Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques du Grand jeu

Tapiocashenko

2 Août 2015 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Ukraine, #Europe

Tapiocashenko

Le brave capitaine de pédalo qui occupe l'Elysée a fait des émules... Poroshenko, le chocolatier installé au pouvoir à Kiev par les Américains au terme d'une élection où les opposants étaient à peu près interdits, bat maintenant des records d'impopularité. C'est ce qui ressort d'un intéressant article du journal allemand Die Welt, le genre d'article que vous ne trouverez évidemment pas dans la mafia médiatique française. S'il n'y a aucune nouveauté pour les observateurs attentifs de la crise ukrainienne, il est intéressant de voir ce genre d'info commencer à sortir dans la presse grand public européenne. Elu avec 54% des voix en 2014, notamment parce qu'il était considéré comme le plus modéré des candidats vis-à-vis des russophones, Porky voit un an plus tard sa cote de popularité flirter avec les... 15% ! Guère étonnant : aucune promesse n'a été tenue. Il est en partie responsable de l'escalade du conflit dans le Donbass qui a fait des milliers de morts (reconnaissons-lui toutefois des circonstances atténuantes, pris qu'il est entre l'enclume des néo-nazis et le marteau de Washington, tous furieusement en faveur de la guerre). Il avait promis de vendre ses entreprises une fois président, notamment les chocolats Roshen ; il n'en a rien fait et s'est au contraire enrichi depuis son élection. La corruption est toujours aussi endémique et s'est même aggravée, les oligarques sont plus que jamais présents. Les chemises brunes du Pravy Sektor font la loi dans la rue (dernier exemple en date : Moukachevo). Et cerise sur le gâteau : celui qui était vu comme un manager efficace est devenu le symbole du chaos économique dans lequel est plongé jusqu'au cou le pays. Bref, 0 sur toute la ligne. Même le général Tapioca s'en sort mieux dans les vieux Tintin...

Ce n'est donc pas vraiment une surprise de le voir faire du rase-motte en compagnie du président français le plus néo-conservateur et impopulaire de l'histoire (l'un expliquant en partie l'autre). Lequel finira-t-il par trouver du pétrole à force de s'enfoncer ? La compétition reste ouverte... Notre grand tout mou va peut-être prendre une petite longueur d'avance dans la course aux abîmes avec l'annonce par le Kremlin d'un accord de dédommagement de la France à la Russie pour la non-vente des Mistrals. Sentant la tempête venir, l'Elysée a démenti tellement maladroitement qu'il n'a fait qu'amplifier les soupçons, ajoutant le ridicule à la couardise.

Décidément, ces deux-là se ressemblent beaucoup...

Tapiocashenko

Partager cet article

Commenter cet article