Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Ô douce ironie...

9 Octobre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis

Ô douce ironie...

Avant le débat Trump-Clinton de ce soir, entre les deux candidats les plus impopulaires de mémoire d'homme aux Etats-Unis dans ce qui est pourtant l'élection la plus importante de l'histoire de ce pays, ce prodigieux sondage du Wall Street Journal, peu suspect de russophilie : les Américains ont une plus mauvaise image des deux duettistes présidentiels US que de Poutine !

Enfer et damnation. C'est le ciel qui tombe sur la tête des néo-cons, faucons ou vrais cons qui hantent les corridors du pouvoir à Washington. Toute cette propagande, ces tombereaux de désinformation et de diabolisation pour rien...

Dans le détail, 44% des personnes interrogées ont une opinion très négative du Donald, 41% de l'hilarante et 38% de Vladimirovitch.

Percent of voters with 'very negative' views :

Donald Trump: 44%
Hillary Clinton: 41%
Vladimir Putin: 38%

(Source: WSJ/NBC News polling)

Here's another measure of the dim view that voters take of the two candidates: more people hold a "very negative" view of them than they do of Russian President Vladimir Putin.

Partager cet article

Commenter cet article

Eric83 11/10/2016 14:12

La presse anglo-saxonne "se lâche" depuis quelques heures sur un des derniers "Podesta-Clinton-Leaks" de la semaine dernière, mais pour le moment pas la presse française. Est-ce étonnant puisque quasiment aucune information sur ces Leaks n'ont fait l'objet d'articles avant le débat Trump/Clinton ?
Entre autres, selon ces informations, Killary était parfaitement informée de financements "secrets" de l'EI par les gouvernements du Qatar et de l'AS.
Quand Trump dit que Killary devrait être en prison, peut-on lui donner tort ?
Un des articles les plus complets :
http://www.zerohedge.com/news/2016-10-11/hillary-confirms-saudi-arabia-qatar-are-funding-isis-leaked-email
Des nuages très très sombres viennent de s'amonceller sur la candidature de Killary. Cette information risque de plus de causer de lourds dommages collatéraux dans le contexte, par exemple, du récent veto d'Obama pour empêcher les citoyens américains de poursuivre le gouvernement de l'AS ou de la vente de milliards de dollars d'armes à ce gouvernement..

Observatus geopoliticus 11/10/2016 14:59

Ah Eric, vous avez envoyé ce message au moment même où j'écrivais mon billet sur cette info. Les grands esprits se rencontrent ^^

Eric83 11/10/2016 13:52

Trump a-t-il déjà perdu l'élection US face à Killary ? Le cas échéant, est-ce une fin ou un réel commencement ? Ci-joint deux analyses intéressantes de Bruno Bertez sur le "révélateur du Système" qu'aura, quoiqu'il en soit, permis la candidature de Trump:
https://brunobertez.com/2016/10/10/lestablishment-a-detruit-la-candidature-de-trump-la-campagne-est-finie-mais-cest-le-vrai-commencement/
https://brunobertez.com/2016/10/11/billet-apres-trump-quelques-enseignements-de-la-revolte-populiste/

Observatus geopoliticus 11/10/2016 16:33

Vous n'avez absolument pas à être désolé, cher Eric, au contraire !
Le parti-pris de la presstituée est égal à la panique que ressent le système qui s'arc-boute sur ses derniers piliers...

Eric83 11/10/2016 16:27

Désolé Observatus, d'autant que je n'ai pas talents d'écriture.

La presse française toujours aux abonnés absents sur les "Podesta-Clinton-Leaks".
A croire que les français peuvent voter aux élections US et que nous ne devons surtout pas être informés des scandales impliquant Killary et qui sont en train d'être révélés notamment aux US !

