Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Revoilà le duo de la mer Noire

12 Octobre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Gaz, #Moyen-Orient, #Russie, #Caucase

Revoilà le duo de la mer Noire

Il est revenu d'entre les morts, alléluia ! Tel un phénix renaissant de ses cendres, le Turk Stream est de nouveau sur le devant de la scène et semble, cette fois, prêt à ouvrir les vannes. Si la presse française s'est comme d'habitude vautrée dans l'écume des choses - le report de la visite de Poutine en France pour cause d'atermoiements du Flamby élyséen -, elle a malheureusement omis de signaler qu'en ce moment même, Vladimirovitch assiste à une réunion bien plus importante : le Congrès mondial de l'énergie à Istanbul.

Tous les yeux étaient évidemment braqués sur la rencontre entre les présidents turc et russe. Et le moins que l'on puisse dire est qu'elle n'a pas déçu ; quoi que l'on pense, la réconciliation est actée et les conséquences en sont multiples.

Sur le plan économique et industriel : négociations en vue d'un accord de libre-échange entre les deux pays prévu pour l'année prochaine et plans afin de porter le commerce bilatéral à hauteur de 100 milliards d'équivalents $ (car la dédollarisation est en marche entre Ankara et Moscou). Reprise également du projet de construction de la centrale nucléaire d'Akkuyu par Rosatom.

Plus intéressant, dans le domaine militaire : la Turquie soupèse la possibilité d'acquérir un système anti-aérien russe. Si le titre de l'article est trompeur et qu'il ne s'agit pour l'instant que d'une éventualité, le fait même que cette éventualité existe doit faire s'arracher les cheveux aux fonctionnaires du QG otanien à Bruxelles... Que l'alliance entre le sultan et l'Occident ait du plomb dans l'aile, c'est une évidence, surtout depuis la tentative de putsch de l'été. La porte ouverte à l'armement russe est-elle un message subliminal d'Erdogan en direction de ses petits copains atlantiques, voire un chantage déguisé, ou est-ce du sérieux et assiste-t-on aux prémices d'un départ définitif de la Turquie de l'OTAN ? Le futur nous le dira...

En attendant, c'est évidemment l'or bleu qui est l'objet de toutes les attentions. Turk Stream II, le retour. Ca y est, l'accord est enfin signé et les travaux débuteront bientôt. Par rapport au défunt South Stream ou au projet Turk Stream initial de 2014, il est divisé par deux : deux tubes (au lieu de quatre) et 31,5 Mds de m3 à l'année (au lieu de 63 Mds). L'un des tuyaux fournira la Turquie exclusivement tandis que l'autre courra jusqu'à la frontière grecque afin d'alimenter le sud de l'Europe.

Ce qui pourrait paraître comme un verre à moitié plein est en fait une excellente opération pour Moscou qui garde plusieurs atouts dans sa manche et économise ses ressources. Les discussions pour le doublement du Nord Stream sont en cours et ses 126 Mds de m3 de gaz rendraient un Turk Stream à 63 Mds inutile. En cas de problème sur la route nord (c'est-à-dire, soyons clairs, en cas de nouvelle crise masochiste eurocratique aiguë), le Kremlin garde en réserve la possibilité de doubler le Turk Stream (la route étant déjà défrayée par les deux premiers tubes).

Si certains journaux allemands exagèrent quelque peu en parlant de "fusion énergétique russo-turco-européenne", il est clair que l'empire a échoué dans ses tentatives de sabotage. Pour comprendre cette guerre du gaz, un petit rappel contextuel est nécessaire :

Craignant l'intégration de l'Eurasie comme la peste, les Américains travaillent depuis la fin officielle de la Guerre froide (1991) à séparer l'Europe de la Russie, tout spécialement dans le domaine énergétique. Alors que la Russie regorge d'hydrocarbures et que l'Europe ne demande qu'à les consommer, les Etats-Unis et les institutions européennes qu'ils ont phagocytées ont tout fait depuis une vingtaine d'années pour contrarier le flot énergétique Est-Ouest : prêches sur le "danger russe" et diabolisation intense de son gouvernement, crises gazières ukrainiennes encouragées par Washington, expansion de l'OTAN vers l'est, flatteries aux pays de la "Nouvelle Europe" (Pologne, pays baltes etc.), coup d'Etat à Kiev l'année dernière... Par ailleurs, pressions et "encouragements" sont donnés à profusion aux pays pour qu'ils se fournissent ailleurs, même si cela doit aller contre leurs propres intérêts économiques ou si les nouvelles routes énergétiques proposées (en vert sur la carte) sont illusoires, comme l'amusant Nabucco qui a fait long feu, ou sa resucée, le Corridor sud. Ici, la désinformation économique tourne à plein par le biais de think tanks et autres officines pas tout à fait neutres, nous en avions déjà parlé.

Parfaitement conscients des manigances américaines dans ce Grand jeu énergétique ô combien passionnant, les Russes ont contourné le nouveau "rideau de fer" US par deux gazoducs devant passer au nord par la Baltique et au sud par la Mer noire : Nord Stream et South Stream. Le premier a pu être construit (2010-2011), s'appuyant sur les derniers dirigeants européens un tant soit peu indépendants (Schroeder), mais le second, un peu plus tardif, est resté dans les cartons après son annulation l'année dernière. Les Américains et leurs affidés de la Commission de Bruxelles ont réussi à torpiller le projet grâce à des arguties juridico-institutionnelles (le Troisième paquet énergétique européen, pourtant apparu après le projet du gazoduc) ainsi qu'une intense pression sur la Bulgarie (visite de McCain...)

Jamais à court de bottes secrètes, Poutine a, à la surprise générale, proposé en décembre dernier [2014, ndlr] un nouveau pipeline aboutissant à la frontière gréco-turque, donc en dehors de la juridiction de l'UE, quitte pour ses pays membres à venir se servir eux-mêmes. C'est le fameux Turk Stream ou Turkish Stream, qui risque fort de couper définitivement l'herbe sous le pied aux projets américains tout en contournant lui aussi le rideau de fer de la "Nouvelle Europe", notamment l'Ukraine putschiste post-Maidan. Avec ce tube, enterrées les chimères du gaz azéri à peu près inexistant, du gaz turkmène qui ne pourra jamais passer sous la Caspienne, du gaz qatari bloqué par la Syrie d'Assad ou du gaz iranien (le seul vrai danger pour Moscou même si Téhéran est, par ailleurs, un allié). Ensuite, le gazoduc devait passer par la Grèce de Tsipras (alors aux prises avec la Troïka) avant de gentiment remonter vers la Hongrie et l'Autriche.

Les Américains ont immédiatement tenté de réagir en faisant ce qu'ils savent faire de mieux, c'est-à-dire en semant le chaos en Macédoine (événements du printemps), en exerçant une intense pression sur la Serbie, tous deux pays de passage du tube, et en tentant de déstabiliser Orban en Hongrie. Deux "révolutions" de couleur pour le prix d'une ! Mais les petits stratèges de Washington en ont été pour leurs frais : mise à part la Serbie qui a vacillé, les autres sont restés droit dans leurs bottes.

On en était là et Gazprom se léchait déjà les babines quand les complications sont venues de Turquie même. Et là, les Etats-Unis n'y sont pour rien... Erdogan s'est lancé depuis un certain temps déjà dans une fuite en avant dont on ne sait pas où elle mènera son pays. Peut-être lui-même ne le sait-il pas non plus d'ailleurs. En guerre contre la Syrie d'Assad, contre le PKK kurde, en bisbilles avec son enfant daéchique après l'avoir bichonné, se sentant trahi par son allié américain sur le dossier syrien mais le trahissant aussi en dédollarisant le commerce turco-russe, voulant entrer dans l'OCS mais jamais avare de critiques envers Pékin à propos du Xinjiang, en guerre froide contre son ancien allié israélien, déçu par l'Arabie saoudite qui a participé à la chute de Morsi en Egypte... Mais où va-t-il ?

C'est avec cet électron de plus en plus libre que Moscou doit négocier le passage du Turk Stream alors que beaucoup de choses les séparent par ailleurs, notamment le conflit syrien.

Et c'était avant l'incident du Sukhoï de novembre 2015 qui a provoqué la quasi rupture des relations entre Ankara et Moscou ! On mesure le chemin parcouru depuis et comment Poutine a ramené le sultan à la raison... et à son point de vue : Erdogan a présenté ses excuses, stoppé son soutien aux djihadistes syriens et le Turk Stream est maintenant sur les rails. L'ours sait se montrer patient et attendre que toutes les pommes tombent dans sa besace.

Pour finir, notons que, fait non négligeable, les présidents russe et turc se sont réunis avec le leader azéri Aliyev. Que mijotent donc ces trois-là ? Nous avions déjà vu qu'un projet de corridor Russie-Azerbaïdjan-Iran était dans les tuyaux, prenant lui-même place dans le grand maillage eurasiatique en combinaison avec les Routes de la Soie chinoises. Une coopération Moscou-Bakou-Ankara serait, elle, plutôt d'ordre énergétique.

Rappelons que l'Azerbaïdjan est au centre du Grand jeu gazier et surtout, en l'occurrence, de la désinformation qui l'accompagne :

Qu'avons-nous répété à de nombreuses reprises à propos de la chimère du gaz azéri ? Selon le merveilleux monde de l'île aux enfants médiatique influencé par on sait qui, il est censé permettre à la ménagère européenne de moins de 50 ans d'échapper à l'invasion gazière de l'horrible ours russe.

Seul hic, l'Azerbaïdjan en a tellement peu que sa compagnie nationale, la SOCAR, a officiellement demandé à Gazprom de lui en fournir pour 5 Mds de m3 par an. Pendant ce temps, les europloucs continuent de prétendre croire, contraints et forcés, aux promesses américaines d'un corridor caspien vide de sens... et de gaz.

