Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Barack à frites s'en va...

19 Janvier 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus

Après huit ans de guerres et de putschs, le prix Nobel de la Paix tire sa révérence. Saluons-le à notre manière, avec ce petit florilège de caricatures et photo-montages glanés au fil des ans sur le net. A consommer sans modération...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Euclide 21/01/2017 16:20

Pour rebondir sur ce que vous avez posté Pendule de Newton est que si :
la Russie, la Chine, l'Inde et l'Iran ( une puissance qui monte ) refuse le système $ , alors le Monde tremblera. J 'ai cru comprendre que c'est, aussi, la pensée du créateur de ce blog.

jef 23/01/2017 04:18

Il y a les faits...et leur perception. Nous le savons tous car cela fait partie de notre vie ordinaire: à la mort (fait) suit , c'est un exemple, une période de deuil (se rendre compte/accepter son impuissance,). Dans la vie politique, c'est plus compliqué. Pourquoi? Parce que c'est un domaine où directement ou indirectement beaucoup de gens agissent (croient en leur puissance). Par conséquent, il est difficile de penser dans ce domaine son déclin, son ses limites ou sa condamnation. Je prends un exemple extrême: en une page, Aristote a démonté l'idée même du communisme (il visait le livre 5 de La République de Platon et le projet (plus socratique que platonicien) de la communauté- idéale- des femmes et des enfants): le communisme repose sur une confusion entre, au fond, deux quantificateurs (distributif:chaque, et totalisateur:tous). Plus de vingt siècles après, Marx crut à la modernité de cette idée absurde. Mais quelques décennies furent nécessaires pour s'en rendre compte en Russie.

Pendule de Newton 21/01/2017 17:39

Tout à fait cher Euclide, seulement si le système alternatif est fonctionnel car les institutions solides sont indispensables.Même si l'envie d'un équilibre des relations géopolitiques est souhaité, il faut du temps au camp eurasiatique pour faire ce qu'il faut.
Les Connaissant, ils iront un peu plus vite dans l'interconnexion tout en profitant de la moindre ouverture de l'administration Trump.
Dans une atmosphère hystérique des mainstream, haaaaaaaaa quelle époque un pur plaisir......
Bien à vous

Pendule de Newton 21/01/2017 14:27

La période d'investiture de Trump est une leçon de ce qu'il est, de la déliquescence du système médiatique ( j'ai suivie en direct le reportage KILL TRUMP ET PENCE de CNN et ensuite les courbettes qu'ils ont fait devant les dirigeants lors de l'investiture). Le début du discours de Trump prenait tout son sens et montrait ce que le peuple américain qui l'a voté répugne de plus en plus.
Son mandat sera une des dernières tentatives pour réorienter les Etats-Unis vers un déclin moins sinistre.
Les Pauvres Europloocs seront toujours les dindons de toutes les farces ( de la Turque à la Russe, Chinoise ou Américaine).
Le Grand jeu deviendra un grand 8 en 2017.

Charles Michael 21/01/2017 10:23

Chine:
Les chiffres please: subito >sources global economy.com ------ statstica-----

évolution des exportations en part du GDP (Gross Domestic Product):

ça passe de 2.52 en 1970 à un max de 35.65 en 2006
avant la crise donc mais aussi avant que la Chine ne se tourne vers son marché intérieur (belle anticipation)
environ 20,5 en 215 et remonte à 26.2 en 2016.

et comme le GDP a continué à croitre, ben c'est bien un réquilibrage, recentrage

Bon, j'avais en mémoire (25 %) ce chiffre de 26 % est la dernière stat.

jef 21/01/2017 00:59

Je viens de suivre l'investiture du Donald comme quarante-cinquième. Sans être du FSB (ou pas encore! ), je crois évident que Poutine, simplement en faisant appel aux de bons lecteurs de gestes et des lèvres de celui-ci et à des psychologues d'armée, devrait recevoir un rapport intéressant sur Trump, sa famille et ses rencontres (nominations?).

jef 21/01/2017 01:06

Par opposition, Poutine est plutôt marmoréen... C'est sans doute son sourire et son humour qui le trahissent le plus. Mercouris y voit un travestissement de ses colères. Qu'en pensez-vous?

