-un-journaliste-detenu-despionnage/777845.rom

Observatus geopoliticus 04/03/2017 22:13

Sale temps pour le sultan. Pas sûr que la semaine suivante soit meilleure...

Madudu 03/03/2017 21:49

Comme quoi la diplomatie constante, cohérente et respectueuse des russes inspire confiance "pour de vrai" jusque sur un théâtre de guerre aussi tendu que celui du Nord syrien.

Là où les US imposent leur présence par la force, dans la plus pure illégitimité, la Russie a imposé sa diplomatie et c'est elle maintenant l'autorité légitime. Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que le changement de paradigme est vraiment profond.

En tous cas, tout ça, c'est bien beau :)

Madudu 06/03/2017 18:56

N'est-ce pas plutôt mon message qui fait écho à votre article ? ^^

Quoi que je n'en avais pas conscience, l'ordre des choses voudrait quand même que l'écho succède à l'impulsion originelle, que le ricochet succède au jet habile, que le feu succède à l'étincelle, etc :)

Observatus geopoliticus 04/03/2017 22:14

@ Madudu
Ceci fera écho à ce que vous dites : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2015/11/moscou-ou-la-technique-du-rhinoceros.html

geronimo 03/03/2017 21:47

Bonjour,
J'ai lu un article aujourd'hui un article de moon of alabama qui va dans le même sens que vous, notamment en ce qui concerne les plans de l'armée US qui refuse un engagement plus important en Syrie. De plus, il parle d'une attaque de l'armée irakienne dans l'est syrien en coordination avec les renseignements syriens et visant des positions de l'EI, et pense que ces actions devraient se répéter. Tout cela pourrait sceller la fin des vélléités américaines sur la Syrie et conduire à l'éradication de l'EI.
Je vais sans doute dire une grosse bétise, mais pourrait on imaginer à plus ou moins long terme un retour à 2 états laïcs en Syrie et en Irak (je n'ai aucune idée de savoir s'il y a un embryon d'état irakien), et si oui on pourrait retrouver une situation d'avant 2003 et l'invasion de l'Irak avec un fort recul des islamistes (et le terrorisme qui va avec).

Observatus geopoliticus 04/03/2017 22:21

Pas vraiment d'accord avec vous, Alaric.
Certes, les chiites ont pris le pouvoir en Irak et ne le lâcheront plus. Imaginer le retour d'un régime type baathiste laïc serait illusoire. Mais...
- ce n'est tout de même pas un pouvoir religieux. Et la récente évolution de Moqtada Sadr est très intéressante : ce "firebrand cleric" comme on l'appelait est devenu limite technocrate, souhaitant un gouvernement de spécialistes sans affiliation religieuse.
- l'Iran lui-même est bien plus "laïc" qu'on ne le croit, surtout en politique étrangère. Rappelons que dans les années 90 et 2000, Téhéran a soutenu l'Arménie chrétienne contre l'Azerbaïdjan... chiite !

bozi lamouche 04/03/2017 14:59

bonjour alaric
"... l’Iran qui est l'état le moins laïc du monde ."
avant erdogan on disait que la turquie était un modele de laicité...les iraniens sont bien différents de ce que l'on veut nous croire...

Alaric 03/03/2017 23:57

Pour l’Irak c'est mal barré, ils sont chapeautés par l’Iran qui est l'état le moins laïc du monde .
Par ex Le parlement irakien a interdit la vente d'alcool il y quelques mois :

https://www.theguardian.com/world/2016/oct/23/iraqs-parliament-passes-law-banning-alcohol

daniel 03/03/2017 19:26

Je suis votre blog depuis 6 mois environ. Il est, vous êtes, de loin le plus informé et le plus équilibré. Merci, donc.
J’ajoute que je suis avec passion la Révolution (tranquille) en cours au Nord de la Syrie. Pour la région, la Liberté et l’Egalité de la Femme est vraiment révolutionnaire et mérite notre appui. Pour ne rien gâcher, les combattants Kurdes des YPJ/YPG (femmes et hommes) sont efficaces et disciplinés. Le niveau politiques (PYD) est de la même eau.
L’unité de doctrine est une garantie d’efficacité, comme toujours.