Suite du Dallas énergétique au prochain épisode...

Partager cet article

Commenter cet article

Hamilcar Barca 15/10/2016 13:44

@ Vincent

Bonjour Vincent

Comme vous, je suppose, j'ai pris un grand intérêt à la lecture de ce fil qui a multiplié les échanges de nature philosophique, côté métaphysique. Intérêt d'autant plus grand que, comme ont pu le voir ceux qui ont lu mes post précédents, la métaphysique n'est pas mon terrain de jeu habituel. :-)

Ces digressions par rapport au sujet initial, comme le souligne OG, me dérangent d'autant moins que, enseignant du supérieur, j'utilise aussi volontiers ce stratagème pour réactiver l'attention des étudiants après de longs moments passés à asséner et expliquer des notions souvent arides.

Par contre comme vous, Vincent, je suis parfois perdu dans la multiplicité des réponses non ciblées vers un contributeur particulier. Je comprends bien que la structure web du blog ne permet pas de répondre à quelqu'un qui lui même répond à un post, et l'enchaînement des réponses - d'inspiration Outlook, la plus récente en premier - est déroutant. Je suis un vieux de la vieille d'Usenet, où l'articulation de chaque réponse est logique, et j'ai du mal à me faire à cette répartition.

Je doute qu'OG ait la possibilité d'influer sur ceci. Je ne peux qu'inciter les contributeurs à faire précéder leur post de "@Jean Dupont" (par exemple).

Au moins on y verra plus clair.

Bien cordialement

Observatus geopoliticus 15/10/2016 22:54

Exactement, cher Hamilcar, je ne peux rien faire concernant les commentaires.
Ca commence par ce système absurde d'Overblog de les publier de bas en haut. Quand je me suis plein vis-à-vis de l'administration du site, on m'a répondu "C'est comme ça, on ne peut rien changer". Bon ok...
Je ne peux qu'encourager les lecteurs à poster leur réponse au bon endroit (parfois, certains se plantent et placent leur réponse au mauvais endroit). Et comme vous le suggérez, de l'adresse à quelqu'un avec un @.
Bref, Vincent, je ne peux rien faire de plus.
Bien à vous tous
NB : je vous assure que l'une des significations de "Baste" revient à dire "Bah, c'est pas grave". Je viens de le revérifier : http://dicocitations.lemonde.fr/definition_littre/3013/Baste.php

bozi lamouche 15/10/2016 16:41

@ hamilcar : en attendant notre "narrative" quand OG se fait rare, moi je trouve très enrichissantes ces disgressions...comme quoi enseignant du supérieur et enseignant du euh (je vais quand même pas écrire de l'inférieur !!) du 1er degré se rejoignent...

simplet 15/10/2016 13:02

J'avoue avoir peu d'espoir quant à un échec de mémé la tremblotte. Ceci étant, il semble que la panique la plus totale règne dans leur camp au vu des réactions divers et variées, notament des discours du couple de Hussein le Baraké, sa mégère va jusqu'à dire, je cite: "que cela suffit et qu'il faut sauver nos enfants". Donc ils accusent Trump de pédophilie ou d'être le grand méchant loup. Quel âge mental a donc leur public?
On évoque aussi des réunion dans le bureau ovale pour organiser des actions à l'encontre du gouvernement syrien. L'éventail évoqué va de la fourniture d'armes plus sophistiquées aux égorgeurs modérés jusqu'à la frappe par bombardements des sites pro Assad. Diable!
Quand on pense que le sort du monde dépend d'un public dont une grande majorité reste infiniment fragile et sensible à la propagande type Walt Disney version luciférienne de ses hâbleurs génocidaires.
Et le comble, cela est défendu par not' bon président Gouda jeune qui en ce moment cruciale, sème encore et encore conneries et zizanies pour tenter de revenir pour un p'tit tour. dix mille bales la coupe ? Moi je le rase gratuit.

Observatus geopoliticus 15/10/2016 22:51

Moui, mon cher Simplet, je crois que l'hystérisation absolue de la campagne US par les néo-cons va finir par la faire gagner. Temps dangereux. Aujourd'hui, ce débile de Biden a menacé la Russie d'une cyber guerre.

theuric 15/10/2016 00:44

Je me suis un petit peu amusé, chez businessbourse, avec la règle de trois, sans allusion à Cassandre, bien sûr.
Je me suis essayé de calculer le pourcentage de chômeurs réels aux U.S.A., à savoir aussi que la France a la fâcheuse habitude de suivre l'empire dans ses mauvaises habitudes.
Partant du chiffre de 325 millions d'habitants, de 80% de gens en âge de travailler (je n'ai pas trouvé le nombre exacte, je compte donc large) et des 102 millions de chômeurs, décompte datant de l'année dernière, j'arrive à quelque chose comme 40% de chômeurs.

Ah le bel empire,
Ma tant' tire, lire, lire,
Il s'en va plein pot,
Ma tant' tire, lire, l'eau.

Il va, décrépir,
Ma tant' tire, lire lire,
Cache ses auripeaux,
Ma tant' tire, lire l'eau.

En plus ça empire,
Ma tant' tire, lire, lire,
Mange son chapeau,
Ma tant' tire lire l'eau.

Observatus geopoliticus 15/10/2016 22:47

@ Theuric. Mazette, vous êtes chanteur aussi ? Excellent, en tout cas ^^

simplet 14/10/2016 20:28

Cher Observatus,
Étant un barbare du nord, je vous prie de m'indiquer le sens du mot "baste".
Est-ce en rapport avec le basta espagnol (Cela suffit)?
Porque entonces le respondería que los dos filósofos in introsspecion me rompían los uebos.

simplet 15/10/2016 16:09

@Yom
Joder.! Bueno hombre, est tanto mejor y volver sobre el tema, ya !

Vincent 15/10/2016 10:07

Salut,

Ah, ça me fait chaud au cœur de rencontrer un survivant occitan dans la langue française ! (c’est par par chauvinisme que j’écris ça, mais juste parce que quand on à perdu définitivement sa langue maternelle, il y a comme un vide existentiel – je ne souhaite à personne d’appartenir à le génération qui fait le constat de la mort de sa propre langue) .

Pour en venir à BASTE…

En langue occitane, "bastar" signifie "suffire".
Exemple : Baste que = Il suffirait que

Baste est bien une interjection en français mais je ne crois pas qu’il faille traduire par « bof ». Baste doit plutôt être compris comme « Ça suffit »

PS : Observatus , vous êtes victime du succès bien mérité de votre blog. Il semblerait que la gestion des commentaires parte un peu en sucette – on ne sait pas qui répond à qui . C’était pas trop gênant il y a encore quelques semaines, mais là avec cette pléthore de commentaires suivant chacune de vos publications, il serait bon de revoir ça… Merci .

Yom 14/10/2016 23:58

@Observatus

Merci pour cette édification linguistique (et merci à simplet d’avoir posé la question).

@simplet

Pero no hemos obligado a nadie a leer nos. De todos modos, esta terminado.

(Mon castillan étant très rouillé, je me suis fait aider par le traducteur en ligne de Yandex. Ceci pour la petite touche russophile qui va bien avec le blog).

Observatus geopoliticus 14/10/2016 23:40

Ha ha, non, c'est de l'ancien français, on le trouve dans Molière. Ca veut dire quelque chose comme "bof", "laissons cela", "c'est pas grave"...
No se preocupe, no había ninguna mala intención.

Euclide 14/10/2016 21:10

En italien , aussi, on dit " basta cosi "ce qui signifie "cela suffit comme çà ".

Pendule de Newton 14/10/2016 20:20

Des décideurs ballottés au gré des événements et de l'actualité, assis sur leur logiciel de l'époque passée.
On s'étonne qu'ils font des gaffes dignes de débutants alors que l'évidence est là, le système a toujours été comme ça seulement ce sont les variables qui ont changé. Suffit juste de voir la rapidité à laquelle on est passé de la propagande sur Alep (où les contradictions ne peuvent pousser qu'à taper soit les russes ou coopérer contre les amis saoud) aux haros tout feu tout flamme sur Trump-Hollande ou les pseudos menacent du downing street.
Tout deviendra bientôt une ligne rouge que tout le monde pourra enjamber.

theuric 14/10/2016 17:13

Les questions de foi et de croyance ne peuvent qu'entrer dans une réflexion sur les dynamismes historiques actuels, ne serait-ce pour la double raison de l'effondrement idéologique en cours et du vide métaphysique et philosophique présent.
En effet, quand une telle béance de la représentation que nous nous faisons de notre place dans l'univers se fait, sans qu'il n'y ait eu une construction théorique collective en amont en apportant de nouvelles approches, seuls les anciens concepts permettent à l'être humain de comprendre qui il est et quel cette place.
Religieux, certes, mais également politique, voire artistique et autres..., il est possible de percevoir dès à présent ce naturel retour en arrière, ce que je nomme une rétrogression historique.