Eric83 20/01/2017 12:40

Merci OG pour ce florilège de caricatures bonnes pour nos zygomatiques.

Dans les petits cadeaux empoisonnés laissés par Obama à Trump et sa nouvelle administration... une semaine avant l'investiture :
une ardoise beaucoup plus salée à venir suite à la "découverte" de nombreux défauts de paiement sur prêts étudiants non comptabilisés jusqu'ici.
Pour mémoire, la dette totale aux US des prêts étudiants s'élève à la bagatelle de 1 400 milliards de dollars.
http://www.zerohedge.com/news/2017-01-19/us-government-caught-massively-fabricating-student-loan-default-data

simplet 20/01/2017 11:18

En marge de notre débat cher O.G.
http://www.insolentiae.com/la-chine-tremble/

Depuis que je commerce avec la Chine ( 1992), je n'ai jamais vu une telle situation. confirmée par le BDI. Mes ex collègues et anciens concurrents s'en ramassent à tours de bras. ( des impayés, réclamations, conteneurs bloqués, etc...)
L'avenir sera difficile, très difficile. Trump ou pas Trump.

Hamilcar Barca 21/01/2017 09:50

A propos de l'or et de la Chine. Intrigué, mais ne connaissant absolument rien dans ce domaine, je suis allé à la pêche aux infos et j'ai trouvé ça:
http://www.usagold.com/reference/globalgoldproduction.html

Si ces chiffres sont exacts, et notamment la montée en puissance de la production chinoise, cela ouvre effectivement des perspectives.

Madudu 20/01/2017 17:28

Je ne peux pour ma part pas me vanter de sources aussi fiables que le sont celles de Simplet, à défaut je me contente de raisonner à partir des choses les plus simples.

On observe que le commerce international est le premier impacté par le tassement de la croissance mondiale, et que les estimations qui sont faites de cette dernière sont systématiquement sur-estimées (pas seulement en Chine, mais partout).

La Chine s'est développée sur l'exportation et en dépend encore énormément, inévitablement elle est impactée par la moindre croissance de la consommation mondiale. Les estimations de croissance de son PIB ne sont pas cohérentes avec ce qui se passe dans le reste du monde, exactement comme celles du PIB US, ou d'autres.

De notre coté nous faisons tenir le système financier en lévitation par impression massive de fausse monnaie, qui ne sort pas du circuit financier et qui donc n'a que peu d'impact sur l'économie "réelle" (pas d'inflation, pas de relance de la consommation, et pas de sur-production de biens de consommation non plus).

En Chine, si j'ai bien compris, une politique monétaire "accommodante" (planche à billet) a également été mis en place, mais contrairement à chez nous cette monnaie à terminé en investissements divers dans l'économie "réelle" sous forme de prêts. Or ces prêts ont besoin d'être remboursés, ce qui implique une augmentation de la demande qui ne vient désespérément pas. Après, je ne sais pas à quel point cela menace leur système financier, mais c'est une source de fragilité.

Ce qui est clair également, c'est que la Chine a été capable de mener des politiques de très long terme (pensons à l'enfant unique !) à bon escient et avec succès. Ce n'est donc pas la moindre difficulté sur le chemin qui lui fera quitter son cours, ce qui n'est pas du tout vrai chez nous qui accumulons les erreurs les plus grossières dans tous les domaines.

Je ne doute pas non plus de la pertinence des plans à plus long terme que la Chine et la Russie fomentent dans le dos du $, mais je crois aussi qu'il ne faut pas sous-estimer l'impact qu'une faillite chez nous aura sur le reste du monde.

Pour finir, si je devais prendre comme exemple un état qui se distingue par la solidité de son système financier et par sa résistance à de possibles chocs violents venants de nos économies, je prendrais la Russie en raison de l'unité de son peuple et du faible endettement de son économie.