Jean 10/10/2016 22:07

Intéressante chronique de Zemmour au sujet du programme de Trump.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/donald-trump-c-est-la-gauche-des-annees-30-dit-eric-zemmour-7785008314

simplet 10/10/2016 17:29

https://francais.rt.com/opinions/27403-bruxelles-otan-crise

Armée pan-européenne commandée par les allemands.
Cela commence doucettement, à teutons feutrés et...
Ce n'est pas une première, on a déjà eu cela une armée pan européenne commandée par nos amis germains:
- waffen ss Charlemagne
- waffen ss Wallonie
- waffen ss Landstorm
- waffen ss Nederland
-waffen ss Langmark
- waffen ss Wiking
et plus à l'est
- waffen ss Handschar, Kama, Galicie,Skanderberg, Hunyady.
Et on me dira encore que j'hallucine.
On y va, on y retourne!

anonymus 10/10/2016 16:44

Si Monsieur Poutine se présentait aux élections américaines, il serait sans conteste élu.
En France aussi d'ailleurs...

Yom 10/10/2016 10:29

Belles démocraties que celles qui ne donnent aux électeurs de choix qu’entre des candidats honnis.

On risque bien de voir la même chose se produire en France en 2017, si le casting du second tour de la présidentielle se trouve être le même qu’en 2012.

Cela doit être une des « améliorations » qu’apportent des primaires de partis à une élection.

Yom 10/10/2016 15:39

Ce que l’on risque de voir, c’est l’élection automatique au second tour de l’un des deux du cru 2012 face à un épouvantail dans l’opinion publique (attendez que la MSN se déchaîne entre les deux tours).

Si l’on considère donc que cette fois ci c’est le premier et non le second tour qui sera décisif, le risque de redite est bien là … le psychodrame en plus.

Observatus geopoliticus 10/10/2016 15:02

Ca m'étonnerait fort que la cuvée 2017 soit dans la continuité du cru 2012...

Loic 10/10/2016 10:17

C'est assez drôle mais ça n'est qu'à moitié surprenant. On apprend aussi que plus d'un quart des américains rejettent aussi bien l'un que l'autre. Etonnant qu'un 3ème larron, en l'occurence le candidat libertarien n'en profite pas pour être plus haut dans les sondages.

Hier soir apparement le débat a donné lieu à une grosse empoignade avec un Trump agressif, il a été mis à mal dans son propre camp et joue ses dernières cartouches dans ces confrontations directes.

Observatus geopoliticus 10/10/2016 15:24

Je plussoie Ady. Dans la maladie démente de la communication dans laquelle est tombé l'Occident, les mots sont devenus des armes et les articles des champs de bataille. Le système se créé une nouvelle réalité virtuelle. Un plumitif croit participer à la guerre en désinformant, cela devient son rôle. Et si le monde réel le ramène à la raison, il aura la consolation d'avoir gagné la bataille virtuelle...

Ady85 10/10/2016 14:18

Selon les médias Français...

nortkin 10/10/2016 03:46

J'adore la photo...

Observatus geopoliticus 10/10/2016 15:01

Cher Nortkin,
je ne sais pas si vous avez remarqué mais le web est plein de caricatures/dessins/photo-montages portant sur les relations internationales. On se croirait revenus à l'âge d'or de la Guerre froide. Seuls les médias français passent à côté.

theuric 10/10/2016 00:35

Quel renversement de situation!
Hier les russes soviétiques rêvaient d'Amérique, aujourd'hui les américains libéraux rêvent de Russie.
Comme si il y a eu une inversion idéologique (enfin, ce ne peut qu'être que plus complexe que ça).
Ceci montre un phénomène historique qu'il serait bon d'étudier.
Sans compter une Union-Européenne tendant à un fonctionnement très proche de l'U.R.S.S., U.E. étant la créature de l'empire, et qui, comme il en était de l'Union-Soviétique, se trouve triplement bloqué, institutionnellement, politiquement et idéologiquement (je crois que j'en avais déjà parlé ici).
Ça fait quelque temps, sur mon blogue, que j'avais émis l'hypothèse que libéralisme économique et communisme était les deux faces de la même médaille, à laquelle j'avais donné le nom d'économisme dogmatique, avec, en son centre, feue la sociale démocratie européenne.
Vu que la Russie a adopté le capitalisme, même si elle songerait à en quitter les fondements, j'émets une seconde hypothèse, basée sur cet inversement, celle de la prochaine monté du communisme au doux pays de Tonton Sam, si cela n'est pas déjà en train.
Si ça se passerait ainsi, c'est mon père qui rigolera bien là où il est...