theuric 14/10/2016 16:23

Cher Observatus Politicus,
Je sais que ce que je vais écrire ici n'a rien à voir avec le texte que vous nous avez proposé plus avant.
Mais des composantes se doivent être soumis à la réflexion, quand bien même ne seraient-elles qu'hypothétiques.
Depuis son élection en tant que Président de la République, j'avais remarqué, lors de quelques-unes de ses actions, que certains traits de la psychologie de Monsieur Hollande étaient proches des miens propres:
-Intelligence au-dessus de la moyenne (mes chevilles, ma foi, s'en porte fort bien)
-Difficultés de saisir en plein les lois sociales (j'ai mis des décennies pour éviter les gaffes);
-Disjonction partielle d'avec les émotions (visible lors du jet de farine au début de son mandat, ce qui m'avait mis la puce à l'oreille);
-Obéissance et soumission maladive (ce qui a pu me placer dans des situations de double-contraintes particulièrement inconfortables et raison qui fait qu'il fut choisi par les oligarques pour le poste qu'il occupe);
-Conscience aigüe de ses forces et faiblesses, liée au haut degré d'intelligence (ce qui m'a conduit d'explorer le lien entre la soumission et les deux émotions primaires que sont peur et colère);
-De n'être dupe de rien ni de personne, encore moins de soi-même (là se trouve la réelle porte de sortie, encore faut-il vouloir l'ouvrir).
Bien entendu, il s'agit une ressemblance de nature et non pas d'une pleine similarité.
Toutefois, ce mode de fonctionnement psychique, lié à l'évolution d'un sujet, fait que celui-ci a la plus grande difficulté pour exprimer ses tensions intérieurs, sauf, parfois et pour certaines personnes, par des fantaisies subtiles, quelques fois un petit peu condescendantes, ce que Monsieur Hollande faisait par son humour largement décalé (je fais de même mais d'un style autre).
Or, depuis son élection, le Président s'interdit dorénavant de laisser s'ouvrir cette soupape de sécurité, bien que, parfois, il ne puisse empêcher de laisser fuser quelques bons mots de son cru.
Ce qui fait que toute cette énergie émotionnelle due à ses diverses frustrations ne peuvent plus se déverser continuellement et s'accumulent en lui.
(Je compare en effet certains fonctionnements de l'émotion à de l'énergie, pouvant se transformer, s'accumuler, se projeter...etc...)
Tout cela pour vous dire que je pense que Monsieur Hollande commence à être déstabilisé par cette tension émotionnelle devenue trop importante.
En un mot comme en cent, je pense en effet que le Président de la République Française est en train de péter un câble, ou dit autrement, il décompense.
Certains signes me le laissent dire, comme il en est de prises de positions dans son livre, ayant ulcéré les juges, par exemple.
Bien sûr, je peux avoir totalement tort, mais il me paraissait important que je vous formulasse cette hypothèse (eh! avez-vous remarqué la conjugaison?).

theuric 14/10/2016 20:40

En cela, je vous entends fort bien.

Observatus geopoliticus 14/10/2016 16:53

Peut-être, mon cher Theuric, mais quelle importance au final ? Hollande n'est que le sous-gouverneur d'une province de l'empire, ses états d'âme sont aussi importants qu'un pet de canard au bord d'un étang brumeux de Corrèze...
C'est le cas de tout pion du système li-li (j'en ai parlé par ailleurs) mis en place dans les années 70 et appliquant la politique de Washington.

Observatus geopoliticus 14/10/2016 15:00

Baste. Ayant également des fonctions de prof, je ne peux pas m'empêcher non plus de faire des digressions : c'est même le plus intéressant hé hé. L'autre jour, je commençais un cours sur la Grèce antique ; une demi-heure plus tard, j'étais en train de parler de l'espace-temps et du bouddhisme !
Généralement, j'essaie de prohiber sur ce blog les digressions politiques/politiciennes car ça finit toujours pareil : les interlocuteurs campent sur leurs positions, ressortent des clichés éculés, prennent les choses par le petit bout de la lorgnette etc.
Mais ici, bon, pourquoi pas... Tant que ça reste courtois, sans prosélytisme et que ça ne devient pas une habitude...

simplet 14/10/2016 13:25

V'là ti pas à quoi mène Herr Dogan ! La foi ou pas. Question philosophique, introspection, aveu, confessio, pénitence, tout y est. Concile jésuitique. Fouet et slip de cuir ne sont plus très loin, oh les gars...!
Sujet du blog : empires telluriques versus empires thalassiques. Avec de sacrés champions.
Pour la philo, navré, cela me dépasse, j'ai pas le niveau, j'ai pas envie. Plus le temps à 68 printemps de me pencher là-dessus. Le taulier nous présente des sujets nettement plus intéressants. L'avenir de notre monde, le futur de nos mômes. Pas celui de nos petites personnes.

Madudu 14/10/2016 12:01

Je fais partie de ceux qui ne font guère que des commentaires, sinon hors-sujets, en tous cas qui ne sont pas directement liés au contenu de l'article.

Et je trouve que cette liberté apporte quelque chose au blog : je trouve que la plupart des autres interventions plus ou moins hors-sujet sont intéressantes car elles complètent, développent, généralisent ou questionnent les différents aspects du grand jeu.

Mais là, Samuel et Yom, je trouve que vous partez complètement en cacahuète !

Madudu 15/10/2016 11:45

Vous faites bien de préciser, maintenant je sais pourquoi vous en êtes arrivé là ^^

Je crains d'enfoncer une porte ouverte, mais un régime laïc n'a pas d'intérêt qu'aux yeux des "progressistes" athées. Avant de constituer une option philosophique la laïcité dans les affaires de l'état est d'abord une option politique, qui concrètement participe à la stabilité de l'état et de la paix intérieure.

Notez d'ailleurs que les régimes laïcs en Irak et en Syrie étaient (et sont) mis en oeuvre par des croyants issus de minorités, qui avaient (et ont) donc un intérêt particulier à prévenir tout conflit intérieur.

Et c'est peut-être là le seul motif recevable pour quelque chose qui touche à l'organisation de l'état. Les métaphysiques, dont les religions font partie, devraient toujours être écartées de la sphère publique au vu des résultats désastreux auxquels elles ont toujours donné lieu en politique.

Pensez au communisme, à l'exceptionnalisme états-unien, au fondamentalisme musulman, au national-socialisme hitlérien, et à tant d'autres !

Mais dans la sphère privée également la métaphysique pose des problèmes, y compris des problèmes philosophiques très profonds.

La philosophie occidentale est dominée depuis toujours par les métaphysiciens, et aujourd'hui encore une bonne partie des soit-disant "grands philosophes" sont des métaphysiciens notoires : Kant, Hegel, Descartes, Platon, Schopenhauer, Sénèque, etc.

Pour en sortir, je vous suggère ceux parmi nos prédécesseurs qui ont renoncé à la métaphysique en matière de philosophie, et par voie de conséquence en matière de science également. On pourrait sans doute en citer un certain nombre, mais les deux véritables incontournables pour moi sont Lucrèce (et l'épicurisme de manière plus générale) et Nietzsche :)

Yom 14/10/2016 23:45

J’entends. Et comme je l’ai indiqué, je ne pousserai pas plus loin dans cette direction.

Mais pour permettre de raccrocher les wagons et pour indiquer que, si nous (samuel et mou) sommes en effet partis en roue libre, c’est tout de même à partir d’un point de départ en rapport avec des discussions plus conformes au sujet du blog, je rappellerai ceci :

Nous n’avons que conversé (sans doute trop longuement) sur des choix que chacun peut faire en matière d’options philosophiques qui l’amèneront à qualifier ou non le baassisme de courant « progressiste » (en particulier en le comparant à des régimes politiques essentiellement articulés autour de courants religieux comme le chiisme ou le sunisme).

Et oui, tout ça pour ça.

Cette petite précision n’est pas du tout destinée à relancer quoi que ce soit. C’est juste pour fournir un résumé succinct et recentré sur le thème du blog à ceux qui n’auront pas voulu (et je les comprend) se farcir les tartines de texte que samuel et moi avons étalées.

samuel 14/10/2016 09:55

@ yom

J'aimerais vous répondre au sujet de la singularité technologique, mais personnellement à travers tout ce que je peux déjà constater sur la modernité, je ne pense pas que les hommes évoluent.

Je vous adresse cela parce qu'il me semble voir quelqu'un de réceptif en vous, je comprends bien le sens de votre intervention, surtout si nous devrions trop échanger là dessus.

Par ailleurs, vous ne devriez pas dire, que vous êtes un indécrottable scientiste, car même les scientifiques les plus avancés se retrouvent devant des choses qu'ils n'arrivent toujours pas à expliquer.

Comme c'est dommage que beaucoup préfèrent s'épuiser à démontrer l'existence ou l'inexistence de DIEU, alors que nous aurions mieux à faire en matière de protection civile pour les populations.

J'ai éprouvé le besoin d'intervenir, car il m'avait semblé voir en vous, quelqu'un apte à comprendre une chose sur le moment, et cela malgré vos premières préférences passé ou présente pour l'athéisme.

Je ne dis pas cela pour vous flatter, pour vous rabaisser, car je sais bien en quoi beaucoup de « croyants » causent pas moins de tort à la foi première. Veuillez me comprendre si avec le temps, l'histoire, la modernité, et tant de choses beaucoup auraient pu vous induire en erreur.

Ne dites pas que vous êtes un indécrottable scientiste, car en vous limitant ainsi, comment pourriez-vous faire preuve d'un meilleur esprit de recherche sur les autres mystères de la vie.

Rassurez-vous je recherche aucunement à devenir un bon maître de piano ou de flute pour vous, car je sais bien que c'est souvent le ni Dieu ni bon maitre de nos jours, comment vous démontrez l'existence de Dieu, alors que tant de premiers signes devraient déjà en alerter plus d'un.

Vous comprendrez donc, que je préférais peu m'illusionner sur le progrès, et pourtant croyez moi j'ai souvent aimé lire plusieurs auteurs de science fiction, d'ailleurs entre votre formulation et la mienne, je pense pas que nous pourrions nous compléter ou faire un petit, et cela même avec les dernières avancées de la science.

Voyez-vous je n'ai rien contre le premier désir des hommes matérialistes, mais ne pensez-vous pas que trop de foi progressiste envers la modernité pourrait indirectement provoquer un plus brutal retour à l'age de pierre, ne pensez-vous pas encore que trop de progrès aveuglant pourrait nuire au progrès ?