Observatus geopoliticus 20/01/2017 17:28

@ Simplet
"Ce n'est pas avec deux cent millions de chinois riches et nantis qu'elle relancera son économie. Il y a derrière plus d'un milliard de personne éloignées qui n'ont pas grand chose."
Typique de votre méconnaissance de la Chine. La classe moyenne représente grosso modo 400 millions de personnes et elle atteindra 500 à 600 millions de Chinois au début de la prochaine décennie.
http://www.businessinsider.com/chinas-middle-class-is-exploding-2016-8
C'est également ce que j'ai ressenti durant mes années là-bas. Un dixième de riches, un gros tiers de classe moyenne et une grosse moitié d'encore pauvres mais qui sont en train d'en sortir (pas tous !).
Bon, ça commence à me gonfler de faire un ping pong contre un mur qui se permet en plus de caricaturer mes propos ("tout va pour le mieux"). C'est mon dernier message ici. Si j'ai un conseil à vous donner, c'est de ne pas pousser à bout les rares gens qui font de la réinformation sur le net francophone, car vous pourriez finir par leur faire perdre leur motivation...

theuric 20/01/2017 17:18

Si je puis me permettre de m’immiscer, La question n'est pas l'économie chinoise, japonaise, indienne, française, étasunienne ou de n'importe quel autre pays ou union, à l'heure de la globalisation, que nous l'aimions ou non, il faut penser globalisation.
Or, celle-ci montre de nombreuses défaillances et la pire est l'appauvrissement des classes-moyennes et, ce, à l'échelle mondiale.
Ce ne sont ni les pauvres qui achètent le superflu, ni les riches, les premiers parce qu'ils ont déjà des difficultés pour subvenir à leur besoin immédiat, les seconds parce que après le dixième château, eh bien, ils n'en achèteront pas un onzième.
Cette confiscation des richesses des peuples par un minorité ralentit puis fait cesser le flux monétaire, les échanges commerciaux, si vous préférez, puisque cela appauvrit ceux qui avaient, auparavant, plus que de seuls moyens de subsistance.
Ce qui ne peut qu'entrainer dans le même temps une concurrence aux baisses salariales, de nouvelles expatriations des entreprises et la fermeture de plus en plus d'usines, ceci par manque de vente.
Ce qui mène à une désindustrialisation mondiale progressive et une déflation de même ampleur, légèrement compensée par les fameux Q.E. (la surproduction monétaire fait baisser la valeur de la monnaie par rapport aux biens de toutes natures, actions comprises, d'où un inflation égale à cette production là où cette monnaie est utilisée).
L'un des nombreux signes en étant le ralentissement des échanges commerciaux à l'échelle internationale, dont l'indice Baltic Dray est l'un des thermomètres.
Tout cela est mécanique.
La remonté du cours des matières premières était à prévoir puisque les (dés)investisseurs, voyant qu'ils perdent beaucoup en bourses, se replient sur ces fameuses matières premières.
Il est à remarquer que le prix des carburants fait du yoyo, hausse, baisse, hausse, baisse, ceci autour des 50$, ceci serait dû, à mon sens, à la baisse de production pétrolière tentant de compenser la baisse des prix de ces carburants puisqu'il y a moins de monde pour en acheter, ce qui accélère la désindustrialisation mondiale par la hausse de leur coût, ce qui réduit d'autant la demande, ce qui génère une baisse de production et ainsi de suite.
Donc, franchement, nous sommes dans une vrai merde, français, chinois comme étasuniens...

simplet 20/01/2017 15:40

Je ne m'appuye pas sur les chiffres d'un quelconque Politburo, pas plus que sur des articles d'une presse économique totalement aléatoire et fréquenté par des experts auto-proclamés comme vous le dites à juste titre.
Mes sources ne sont que des chiffres statistiques récoltés auprès de sources différentes et de toutes origines nationales ou internationales comme par exemple de Baltic Dry Index que je pense, vous ne contesterez pas.
Quand on compare ces chiffres, on peut arriver à ce faire une image de la réalité. Sans prismes politiques.
De plus, comme dit, mes anciennes relations d'affaires ( fournisseurs de matière premières non transformées), encore présentes ou en relations étroites avec l'Asie, me commentent régulièrement la vérité du terrain.
S'il en est d'une vérité, c'est bien celle là.