theuric 10/10/2016 20:58

En fait et plus précisément (je me suis emmêle les pinceaux), l'économisme dogmatique est de considérer que la pensée économique doit prévaloir sur la pensée politique.
Si vous observez bien (j'ai baigné dedans quand j'étais petit), le communisme met l'économie au centre des réflexions politiques quand ça devrait être l'inverse.

theuric 10/10/2016 20:53

Madudu,
Si j'appelle économisme dogmatique les deux forces économico-politiques qui s'affrontèrent de 1917 jusqu'en 1991, c'est bien parce que l'économie, à mon sens, se devrait d'être sous le contrôle de l'état, donc d'essence politique.
Enfin, pas toute l'économie, loin de là, mais pour l'essentiel les créations monétaires, qui devraient avoir le même statut que les métiers des armes, soit être, dans son entier, du pouvoir régalien des états.
Également les services publiques, ad minima ceux étant en réseau, soit les communications, des transports, routes, railles, aux flux électroniques, l'énergie lorsqu'elle est dispensée par de la tuyauterie, gaz, électricité, et l'eau, des traitements, arrivées et évacuations.
Ceci en raison de leurs coûts, autant de mise en place que d'entretien, c'est pourquoi il me semble logique que, sous peu, nous aurons de nouveaux graves accidents de train.
Mais aussi de leur nécessité pour le bon fonctionnement de la société.
La santé aussi doit être pensée et l'ancien système français, publique et privé, que nos oligarques ont détruit, était, est peut-être le meilleurs.
Ce n'est pas par bonté d'âme que cela doit être mis en place, mais tout simplement pour le bon fonctionnement social, affaiblir la réception de l'électricité et les soins médicaux fera, par exemple, qu'une pandémie hivernale peut devenir une véritable catastrophe.
En fait, une bonne économie, à ce qu'il me paraît, est une question d'organisation politique au sein de frontières clairement établies, ceci pour un peuple éclairé, définition même d'une nation.
Là encore, nous pouvons voir que seul l'état est en mesure de pourvoir une éducation de qualité pour tous.
Ensuite, c'est à cette organisation politique de faire de manière que le système économique fonctionne correctement et non pas le contraire.
Ainsi il faut renvoyer les banquiers et les assureurs à leur ennuyeux métier en y portant un regard judiciaire scrupuleux et non pas les laisser faire à leur guise, là se trouve la raison de la banqueroute généralisée venant, les mettre en prison si besoin est.
Il faut refermer nos frontières pour que les échanges entre les pays soient au mieux harmonieux.
Quand aux questions d'énergie et de matière première.
Pour la première il est à remarquer que depuis le milieux du XX° siècle environ, même si la science appliquée a avancé à très grands pas, la science fondamentale, elle, a largement stagné, surtout en physique, une question bêtasse comme pourquoi la physique quantique fonctionne n'a pas encore trouvé de réponses (je ne supporte pas celles du type "parce que !").
Quand à ce qu'il en est de la seconde, la Terre est environnée de matières premières de toutes sortes, mais dans l'espace, et pour aller les chercher il faudrait faire ce saut technologique nécessaire que quand un autre saut, celui des sciences fondamentales ou tout simplement empirique, sera accompli (la physique quantique est empirique puisque la question du pourquoi n'a pas de réponse, et elle n'est pas la seule).
La fusée, par elle-même, montrant les limites de sa puissance, même si de petites améliorations peuvent encore y être portées, et surtout, son prix et son coût énergétique sont prohibitifs.
Mais la liberté de penser, donc de parler, ne peut qu'être dispensée qu'au sein d'une démocratie vrai, tout autre système, monocratie, oligarchie ou autres... apparaitront limités dès lors que le pouvoir de leur détenteur sera en jeu.
Certes, nous avons l'impression de pouvoir nous exprimer tout à notre aise en France et en Union-Européenne.
Mais si ne s'est pas mis en place un réel pouvoir totalitaire c'est juste parce que contrôler tout le monde est très cher, que nos pingres d'oligarques sont stupides et que la prise de pouvoir définitive de cette oligarchie financière ne se fit (comme dirait Malher) qu'il n'y a qu'une quinzaine d'année environ, c'est pourquoi nous avons encore des élections, même si, d'une manière ou d'une autre, elles sont truquées.