Comment pourrais-je vous faire partager ma foi, lorsque vous savez bien que la foi repose aucunement sur les premières choses du monde, pourrez-vous toujours croire au progrès si les choses devaient se gâter plus matériellement pour beaucoup d'hommes et de femmes ?

Comme sur un autre point, je vous l'accorde, cela transparaît dans vos interventions, mais pour vous répondre, ne vous illusionnez pas trop sur la singularité technologique, car à mon avis les hommes actuels vont bientôt savoir si Dieu existe. Je sais c'est malheureux, un peu triste, mais que voulez-vous les hommes modernes n'en font souvent qu'à leur tête.

Si par exemple vous étiez davantage informé sur le nombre de victimes au sujet de FUKUSHIMA, miserez-vous toute votre vie à 100% sur la modernité, mais voilà serait-ce vraiment plus raisonnable ?

J'interviens ainsi, afin que l'un et l'autre ne nous servions pas trop du blog non plus, dans l'idée de vouloir manipuler plus dans un sens ou un autre les esprits pour la foi ou la non foi dans le progrès, ne sommes-nous pas déjà suffisamment manipulés par les premières élites de ce monde.

Pourquoi dire que nous ne changerons pas les uns des autres, sur des sujets profonds, nous n'en savons rien, peut-être que si demain j'étais moins présent sur la toile, vous seriez plus en mesure de parler en bien de la modernité.

Je vous l'annonce, toutes les premières choses qu'ils mettent en place depuis le 11 Septembre, ne visent au final qu'à un plus grand piège tendu, je vous pose la question, voulez-vous participer plus longtemps à cela ? Si oui, ne rêvez pas trop de transhumanisme pour les marchands de la terre, car Dieu ne le permettra pas toujours.

J'aimerais selon votre proposition du moment, pouvoir participer davantage, mais voilà je m'y connais pas trop en géostratégie militaire. De plus je viens de m'apercevoir, que j'avais encore un travail intérieur à faire de mon coté.

Comprenez-vous en quoi, le fossé pourrait davantage se creuser entre les élites et les gens moins comme eux, comme deux humanités dont l'une rechercherait constamment à avoir le dessus, j'aimerais avoir plus d'arguments à vous démontrer la veille, mais voilà comme je ne suis pas grand savant.

A vrai dire, j'interviens de moins en moins sur la toile, comme j'en aurais pas toujours le temps de pouvoir résister contre la marchandisation totale du monde, c'est pourquoi au regard de tout cela je préfère me remettre à la prière. Je sais bien que pour vous cela pourrait insensé, impensable, mais j'assume ma foi.

Je relève derrière vos propos, que vous recherchez pas systématiquement à mettre de coté cette question, est-ce que Dieu existe ? Pour vous répondre, j'avance qu'à travers un tel monde de marchands, ce n'est pas impossible au grand corps défendant des gens à devoir envisager la chose.

Yom 14/10/2016 01:06

Je n’ai cité mon athéisme que pour donner un exemple de rhétorique qui fournissait une analogie utile pour un argument que je voulais opposer à simplet (théorie des catégories, tout ça …). Je ne pensais pas le mettre en avant au point qu’il devienne un sujet plusieurs fois mentionné dans d’autres réponses (avec une confusion en l’attribuant à un autre que moi, désolé pour Bozi la mouche).

Les débats sur les options philosophiques et/ou spirituelles risquent de nous entraîner bien plus loin que le seul sujet du grand jeu.

D’un autre côte, notre hôte s’est félicité récemment (voir commentaire du billet « Rubicon en vue ») de commencer à fédérer autour de son blog une communauté de gens intéressés (et peut être intéressants). Mais puisque nous y sommes, on va dire que ça va contribuer à prendre un peu plus connaissance les uns des autres.

Observatus, n’hésitez à nous dire quand vous souhaitez qu’on en reste plus précisément à la thématique de votre blog. Pour ma part, je n’irai pas beaucoup plus loin que la présentation que je m’apprête à faire.

Cher samuel, je pense cerner à peu près votre position. Pourrait-on la résumer par « la sagesse vaut mieux que la connaissance » ?

Nous ne nous changerons pas les uns les autres sur des sujets aussi profonds simplement en échangeant des commentaires sur un blog, aussi passionnant soit-il. Aussi je resterai probablement à vos yeux un indécrottable scientiste. Je pense qu’il vous faudra faire avec cet état de faits un certain temps encore, car je n’ai certes pas l’intention de déserter cet endroit.

Cela transparaîtra vraisemblablement dans mes interventions, fût-ce malgré moi, car s’est profondément ancré dans ma personnalité. Figurez-vous, par exemple, que je suis de ceux qui ont hâte, plutôt que peur, de voir ce que pourrais donner la singularité technologique. C’est dire !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Singularit%C3%A9_technologique

Et ce bien que j’aie vu plus que mon lot de films d’anticipation, car il s’avère que vous avez également à faire à un solide geek, amateur de science-fiction.

Nos backgrounds philosophiques et spirituels différents nous amènerons probablement à envisager différemment certains évènements signalés dans les billets de notre hôte et à les commenter de même (et parfois peut être de façons complémentaires).

---

Maintenant, si vous le permettez, une petite réaction plus précisément sur votre formulation « je préfère la foi de nos ancêtres ».

Excusez-moi d’aborder cela sous la perspective de la logique, mais doit-il être question de préférence dans ce domaine ?

De deux choses l’une, soit Dieu existe, soit il n’existe pas.

La seule raison qu’il y aurait à lui vouer un culte serait la conviction intime qu’il existe (et qu’il est sensible au fait qu’on lui voue un culte). N’est-ce pas cela que l’on appelle la foi ? (je ne suis certes pas expert dans ce domaine)

Si vous avez cette conviction intime, il me semble qu’il n’est alors plus vraiment question de préférence : c’est comme cela et puis c’est tout.

Or, je crois percevoir dans votre formulation que vous exprimez bien une préférence par opposition à un « culte du progrès » que vous semblez trouver déprimant. Du coup, cela fait plutôt penser à un ressort psychologique (la foi comme une thérapie).

« Croire » (simplement) parce que c’est réconfortant occulte ce qui me semble être la question principale qui devrait primer sur toute autre dans ce domaine : est-ce que, oui ou non, Dieu existe ? J’ai bien évidemment ma conviction sur le sujet et je vous laisse la vôtre.

Mais peut être ne s’agissait-il que d’une formulation qui n’avait pas à être considérée comme révélatrice de quoi que ce soit, parce qu’il en fallait bien une.

simplet 14/10/2016 00:40

ses articles. Simplet un jour, simplet toujours.

simplet 14/10/2016 00:39

Félicitations au taulier. A plusieurs reprises, ces articles ont été repris par d'autres blogs. Cela prouve s'il le fallait, de la très haute qualité de ses réflexions. Blog passionnant. En passant j'ose féliciter également tous les intervenants pour la richesse des commentaires, la qualité des arguments contradictoires et leur courtoisie. Ce qui est rarement le cas sur le web où les débats tournent fréquemment à la vulgarité haineuse.

samuel 13/10/2016 22:13

@ yom

Si vous me permettez, je ne peux souscrire à plusieurs de vos propos, en effet, attendez plutôt de voir tout le déroulé de l'histoire contemporaine, pour moins vous prononcer naïvement sur la modernité, surtout au regard de cette bien folle course technologique entre les premières puissances de la planète.

Personnellement je préfère la foi de nos ancêtres, que tous ceux de nos jours qui vouent un tel culte voir pas moins inquiétant au progrès, surtout que nous n'avons pas encore tout vu de l'envers de la modernité, comme au regard d'une telle désinformation dans les premières sociétés "avancées" du globe. Je vous dis cela cordialement, car il me semble que les plus progressistes de nos sociétés actuelles, ne semblent pas plus s'en soucier que ça à l'égard des peuples les moins avancés devant le tout dérèglement climatique. Je dirais donc que vous êtes pas l'athée le plus naïf, puissiez-vous seulement un jour vous en rendre compte, ce que je veux dire par là, c'est que l'athéisme de plusieurs de nos jours c'est pas toujours ça non plus, cela pourrait expliquer pourquoi vous préférez adhérer inconsciemment au tout relativisme ambiant, et là croyez moi je recherche pas à taxer l'ensemble de vos propos de sophisme pur et dur. Vous pouvez bien sur bien peu vous en préoccuper, mais vous apercevoir par la suite, de quelque chose qui ne sera forcément pas mieux. Je vous en prie, prenez le temps de revoir plusieurs films d'anticipation si tout cela vous fait pas plus d'effet.

Sapristi 13/10/2016 20:27

Je suis tout de même assez d'accord avec les analyses précises de simplet, visiblement pas si simplet que ça. Mon cher Yom ceux qui vous accusent d'athéisme comme religion parmi d'autres n'ont certainement pas saisi fondamentalement le concept...Le problème pour moi serait plus les pseudo athéismes, lorsque des francs maçons me soutiennent que ce n'est pas une religion -ils le font quasi tous-, je leur rétorque qu'ils se rendent au "temple", qui n'est pas par essence un espace profane, à partir du moment où il y a un rituel et un principe divin alors qu'est ce que c'est?! (dans un "baptême républicain" (??!) on vous parle "d'être suprême", mais bien sur nous sommes sensés être une république laïque...). Une religion qui nie en être une, ça ne vous rappelle pas le communisme stalinien (récupération revisitée des dogmes chrétiens, création d'un homme nouveau, abolition des entités étatiques, censure intellectuelle, politique et spirituelle, l'Europe de l'Otan quoi... cf. Vladimir Boukovski)
D'ailleurs j'ai quelques questions à ce propos que j'exprimerai plus précisément bientôt: Poutine ne cache pas ses positions chrétiennes, ors les dirigeants de la Chine et de l'Inde se présentent comme athées, et ce depuis un certain temps, ils sont donc, que ça plaise où non, une cible privilégiée pour la franc maçonnerie internationale, dont il est difficile de nier qu'elle constitue un organe de noyautage et un levier de l'ombre pour l'empire, sans avoir besoin d'aller plus loin. Poutine pourrait-il avoir une influence dans ce sens, pourrait on assister dans quelques années, ou avant, à des dirigeants chinois ouvertement taoïstes, et indiens ouvertement hindous? Certains y verraient d'abord une espèce de réappropriation culturelle dynamique, d'autres y verront d'abord une épine de plus dans le pied d'argile du colosse impérial...
Qu'en pensez vous?