Bien évidemment, la Chine a des ressources que je ne conteste, ni ne contesterai pas. Mon discours étant seulement que son économie est fort atteinte. Un pays exclusivement exportateur qui n'a plus de clients, est forcément impactée.
Après, si elle parvient à se tourner sur son marché intérieur et que celui)ci est solvable, elle a un avenir.
Mais les deux conditions: marché intérieur et solvabilité ne sont pas encore confirmées. C'est un pays neuf qui n'a pas encore rattrapé le retard et ce n'est pas avec deux cent millions de chinois riches et nantis qu'elle relancera son économie. Il y a derrière plus d'un milliard de personne à éloignées qui n'ont pas grand chose. S'évertuer à croire que l'on développe avec des salaires entre 50 et 600 euro par mois, est contraire à la réalité.
A cela s'ajoute le problème minier récent.
Bien malin celui qui peut affirmer que tout va bien et qu'ils sen sortiront facilement dans les cinq ans.
Le problème est que nos prétendus experts économiques ont tablé sur une reprise mondiale grâce à la Chine. C'est un fiasco. L'économie globale est en déroute. Pour le moment, la Chine est la moins pénalisée. si tel est votre discours, j'abonde. Par contre, dire que tout va pour le mieux, il faut oser...

Observatus geopoliticus 20/01/2017 14:37

@ Simplet & Madudu
Vous avez vos entrées au Politburo pour connaître les "vrais" chiffres ? Ca doit faire une bonne vingtaine d'années que j'entends la presse occidentale annoncer le "très prochain écroulement de l'économie chinoise", y compris quand j'y vivais. Je ne pouvais que m'amuser de constater le gouffre entre ce que je voyais (une frénésie économique) et ce que les médias en disaient. Ce blog a plusieurs fois montré que la guerre de l'information touche particulièrement la presse économique et sans comparer totalement "l'agression russe" et "le déclin chinois", il y a un peu de ça...
Ceci étant dit et redit, il est évident que Pékin fait face à certaines difficultés : décélération de la croissance, endettement privé énorme (au contraire de l'endettement public), redélocalisations (certaines entreprises ayant délocalisé en Chine en repartent étant donné l'augmentation du coût du travail) etc.
Quelques remarques annexes :
- la "fuite des capitaux" a été le fait de l'inévitable Soros qui a ouvertement déclaré la guerre financière à la Chine.
- les chiffres sont certes opaques mais dans les deux sens. Ainsi, les réserves d'or sont soigneusement tenues cachées et les chiffres officiels sont bien en deçà de la réalité. Pékin (et Moscou !) nous préparent une indexation de leur monnaie nationale sur l'or de derrière les fagots...
- la situation financière chinoise reste incroyablement saine comparée aux économies occidentales : faible endettement public, réserves de change immenses...

@ Alaric
Oui et non. En fait, les infrastructures chinoises sont maintenant plus avancées et complètes que les françaises, y compris dans des zones moins avancées économiquement. On ne compte plus les lignes à grande vitesse, les aéroports flambant neufs. Pékin construit son 7ème périphérique ; Paris apparaît comme une aimable bourgade de province en comparaison....
Par contre, il est évident et depuis longtemps que le gouvernement chinois et surtout les gouvernements provinciaux misent trop sur les infrastructures pour soutenir la croissance intérieure. Certains ouvrages sont inutiles, désertés, construits pour le prestige...

simplet 20/01/2017 13:51

Nous n'allons pas réitérer les mêmes discussions. Les uns et les autres ont des arguments respectables.
De plus les avis sont différents selon qu'on soit acteur ou spectateur. D'un milieu éduqué et intellectuel ou comme moi-même ex cul-terreux ( un peu ingénieur agroforêt quand même) dans un cercle de mercantis, de manufacturiers, artisans, ouvriers.
Cependant, je vous le répète, les chiffres fournis par les autorités sont manipulés. Perpétuellement contredits par des chiffres parallèles (tonnages rail, in & out EVP, production électrique, déclarations douane, etc..) dont l'ensemble finit actuellement plus près du 2-3. Ce qui est insuffisant la structure de ce pays.
.
Qualifier de mes propos de catastrophiques est une façon de se cacher la vérité.
Faire le dos rond est une chose, survivre en est une autre.
Un gestionnaire prudent, doit appréhender tous les risques et être pessimiste.
Cela évite les surprises. Celles-ci ne manqueront pas.