Conclusion, pour résoudre les problèmes économiques il faut penser politique.

Vasco 10/10/2016 19:43

« Ils [les capitalistes] travailleront avec peine à leur propre suicide » écrivit un jour Vladimir Ilitch Oulianov dans ses annotations.

Depuis la Renaissance que l'on y travaille ... y compris et surtout grâce à l'économie cette pseudo science.

Madudu 10/10/2016 16:15

Je suis globalement d'accord avec vous, mais est-ce que le pragmatisme russe -et d'autres- en matière d'économie n'est-il pas aussi le pendant d'un vide théorique ?

Pour le moment l'économie n'est pas une science et le pragmatisme consiste à faire une tambouille dont on ne connaît vaguement les propriétés que par pur empirisme, sans que l'on sache vraiment donner des explications clairs sur le fonctionnement du système (surtout à long terme !).

Disposer d'une théorie solide en matière d'économie, plus solide que l'idéologie occidentale en tous cas, serait pour les autres pays un atout décisif dont ils ne disposent pas actuellement.

De la même manière qu'à ma connaissance personne ne dispose d'une approche satisfaisante pour se projeter dans un monde sous approvisionnement contraint en énergie et autres matières premières.

Est-ce que vous pensez que ces enjeux sont identifiés comme tels par la Russie ? Est-ce qu'il existe quelque part des "think-tanks" qui y travaillent sérieusement ?

theuric 10/10/2016 15:46

Cher Observatus géopoliticus,
En ce qui me concerne, ce ne fut qu'il y a deux à trois années que l'idée de l'économisme dogmatique m'était venu à l'esprit.
Comme quoi une observation attentive ne peut que mener qu'à une compréhension similaire, même si divers contraintes (les miennes) peuvent générer des décalages temporels.
En fait, d'une certaine façon vous me rassurez, de mes idées ne sont pas si loufoques que cela, en ça je vous en remercie.

Observatus geopoliticus 10/10/2016 15:07

Cher Kevin,
quand les Américains affirmaient "Marx se dissoudra dans le Coca-Cola", nous pensions tous que c'était une métaphore amusante : il fallait en réalité prendre cette phrase au pied de la lettre.

Observatus geopoliticus 10/10/2016 15:00

Cher Theuric,
il y a une dizaine d'années, j'avais commis un petit article sur ce grand renversement, la Russie devenant l'Occident de la Guerre froide (pragmatique, réaliste, ouverte) tandis que l'Occident se transformait en nouvelle URSS (idéologisation galopante, technocratisation, méfiance vis-à-vis du peuple et de son vote, propagande médiatique...) Nous y sommes !

Kevin 10/10/2016 13:17

Je suis plutot d'accord avec vous, Theuric. L'ideologie US et de l'Europe de l'ouest est la glorification de l'ignorance et de la fainéantise. On a eu de la chance d'etre du "bon coté" du rideau de fer, et de n'avoir pas connu la dictature soviétique. La contrepartie, c'est qu'on a subi la sous-culture abrutissante americaine (films de super héros hollywoodiens, télé-réalité, soupe pop diffusée sur les ondes FM...). Mes amis d'Europe de l'est étaient un peu choqués d'apprendre que l'immense majorité des francais n'avaient non seulement jamais lu ni Tolstoi ni Dostoeivski, mais pas Hugo, Voltaire ou Zola non plus...