Observatus geopoliticus 13/10/2016 21:31

Bonsoir à tous ! Loin de moi l'idée de m'immiscer dans votre intéressant débat, mais je voudrais juste faire une petite rectification en passant, cher Sapristi.
Si les dirigeants chinois sont effectivement athées et utilisent le confucianisme (qui n'est pas une religion mais une sorte de morale sociale) à des fins de contrôle politique, ce n'est pas le cas des dirigeants indiens, dont une partie se revendique ouvertement hindoue. Modi par exemple, qui appartient au BJP et ne cache pas ses sentiments religieux.
Bien à vous tous.

Bozi lamouche 13/10/2016 15:25

Pardon @yom je ne peux que souscrire à ce que vous écrivez.

simplet 13/10/2016 13:29

Il n'empêche que Herr Dogan est et reste musulman. Il n'est pas derviche soufi ( souffa al khafa), mais ultra sunnite. Frère musulman, donc. Il reste respectueux de la tradition wahhabite. il pratique de ce fait la es charya( la "grande voie" pour atteindre la vérité et de ce fait peut pratiquer la taqya. ce vocable désigne l'autorisation de pratiquer toutes les traîtrises possibles et imaginables avec les dhimmis ou les croisés. Vladimir est un croisé. On peut s'attendre à un nouveau tour du sac à m...alices turc. Rien n'est jamais acquis. Surtout dans ce grand lupanar oriental.

theuric 14/10/2016 02:57

Yom,
Bon, je vous avoue que je me suis juste amusé, non pas à votre dépend, mais juste à une réflexion à la résolution d'un problème.
Je n'avais à ce moment là quasiment rien lu de se qu'il se disait et voulais poser quelque part un ensemble d'idées sur ce qu'est cette résolution de problème, bon, c'est tombé ici parce que j'avais chopé cette phrase au vol.
C'est vrai, c'est vrai, je me suis un peu conduit comme une mouche dans la soupe d'un grand restaurant.
Quand à la stabilité passée que les gouvernements irakien et syrien avaient porté d'antan, je ne peux qu'être d'accord avec vous.
Bon, bon, allez, je m'excuse de ce moment de légèreté philosophique, mais je vais tout de même creuser ce sujet de solutions fausses à un problème donné, de leurs effets pervers et de ce qu'il faut saisir des contextes passés et présents pour régler ce-dit problème, il me paraît des plus passionnant.
Parce que ,après tout, quand nous y songeons, il est en plein dans l'actualité.

Yom 14/10/2016 00:06

@simplet

Je crois que nous sommes en fait globalement d’accord sur le fond.

Je ne vois aucune impertinence à signaler l’ouverture, assez exceptionnelle pour la région, du baassisme.

Justement, je trouvais qu’il méritait mieux que d’être, en premier lieu dans vos interventions, cité au milieu de courants religieux comme le chiisme et le sunnisme ; comme s’il était exactement de même nature.

J’étais juste un peu pointilleux sur le vocabulaire, mais rien de grave.


@theuric

Vous commencez la réponse que vous me faites par « Quand une solution à un problème donné devient une composante du-dit problème », comme si c’était un fait acté.

Or mon propos était précisément de refuser une telle présentation en la dénonçant comme confusion ou sophisme.

Vous suggérez ensuite que la solution a été refusée parce qu’elle n’était pas bonne. Pour le valider, encore eut-il fallut que ceux qui on tant contribué à faire FINALEMENT échouer la solution dont il est ici question en aient une autre (supposément meilleure) à lui substituer. Or, mon sentiment, que je ré-itère, est qu’on a fait échouer cette solution non pas pour en proposer de meilleure, mais pour que le problème ne soit surtout pas résolu et que le chaos règne à la place.

J’insiste sur le « finalement » parce qu’il me semble que c’est une solution qui, pour les locaux, ne fonctionnait pas si mal si on lui avait foutu la paix. Il aura fallu de lourdes interventions extérieures (toujours les mêmes, USA et alliés wahabites) pour rompre ce qui était un équilibre sans doute imparfait mais néanmoins inégalé dans la région.

Le malheur que connaissent acuellement les syriens à très largement été importé de l’étranger. Sans cela la solution baasiste semblait fonctionner.

Bozi Lamouche 13/10/2016 20:51

@ theuric. Oui mais là on est dans une partie blitz... Il faut prendre des décisions vite.

Ce sont vos analyses auteur et lecteurs de ce blog notamment, bien plus que mes lectures, qui fondent en partie mes intuitions ....et je vous en remercie.
Cordialement

Bozi Lamouche 13/10/2016 20:34

Cher simplet c'est justement parce que je ne suis pas athée que je me permets d'affirmer que nous sommes loin d'une guerre de religion...
Quant à ma remarque relative à Israël c'est justement ce que je dénonce : l'idée du "tous dans le même sac".
Cordialement

simplet 13/10/2016 20:13

M'amener. Désolé, je tapes dans la nuit avec mes gros doigts agricoles...

simplet 13/10/2016 20:11

@ Cher Yom,
Je ne comprends pas très bien ce que vous désirez m'opposer et où vous voulez m'amené
Est-il impertinent de signaler que les baasisme a été relativement ouvert aux différentes philosophies religieuses, sans intervenir, sans prendre position, sans détruire?

@Cher Bouzi
C'est là votre considération relative aux religions. Vous m'accorderez pouvoir avoir ma propre interprétation à ce sujet.
Je ne suis pas plus d'accord avec votre assertion au sujet d'Israël qu'il ne faut pas confondre avec certains lobbys ethno-financiers situés bien loin du moyen-orient.


Est-il indécent de dire que oui, il a été repoussé et même plus, par certains
extrémismes ?

Quand à votre athéisme, il ne regarde que vous et ne peut servir de comparaison à ce qui se passe là-bas. L'Islam étant dans une lutte interne aussi intense que celles qui ont marqué notre histoire.

theuric 13/10/2016 19:50

Yom,
Si je puis me permettre une approche purement théorique.
Quand une solution à un problème donné devient une composante du-dit problème c'est que celle-ci n'était tout simplement pas bonne.
Ainsi, ce qui fait que la solution dont vous discutez fut repoussée c'est que celui la proposant n'avait pas pris en compte tous les facteurs, dont, ici, ceux humains.
Donc, pour éviter ce type de difficulté et trouver une solution viable à un problème, d'autant plus de grande complexité, il faut d'abord en comprendre tous les facteurs, ou au moins le plus possible, dont les causes originelles, les plus importants.
Bozy,
De reprendre une partie de cette phrase : " ... Je pense aussi que les russes sont derrière...Comme je l'ai écrit -et les joueurs d'échecs me comprendront mieux - Poutine force les coups ... ".
Avec Monsieur Erdogane, Monsieur Poutine se l'ait joué fine, c'est vrai, mais remontez un petit peu dans le temps, disons de quelques années, il y a quelques joyeuses concomitances entre, par exemple, l'avions d'un président sud-américain détourné en Europe, une guerre civiles en Ukraine et d'autres petits trucs du même genre.
Il n'y a pas de lien, possible, sinon ce n'est pas de la fine partie d'échec, mais du grand art.
Ce qui me rassure, c'est qu'il y en a qui lisent encore Machiavel.

Yom 13/10/2016 15:47

@simplet

L’approche que vous nous exposez concernant le baasisme revient à dire qu’une solution proposée à un problème passe au statut de composante du problème lui-même quand elle a été vicéralement repoussée par ceux qui n’avaient pas intérêt à ce que le problème soit solutionné.

Ca me fait le même effet que lorsqu’on me rétorque que mon athéisme n’est finalement qu’une religion parmi d’autre. C’est un relativisme bien commode pour certains auquel je ne saurais adhérer.

Cela relève soit de la confusion sur le plan de ce que le mathématicien enfoui en moi appellerait une théorie des catégories appliquée aux idéologies, soit du sophisme pur et simple.

simplet 13/10/2016 15:39

J'oublie les alaouites... Haïs par les sunnites, tolérés par les chiites qui méprisent quand même un peu, mais ne veulent pas les égorger.
En un résumé très succin: Les alaouites ont trouvé refuge en Syrie, il y a bien longtemps. Ils ont subis bien de moments tempétueux et finalement les baasistes leur ont offert un havre sous certaines conditions.
Remarque: du temps de Saddam baasiste en Irak, terreur ou pas, la paix religieuse existait aussi. Bush, l’extrémiste chrétien anglo-saxon est passé par là...

simplet 13/10/2016 15:31

Cher Yom
Le baas n'est pas un intrus, car il se veut être laïque, pan-arabe et socialiste à la mode berbero-arabe. Protection sinon autorisation de toutes tendances religieuses. En ce compris le sunnisme, le chiisme, le judaïsme, le christianisme. Il a donc généré une vie plus ou moins paisible entre ces communautés. Cause majeure de cette volonté de l'éradiquer. Il a donc pris une place prépondérante dans l'antagonisme des deux voies musulmanes. Contre son gré et vu la violence sunno-wahhabite ( différent pétrolier entre l'Arabie, Quatar contre l'Iran) il s'est rallié à l'Iran chiite causant l'ire de la péninsule arabique. D'où l'axe Téhéran,Bagdad, Damas. Inadmissible pour les alliés us, arabes, qataris.