Ces 2 derniers jours ont vu un chamboulement inespéré, mais le caudillo a encore fait des siennes de l’autre côté de la Syrie, tout à l’Est et à la frontière avec l’Irak.
Les Peshmergas syriens (syriens entrainés par les kurdes d’Irak, sous l’autorité de Barzani) ont essayés d’infiltrer la région de Shinjar/shingal composés de Yézidis. Combats, morts et blessés des 2 côtés. Déluges de désinformation de la part des KRG ( Gouvernement Régional Kurde, Barzani). Guerre fratricide inexcusable.
Mais le plus fort est que les PMU (mobilisation populaire à dominante chiite, sous l’autorité du premier ministre irakien et rattachée à l’armée irakienne) menacent de prendre à revers les peshmergas s’attaquant aux Yézidis… Ils ont des unités tout à côté. Sac de nœuds incroyable mais au fond simple. L’attaque contre les yézidis a commencé quand Barzani est revenu d’une conférence avec notre caudillo d’Ankara consacrée entr’autre à la sécurisation de la frontière entre Irak (partie Kurde) et la Turquie. Et par-dessus tout le PKK est présent sur le territoire Yézidi depuis le début marqué par le génocide des Yézidis par Daesh. Un détail : les hommes du PKK de la région sont soldés par le gouvernement irakien. Ils ont organisé des milices de défense Yézidi en insistant sur les femmes de toute âge, au nom de « plus jamais ça ». Dans les vidéos disponibles, on voit des mères de famille se mobilisant, l’AK74 en bandoulières… Ambiance.
J’espère que vous nous donnerez un texte récapitulant ces péripéties. Mais là, votre clairvoyance risque d’être mise à rude épreuve. Ce n’est pas simple et la désinformation abonde… Un défi.

Observatus geopoliticus 03/03/2017 19:56

@ Daniel
Cher Daniel, oui je sais. Je voulais même inclure la chose dans ce billet, mais cela l'aurait considérablement rallongé et dilué l'aspect tout à fait extraordinaire de ce qui est en train de se passer dans le nord syrien, aussi ai-je renoncé.
Aucune surprise : le Kurdistan irakien est fortement divisé et il n'est pas impossible que la guerre civile reprenne, même si cela reste pour l'instant improbable. J'ai déjà écrit plusieurs billets sur la question.
Pour schématiser les divisions kurdes, on a d'un côté PKK (Turquie) + PYD/YPG (Syrie) + PUK (Talabani, Irak) versus PDK (Barzani, Irak). Les Yézidis de Sinjar ont été principalement libérés par le PKK, les "Peshmergas" de Barzani se raccrochant lamentablement à l'opération pour être sur la photo. Aussi n'est-il pas étonnant que des tensions et frictions existent entre ces Yézidis et le clan Barzani, comme on l'a vu aujourd'hui. A voir si ça se poursuit...
Je mentionnerai de toute façon le fait dans mon prochain billet sur le Syrak.
Bien à vous

Hamilcar Barca 03/03/2017 17:08

@Observatus Geopoliticus

Mon cher OG, les bras m'en tombent!
Merci de ces surprenantes et excellentes nouvelles.
J'espère que Syriens, Kurdes, Russes et maintenant un peu les US vont continuer à casser du djihâdiste "à la chaîne".
Ca nous évitera de récupérer les nôtres, que les neuneus libtars qui nous gouvernent chouchoutent en pensant les "déradicaliser".
Au fait, la petite reporter de RT à Palmyre et son speech sous-titré me font exprimer publiquement un regret. Que RT qui est accessible en anglais via le câble ou le satellite ne sous-titre pas ses émissions, au moins les journaux les + importants.
Essayer de comprendre en fin de journée ce que débitent leurs journaleux à une cadence de mitrailleuse est parfois impossible, et toujours fatigant.

Bien cordialement

Gallier 08/03/2017 12:13

Pour rester dans le monde des poissons.
Ces journalistes des merdias de masse me font plutôt penser au fugu, un poisson qui se gonfle d'eau lorsqu'il se sent menacé, ce qui explique son surnom de poisson-globe, et dont le foie, les ovaires, les intestins et la peau2 des fugus contiennent un poison très toxique. Donc, il faut bien faire Attention lorsque vous consommez du journaliste-standard, ils vous empoisonne peu à peu.