Madudu 20/01/2017 12:15

Je ne crois pas que Simplet soit excessivement catastrophiste, voilà quelques temps maintenant qu'un certain nombre d'observateurs se posent des questions.

Les chiffres chinois sont réputés opaques, on ne sait pas vraiment à quel point ils sont arrangés, notamment l'indicateur-maître qu'est le PIB.

Apparemment cette année leurs réserves de devises ont pas mal fondu, il y a une fuite continue des capitaux vers l'étranger et la planche à billet intérieure à alimenté du sur-investissement qui risque de déstabiliser leur système financier.

Nous, US-UE, ne sommes pas en meilleur état. Mais nous sommes au bord de la faillite généralisée, et pas que financière, donc nous ne sommes pas une référence très pertinente si on voulait comparer les problèmes chinois à d'autres plus proches de nous ^^

Alaric 20/01/2017 11:48

Peut on vraiment comparer les taux de croissance entre des pays (France et Chine) qui ne sont pas au même niveau de développement ? Je ne dis pas que la chine est arriérée mais c'est un fait qu'il reste beaucoup à construire (donc production d'emploi et de richesses) là où la France a déjà ses autoroutes, ses barrages , aéroports etc

Observatus geopoliticus 20/01/2017 11:37

@ Simplet
Mon cher, je serais d'accord avec l'intégralité de votre message si votre dernière phrase ne fleurait bon un catastrophisme quelque peu exagéré. L'avenir ne sera ni très difficile ni rose.
L'économie chinoise décélère depuis quelques temps, c'est un fait. Ca reste quand même du 6,7% l'an, soit la croissance française sur une dizaine d'années !
Contrairement à ce que dit l'article, Xi a toujours plaidé pour le libre-échange car ça se fait au bénéfice de Pékin, d'où par exemple les projets de routes de la Soie. Aucune surprise là-dedans, ça fait des années que ça dure... Si des barrières protectionnistes - favorables aux économies européennes et américaine - sont mises en place, la croissance chinoise risque de décélérer, on le sait depuis toujours. Mais les Chinois (ou les Russes) sont moins douillets que les Occidentaux et savent faire le dos rond en période de vache maigre. Et encore, à 6,7% de croissance, la vache est loin d'être famélique...

Kevin 20/01/2017 09:45

Bonjour,

Je ne comprends pas pourquoi vous etes si rude envers Obama. J'ai l'impression (pour reprendre l'expression de Coluche), qu'on lui a mis "des batons dans les trous" dès 2008. Qu'il ait fait tout un sketch "humoristique" sur le fait que toutes les semaines, des noirs aux US sont assassinés par la police en dit long sur l'incapacité d'Obama à faire changer les choses. Là ou vous voyez un criminel de guerre, je vois plutot un incompétent, pris pour un con et trahi par son propre cabinet de "warmongers", à commencer par Hillary (qui a fait le forcing pour une intervention US en Syrie, heureusement sans succès). Je suis vraiment curieux de voir si Trump va arriver à changer quoi que ce soit aux US, mais je parierais que non. Les institutions sont trop gangrenées par les lobbies pour qu'un homme seul - fut il sur le papier l'homme le plus puissant du monde - change la donne...

Kevin.

Observatus geopoliticus 20/01/2017 17:41

Le plus drôle est qu'Obama pardonne Mannings pour la même raison qu'il vitupère le "complot russe". Kafkaïen...

Kevin 20/01/2017 11:52

C'est vrai qu'après 8 ans de l'insupportable Bush Jr, je m'étais réjoui de la victoire d'Obama, et j'ai vite déchanté. On peut rajouter à votre liste le TAFTA, les persecutions des "whistleblowers", le support quasi-inconditionnel d'Israel, etc. Les 3 petits détails sympas tout de meme en toute-toute fin de mandat, quand il n'a plus rien à perdre: la main tendue (ou est-ce le piège tendu?) à Raul Castro, l'absence de veto sur la condamnation de l'ONU de la colonisation israelienne et la "semi-grace" de Chelsea Mannings, qui devrait etre liberée dans 6 mois...

