Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

C'est reparti...

19 Septembre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient, #Russie

C'est reparti...

Damas a apparemment annoncé la fin du cessez-le-feu en Syrie. Si l'information se confirme, elle est somme toute logique. Comme nous l'écrivions hier :

Au-delà des mots, cet incident place les Etats-Unis en position très délicate. Moscou peut désormais tout à fait publier les termes de l'accord de cessez-le-feu que Washington cherche tant à cacher, car vraisemblablement favorable au 3+1. Ou simplement le considérer comme nul et non avenu puisque les djihadistes modérés ne le respectent globalement pas (responsabilité US) et qu'en plus les Américains bombardent une armée souveraine en train de combattre l'EI, ce qui, en termes de relations publiques, est désastreux. Dans tous les cas, la légitimité des Etats-Unis en a pris un sérieux coup et leur marge de manœuvre s'est considérablement amoindrie. Le Kremlin joue maintenant sur du velours et je vois bien les Russes exiger sans cesse plus et les Américains reculer à mesure.

Sur le terrain, la reprise des hostilités est déjà là. L'armée syrienne, qui a d'ailleurs tiré sur un drone US à Deir ez-Zoor, relance une offensive partielle dans le sud d'Alep. Le cessez-le-feu est au bord de l'implosion et les Américains, humiliés en plus par leurs "alliés modérés", ne semblent plus être en position d'influer réellement sur les événements. Triste fin de règne pour Barack à frites...

Les Russes sont d'accord avec Damas : les Etats-Unis n'ont rien fait pour contrôler les rebelles qu'ils soutiennent - et quand bien même le voudraient-ils, on a vu que le groupe supposément le plus modéré n'est pas contre l'idée d'égorger les "croisés et infidèles" neveux de tonton Sam - et les ruptures du cessez-le-feu sont légion. Comme le dit un officiel russe : le cessez-le-feu n'a plus aucun sens. Il semble donc que ça soit reparti pour un tour... Et cette fois, Washington ne sera sans doute plus en position de freiner quoi que ce soit.

Nouvelle étonnante : les Kurdes demandent l'aide syrienne et russe contre la Turquie ! Ils sont plutôt gonflés : après avoir attaqué sans raison valable la garnison loyaliste d'Hassaké, voilà qu'ils viennent quémander l'appui de ceux qu'ils ont agressés. Evidemment, la "trahison" américaine est mal passée mais les YPG risquent de regretter longtemps leur coup de folie à Hassaké qui leur a semble-t-il mis définitivement à dos Damas et a profondément indisposé Moscou qui avait pourtant tout fait pour complaire aux Kurdes syriens.

On verra prochainement la suite qu'y donnera le Kremlin, mais ce fait symbolise le changement de paradigme et le renversement de puissance entre Américains et Russes. A la grande époque de leur suprématie, les Etats-Unis pouvaient se permettre de chapeauter des alliances contradictoires (Israël et Arabie saoudite, maoïstes et Taïwan etc.) ; leur reflux laisse le roi nu, déconcerté et noyé dans ses paradoxes. Et c'est désormais la Russie ascendante qui remplace l'Amérique et commence à endosser ce rôle au Moyen-Orient : on savait déjà que l'ours donnait la main au Hezbollah et à Israël en même temps, ce qui ne manque pas de sel.

Voilà que Poutine est maintenant en présence d'une complexe équation à trois inconnues : Damas, Kurdes syriens et Ankara, tous trois théoriquement alliés de Moscou (pour la Turquie, c'est récent) et qui, pourtant, se tirent les uns les autres dans les pattes. Si le président russe accepte ce rôle, il lui faudra toute sa maestria stratégique pour concilier l'inconciliable...

Partager cet article

Commenter cet article

Eszwal 23/09/2016 15:25

Et pourtant que de rumeurs en ce moment...

simplet 22/09/2016 20:50

Chers amis observatophiles, devons nous lancer un avis de recherche? Le taulier se serait-il fait enlever par son officier traitant? A moins qu'une blonde...

Observatus geopoliticus 23/09/2016 21:48

Ha ha ha, le taulier est revenu...

