Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

L'Eurasie grâce à la Syrie

29 Septembre 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Russie, #Chine, #Moyen-Orient, #Gaz

L'Eurasie grâce à la Syrie

Un jour qui restera dans l'histoire... Dans le contexte bouillant du conflit syrien, la 70ème Assemblée générale de l'ONU a rappelé certaines grandes passes d'arme diplomatiques du passé. Obama, Poutine (pour la première fois depuis 10 ans), Xi, Rouhani... les Grands de ce monde étaient présents et ont parlé. Clair et net, affichant ce qui n'est plus une simple divergence mais un gouffre entre l'Occident et le reste du monde.

Obama a semblé dépassé par la situation et le coup de maître russe en Syrie, se disant à contre-coeur "prêt à collaborer avec la Russie et l'Iran". Poutine l'a remplacé à la tribune et a asséné pendant 25 minutes ses vérités. Showtime...

"Nous savons tous qu'après la fin de la Guerre froide, il n'y avait qu'un centre de domination dans le monde [les Etats-Unis] et ceux qui étaient au somment de la pyramide ont été tentés de penser "Puisque nous sommes aussi forts et exceptionnels, personne ne sait mieux que nous ce qu'il faut faire et il n'y a plus à prendre en compte les Nations Unies"". Clinton, Bush et Barack à frites ont dû avoir les oreilles qui sifflaient. Ca commençait bien mais ce qui allait suivre n'était pas triste...

Raillant la myopie de certains [qui donc ?] qui "exportent leurs propres clichés idéologiques dans d'autres pays pour les faire changer" et qui "préfèrent répéter les mêmes fautes plutôt que d'en tirer les leçons", le président russe en est venu au fiasco des "printemps arabes" où "le mode de vie tout entier a été anéanti ; la violence et la catastrophe" sont partout. La pique qui suit fait mal : "On a envie de demander aux responsables "Avez-vous au moins conscience de ce que vous avez fait ?" Mais je crains que cette interrogation reste lettre morte car les politiques qui se basent sur l'impunité n'ont à répondre de rien".

Critiquant l'hypocrisie totale de certains pays qui sont à l'origine de l'EI (il n'a pas nommément cité la clique américano-turco-saoudienne) et s'amusant des armes américaines qui finissent chez les groupes djihadistes, Vladimirovitch a enfin présenté son projet, à savoir "une véritable coalition mondiale contre le terrorisme, semblable à la coalition anti-Hitler". Pour finir, il a jugé "irresponsables" ceux qui refusent de parler avec Damas alors que "les forces armées du président Assad et les milices kurdes sont les seules à se battre véritablement contre l'État Islamique". Tout mou Ier, l'occupant de l'Elysée, a sans doute préféré se boucher les oreilles à ce moment. Plus encore quand le Russe a déclaré plus tard en conférence de presse : "J'ai le plus grand respect pour mes homologues américain et français mais ils ne sont pas des ressortissants syriens et ne doivent donc pas être impliqués dans le choix des dirigeants d'un autre pays".

Beaucoup de bon sens dans le discours du maître du Kremlin, très applaudi à sa descente de la tribune. Face aux gesticulations occidentales, le principe de réalité est une nouvelle fois de son côté, ce que reconnaît même avec une objectivité assez remarquable le Figaro. Comme quoi, tout arrive... Lire également cette très bonne analyse du Spectator anglais.

Inutile de dire que le président iranien était ravi, et les deux hommes se sont vus brièvement pour exprimer leur accord total. Un peu plus tôt, Rouhani avait lui aussi vanté la création d'un front uni face au terrorisme. Front dont la première pierre a été posée avant-hier avec la création par les quatre vrais ennemis de l'EI - Iran, Irak, Syrie, Russie - d'un centre de renseignement et de coordination. [Que l'Irak, théoriquement allié des Etats-Unis, passe du côté russe en dit quand même long sur la perte d'influence américaine].

Russie, Iran... quid alors du troisième larron eurasien ? Eh bien la Chine n'a pas déçu et est même en passe de terriblement surprendre. Non pas que le discours de Xi Jinping ait été révolutionnaire, quoiqu'il faille noter une nette assurance quand il déclare que désormais le monde est multipolaire, que les grands pays doivent traiter d'égal à égal et que les Etats-Unis (il ne les nomme pas mais tout le monde a compris) doivent s'y faire.

Mais c'est surtout une autre nouvelle qui est en train de défrayer la chronique. Il se pourrait bien que la Chine... participe elle aussi aux opérations en Syrie ! C'est tout sauf une blague. D'après certaines sources, des navires de guerre chinois se dirigent vers la côte syrienne, là même où les Russes décuplent leur présence. C'est suffisamment sérieux pour que le porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères soit interrogé à ce sujet lors d'une conférence de presse. Et sa réponse évasive ressemble quelque peu à un demi-aveu : "Je n'ai pas d'information à ce sujet". Notez bien qu'il affirme par ailleurs que désormais, la Chine est prête à se joindre à la lutte internationale contre le terrorisme. La présence chinoise sur la côte syrienne semble donc tout à fait plausible, d'autant plus que Pékin a toujours soutenu Damas et été en symbiose avec Moscou sur le dossier syrien. Et l'on repense aux exercices navals russo-chinois de ces derniers mois...

Certes, en comparaison de l'investissement russe ou iranien, la présence chinoise est plutôt symbolique, quoique pas inutile. Mais sa signification a une portée considérable. L'alliance de l'Eurasie est en marche, notamment sur le plan militaire. Qui aurait pu penser il y a seulement dix ans que Russes, Chinois et Iraniens mèneraient des opérations conjointes en Syrie ? Vladimidas Poutine a encore transformé tout ce qu'il touche en or. Profitant du monstre créé par les petits amis de Washington, il :

  • conforte son allié syrien, renforce la présence russe et place des bases à un endroit hautement stratégique, militairement et énergétiquement ; il bloque aussi définitivement le gazoduc qatari
  • détache les alliés des Américains suivant la technique du salami. Pour l'Irak, c'est fait, Bagdad n'écoutant plus Obama. Saoudiens et Turcs, voire même Israël, commencent à balancer...
  • cerise sur le gâteau, il trouve encore le moyen d'accélérer le grand dessein eurasien, en ayant l'intelligence d'inviter son allié chinois à participer, même symboliquement, aux opérations (première intervention militaire chinoise loin de ses bases ; de quoi fortement flatter Pékin)

Partager cet article

Commenter cet article