Observatus geopoliticus 06/03/2017 23:19

Ha ha ha, mon cher suffète, j'aurais également pu pêcher des morues mais le sens en eut été différent. Quoique à vrai dire, les représentantes de la MSN relèvent des deux genres...

Hamilcar Barca 05/03/2017 11:49

@Observatus Geopoliticus

Mon cher OG
Merci pour votre réponse qui m'a permis de découvrir sur le Net le profil de Mrs Lizzie Phelan, que je ne connaissais pas.
Il en ressort que, à part des incertitudes capillaires, cette personne a surtout des c....es, si vous me permettez cette expression ô combien machiste mais parfaitement descriptive. Elle est dans la lignée de ces reporters qui ont couvert les convulsions de notre époque, de la guerre d'Espagne au Vietnam, en passant par la WWII et la Corée.

Chapeau bas devant cette dame!

Quant à votre référence au genre Thunnus pour qualifier les créatures qui hantent nos chaînes TV d'information (je pense particulièrement à BFMTV, iTélé et France 24), je suis d'une autre époque. A laquelle on restait dans les poissons pélagiques, mais on utilisait surtout l'équivalent français de Gadus morhua.
L'argot change, mais les références zoologiques demeurent.
:-D

Bien cordialement

Observatus geopoliticus 03/03/2017 20:01

@ Hamilcar
Mon cher suffète,
comme pour Tulsi, je pensais que vous alliez évoquer l'aspect charmant de la journaliste en question hahaha. Lizzie Phelan : vraie reporter de guerre (elle n'a pas froid aux yeux et a plusieurs fois entendu les balles siffler au-dessus de sa tête ces dernières années), intelligente, mignonne. Ca nous change des thons propagandistes de l'imMonde, France 2 et autres... ^^

Kevin 03/03/2017 16:57

Bonjour,

A propos de Palmyre: ca ferait 1 mois que l'US air force supporterait les troupes de Bachar en bombardant Daesh à Palmyre. Ca veut dire que dès que Trump a pris les rênes, l'US s'est immédiatement rangé du coté du futur vainqueur? Ou alors c'est du pipeau?
http://isis.liveuamap.com/en/2017/2-march-to-illustrate-how-much-us-air-power-was-deployed

Et j'ai ouï dire il y a quelques semaines déjà qu’Israël avait bombardé les troupes de Bachar près de Damas. Israël ne devrait pas plutôt s'inquiéter des rebelles islamistes qui ont juré de détruire Israël?

Observatus geopoliticus 03/03/2017 20:31

@ Kevin
Aucun pipeau, cher Kevin, les compte-rendus des opérations US en Syrak sont ici : http://www.inherentresolve.mil/News/Strike-Releases/
Depuis que Trump a pris les commandes, le nom de Palmyre apparaît presque chaque jour, ce qui n'était quasiment jamais le cas sous l'ISIS-lover Barack à frites. Si le gros des opérations aériennes dans la zone reste le fait des Russes, la nouvelle bonne volonté américaine est évidente.
Par contre, vous me mettez dans un sacré embarras : j'étais persuadé d'en avoir parlé courant février mais, après avoir relu la totalité des billets de ce mois-ci, je me rends compte qu'il n'y est fait mention nulle part. Pan sur le bec, comme dirait le Canard...
Concernant Israël, oui, j'en ai déjà parlé plusieurs fois. Quoique léger, ce flirt infantile avec les djihadistes du sud pour embêter Assad est assez pathétique, ce dont la presse israélienne se fait régulièrement l'écho d'ailleurs.
Bien à vous

danyavance 03/03/2017 16:42

Bon boulot !

fb67 03/03/2017 14:54

Chapeau l'artiste! maitre de judo, il doit aussi pratiquer le jeu de Go

Cela sent la fin de partie, non? Les kurdes à Genève, possible?
En tout cas merci de ces bonnes nouvelles

Observatus geopoliticus 03/03/2017 20:32

@ fb
Le Moyen-Orient étant ce qu'il est, la partie n'est jamais totalement finie...