Jean 22/09/2016 23:20

Celle de la photo en haut à droite ?

FlorianGeyer 21/09/2016 18:54

@Observatus geopoliticus

Avez-vous vu l'interview de Bassam Tahhan?
https://youtu.be/7dME3rxC12w

Qu'en pensez-vous?

Observatus geopoliticus 23/09/2016 21:53

Pas encore, Florian. Je me la mets de côté.

Euclide 21/09/2016 14:05

Lu quelque part (le Figaro ou le Point) qu'un hôpital de campagne près d'Alep a été bombardé. Et l'ONU cherche les assaillants .

Observatus geopoliticus 23/09/2016 21:54

Si ça n'est pas le méchant Bachar, on n'en parlera plus...

Eric83 21/09/2016 11:52

Georges Orwell a quelques citations devenues très célèbres depuis "1984" : LA GUERRE C'EST LA PAIX, LA LIBERTE C'EST L'ESCLAVAGE, L'IGNORANCE C'EST LA FORCE.

Anders Forgh Rasmussen, ex-secrétaire général de l’Otan pourrait être d'auteur de : LA VERITE C'EST LE MENSONGE.

Un ancien secrétaire général de l’Otan, actuellement conseiller du président ukrainien, appelle les États-Unis à devenir le « gendarme du monde » car personne d’autre « n’est capable de sauver la planète du chaos ».

Il fallait oser, il l'a fait. Aussi le décodeur de novlangue est fortement recommandé sinon indispensable pour ne pas risquer l'aliénation contagieuse et sévère de cet "illuminé".

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201609211027848153-usa-ukraine-gendarme-sauver-monde/

Observatus geopoliticus 23/09/2016 21:55

Oui, c'est énorme. Mais Rasmussen est dans son rôle de sous-fifre, aucune surprise.

Charles Michael 21/09/2016 07:37

Charles to Charles et tous ici:
De bon matin de bon humeur, voici le lien et un extrait:

http://www.reuters.com/article/us-mideast-crisis-syria-idUSKCN11Q1NR

But the U.N. revised a statement to remove the phrase "air strikes" and replace it with references to unspecified "attacks". U.N. humanitarian spokesman Jens Laerke said the original reference to air strikes was probably a drafting error, saying the U.N. was not in a position to determine if they were air strikes but was sure the convoy was "attacked."

Bozi lamouche 21/09/2016 09:43

Merci....en plus de la pertinence de vos infos, votre bonne humeur est communicative !!!

Charles Michael 21/09/2016 09:30

Bozi lamouche,

Dacodac, je traduis en express:

''Mais l'ONU a revu sa déclaration en otant la phrase Attaque Aérienne et la remplacé par Attaque non spécifiée. Le porte parole pour l'humataire des Nations Unies Jens Laerke a dit que la référence originale à des attaque aérienne était probablement une erreur de rédaction, ajoutant que l'ONU n'était pas en position de déterminer si c'était des attaques aériennes, mais était sur que le convoi avait été attaqué''

Bozi lamouche 21/09/2016 09:06

Un petit effort de traduction ici c'est pas l Amérique ...

Charles Michael 20/09/2016 22:34

pas de répit pour notre Observatus geopoliticus avec l'acharnement thérapeutique des US au chevet de la démocratie jihadiste.

V'là que l'ONU, concernant le bombardement du convoi humanitaire aurait retiré la la mention ''raids aériens'' comme cause suitent aux dénégations du très méchant Putin.
signalé dans un commentaire sur le site SST.

Bon, encore du boulot de vérif. pour vous.

Bonne nuit, amicalement.

Observatus geopoliticus 23/09/2016 21:50

Oui, ce "bombardement" du convoi avait tout l'air de l'habituel false flag sensé permettre aux djihadistes de respirer un peu...