Bozi lamouche 13/10/2016 15:24

@ : je ne peux que souscrire à ce que vous écrivez.
@ simplet : la religion n'est là que pour enfumer les peuples...complexifier les choses...
Un peu comme Israël dont les multiples contacts permettent aux complotistes de dire tout et son contraire...
les fils Erdogan se sont enrichis avec le pétrole de daesh, si il y a de l'argent à prendre demain avec les iraniens...

Yom 13/10/2016 15:01

@simplet
Il me semble qu’un intru s’est glissé dans ce que vous présentez comme des courants religieux.

Le baasisme est une idéologie (mélange de socialisme et de nationalisme arabe ; ce qui ne veut pas dire national-socialisme) qui fait plutôt la part belle à la laïcité.

C’est même une intriguante constante des interventions américaines dans la région que de s’attaquer aux régimes les plus laïcs. On pourrait d’ailleurs étendre cette remarque plus globalement aux interventions occidentales en remontant aux opérations franco-britaniques contre Nasser.

Manifestement, en haut lieu, on préfère que cette région reste piégée dans une mentalité médiévale obscurantiste plutôt que de la voir accéder à la modernité. Il ne manquerait plus qu’ils finissent par pouvoir voler de leurs propres ailes …

simplet 13/10/2016 14:20

Bozi Lamouche,

Dans ces régions et avec les parties prenantes, nous ne sommes jamais loin d'une guerre religieuse.
Regardez-y de prêt, cher ami! Iran chiite, Irak chiite, Syrie baasiste et alaouite contre toutes les tendances généralement sunnites et particulièrement wahhabites. Certaines motivations de cette guerre sont plus que jamais religieuses. Autrement dit, les locaux sont motivés par la religion et les ingérants étrangers pour des raisons économiques et de présence géopolitique. La Russie est là aussi pour prémunir ses frontières contre l'extrêmisme.

Bozi lamouche 13/10/2016 13:54

@simplet : Ne tombez pas dans le piège : nous ne sommes pas dans une guerre de religion !!
@henrietta : dans les archives de ce blog le 19 décembre : je cite "A tel point qu'un intéressant article d'un journaliste réputé affirme que c'était ni plus ni moins un piège tendu par les Russes. SI nous ne sommes pas forcément d'accord avec les conclusions de l'auteur, le fait méritait d'être cité."... Je pense aussi que les russes sont derrière...Comme je l'ai écrit -et les joueurs d'échecs me comprendront mieux - Poutine force les coups et Erdogan qui n'a plus le choix que de le suivre in fine...
Je pense que si on admet cela tout devient éclairant et on comprend pourquoi Poutine a toujours un coup d'avance...cerise sur la gâteau Poutine lui sauve la vie....
Du très très haut niveau....

Henrietta 13/10/2016 10:57

Bonjour,
Vladimir est vraiment un homme politique génial, ou du moins, le seul digne de ce nom. Combien d'imbéciles à sa place auraient savouré la chute du sultan, sans voir qu'il serait remplacé par un fanatique pro USA encore pire ? Certainement beaucoup, mais lui non. Lui, il sauve le cul d'un ennemi sans transiger avec ses principes (le droit avant la force), et il rafle la cagnote. Impérial ! ^^

Observatus geopoliticus 13/10/2016 21:43

Effectivement Henrietta, c'est le propre des grands stratèges. Plutôt que de jeter la pomme pourrie, la laisser dans le panier de l'OTAN pour paralyser l'empire. Sun Tzu a trouvé son petit-fils spirituel...
Grognard, votre expression "bracelet électronique économique" est excellente et tellement juste.

Gtognard 13/10/2016 17:23

@ Henrietta

D'accord avec vous.
Permettez moi d'ajouter qu'il est de bonne guerre de rendre un allié moins sur au sein d'une alliance.
Pour le même motif mieux vaut un contrôle relatif sur un adversaire potentiel qui sait ce qu'il vous doit que pas de contrôle du tout ; surtout quand dans le même temps vous vous proposez de lui poser disons un bracelet électronique économique.
Le turc stream est une laisse dont il sera difficile de se défaire.
La négociation des lignes rouge serait intéressante à suivre.

Charles Rohmer 13/10/2016 10:00

Le Derviche Tournicoteur comme facteur d'équilibre ?
J'explique un peu: l'accord gazier ressucité, mais déboulant chez les Grecs demandera à l'Equilibriste une certaine modération et un brin de finesse, notament dans ses relations avec l'OTAN.
Conclusion péremptoire, on peut oublier une sortie et d'ailleurs Putin s'il en était besoin le lui expliquera. L'otan gardera donc cet allié faux jeton professionnel chez Déloyal &Co, L'Irak et la Syrie composeront avec ses immixtions militaires satisfait en partie de ses façons anti-kurdistan, pas content de son laxisme Daescheux.

Trajet Russie Turquie OK disons, et à l'arrivée ?

Car des oppositions en Bruxelland existerons, y compris en Grèce. Mais aussi de fortes demandes Hongrie et Italie, Balkans et peut-être jusqu'à Vienne.

Il y avait une information concernant le début de travaux d'accueil, plutot suite aux découvertes Israelo-Syro-Chypriotes, mais l'endroit Alexandroupolis et juste après la frontière avec la Turquie. C'est aussi la région de Komotini avec forte (150.000) minorité turque.

De là le tuyau pourrait remonter Nord (Bulgarie à 70 km) ou s'étendre Ouest: but ultime Italie du Sud.

Pour suivre le serpentin se munir de la carte Michelin n° 705 - 6 €, vous en aurez besoin dans les années qui suivent ou se référer à la carte plus sommaire fournie à tout émigré organisé. Gazoduc ou émigrés Bruxelles devra choisir.

Observatus geopoliticus 13/10/2016 21:50

Tout à fait, cher Charles. Comme le disent Henrietta et Grognard plus haut, le sultan est plus utile à Moscou au sein de l'empire qu'en dehors. Surtout que l'Organisation de Coopération de Shanghai et particulièrement la Chine n'ont aucune envie de l'accueillir...
A l'arrivée du tube, il n'est pas sûr que Gazprom en soit le tenancier. En décembre 2014, lorsque le projet initial avait été dévoilé, les Russes avaient dit en substance aux Européens "nous l'amenons à la frontière de l'UE et ensuite, vous vous démerdez".

Yom 13/10/2016 09:37

Fort bien, mais quid des kurdes dans tout cela ?

La consommation de ce rapprochement russo-turc semble définitivement sonner le glas de leurs rêves de Kurdistan (sauf tour de force inouï de la diplomacie russe).

J’entrevois déjà une vague de navets hollywoodiens dans lesquels les gentils américains aident les gentils kurdes à résister aux méchants oppresseurs turcs moustachus aidés par les décidément très méchants russes. Comme le fît en son temps Sylvester Stalone dans Rambo III pour ces si gentils rebelles afghans … (non, rien de rien, non on ne regrette jamais rien chez les (néo)cons).

Mais, cinéma mis à part, la présence sur le tracé d’une population en colère et encline au dynamitage protestataire n’est-elle pas une menace mortelle pour un tel projet de gazoduc ?

---

Comme vous semblez avoir des radars partout sur la toile, je pense que ça ne vous aura pas échappé, mais au cas où je vous signale la parution sur le site RT France d’un article de Pepe Escobar dédié au grand jeu, avec pour porte d’entrée le projet de nouvelle route de la soie.

https://francais.rt.com/opinions/27446-routes-soie-washington

Revêtu par le nouveau système de commentaires du site de mon chapeau de chef orange, j’en ai profité pour faire un peu de promotion pour votre blog.

Observatus geopoliticus 14/10/2016 00:21

Exactement. J'en avais d'ailleurs parlé ici avec une carte fort utile sur le peuplement kurde : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/03/comme-si-erdogan-n-avait-pas-assez-de-problemes.html
Ici aussi : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2015/07/turquirit-turquipleure.html
Bien à vous

Yom 13/10/2016 23:46

Merci pour la correction.

Je me souvenais effectivement avoir lu le cas de gazoducs dynamités par des kurdes en colère, mais je n’avais pas pris la peine d’aller vérifier lesquels et où précisément.

J’aurai donc confondu deux théâtres différents.

Du coup, c’est du tout bon pour la Russie, car c’est son allié iranien qui aura du mal à devenir le concurrent qu’il pourrait être.

Observatus geopoliticus 13/10/2016 21:56

Merci, cher ami.
Oui, quid des Kurdes ? Il appert qu'ils finiront comme les dindons de la farce mais méfiance, l'équation a de nombreuses inconnues et les retournements de situation sont légion.
Petite rectification : le Turk Stream ne passera absolument pas par les zones kurdes ; il ne posera même pas un boulon dans la Turquie asiatique puisqu'il arrivera au nord d'Istanbul. Par contre, ce sont les tubes irako-kurdes (PDK) qui morflent ainsi que les peut-être futurs gazoducs iranien et azéri. Eux, oui, ils passent/passeront en plein Kurdistan et ont déjà sauté plusieurs fois (j'en ai parlé dans plusieurs billets plus anciens).
Bien à vous

Euclide 13/10/2016 09:12

Errare: je voulais dire qu'il n'y a " pas" de bons dans le conflit Syro-irakien.

Euclide 13/10/2016 09:09

Bonjour Observatus,
Je suis un peu hors sujet par rapport à votre tuyau gazier mais je trouve que cela s'agite beaucoup dans la péninsule Yéménite. Il semblerait que les Saouds ont eu tort de s'aventurer là bas.