Observatus geopoliticus 20/01/2017 11:08

@ Kevin
Ce sont des caricatures, cher ami, avec leur lot d'exagérations. Nous avons toujours montré sur ce blog qu'un président US n'est jamais seul, qu'il n'est que la partie émergée de l'iceberg : Deep State, CIA, néo-cons, lobby militaro-industriel etc. font en grande partie la politique étrangère américaine. Nous avons d'ailleurs documenté à plusieurs reprises les divisions à la tête de l'empire, quand le Pentagone ou la CIA désobéissaient ouvertement à la Maison blanche.
Mais en tant que "commandant en chef", il est la face publique de cette politique étrangère, sa représentation. Une caricature de James Clapper ne dira rien à personne, même McCain est difficilement reconnaissable. Dire "Obama" signifie l'administration Obama et les menées du Deep State qu'elle recouvre. Et avouez que ça n'a pas été triste :
- émergence voulue de l'EI
- soutien aux djihadistes syriens
- putsch en Ukraine
- climat de nouvelle guerre froide
- destruction de la Libye
- espionnage généralisé des "alliés"
- huit années de guerres ininterrompues pour le prix Nobel de la Paix etc.
Bien sûr, Obama n'est pas le véritable responsable de tout cela, il ne fait que le symboliser. C'est en ce sens qu'il faut voir ces caricatures. Ajoutons cependant certaines menées très personnelles de Barack à frites ou de son cercle proche :
- délire russophobe et intox autour du "piratage" russe
- saoudolâtrie effrénée (blanc-seing donné à Riyad à propos du 11 septembre, soutien de ses crimes au Yémen...)
- refus systématique et presque obsessionnel de désigner le djihadisme/terrorisme islamique etc.
Obama n'est pas un "brave type" victime des circonstances, trahi et manipulé par son entourage...

Clara 20/01/2017 08:35

Curieuse de savoir si Soros réussira à gâcher l'investiture de Trump ce vendredi

Dcembre 20/01/2017 01:20

Merci, très bon... J'ai bien ri. Pourquoi ne pas ajouter le bouton "Bloger" de WordPress pour reposter immédiatement?

Observatus geopoliticus 20/01/2017 11:11

Cher Dcembre, je ne suis pas contre si vous me dites comment faire, je n'en ai aucune idée...

theuric 19/01/2017 23:47

Ainsi partit l'homme qui, au sens propre, cassa la baraque, ouarf, elle est bonne celle-là.
Dès que l'homme destructeur, traduction rapide du titre d'un film de science-fiction qui ne la cassait pas vraiment, la baraque (il repasse à la télé une fois encore).
Dès que cet homme, donc, fut élu président U.S., je dis à un couple d'amis de peau noir que, pour moi, le danger qu'il représentait vraiment est que, si il se révèle mauvais président, s'il échoue à son poste, quelles qu'en soient les raisons, un grand nombre de gens penseront que ce fut parce qu'il était un homme noir que les États-Unis-d'Amérique se retrouvent désormais dans cette situation épouvantable.
En un mot comme en cent, il deviendra un magnifique et facile bouc-émissaire sur lequel sera porté toutes les opprobres.
Mais, pire que cela, et surtout, surtout, cela s'étendra à l'ensemble des personnes noire de peau.
Attention, je ne dis pas que cet homme est exempte de tout reproche, tout au contraire, ses deux mandats furent calamiteux à plus d'un titre, de 40 à 47% de chômeurs U.S., je ne sais plus combien de milliards de milliards de dettes et les affaires syriennes, si je puis dire, rien que de cela, il ne se devrait de partir que toute honte bue et la tête recouverte de cendre en signe d'expiation, et non pas faire le mariole comme en ce moment.
Mais bon, l'orgueil est ce qu'il est, n'est-ce pas?
De fait, je n'ai que faire de ce pauvre homme, en revanche, ce qu'il laisse derrière lui, de par ces très nombreux échecs et vilénies, peut prendre des tournures fortement nauséabondes, d'autant plus si il ne fit qu'obéir aux ordres ou n'osa contrarier quelles que puissances que ce soient.
Cela étant dit, il est sain de se moquer d'un puissant, ce petit texte ne se veut pas être l'un de ces discours gnangnans dits politiquement correcte, tout au contraire, baraque à gaufre est un puissant et s'est voulu comme tel, que l'on se foute de lui comme de notre caramel national n'est que de bon teint, surtout au vu de l'action de ces deux mirlitons.
Et puis, au diable ces deux caniches nains.
Non, moi ce qui m'ennuie profondément des égarements obamanesques, ce sont les répercutions qu'ils ne pourront pas ne pas provoquer dans le cœur et l'esprit de l'homme blanc, et non blanc part ailleurs, de ce que cela peut réveiller de très malsain, soit de vieux réflexes qui, après tout, étaient loin d'avoir disparu, soit le racisme.
Excusez-moi de n'avoir pas vraiment participé à votre fête toute naturelle, de la teinter de cette ombre mauvaise, mais que voulez-vous, je suis d'un naturel à vouloir me projeter au -delà des apparences: ce président ne l'est plus, bon vent et bonne tempête, mais je n'aime pas ce qu'il laisse derrière lui, et de cela, chaque homme de bien se devrait de le comprendre.
Et comme tout le monde j'ai bien ri de ces caricatures.