Eszwal 23/09/2016 15:36

Je pense effectivement que tout ce qui vient de se passer montre bien que les US ne veulent pas de coopération, la paix, ou, tout du moins, le compromis. Pourtant les Russes ont tout essayé, ont tout encaissé. la voie diplomatique peut elle s'épuiser ? Si oui, que fera la Russie ? La force ? L'instant est brûlant mais les Russes (Poutine, Lavrov) sont des monstres de glace, des géants...
Comme le dit Paul Craig Robert : La russie est-elle incapable de faire quoi que ce soit maintenant que la diplomatie est dans un cul-de-sac avéré ?
Wait and see...

Ady85 20/09/2016 20:53

Observatus, ne pensez-vous pas qu'il serait préférable pour la Russie de remporter une victoire majeure en Syrie, avant une éventuelle prise de pouvoir de Clinton ?

La prise d'Alep ou de Raqqa, avant le mois de janvier (et une éventuelle entrée en fonction de Clinton), ne devient-elle pas indispensable afin de couper l'herbe sous le pied des néo-cons et rendre très difficile une grosse offensive de la part des US contre Damas ?

Observatus geopoliticus 24/09/2016 01:55

Ca tombe bien : le pygargue (autrement dit l'aigle US) est un oiseau pêcheur qui tombe parfois à l'eau... Ligoté dans les filets de l'ours ?

Grognard 24/09/2016 01:41

Il y a quelque temps Le chef de l'état-major des forces russes Valeri Guerassimov a déclaré:
"C'est la patience de la Russie, et non celle des Etats-Unis, qui a atteint ses limites"
Cette déclaration m'avait surpris non par son contenu ; je l'attendais plus de la part de
Sergueï Choïgou.
Après réflexion c'est logique.
Il reste encore quelques crans avant que le grand chef siffle la fin de la partie.

Peut-être suis-je trop pinailleur en tout cas si l'on additionne des faits qui semblent mineurs il n'est pas interdit de supputer que la Russie pourrait jouer une autre partition.

Hier Sputnick faisait état de munitions interdites par les conventions internationales là où se trouvent des populations civiles. Il s'agit du Yémen.
Aujourd'hui le même Sputnick titre:
- La libération de Raqqa en proie aux contradictions américano-turques
et encore:
- Vladimir Poutine: il n’était pas nécessaire de démanteler l’URSS.
Propos surprenant compte tenu de l'utilisation qui peut-être fait de ce propos en ce moment.
On peut lire également: Russie: Le virage de la politique intérieure.
Ici: http://novorossia.today/russie-le-virage-de-la-politique-interieure/

Si je devais utiliser une métaphore je dirai que cela me fait penser à un pêcheur qui remonte tout doucement son filet.

Observatus geopoliticus 23/09/2016 21:59

Bien sûr, je l'ai évoqué à plusieurs reprises. C'était une course contre la montre avant novembre. Sauf qu'avec l'exercice de chute libre de l'hilarante, le paradigme est maintenant susceptible de changer du tout au tout. Si Clinton gagne, c'est la recrudescence de l'aide aux djihadistes et de la guerre ; si c'est Trump, c'est un feu vert à Assad et aux Russes. Rarement une élection aura eu de telles conséquences.

theuric 20/09/2016 20:51

J'imagine qu'un minimum de confiance entre états doit s'établir pour que le travail diplomatique puisse s'effectuer.
Or, quand bien même il n'y aurait qu'un petit nombre de gens, en France notamment, connaissant l'étendu du problème que représente cette attaque étasunienne d'un groupe de combattants syriens, ceci juste après la signature d'un accord biparti russo-américain, la question de la confiance que pourraient avoir les alliés de tonton Sam en ce dernier doit se réduire comme peau de chagrin.
je ne serais pas surpris que les chancelleries puissent chanceler (je sais, je l'ai déjà faite celle-là).
Certes, la crainte en l'empire doit tout de même perdurer, ne serait-ce celle d'avoir le pays mis en faillite, mais je ne pense pas, désormais, qu'il puisse exister une confiance quelconque de quiconque en celui-ci.
Je me souviens, de plus, que, lors de l'élection de Monsieur Obama, j'avais dit à des amis antillais que la pire des choses, pour les populations de peau noire, serait que le nouveau président étasunien de l'époque ne réussisse en rien lors de sa magistrature, mais là le niveau atteint est de l'ordre du catastrophique.
J'ai l'impression que maintenant va commencer la réelle débandade et que, ailleurs, la panique ne s'installe.