Je pense aussi que vous avez lu , l'article de Pierre Beylau du Point , il dit qu'il n'y a de bons dans le conflit Syro Irakien.

Enfin, pour terminer certaines personnes pensent à un gros attentat ou un assassinat de Trump si il était élu. Enfin qu'eque chose qui va déstabiliser l'Univers. Wait and see.

Observatus geopoliticus 13/10/2016 21:58

Oui, cher Euclide, je vais bientôt refaire un billet sur le Yémen car ça dégénère là-bas. Et pas plus tard qu'aujourd'hui, les USA ont bombardé les Houtis (en représailles disent-ils).

Olga 13/10/2016 07:31

@Observatus Geopoliticus

Merci pour votre observation instructive à la suite de mon commentaire. En ce qui concerne Mai 68, je suis convaincue que c'est la CIA avec l'accord de la puissance financière qui ont renversé de Gaulle.

Les déclarations de l'historien Henri Guillemain sur le sujet: https://www.youtube.com/watch?v=lA9BwSJJY6Q

Comme par hasard, c'est ensuite Pompidou qui a été élu président, lui même issu de la banque Rothschild. Et comme tout le monde le sait, c'est Giscard qui pris la suite et imposa comme par hasard la fameuse Loi Pompidou de 1973 privant la France de son pouvoir de battre monnaie et qui l'obligea à emprunter sur les marchés financiers privés. C'est une logique implacable dans la suite des faits et le début de la descente aux enfers de notre pays.

A ce propos, on pourra observer la duplicité de ce même Pompidou qui dénonçait ces "forces de gauche" (pilotées en sous main par la CIA) désireuses de déstabiliser le pays alors que ce sont ses propres maîtres qui organisèrent sciemment ce désordre afin d'éjecter de Gaulle. Il est navrant de constater qu'au royaume de France, les traitres sont légion et ça ne date pas d'hier....

https://www.youtube.com/watch?v=oa3vkP412gA

D'ailleurs de Gaulle avait bien prévenu à l'époque du danger qui guettait notre pays mais les français se sont faits avoir en beauté. Mai 68 fut une des nombreuses opérations sous faux drapeau dont les américains usèrent et abusèrent pendant des décennies afin de renverser un grand nombre de chefs d'état. Depuis de Gaulle, il n'y pas eu besoin de renverser les nôtres, il suffit de les acheter ! On voit où on en est arrivé....

https://www.youtube.com/watch?v=v7PfTAOAp6M
(Remarque : c'est la video qui m'intéresse et non les commentaires en dessous émanant de l'UPR. Je ne suis encartée chez aucun parti politique et je les fuis comme la peste)

De Gaulle dérangeait pas mal de monde avec son idée de souveraineté et d'indépendance de la France. Outre les Etats Unis, il dérangeait également le lobby financier mais aussi Israel puisqu'il s'est opposé à l'aide française pour le nucléaire israélien qu'avaient mise en place ses prédécesseurs.

https://www.youtube.com/watch?v=e8NGh-h_flw

Malheureusement, le général de Gaulle n'a pas été assez méfiant et pourtant ce qui est arrivé à JFK aurait dû déclencher la sonnette d'alarme. Je pense que son grand âge mais aussi son entourage lui ont fait défaut. Les méfaits du SAC lui ont beaucoup porté préjudice et je me demande comment il a pu laisser cette organisation commettre tant de méfaits car il a largement fermé les yeux. Dans le gouvernement de De Gaulle il y avait aussi de sacrés salopards et une certaine mafia y avait ses entrées. A ce propos, un livre édifiant paru dans les années 70 et qui malheureusement n'est plus édité en parle fort bien (D comme Drogue). Le nom de l'innénarable Pasqua revient très souvent (Record du monde des mises en examens !). J'ai eu la chance de pouvoir conserver ce livre car à l'époque ma mère était libraire et il est resté depuis dans la bibliothèque familiale. Il a été fait par un journaliste d'investigation qui a subi de très grosses pressions ainsi que son éditeur avant sa parution. Ouvrage remarquablement documenté où l'on découvre les dessous du trafic de drogue, des financements occultes et des multiples magouilles des élus. Aux vues de tout ce qui est dénoncé, on comprend mieux pourquoi il n'est plus édité !.

A lire absolument le remarquable travail de l'historien suisse Daniele Ganser concernant le travail de sape de la CIA dans tous les pays d'Europe depuis la Seconde Guerre Mondiale. On peut le trouver sur le site de Thierry Meyssan (voltairenet.org). Sur le site, taper Daniele Ganser et tous les articles apparaitront. Il a fait un énorme travail avec des archives et documents déclassés et franchement c'est passionnant à lire !

Enfin, pour avoir aussi un bon aperçu des actions de la CIA en France, je vous invite fortement à découvrier le livre du journaliste indépendant Vincent Nouzille (Les dossiers de la CIA sur la France 1958-1981 - Dans le secret des présidents) paru en 2010 aux Editons Pluriel). Il s'est rendu aux Etats Unis et a consulté tous les documents déclassifiés. Il a également ensuite publié le même dossier pour la période 1981-2010.

Cher Observatus Geopoliticus, continuez à nous instruire sur ce qui se passe en ce moment car vos articles sont toujours très justes, éclairants et plein de bon sens. Merci d'oeuvrer pour la vérité !
Bien à vous.

Observatus geopoliticus 13/10/2016 22:03

Merci à vous, chère Olga, et merci pour ce commentaire-fleuve extrêmement intéressant et documenté. Quand on voit les pseudo "analyses" des plumitifs stagiaires qui pullulent dans la MSN et, par ailleurs, le talent d'honnêtes femmes et hommes qui n'est pas utilisé, on se dit qu'on marche vraiment sur la tête... Un seul de vos paragraphes vaut plus qu'une année d'articles d'un Pierre Avril (Fig à rot) ou d'un Jauvert (Nouvel Oups).
Bien cordialement

Jean 12/10/2016 23:14

Qui l'aurait pensé après un avion russe abattu par les forces turques

Observatus geopoliticus 12/10/2016 23:36

En géopolitique, la réalité dépasse souvent la fiction, mon cher Jean. Pourquoi regarder des films alors que nous avons un thriller haletant sous les yeux ?

simplet 12/10/2016 21:17

La grande porte se referme sur les doigts occidentaux.
Pas de Salomé ou Shéhérazade possibles. Mémé la tremblote ne peut ni suivre, ni danser vu ses insultes adressées à Putine, en plus de ses prothèses.
Pendant ce temps, la presse pleure le vague à l'âme de notre cher président ou, au choix, le ton monte entre les chevaux de labour droitiers qui, évènement majeur mondial concourent pour une primaire.

Je vote pour qu'ils règlent cela sur un ring. Qu'est-ce qu'on se poilerait.

Olga 13/10/2016 10:16

"En géopolitique, la réalité dépasse souvent la fiction"

Tellement vrai car parfois l'enfumage est énorme : http://reinformation.tv/soldats-fantomes-afghanistan-payes-usa-dolhein-60661-2/

"Plus le mensonge est gros plus il passe" (Joseph Gobboels)

On peut dire que le Pentagone a décroché la palme d'or dans ce domaine. Décidément le rêve américain est devenu un sacré cauchemar. Au peuple américain d'en juger....

Observatus geopoliticus 12/10/2016 23:42

Guerre civile à la romaine sur le Capitole ? Hé hé...

Ady85 12/10/2016 22:57

Cette élection est tellement tendue aux USA, y a une telle détestation des deux candidats, que je me demande même si quelque soit le vainqueur, des affrontements de rue ou de très fortes tensions ne risque pas d'avoir lieu sur le sol US (DEDEFENSA à déjà évoqué quelque peu ce risque).

Beaucoup de partisans de Trump considèrent d'ailleurs d'ores et déjà que si Clinton est élue, alors c'est que des fraudes auront eu lieu..

Observatus geopoliticus 12/10/2016 22:11

Surtout que les commentaires de l'hilarante sur la nécessité d'armer les Kurdes (pour une fois qu'elle ne sort pas une connerie) a été très mal pris par le sultan qui a qualifié ses paroles d'ineptes : https://www.almasdarnews.com/article/clinton-comments-arming-kurds-politically-inept-erdogan/

Robin 12/10/2016 20:06

Votre Blog est génial !
Merci pour votre travail emprunt de clarté, de factualité, de vérité et d'humour.
Bien à vous.

Observatus geopoliticus 12/10/2016 22:02

Merci à vous, cher Robin. Au plaisir de vous lire.

Olga 12/10/2016 18:41

Merci beaucoup pour cette très bonne nouvelle ! Celle d'hier était aussi assez réjouissante :

http://www.pravdafrance.com/news/defense/10-10-2016/1303712-DEFENSE-0/

Apparemment Vladimir Poutine a enclenché la surmultipliée contre l'axe du mal; Qu'il en soit béni !
La voie est tracée et à nous maintenant en Europe de nous extirper de ce carcan ce qui va être beaucoup plus difficile vu le niveau de nos politiques. Vaste problème....

Observatus geopoliticus 16/10/2016 22:03

Pas de politique, Chris, surtout quand vous dites des bêtises : le FN veut sortir de l'OTAN, comme Mélenchon d'ailleurs, tandis que Sarkozy est au contraire, comme Hollande, enclin à toujours plus d'OTAN. Là encore, BO-BO vs LI-LI...

