Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Ca continue de plus belle...

8 Décembre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Moyen-Orient

Nous avons évoqué hier trois incendies - Irak vs Turquie, Russie vs Turquie, Etats-Unis vs Damas - qui, s'ils se ne sont pas éteints, pourraient bien faire s'embraser le Moyen-Orient. Or, loin de se calmer, le feu repart de plus belle.

Jusqu'où ira donc la république bananière d'Erdogan ? Ankara refuse en effet de retirer ses troupes d'Irak comme le lui intime pourtant Bagdad. La situation est ubuesque et Davotuglu, le premier ministre turc, ne craint pas le ridicule quand il affirme que les autorités irakiennes ont autorisé le déploiement - ce dont elles n'ont apparemment pas le souvenir. Encore plus absurdes sont ses récriminations sur les... "provocations" irakiennes !

Résumons : la Turquie envoie des troupes dans un pays souverain sans sa permission, prétend contre toute vraisemblance que ce pays l'a autorisé à le faire et ose parler de "provocation" quand le pays envahi se plaint. Erdogan ou le foutage de g.... en 3D. Au XIXème siècle, la Turquie était souvent appelée "l'homme malade de l'Europe" du fait de sa faiblesse. Le sultan a réussi en ce début de XXIème à faire de son pays le malade mental de l'Eurasie. Que pense l'OTAN de la pomme pourrie dans son panier ?

En plus de la menace porter l'affaire devant le Conseil de sécurité de l'ONU qui devrait se concrétiser ces prochaines heures, Bagdad envisage maintenant des sanctions contre la Turquie. Quant aux milices chiites irakiennes parrainées par l'Iran, qui avaient déjà de sérieux griefs envers Ankara accusée avec raison de soutenir Daech, elles appellent maintenant à cibler tout intérêt turc en Irak (pour ce genre de milice, "cibler" veut dire "éliminer").

Bien sûr, Ankara a d'excellentes raisons stratégiques : avoir une tête de pont près des champs pétroliers du nord de l'Irak et au coeur des voies de communication de ses ennemis de toujours (PKK et YPG), avoir son mot à dire lorsque l'EI perdra Mossoul et que le nord de l'Irak sera recomposé. Mais le sultan en herbe, tout à son rêve néo-ottoman, se rend-il compte de l'isolement de plus en plus sinistre de son pays, désormais en froid avec tous ses voisins ?

Et puisqu'on en parle, l'inénarrable Davotuglu remplit parfaitement son rôle de bouffon du pacha et s'en prend maintenant verbalement à la Russie qu'il menace de contre-sanctions, oubliant sans doute que c'est la Turquie qui a abattu un avion russe et non l'inverse - on ne voit d'ailleurs pas très bien quelles sanctions Ankara serait susceptible de mettre en oeuvre -, et, fait nouveau, à l'Iran.

Sur le front, cela n'empêche en tout cas pas l'armée irakienne de continuer son avancée : une partie de Ramadi a été reprise à Daech. Le fait a son importance car Ramadi est sur les arrière de Fallujah, ville symbole de l'Etat Islamique en passe d'être encerclée, comme Mossoul au nord.

Ca continue de plus belle...

Sur le théâtre d'opération syrien, les Sukhois continuent leurs mortelles (pour les terroristes modérés) escapades : 600 cibles en trois jours ainsi que les fameux missiles Klibr lancés à partir d'un sous-marin . L'armée syrienne progresse lentement mais sûrement sur à peu près tous les fronts. Mais un nouveau bombardement attribué aux Américains provoque une levée de boucliers. Un jour après avoir tué 3 soldats du régime à Deir Ez Zor et en avoir accusé de manière ridicule la Russie, l'oncle Sam frappe encore, tuant des dizaines de civils. Encore quelques bombardements comme ça et Poutine aura le prétexte tout trouvé pour déployer ses S400 sur tout le territoire syrien. D'ailleurs, deux nouvelles bases russes sont sur le point d'être achevées, se rapprochant dangereusement et de Daech et des avions américains.

Partager cet article

Commenter cet article

Bruno 10/12/2015 19:52

Que pensez vous de la théorie selon laquelle Erdogan serait tombé dans un piège tendu par Vladimir en abattant l'avion russe? Vladimir a toute latitude pour faire rendre gorge à Erdogan maintenant et lui faire abandonner sa coupable sollicitude envers les djihadistes de passage. C'est vrai que la rapidité du train de sanctions et du déploiement des S-400 est remarquable. Selon le journaliste, les grands vainqueurs seraient les US cependant, qui récupèrent une influence perdue sur la Turquie.

Observatus geopoliticus 11/12/2015 19:36

Je ne pense pas que Poutine ait délibérément lancé cet avion à l'abattoir mais il est sûr que l'incident favorise grandement les intérêts russes.
Quant aux Américains, je ne vois pas ce qu'ils gagnent ; ils sont plutôt en train de perdre l'Irak...

Bien à vous

Charles Michael 09/12/2015 16:45

Surtout continuez ce bon travail de ré-information

l'ahurissant paradoxe et l'affligeant spectacle de ces croissés plein de principes moraux et démocratiques mentent à leurs populations, les manipulent sans aucun souci de vraisemblance.
et ça se voit et "on" en parle.

HTTP://TURCOPOLIER.TYPEPAD.COM/SIC_SEMPER_TYRANNIS/2015/12/SYRIA-SITREP-WHAT-NOW-.HTML
08 December 2015
SYRIA SITREP: What now ?
By Patrick BAHZAD

très bonne Situation Report avec une carte claire et à jour, texte en anglais.

SimonB 09/12/2015 10:11

Apparemment TR Erdogan avait prémédité d'abatte un SU russe; si cette information devait être confirmée, voilà qui devrait définitivement dessiller les yeux de tous les inconditionnels atlantistes: http://fr.sputniknews.com/international/20151206/1020089164/wikieaks-erdogan-revelations-scandale-su-24-fuat-avni-alertesL.html

Observatus geopoliticus 09/12/2015 23:37

Difficile à dire. Si c'était voulu, les conséquences n'ont pas du tout été dans le sens de ce qu'Erdogan : Turkmènes bombardés jusqu'à l'os, S400, zone d'exclusion aérienne enterrée...