Observatus geopoliticus 23/09/2016 22:02

Avez-vous noté, cher Theuric, que l'empire d'arc-boute. Je suis moi-même un peu surpris, je pensais qu'après la bourde de Deir ez-Zoor, les Américains n'en mèneraient pas large. Or voici que Kerry double la mise, avec son fidèle caniche Ayrault. Etonnante réaction...

simplet 20/09/2016 15:09

Un journal libanais explique qu'il n'y aurait pas d'erreur et que ce serait bien volontaire , histoire de briser l'axe Téhéran, Bagdad, Damas hantise des us. Honni soit qui mal y pense.

Observatus geopoliticus 23/09/2016 22:03

Oui, mais l'auteure de l'article est une sympathisante Hezbollah qui n'est peut-être pas tout à fait objective, malgré la qualité de ses interventions.

simplet 20/09/2016 15:03

Attaque d’un convoi humanitaire, la faute aux russes ! L’arbre et la forêt !
Allez, je me lance. Je suis un type d’une mauvaise foi crasse et anti-américain le plus primaire.
La technologie guerrière us est d’un niveau très élevé. On assassine des cibles précises par drones pilotés à des distances de plus de 5 000kms. C’est dire la capacité.
Les prévisions de bombardements aériens sont des procédures précises ou le hasard n’a que peu à y faire. Les engagements en territoires ennemis réclament des pilotes expérimentés, des appareils en bon état et impliquent un choix d’armes divers et variés selon la cible à atteindre.
Ces bombes peuvent être incendiaires, à sous-munition, à fragmentation, guidées ou non guidées.
Guidées filaires, par laser, par gps.
Quelles ont été les avions utilisées à Deir ez Zoor ?
A10 : tueur de blindés, appui d’infanterie (canon de 30mm). Chargement de +/- 6 tonnes de bombes de types divers dont tout l’éventail de bombes guidées. Onze points d’ancrage… Un monstre de la démolition. Ils ont fait leurs « preuves » en Irak, Afghanistan, etc… On ne les envoie pas à l’aveuglette. Ils ont souvent des éclaireurs à proximité de la cible qui a souvent été « éclairée ». Ils sont là pour faire de la casse.
F-18 : archi connu, en appui.
Quelles sont les types de munitions employées : mystère, rien, rien aucune information.
Alors erreur ? Peut-être, mais surement volontaire.
Que va-t-on découvrir d’autre sur le massacre du jour relatif au convoi humanitaire ?

Yom 21/09/2016 09:39

D’accord, au temps pour moi.

C’est qu’en visitant des sites que je qualifieraient toujours de « réinformation » (RT), ou du moins comme sains à consulter pour être exposé à une pluralité de points de vue, mais dont les sections commentaires sont également fréquentées par toute une faune conspirationiste extrême droitière, on lit des envolées bien plus péremptoires et bien plus improbables … mais celles-ci sont bel et bien formulées au premier degré.

Genre : « Les photos démontre que ça ne peut pas être un bombardement, ce sont donc les américains qui ont posé des bombes incendiaires à retardement dans les camions à leur point départ. »

Ou encore l’habituel : « C’est Israël qui est derrière tout ça (comme tout le reste, de la faim dans le monde à la panne de courant dans votre quartier en passant par le naufrage de l’Erika). »

simplet 20/09/2016 16:43

@ Yom

Le début du billet ne vous aura pas échappé: " je suis un type de mauvaise foi crasse,etc..."
il y a donc du second et troisième degré. Je suis aussi sincère que Samantha Power.

Yom 20/09/2016 16:16

Je me méfie de toutes les spéculations qui ne manque généralement pas de suivrent ce genre d’évènements de quelques heures seulement ; qu’elles aillent dans un sens ou dans un autre.