Chris 16/10/2016 12:28

@madudu
Allégeance de Sarko, FN, etc... à la politique de la Russie.
Je n'en crois pas un mot. Ne sont-ce pas plutôt des "chevaux" de Troye pour casser la résistance russe... mais aussi celle des Français qui prennent en horreur leur classe politique corrompue ?
Pourquoi je n'y crois pas ? Parce qu'aucun parmi eux ne parlent de sortir de l'Union Européenne ni de l'OTAN. Certes, ils dissertent à l'envi de "changer l'UE". Un refrain connu depuis 40 ans.
Ne pas oublier que l'OTAN, dont le commandement suprême est à Washington, FAIT la politique européenne. Alors que le TTIP-TISA, toujours en négociation, nous mettra sous dépendance directe des lois américaines.

Observatus geopoliticus 13/10/2016 21:38

Oui, quand je parlais d'enfants perdus de l'UMP, je pensais plus à Fillon, dont la russophilie est sincère et ancienne, qu'à Sarkozy, plus dans une optique de récupération.

Madudu 13/10/2016 14:48

Vous oubliez les collabos ubiquistes, qui n'ont pas vraiment d'opinion et qui s'alignent sur celui qu'ils considèrent comme le gagnant, ou le futur gagnant.

Sarko en est un stéréotype remarquable, lui qui a léché les bottes (ainsi que d'autres parties encore moins appétissantes) des US comme aucun autre président français avant lui (il a été dépassé par Hollande, néanmoins), et qui maintenant prête allégeance à la Russie comme le ferait un petit vassal ne détenant qu'un lopin de terre insignifiant.

Mais il n'est pas le seul, loin de là, et ce sont vraisemblablement ceux de son espèce qui tourneront la France vers la Russie. Dans le déshonneur malheureusement, puisqu'ils ne savent pas faire autrement.

Observatus geopoliticus 12/10/2016 23:57

Vous pointez doigt la vraie ligne de fracture de la politique française depuis 50 ans, qui transcende la fausse division gauche-droite : BO-BO ("bolchéviks"-bonapartistes) vs LI-LI (libéraux-libertaires).

- Les bo-bo : courant politique qui va de l'alliance de facto De Gaulle-communistes dans les années 60 jusqu'à Le Pen-Mélenchon de nos jours + Villiers, Dupont-Aignan et quelques enfants perdus de l'UMP. Ils ont une certaine idée de la souveraineté française, de l'indépendance nationale, de la multipolarité du monde, ressentent une grande méfiance envers Washington et poussent à un rapprochement avec Moscou.
- Les li-li ont pris le pouvoir au tournant des années 70 (à se demander si la CIA n'est pas derrière Mai 68...) C'est la droite libérale (Giscard) et la gauche libertaire des soixante-huitards (est-ce un hasard si les BHL, Kouchner, Cohn-Bendit & co sont aujourd'hui le fers de lance de l'empire ?) et cela court jusqu'à l'actuelle UMPS. Ils sont les plus fervents partisans du système impérial américain qui s'est mis en place en Europe occidentale après 1945, avec toutes ses composantes : OTAN, construction européenne (projet de la CIA faut-il le rappeler), libéralisme économique, néo-conservatisme diplomatique...

Ce système li-li qui sévit depuis plus de quarante ans est devenu un tout cohérent, presque unifié. On ne peut pas lire l'imMonde et être contre l'OTAN, ni être pro-américain et anti-UE, ni voter UMPS et vouloir rompre avec les Saoudiens... car tout cela est devenu une seule et même chose, un système avec sa propre logique interne où chacun des ingrédients est indispensable.
Les bo-bo sont l'anti-système, l'exact opposé : rupture avec les pétromonarchies, rapprochement avec la Russie, l'Iran, sortie de l'EU (Mélenchon est néanmoins assez timoré sur ce point) voire de l'OTAN...

Madudu 12/10/2016 22:35

Ca peut tourner plus vite qu'il n'y paraît :

-Marine Le Pen s'est alignée sur Moscou en politique extérieure.

-Les autres à "l'extrême droite" aussi (De Villiers, Dupont-Aignan).

-Sarko a prêté allégeance à la Russie, de la manière la plus basse qui soit, pas mal faux-cul aussi mais ça c'est dans le bonhomme (voir https://francais.rt.com/international/22228-nicolas-sarkozy-discours-forum-economique-saint-petersbourg, mais vous êtes prévenu c'est affligeant de médiocrité).

-J'ai cru comprendre qu'à l'UMP ils sont nombreux à suivre la ligne de Sarko sur ce point-ci (Rachida, NKM, Fillon, ...).

-Mélenchon montre également des signes de russophilie opportuniste (et refoulée, pour l'instant).

Au final il ne reste que le PS, les "verts" et les centristes qui ne sont pas à ma connaissance en cours de retournement de veste caractérisé. D'ailleurs je ne connais rien de leurs agissements et de leurs prises de paroles, ce qui explique peut-être cela ^^

Observatus geopoliticus 12/10/2016 22:03

Oulah, voilà qui sera bien plus compliqué. Vaste problème, comme vous dites, chère Olga...

theuric 12/10/2016 17:51

Les américains ne peuvent pas ne pas faire un dernier coup tordu, je ne sais pas lequel mais il aura lieu.
Ils sont désormais dos au mur et ce sera une tentative désespérée de contenir le délitement de leur structure impériale.
En fait, si nous comparons la grande région méditerranéenne aux échecs, ils se retrouveraient très près du mat.
Pour les étasuniens, entre une économie qui part en sucette, une Madame Clinton hilarante de ses bévues, malversations et autres joyeusetés et leur perte déjà assurée de la Méditerranée, géostratégiquement capital, l'affolement doit commencer à gagner cœurs et esprits.
Ce qui ne pas être de bon conseil et peut générer beaucoup d'erreurs.
Si ils se sentent totalement bloqués en mer centrale, ils peuvent très bien faire cette dernière tentative à la marge, peut être est-ce pour cela que le chef de l'état russe ne s'est pas rendu en France.
D'un autre coté, l'U.E. se trouve elle aussi à un point critique et peu s'en faut pour qu'un de ses pays s'enflamme, il ne suffit que de lire les textes sur Monsieur Hollande pour s'en assurer.
En fait, l'empire, ici, est bloqué de toutes part, alors, soit il ne fait rien, mais ce n'est pas son genre, soit, plus assurément, il fera une grosse, grosse, grosse bêtise.
Et ça marquera le début de sa fin.

Observatus geopoliticus 12/10/2016 22:18

L'empire s'accroche aux branches qu'il trouve et qui sont chaque fois moins nombreuses, c'est vrai. Toutefois, cher Theuric, il convient de ne pas faire l'erreur de croire qu'il ne lui en reste plus. S'il ne peut plus enrayer la machine du déclin, il a encore une capacité de nuisance certaine. Regardez le Brésil qu'il a réussi à retourner (temporairement peut-être).
Certes, ses victoires sont de jour en jour plus rares, mais ne vendons pas les plumes de l'aigle avant de l'avoir... plumé.

Charles Michael 12/10/2016 17:44

Le tempo s'accélère et je visualise bien notre Observatus geopoliticus rivé aux manettes; mais je l'avais prévenu, héhé.

L'Allemagne doublant ses capacités aurat'elle un surplus à distribuer ? pas sur car le plan germain est de diminuer la pollution due à sa production électrique 40 % à base de charbon et lignite, là le lobby concerné râle fort, ou sortir complétement du nucléaire, ou les deux.

Attention Erdo car la Dinasty ne lâche jamais. Faut que je machouille un peu tout ça; mais ça sent bon.

Observatus geopoliticus 13/10/2016 21:32

Une buse aurait effectivement été plus appropriée...

samuel 13/10/2016 18:33

Qu'il est dommage que les premières huiles étoilées de l'oncle sam dans l'histoire du nouveau monde se soient appropriés le symbole de l'aigle, car pour les premiers indiens de l'Amérique, l'aigle, symbolisait bien plus autre chose que le mensonge des premiers médias dominants.

Observatus geopoliticus 12/10/2016 22:33

Tu parles, Charles... ^^
Poutine a joué finement en flattant l'égo de la grosse Bertha quand il a proposé le doublement du Nord Stream. Soudain, l'aigle teuton a fait taire toutes ses récriminations : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2015/11/l-ours-la-memere-et-les-nains-geignards.html
Mais si, comme vous dites, l'ogre allemand avale tout, restera toujours la possibilité de doubler le Turk Stream.

bozi lamouche 12/10/2016 16:27

logique : turkstream contre sortie de l'otan...je vous en parlais au début en novembre dernier....le président turc reprend ses intérêt en main pas ceux du BAO...

Loic 12/10/2016 16:08

Bonjour,

La Russie sait parfaitement se rapprocher même de ses ennemis quand il s'agit de ses intérêt. Pas sûr que la relation turco-russe soit si apaisée que ça mais l'enjeu énergetique fait revenir les acteurs à la raison. Après les divergences notamment sur la Syrie reste abyssaux, il sera intéressant de voir comment ça va évoluer de ce côté là parce que c'est clairement l'impasse chez les uns et les autres aussi bien que sur le terrain.

Pendant ce temps là Hollande fait son caca nerveux parce que Poutine voulait inaugurer un centre culturel en parallèle à une entrevue sur le dossier syrien, un bien petit président qui n'a toujours pas compris les enjeux du monde qui l'entoure. Il aura tout lieu d'y réfléchir quand il n'aura plus que ça à faire à partir de Mai prochain.

Gtognard 14/10/2016 00:10

Bonsoir Loic

" un bien petit président qui n'a toujours pas compris les enjeux du monde qui l'entoure."
C'est peut-être pire.
Je pense que la russophobie du pouvoir tient au fait que la Russie représente une alternative qui est aux antipodes de ce que les bâtisseurs de l'UE essayent de nous faire gober.
Pour ce pouvoir et ceux qu'il représente la lutte n'est pas tant politique qu'existentielle.