nortkin 19/01/2017 21:12

Excellent !
Ma préférée, c'est la leçon d'échecs avec F. Hollande.
Tellement vraie...

Hamilcar Barca 19/01/2017 20:51

Mon Cher Observatus Geopoliticus

Quelle prestation iconographique et satirique! Et quelle pinte de bon sang pour le lecteur!
Comme disait la Gorgone, je suis médusé
:-D
Très cordialement

Hamilcar Barca 21/01/2017 09:09

Cher Euclide et OG,
Merci de votre appréciation, mais il faut rendre à César ce qui appartient à Jules.
Ce calembour n'est pas de moi mais, pour autant que je me souvienne, du grand San Antonio.
Bien cordialement

Observatus geopoliticus 20/01/2017 17:38

Logique pour un suffète hé hé... Son jeu de mot est en tout cas excellent.

Euclide 20/01/2017 16:46

Cher Hamilcar Barca
Vous connaissez bien les mythes antique(s) et l'histoire de la Méditerranée des origines.

Ady85 19/01/2017 19:38

Observatus , pensez-vous que des troubles graves puissent avoir lieu demain aux USA ?

Observatus geopoliticus 20/01/2017 11:14

@ Ady
Il me semble que toute cette campagne de diabolisation ne vise pas tant à empêcher Trump d'accéder au pouvoir que de torpiller et décrédibiliser son futur rapprochement avec Moscou. Aussi, je ne pense pas qu'il se passe quoi que ce soit de grave, m'enfin, je peux me tromper...

Zuglub 19/01/2017 19:59

Haters gonna hate.

Grognard 19/01/2017 19:38

Bonjour OG,

Merci pour cette collection.
A consommer sans modération.

Bravo.

Euclide 19/01/2017 18:25

Ce n'est pas le feuilleton " La croisière s'amuse " mais c'est le commandant du blog qui s'amuse. Hi, hi !
Au fait quel nouvel emploie pour notre ex Mister Univers. Entendu sur le plateau de "C dans l'air" qu' il était très décoratif ( charme, sveltesse, humour et intelligence ). Si, si . .

Canut 19/01/2017 18:22

La caricature représentant Obama en Don Quichotte est excellente (suivi par son valet Hollande), c'est exactement ça. Obama se bat contre des moulins à vent en faisant croire que la menace russe est partout..

De même le montage avec Poutine jouant aux échecs simultanément avec plusieurs chefs d'Etat est très pertinent.

Merci pour ce bon moment cher OG.

Jean 19/01/2017 18:14

Bravo !

Loulou 19/01/2017 15:04

Ha ha ha ha ha !

Chris 19/01/2017 14:53

Excellent.