On voit fleurir dans les sections commentaires des articles sur le sujet un bon nombre d’experts militaires de salon qui, à partir d’une simple photo publiée sur Internet, son capables de dire s’il s’agit d’un bombardement aérien, d’artillerie, d’un incendie sans explosion ou encore d’autre chose …

Je me méfie également des « ça ne peut pas être tel camp » car « ils n’y aurait pas intérêt ». C’est partir du principe que tous les protagonistes :

1) Tiennent parfaitement leurs troupes à tous les échelons.

2) Ces troupes sont de surcroît infaillibles.

Vous dites : « On assassine des cibles précises par drones pilotés à des distances de plus de 5 000kms. C’est dire la capacité. »

En France aussi on a ce genre de technologies. Pourtant, on arrive quand même de temps en temps à faire péter une fusée Ariane 5 à cause d’une erreur technique grossière (mauvaise version du programme installée).

Pour ma part, j’attends de voir des analyses sérieuses et à tête reposée. Il y a justement dans le coin quelqu’un qui fait ça très bien.

Ce qui ne m’interdit pas (ensuite) d’également y réfléchir de mon côté, mais pas sur le vif et sur aucune base. Pour l’heure, les informations qui nous sont disponibles ne sont pas très circonstanciées.

Loic 20/09/2016 13:51

Les kurdes pourraient former une alliance avec les loyalistes et les russes, ce serait même logique malgré l'agression d'Hassaké car kurdes et Damas n'ont aucun intérêt à se taper dessus à ce stade parce qu'ils ont désormais 2 ennemis en commun : Daesh bien sûr mais aussi désormais les rebelles soutenus par Ankara qui pourraient rapidement pousser vers Alep. Les 1ers qui vont reprendre le secteur d'Al Bab aujourd'hui contrôlé par l'EI auront remporté une victoire stratégique majeure. Bachar et les kurdes ont tout intérêt à prendre en tenaille l'ASL.

ça amène une autre question intéressante : qui va avoir le soutien de la coalition ? Kurdes ou ASL ? Il va falloir clarifier ça au plus vite, rappelons que pour le moment les kurdes est l'adversaire le plus efficace de l'EI en Syrie, à peu de chose près le seul qui ai véritablement défait Daech.

Observatus geopoliticus 23/09/2016 22:05

Hé oui, mais la bourde kurde d'Hassaké a laissé des traces chez les Syriens et même les Russes...
Quant au soutien américain, l'empire semble totalement dépassé et soutient tout le monde en même temps (ou plus exactement, chaque officine soutient son poulain).

Euclide 20/09/2016 12:42

C'est mon grain de sel du jour.
Vu sur l'accroche suivante du Point "Jean Marc Ayrault, .le fantôme du Quai D'Orsay" .Ah! , ah !
La France est aussi ridiculisée que l'ex entraineur ou sélectionneur de l'équipe de foot au Mondial de 2012 en présentant la revendication des footeux débiles et racistes anti- blancs.

Bozi Lamouche 20/09/2016 12:59

De plus ce n'est pas 2012 mais 2010....

Bozi Lamouche 20/09/2016 12:55

La France est ridiculisée certes...mais sachez juste que j ai une vision différente de la vôtre du fiasco de 2012...restons en donc sur la géopolitique parce que les commentaires "détournés" ça devient agaçant....
Cordialement.

Raknor 20/09/2016 10:40

Notons également, une fois n'est pas coutume, la faillite du droit international...

Yom 20/09/2016 10:02

Si les syriens / russes / iraniens / libanais du Hezbollah ont désormais les coudées franches, parviendront-ils à raser les barbus modérés et immodérés d’ici novembre ? Serait-il important qu’il le fasse en cas de « mauvais » résultats aux élections américaines ?

Grognard 20/09/2016 17:44

D'ici novembre le délai me semble bien court.
Il faut tenir compte de paramètres tels que:
- le type de terrain sur lequel on les engage qui permet ou pas de déployer la puissance.
- Les barbus disposent-ils encore de bases arrières accessibles.
- Comme toujours tout ce qui rentre dans la rubrique logistique.
- La perception que peuvent avoir à un instant T ceux qui seraient tentés de rejoindre ces groupes. S'ils estiment que la cause est perdue cela peut tarir le recrutement.

Bozi Lamouche 20/09/2016 09:02

Décidément le ciel ( les avions) a choisi Poutine...

Jean 20/09/2016 00:29

-"et les ruptures du cessez-le-feu sont légion"
D'après les Russes, pendant cette semaine du cessez le feu il y en avait 300

Nibols 19/09/2016 22:32

Bonsoir,

Rien à dire de plus qu'encore, belle finesse d'analyse et de qualité. Continuez comme ça.

Observatus geopoliticus 23/09/2016 22:06

Merci, cher lecteur

Grognard 19/09/2016 21:39

Garçon la carte.

Le volet purement militaire n'est pas clos.
La Russie va continuer ce qui lui a réussi: séparer les différents groupes pour les battre les uns après les autres.
(Tiens tiens ça me rappelle quelque chose.)

Le volet diplomatique lui se révèle infiniment compliqué.
Il faut rajouter les US dans l'équation.
Je n'imagine pas qu'ils puissent "plier leurs gaules" dans cette partie du monde.
Ou alors s'en est fini du leadership de la nation exceptionnelle.

Je ne vois pas ce que Moscou est en mesure de leur proposer pour sauver la face.
La solution le plus élégante consisterait à passer par l'ONU pour fixer une résolution contraignante.
Seulement voilà, les différents clans US sont tous affaiblis.
Quant à B.Obama c'est un euphémisme d'écrire qu'il ne pèse plus rien.
Il est sans doute le président le plus faible depuis Nixon avant que ce dernier ne démissionne.
Hors pour qu'un négociateur lâche quelque chose il ne doit pas se sentir trop faible.

A partir de quel moment le gouvernement russe estimera-t-il avoir atteint ses objectifs?
S'il adopte une position de retrait qui mettre en avant pour essayer de concilier les contraires?
Certainement pas la Jordanie qui doit se faire toute petite d'avoir choisi le mauvais cheval.

A priori je vois deux pays capable de jouer les parrains: l'Iran qui est une évidence et l'Egypte qui pour le moment est très en retrait.
Une telle configuration permettrait à Moscou de garder la main dans la coulisse.

Quant aux Saouds il y a comme une odeur de fin de règne.
Lorsque le simoun portera cette odeur en direction de Ryad, nous risquons d'assister à des événements rocambolesques.

Observatus geopoliticus 23/09/2016 22:08

Effectivement, l'idée de l'Egypte parrain d'un accord de paix est intéressante. Mais attention toutefois, Le Caire soutient le PKK et n'est pas en odeur de sainteté à Ankara. Mais le pays des pharaons pourrait être accepté par tous les autres acteurs du conflit.
Votre commentaire des affres saoudiennes est excellent ^^

charles Michael 19/09/2016 21:20

@ Observatus geopoliticus,
Très bon état des lieux, comme c'est coutumier avec vous et bien oui, nos amis américains se sont pris les pieds dans leur tapis de mensonges et leurs crottes de chats sont bien en vue et plutot malodorantes.
L'opération Purodor commencé par Power à l'ONU, continue avec Kerry avec le choeur des vierges éffarouchées de la Presstitute, après un petit moment de faiblesse, reprenant de plus belle les larmes du crocodile humanitaire.

Je ne vois pas l'actuelle administration US accepter de manger son chapeau Piégée dans leur demande de négociation par la tranquille intransigence de Putin sur de sa réalité sur le terrain, humiliée par les modérés pacsés avec Al Quaida, voyez un peu quelle fut la réaction, toute de brutalité à Der El Zor.

La stratégique Aleppo garde plus que jamais aussi sa valeur symbolique type Stalingrad, ou Léningrad ?

Ce sera Stalingrad j'espère.





C'est là que je reste nettement inquiet

Observatus geopoliticus 23/09/2016 22:09

Ha ha, excellent message, Charles. Effectivement, les cow boys n'ont pas mangé leur Stetson au vu des simagrées kerryesques d'hier...

Chris 19/09/2016 20:48

"Voilà que Poutine est maintenant en présence d'une complexe équation à trois inconnues : Damas, Kurdes syriens et Ankara, tous trois théoriquement alliés de Moscou (...) et qui, pourtant, se tirent les uns les autres dans les pattes"
N'ayant plus beaucoup d'autres choses à faire, je devine que Washington va actionner ses réseaux locaux pour tenter d'amplifier ces antagonismes. Corrompre est si facile : c'est leur passe-temps favori.

Hamilcar Barca 19/09/2016 19:33

@ Observatus geopoliticus
Il ressort de votre pertinente analyse de la situation actuelle en Syrie que l'Empire, déjà mal à l'aise sur ce terrain, vient de se mettre définitivement hors jeu en ne contrôlant pas ses alliés, "rebelles modérés".
Par ailleurs, "The Deir ez-Zoor incident", quels que puissent en être les causes ou les instigateurs (nuance subtile ...) a été le dernier clou enfoncé dans ce cercueil.
Il est légitime de penser que les alliés des US impliqués dans ce coup foireux ne sont pas très contents. C'est un euphémisme.
Alors que la presse UK a largement rapporté le loupé, on attend toujours une déclaration officielle - et largement relayée - du gouvernement britannique (sauf erreur de ma part). Ce qui laisse supposer que les Brits sont pour le moins furieux contre Washington. Se rappeler que le sentiment anti-Otan est fort chez les Brexiters.
Le Premier Ministre australien présente ses plus plates excuses à la Syrie, et cette déclaration est largement couverte par les media. Ce fidèle allié de l'Oncle Sam aura sûrement une arête de kangourou qui va lui rester en travers du gosier.
Ne parlant pas les langues scandinaves, je ne dirai rien sur le Danemark.

L'ours russe a donc les coudées franches. La logique voudrait que les 3 termes de l'équation selon votre analyse, plus l'Iran, tirent maintenant tous dans le même sens pour éliminer rapidement l'EI sous la houlette russe. Ce qui impliquerait au passage que les gros oiseaux d'assaut russes (Su-24, 25 et 34) reviennent en force en Syrie histoire de mettre un terme rapide à cette sanglante commedia dell'arte.
Après, il sera temps de se mettre autour d'une table et de discuter, entre Moyen-Orientaux.
Cela, c'est ce que voudrait la logique.
Mais l'Orient n'est pas cartésien et, de surcroît, a toujours été compliqué.

Observatus geopoliticus 23/09/2016 22:12

Ha ça, le jour où le Moyen-Orient sera cartésien, le Sphynx aura des dents...
Bien à vous, cher Hamilcar.

Pendule de Newton 19/09/2016 19:31

Comme d'habitude au taquet et lecture magistrale des événements.
L'analyse ne doit plus porter sur l'intention de l'attaque sur l'ASA mais sur les résultats.
Comme pour l'avion russe abattu par la Turquie c'est du pain béni dans une situation où chacun à son agenda. Les Syriens peuvent tirer un peu plus des russes en matière militaire : Les régions stratégiques autre que le nord (laissé en suspens pour marchandage futur car Erdogan s'occupe des kurdes) vont être complètement purgées - Les Iraniens toujours silencieux mais efficace voient les choses se confortées contre les Saoud. N'oublions jamais que dans toutes ses matriochkas, il y a des extrêmes dans tous les camps. La seule différence c'est le savant dosage pour les uns et la bêtise pour ceux devenus si imbus de leurs forces qu'ils ont laissé leur cerveau au XX siècle.C'est pas la faute de Samantha Power, elle est l'image de ce que vit l'empire mis au pilori par l'abattage médiatique et diplomatique des russes en 48 H. Si vous assistez de temps en temps au briefing du Pentagone ou du Secrétariat d'état, c'est juste malheureux et surtout je vous garantie c'est bien pire

Observatus geopoliticus 23/09/2016 22:13

Le false flag du convoi humanitaire était-il le chant du cygne, la dernière tentative désespérée des Américains de revenir dans le jeu ?